Archives de catégorie : Université d’été de la Bibliothèque Kandinsky

Université d’été de la Bibliothèque Kandinsky 2018. Le programme!

« Les sources au travail. Publications d’artistes: de l’atelier à la bibliothèque (et vice-versa) »

Lundi 02/07/2018

9.00 Accueil participants, remise des badges et petit déjeuner d’ouverture (Salon du Musée national d’art moderne)

10.00 Ouverture de l’Université d’été de la Bibliothèque Kandinsky (Salle 7 du Musée)

10.30 Introduction par le comité scientifique de l’Université d’été 2018: Didier Schulmann, Mica Gherghescu, Stéphanie Rivoire, Aurélien Bernard et Benjamin Thorel

11.00-12.30 Tour de table des participants et courtes présentations des projets de recherche

18.30 Conférence Cornelia Lauf (Bibliothèque Kandinsky) en attente titre

Mardi 03/07/2018

9.30-12.30 Panel 1 « Réseaux & networks en théorie & en pratique » animé par Antony Hudek

Présentation de projets de recherche de Corinn Gerber, Maria Elena Minuto et Signe Frederiksen (Salle 7)

Mercredi 04/07/2018

9.30-12.30 Panel 2 « Carrières d’artistes et biographies d’objets » animé par Didier Schulmann

Présentation de projets de recherche de Deianira Amico, Alice Cazzola, Kristina Hinrichsen, Rachel Perry et Magda Predescu (Salle 7)

Jeudi 05/07/2018

9.30–12.30 Panel 3 « Quelles activités, quelle agentivité pour l’artiste/éditeur ? »  animé par Dora Garcia

Présentation de projets de recherche de Daisy Nam, collectif ExposerPublier et Katia Porro (Salle 7)

18.30 Conférence « Blank & Illegible books », Moritz Küng (Bibliothèque Kandinsky)

Vendredi 06/07/2018

9.30-12.30 Panel 4 « Questions d’écriture: fictions, performance et expérience » animé par Mica Gherghescu en présence de Jacques Donguy
Présentation de projets de recherche d’Alessandra Acocella, Alice Dusapin, Pauline Goutain, Luzie Meyer, Andrea di Serego Alighieri & Robert Milne (Salle 7)

Samedi 07/07/2018

Visite de la Fondation Kanal-Centre Pompidou, Bruxelles

10.00 Rencontre avec Saskia Gevaert et visite de son atelier

12.00-13.30 Arrivée Site Kanal Centre Pompidou. Déjeuner sur place et après-midi de rencontres (programme en cours)

Lundi 09/07/2018

9.30-12.30 Panel 5 « Cultures alternatives du livre et de l’imprimé » animé par Didier Mathieu et Benjamin Thorel
Présentation de projets de recherche de Chris Lee, Steven Chodoriwsky & Julie Niemi, Loraine Furter, Rachel Valinsky et Aliya Zolotova
(Salle 7)

14.30-17.00 Atelier de travail et présentation de Banu Cennetoglu animé par Yekhan Pinarligil (Salle 7)

Mardi 10/07/2018

9.30-12.30 Panel 6 « Politique de la circulation et poétique de la publication. Le livre d’artiste exposé » animé par Alice Motard
Présentation de projets de recherche de Daniela Hermosilla Zuniga, Verina Gfader, Adam Cruickshank, Leandro Depietri Martinez (Salle 7)

Mercredi 11/07/2018

9.30-12.30 Panel 7 « Historiographies. Faire collection, classification, méthodes et perspectives » animé par Aurélien Bernard en présence du collectif Hyperfiction et de Brigitte Vincens
Présentation de projets de recherche de Jean-Marie Carey, Tony White, Marsha Taichman et Antoine Lefevre (Salle 7)

Jeudi 12/07/2018 

9.30-12.30 Panel 8 « Documenter l’art au présent » en présence d’Aurélie Pétrel et Stéphanie Rivoire (sous réserve)
Présentation de projets de recherche de Sophie Dars (Accattone),
Cristina Imizcoz, Andrée Ospina et Susana Lourenço Marques        (Salle 7)

