Séminaire « Seedy Films »

La Bibliothèque Kandinsky du Musée national d’art moderne est heureuse de vous convier à la première séance du cycle de rencontres « Seedy Films » organisées par Sibylle de Laurens et Pascaline Morincôme.

Première séance : Manhattan Cable TV

Le lundi, 25 juin, à partir de 19h

Bibliothèque Kandinsky

Centre Pompidou, Niveau 3

Entrée libre sur réservation à l’adresse:

reservation.bibliothequekandinsky@centrepompidou.fr

« Seedy Films » est une série d’interventions organisées au sein des collections de la Bibliothèque Kandinsky qui, suivant le protocole utilisé par Richard Prince dans l’écriture de son roman « Why I go to the movies alone », propose à chaque séance de « passer » un film – au sens de «passer un disque » – à travers les pages d’un livre ouvert, d’images ou de notes retrouvées dans un fonds d’archive.

Pensées comme des séances de consultation collective les rencontres s’intéressent à des films issus de la production vidéo alternative comme à l’industrie du cinéma, à des vidéo clips, des émissions de télévision mais aussi à ces « seedy films », films « miteux» du morceau de Soft Cell : rushs, films pornographiques, compte-rendus de manifestations, extraits de caméra de surveillance etc.

Il s’agira ainsi d’expérimenter un dispositif d’analyse spécifique à cette catégorie d’images, qui agrège et tourne autour du film plutôt qu’il ne le fragmente ou le suspende.

Lors de cette première séance, une sélection de documents et d’archives (Storyboards, flyers, guides TV, coupures de presse, récits biographiques etc.) permettra d’évoquer l’histoire de la chaîne de télévision publique Manhattan Cable TV, emblématique des décennies quatre-vingt et quatre-vingt-dix aux Etats-Unis et qui à partir de 1976 et pendant une dizaine d’années, accompagne la production et la diffusion de programmes expérimentaux.

Se réappropriant les principes de l’émission-plateau et du show télévisé, différentes générations et scènes issues de l’avant-garde new-yorkaise se rencontrent alors autour d’émissions telles que The Coca Crystal Show, TV Party de Glenn O’Brien, The Live Show de Jaime Davidovich ainsi que les projets de Collaborative Projects -The Potato Wolf et All Colors News – issus de la scène no-wave émergente. L’émission collaborative Paper Tiger TV à laquelle participent notamment les collectifs Testing the Limits et DIVA TV tous deux issus d’ACT UP/NY, contribue sur la chaîne à l’émergence d’une nouvelle forme d’activisme médiatique.

« Seedy Films » est un cycle d’interventions quadri-annuelles proposées par Sibylle de Laurens et Pascaline Morincôme dans le contexte d’une recherche dédiée aux archives des pratiques vidéo alternatives.

Sibylle de Laurens est programmeuse et chercheuse. Pascaline Morincôme participe à la programmation de l’espace d’exposition Treize (Paris, 11°) et entame un doctorat en histoire de l’art et cinéma.

Depuis 2014, elles travaillent ensemble sur un projet de recherche dédié à l’histoire des pratiques vidéos et médiatiques alternatives apparues aux États-Unis à la fin des années soixante. En janvier 2017, cette recherche a notamment donné lieu à l’organisation de l’exposition Data Report, dédiée aux archives du collectif Videofreex à Treize ainsi que plusieurs soirées de projection et de conférences en collaboration avec The Cheapest University.

 

Université d’été de la Bibliothèque Kandinsky 2018. Le programme!

« Les sources au travail. Publications d’artistes: de l’atelier à la bibliothèque (et vice-versa) »

Lundi 02/07/2018

9.00 Accueil participants, remise des badges et petit déjeuner d’ouverture (Salon du Musée national d’art moderne)

10.00 Ouverture de l’Université d’été de la Bibliothèque Kandinsky (Salle 7 du Musée)

10.30 Introduction par le comité scientifique de l’Université d’été 2018: Didier Schulmann, Mica Gherghescu, Stéphanie Rivoire, Aurélien Bernard et Benjamin Thorel

11.00-12.30 Tour de table des participants et courtes présentations des projets de recherche

18.30 Conférence Cornelia Lauf (Bibliothèque Kandinsky) en attente titre

Mardi 03/07/2018

9.30-12.30 Panel 1 « Réseaux & networks en théorie & en pratique » animé par Antony Hudek

Présentation de projets de recherche de Corinn Gerber, Maria Elena Minuto et Signe Frederiksen (Salle 7)

Mercredi 04/07/2018

9.30-12.30 Panel 2 « Carrières d’artistes et biographies d’objets » animé par Didier Schulmann

Présentation de projets de recherche de Deianira Amico, Alice Cazzola, Kristina Hinrichsen, Rachel Perry et Magda Predescu (Salle 7)

Jeudi 05/07/2018

9.30–12.30 Panel 3 « Quelles activités, quelle agentivité pour l’artiste/éditeur ? »  animé par Dora Garcia

Présentation de projets de recherche de Daisy Nam, collectif ExposerPublier et Katia Porro (Salle 7)

18.30 Conférence « Blank & Illegible books », Moritz Küng (Bibliothèque Kandinsky)

Vendredi 06/07/2018

9.30-12.30 Panel 4 « Questions d’écriture: fictions, performance et expérience » animé par Mica Gherghescu en présence de Jacques Donguy
Présentation de projets de recherche d’Alessandra Acocella, Alice Dusapin, Pauline Goutain, Luzie Meyer, Andrea di Serego Alighieri & Robert Milne (Salle 7)

Samedi 07/07/2018

Visite de la Fondation Kanal-Centre Pompidou, Bruxelles

10.00 Rencontre avec Saskia Gevaert et visite de son atelier

12.00-13.30 Arrivée Site Kanal Centre Pompidou. Déjeuner sur place et après-midi de rencontres (programme en cours)

Lundi 09/07/2018

9.30-12.30 Panel 5 « Cultures alternatives du livre et de l’imprimé » animé par Didier Mathieu et Benjamin Thorel
Présentation de projets de recherche de Chris Lee, Steven Chodoriwsky & Julie Niemi, Loraine Furter, Rachel Valinsky et Aliya Zolotova
(Salle 7)

14.30-17.00 Atelier de travail et présentation de Banu Cennetoglu animé par Yekhan Pinarligil (Salle 7)

Mardi 10/07/2018

9.30-12.30 Panel 6 « Politique de la circulation et poétique de la publication. Le livre d’artiste exposé » animé par Alice Motard
Présentation de projets de recherche de Daniela Hermosilla Zuniga, Verina Gfader, Adam Cruickshank, Leandro Depietri Martinez (Salle 7)

Mercredi 11/07/2018

9.30-12.30 Panel 7 « Historiographies. Faire collection, classification, méthodes et perspectives » animé par Aurélien Bernard en présence du collectif Hyperfiction et de Brigitte Vincens
Présentation de projets de recherche de Jean-Marie Carey, Tony White, Marsha Taichman et Antoine Lefevre (Salle 7)

Jeudi 12/07/2018 

9.30-12.30 Panel 8 « Documenter l’art au présent » en présence d’Aurélie Pétrel et Stéphanie Rivoire (sous réserve)
Présentation de projets de recherche de Sophie Dars (Accattone),
Cristina Imizcoz, Andrée Ospina et Susana Lourenço Marques        (Salle 7)

Vendredi 13/07/2018

9.30-12.00 Table ronde et activation du Journal de l’Université d’été n°5

 

