Archives par mot-clé : Instrument de recherche

Fonds Youki Foujita – Desnos, inventaire en ligne

D’origine belge, Lucie Badoud, née en 1903, s’installe à Paris à l’âge de 18 ans. Suite à sa rencontre avec le poète Robert Salmon, elle fréquente très vite le milieu journalistique et théâtral de l’époque. A Montparnasse, elle rencontre en 1922 le peintre japonais Tsugouharu Foujita arrivé en France en 1913 et s’installe avec ce dernier qui la rebaptise « Youki » (« neige rose » en japonais). Le couple fréquente le milieu littéraire, artistique et politique des années 1920. En 1925, la Légion d’honneur signe la réussite de Foujita. En 1928, elle rencontre les surréalistes et Robert Desnos ; le poète devient alors intime du couple Foujita. En 1929, un redressement fiscal oblige Foujita à retourner avec Youki au Japon pour une grande exposition où elle rencontre notamment sa famille. En 1931, le couple se sépare et Youki s’installe définitivement avec Robert Desnos avec lequel elle vit quatorze ans jusqu’à son arrestation le 22 février 1944 pour faits de résistance. En dépit des multiples démarches effectuées par Youki pour lui éviter la déportation, Robert Desnos meurt du typhus au camp de concentration de Theresienstadt le 8 mai 1945. Après guerre, elle vit avec le peintre Henri Espinouze et revoit parfois Foujita à Paris. Raymond Cardonne, directeur de la Galerie Clauden, lui propose la place de directrice artistique à la galerie Fontan (137 bd St Germain, 6e arrondissement de Paris) où elle inaugure le 21 juin 1946 une exposition d’art moderne à succès. En 1957, elle écrit ses mémoires « Les confidences de Youki » et décède en 1966.

Les pièces acquises par la Bibliothèque Kandinsky représentent une petite partie du fonds vendu, soit 20 lots sur 257. D’autres institutions se sont portées acquéreuses telles la Bibliothèque littéraire Jacques-Doucet (Paris), les Archives municipales de Nantes, la Bibliothèque municipale de Nantes, le Musée d’arts de Nantes…

Trois ensembles de documents sont ainsi entrés en collection au Centre Pompidou, correspondants aux périodes significatives de la vie de Youki et de ses relations sentimentales et culturelles.

– Youki avec Tsugouharu Foujita (1922-1931) : à  travers les clichés photographiques représentant Foujita et ses proches est évoquée la vie culturelle et artistique des années 1920-30, notamment à Montparnasse et à Deauville, ainsi que leur voyage au Japon à l’occasion d’une exposition monographique de Foujita. Les albums photographiques et la correspondance retracent également des aspects plus personnels de leur vie. Certaines lettres illustrées témoignent de la vie quotidienne de Foujita lors de son séjour américain à l’occasion de son exposition à la Galerie Reinhardt (New-York).

– Youki avec Robert Desnos (1930-1945) : la correspondance de Robert Lebel est relative aux démarches logistiques du retour des oeuvres de Foujita de New York puis à leur vente par le couple Youki et Robert Desnos. Cette partie évoque également les relations de Robert Desnos avec certaines personnalités artistiques de l’entre-deux guerres comme Claude Cahun. Un album photographique illustre ses liens personnels avec Youki et leurs proches.

– Youki avec Henri Espinouze (1945?-1964?) : la correspondance de cette dernière période se rapporte essentiellement aux contacts établis avec les galeries d’art parisiennes, notamment avec la Galerie Iris Clert.

Le fonds se compose également de publications telles « Et avec ça », SIA, Front commun [RP 1240; RP 1241; RP 1242], d’un ouvrage « Tihanyi, peintures 1908-1922 / présentées par Robert Desnos, Paris : Ars, 1936 [Fonds Foujita L 2], d’une partition pour chant et piano de Francis Poulenc [Fonds Foujita L 1].

Une large sélection des pièces acquises en mail dernier est actuellement présentée dans les vitrines de la salle de lecture de la Bibliothèque Kandinsky.

