Archives par mot-clé : Cycle CNAP/BK

David Antin parmi Freud et Diderot. Critique d’art, narration et postmodernisme. Conférence par Camille Pageard

Le Centre national des arts plastiques (Cnap) et la Bibliothèque Kandinsky du Musée national d’art moderne/CCI, Centre Pompidou sont heureux de vous inviter à la conférence de Camille Pageard intitulée « David Antin parmi Freud et Diderot. Critique d’art, narration et postmodernisme ».

Mercredi 18 octobre 2017, à partir de 18h30

Bibliothèque Kandinsky

Centre Pompidou

Niveau 3

Entrée libre sur réservation à : reservation.bibliothequekandinsky@centrepompidou.fr

Poète, performeur et linguiste américain, David Antin (1932-2016) improvisait des poèmes parlés (talk poems) à l’invitation de musées ou d’universités. À partir du milieu des années 1960, il publie parallèlement des textes critiques sur l’art et la littérature dans des catalogues ou des revues telles que Artforum, Art News, boundary 2 ou Kulchur. Dans son œuvre critique, se croisent des poèmes parlés (talk poems), des études monographiques (sur Andy Warhol, Allan Kaprow, Marcel Duchamp, George Brecht…), et des essais sur la poésie ou sur Wittgenstein.

Les publications de talking, en 1972, et de parler aux frontières, en 1976, sont pour David Antin le signe d’un tournant décisif dans son œuvre. Elles offrent aux lecteurs une réflexion poétique qui s’élabore à partir de la fin des années 1960 et qui mènera aux  talk poems : improvisations devant une assemblée de discours poétiques ensuite enregistrés puis transcrits afin d’en saisir les aspérités, la fluidité et les digressions. Il s’agit aussi de la période où l’activité de critique d’art de David Antin est la plus dense et pendant laquelle il dirige le département d’art de l’Université de Californie (San Diego). Dans ses textes critiques comme dans ses performances et ouvrages poétiques, Antin passe aisément d’un champ à l’autre, tout à la fois observant le modernisme littéraire et artistique et proposant des lectures d’œuvres qu’il définit comme postmodernes.

Camille Pageard a reçu, en 2017, un soutien à la théorie et critique d’art du Cnap pour une recherche intitulée « This is postmodern stuff. David Antin en Californie ». À partir des archives personnelles du poète et critique d’art déposées au Getty Research Institute, il rendra compte de l’articulation que David Antin opère, au cours des années 1980, entre Denis Diderot et Sigmund Freud. La convergence de ces deux auteurs permit d’abord à Antin de résoudre des questions relatives à la définition de la notion de narration, mais également de réarranger certaines propositions de ses textes critiques et plusieurs motifs de son œuvre : mémoire, photographie et perception visuelle. Lors de cette soirée, Camille Pageard présentera également l’ouvrage « David Antin. Essais choisis sur l’art et la littérature » qu’il a traduit avec Jean-François Caro et publié, avec le soutien du Cnap, chez <o> future <o>.

Camille Pageard est historien d’art. Enseignant à l’erg (Bruxelles) et à l’ensba (Lyon), son travail lie l’histoire de l’art, de l’édition et de la poésie contemporaine. Ses recherches se concentrent autour de l’œuvre du poète et critique d’art David Antin. Il a traduit avec Jean-François Caro deux de ses recueils : parler aux frontières (Vies parallèles, 2017) et Essais choisis sur l’art et la littérature – 1966-2005 (<o> future <o>, 2017). Il est co-fondateur de la maison d’édition <o> future <o>.

http://f-u-t-u-r-e.org/

http://www.cnap.fr/

https://www.centrepompidou.fr/

  

Cycle CNAP-BK. The Middle of the World, Yonatan Vinitsky et les éditions Empire

Samedi 30 septembre 2017, de 14h à 17h

Bibliothèque Kandinsky

Centre Pompidou

Niveau 3

Entrée libre sur réservation à : reservation.bibliothequekandinsky@centrepompidou.fr

Inspiré par les célèbres albums de collection d’images à coller, cet ouvrage oscille entre un livre d’artiste et un livre documentaire sur l’art. Il peut recevoir une collection de près de 300 images autocollantes.

Au cours de cet après-midi, le public est appelé à contribuer à une session de finalisation des ouvrages en y collant les images qui les constituent. La séance sera rythmée par des interventions de l’artiste et des graphistes du collectif Syndicat qui reviendront sur l’historique du projet.

