Université d’été, jour 3

Séance aux Archives Nationales – Pierrefitte-sur-Seine: Archives des Musées nationaux avec Clothilde Roullier et Pascal Riviale

10.00 – 12.00 Clothilde Roullier et Pascal Riviale – Archives des Musée nationaux – présentation des collections

13.00 Pause déjeuner

14.00 – 14.20 Victor Vanoosten, « Aux origines de la collection du Musée d’Art Contemporain de Dunkerque, un nouveau mode de fondation des institutions culturelles » 14.20- 14.40 Marianna Charitonidou, « Artefactual Value and Virtual Archives: the Digital Curator vis-à-vis the Plurality of Entry Points” 14.40 – 15.00 Adiva Lawrence, « The Living Archives of the 3rd Bahia Biennial as Ephemeral Collecting with Decolonial Potential »

15.30 – 16.30 visite avec Clothilde Roullier de l’exposition « Un art d’état »

18.30 Présentation recherche Yaël Kreplak dans le cadre du Cycle Cnap-BK, « En finir avec la boîte noire. Une ethnographie de la conservation de l’art contemporain au MNAM », Bibliothèque Kandinsky, séance ouverte au public

Université d’été, jour 3, séance spéciale avec Yaël KREPLAK

« En finir avec la boîte noire. Une ethnographie de la conservation de l’art contemporain au MNAM ».

Le Centre national des arts plastiques (Cnap) et la Bibliothèque Kandinsky du Musée national d’art moderne/CCI, Centre Pompidou sont heureux de vous inviter à la conférence de Yaël Kreplak « En finir avec la boîte noire. Une ethnographie de la conservation de l’art contemporain au MNAM ». Cette présentation se déroule dans le cadre de l’Université d’été de la Bibliothèque Kandinsky qui, pour sa quatrième édition du 5 au 13 juillet 2017, étudiera un des lieux les plus complexes du débat muséologique actuel : l’histoire stratifiée des collections consacrées à l’art du temps présent et leurs modalités d’ancrage dans l’espace muséal.

Vendredi 7 juillet 2017, à partir de 18h30

Bibliothèque Kandinsky, Centre Pompidou, Niveau 3

Entrée libre sur réservation à : reservation.bibliothequekandinsky@centrepompidou.fr

« En somme, votre travail, c’est de faire fonctionner les œuvres dans les pires conditions imaginables, c’est-à-dire dans un musée » : ce constat, énoncé par Nelson Goodman au colloque annuel de l’Association des musées américains (1991, p. 76), n’invite pas (nécessairement) à une critique de l’institution muséale, telle qu’elle a pu être prise en charge par les Museum Studies ou la critique institutionnelle. Il offre (aussi) une incitation positive à étudier ces « conditions de fonctionnement », démarche qui semble d’autant plus nécessaire pour l’art contemporain, dont les œuvres s’emploient à « dé-définir » un ensemble de propriétés institutionnalisées (l’unicité, la permanence, l’artefactualité…). Mais si l’idée d’une dé-définition de l’art s’est avérée productive pour rendre compte de la diversification des pratiques des artistes, elle ne s’est pas encore suffisamment accompagnée de ce qui semble être son corollaire, à savoir une redéfinition des pratiques des autres acteurs de l’art contemporain – et notamment de ceux qui agissent, au quotidien, avec et sur les œuvres. Sous cet angle, l’institution muséale devient ainsi un terrain d’enquête où observer comment se négocient et se déterminent, continûment et collectivement, dans le cours du travail ordinaire, les propriétés des œuvres.

C’est au développement de cette perspective que s’emploie, depuis 2014, Yaël Kreplak, en travaillant sur un cas particulier : la gestion des collections contemporaines au Musée national d’art moderne (MNAM). Dans cette conférence, elle présentera quelques-uns des matériaux recueillis à l’occasion de cette ethnographie des activités liées à la conservation, la mise en exposition, la restauration, la documentation, le stockage et la régie de quelques œuvres des collections. En prenant appui sur ces données et matériaux empiriques, il s’agira de creuser la perspective d’une écologie de l’art, qui cherche à ouvrir la réflexion sur l’art et les œuvres à l’analyse des pratiques, des milieux et des collectifs dont ils sont solidaires, dans une démarche proprement interdisciplinaire.