Consulter l’instrument de recherche en ligne

Fonds Harry Shunk et Shunk-Kender

Né en à Leipzig en Allemagne  en 1924, et décédé à 82 ans à New York le 26 Juin 2006, Harry Alexander Shunke, dit Harry Shunk a constitué par son fonds d’archives photographiques un témoignage considérable de l’avant-garde artistique française et américaine du XXe siècle.

Benjamin d’une famille allemande traditionnelle proche des idéologies nazies, il se démarque très vite de ce cadre familial de par sa personnalité atypique et ses goûts artistiques déjà très prononcés.

Enrôlé dans la Wehrmacht à 16 ans et prisonnier des anglais plusieurs années pendant la guerre, il arrive à Paris entre 1956 et 1958 aux alentours de 30 ans, chargé de ce lourd passé.1 et2

Introduit dans le monde de l’art par Dora Tuynman ou Denise Colomb, selon les sources, il rencontre alors Yves Klein suivi par d’autres artistes qui s’apprêtent à fonder le Nouveau Réalisme. C’est également aux alentours de 1960 qu’il débute sa relation professionnelle et sentimentale avec Janos Kender.  Associés pour de nombreux reportages, il est souvent difficile voire impossible de déterminer avec précision auquel des deux les photographies sont attribuées.

Le duo Harry Shunk et Janos Kender va suivre l’évolution des mouvements artistiques et de ses acteurs de la scène parisienne parmi lesquels on peut citer Pierre Restany, Jean Tinguely, Jacques Villeglé, François Dufrêne, Arman, Martial Raysse ou Niki de Saint Phalle.

Premier photographe à figer les visages de cette nouvelle génération, il se spécialise notamment dans la prise de vue des performances artistiques, mode d’expression alors en plein essor. Cette communauté l’entraîne à Montréal, puis à New York ou il s’installe vers 1967. Il devient alors proche de Robert Rauschenberg, Roy Lichtenstein ou Andy Wahrol et documente les débuts de l’art conceptuel en réalisant une série de photographies des performances réalisées en 1971 par vingt-sept artistes sur le pier 18, un embarcadère désaffecté du port de New York.

Pier 18 : John Baldessari, New York, 1971.
Andy Warhol et Gerard Malanga dans un hôtel parisien, 1965.

 

Le fonds d’archives, constitué de plus de 200.000 photographies a été acheté par la Roy Lichtenstein Foundation en 2008, et a ensuite fait l’objet d’un don partagé entre plusieurs grandes institutions : Getty Research Institute, le Museum Of Modern Art, la Tate Modern et le Centre Pompidou.

L’ensemble confié à la Bibliothèque Kandinsky du Musée national d’art moderne/Centre Pompidou consiste en un set de 10.034 tirages au gélatino bromure d’argent, et documente l’œuvre de nombreux artistes présents dans les collections du musée.
On peut notamment mentionner l’importance des reportages sur les performances des Anthropométries d’Yves Klein à la Galerie Internationale d’Art Contemporain, Paris en 1960, les premiers Tirs de Niki de Saint Phalle à la Galerie J. à Paris en 1961 ou encore les photographies d’Anatomic explosion performance activiste anti-guerre du Vietnam de Yayoi Kusama à New York en 1968.

Exposition Yves Klein Anthropométrie de l’époque bleue à la Galerie Internationale d’Art Contemporain, Paris, 1960.
Séance de tir et vernissage de l’exposition de Niki de Saint Phalle Feu à volonté à la Galerie J. Paris, 1961.
Explosion Atomique de Yayoi Kusama, Pont de Brooklyn, New York, 1968.

Si les œuvres résultants de ces performances sont aujourd’hui conservées dans les plus grandes collections muséales, les captations visuelles de l’acte de création sont tout aussi primordiales que l‘objet final, et c’est en cela que  le fonds d’archives Shunk-Kender constitue un témoignage irremplaçable sur les avant-gardes du XXe siècle.