À travers son livre « The Middle of the World », Yonatan Vinitsky s’est intéressé aux ateliers de 14 artistes internationaux qui ont marqué son apprentissage et sa pratique artistique. Ce sont les ateliers d’Absalon, Yaacov Agam, Alexander Calder, Marc Chagall, Lygia Clark, Naum Gabo, Rupprecht Geiger, Matt Montini, Bruno Munari & Leo Lionni, Ezra Orion, Chana Orloff, David Perlov, Dorothea Rockburne qui ont été examinés et revisités. L’ouvrage est composé des contributions inédites de plus de 40 artistes, écrivains, designers, architectes, photographes et autres praticiens, mêlant performance, illustration, peinture, sculpture, numérisation et autres expériences qui examinent et activent le sujet et la place de l’atelier d’artiste aujourd’hui.

Contributeurs du livre : David Adika, François Aubart, Ellie Armon Azoulay, Ariella Azoulay, Ewa Bickels, Alice Channer, Helena de Laurens, Sophie Delpeux, Vanessa Desclaux, Oliver Evans, Jacob Farrell, Ryan Gander, Marie-Ange Guilleminot, Mark Higden, Sam Hryckow, Benjamin Lafore  & Sébastien Martinez-Barat, Myriam Lefkowitz, Achim Lengerer, Cédric Libert, Mathieu Loctin, Rebecca May Marston & Barnie Askew Page, Susan Meiselas, Aurélien Mole, Hans Ulrich Obrist, Ourie Ophir Azoulay, Émile M. Ouroumov, Janina Pedan, Florent Pierre, Pierre-Alain Poirier, Élodie Royer & Yoann Gourmel, Karin Ruggaber, Tom Shay, Moran Shoub, Sam Thorne, Ben Toms, Emilia Vinitsky Armon, Jonathan P. Watts, Hugo Wheeler, Jennifer Winkworth, Raphaël Zarka.

Ouvrage publié avec le soutien à l’édition du Cnap.

Anglais/français
304 pages
235 × 305 mm
Couverture rigide
CMJN + 1Pantone©
290 autocollants

Conception graphique : Syndicat

ISBN: 979-10-95991-038
www.e-m-p-i-r-e.eu/

www.cnap.fr

www.centrepompidou.fr

L’Institut de l’environnement : une école décloisonnée. Urbanisme, Architecture, Design, Communication, Tony Côme (Éditions B42)

Avec Tony Côme et le sociologue Jean-Louis Violeau.

Discussion ponctuée par une série de mots-clés comme autant de portes d’entrée dans l’histoire de cet établissement parisien (Mandarin, Ulm, Institut, Environnement, Prouvé, Vincennes, Bibliothèque, Informatique, etc.).

Jeudi 11 mai 2017, à partir de 18h30

Bibliothèque Kandinsky

Centre Pompidou

Niveau 3

Entrée libre sur réservation à : reservation.bibliothequekandinsky@centrepompidou.fr

« En 1968, la Hochschule für Gestaltung d’Ulm, école allemande que l’on présente comme la principale héritière du Bauhaus, est menacée de fermeture. L’idée de son possible transfert à Paris émerge alors sous le nom d’ »Institut de l’environnement ». Un bâtiment, élaboré par Robert Joly avec la complicité de Jean Prouvé, est inauguré un an plus tard, rue Érasme, sur le terrain de l’École nationale supérieure des arts décoratifs (ENSAD). Voulue par André Malraux, cette nouvelle institution aux allures de laboratoire pédagogique revendique une orientation pluridisciplinaire totalement singulière dans le paysage français. Elle vise la création d’un troisième cycle dédié à l’environnemental design et la formation de nouveaux enseignants dans ce domaine, en se dotant notamment d’un inédit centre de ressources et d’un équipement informatique de pointe. Des praticiens d’horizons différents y évoluent : accompagnés par un « collège d’enseignants chercheurs », de jeunes urbanistes, architectes, designers industriels, spécialistes en communication visuelle et théoriciens en sciences humaines apprennent à collaborer dans la perspective d’améliorer l’aménagement du cadre de vie. Deux promotions de quatre-vingts « stagiaires », dont l’artiste Daniel Dezeuze et le collectif de graphistes Grapus font partie, garderont un souvenir ému de cette aventure. »

Tony Côme est agrégé d’arts appliqués et docteur en histoire de l’art. Il enseigne l’histoire de l’architecture et du design à l’École européenne supérieure d’art de Bretagne (Rennes). Aux éditions B42, il a déjà contribué à la publication de Le monde comme projet d’Otl Aicher et codirigé avec Juliette Pollet  L’Idée de confort, une anthologie (coédition Cnap).