Yaël Kreplak est chercheuse associée au CEMS-IMM (EHESS, Paris) et actuellement post-doctorante à la Fondation des sciences du patrimoine (Labex Patrima). Fondés sur des enquêtes ethnographiques réalisées dans des institutions artistiques, muséales et patrimoniales (Villa Arson, Musée national d’art moderne, Archives nationales), ses travaux visent à élaborer une approche praxéologique de l’art, ancrée dans la description des pratiques ordinaires de mise en exposition, de conservation, de restauration et de documentation. En mobilisant les apports de l’ethnométhodologie, de l’analyse de l’action située et de l’esthétique pragmatiste, ses recherches défendent une approche descriptive des pratiques sociales situées qui font les œuvres.

Depuis 2015, elle développe le projet de recherche interdisciplinaire Écologie des collections. Nouvelles perspectives sur les pratiques muséales, en collaboration avec Tiziana Beltrame et Frédéric Keck, avec le soutien du Labex CAP. Elle a récemment rejoint le groupe de recherche « Art et artefactualité » développé à l’École supérieure d’art d’Avignon.

Yaël Kreplak a reçu, en 2016, un soutien à la théorie et critique d’art du Cnap pour une recherche intitulée « Vers une écologie de l’art. Une ethnographie du MNAM ».

 

www.centrepompidou.fr/

www.cnap.fr/

Université d’été, jour 2

Séance au Ministère de l’Europe et des Affaires étrangères – Direction des Archives: Archives de la Récupération artistique avec Sébastien Chauffour

10.00 Sébastien Chauffour: Descriptions de collections privées 19e-20e; réclamation de spolié à la CRA, d’une description par l’ERR (listing Coblence), par la CRA (fiches), par le BCR (RBS), et maintenant par Rose Valland avec les fiches originelles du Jeu de Paume

13.00 Pause déjeuner

14.00 Rencontre et échanges autour des archives de la récupération artistique: Centre des archives diplomatiques – programme ici

Université d’été, jour 1

Ouverture de l’Université d’été de la Bibliothèque Kandinsky

9.00 Petit déjeuner d’accueil

0.00 Ouverture en présence de Bernard Blistène, directeur du Musée national d’art moderne, Centre Pompidou et Introduction par l’équipe scientifique du projet

10.30 Présentation des participants et de leurs projets de recherche

11.30 Présentation du projet « Exposer l’histoire d’une collection »: Nicolas LiucciGoutnikov, Christian Briend, Alice Thomine, Scarlett Reliquet, Camille Morando, Laurent Cazes et Diane Toubert

13.00 Pause déjeuner

14.30 – 16.30 Visite de la documentation du Musée d’Orsay – avec Lionel Britten

17.30 Atelier d’écriture et publication, Bibliothèque Kandinsky. Avec Marietta Eugster Présentation du projet pour le n° 4 du Journal de l’Université d’été

Université d’été de la Bibliothèque Kandinsky, 4e édition

« Les sources au travail.
Collections d’art et musées à l’épreuve du temps présent » 
5 au 13 juillet 2017

L’Université d’été de la Bibliothèque Kandinsky est un programme du Centre Pompidou qui se déroule dans l’espace public du musée. Elle a pour objet les sources de l’art moderne et contemporain : archives, documentation écrite, photographique ou filmique, témoignages, mais aussi d’autres formes d’appropriation artistique de la production documentaire.

Initiative interdisciplinaire, l’Université d’été de la Bibliothèque Kandinsky réunit de jeunes chercheur.e.s : historiens et historiens de l’art, anthropologues et sociologues, artistes, critiques, commissaires d’expositions, qui partagent un travail collectif sur les sources. Implantée dans l’espace du musée, la table-vitrine de l’Université d’été sert à la fois comme table de montage et d’exposition des éléments documentaires. Elle recueille fac-similés, reproductions, sources archivistiques et documentaires proposées ou évoquées au cours des séances. Plusieurs ateliers d’écriture rythment le parcours de l’Université d’été. Des visites dans des lieux dépositaires de sources primaires émailleront les journées de travail. Le numéro quatre du « Journal de l’Université d’été de la Bibliothèque Kandinsky » sera tout à la fois un recueil de sources et une création graphique collective qui reflètera les débats poursuivis pendant les séances de travail.