Vendredi 13/07/2018

9.30-12.00 Table ronde et activation du Journal de l’Université d’été n°5

 

Chercheurs de l’Université d’été de la Bibliothèque Kandinsky

  1. Alessandra Acocella (Fellow at the Archivio Luciano Caruso): Pages of sound poetry: from an exhibition catalogue to traces of a “small aesthetic community”.
  1. Deianira Amico (Université de Florence): Campo Grafico.
  1. Jean-Marie Carey (LACMA Research Fellow; St. Cate Fine Arts, Florida): Trigger for a Train of Thought: der Blaue Reiter Almanach.
  1. Alice Cazzola (Ecole du Louvre; Université de Heidelberg): Le Poème de l’angle droit de Le Corbusier : un livre d’artiste « archi-littéraire ».
  1. Adam Cruickshank (artiste et enseignant, MADA Monash University, Melbourne; doctorant RMIT University, Melbourne): Livre d’artiste « In One Hundred Thousand Years »// artist monograph.
  1. Sophie Dars (architecte; Bartlett UCL Londres): Accattone. Critical Editorial Devices in Little Architects’ Magazines
  1. Leandro Depietri Martinez (School of the Art Institute of Chicago): Fabio Kacero, Osvaldo Lamborghini, Literal Magazine et Grupo de Activismo Gay, Buenos Aires.
  1. Alice Dusapin (éditrice et chercheuse indépendante): Bern Porter, pionnier du développement de l’édition indépendante américaine et européenne.
  1. ExposerPublier (collectif d’artistes et de designers graphiques): Pratiques documentées, exposées et publiées : relecture et analyse collective des productions éditoriales du collectif ExposerPublier.
  1. Signe Frederiksen (ENSBA Lyon): Objects with Pages. Robert Walser / Laurence Rassel
  1. Loraine Furter (designer graphique, chercheuse, Hybrid Publishing Consortium Centre for Digital Cultures Leuphana): Speaking Volumes – art, activisme et éditions féministes.
  1. Corinn Gerber (Université de Toronto): Connecting Directions: Personhood, Citizenship and transnational Editorial practices.
  1. Verina Gfader (artist, researcher): Mis/print in geographies of drift
  1. Pauline Goutain (chargée de cours, Carleton University): L’Optique moderne (1963/1972) : une publication kaléidoscopique.
  1. Daniela Hermosilla Zuniga (doctorante à l’Université de Barcelone): OVUM 10 or the urgency of artists’ publications in Latin America, 1969-1974
  1. Kristina Hinrichsen (Ph.D histoire de l’art Giessen-ETH Zurich ; assistante éditoriale, Hauser & Wirth): Publishing as a practice between art, design and commercial success: Paul Maenz as graphic designer turned gallerist, 1965-1973.
  1. Catalina Imizcoz (editorial assistant, Phaidon): La revue radicale argentine « ramona ».
  1. Antoine Lefebvre (chercheur indépendant): Artzines 1977-2017.
  1. Chris Lee (designer graphique), Steven Chodoriwsky (architecte) & Julie Niemi (conservatrice): Syllabus as utopia xerographic excavations of Tolstoy college.
  1. Susana Lourenço Marques (designer, photography teacher I2ADS, Faculdade de Belas Artes da Universidade do Porto): Publishing/Exhibiting — fascicles of photography and a portable gallery (The editorial activity of the independent publishing house Pierrot le Fou)          
  1. Luzie Meyer, (artiste): Pure Fiction collective, DIY practices    
  1. Maria Elena Minuto (chercheure associée, KU Leuven): Material and Visual Poetics, The Neo-Vanguard Art of Publishing
  1. Daisy Nam (assistant director, Carpenter Center for the Visual Arts Harvard University): Artist-as-publishers with fellow curators, writers, and peers: Matt Keegan (North Drive Press and = =), Martine Syms (Dominca Publishing) and Paul Chan (Badlands Unlimited).
  1. Andrée Ospina (éditrice indépendante): Les publications d’artistes à l’ère du numérique. Objets et enjeux d’une nouvelle pratique artistique : mettre en livre le web
  1. Rachel Perry (enseignante à l’Université de Tel Aviv): Les livres d’artiste de Jean Dubuffet et Jean Fautrier.
  1. Katia Porro (Parsons Paris, the New School): Aging Radicalism: observing a discursive shift in the publications of Ettore Sottsass.
  1. Magda Predescu (Musée national d’Art contemporain Bucarest): Les cahiers-journal et les livres d’artiste d’Octav Grigorescu.
  1. Andrea di Serego Alighieri (écrivain, éditeur et designer) & Robert Milne (publieur, éditeur et designer): Tactics of publishing from the margin to the outskirts – Stuart Sherman
  1. Marsha Taichman (Visual Resources Librarian, Cornell University): The case of Fine Arts Library; Cornell University; Ithaca
  1. Rachel Noémie Valinsky (Ph.D City University New York; adjunct lecturer, Hunter College NY): Publishing Systems: Jorge Glusberg and the CayC Exhibition Catalog
  1. Tony White (associate chief librarian, J. Watson Library, The Metropolitan Museum of Art):  Dealer inventories and exhibition checklists (1974-1994)
  1. Aliya Zolotova (Master Recherche Paris 1 Panthéon-Sorbonne): La revue A-Ya, une institution circonstancielle