Jean-Louis Violeau est sociologue, professeur à l’ENSA Nantes, auteur notamment de Les Architectes et Mai 68 (éditions Recherches) et de Jean Baudrillard, Utopie, 68 et la fonction utopique (Sens & Tonka). 

Le livre a bénéficié du soutien à l’édition du Cnap.

www.cnap.fr

www.centrepompidou.fr

www.editions-b42.com

 

 

Conférence Alice Motard, « Beau Geste Press : une exposition (de livres mais pas que… ) »

“Ay-O”,Couverture de Japanese Schmuck (No. 8), édité par Taii Ashizawa, Takehisa Kosugi, David Mayor. Beau Geste Press, 1976

Le Centre national des arts plastiques (Cnap) et la Bibliothèque Kandinsky du Musée national d’art moderne/CCI, Centre Pompidou sont heureux de vous inviter à la conférence d’Alice Motard, Beau Geste Press : une exposition (de livres mais pas que… ) .

Mercredi 26 avril 2017, à partir de 18h30
Bibliothèque Kandinsky

Centre Pompidou
Niveau 3
Entrée libre sur réservation à : reservation.bibliothequekandinsky@centrepompidou.fr

Alice Motard, commissaire en chef du CAPC musée d’art contemporain de Bordeaux, présente jusqu’au 28 mai 2017 une exposition sur la maison d’édition indépendante Beau Geste Press fondée en 1971 par le couple d’artistes mexicains Martha Hellion et Felipe Ehrenberg.  Avec leurs deux enfants, ils s’installent dans une ferme du Devon, en pleine campagne anglaise, où ils forment avec quelques amis, parmi lesquels l’artiste et historien de l’art anglais David Mayor, « une communauté de duplicateurs, d’imprimeurs et d’artisans ». L’exposition retrace l’histoire de Beau Geste Press à travers les quelques 75 livres d’artiste publiés par ses membres fondateurs et les invités ou visiteurs occasionnels de son antenne rurale – poètes visuels, artistes néo-dadaïstes ou dans la mouvance Fluxus – au cours de ses cinq  années d’existence. Ce faisant, elle met en exergue la singularité de cette maison d’édition qui, tout en opérant à la périphérie des centres artistiques de l’époque, peut être érigée en modèle de production, reproduction et diffusion artistique ayant anticipé les pratiques de mise en réseau de l’ère numérique.

En évoquant les modes opératoires de la Presse (économie de moyens, autonomie de production, distribution des livres par le biais du service postal, résidences d’artistes), Alice Motard rendra compte à l’occasion de cette conférence du foisonnement créatif, de la productivité, et du rayonnement international de cette communauté de courte durée. Elle reviendra sur les enjeux d’une telle exposition et les choix méthodologiques et curatoriaux mis en œuvre pour raconter Beau Geste Press sans dénaturer ou trahir l’esprit et les formes d’action d’une des aventures éditoriales collectives les plus fécondes de sa génération.

Alice Motard est depuis 2016 commissaire en chef du CAPC musée d’art contemporain de Bordeaux. De 2008 à 2013, Alice Motard a été la directrice adjointe et chargée des expositions du centre d’art contemporain Raven Row à Londres, où elle a notamment conçu et organisé l’exposition collective Unto This Last (2010) et co-commissarié les expositions The Stuff That Matters (2012), la première présentation de la collection de textiles de Seth Siegelaub, et la première rétrospective posthume de l’artiste tchèque Běla Kolářová (2013). Pendant les deux ans qu’elle a par la suite passés au centre d’art contemporain et de design de Spike Island à Bristol (2014–16) en tant que commissaire d’exposition, elle a notamment organisé un projet hors les murs avec Gareth Moore ainsi que les premières expositions institutionnelles au Royaume-Uni de Anna Franceschini, Isabelle Cornaro, Reto Pulfer, Michael Beutler et Xavier Antin. Elle est diplômée du master Curating Contemporary Art du Royal College of Art de Londres et titulaire d’un DEA d’histoire de l’art obtenu à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et à la Freie Universität de Berlin.