  1. Harry Shunk et l’avant-garde new-yorkaise 1967-2006 : de la photographie testimoniale à la photographie d’auteur / Thibault Duval ; sous la dir. de Didier Schulmann ; [entretiens avec Gabriele Steib et Jacques Villeglé []
  2. Harry Shunk et la scène artistique parisienne 1957-1967 : témoin, acteur ou interprète? / Lisa Delmas ; sous la dir. de Didier Schulmann []

Reportages photographiques sur les expositions temporaires du Centre Pompidou

Après plusieurs années d’identification, d’indexation, de conditionnement, la Bibliothèque Kandinsky diffuse les répertoires numériques consacrés aux reportages photographiques produits à l’occasion des expositions temporaires du Musée National d’Art Moderne, du Centre National d’Art Contemporain et du Centre de ExCréation Industrielle devenu depuis 1992 MNAM-CCI.

Consulter les inventaires en ligne :

Continuer la lecture de Reportages photographiques sur les expositions temporaires du Centre Pompidou

Un nouveau site pour l’accès aux instruments de recherche en ligne

La Bibliothèque Kandinsky est heureuse d’annoncer la mise en ligne du nouveau site archivesetdocumentation.centrepompidou.fr, pour offrir un meilleur accès à ses fonds d’archives et collections documentaires.

Page d'accueil du site "archives et documentation"
Page d’accueil du site « archives et documentation »

Vous y trouverez notamment :

  • Une présentation des fonds et collections de la Bibliothèque Kandinsky, mais aussi des archives institutionnelles de l’établissement gérées par le pôle Archives du Centre Pompidou.
  • Un cadre de classement listant l’intégralité des fonds conservés et pointant vers une centaine d’instruments de recherche publiés à ce jour.
  • Les conditions d’accès et de consultation
  • Des fonctionnalités de recherche et de partage avancées
  • Un accès simplifié aux ressources numériques

Etat des fonds et cadre de classement

L’accueil de fonds d’archives par la Bibliothèque Kandinsky depuis sa création fait d’elle l’un des principaux lieux de centralisation d’archives d’histoire de l’art du XXème siècle.

Un fonds d’archives est constitué d’un ensemble de documents de toute nature, réunis (c’est-à-dire produits, collectés ou reçus) par un producteur (personne physique ou morale) dans l’exercice de ses activités et rassemblés de façon organique. Au contraire, une collection représente une réunion artificielle de documents en fonction de critères communs, liés à leur thématique ou à leur typologie documentaire.

La liste de ces fonds et collections est accessible en parcourant le cadre de classement. La réalisation de cet état des fonds a permis d’engager un travail rétrospectif sur les collections. Fruit d’un travail systématique, il a consisté à dresser la liste complète des fonds, en mettant à jour le précédent état des fonds réalisé en 2008.

Aperçu du cadre de classement

À ce jour plus de 180 fonds ont été recensés, complétés par les collections documentaires (fonds général des manuscrits, fonds général des photographies, collections audiovisuelles, dossiers documentaires  : artistes, designers, thématiques). La liste ainsi dégagée a ensuite fait l’objet d’une réorganisation en sept grandes catégories de producteurs, qui témoignent de la diversité des acteurs impliqués dans les milieux artistiques :

  • Artistes
  • Architectes, designers et ingénieurs
  • Critiques d’art, théoriciens, collectionneurs et autres personnalités du monde de l’art
  • Galeries, librairies, maisons d’édition et revues
  • Photographes
  • Cinéastes et vidéastes
  • Institutions et manifestations culturelles

La création d’un état des fonds informatisé, structuré dans un fichier xml  a constitué une étape essentielle : il permet de présenter de manière logique et hiérarchisée, selon le cadre de classement, l’ensemble des instruments de recherche déjà accessibles ou qui seront mis en ligne progressivement et d’offrir aux chercheurs un aperçu global des fonds et collections.