www.centrepompidou.fr

http://bibliothequekandinsky.centrepompidou.fr

https://www.facebook.com/UEBK2018/

 

UNIVERSITE d’ETE de la BIBLIOTHEQUE KANDINSKY, 5e édition, 2-13 juillet 2018

APPEL A CANDIDATURE// CALL FOR PAPERS

LES SOURCES AU TRAVAIL
Publications d’artistes: de l’atelier à la bibliothèque
(et vice-versa)

For English version, please scroll down 

L’Université d’été de la Bibliothèque Kandinsky est un programme du Centre Pompidou qui se déroule dans l’espace des collections contemporaines du Musée national d’art moderne. Elle a pour objet les sources de l’art moderne et contemporain : archives, documentation écrite, photographique ou filmique, témoignages, formes d’appropriation artistique de la production documentaire. Initiative interdisciplinaire, l’Université d’été de la Bibliothèque Kandinsky réunit de jeunes chercheur.e.s : historiens et historiens de l’art, anthropologues et sociologues, artistes, critiques, commissaires d’expositions, qui partagent un travail collectif sur les sources documentaires. La table-vitrine de l’Université d’été sert à la fois comme table de montage et d’exposition. Elle recueille fac-similés, reproductions, sources archivistiques et documentaires proposées ou évoquées au cours des séances. Plusieurs ateliers d’écriture rythment le parcours de l’Université d’été. Des visites dans différents lieux et collections documentaires émailleront les journées de travail. Le numéro cinq du « Journal de l’Université d’été de la Bibliothèque Kandinsky » sera tout à la fois un recueil de sources et une création collective qui reflètera les débats poursuivis pendant les séances de travail.

« Tout, au monde, existe pour aboutir à un livre ». Emblématiques, les mots de Stéphane Mallarmé ont guidé de manière subtile les nombreuses recherches et expérimentations sur les publications d’artistes, inspirant appropriations, réactivations, et tentatives de définition. A l’autre bout du spectre historique et dans le même effort de définition d’une pratique artistique élargie, Ulises Carrión rappelait que les « artistes ont publié des livres et des revues, tout en les distribuant, en gérant des galeries et des centres d’art, organisant des événements culturels à travers différentes médias et avec des professions spécialisées. En d’autres mots : ils ont abandonné le terrain sacré de l’art et sont entrés dans l’espace plus vaste et moins délimité de la culture. »