Pour mener sa recherche sur Beau Geste Press, Alice Motard a bénéficié du soutien à la théorie et critique d’art du Centre national des arts plastiques.

www.capc-bordeaux.fr

www.centrepompidou.fr

www.cnap.fr

 

Michel Parmentier, décembre 1965-20 novembre 1999 une rétrospective aux Editions Loevenbruck

parmentier

© Paris, Editions Loevenbruck. Photo Fabrice Gousset

Le Centre national des arts plastiques (Cnap) et la Bibliothèque Kandinsky du Musée national d’art moderne/CCI, Centre Pompidou sont heureux de vous inviter au lancement du livre Michel Parmentier, décembre 1965-20 novembre 1999 une rétrospective publié par les Éditions Loevenbruck.

Une table ronde organisée à cette occasion réunira Guy Massaux, directeur scientifique de l’ouvrage et Ludovic Balland qui en a réalisé la conception graphique. La discussion sera modérée par Jean-Marc Poinsot, président des Archives de la critique d’art.

Mercredi 8 févier 2017, à partir de 18h30

Bibliothèque Kandinsky

Centre Pompidou

Niveau 3

Entrée libre sur réservation à : reservation.bibliothequekandinsky@centrepompidou.fr

Cette monographie vient compléter, à travers l’œuvre singulièrement radicale de Michel Par­mentier, l’histoire de la peinture de la seconde moitié du XXe siècle. Le titre mentionne deux œuvres de Michel Parmentier, celle que l’artiste situait à l’origine de son œuvre (Décembre 1965), et sa dernière, réalisée le 20 novembre 1999. Les contenus de cet ouvrage ont été constitués et rassemblés par Guy Massaux, co-fon­dateur, avec Bénédicte Victor-Pujebet, de l’association Michel Parmentier (AMP – Fonds Michel Parmentier, Bruxelles), un premier état ayant fait l’objet de l’exposition « Michel Par­mentier. Déc. 1965 – 20 nov. 1999, une rétrospective. », qui s’est tenue à la Villa Tamaris Centre d’Art, à l’été de 2014.

L’ensemble édité ici réunit un choix de 31 œuvres majeures de l’artiste, contextualisé par 278 documents (pour la plupart inédits) provenant du fonds d’archives Michel Parmentier, de différentes bibliothèques, collections publiques et privées. D’autre part, cinq textes inédits sont publiés : une introduction à l’œuvre de l’artiste par Robert Bonaccorsi, deux textes critiques signés respectivement Philip Armstrong et Jean- Marc Poinsot, et un récit de création d’Agnès Foiret. Enfin, une analyse rigoureuse accom­pagne l’œuvre de Michel Parmentier et les documents reproduits, à travers des textes et commentaires de Guy Massaux.

Avec le soutien à l’édition du Cnap et de la Villa Tamaris Centre d’art.

Éditeur scientifique : Guy Massaux (association Michel Parmentier, AMP – Fonds Michel Parmentier, Bruxelles)

Auteurs : Philip Armstrong, Robert Bonaccorsi, Agnès Foiret, Guy Massaux et Jean-Marc Poinsot

Conception graphique : Ludovic Balland, Typography Cabinet, Bâle  avec Emmanuel Crivelli

Typographie originale : NEXT ©Ludovic Balland

www.centrepompidou.fr

www.cnap.fr

www.loevenbruck.com

 

FABRIQUES DU CINÉMA EXPÉRIMENTAL

 

La Fabrique du cinéma experimental-Couv seule-web2

Dans le cadre du cycle de rencontres mensuelles autour de livres et de recherches en théorie et critique d’art, soutenus par le CNAP,

la BIBLIOTHÈQUE KANDINSKY du Musée national d’art moderne/CCI, Centre Pompidou

et le CENTRE NATIONAL DES ARTS PLASTIQUES (CNAP) accueillent le lancement de :

FABRIQUES DU CINEMA EXPERIMENTAL

publié par PARIS EXPÉRIMENTAL

en présence de Christian Lebrat, Éric Thouvenel, Carole Contant

et des artistes Frédérique Devaux et Silvi Simon

MERCREDI 10 DECEMBRE 2014, 18h30

BIBLIOTHÈQUE KANDINSKY

Centre Pompidou, niveau 3

75004, Paris

 Entrée libre sur réservation obligatoire à reservation.bibliothequekandinsky@centrepompidou.fr