Avec le soutien du Laboratoire d’Excellence Création, Arts, Patrimoines.
Avec le concours du Centre national des arts plastiques, des Archives diplomatiques , des Archives Nationales et de la Médiathèque du Patrimoine

Walker Evans. The magazine work

Au fil des ans, David Campany a rassemblé tous les numéros du magazine Fortune contenant des photographies de Walker Evans. L’ensemble vient d’être acheté par la Bibliothèque Kandinsky. Certains numéros sont visibles dans l’exposition Walker Evans présentée au Centre Pompidou jusqu’au 14 août 2017.
Pour accompagner cette prestigieuse acquisition, nous venons d’acquérir l’ouvrage publié par David Campany chez Steidl en 2014, qui documente cet aspect moins connu mais très représentatif de l’œuvre du photographe américain.

On y apprend que Walker Evans a travaillé pour le luxueux magazine économique pendant vingt ans. Après quelques travaux comme collaborateur en 1934, il rejoint l’équipe comme photographe en 1945. Dès 1948 il occupe le poste de «Special Photographic Editor», où il jouit d’une très grande autonomie pour les dix-sept années suivantes. Dans ses articles, une fois la proposition acceptée, il est libre dans le traitement des sujets : il fait ses propres photos, les met en pages, choisit la typo, écrit ses propres textes, rédige les légendes. Il a aussi une fonction de conseil aux autres photographes et en ce qui concerne la maquette.

Dans la lignée d’Atget et de Sanders, son œuvre photographique consiste en une étude la société. Il compile les images de la culture vernaculaire américaine, avec en creux le vide spirituel de la société de consommation. De Sanders il retient aussi la nécessité de faire un usage intelligent de la photographie. La photographie est une image reproductible. Le contexte, la manière dont elle est diffusée ont une importance décisive. La mise en page, l’association d’images, la succession des articles dans une revue font sens. La contextualisation de l’image participe non seulement de sa signification mais de son rôle social.

Walker Evans rejette la photographie commerciale. Il en refuse le caractère spectaculaire ou sentimental en vogue à l’époque dans les magazines destinés « aux masses intoxiquées au consumérisme et au divertissement ». Son style est sobre, il lui vient de Flaubert : c’est le réalisme, le naturalisme, l’objectivité. Sa photographie sans ornement traite le sujet avec clarté.
C’est cette exigence qui convainc la hiérarchie de Fortune de lui laisser toute latitude. Paradoxalement, travailler à plein temps pour un magazine lui aura permis de diffuser son œuvre et d’en contrôler la diffusion, d’être en somme son propre éditeur.

Dans la collection de la BK, les numéros de Fortune viennent s’ajouter à l’exemplaire d’American Photographs, catalogue de l’exposition Walker Evans au Moma en 1938, entré par donation en 2013 avec la bibliothèque d’Ettore Sottsass.

Claude Closky : ILUO

Dans le cadre des 40 ans du Centre Pompidou, le Centre des Livres d’artistes de Saint-Yrieix-la-Perche présente :

Claude Closky, ILUO

24 juin – 16 septembre 2017

Claude Closky, né en 1963 à Paris, fait paraître ses premiers livres – qu’alors il publie lui-même – à la toute fin des années 1980. Depuis, l’imprimé peuple considérablement l’œuvre de l’artiste : brochures, livres, cartes postales, cartons d’invitations, affiches et estampes, papiers peints, contributions à diverses publications (revues, catalogues…). Ce corpus s’inscrit avec rigueur dans l’histoire de cette forme d’édition apparue au début des années 1960 et que l’on nomme désormais « livre d’artiste ».

Claude Closky est aussi l’un des rares artistes, dans les années 1990, à penser avec justesse le passage de la page en papier à la page de l’écran, ce qu’il fait sans tomber dans l’écueil du mélange et de la confusion des supports, gardant à chacun ses spécificités et ses qualités. L’exposition au Centre des livres d’artistes, pensée par l’artiste lui-même, s’appuie sur les collections de la Bibliothèque Kandinsky et du Cdla. Elle rassemble quelque cent-soixante publications et pages pour le web.