Propulsé par l’application web Pleade développée par la société AJLSM, ce nouveau site permet la publication et l’interrogation d’instruments de recherche produits au format xml-EAD et conformes à la norme de description archivistique internationale ISAD(G)1

Ce nouvel outil de recherche vient compléter le catalogue  de la Bibliothèque Kandinsky. Cependant, les requêtes ne sont pas fédérées entre les deux outils, elles sont totalement indépendantes. Il vous faudra donc faire deux recherches distinctes selon que vous recherchez des sources primaires dans les archives (manuscrits, dossiers documentaires, matériaux photographiques, audiovisuels etc. ) ou secondaires, au sein des collections dites “imprimées” de la bibliothèque (documents éditées, monographies, revues, catalogues etc.)

Continuer la lecture de Un nouveau site pour l’accès aux instruments de recherche en ligne

  1. La norme générale et internationale de descriptions archivistique ISAD(G) repose sur le principe de respect des fonds, le principe de provenance et les règles  de la description à niveaux (ou « description hiérarchisée). Elle comporte 26 éléments, répartis en 7 zones. La première zone « identification » est la plus importante : elle comprend la cote de l’unité décrite, l’intitulé/analyse qui en résume le contenu, les dates extrêmes, le niveau de description choisi et l’importance matérielle (volumétrie, métrage linéaire, nombre de pièces, etc.). []

Archives Vassily Kandinsky : inventaire en ligne

Portrait de Vassily Kandinsky, ca 1925. Photographe : Ralf Elamin. Cote : VK BIO 1006
Portrait de Vassily Kandinsky, ca 1925. Photographe : Ralf Elamin. Cote : VK BIO 1006

 

Après une longue période dédiée à son classement, à son inventaire normalisé et à sa numérisation, le fonds Vassili Kandinsky est enfin disponible en ligne. 

Papiers personnels, correspondance avec plus de 300 interlocuteurs dont Josef Albers, Hans Arp, André Breton, Marcel Breuer, René Char, Marcel Duchamp, Will Grohmann, Paul Klee, Alberto Magnelli, Joan Miro etc…, notes et photographies de voyage côtoient l’oeuvre théorique de l’artiste. L’élaboration de ses textes majeurs comme Über das Geistige in der Kunst, insbesondere in der Malerei ou Der Blaue Reiter est ainsi documentée, de même que sa production littéraire et critique. Reproductions d’oeuvres et argus de presse complètent cet ensemble.

Entre Carnaby Street et Karl Marx. Le projet radical d’Archizoom avec Paolo Deganello et Marco Assennato

archizoom

En dehors de l’usine. L’ operaismo des artistes, des architectes et des designers

Un cycle de rencontres proposées par Jacopo Galimberti, directeur de Programme au Collège International de Philosophie

Jeudi, 8 décembre 2016, 18h30

Bibliothèque Kandinsky

Centre Pompidou

Niveau 3

Entrée libre sur réservation à : reservation.bibliothequekandinsky@centrepompidou.fr

L’operaismo a été un courant majeur du marxisme italien. Ses figures de proue, telles que Mario Tronti et Antonio Negri, n’ont pas seulement façonné les débats et les luttes sociales italiennes de lors des années 1960 et 1970, mais elles continuent de jouer un rôle important dans la réflexion politique contemporaine au niveau international. Toutefois, l’impact de l’operaismo sur les plasticiens d’hier et aujourd’hui demeure peu étudié. Organisé dans le cadre des séminaires du Collège International de Philosophie, le projet « En dehors de l’usine », a l’ambition de permettre des passerelles interdisciplinaires et de faciliter les échanges entre, d’une part, les plasticiens et les architectes, et, d’autre part, les penseurs qui se revendiquent de la tradition de l’operaismo. Lors de cette première année, « En dehors de l’usine » s’articule en trois volets thématiques : le design, la figure de l’artiste et la contreculture. Les rencontres mettront en place un dialogue entre les axes du projet et les ressources conservées dans les collections documentaires de la bibliothèque.