Chercheurs de l’Université d’été de la Bibliothèque Kandinsky

  1. Alessandra Acocella (Fellow at the Archivio Luciano Caruso): Pages of sound poetry: from an exhibition catalogue to traces of a “small aesthetic community”.
  1. Deianira Amico (Université de Florence): Campo Grafico.
  1. Jean-Marie Carey (LACMA Research Fellow; St. Cate Fine Arts, Florida): Trigger for a Train of Thought: der Blaue Reiter Almanach.
  1. Alice Cazzola (Ecole du Louvre; Université de Heidelberg): Le Poème de l’angle droit de Le Corbusier : un livre d’artiste « archi-littéraire ».
  1. Adam Cruickshank (artiste et enseignant, MADA Monash University, Melbourne; doctorant RMIT University, Melbourne): Livre d’artiste « In One Hundred Thousand Years »// artist monograph.
  1. Sophie Dars (architecte; Bartlett UCL Londres): Accattone. Critical Editorial Devices in Little Architects’ Magazines
  1. Leandro Depietri Martinez (School of the Art Institute of Chicago): Fabio Kacero, Osvaldo Lamborghini, Literal Magazine et Grupo de Activismo Gay, Buenos Aires.
  1. Alice Dusapin (éditrice et chercheuse indépendante): Bern Porter, pionnier du développement de l’édition indépendante américaine et européenne.
  1. ExposerPublier (collectif d’artistes et de designers graphiques): Pratiques documentées, exposées et publiées : relecture et analyse collective des productions éditoriales du collectif ExposerPublier.
  1. Signe Frederiksen (ENSBA Lyon): Objects with Pages. Robert Walser / Laurence Rassel
  1. Loraine Furter (designer graphique, chercheuse, Hybrid Publishing Consortium Centre for Digital Cultures Leuphana): Speaking Volumes – art, activisme et éditions féministes.
  1. Corinn Gerber (Université de Toronto): Connecting Directions: Personhood, Citizenship and transnational Editorial practices.
  1. Verina Gfader (artist, researcher): Mis/print in geographies of drift
  1. Pauline Goutain (chargée de cours, Carleton University): L’Optique moderne (1963/1972) : une publication kaléidoscopique.
  1. Daniela Hermosilla Zuniga (doctorante à l’Université de Barcelone): OVUM 10 or the urgency of artists’ publications in Latin America, 1969-1974
  1. Kristina Hinrichsen (Ph.D histoire de l’art Giessen-ETH Zurich ; assistante éditoriale, Hauser & Wirth): Publishing as a practice between art, design and commercial success: Paul Maenz as graphic designer turned gallerist, 1965-1973.
  1. Catalina Imizcoz (editorial assistant, Phaidon): La revue radicale argentine « ramona ».
  1. Antoine Lefebvre (chercheur indépendant): Artzines 1977-2017.
  1. Chris Lee (designer graphique), Steven Chodoriwsky (architecte) & Julie Niemi (conservatrice): Syllabus as utopia xerographic excavations of Tolstoy college.
  1. Susana Lourenço Marques (designer, photography teacher I2ADS, Faculdade de Belas Artes da Universidade do Porto): Publishing/Exhibiting — fascicles of photography and a portable gallery (The editorial activity of the independent publishing house Pierrot le Fou)          
  1. Luzie Meyer, (artiste): Pure Fiction collective, DIY practices    
  1. Maria Elena Minuto (chercheure associée, KU Leuven): Material and Visual Poetics, The Neo-Vanguard Art of Publishing
  1. Daisy Nam (assistant director, Carpenter Center for the Visual Arts Harvard University): Artist-as-publishers with fellow curators, writers, and peers: Matt Keegan (North Drive Press and = =), Martine Syms (Dominca Publishing) and Paul Chan (Badlands Unlimited).
  1. Andrée Ospina (éditrice indépendante): Les publications d’artistes à l’ère du numérique. Objets et enjeux d’une nouvelle pratique artistique : mettre en livre le web
  1. Rachel Perry (enseignante à l’Université de Tel Aviv): Les livres d’artiste de Jean Dubuffet et Jean Fautrier.
  1. Katia Porro (Parsons Paris, the New School): Aging Radicalism: observing a discursive shift in the publications of Ettore Sottsass.
  1. Magda Predescu (Musée national d’Art contemporain Bucarest): Les cahiers-journal et les livres d’artiste d’Octav Grigorescu.
  1. Andrea di Serego Alighieri (écrivain, éditeur et designer) & Robert Milne (publieur, éditeur et designer): Tactics of publishing from the margin to the outskirts – Stuart Sherman
  1. Marsha Taichman (Visual Resources Librarian, Cornell University): The case of Fine Arts Library; Cornell University; Ithaca
  1. Rachel Noémie Valinsky (Ph.D City University New York; adjunct lecturer, Hunter College NY): Publishing Systems: Jorge Glusberg and the CayC Exhibition Catalog
  1. Tony White (associate chief librarian, J. Watson Library, The Metropolitan Museum of Art):  Dealer inventories and exhibition checklists (1974-1994)
  1. Aliya Zolotova (Master Recherche Paris 1 Panthéon-Sorbonne): La revue A-Ya, une institution circonstancielle

www.centrepompidou.fr

http://bibliothequekandinsky.centrepompidou.fr

https://www.facebook.com/UEBK2018/

 

Richard Martel et les 40 ans de la revue « Inter, art actuel »

La Bibliothèque Kandinsky du Musée national d’art moderne est heureuse de vous convier à la présentation et au lancement du dernier numéro de la revue Inter, art actuel en présence de Richard Martel et de ses invités:

Le jeudi, 7 juin, à partir de 18h30

Bibliothèque Kandinsky

Entrée libre sur réservation à : reservation.bibliothequekandinsky@centrepompidou.fr

Interventions: Richard Martel avec Paul Ardenne, Julien Blaine, Jacques Donguy, Mildred Duran, Esther Ferrer et Michaël La Chance.

Créée en mars 1978 par le collectif Inter Le Lieu piloté par Richard Martel, la revue Inter art actuel a été la plaque tournante des plus diverses expressions artistiques internationales: performance, happenings, installation, art social, poésie sonore et expérimentations numériques. Volontairement située sur une position critique par rapport à la production artistique, pluraliste par options esthétiques et intellectuelle, elle a publié des textes majeurs de Pierre Restany, Hervé Fischer, Bernard Heidsieck, Dick Higgins, parmi tant d’autres. A l’occasion de la parution du dernier numéro de la revue, Richard Martel reviendra sur ce « travail marginal et exploratoire » des pluralités artistiques.

Universitaire (UFR Arts, Amiens), Paul Ardenne est historien de l’art, écrivain et commissaire d’exposition. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages de référence sur la création moderne et contemporaine : Art, l’âge contemporain (1997), L’Art dans son moment politique (2000), L’Image Corps (2001), Un Art contextuel (2002), Art, le présent (2009), Cent artistes du Street art (2011). Derniers ouvrages parus : Heureux, les créateurs ? (essai, 2016) et Roger-pris-dans-la-terre (roman, 2017).

Julien Blaine est né en 1942, à Rognac, au bord de l’Étang de Berre, flaque de mer jadis bleu-azur, aujourd’hui marron glacé. Il vit à Ventabren et à Marseille et nomadise le plus possible. (Dénommé aussi Christian POiTEViN (patronyme) et d’une ribambelle d’autres noms.

ÉDITEUR de Doc(k)s et d’une ribambelle d’autres périodiques. AUTEUR de 13427 poëmes métaphysiques et d’une ribambelle d’autres livres et catalogues. EXPOSANT de du sorcier de V. au magicien de M. et d’une ribambelle d’autres expositions, a présenté en 2009 une importante exposition au [mac] Musée d’Art Contemporain de Marseille : un Tri. ORGANISATEUR des Rencontres Internationales de Poésie de Tarascon et d’une ribambelle d’autres manifestations. FONDATEUR du Centre International de Poésie de Marseille (C.I.P.M.) et d’une ribambelle d’autres espaces culturels. CHANTIERS EN COURS : la poésie n’intéresse personne, la cinquième feuille ou l’écriture originelle, le Verssicône, Chom’art, Confidences d’Églantin, Text’art, Ihali, DERNIERS LIVRES PARUS : 5 faits d’actualités par un septuagénaire bien sonné (Ed. Al Dante), Partitions (Ed. Manuel), Dé buts de Roman (Ed. des Vanneaux), 2017 (Aux Presses du réel), 1968/2018 (Ed. Galerie J.-F. Meyer)

Jacques Donguy est poète, et a, comme tel, publié une anthologie manifeste en 1975 sur le Nouveau réalisme en référence à Pierre Restany. Il a également publié à l’époque dans de nombreuses revues comme Chorus ou Exit. Il deviendra par la suite un spécialiste des poésies expérimentales, poésies concrètes, poésie sonores, poésies visuelles, et  réalisera à ce titre une étude – anthologie internationale de parue aux presses du réel. Il enseignera d’ailleurs la poésie expérimentale à Paris I – Panthéon Sorbonne. Il est aussi le traducteur d’Augusto de Campos, grand poète concrétiste brésilien. Pionnier de l’utilisation de l’ordinateur portable en France pour la poésie dès 1983, ce dont témoigne un article dans la revue Inter du printemps 1984 au Québec, Jacques Donguy théorise la « poésie numérique », dont le manifeste a été publié par Art Press en 2002, et développe actuellement son travail à travers des performances sur Pure Data et des publications théoriques. Il anime aussi la revue Celebrity Cafe, qui en est à son numéro 2, et vient de sortir un livre sur le musicien minimaliste américain La Monte Young.