Commissariat : Christian Lebrat (Bibliothèque Kandinsky) et Didier Mathieu (Cdla). Photographies réalisées par Christian Lebrat, juin 2017.

 

Guy de Cointet, Théâtre Complet/The Complete Plays

Le Centre national des arts plastiques (Cnap) et la Bibliothèque Kandinsky du Musée national d’art moderne/CCI, Centre Pompidou sont heureux de vous inviter au lancement de l’ouvrage « Guy de Cointet, Théâtre Complet/The Complete Plays » publié par les éditions Paraguay et la Guy de Cointet Society.

La présentation réunira les directeurs de l’ouvrage Hugues Decointet, François Piron et Marilou Thiébault ainsi que celle qui en a réalisé la conception graphique Laure Giletti.

Jeudi 29 juin 2017, à partir de 18h30

Bibliothèque Kandinsky – Centre Pompidou. Accès sur réservation

La performance bat son plein au début des années 1970 à Los Angeles – où l’art du happening s’est inscrit dès le début des années 1960 – lorsque Guy de Cointet commence à y présenter son travail. Pourtant, dès ses premières expériences scéniques, l’imaginaire de Guy de Cointet se développe dans un horizon théâtral : un texte mémorisé par des comédiens professionnels, une volonté de rejouer les œuvres à plusieurs reprises, un intérêt pour la mise en scène en termes de mouvement, de rythme, et d’intensité émotionnelle. Entre 1973 et 1983, date de sa disparition brutale, il écrira près de 25 pièces qui seront jouées, pour la plupart, à Los Angeles, New York ou Paris.

Après plusieurs ouvrages dédiés à la biographie et à l’œuvre plastique de l’artiste, restait à relever un défi, et un paradoxe : publier les textes de théâtre d’un auteur qui prévenait qu’ « il ne s’agit pas d’un théâtre de texte » et qu’il sera « impossible d’en avoir une idée par la simple lecture ».

Grâce à l’archive provenant du Fonds Guy de Cointet de la Bibliothèque Kandinsky au Centre Pompidou –manuscrits et tapuscrits, carnets, dessins, photographies, affiches et cartons d’invitation – mais aussi forte de découvertes inédites comme celle d’un manuscrit original de sa dernière pièce, The Bridegroom, cette première édition complète des textes de théâtre dans leur langue originale et traduits, permet de découvrir un véritable auteur, habile à de multiples procédés. Se mêlent, de pièce en pièce, prose dialoguée, poèmes, langues étrangères ou cryptées, phrases sonores, citations de slogans télévisuels mais surtout d’innombrables écrivains…

Complété de commentaires et entretiens qui contextualisent et analysent l’œuvre théâtrale de l’artiste, le livre a pour priorité de rendre ces pièces lisibles, grâce notamment à l’insertion de pictogrammes des objets scéniques construits par l’auteur et qui sont capitaux dans ses mises en scène. L’ouvrage tente de faire vivre ou revivre un théâtre qualifié par Guy de Cointet d’ « assemblage d’objets, de gestes et de mots dont la perpétuelle interférence crée une magie proprement théâtrale. »

Direction éditoriale : Hugues Decointet, François Piron et Marilou Thiébault

Conception graphique : Laure Giletti et Gregory Dapra

Traducteurs: Sophie Dannenmüller, Francesca Devalier, Ian Monk, Kirsten Murphy et Stephen Maas, Émilie Notéris, Sarah Vermande

Transcription des manuscrits: Ibéa Atondi

448 pages couleur

Distribution: Les Presses du réel, IDEA Books, Antenne Books, Motto Books

 

Ouvrage initié par la Guy de Cointet Society.