Entre Carnaby Street et Karl Marx. Le projet radical d’Archizoom

avec Paolo Deganello et Marco Assennato

Archizoom (1966-1974) a été un groupe d’architectes italiens actifs entre Florence et Milan. Ses membres ont atteint une renommé internationale dès 1972 au sein d’un mouvement désigné par Germano Celant sous le terme d’ « architecture radicale ». Certains membres d’Archizoom avaient fait partie du mouvement étudiant de Florence et ils étaient des lecteurs passionnés des textes de Mario Tronti, référence cruciale de l’opéraisme. Leur travail de designers et d’architectes, était-il politiquement radical ? Quelle est l’actualité de l’idée de projet proposée par le groupe ? La rencontre abordera ces questions avec Paolo Deganello, un ancien membre d’Archizoom qui fut également un militant de l’organisation politique d’extrême gauche Potere Operaio.

Paolo Deganello. Ancien étudiant d’Architecture à l’Université de Florence, entre 1963 et 1972 Deganello a réalisé, en collaboration avec L .G. Boccia, tous les instruments de planification de la ville de Calenzano (Florence). Diplômé en 1966, il a fondé avec Andrea Branzi, Gilberto Corretti e Massimo Morozzi, le groupe « Archizoom Associati ». Entre 2004 et 2014 il a été “docente convidado” d’Architecture à l’ESAD de Matosighos au Portugal. Deganello a travaillé dans tous les domaines du projet ; il s’est occupé notamment d’urbanisme, d’architecture, de restauration, de design industriel, d’expositions, toujours visant à remettre en question, contre toute forme de spécialisme, les différentes disciplines du projet. Il enseigne à présent « Sustainable interior design » à la FIDI de Florence. Ses œuvres se trouvent à la Triennale de Milan, ainsi que dans les collections de musées comme Victoria & Albert Museum, Denver Museum ou encore Vitra Design Museum à Weil am Rhein et Mude de Lisbone. L’histoire de son travail individuel, ainsi que de celui accompli au sein d’Archizoom, a été retracé par Maria Milano et par Deganello lui-même dans la monographie en portugais, Paolo Deganello as rasoes do meu projecto radical, parue en 2008.

Marco Assennato est philosophe et chercheur indépendant. Ses recherches interrogent les changements de paradigme de la pensée politique et architecturale au XXe siècle. Il a publié Linee di Fuga. Architettura, teoria, politica (duepunti, 2011) et Paesaggio/Paesaggi. Vedere le cose (Libria, 2014). Actuellement ses recherches portent sur Manfredo Tafuri.

 

Archives Guy de Cointet : inventaire en ligne

Guy de Cointet naît en 1934 à Paris. Après une enfance à Oran (Algérie), il entame des études d’arts à Nancy. A partir de 1956, il travaille comme graphiste en agence de publicité, notamment avec son ami d’enfance le photographe Jérôme Ducrot. En 1965, à l’invitation de celui-ci, il part s’installer aux Etats-Unis, à New-York d’abord, où il est l’assistant du sculpteur Larry Bell, puis à Los Angeles, fin 1966. Il sera pendant trois ans (de 1975 à 1977) professeur à l’Otis Art Institute. En 1980, il est lauréat d une bourse du National Endownment for the Arts. Il meurt en 1983 à Los Angeles.

Portrait de Guy de Cointet par Bernard Plossu à Santa Fé (1979)

Portrait de Guy de Cointet par Bernard Plossu à Santa Fé (1979)

L’oeuvre de Guy de Cointet ne cesse d explorer les problématiques du processus de signification. Il s’agit d abord d un travail sur les messages codés et chiffrés, qui prend la forme de dessins et de livres d artistes. Ces éléments visuels inintelligibles (tableaux ou textes) viennent rapidement s’intégrer à des performances où un acteur (plus souvent une actrice) en explicite les messages indéchiffrables (Espahor Ledet Ku Uluner, Cizegoh Tur Ndjmb, The Paintings of Sophie Rummel, At Sunrise A Cry was Heard, Two Drawings, Going to the Market, Lost at Sea, My Father s Diary). Rapidement ce dispositif évolue vers une forme à plusieurs personnages, où le dialogue ne porte plus seulement sur des tableaux-textes, mais aussi sur des objets aux formes énigmatiques auxquels les acteurs prêtent toutes sortes de noms et de fonctions. (Ethiopia, Iglu, Oh a Bear, Tell Me, A New Life, De toutes les couleurs). Les pièces de Guy de Cointet se ressentent du bilinguisme de leur auteur, elles jouent avec plusieurs langues, avec le langage poétique et avec le chant ; certaines ont fait l’objet de traduction ou de projets de traduction, vers l’anglais (Une Soirée avec Raymond Roussel, Huzo Lumst) ou vers le français (Tell Me, A New Life)