Chercheure en histoire de l’art et commissaire d’exposition indépendante, Mildred Durán Gamba obtient le titre de docteure en histoire de l’art à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne pour son travail de recherche sur Les expressions de violence dans l’art contemporain en Amérique latine. Auteure d’articles parus entre autres dans Les cahiers du CNAM, Inter art actuel, Les publications de la Sorbonne, Critique d’art ou Nos contemporains, en 2013, son projet de recherche sur les Pratiques et théories performatives des artistes extra-occidentaux a été sélectionné par le Centre national des arts plastiques (CNAP) dans le cadre du soutien aux auteurs, aux théoriciens et aux critiques d’art.

Esther Ferrer, San Sebastián, 1937 (Espagne) est connue pour son travail comme plasticienne et par ses performances, à partir de 1967, au sein du groupe espagnol ZAJ (formé en 1964 et dissous en 1996). Son travail s’est toujours orienté vers l’art/action comme pratique éphémère. Dans l’Espagne du début des années 60 elle fonde avec le peintre José Antonio Sistiaga, le premier Atelier de Libre Expression (germe de beaucoup d’autres activités parallèles). À partir des années 70, elle consacre une partie de son activité aux arts plastiques : photographies retravaillées, installations, tableaux basés sur la série des nombres premiers, objets, etc.  Elle a exposée dans de musées et galeries espagnoles et étrangères et aux Foires d’Art comme la FIAC à Paris, ARCO à Madrid, Frize à Londres, Bologne en Italie ou Miami (USA). Son exposition « Todas las variaciones son válidas, incluida ésta » fut inaugurée  en octobre 2017 au Musée Reina Sofía de Madrid et son dernière exposition, « Espacios entrelazados », a commencé le 15 Mars 2018 au Musée Guggenheim de Bilbao.

Michaël La Chance est philosophe et écrivain. Professeur en Théorie et histoire de l’art à l’UQAC dans le cheminement en art numérique, directeur de la galerie d’art de l’université – l’Œuvre de l’autre, il a enseigné au Doctorat en études et pratiques des arts et en Philosophie à l’UQAM. Membre du bureau de direction du CELAT, Centre Interuniversitaire d’Étude sur les Lettres, les Arts et les Traditions, chercheur dans l’équipe FCAR « La mémoire brisée. Migrations et métamorphoses », responsable du groupe CAMERAS, Création artistique multimédia et recherche au Saguenay, il a signé de nombreux articles de critique d’art, de catalogues d’artistes et aussi de contributions savantes en esthétique littéraire et visuelle. Il est membre du comité de rédaction de la revue Inter Art Actuel. Il a assumé la codirection de Spirale. Magazine Multidisciplinaire, ex-président de la Société d’Esthétique du Québec, ex-président de la Société de Philosophie de Montréal. Associé très tôt aux recherches sur la représentation sémantique en intelligence artificielle (Groupe de recherche sur la formalisation de la sémantique, UQAM, 1983 sv..), il a développé des robots conversationnels en LISP, – son intérêt pour les aspects culturels et philosophiques de la cyberculture l’a conduit à coorganiser le colloque international de 1997,  « Penser le virtuel » où il a présenté l’ «hyperphilosophie », dont il est reconnu comme un des fondateurs.

RICHARD MARTEL est un artiste multidisciplinaire québécois installé à Québec depuis trente ans et qui présente régulièrement ses activités tant ici qu’à l’étranger. Actif dans plusieurs domaines, il investigue les arts visuels, principalement l’installation et la performance, la vidéo et l’installation vidéo, la radio, l’écriture, l’édition, l’organisation d’événements et l’enseignement. Membre fondateur des éditions Intervention, dont il est le coordonnateur, Richard Martel est à l’origine de la revue Inter, art actuel dont il est toujours le rédacteur, et du Lieu, Centre en art actuel (1982) avec lequel il organise la rencontre internationale d’art performance (RIAP) à Québec. Engagé dans la pratique et la théorie, il s’intéresse à l’art comme système d’expérimentation et de transgression, l’art comme activité comportementale poétique.

www.centrepompidou.fr

www.inter-lelieu.org

http://bibliothequekandinsky.centrepompidou.fr

Muralnomad, Romy Golan (Editions Macula)

La Bibliothèque Kandinsky du Musée national d’art moderne est heureuse de vous convier au lancement de l’ouvrage de Romy Golan, Muralnomad. Le paradoxe de l’image murale en Europe (1927-1957) en présence de l’auteure et de Patricia Falguières

Le lundi, 4 juin, à partir de 18h30

Bibliothèque Kandinsky

Centre Pompidou, Niveau 3

Entrée libre. RSVP obligatoire à l’adresse : reservation.bibliothequekandinsky@centrepompidou.fr

Dans Muralnomad. Le paradoxe de l’image murale en Europe (1927-1957), Romy Golan se concentre sur une série d’objets fascinants : certains aussi curieux que la grande mosaïque de Mario Sironi, Il lavoro fascista, exposée à l’origine à la Triennale de Milan de 1936, et déplacée à Paris pour l’Exposition universelle de 1937 : son mode d’exposition, que l’on doit à l’architecte Giuseppe Pagano, y est inédit : la mosaïque est suspendue au milieu de la salle, avec un accès privilégié à sa face cachée (son dos). Romy Golan recourt à l’École viennoise d’histoire de l’art et à Aloïs Riegl et montre ce que cette œuvre doit aux ruines romaines, notamment à l’arc de Constantin édifié à l’aide de spolia, et comment l’œuvre questionne le concept de romanité du régime mussolinien.

D’autres exemples étudiés sont des icônes. C’est le cas des Nymphéas de Monet que, par une lecture innovante qui fait appel à Freud et à ses concepts de sentiments océaniques et de traumatisme, Romy Golan relie aux panoramas de champs de bataille. Autre icône, Guernica de Pablo Picasso, que l’auteur replace dans le bâtiment républicain espagnol de l’Exposition universelle de 1937, parmi les photomurals vantant les bienfaits du Frente popular. En s’appuyant sur Walter Benjamin et sa théorie du montage, elle dévoile tout ce que Guernica doit au montage photographique, avec pour exemple ses tons de noir et de blanc, son style « couper-coller» et sa fonction assumée d’agit-prop.

Romy Golan se penche encore sur l’Exposition universelle de 1937 ; sur les photomontages, instruments politiques au service des régimes de droite et de gauche ; sur les tentatives françaises et italiennes de produire une synthèse des arts, avec pour résultat la décoration d’immeubles d’habitation en Italie et la tapisserie en France ; sur les tapisseries de Le Corbusier pour Chandigarh.

Une iconographie unique riche de 175 images vient illustrer les cinq chapitres du livre avec des images méconnues ou rares.

Romy Golan est professeur d’histoire de l’art du XXe siècle au Graduate Center, City University of New York. Parmi ses publications : Modernity and Nostalgia: Art and Politics in France Between the Wars (Yale University Press, 1995). Elle a récemment publié une série d’article sur les temporalités cachées de l’art Italien dans les années soixante dans les revues Grey Room, October, et Transbordeur.

Patricia Falguières est professeure agrégée à l’École des hautes études en sciences sociales à Paris. Ses travaux ont porté sur la philosophie et l’art de la Renaissance, les classifications, les encyclopédies, les index et la naissance du musée dans l’Europe moderne, et sur le Maniérisme. Parmi ses publications : Les Chambres de merveilles (2002), l’édition française de Brian O’Doherty, Inside the White Cube (2008) et de Julius von Schlosser, Les cabinets d’art et de merveilles de la renaissance tardive (2013). Ses travaux portent actuellement sur la technè à la Renaissance et l’inscription des pratiques artistiques dans l’ordonnance aristotélicienne des savoirs.

Informations techniques

Romy Golan, Muralnomad. Le paradoxe de l’image murale en Europe (1927-1957)

Traduction par Sophie Yersin Legrand

396 pages | 88 ill. couleur et 87 ill. n/b

Format 28 x 19 cm

ISBN 978-2-86589-103-0

www.centrepompidou.fr

www.editionsmacula.com

http://bibliothequekandinsky.centrepompidou.fr

https://carnetbk.hypotheses.org/

 

 

 

 

Cycle CNAP/BK Les artistes iconographes

Le Centre national des arts plastiques (Cnap) et la Bibliothèque Kandinsky du Musée national d’art moderne/CCI, Centre Pompidou sont heureux de vous inviter au lancement du livre « Les artistes iconographes » publié par les éditions Empire et Villa du Parc, centre d’art contemporain, dont sa directrice Garance Chabert et le photographe Aurélien Mole, directeurs de  l’ouvrage, en feront une présentation en compagnie d’un des auteurs François Aubart.