Avec le soutien à l’édition du Cnap, des galeries Air de Paris et Greene Naftali ainsi que de Thea Westreich

 

www.centrepompidou.fr/

www.cnap.fr/

www.guydecointet.org/

Jacques Donguy, PD-EXTENDED 1 POÉSIE NUMÉRIQUE EN PURE DATA (Éditions les presses du réel)

PD-EXTENDED 1  POÉSIE NUMÉRIQUE EN PURE DATA (Éditions les presses du réel)

Livre de Jacques Donguy, présentation par l’auteur

en présence de Gaëlle Théval, universitaire, et de Sarah Cassenti, maquettiste

Mercredi 7 juin 2017, à partir de 18h30

Bibliothèque Kandinsky

Centre Pompidou Niveau 3

Réservation obligatoire à reservation.bibliothequekandinsky@centrepompidou.fr

Monographie de référence consacrée au pionnier de la poésie numérique en France, cet ouvrage propose une documentation illustrant de nombreux projets récents, notamment pd-extended 1, ainsi qu’un corpus théorique compose de l’ensemble des textes de Donguy initialement publiés entre 1984 et 2015, et devenus pour la plupart introuvables.

Pd-extended 1 – Poésie numérique en Pure Data débute par une préface explicative de Jacques Donguy, sous le titre “Médias liquides en Pure Data”, introduisant une série de 80 captures d’écran du projet de 2013 pd-extended 1, texte en aléatoire composé de typographies, d’images et de sons.

L’ouvrage documente aussi d’autres projets, dont plusieurs œuvres produites sur le mythique Atari 520ST (1993), Tag-Surfusion 3D créé à São Paulo en 2009 pour l’Année de la France au Brésil et Numerica 11 (2011).

Suit l’ensemble des textes théoriques publiés sur plus de 30 ans, textes parus soit en revues (Autrement, Le Magazine Littéraire, Celebrity Cafe…), soit à l’occasion de colloques universitaires ou dans des publications devenus aujourd’hui inaccessibles, dont un texte pionnier paru en 1984 dans la revue Inter au Québec. Un corpus théorique consacré à ce qu’on a d’abord appelé la Poésie électronique, puis, suite au manifeste paru dans Art Press en 2002, la Poésie numérique. Les annexes sont composées d’une liste des performances de Poésie numérique que Jacques Donguy a réalisées, d’une liste de ses publications sur supports numériques (CD, CD-ROM, DVD, DVD-ROM), et d’une liste des expositions incluant la Poésie numérique en France et à l’étranger.

Par ce corpus de textes théoriques, il s’agit d’une traversée de l’histoire de la poésie numérique, mouvement littéraire international apparu au début des années 1980 avec les premiers ordinateurs portables grand public et les pratiques liées au minitel. On pourra également saisir les flottements sur l’appellation de ce mouvement, l’évolution rapide des capacités de la mémoire de l’ordinateur et constater l’obsolescence accélérée des logiciels et des systèmes d’exploitation. Dépendante depuis Gutenberg de la technologie de l’imprimerie, la notion de littérature, élargie ici à l’image et au son, sera confrontée à son propre avenir et aux différentes formes de pérennisation. Qu’en est-il d’une littérature qui ne dépend plus exclusivement du médium typographique?

Cet ouvrage a bénéficié de l’aide à l’édition du Centre national des arts plastiques (édition numérique).

Jacques Donguy

Critique d’art, poète, traducteur d’Augusto de Campos et théoricien (il a enseigné à Paris I), co-fondateur de la galerie d’art contemporain J&J Donguy, il pratique le premier en France, depuis 1983, la Poésie numérique (ce dont témoigne la publication d’un article dans Inter au printemps 1984), en collaboration entre autres pour les performances avec Guillaume Loizillon, Laurent Mercier ou Étienne Brunet. Il utilise depuis le début l’ordinateur en faisant appel à des procédures basées sur le hasard, en écho direct à Stéphane Mallarmé et à son Coup de Dés.

Jacques Donguy est aussi l’éditeur, avec Sarah Cassenti et Jean-François Bory, de la revue Celebrity Cafe.

Sarah Cassenti

Graphiste de l’ouvrage, Sarah Cassenti est artiste, à l’origine du groupe des Idiotes avec Hélène Defilippi. Elle a récemment participé au livre Le Générateur 10 ans d’art et de performances 2006-2016.