(une contremarque sera délivrée lors de la confirmation de la réservation)

 Comment vivent et travaillent, à l’ « ère du numérique », les cinéastes expérimentaux ? Qu’en est-il de leur attachement à la matérialité de l’objet-film ? Quels sont leurs outils, leurs rapports à la création, leurs manières de penser, de fabriquer et d’habiter les images et les sons ? Comment financent-ils leurs projets ? Quel regard portent-ils sur leur parcours et sur les mutations décisives que connait aujourd’hui le cinéma, y compris « expérimental », envisagé dans sa dimension esthétique, pratique, technique, économique et institutionnelle ?

Cet ouvrage s’attache à soulever ces questions à travers neuf entretiens menés avec des cinéastes de générations et d’horizons différents, mais qui ont en commun de porter un regard lucide et singulier sur leur propre travail, comme sur la façon dont le tournant numérique l’affecte – et pas nécessairement, comme le voudraient tant d’idées reçues, de manière négative – depuis près de quinze ans. De la survivance glorieuse de pratiques du film artisanales et sophistiquées, aux hybridations et métissages permis par les outils numériques comme par la délocalisation des images hors de la salle de cinéma, en passant par la nécessaire réflexion sur la maîtrise économique et politique des outils de production des films, se dessinent ainsi les formes vivantes d’un engagement qui n’a rien d’anachronique, mais demeure et insiste comme une lueur particulière, et nécessaire, dans le grand flou des images contemporaines. Pour cela, on a fait le choix de rester au plus près de la pratique de ces cinéastes pour qui faire un film est un acte du corps autant que de l’esprit, de la main autant que de l’œil, et qui considèrent que les manières de faire sont, aussi, des manières de penser.  Afin d’accompagner et de prolonger la parole des cinéastes, chaque entretien est suivi d’une filmographie complète et d’une iconographie contenant des reproductions de photogrammes, des photographies de leur matériel, des schémas préparatoires et des partitions visuelles, qui éclairent sous un autre angle la genèse de leurs travaux. L’ensemble est complété par un glossaire et une bibliographie.

 Entretiens avec Martin Arnold, Frédérique Devaux, Olivier Fouchard, Ken Jacobs, Christian Lebrat, Rose Lowder, Nicolas Rey, Silvi Simon, José Antonio Sistiaga.

Éric Thouvenel est maître de conférences en études cinématographiques à l’Université Rennes 2, où il enseigne principalement l’esthétique et les théories du cinéma. Auteur d’un essai sur Les images de l’eau dans le cinéma français des années 20 (Presses Universitaires de Rennes, 2010), il a codirigé l’ouvrage Agnès Varda : le cinéma et au-delà (PUR, 2009) et publié une trentaine de textes dans diverses revues et ouvrages collectifs. Il mène également une activité de programmateur, au sein de l’université, dans des lieux associatifs et des institutions muséales.

 Carole Contant est cinéaste. Membre du Collectif Jeune Cinéma depuis 1997, elle autoproduit de nombreux films en Super8, notamment au sein du groupe les petits films. Ses films sont fréquemment sélectionnés dans des festivals de cinéma documentaire, d’art vidéo et de cinéma expérimental. Depuis 2008, elle tourne des vidéos pour des compagnies de danse et des associations engagées dans une écologie locale et durable. Elle est également programmatrice au sein de l’association peti peti, où elle mène une activité pédagogique soutenue, en particulier autour des relations entre danse et cinéma.

 Fondées en 1983, les éditions Paris Expérimental se consacrent essentiellement au cinéma d’avant-garde et expérimental. Elles publient des livres de références ainsi que des essais sur des cinéastes, des films ou des points particuliers de l’histoire de cette forme de cinéma.

 http://www.paris-experimental.asso.fr

www.centrepompidou.fr

www.cnap.fr

« Idéologies : des nouvelles de l’Antiquité » (Alexander Kluge) publié par le Théâtre Typographique TH.TY.

KlugeTHTY

Dans le cadre du cycle de rencontres mensuelles autour de livres et de recherches en théorie et critique d’art, soutenus par le CNAP,

la BIBLIOTHÈQUE KANDINSKY du Musée national d’art moderne/CCI au Centre Pompidou

et le CENTRE NATIONAL DES ARTS PLASTIQUES (CNAP) accueillent le lancement de :

« IDÉOLOGIES : DES NOUVELLES DE L’ANTIQUITÉ »

PUBLIÉ PAR LE THÉÂTRE TYPOGRAPHIQUE TH.TY

en présence des éditeurs Bernard Rival et Bénédicte Vilgrain, traductrice du livre.