Jeudi 3 mai 2018, à 18h30

Entrée libre sur réservation à : reservation.bibliothequekandinsky@centrepompidou.fr

Les artistes iconographes nourrissent leur démarche depuis plus d’un siècle de la diversité des images produites par d’autres et diffusées industriellement dans la société. Du collage au Post-Internet, de l’installation d’archives à la citation appropriationniste, en passant par la constellation d’images, ce livre remet en perspective ces pratiques en se focalisant sur les quarante dernières années marquées par l’invention et le développement d’un nouveau régime de diffusion : Internet.

La réflexion critique et curatoriale revient sur quelques moments – jalons de la théorie postmoderne, de Frederic Jameson à Douglas Crimp, Benjamin Buchloh et Hal Foster, lus à l’aune du montage iconologique d’Aby Warburg, du tournant archivistique contemporain, ainsi que du renversement des régimes d’images opéré par l’environnement Post-Internet.

A travers textes théoriques, entretiens avec des artistes, et pratiques de l’exposition, le livre dresse une cartographie des relations que les artistes, ces « iconographes-astronomes », entretiennent avec les images et aborde la question de l’affect comme moteur de nos interactions avec elles.

Sous la direction de Garance Chabert et Aurélien Mole.
Avec des textes de François Aubart, Garance Chabert et Aurélien Mole, Ingrid Luquet-Gad et Jan Verwoert.
Avec des entretiens de Pierre-Olivier Arnaud, Barbara Breitenfellner, Céline Duval, Haris Epaminonda, Aurélien Froment, Wade Guyton, Camille Henrot, Thomas Hirschhorn, Pierre Leguillon, Jonathan Monk, Clément Rodzielski, Linder Sterling, John Stezaker, Oriol Vilanova, réalisés par Timothée Chaillou et un livret de 16 pages d’Album XIII (extrait), Luis Jacob, 2015.

Le livre est réalisé avec le soutien à l’édition du Cnap.

Éditions Empire et Villa du Parc, centre d’art contemporain
Français / Anglais
Conception graphique : Syndicat

342 + 16 pages

Diffusion : Les presses du réel
ISBN : 979-10-95991-02-1

www.e-m-p-i-r-e.eu

www.villaduparc.org

www.cnap.fr

www.centrepompidou.fr

Negro Anthology

© Negro Anthology: 1931-1933, London : Published by Nancy Cunard at Wishart & Co., 1934; Nancy Cunard, Negro Anthology, réedition, Paris, Nouvelles Editions Place, 2018, Bibliothèque Kandinsky, Musée national d’art moderne – Centre de création industrielle, Centre Pompidou, Paris

En temps d’hommage à Martin Luther King, la Bibliothèque Kandinsky du Musée national d’art moderne est heureuse de vous convier au lancement de la réédition en fac-similé de Negro Anthology (editée par Nancy Cunard) aux Nouvelles Editions Place suivi d’une discussion en présence de Sarah Frioux-Salgas, responsable des archives du Musée du quai Branly, Cyrille Zola-Place, directeur éditorial, Daniel Soutif, philosophe et critique d’art et Pascale Obolo, artiste plasticienne, productrice et réalisatrice.

Jeudi 19 avril 2018, à partir de 18h30

Bibliothèque Kandinsky, Centre Pompidou, Niveau 3

Réservation obligatoire: reservation.bibliothequekandinsky@centrepompidou.fr

Pendant de nombreuses années, la Negro Anthology, éditée en 1934 par Nancy Cunard à Londres chez Wishart & Co., est restée une rareté bibliophilique, disponible pour consultation seulement dans quelques collections publiques françaises de livres rares. En 2017, à travers une acquisition exceptionnelle, la Bibliothèque Kandinsky faisait entrer dans ses collections l’exemplaire portant un envoi autographe de Nancy Cunard au poète cubain Nicolas Guillén. Les Nouvelles Editions Place réactivent aujourd’hui l’aventure éditoriale de cette formidable encyclopédie transnationale du monde noir par une réédition en fac-similé accompagnée d’un appareil critique réalisé par Sarah Frioux-Salgas, responsable des archives du Musée du quai Branly et préfacé par Mamadou Diouf.

Objet inclassable, vaste projet documentaire relevant à la fois d’ethnographie surréaliste, d’un certain romantisme révolutionnaire de la modernité artistique des années 1930 et d’engagements anti-impérialistes, anticoloniaux et antiségrégationnistes, Negro Anthology condense plusieurs voix consacrées à l’histoire des noirs d’Amérique du Nord, du Sud, des Antilles, d’Europe et d’Afrique. Comme Cunard l’écrivait au romancier jamaïcain Claude McKay, l’anthologie se voulait un grand « symposium », un énorme rassemblement cosmopolite de témoignages alternatifs sur la question raciale. Parmi les contributeurs, figures de la résistance noire comme W.E.B. du Bois, George Padmore ou Jomo Kenyatta côtoient les représentants de la Renaissance de Haarlem (Zora Neale Hurston), des communistes engagés dans la cause africaine comme James Ford ou Raymond Michelet, des écrivains comme Langston Hugues, Michael Gold, Jacques Roumain, Mario de Andrade, Nicolas Guillén, Louis Zukofsky, Beatrice Hastings ou bien les surréalistes français (André Breton, René Crevel, Benjamin Péret, René Char, Roger Caillios, etc.). Avec 385 illustrations, l’anthologie – compilation est rythmée par des photographies documentaires, extraits de journaux à l’état brut, affiches, cartes, illustrations pour enfants et partitions musicales.

La rencontre sera l’occasion de revenir sur les engagements politiques et sociaux, les choix esthétiques, les dissonances et les résonances contemporaines  de ce projet éditorial hors pair.

Sarah Frioux-Salgas, née en 1978, a suivi des études d’Histoire Africaine à Paris 1 (recherches sur la traite négrière et l’esclavage dans les Caraïbes). Elle a été assistante d’exposition au Musée d’art et d’histoire du judaïsme (« Marc Chagall: Hadassah », 2002, « Tim: être de son temps », 2003). Depuis 2003, elle est responsable des archives et de la documentation des collections à la médiathèque du musée du quai Branly. En 2009, elle a été commissaire  de l’exposition « Présence Africaine. Une tribune, un mouvement, un réseau » (Musée du Quai Branly et en 2011, à Dakar; direction du numéro 10 de la revue Gradhiva « Présence Africaine. Les conditions noires:une généalogie des discours »). En 2014, elle a organisé l’exposition « L’Atlantique noir de Nancy Cunard» (Musée du quai Branly) et édité le numéro 19 de la revue Gradhiva. Revue d’anthropologie et histoire des arts, dédié à la Negro Anthology. En 2016, avec Dominique Malaquais et Cédric Vincent, elle a été commissaire de  « Dakar 66. Chronique d’un festival panafricain »( musée du quai Branly).

Pascale Obolo est activiste, rédactrice en chef de la revue d’art contemporain AFRIKADAA, commissaire indépendante et enseignante à l’Ecole des beaux-arts  de Quimper. Responsable de l’African Art Book Fair (espace de rencontre pour les éditeurs indépendants issue des territoires du sud) pendant la Biennale de Dakar, elle a rejoint récemment l’équipe de la programmation à la colonie.

Philosophe et critique d’art, Daniel Soutif a été rédacteur en chef des Cahiers du Musée national d’art moderne (de 1990 à 1994), directeur du développement culturel au Centre Pompidou (de 1993 à 2001), et a dirigé le Centro per l’arte contemporanea Luigi Pecci de Prato (Italie). Commissaire indépendant depuis 2006, il a notamment conçu les expositions « Le Temps, vite ! » au Centre Pompidou (2000) ou « Le siècle du Jazz » au musée du quai Branly – Jacques Chirac (2009). Il a également contribué au quotidien « Libération » et au magazine américain « Artforum ». En 2016, il a été le commissaire de l’exposition « The Color Line, Les artistes africains-américains et la ségrégation », au musée du Quai Branly – Jacques Chirac.

Cyrille Zola-Place travaille depuis 2015 aux Nouvelles éditions Place pour lesquelles il dessine un espace éditorial avec des collections transversales (douze à ce jour) qui proposent chacune une approche du monde par un angle singulier.  Si elles ne négligent pas les réimpressions de documents difficilement accessibles ou éparses, les Nouvelles éditions Place, en s’engageant pour la création contemporaine, sont avant tout au service de l’actualité. Mémoire (documents et archives), miroir (essais critiques), espoir (action et création) dessinent une constellation du sens, un sens non linéaire, incomplet et mouvant, mais constituée de corps intelligibles et organiquement liés. Économètre et sociologue, Cyrille Zola-Place a vécu 13 ans en Allemagne où il a étudié la philologie. Sous d’autres noms, il est écrivain.