Gaëlle Théval

Chercheure associée au THALIM de l’Université Paris 3, spécialiste des poésies expérimentales, elle a notamment publié Poésies ready-made, XXe-XXIe siècles (L’Harmattan, 2015).

www.centrepompidou.fr

www.cnap.fr

Reportages photographiques sur les expositions temporaires du Centre Pompidou

Après plusieurs années d’identification, d’indexation, de conditionnement, la Bibliothèque Kandinsky diffuse les répertoires numériques consacrés aux reportages photographiques produits à l’occasion des expositions temporaires du Musée National d’Art Moderne, du Centre National d’Art Contemporain et du Centre de ExCréation Industrielle devenu depuis 1992 MNAM-CCI.

Consulter les inventaires en ligne :

Continuer la lecture de Reportages photographiques sur les expositions temporaires du Centre Pompidou

L’Institut de l’environnement : une école décloisonnée. Urbanisme, Architecture, Design, Communication, Tony Côme (Éditions B42)

Avec Tony Côme et le sociologue Jean-Louis Violeau.

Discussion ponctuée par une série de mots-clés comme autant de portes d’entrée dans l’histoire de cet établissement parisien (Mandarin, Ulm, Institut, Environnement, Prouvé, Vincennes, Bibliothèque, Informatique, etc.).

Jeudi 11 mai 2017, à partir de 18h30

Bibliothèque Kandinsky

Centre Pompidou

Niveau 3

Entrée libre sur réservation à : reservation.bibliothequekandinsky@centrepompidou.fr

« En 1968, la Hochschule für Gestaltung d’Ulm, école allemande que l’on présente comme la principale héritière du Bauhaus, est menacée de fermeture. L’idée de son possible transfert à Paris émerge alors sous le nom d’ »Institut de l’environnement ». Un bâtiment, élaboré par Robert Joly avec la complicité de Jean Prouvé, est inauguré un an plus tard, rue Érasme, sur le terrain de l’École nationale supérieure des arts décoratifs (ENSAD). Voulue par André Malraux, cette nouvelle institution aux allures de laboratoire pédagogique revendique une orientation pluridisciplinaire totalement singulière dans le paysage français. Elle vise la création d’un troisième cycle dédié à l’environnemental design et la formation de nouveaux enseignants dans ce domaine, en se dotant notamment d’un inédit centre de ressources et d’un équipement informatique de pointe. Des praticiens d’horizons différents y évoluent : accompagnés par un « collège d’enseignants chercheurs », de jeunes urbanistes, architectes, designers industriels, spécialistes en communication visuelle et théoriciens en sciences humaines apprennent à collaborer dans la perspective d’améliorer l’aménagement du cadre de vie. Deux promotions de quatre-vingts « stagiaires », dont l’artiste Daniel Dezeuze et le collectif de graphistes Grapus font partie, garderont un souvenir ému de cette aventure. »

Tony Côme est agrégé d’arts appliqués et docteur en histoire de l’art. Il enseigne l’histoire de l’architecture et du design à l’École européenne supérieure d’art de Bretagne (Rennes). Aux éditions B42, il a déjà contribué à la publication de Le monde comme projet d’Otl Aicher et codirigé avec Juliette Pollet  L’Idée de confort, une anthologie (coédition Cnap).

Jean-Louis Violeau est sociologue, professeur à l’ENSA Nantes, auteur notamment de Les Architectes et Mai 68 (éditions Recherches) et de Jean Baudrillard, Utopie, 68 et la fonction utopique (Sens & Tonka). 

Le livre a bénéficié du soutien à l’édition du Cnap.

www.cnap.fr

www.centrepompidou.fr

www.editions-b42.com

 

 

Cinéplastique – L’AGE D’OR DU FILM SUR L’ART

Luc de Heusch : histoire de l’art et anthropologie

Samedi 29 avril – 11H15 – Cinéma 2 – Entrée Libre

 

Luc de Heusch Alechinsky d’après nature © Centre Pompidou, Mnam-Cci, Bibliothèque Kandindsky

Avec Luc de Heusch, le film documentaire réfléchit non seulement sur l’objet qu’il filme, mais aussi sur le cinéma lui-même. Anthropologue mondialement reconnu, professant en son temps à l’université de Bruxelles, il fut également dans sa jeunesse l’assistant d’Henri Storck et membre de Cobra. Filmer les artistes au travail tout autant que leurs œuvres se situe ainsi entre histoire de l’art et anthropologie.