L’occasion  d’une discussion sur le Théâtre Typographique avec ses cofondateurs et d’un échange autour de  «Nouvelles de l’Antiquité idéologique», le film d’Alexander Kluge et du livre qui lui est aujourd’hui consacré.

MERCREDI 19 NOVEMBRE 2014, 18h30, BIBLIOTHÈQUE KANDINSKY

Entrée libre sur réservation obligatoire à  reservation.bibliothequekandinsky@centrepompidou.fr

(une contremarque sera délivrée lors de la confirmation de la réservation)

« Idéologies : des nouvelles de l’Antiquité » : 128 pages d’entretiens, d’images, d’histoires et de « cartons » (comme dans le cinéma muet) extraits du film du réalisateur Alexander Kluge « Nachrichten aus der ideologischen Antike » (littéralement : « Nouvelles de l’Antiquité idéologique », 570 minutes, 2008.) Objet du film : ériger une stèle au projet qu’Eisenstein avait eu, en 1928-1929, de porter à l’écran Le Capital de Karl Marx. La crise de 1929 s’est invitée dans ce projet, peut-être en a-t-elle eu raison. Alexander Kluge s’interroge sur le rôle fantomatique des circonstances dans la construction mentale d’Eisenstein : « Même les commencements d’Eisenstein m’intéressent. Ce réalisateur hardi et entêté ne se contentait pas de vouloir « cinéfier » Le Capital, il projetait de renverser le cinéma en général et d’en fonder un autre. Ses propositions de « constellations visuelles », cette manière qu’il a de poursuivre le montage au-delà de ce qu’il atteint dans ses films, y intégrant réflexions et écrits, le recours aux séries et l’usage des demi-tons, des harmoniques, bref : la modernité d’Eisenstein est pertinente à notre époque, et pas seulement pour porter à l’écran Le Capital. » La profusion des entrées et des techniques, combinée à la force centripète du « sous-texte » invoqué par Alexander Kluge, font peut-être de ses « Nouvelles de l’Antiquité » le « livre sphérique » rêvé par Eisenstein.                                                                                                                   

Le Théâtre Typographique a bénéficié pour la publication de cet ouvrage de l’aide à l’édition du CNAP.

http://www.thty.fr

http://www.centrepompidou.fr

http://www.cnap.fr

BIBLIOTHÈQUE KANDINSKY

Centre Pompidou, niveau 3,

75004 Paris  

Qu’est-ce qu’une exposition ontographique? Vincent Normand

© Is it a duck ? Is it a rabbit ? Joseph Jastrow, Popular Science Monthly, 1899

Dans le cadre du cycle de rencontres qu’ils organisent, la Bibliothèque Kandinsky et le Centre national des arts plastiques ont le plaisir de vous inviter à la présentation de

VINCENT NORMAND

mercredi 8 octobre, à partir de 18h30 à la Bibliothèque Kandinsky

Qu’est-ce qu’une exposition ontographique ?

L’histoire des expositions fait actuellement l’objet d’un regain d’intérêt, dans un mouvement d’introspection sous-tendu par la spécialisation du rôle du commissaire d’exposition et la définition de sa fonction auteur. Le médium de l’exposition est cependant problématique à différents égards, symptomatique de divers processus d’institutionnalisation et des néo-positivismes que ceux-ci produisent. La recherche dont cette présentation rendra compte propose de considérer l’exposition comme un genre en soi, et d’en retracer la constitution historique en l’inscrivant d’une part dans l’histoire plus large du modernisme et d’autre part dans la matrice anthropologique de la modernité. À partir du médium de l’exposition, et à travers une sélection d’images et de diagrammes reconstituant quelques aspects de cette recherche, il s’agira de réinscrire l’espace de l’art dans une géographie des frontières conceptuelles et des lignes de partages que la modernité a simultanément imprimé dans le monde et naturalisé comme sol ontologique. Le médium de l’exposition peut être considéré comme un genre qui, du fait de son histoire institutionnelle (le musée), est constitué par la dialectique qui articule les opérations d’objectification aux processus de subjectivation, les sujets aux objets, et le discours des uns aux modes d’existence des autres. Le médium de l’exposition peut alors être décrit comme une « pratique de la limite » située à la charnière entre les fonds et les figures, consacré à la scénographie de leur séparation conceptuelle, politique et ontologique, mais où le clivage binaire que cette séparation implique est suspendu, rendu explicite, soumis à un processus de « dé-monstration », et transformé en un regard stéréoscopique sur sa construction historique. Cette scénographie de la limite, qu’on qualifiera d’ « ontographique », est une définition de l’exposition qui implique d’abandonner les histoires de l’art formalistes et les subjectivités artistiques comme principales ressources de légitimation de l’espace de l’art. En retour, elle permet de saisir les frontières et limites qui, dans leurs formes structurales présentes comme dans leurs ombres portées historiques, constituent les bordures ontologiques de cet espace, afin de situer le rôle de l’exposition dans la transformation de ses opérations conceptuelles et politiques.