Les performances de Guy de Cointet ont été représentées au sein d’institutions majeures du vivant de l’artiste, aux Etats-Unis et en France. Depuis sa mort en 1983, elles ont été rejouées lors de plusieurs manifestations, notamment en 1985 au MoCA de Los Angeles, au CRAC de Sète en 2006, à la Tate Modern de Londres en 2007 et plus récemment au STUK de Louvain et à l Auditorium du Louvre.

Le fonds Guy de Cointet est composé d’archives produites par l’artiste, recueillies aux Etats-Unis et complétées d’archives de jeunesse restées dans sa famille en France. Elles comprennent des documents de nature diverse.

Tout d’abord pour la partie française : cahiers d’écoliers, dessins et réalisations plastiques de jeunesse, imprimés, photographies, traces de son activité de graphiste et de ses collaborations publicitaires avec son ami photographe Jérôme Ducrot qui le fit venir aux Etats-Unis.

Puis, pour la partie américaine dont la majorité de ces archives portent sur l’oeuvre à proprement parler de Guy de Cointet, les performances aux Etats-Unis et en France, l’oeuvre graphique et les livres d’artiste ou publications : carnets de recherches, notes, tapuscrits, brouillons de textes, dessins, blocs à dessin (mise en scène pour les performances, décors, costumes, dialogues, travail sur les codes et alphabets…), reportages photographiques (actrices et acteurs jouant lors de représentations dans des galeries, théâtres, répétitions), vidéos de performances, cartons d’invitation, programmes, dépliants pour des expositions ou performances, publications dans des revues et magazines, correspondances, maquettes de livres. L’ensemble de ces archives a été numérisé et est disponible en ligne.

Enfin, le fonds contient des archives plus personnelles : documents administratifs, financiers, correspondance amicale, collection d’imprimés et de cartes postales, photographies de jeunesse…

Consulter l’inventaire en ligne

Archives Ramsès Younan : inventaire en ligne

Né à Miniah, Haute-Egypte, le 10 août 1913, dans une famille copte de la classe moyenne, Ramsès Younan fait ses études l’Ecole des Beaux-Arts du Caire et commence à  enseigner le dessin dans plusieurs écoles secondaires tout en débutant sa carrière de peintre et de critique.

En 1939, avec le poète Georges Henein (1914-1973) et Ikbal El Alaily, il fonde le groupe surréaliste égyptien réuni autour de la revue La Part du sable. À partir de 1942, il assume la rédaction en chef d’une revue trotskiste d’avant-garde en langue arabe La Nouvelle Revue (al-Megalla al-guédida). Il y publie des traductions en arabe d’Albert Camus, Franz Kafka et Arthur Rimbaud.

Installé à Paris entre 1946 et 1956, il y expose puis devient journaliste. En 1948, la galerie du Dragon présente sa première exposition personnelle. À cette occasion, un dialogue avec Henein sur l’automatisme est publié sous le titre Notes sur une ascèse hystérique. De retour en Egypte en 1957, il se consacre à la peinture abstraite à partir de 1960, organisant une exposition au Caire en 1962. Il conçoit le pavillon égyptien pour la Biennale de Sao Paulo en 1961, puis celui de la Biennale de Venise en 1964.

Le fonds remis par ses filles documente l’oeuvre de Ramsès Younan, peintre, intellectuel et traducteur égyptien. La partie la plus importante du fonds correspond à ses travaux de critique d’art, en langue arabe, ainsi qu’à une revue de presse couvrant ses activités artistiques et journalistiques. De plus, le fonds est riche d’un ensemble de correspondances et d’une bibliothèque à caractère professionnel. Ces archives rassemblent principalement des manuscrits, des tapuscrits, des imprimés ainsi que des coupures de presse. Il a fait l’objet d’un inventaire détaillé réalisé conjointement par ses filles et Jean Colombain.