Luc Zangrie, Perséphone, 1951, 16 mm, noir et blanc, sonore, 20’

Luc de Heusch, Magritte, ou la leçon des choses, 1960, 35 mm, couleur sonore, 14’

Luc de Heusch, Sur les traces du renard pâle – Recherches en pays dogon, 1931-1983, 1984, 16 mm, noir et blanc et couleur, sonore, 48’ (extrait)

Luc de Heusch, Alechinsky d’après nature, 1970, 35 mm, noir et blanc et couleur, sonore, 20’

« Cinéplastique »  est un cycle de séances pédagogiques portant sur un cursus d’enseignement à la croisée de l’histoire de l’art et des images animées, conçu en partenariat avec l’Université Paris-Sorbonne. Arnaud Maillet, Maître de conférences, présente et commente les films et vidéos issus des collections du Centre Pompidou. Conseillers à la programmation : Isabelle Daire, Natalia Klanchar, Etienne Sandrin, service des collections films,  Bibliothèque Kandinsky et nouveaux-médias.

 

Conférence Alice Motard, « Beau Geste Press : une exposition (de livres mais pas que… ) »

“Ay-O”,Couverture de Japanese Schmuck (No. 8), édité par Taii Ashizawa, Takehisa Kosugi, David Mayor. Beau Geste Press, 1976

Le Centre national des arts plastiques (Cnap) et la Bibliothèque Kandinsky du Musée national d’art moderne/CCI, Centre Pompidou sont heureux de vous inviter à la conférence d’Alice Motard, Beau Geste Press : une exposition (de livres mais pas que… ) .

Mercredi 26 avril 2017, à partir de 18h30
Bibliothèque Kandinsky

Centre Pompidou
Niveau 3
Entrée libre sur réservation à : reservation.bibliothequekandinsky@centrepompidou.fr

Alice Motard, commissaire en chef du CAPC musée d’art contemporain de Bordeaux, présente jusqu’au 28 mai 2017 une exposition sur la maison d’édition indépendante Beau Geste Press fondée en 1971 par le couple d’artistes mexicains Martha Hellion et Felipe Ehrenberg.  Avec leurs deux enfants, ils s’installent dans une ferme du Devon, en pleine campagne anglaise, où ils forment avec quelques amis, parmi lesquels l’artiste et historien de l’art anglais David Mayor, « une communauté de duplicateurs, d’imprimeurs et d’artisans ». L’exposition retrace l’histoire de Beau Geste Press à travers les quelques 75 livres d’artiste publiés par ses membres fondateurs et les invités ou visiteurs occasionnels de son antenne rurale – poètes visuels, artistes néo-dadaïstes ou dans la mouvance Fluxus – au cours de ses cinq  années d’existence. Ce faisant, elle met en exergue la singularité de cette maison d’édition qui, tout en opérant à la périphérie des centres artistiques de l’époque, peut être érigée en modèle de production, reproduction et diffusion artistique ayant anticipé les pratiques de mise en réseau de l’ère numérique.

En évoquant les modes opératoires de la Presse (économie de moyens, autonomie de production, distribution des livres par le biais du service postal, résidences d’artistes), Alice Motard rendra compte à l’occasion de cette conférence du foisonnement créatif, de la productivité, et du rayonnement international de cette communauté de courte durée. Elle reviendra sur les enjeux d’une telle exposition et les choix méthodologiques et curatoriaux mis en œuvre pour raconter Beau Geste Press sans dénaturer ou trahir l’esprit et les formes d’action d’une des aventures éditoriales collectives les plus fécondes de sa génération.