CYCLE CNAP/BK, THIERRY CHANGOGNE: « HISTOIRE DU GRAPHISME AVANT LA MODERNITE EN TROIS TEMPS, CINQ MOUVEMENTS… » (EDITIONS FRANCISCOPOLIS)

Le Centre national des arts plastiques (Cnap) et la Bibliothèque Kandinsky du Musée national d’art moderne/CCI, Centre Pompidou sont heureux de vous inviter au lancement du livre « Histoire du graphisme avant la modernité en trois temps, cinq mouvements ; Premier temps : avant l’écriture ; Premier mouvement : Muthôs » publié par les éditions Franciscopolis en présence de son auteur Thierry Chancogne et de Mathias Schweizer qui en a réalisé la conception graphique.

Mercredi 28 mars 2018, à 18h30

Bibliothèque Kandinsky

Entrée libre sur réservation à : reservation.bibliothequekandinsky@centrepompidou.fr

Le graphiste, le designer graphique, le typographe semblent apparaître avec la notion toujours complexe de modernité ou, en tous cas, avec le mouvement d’une industrialisation plus consciente d’elle-même. C’est ce que semble soutenir le grand défenseur de la modernité, Robin Kinross, lorsqu’il situe les débuts de la modern typography au XVIIe siècle, alors que l’artisan imprimeur sort de son atelier noir pour prendre le recul réflexif du libraire qui édite des contenus ou du typographe qui pense, institue et relaie sa pratique dans des manuels professionnels.

Mais est-ce à dire qu’on ne puisse parler de graphisme avant l’institution de cette modernité et de cette pratique du graphiste ?  C’est à cette question intempestive que veut s’attaquer Thierry Chancogne, enseignant et théoricien du graphisme, en tentant de repérer les moments de rupture de phase de l’histoire longue de cette discipline avant même qu’elle ne soit reconnue comme telle.

Premier temps et premier mouvement de cette « histoire », il sera question dans ce recueil des matériaux les plus divers que l’auteur a  pu rencontrer dans sa recherche – artistiques, techniques, éthologiques, anthropologiques, psychologiques, archéologiques, etc. – d’envisager la graphie avant l’apparition de l’écriture, de penser le graphisme au temps plus ou moins originel de l’oralité et du mythe, avant la confiscation du logos par le prestige un brin exclusif de l’écriture.

Thierry Chancogne est enseignant et théoricien du graphisme, co-fondateur de la revue en ligne Tombolo, de l’association d’édition Tombolo Presse et du projet de local pédagogique Ravisius Textor.

Franciscopolis éditions avec l’École supérieure d’art de Cambrai dans le contexte du cycle de conférences «Empreindre».

Conception graphique : Mathias Schweizer, accompagné de Tomy Bougé et Damien Bauza

Relectures : Hélène Coste, Léna Patier et Juliette Tixier

ISBN : 379-10-97348-00-7

Diffusion : Les presses du réel

Ouvrage réalisé avec le soutien à l’édition du Cnap.

www.franciscopolis.com

www.presses.t-o-m-b-o-l-o.eu

www.ravisiustextor.eu

www.cnap.fr

www.centrepompidou.fr

https://carnetbk.hypotheses.org/

Sun Gardens

Parmi les livres de la bibliothèque de Michel Frizot entrée il y a peu dans les collections se trouve une édition par Aperture en 1985 des Sun Gardens. Victorians Photograms d’Anna Atkins.
Les photogrammes originaux existent sous forme de liasse et sont conservés dans des bibliothèques anglaises. Ce sont des cyanotypes où se découpent sur un fond bleu cyan des silhouettes de feuilles, fougères, algues, graminées, coraux et autres plumes, choisis par la botaniste pour leur beauté.
Publié en 1843 le livre d’Anna Atkins fait d’elle une pionnière du livre de photographie, car il est à peine postérieur aux daguerréoptypes, aux calotypes de Talbot et à l’invention du cyanotype par Herschel.
Le procédé offre une photosensibilité fine au point de saisir les nervures des feuilles ou la transparence des pétales du pavot. Ces images de lumière flottant dans une immensité bleue sont un véritable hommage à la beauté des formes de la nature, et que le livre de 1985 reproduit.
Cote Fonds Frizot L Q77

Journée d’études « Design, Archives, Display. Parcours, détours. Des modernités questionnées » 30 janvier 2018

Le département Design de l’ENS Paris-Saclay avec le parcours histoire du M2R et le module « Design, display, archives ENS-BK » et le CDRED, centre de recherche en design dans le cadre de ses axes de recherches historiques, proposent une journée d’étude dédiée aux expositions à travers deux filtres principaux : importance des modes d’exposer et des réflexions sur le display dont les disciplines du design (objets, espace, graphisme etc.) sont porteuses, importance de l’archive dans ce nouveau champs des études en histoire du design.
Cette journée propose, à travers les communications d’étudiants chercheurs et de chercheurs d’explorer différents pans de la modernité : modernité industrielle, exemples d’expositions temporaires et de modalités d’exposition dans la seconde moitié du XXème siècle et de nos jours, consultation des fonds d’archives et réflexions contemporaines sur la question des documents graphiques exposés.

Programme

Matinée – Cas d’études
9:30 Introduction de la journée : Didier Schulmann,
conservateur et chef de service de la bibliothèque Kandinsky
9:45 Direction de séance : Catherine Geel
Reprise, puis discussion modérée par Anne
Lefebvre, maître de conférences, ENS Paris-Saclay.

  • Estelle Chaillat Le mystère du Kiosque de l’exposition Paris-Moscou (1979)
  • Laure Garreau Jean Prouvé, 1964 : La rétrospective oubliée.

10:45 Pause

  • 11:00 Clémentine Léon-Bonnet La Collection Ico : typologie subjective d’exposition éditoriale.
    Lise Brosseau Pratiques curatoriales contemporaines de designers graphiques : Radim Peško à Brno (2016)

12:00 Discussion

Après-midi Théorisation
14:00 Introduction : Claire Brunet, directrice du département design, ENS-Paris-Saclay

14:15 Direction de séance : Catherine Geel Reprise, puis discussion modérée par Éléonore Challine, maître de conférence, Paris 1.

14:20 Jerôme Glicenstein Remarques
sur les enjeux théoriques de l’exposition

15:15 Mica Gherghescu, Stéphanie Rivoire

16:00 Pause

16:15 L’Agence du doute Like Agnes
or Ulysses… a conversation piece.

17:00 Discussion

Centre Pompidou, Salle Triangle
Une collaboration ENS-Cachan – Bibliothèque Kandinsky, Mnam/Cci – Centre Pompidou
Merci de vous inscrire à l’adresse
suivante: contact.cdred@ens-paris-saclay.fr

Piet Mondrian. The Complete Writings, compilés et édités par Louis Veen

Très belle édition des écrits de Mondrian dans leur langue originale, compilés et édités par Louis Veen, dont cette publication est le fruit de la thèse soutenue à Utrecht en 2011.
Soulignons le magnifique travail d’éditeur accompli par Primavera Pers, de Leyde aux Pays-Bas, d’une clarté et d’un soin qui méritent d’être salués.
Le choix de l’illustration de couverture, la reproduction d’un manuscrit sur le sens de l’expression plastique, placée dans un carré sur la pointe annonce toute la finesse des choix qui rendront la lecture si agréable : format, papier, maquette, Garamond.
Outre les textes, l’ouvrage contient des tableaux d’équivalence du vocabulaire utilisé par Mondrian dans les trois langues anglais, néerlandais et français.
Cote in-8 31455

UNIVERSITE d’ETE de la BIBLIOTHEQUE KANDINSKY, 5e édition, 2-13 juillet 2018

APPEL A CANDIDATURE// CALL FOR PAPERS

LES SOURCES AU TRAVAIL
Publications d’artistes: de l’atelier à la bibliothèque
(et vice-versa)

For English version, please scroll down 

L’Université d’été de la Bibliothèque Kandinsky est un programme du Centre Pompidou qui se déroule dans l’espace des collections contemporaines du Musée national d’art moderne. Elle a pour objet les sources de l’art moderne et contemporain : archives, documentation écrite, photographique ou filmique, témoignages, formes d’appropriation artistique de la production documentaire. Initiative interdisciplinaire, l’Université d’été de la Bibliothèque Kandinsky réunit de jeunes chercheur.e.s : historiens et historiens de l’art, anthropologues et sociologues, artistes, critiques, commissaires d’expositions, qui partagent un travail collectif sur les sources documentaires. La table-vitrine de l’Université d’été sert à la fois comme table de montage et d’exposition. Elle recueille fac-similés, reproductions, sources archivistiques et documentaires proposées ou évoquées au cours des séances. Plusieurs ateliers d’écriture rythment le parcours de l’Université d’été. Des visites dans différents lieux et collections documentaires émailleront les journées de travail. Le numéro cinq du « Journal de l’Université d’été de la Bibliothèque Kandinsky » sera tout à la fois un recueil de sources et une création collective qui reflètera les débats poursuivis pendant les séances de travail.

