Nouvelle acquisition – Revue Espacios

La bibliothèque Kandinsky vient d’acquérir 5 numéros de l’éclatante revue mexicaine « Espacios » parue entre 1948 et 1957. L’aventure démarre en 1948 lorsque deux jeunes architectes diplômés, Lorenzo Carrasco Ortiz et Guillermo Rossell de la Lama, décident d’éditer une revue d’architecture réunissant un bon nombre d’intellectuels et d’artistes. Dès le début ces jeunes directeurs décideront d’aborder les questions sociales économiques et culturelles. La question urbaine sera cruciale (voir les nombreux projets de planifications urbaines), les débats et les combats étant au cœur des revendications pour une reconstruction économique et sociale du pays dans la mouvance nationaliste de l’époque. On retrouvera d’ailleurs tout au long de la parution les projets urbains de Lorenzo Carrasco et Guillermo Rossell réalisés pour les villes de Cancún, Puerto Juarez, Ixtapa par exemple. La revue sera aussi l’organe de défense de l’architecture moderne au Mexique.

Destiné tout d’abord aux architectes, ce périodique semestriel au départ, affirme dès le début sa volonté de s’ouvrir aux arts plastiques et d’étendre son champ à la culture avec un sous-titre significatif : « rivista integral de arquitectura y artes plasticas ». Chaque numéro réunit plusieurs artistes de la photographie, de la littérature, du design, de la peinture qui en font une revue remarquable de par sa diversité. On remarquera par exemple des textes de Pablo Neruda dans le numéro 5/6, dans d’autres volumes des interventions de Mateo Ortiz, Luis Barragan, David Alfaro Siqueiros, Diego Riveira, Gisèle Freund, Manuel Alvarez Bravo… certains d’entre eux feront d’ailleurs partie du comité éditorial et rédactionnel de la revue.

C’est une revue qui a du relief, de la couleur, totalement nouvelle et originale dans sa conception et ses qualités esthétiques. De format oblong, reliée par une spirale, le regard est happé par ces couvertures dynamiques à la typographie élégante et par l’inventivité graphique de l’ensemble. Sans pagination précise, les sujets défilent rythmés par des inserts, des gravures dans un juste équilibre.

Baptisée « joyau éditorial »  Espacios a été numérisée dans son intégralité (soit 41 livraisons) en 2011 par la Facultad de Arquitectura/Universidad Autonoma de Mexico.

David Antin parmi Freud et Diderot. Critique d’art, narration et postmodernisme. Conférence par Camille Pageard

Le Centre national des arts plastiques (Cnap) et la Bibliothèque Kandinsky du Musée national d’art moderne/CCI, Centre Pompidou sont heureux de vous inviter à la conférence de Camille Pageard intitulée « David Antin parmi Freud et Diderot. Critique d’art, narration et postmodernisme ».

Mercredi 18 octobre 2017, à partir de 18h30

Bibliothèque Kandinsky

Centre Pompidou

Niveau 3

Entrée libre sur réservation à : reservation.bibliothequekandinsky@centrepompidou.fr

Poète, performeur et linguiste américain, David Antin (1932-2016) improvisait des poèmes parlés (talk poems) à l’invitation de musées ou d’universités. À partir du milieu des années 1960, il publie parallèlement des textes critiques sur l’art et la littérature dans des catalogues ou des revues telles que Artforum, Art News, boundary 2 ou Kulchur. Dans son œuvre critique, se croisent des poèmes parlés (talk poems), des études monographiques (sur Andy Warhol, Allan Kaprow, Marcel Duchamp, George Brecht…), et des essais sur la poésie ou sur Wittgenstein.

Les publications de talking, en 1972, et de parler aux frontières, en 1976, sont pour David Antin le signe d’un tournant décisif dans son œuvre. Elles offrent aux lecteurs une réflexion poétique qui s’élabore à partir de la fin des années 1960 et qui mènera aux  talk poems : improvisations devant une assemblée de discours poétiques ensuite enregistrés puis transcrits afin d’en saisir les aspérités, la fluidité et les digressions. Il s’agit aussi de la période où l’activité de critique d’art de David Antin est la plus dense et pendant laquelle il dirige le département d’art de l’Université de Californie (San Diego). Dans ses textes critiques comme dans ses performances et ouvrages poétiques, Antin passe aisément d’un champ à l’autre, tout à la fois observant le modernisme littéraire et artistique et proposant des lectures d’œuvres qu’il définit comme postmodernes.

Camille Pageard a reçu, en 2017, un soutien à la théorie et critique d’art du Cnap pour une recherche intitulée « This is postmodern stuff. David Antin en Californie ». À partir des archives personnelles du poète et critique d’art déposées au Getty Research Institute, il rendra compte de l’articulation que David Antin opère, au cours des années 1980, entre Denis Diderot et Sigmund Freud. La convergence de ces deux auteurs permit d’abord à Antin de résoudre des questions relatives à la définition de la notion de narration, mais également de réarranger certaines propositions de ses textes critiques et plusieurs motifs de son œuvre : mémoire, photographie et perception visuelle. Lors de cette soirée, Camille Pageard présentera également l’ouvrage « David Antin. Essais choisis sur l’art et la littérature » qu’il a traduit avec Jean-François Caro et publié, avec le soutien du Cnap, chez <o> future <o>.