Pour sa cinquième session, l’Université d’été de la Bibliothèque Kandinsky se propose d’étudier le phénomène protéiforme des pratiques de publication d’artiste, à l’aune de ses formes matérielles les plus diverses. Il s’agira également de saisir les réseaux mis en place, et de mettre en lumière les échanges, les contextes et les géographies multiples qui participent de l’élaboration de stratégies de création.
En résonance avec les recherches récentes sur les livres d’artistes, tant sur les stratégies d’édition artistique à l’ère de la conversion multimédia que sur les pratiques éditoriales alternatives, cette nouvelle édition mettra en débat les limites et les déplacements d’un genre extrêmement versatile. Se référant à la fois au champ de la littérature et de l’art, et au monde dans lequel elles s’inscrivent, les publications d’artistes résistent à toute classification restrictive. Si on devait dégager une de leurs spécificités, elle résiderait sans doute dans leur singularité formelle et dans l’inventivité incessante de leurs méthodes de production.

Objet aux contours flexibles, la publication d’artiste sera confrontée à différentes ouvertures disciplinaires ; l’histoire du livre et de l’édition, les media studies, les théories de la communication visuelle au sein desquelles les recherches menées par la théorie et les pratiques du design graphique ont amplement déplacé les frontières définitionnelles, les modes de production et les gestes d’exposition. Sans en épuiser les déclinaisons, les interventions devront porter sur la multiplicité des formats, des techniques et des médiums : livres et périodiques d’artistes, fanzines et samizdats, multiples et livres objets, livres de photographie, livres d’architecture et livres de curateur, éphémèra et éditions hybrides, jusqu’aux explorations numériques, aux e-books d’artiste et aux formes de l’autoédition contemporaine. Etudes de cas focalisées sur les productions, les producteurs et les institutions historiques de l’édition d’artiste devront alterner avec des propositions contemporaines qui réfléchissent de manière critique aussi bien sur la place, les profils des artistes, leur position en tant qu’éditeurs, que sur le statut de l’objet publié et les différentes cultures artistiques et techniques auxquelles il s’attache.

Des savoir-faire alternatifs aux stratégies de patrimonialisation de ces objets documentaires, ainsi que la variété de leurs modes de diffusion, l’Université d’été interrogera également les circuits et les économies qui sous-tendent les pratiques éditoriales artistiques. En perturbant les genres conventionnels, quelles tactiques d’écriture créative, de description bibliographique et d’élaboration de contenu sont mises en place ?  Comment les circuits de savoir (académique ou artistique) et les circuits de production affectent-ils l’objet publié ? Quel est le profil des acteurs qui y interviennent ? Quels sont les risques et dérives dans l’économie des éditions d’artistes ?  Quelles formes d’apprentissage, de pédagogie et de transmission sont mobilisées ?  Quelle place donner à l’auctorialité pour un objet qui joue incessamment avec sa nature autoréférentielle, tout en étant un lieu de travail collectif exemplaire ? Comment « faire collection » avec des objets qui se déplacent avec légèreté entre une bibliothèque, un musée, un espace indépendant et ses avatars numériques ? Enfin, comme Carrión le laissait entendre, la publication d’artiste n’est qu’une pratique parmi d’autres et reste souvent le reflet, ou la trace, d’autres formes d’engagement artistique, mais aussi politique et social. Comment penser alors cet engagement à travers les formes de publications artistiques, devenues les documents pluridisciplinaires d’une action et les territoires d’une construction collective ? Comment ces publications renseignent-elles les œuvres de ces mêmes artistes, mais hors du champ éditorial ? Quelle lecture viennent-elles ajouter ou permettent-elles de déplier au regard de leurs œuvres constituées par ailleurs ?

Selon son principe de travail structurant, l’Université d’été mettra à disposition des participants un ensemble de ressources documentaires conservées par la Bibliothèque Kandinsky et notamment sa grande collection de publications et éditions d’artistes. Elle invitera les participants à enrichir le débat en partageant les sources de travail sur lesquelles ont reposé leurs recherches et à poursuivre des opérations historiographiques sur un mode critique et inventif.

PROCEDURE DE CANDIDATURE

L’Université d’été de la Bibliothèque Kandinsky s’adresse à un public international de jeunes historiens, historiens d’art, anthropologues, sociologues, bibliothécaires et étudiants conservateurs, artistes et graphistes.