« Tout, au monde, existe pour aboutir à un livre ». Emblématiques, les mots de Stéphane Mallarmé ont guidé de manière subtile les nombreuses recherches et expérimentations sur les publications d’artistes, inspirant appropriations, réactivations, et tentatives de définition. A l’autre bout du spectre historique et dans le même effort de définition d’une pratique artistique élargie, Ulises Carrión rappelait que les « artistes ont publié des livres et des revues, tout en les distribuant, en gérant des galeries et des centres d’art, organisant des événements culturels à travers différentes médias et avec des professions spécialisées. En d’autres mots : ils ont abandonné le terrain sacré de l’art et sont entrés dans l’espace plus vaste et moins délimité de la culture. »

Pour sa cinquième session, l’Université d’été de la Bibliothèque Kandinsky se propose d’étudier le phénomène protéiforme des pratiques de publication d’artiste, à l’aune de ses formes matérielles les plus diverses. Il s’agira également de saisir les réseaux mis en place, et de mettre en lumière les échanges, les contextes et les géographies multiples qui participent de l’élaboration de stratégies de création.
En résonance avec les recherches récentes sur les livres d’artistes, tant sur les stratégies d’édition artistique à l’ère de la conversion multimédia que sur les pratiques éditoriales alternatives, cette nouvelle édition mettra en débat les limites et les déplacements d’un genre extrêmement versatile. Se référant à la fois au champ de la littérature et de l’art, et au monde dans lequel elles s’inscrivent, les publications d’artistes résistent à toute classification restrictive. Si on devait dégager une de leurs spécificités, elle résiderait sans doute dans leur singularité formelle et dans l’inventivité incessante de leurs méthodes de production.

Objet aux contours flexibles, la publication d’artiste sera confrontée à différentes ouvertures disciplinaires ; l’histoire du livre et de l’édition, les media studies, les théories de la communication visuelle au sein desquelles les recherches menées par la théorie et les pratiques du design graphique ont amplement déplacé les frontières définitionnelles, les modes de production et les gestes d’exposition. Sans en épuiser les déclinaisons, les interventions devront porter sur la multiplicité des formats, des techniques et des médiums : livres et périodiques d’artistes, fanzines et samizdats, multiples et livres objets, livres de photographie, livres d’architecture et livres de curateur, éphémèra et éditions hybrides, jusqu’aux explorations numériques, aux e-books d’artiste et aux formes de l’autoédition contemporaine. Etudes de cas focalisées sur les productions, les producteurs et les institutions historiques de l’édition d’artiste devront alterner avec des propositions contemporaines qui réfléchissent de manière critique aussi bien sur la place, les profils des artistes, leur position en tant qu’éditeurs, que sur le statut de l’objet publié et les différentes cultures artistiques et techniques auxquelles il s’attache.

Des savoir-faire alternatifs aux stratégies de patrimonialisation de ces objets documentaires, ainsi que la variété de leurs modes de diffusion, l’Université d’été interrogera également les circuits et les économies qui sous-tendent les pratiques éditoriales artistiques. En perturbant les genres conventionnels, quelles tactiques d’écriture créative, de description bibliographique et d’élaboration de contenu sont mises en place ?  Comment les circuits de savoir (académique ou artistique) et les circuits de production affectent-ils l’objet publié ? Quel est le profil des acteurs qui y interviennent ? Quels sont les risques et dérives dans l’économie des éditions d’artistes ?  Quelles formes d’apprentissage, de pédagogie et de transmission sont mobilisées ?  Quelle place donner à l’auctorialité pour un objet qui joue incessamment avec sa nature autoréférentielle, tout en étant un lieu de travail collectif exemplaire ? Comment « faire collection » avec des objets qui se déplacent avec légèreté entre une bibliothèque, un musée, un espace indépendant et ses avatars numériques ? Enfin, comme Carrión le laissait entendre, la publication d’artiste n’est qu’une pratique parmi d’autres et reste souvent le reflet, ou la trace, d’autres formes d’engagement artistique, mais aussi politique et social. Comment penser alors cet engagement à travers les formes de publications artistiques, devenues les documents pluridisciplinaires d’une action et les territoires d’une construction collective ? Comment ces publications renseignent-elles les œuvres de ces mêmes artistes, mais hors du champ éditorial ? Quelle lecture viennent-elles ajouter ou permettent-elles de déplier au regard de leurs œuvres constituées par ailleurs ?

Selon son principe de travail structurant, l’Université d’été mettra à disposition des participants un ensemble de ressources documentaires conservées par la Bibliothèque Kandinsky et notamment sa grande collection de publications et éditions d’artistes. Elle invitera les participants à enrichir le débat en partageant les sources de travail sur lesquelles ont reposé leurs recherches et à poursuivre des opérations historiographiques sur un mode critique et inventif.

PROCEDURE DE CANDIDATURE

L’Université d’été de la Bibliothèque Kandinsky s’adresse à un public international de jeunes historiens, historiens d’art, anthropologues, sociologues, bibliothécaires et étudiants conservateurs, artistes et graphistes.

Dossier de candidature :

  • une proposition de communication, d’intervention ou de contribution (4500 signes/700 mots en format pdf; peut être rédigée en anglais ou français)
  • un CV et une liste de publications (format pdf)
  • Il est nécessaire d’avoir une bonne maîtrise de l’anglais et du français.

Les participants devront apporter un choix de sources qui servira de support à la présentation de leur travail.
Les propositions de communication sont à adresser avant le 4 mars 2018 à l’adresse électronique: bibliotheque.kandinsky@centrepompidou.fr
La ligne « sujet » du mail doit préciser le nom du candidat précédé de la mention Université d’été.
Les propositions seront examinées par le Comité de pilotage qui se chargera d’établir le programme définitif de l’Université d’été. Le Comité de pilotage retiendra 25 candidatures. Tous les candidats, qu’ils soient ou non retenus, seront contactés individuellement avant le 16 mars 2018.

Une contribution d’inscription de 150 € sera demandée aux participants qui bénéficieront de l’enseignement de l’Université d’été. Cette contribution couvrira un certain nombre de frais – transport vers des lieux visités, éventuels droits d’entrée dans des institutions, etc.
A l’attention des candidats qui en feront la demande, le Centre Pompidou émettra toutes attestations utiles leur permettant d’obtenir toutes bourses ou aide de financement qu’ils pourraient requérir auprès de fondations, de musées ou d’institutions universitaires ou de recherche.

*
COMITE DE PILOTAGE
Aurélien Bernard, bibliothécaire en charge des imprimés contemporains, Bibliothèque Kandinsky, Musée National d’Art Moderne, Centre Pompidou, Paris
Mica Gherghescu, historienne de l’art, Bibliothèque Kandinsky, Musée National d’Art Moderne, Centre Pompidou, Paris
Stéphanie Rivoire, conservatrice des fonds et collections, Bibliothèque Kandinsky, Musée National d’Art Moderne, Centre Pompidou, Paris
Didier Schulmann, conservateur, Bibliothèque Kandinsky, Musée National d’Art Moderne, Centre Pompidou, Paris
Benjamin Thorel, historien de l’art, École supérieure des Beaux-Arts de BordeauX/fondateur de Section 7 Books / After 8 Books

Vous pouvez adresser vos demandes de renseignements à l’adresse:
bibliotheque.kandinsky@centrepompidou.fr
Tel : +33 (0)1 44 78 46 65

……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………..