Biographie : Vincent Normand est auteur et commissaire d’expositions. Ses projets d’expositions incluent Sinking Islands (Mexico City : LABOR, 2012), Fun Palace (Paris : Centre Pompidou, 2010) ainsi que le triptyque The Sirens’ Stage / Le Stade des Sirènes / Lo Stato delle sirene (Londres : David Roberts Art Foundation ; Paris : Fondation Kadist ; Rome : Fondazione Nomas, 2010). Il est co-auteur du film Contre-Histoire de la Séparation (avec Etienne Chambaud, 2010). De 2010 à 2012 il a co-édité la revue Criticism et co-dirigé le centre d’art Forde à Genève. Il co-dirige désormais le journal et plateforme de recherche Glass Bead (glass-bead.org), et enseigne à l’Ecole Cantonnale d’Art de Lausanne (ECAL). Sa recherche a notamment fait l’objet de conférences au Centre Pompidou (Paris), au Banff Center (Banff, Canada), à Artist’s Institute (New York), ou au Witte de With (Rotterdam). Il est par ailleurs membre de Synapse – International Curators Network au Haus der Kulturen der Welt, Berlin. Ses textes récents comprennent Echiquiers et Ronciers (in Pierre Huyghe, Paris : Centre Pompidou ; Cologne : Ludwig Museum ; Los Angeles : LACMA, 2013), The Unlimited Realm of the Limit: Objectivity and Schizophrenia (wdwreview.org) et In the Planetarium (in Art in the Anthropocene: Encounters Among Aesthetics, Politics, Environments and Epistemologies, Open Humanities Press, 2014, ed. Heather Davis and Etienne Turpin).

En 2013, il a bénéficié du soutien à la théorie et critique d’art du Centre national des arts plastiques pour son projet de recherche “The mute things speak to me”: géologie de l’exposition.

Entrée libre sur réservation obligatoire à reservation.bibliothequekandinsky@centrepompidou.fr

(une contremarque sera délivrée lors de la confirmation de réservation)

BIBLIOTHÈQUE KANDINSKY                                                            Centre Pompidou, niveau 3, 75004, Paris

 

Anabases d’Eric Baudelaire

Dans le cadre du cycle de rencontres mensuelles autour de livres et de recherches en théorie et critique d’art, soutenus par le CNAP, la BIBLIOTHEQUE KANDINSKY  du Musée national d’art moderne/CCI au Centre Pompidou  et le CENTRE NATIONAL DES ARTS PLASTIQUES (CNAP) accueillent le mercredi 24 septembre, à partir de 18h30 le lancement de :

ANABASES

Publié par Archive Books

L’occasion d’une discussion rythmée par l’idée de l’Anabase, où l’ouvrage prend sa source, qui permettra d’évoquer tour à tour les enjeux graphiques posés par cette monographie d’artiste, mais également les liens entre cinéma et littérature, ou plus spécifiquement la place de « l’espace littéraire » au cinéma.

En présence de :

Eric Baudelaire, artiste

Jean-Pierre Rehm, critique d’art et directeur du FIDMarseille

Jean-Marie Courant (Regular), designer graphique

Entrée libre sur réservation obligatoire à reservation.bibliothequekandinsky@centrepompidou.fr

(une contremarque sera délivrée lors de la confirmation de la réservation)

 BIBLIOTHEQUE KANDINSKY

Centre Pompidou, niveau 3,

75004 Paris