Alice Motard est depuis 2016 commissaire en chef du CAPC musée d’art contemporain de Bordeaux. De 2008 à 2013, Alice Motard a été la directrice adjointe et chargée des expositions du centre d’art contemporain Raven Row à Londres, où elle a notamment conçu et organisé l’exposition collective Unto This Last (2010) et co-commissarié les expositions The Stuff That Matters (2012), la première présentation de la collection de textiles de Seth Siegelaub, et la première rétrospective posthume de l’artiste tchèque Běla Kolářová (2013). Pendant les deux ans qu’elle a par la suite passés au centre d’art contemporain et de design de Spike Island à Bristol (2014–16) en tant que commissaire d’exposition, elle a notamment organisé un projet hors les murs avec Gareth Moore ainsi que les premières expositions institutionnelles au Royaume-Uni de Anna Franceschini, Isabelle Cornaro, Reto Pulfer, Michael Beutler et Xavier Antin. Elle est diplômée du master Curating Contemporary Art du Royal College of Art de Londres et titulaire d’un DEA d’histoire de l’art obtenu à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et à la Freie Universität de Berlin.

Pour mener sa recherche sur Beau Geste Press, Alice Motard a bénéficié du soutien à la théorie et critique d’art du Centre national des arts plastiques.

www.capc-bordeaux.fr

www.centrepompidou.fr

www.cnap.fr

 

Cinéplastique – L’AGE D’OR DU FILM SUR L’ART

L’œuvre d’art comme vedette de cinéma

Séance du samedi 22 Avril- 11h15- Cinéma 2- Entrée Libre

Dans les années 1940-1950, les films documentaires sur l’art matérialisent des recherches formelles fortement expérimentales, de sorte qu’« un film sur l’art n’est réussi que s’il est également, franchement, un film d’art » (Steven Jacobs). Plus qu’objets de documentaire, les œuvres d’art sont souvent mises en mouvement, sinon animées par le médium filmique : elles deviennent même des acteurs de cinéma à part entière.


Henri Alekan, L’Enfer de Rodin © Centre Pompidou, Mnam-Cci, Bibliothèque Kandindsky, Fonds Audiovisuel

Luciano Emmer, Raconto da un affresco, 1946, 35 mm, noir et blanc, sonore, 10’

Alain Resnais, Gaston Diehl et Robert Hessens, Vincent Van Gogh, 1948, 35 mm, noir et blanc, sonore, 17’53’

Henri Storck, Le monde de Paul Delvaux, 1944-1946, 16 mm, noir et blanc, sonore, 11’

Henri Alekan, L’Enfer de Rodin, 1959, 35 mm, noir et blanc, sonore, 17’

Carlos Vilardebo, Le cirque de Calder, 1961, 16 mm, couleur, sonore, 18’

« Cinéplastique »  est un cycle de séances pédagogiques portant sur un cursus d’enseignement à la croisée de l’histoire de l’art et des images animées, conçu en partenariat avec l’Université Paris-Sorbonne. Arnaud Maillet, Maître de conférences, présente et commente les films et vidéos issus des collections du Centre Pompidou. Conseillers à la programmation : Natalia Klanchar, Isabelle Daire, Etienne Sandrin, Bibliothèque Kandinsky, service des collections films et nouveaux-médias.

Sur la Croix noire de Malévitch

En 1978 le Musée national d’art moderne a fait entrer dans ses
collections la Croix noire que Malévitch avait peinte pour l’exposition 0.10, à Petrograd, en 1915. Peu avant cette acquisition,
le directeur du service de Conservation des musées danois de l’époque, Bent Hacke, avait été sollicité pour restaurer la peinture. Près de 40 ans plus tard Bent Hacke et Troels Andersen publient aux Presses de l’université d’Århus, Danemark, les éléments les ayant conduits à authentifier le tableau, ainsi que les différentes étapes de sa restauration.
Vous pouvez lire cette histoire dans l’exemplaire du livre que la Bibliothèque Kandinsky vient d’acquérir :
The Identification, Conservation and Restauration of the Black Cross by K.S. Malevich : with an Appendice on two Attributions / Bent Hacke ; Troels Andersen. – Aarhus : Aarhus University Press, 2016. – 1 vol. (63 p.) : ill. ; 28 cm.
Cote : RLQ 8776

Le carnet de recherche de la Bibliothèque Kandinsky, Musée National d'Art Moderne, Centre Pompidou, Paris