Primary sources at work.
Artists’ publishing practices: from the studio to the library (and back again)

The Bibliothèque Kandinsky’s Summer University is a Musée National d’Art Moderne/Centre Pompidou research program installed on the very premises of the museum. It focuses on modern and contemporary art primary sources: archives, documentary materials (both written and visual), interviews, records, as well as new forms of artistic appropriation and documentary production. Interdisciplinary in format, the Summer University brings together young researchers: historians, art historians, anthropologists, sociologists, artists, critics and curators who share a collective reflection with art professionals and various scholars around primary source materials. It will be held in one of the museum rooms, around a conference table, used at the same time as a workspace and an exhibition device for the display of documents. Facsimiles, reproductions, and archival material will be unfolded in the space during the working sessions. Several writing workshops will rhythm the program, as well as visits to various documentary collections. Editorial work is at the heart of the Summer University: a new issue of the “Journal de l’Université d’été de la Bibliothèque Kandinsky”—conceived both as a critical anthology based on the debates during the sessions and as an experimental production—will be released at the end of the session. 

“Everything in the world exists to end up in a book.” Stephane Mallarmé’s famous words have lastingly marked the experiments with as well as the research on artists’ publications, inspiring definitions, appropriations, and modes of activation. In an extended attempt to draw the borders of these particular genres, Ulises Carrión once remarked that “artists have started publishing books and magazines, distributing them, managing galleries and other art centres, organizing cultural events that involve various media and specialized professions. In other words, they have abandoned the sacred realm of art and entered the wider, less well contoured field of culture.”

For its fifth session, Bibliothèque Kandinsky’s Summer University will address the plural phenomenon of publishing in the art field in all its diversity. It will seek to capture the various networks, exchanges, contexts, and the multiple geographies that inform the creative decisions at stake in this variegated production. It will also echo the recent reflexions on the status and evolution of the artists’ book caught between the imperatives of digital turn and alternative editorial strategies, and discuss the contours of an extremely versatile genre. Indeed, artists’ publications resist any restrictive classification, as one can’t help but notice, amongst their specificities, the formal singularities and unremitting ingeniousness of their varied production methods.

Flexible in nature, artists’ publications and editions will be confronted to different approaches: history of the book, media studies, visual communication theories, graphic design… Rather than fixing a dynamic field, these disciplines have opened up new fields of investigation, dealing with production methods and exhibition strategies, amongst other examples. The communication proposals will have to address the very multiplicity of formats, techniques and mediums that are essential to the art of publishing: artists’ books and periodicals, fanzines, underground production, multiples, photobooks, architecture books, catalogues conceived by curators, ephemera and hybrid editorial practices, digital experiments, e-books by artists, DIY and self-publishing. Cases studies are expected on historical productions, producers and/or institutions, while alternative propositions are welcomed, dealing with the positions artists can take—notably as publishers—, their editorial practices, as well as the complex status of printed matter in art, in relation to the different artistic and technical cultures which are negotiated on the very body of the book.

From underground engagement to patrimonial status, the Summer University will address the circuits and economies at stake in artistic editorial practices. What are the tactics of content production that are mobilized? What kind of creative writing is invented? What kind of bibliographical description could appropriately be envisioned? How knowledge production circuits (in the academia or the arts) affect the published object? How to work with economic risks and market pressure? What kinds of education and pedagogy inspire—or are inspired by—editorial creativity? How to consider authorship when books constantly play with their self-referential nature, and are at the same time the products of collaborative efforts? What kind of “collection-making” for objects that move merrily between the library, the museum, independent spaces and their digital avatars? As Carrión has left to imagine, the artists’ publication is often just a small fragment from a bigger picture. As a space for political engagement and social agency it is also a space for drawing the possibility of collective construction. How do these practices inform artistic creation itself, beyond the editorial field? What kind of critical interpretation do they suggest?

The Bibliothèque Kandinsky Summer University 2018 will bring together young researchers, curators and artists around documentary material from the library itself—for some part largely unseen—and give its participants the opportunity to put sources ‘at work’. It also invites researchers from all horizons to bring up their source material and to put it into debate, through historical, creative and critical discussion.

APPLICATION PROCEDURE

The Bibliothèque Kandinsky’s Summer University is aimed at young fellows (PhD candidates, PhDs, PostDocs): historians, art historians, anthropologists, sociologists, curators, librarians, graphic designers and artists at large.

Application file:
– written proposal (4,500 characters/700 words) either in English or in French, in PDF format.
– CV which should clearly assess the candidate’s language proficiency. In order to apply is important to have a good command in both English and French.

Candidates are expected to bring along a selection of sources used in their research.

The proposal dossier will be sent to: bibliotheque.kandinsky@centrepompidou.fr by 4th March 2018.

The proposals will be evaluated by a scientific committee, in charge of drawing up the final Summer University program. The Committee will retain 25 projects.
All applicants, whether selected or not, will be personally contacted before March 16th, 2018.

A participation fee of € 150 will be required from each participant, who will be provided with tuition. The participation will cover transportation on site and institutional entries.
If requested, the Centre Pompidou will be able to issue any required certificate in order to apply for scholarship or funding from foundations, museums, universities or research institutes.

*
SCIENTIFIC COMMITEE
Aurélien Bernard, bibliothécaire en charge des imprimés contemporains, Bibliothèque Kandinsky, Musée National d’Art Moderne, Centre Pompidou, Paris
Mica Gherghescu, historienne de l’art, Bibliothèque Kandinsky, Musée National d’Art Moderne, Centre Pompidou, Paris
Stéphanie Rivoire, conservatrice des fonds et collections, Bibliothèque Kandinsky, Musée National d’Art Moderne, Centre Pompidou, Paris
Didier Schulmann, conservateur, Bibliothèque Kandinsky, Musée National d’Art Moderne, Centre Pompidou, Paris
Benjamin Thorel, historien de l’art, École supérieure des Beaux-Arts de BordeauX/fondateur de Section 7 Books / After 8 Books

For any inquiry, please write to:
bibliotheque.kandinsky@centrepompidou.fr
Tel : +33 (0)1 44 78 46 65

« 1959-1985, au prisme de la Biennale de Paris »

La Bibliothèque Kandinsky du Musée national d’art moderne/ Centre Pompidou est heureuse de vous accueillir pour la troisième séance du séminaire « 1959-1985, au prisme de la Biennale de Paris » organisé par l’Institut national d’histoire de l’art dans le cadre du programme de recherche éponyme, en partenariat avec les Archives de la critique d’art, la Bibliothèque Kandinsky et l’Institut national de l’audiovisuel,

Vendredi 15 décembre 2017, Bibliothèque Kandinsky, de 17h30 à 20h30
Entrée libre sur réservation à l’adresse : reservation.bibliothequekandinsky@centrepompidou.fr
Centre Pompidou, Niveau 3

Sous l’intitulé « Biennale de Paris : scènes nationales, scènes internationales », le séminaire réunira Hélène Meisel (Centre Pompidou-Metz) et Annabela Tournon (EHESS/Ensa Bourges).
En présence de documents choisis, il s’agira d’évoquer la matérialité des archives de la Biennale de Paris dans leur diversité et d’interroger ce qu’elles dévoilent des réseaux artistiques d’alors. A titre d’étude de cas, il sera question de la Section de l’Amérique latine à la Biennale de 1977, de ses paradoxes et ambiguïtés. Si elle répondait au souhait des organisateurs que la participation internationale soit confiée à des spécialistes d’une région ou d’une scène artistique, certains des artistes exposés critiqueront ce fonctionnement, soulignant les enjeux politiques de ces ambitions internationales. Ces épisodes signalent aussi la place de la Biennale de Paris dans l’histoire de l’art de pays tels que le Mexique, le Brésil ou l’Argentine.
Pour en savoir plus sur le projet de recherche : https://www.inha.fr/fr/agenda/parcourir-par-annee/en-2017/decembre-2017/biennale-de-paris-scenes-nationales-scenes-internationales.html

Annabela Tournon est historienne de l’art. Elle finalise actuellement une thèse à l’EHESS-CEHTA (Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales – Centre d’Histoire et de Théorie des Arts) sur les Grupos, collectifs d’artistes actifs dans les années 1970 au Mexique. Elle a récemment organisé l’exposition « Grupo Mira. Una contrahistoria de los setenta en México » au musée Amparo au Mexique. Elle est membre des groupes de recherche « Global Art Prospective » du programme «Histoire de l’art mondialisée » de l’INHA (Institut National d’Histoire de l’Art, Paris) et de la Red Conceptualismos del Sur.
Sur le thème des groupes d’artistes au Mexique dans les années 1970 elle a notamment publié « L’art conceptuel sous influence : les Grupos (Mexique, 1970) », dans les Cahiers du Musée National d’Art Moderne (n°122, février 2013), « “Aunque al seco tronco lo sigan regando”. Reprises du muralisme chez les grupos (1968-1978)» dans Nuevo Mundo Mundos Nuevos, janvier 2015, « Une oasis d’horreur dans un désert d’ennui. Tlatelolco, 2 octobre 1968 » dans Le Temps suspendu. Art contemporain et temps de l’histoire, Lyon, Presses Universitaires de Lyon, novembre 2016, ainsi qu’édité le catalogue d’exposition « Grupo Mira. Una contrahistoria de los setenta en México », éditions Museo Amparo, Puebla, Mexique, 2017.