Camille Pageard est historien d’art. Enseignant à l’erg (Bruxelles) et à l’ensba (Lyon), son travail lie l’histoire de l’art, de l’édition et de la poésie contemporaine. Ses recherches se concentrent autour de l’œuvre du poète et critique d’art David Antin. Il a traduit avec Jean-François Caro deux de ses recueils : parler aux frontières (Vies parallèles, 2017) et Essais choisis sur l’art et la littérature – 1966-2005 (<o> future <o>, 2017). Il est co-fondateur de la maison d’édition <o> future <o>.

http://f-u-t-u-r-e.org/

http://www.cnap.fr/

https://www.centrepompidou.fr/

  

Hommage à Marie-Hélène Breuil

« il a fallu longtemps pour reconnaître la toile nonpeinte  comme une des plus belles peintures de paysage. il a fallu que la toile peinte de la même couleur que le mur lui indique le chemin, en avant-garde. Il a fallu se planter devant un des modèles les plus anciens de la peinture, l’ouverture, l’entrée de la caverne, la fenêtre, reconnaître qu’une nouvelle étape pouvait être franchie, sauter le pas » (claude rutault, dé-finitions/méthodes 1973-2016, relire [sans bégayer] – réécrire [sans recopier] – repeindre [sans imiter])

La Bibliothèque Kandinsky du Musée national d’art moderne/CCI, Centre Pompidou est heureuse de vous inviter pour rendre hommage à Marie-Hélène Breuil, à son travail sur l’œuvre de Claude Rutault et sur la restauration d’art contemporain à l’occasion de la présentation des éléments des archives de Claude Rutault et de l’ouvrage « dé-finitions/méthodes 1973 – 2016 », Genève, Mamco, 2016

Jeudi 5 octobre, à partir de 18h30

Bibliothèque Kandinsky

Centre Pompidou

Niveau 3

Entrée libre sur réservation à : reservation.bibliothequekandinsky@centrepompidou.fr

Une table ronde en présence de Claude Rutault, David Kidman, cinéaste, et époux de Marie-Hélène Breuil, Thierry Davila, responsable des éditions au Mamco, Genève, Jean-Philippe Billarant, collectionneur et mécène, Jeanne Gailhoustet, artiste et directrice de l’École nationale des beaux-arts de Limoges, Emilie Parendeau, artiste, Marc Kopylov, éditeur aux Éditions des Cendres, Paris, Cécile Dazord, conservatrice et chercheuse au Centre de recherche et de restauration des musées de France (c2rmf) Agnès Cascio, restauratrice, Adriana Blendea, restauratrice.

Marie-Hélène Breuil est disparue le 1 avril 2016.

Son intérêt pour le travail de Claude Rutault date de plus de vingt ans, mais la collaboration s’est intensifiée avec le travail sur la publication de Claude Rutault, définitions/méthodes le livre, Paris, Productions Flammarion 4, 2000, livre entièrement réalisé par les Éditions des Cendres. Elle a publié de nombreux articles par la suite, organisé des expositions et également écrit quatre livres sur l’ensemble et sur les aspects spécifiques du travail de Claude Rutault ; claude rutault, le jeu de la peinture sur une grille de marelle, 2009-1971, Paris, Bernard Chauveau  Editeur, 2009. « Entretien écrit avec Claude Rutault », dans Michel Gauthier, Marie-Hélène Breuil, Claude Rutault, Paris, Flammarion, 2011, Claude Rutault, peinture, écriture, sociabilité́, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2014 (le sujet de sa thèse de doctorat, soutenu en 2009), Claude Rutault, L’Inventaire, Genève, Mamco, 2015.

Sa contribution à la compréhension et interprétation du travail de Claude Rutault est largement reconnue et saluée. En 2015, elle a travaillé sur les archives de Claude Rutault en vue de leur donation à la Bibliothèque Kandinsky. Une sélection à partir du fonds d’archives conservé à la Bibliothèque sera présenté lors de la soirée.

En parallèle du travail sur Claude Rutault, Marie-Hélène Breuil a enseigné l’histoire de l’art au département de la restauration des œuvres sculptées à l’École supérieure des beaux-arts de Tours, en tant que co-coordinatrice du cycle ces dernières années, où elle a proposé, puis mené des études sur la restauration des œuvres contemporaines. Elle a mené des programmes de recherche sur des questions sur les possibilités de restauration des œuvres, compliquées par la conception, les matériaux, les technologies et leur obsolescence de ces travaux. Un croisement inévitable avec le travail de Claude Rutault s’est opéré. Un nouveau film en hommage à Marie-Hélène sera projeté lors de la soirée ainsi que son film portrait, réalisés par David Kidman.

Né en 1941 à Trois Moutiers (Vienne), Claude Rutault vit et travaille à Vaucresson (Hauts-de-Seine). En 1973, il énonce sa première « définition/méthode » (d/m) : « une toile tendue sur châssis peinte de la même couleur que le mur sur lequel elle est accrochée. sont utilisables tous les formats standard disponibles dans le commerce qu’ils soient rectangulaires, carrés, ronds ou ovales. l’accrochage est traditionnel. » Depuis, il en a proposé plusieurs centaines d’autres, qui ont toutes pour ambition de viser à une déconstruction générale des modes d’existence du tableau.

www.centrepompidou.fr