Dossier de candidature :

  • une proposition de communication, d’intervention ou de contribution (4500 signes/700 mots en format pdf; peut être rédigée en anglais ou français)
  • un CV et une liste de publications (format pdf)
  • Il est nécessaire d’avoir une bonne maîtrise de l’anglais et du français.

Les participants devront apporter un choix de sources qui servira de support à la présentation de leur travail.
Les propositions de communication sont à adresser avant le 4 mars 2018 à l’adresse électronique: bibliotheque.kandinsky@centrepompidou.fr
La ligne « sujet » du mail doit préciser le nom du candidat précédé de la mention Université d’été.
Les propositions seront examinées par le Comité de pilotage qui se chargera d’établir le programme définitif de l’Université d’été. Le Comité de pilotage retiendra 25 candidatures. Tous les candidats, qu’ils soient ou non retenus, seront contactés individuellement avant le 16 mars 2018.

Une contribution d’inscription de 150 € sera demandée aux participants qui bénéficieront de l’enseignement de l’Université d’été. Cette contribution couvrira un certain nombre de frais – transport vers des lieux visités, éventuels droits d’entrée dans des institutions, etc.
A l’attention des candidats qui en feront la demande, le Centre Pompidou émettra toutes attestations utiles leur permettant d’obtenir toutes bourses ou aide de financement qu’ils pourraient requérir auprès de fondations, de musées ou d’institutions universitaires ou de recherche.

*
COMITE DE PILOTAGE
Aurélien Bernard, bibliothécaire en charge des imprimés contemporains, Bibliothèque Kandinsky, Musée National d’Art Moderne, Centre Pompidou, Paris
Mica Gherghescu, historienne de l’art, Bibliothèque Kandinsky, Musée National d’Art Moderne, Centre Pompidou, Paris
Stéphanie Rivoire, conservatrice des fonds et collections, Bibliothèque Kandinsky, Musée National d’Art Moderne, Centre Pompidou, Paris
Didier Schulmann, conservateur, Bibliothèque Kandinsky, Musée National d’Art Moderne, Centre Pompidou, Paris
Benjamin Thorel, historien de l’art, École supérieure des Beaux-Arts de BordeauX/fondateur de Section 7 Books / After 8 Books

Vous pouvez adresser vos demandes de renseignements à l’adresse:
bibliotheque.kandinsky@centrepompidou.fr
Tel : +33 (0)1 44 78 46 65

……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………..

Primary sources at work.
Artists’ publishing practices: from the studio to the library (and back again)

The Bibliothèque Kandinsky’s Summer University is a Musée National d’Art Moderne/Centre Pompidou research program installed on the very premises of the museum. It focuses on modern and contemporary art primary sources: archives, documentary materials (both written and visual), interviews, records, as well as new forms of artistic appropriation and documentary production. Interdisciplinary in format, the Summer University brings together young researchers: historians, art historians, anthropologists, sociologists, artists, critics and curators who share a collective reflection with art professionals and various scholars around primary source materials. It will be held in one of the museum rooms, around a conference table, used at the same time as a workspace and an exhibition device for the display of documents. Facsimiles, reproductions, and archival material will be unfolded in the space during the working sessions. Several writing workshops will rhythm the program, as well as visits to various documentary collections. Editorial work is at the heart of the Summer University: a new issue of the “Journal de l’Université d’été de la Bibliothèque Kandinsky”—conceived both as a critical anthology based on the debates during the sessions and as an experimental production—will be released at the end of the session. 

“Everything in the world exists to end up in a book.” Stephane Mallarmé’s famous words have lastingly marked the experiments with as well as the research on artists’ publications, inspiring definitions, appropriations, and modes of activation. In an extended attempt to draw the borders of these particular genres, Ulises Carrión once remarked that “artists have started publishing books and magazines, distributing them, managing galleries and other art centres, organizing cultural events that involve various media and specialized professions. In other words, they have abandoned the sacred realm of art and entered the wider, less well contoured field of culture.”