Hélène Meisel est historienne de l’art, critique et commissaire. Après des études d’histoire de l’art menées à la Sorbonne et achevées par un master professionnel consacré à « L’art contemporain et son exposition », elle entame sous la direction d’Arnauld Pierre une recherche doctorale sur la subsistance subjective dans l’art conceptuel. Elle assiste parallèlement Claire le Restif au Crédac d’Ivry-sur-Seine sur l’exposition « Le travail de rivière » (2009), puis Guillaume Désanges dans ses différents projets curatoriaux et performatifs (2010). En 2011, elle bénéficie d’une bourse d’études du Centre Pompidou-Paris et explore, dans ce cadre, les archives de la Biennale de Paris dont elle réactive certains dispositifs. En 2012, elle est résidente au sein du Pavillon, au Palais de Tokyo. Depuis 2013, elle est chargée de recherche et d’exposition au Centre Pompidou-Metz, et travaille aux côtés d’Hélène Guenin sur l’exposition «Sublime. Les tremblements du monde » (2016). En 2017, elle est commissaire avec Emma Lavigne de l’exposition « Jardin infini. De Giverny à l’Amazonie ». Pour le Frac Lorraine de Metz, elle réactive certains moments du Festival International de Science-fiction de Metz dans le cadre de l’exposition « Si ce monde vous déplaît » (2013). Ses articles sont parus dans différentes revues critiques telles que 20/27, Les Cahiers du musée national d’art moderne, Volume, Palais, 02, Semaines, etc.

https://www.centrepompidou.fr/
https://www.inha.fr/

Cycle CNAP/BK « Valentine Schlegel : méconnue, autonome & terrienne »

Dans le cadre des rencontres mensuelles du cycle réalisé en partenariat avec le Centre national des arts plastiques, l’artiste Hélène Bertin, initiatrice du projet de recherche et de publication, donnera une conférence intitulée «Valentine Schlegel : méconnue, autonome & terrienne », illustrée par une sélection de documents de la bibliothèque de Valentine Schlegel et des collections de la Bibliothèque Kandinsky

Mercredi 13 décembre 2017, à 18h30

Bibliothèque Kandinsky

Centre Pompidou

Niveau 3

Entrée libre sur réservation à : reservation.bibliothequekandinsky@centrepompidou.fr

Valentine Schlegel est une femme, végétarienne, céramiste, méditerranéenne, maçonne, fumeuse, artiste et marin. Née en 1925, elle navigue entre Sète et Paris. Elle n’a cessé de travailler tout en restant dans l’ombre de la scène artistique et dans la lumière méditerranéenne. Faisant toujours passer son mode de vie en priorité, elle a développé des sculptures à vivre, en commençant par la céramique utilitaire. Elle prolonge sa passion pour les arts du feu avec des cheminées en plâtre, aux heures solitaires ; elle sculpte des couverts en bois ou façonne des sacs en cuir, aux heures amicales. Publié en coédition par <o> future <o> et le CAC Brétigny, Valentine Schlegel: je dors, je travaille est un catalogue «bio-monographique» réunissant des documents d’archives et une nouvelle iconographie. Des notices biographiques séquencent le livre et éclairent la démarche et la vie de l’artiste. Cette monographie de référence permet de documenter l’ensemble des cheminées réalisées  chez des particuliers―une centaine de 1959 à 2002. Les autres pans de son travail sont également abordés afin de saisir l’ensemble de sa pratique, intimement liée à son mode de vie : les questions d’autonomie de production et d’amitié sont centrales. «je dors» et «je travaille» sont deux énoncés peints sur une pancarte réversible accrochée à la porte de son atelier sétois. Ils correspondent à deux temps différents de ses journées, invitant à l’isolement ou à la compagnie. Ces deux «activités» ne sont pas à prendre comme des opposés mais plutôt indissociables l’une de l’autre : elles servent de structure à l’édition en rendant perceptibles les choix de modes de vie personnels et professionnels de Valentine Schlegel.

Hélène Bertin est née en 1989 dans le Luberon. Elle développe une pratique qui entrelace le travail d’artiste, de curateur et d’historienne. Elle se cogne au travail de Valentine Schlegel en 2012. Peu à peu, elle rencontre ses amis et grâce à eux, son œuvre dans son  ensemble. En 2016, Céline Poulin l’invite à déployer une exposition sur le travail de Valentine Schlegel au sein du CAC Brétigny. L’exposition « Cette femme pourrait dormir dans l’eau », se – déplie  du 30 septembre au 9 décembre 2017, de concert, exposition et édition permettent de découvrir ses sculptures et son parcours.

Valentine Schlegel: je dors, je travaille  est  publié par <o> future <o> et le CAC Brétigny avec le soutien à l’édition du Cnap, du conseil  départemental de l’Essonne et de la Fondation de France.

Conception éditoriale: Hélène Bertin, Charles Mazé & Coline Sunier, <o> future <o>
Textes: Hélène Bertin
Design graphique: Charles Mazé & Coline Sunier
ISBN 978-2-9560078-0-7

http://f-u-t-u-r-e.org/

http://www.cnap.fr/

https://www.centrepompidou.fr/

 

Alors que j’écoutais moi aussi la Bibliothèque Kandinsky

Dans le cadre des manifestations dédiées à la célébration des 40 Ans du Centre Pompidou, la Bibliothèque Kandinsky du Musée national d’art moderne/CCI est heureuse de vous convier à la rencontre publique autour du projet « Alors que j’écoutais moi aussi la Bibliothèque Kandinsky » menée en partenariat avec La Criée centre d’art contemporain de Rennes et ses artistes invités.

Mercredi, 6 Décembre 2017, à partir de 18h30
Bibliothèque Kandinsky, Centre Pompidou, Niveau 3

Entrée libre dans la limite des places disponibles.
Réservation obligatoire à l’adresse : reservation.bibliothequekandinsky@centrepompidou.fr

Alors que j’écoutais moi aussi la Bibliothèque Kandinsky répond à l’invitation des 40 ans du Centre Pompidou et convie différentes personnalités – un acrobate, un musicologue, deux chercheuses d’art et cinq artistes – à prendre pour objet d’études, d’aventures et de curiosités le fonds de la bibliothèque Kandinsky, centre de documentation et de recherche du Musée national d’art moderne.
Pendant un an Félicia Atkinson, Julien Bismuth et Yann Sérandour – artistes associés au cycle que mène La Criée centre d’art contemporain autour du récit -, ainsi que Sophie Kaplan, curatrice et directrice de La Criée, et leurs invités Jean-Baptiste André, François Bonnet, Virginie Yassef, Sophie Lapalu et Nico Dockx ont arpenté les rayonnages de la Bibliothèque du Musée national d’art moderne, rencontré et échangé avec l’équipe de la Bibliothèque. Certains la connaissait depuis longtemps et y avaient déjà travaillé, d’autres la découvrait. Certains y sont venus régulièrement, d’autres plus ponctuellement. Certains y ont fait des recherches sur des fonds d’archives précis, d’autres sont partis dans des directions plus incongrues.
La restitution de leurs recherches dessinera un portrait de la Bibliothèque Kandinsky par ses marges, ses cotes, ses bruissements secrets…
Pour l’occasion les tables et vitrines de la salle de lecture de la BK formeront plusieurs îlots, où l’on découvrira les productions des artistes nées de leurs arpentages.

Le deuxième volet du projet aura lieu le mardi 6 février 2018 : événement à La Criée. Entrée libre sur réservation obligatoire à :
la-criee@ville-rennes.fr

Commissaires : Sophie Kaplan, directrice ainsi que Félicia Atkinson, Julien Bismuth et Yann Sérandour, artistes associé·e·s à la saison Alors que j’écoutais moi aussi […]
Artistes invités : Jean-Baptiste André, Félicia Atkinson, François Bonnet, Julien Bismuth et Virginie Yassef, Sophie Lapalu, Yann Sérandour et Nico Dockx.
Avec la participation de l’ensemble de l’équipe de la Bibliothèque Kandinsky.

http://www.centrepompidou40ans.fr/
http://www.criee.org/Alors-que-j-ecoutais-moi-aussi-la

Le carnet de recherche de la Bibliothèque Kandinsky, Musée National d'Art Moderne, Centre Pompidou, Paris