Consulter l’inventaire en ligne

Reportages dans les ateliers d’artistes : inventaire et ressources numériques en ligne

Atelier Claude Rutault, 2012. Photographe Jean-Christophe Mazur.
Atelier Claude Rutault, 2012. Photographe Jean-Christophe Mazur.

De 2005 à 2015 la Bibliothèque Kandinsky a mené plusieurs campagnes photographiques dans des ateliers d’artistes, campagnes réalisés par Jean-Christophe Mazur.

A découvrir dans leurs ateliers : Dove Allouche, Kader Attia, Matali Crasset, Esther Ferrer, Dominique Gonzalez-Foerster, Shirley Jaffe, Jean-Jacques Lebel, Jean-Luc Moulène, Jean6Michel Othoniel, Claude Rutault, Judith Reigl, Sarkis, Barthélémy Toguo, Nil Yalter…

 

Archives de la Biennale de Paris : inventaire en ligne

Remises à la Bibliothèque Kandinsky entre 1988 et 1990, les archives de la Biennale de Paris conservées à la Bibliothèque Kandinsky couvrent les années 1971 à 1985. Une autre partie du fonds est conservée sous la cote FR ACA BIENN aux Archives de la critique d’art à Rennes.

Les archives conservées à la Bibliothèque Kandinsky et décrites dans le présent inventaire sont principalement constituées de dossiers de participation de 1973 à 1985 contenant de la correspondance, de la documentation photographique nécessaire à l’élaboration du catalogue, de la documentation relative au projet proposé à la biennale (plans, croquis, esquisses, textes, photographies, diapositives, bandes sonores, partitions, etc.), de la documentation administrative attestant de la participation d’un artiste (formulaire de participation, invitation, laissez-passer, devis de transport, frais de douanes, etc.) et de la documentation générale sur l’artiste (biobibliographie, cv, cartons, revue de presse, revues, catalogues et journaux d’exposition).

On y trouve également de la documentation artistique générale envoyée par des correspondants nationaux (avec l’exemple des cahiers sur les artistes sud-coréens envoyés par Seo-Bo Park en 1980) ou encore  de la documentation administrative sur l’organisation de la Biennale. Une documentation curatoriale avec des plans d’aménagement et d’accrochage (la Grande Halle de la Villette) et des vues d’expositions souvent réalisées par André Morain complètent cet ensemble.

Au total le fonds documente près d’un millier d’artistes et de groupes d’artistes. En effet de 1959 à 1985, 13 éditions de la Biennale de Paris se sont tenues dans différents lieux parisiens (Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris, Parc Floral de Vincennes, Musée National d’Art Moderne, Centre Georges Pompidou et Grande Halle de la Villette), avec quelques cas d’itinérances en banlieue et en province (Nice, Strasbourg).

La manifestation était organisée par une association loi 1901, qui possédait des bureaux au 31 de la rue Berryer, 75008 Paris. Elle a été dirigée au fil de ses 13 éditions par trois délégués généraux successifs : Raymond Cogniat (1959-1965), Jacques Lassaigne (1967-1969) et Georges Boudaille (1971-1985). En 1985, la dernière édition rebaptisée « Nouvelle Biennale de Paris » a lieu à la Grande Halle de la Villette. L’association se dissout ensuite à cause de problèmes financiers.

La « Biennale de Paris, Manifestation Internationale des Jeunes Artistes » valorisait trois critères de sélection :

– la jeunesse : les participants, et à un moment donné, les critiques et artistes du comité de sélection, devaient avoir entre 20 et 35 ans.

– l’ouverture internationale : environ 45 pays participants par édition, avec pour certaines années des invités d’honneur (la Chine, l’Allemagne de l’Est, l’Amérique Latine, la Corée du Sud, l’Afrique du Sud, l’URSS, etc.)

– l’interdisciplinarité, avec des focus pour certaines éditions sur la vidéo, le slowscan, la performance, la musique, la bande-dessinée, etc.