For its fifth session, Bibliothèque Kandinsky’s Summer University will address the plural phenomenon of publishing in the art field in all its diversity. It will seek to capture the various networks, exchanges, contexts, and the multiple geographies that inform the creative decisions at stake in this variegated production. It will also echo the recent reflexions on the status and evolution of the artists’ book caught between the imperatives of digital turn and alternative editorial strategies, and discuss the contours of an extremely versatile genre. Indeed, artists’ publications resist any restrictive classification, as one can’t help but notice, amongst their specificities, the formal singularities and unremitting ingeniousness of their varied production methods.

Flexible in nature, artists’ publications and editions will be confronted to different approaches: history of the book, media studies, visual communication theories, graphic design… Rather than fixing a dynamic field, these disciplines have opened up new fields of investigation, dealing with production methods and exhibition strategies, amongst other examples. The communication proposals will have to address the very multiplicity of formats, techniques and mediums that are essential to the art of publishing: artists’ books and periodicals, fanzines, underground production, multiples, photobooks, architecture books, catalogues conceived by curators, ephemera and hybrid editorial practices, digital experiments, e-books by artists, DIY and self-publishing. Cases studies are expected on historical productions, producers and/or institutions, while alternative propositions are welcomed, dealing with the positions artists can take—notably as publishers—, their editorial practices, as well as the complex status of printed matter in art, in relation to the different artistic and technical cultures which are negotiated on the very body of the book.

From underground engagement to patrimonial status, the Summer University will address the circuits and economies at stake in artistic editorial practices. What are the tactics of content production that are mobilized? What kind of creative writing is invented? What kind of bibliographical description could appropriately be envisioned? How knowledge production circuits (in the academia or the arts) affect the published object? How to work with economic risks and market pressure? What kinds of education and pedagogy inspire—or are inspired by—editorial creativity? How to consider authorship when books constantly play with their self-referential nature, and are at the same time the products of collaborative efforts? What kind of “collection-making” for objects that move merrily between the library, the museum, independent spaces and their digital avatars? As Carrión has left to imagine, the artists’ publication is often just a small fragment from a bigger picture. As a space for political engagement and social agency it is also a space for drawing the possibility of collective construction. How do these practices inform artistic creation itself, beyond the editorial field? What kind of critical interpretation do they suggest?

The Bibliothèque Kandinsky Summer University 2018 will bring together young researchers, curators and artists around documentary material from the library itself—for some part largely unseen—and give its participants the opportunity to put sources ‘at work’. It also invites researchers from all horizons to bring up their source material and to put it into debate, through historical, creative and critical discussion.

APPLICATION PROCEDURE

The Bibliothèque Kandinsky’s Summer University is aimed at young fellows (PhD candidates, PhDs, PostDocs): historians, art historians, anthropologists, sociologists, curators, librarians, graphic designers and artists at large.

Application file:
– written proposal (4,500 characters/700 words) either in English or in French, in PDF format.
– CV which should clearly assess the candidate’s language proficiency. In order to apply is important to have a good command in both English and French.

Candidates are expected to bring along a selection of sources used in their research.

The proposal dossier will be sent to: bibliotheque.kandinsky@centrepompidou.fr by 4th March 2018.

The proposals will be evaluated by a scientific committee, in charge of drawing up the final Summer University program. The Committee will retain 25 projects.
All applicants, whether selected or not, will be personally contacted before March 16th, 2018.

A participation fee of € 150 will be required from each participant, who will be provided with tuition. The participation will cover transportation on site and institutional entries.
If requested, the Centre Pompidou will be able to issue any required certificate in order to apply for scholarship or funding from foundations, museums, universities or research institutes.

*
SCIENTIFIC COMMITEE
Aurélien Bernard, bibliothécaire en charge des imprimés contemporains, Bibliothèque Kandinsky, Musée National d’Art Moderne, Centre Pompidou, Paris
Mica Gherghescu, historienne de l’art, Bibliothèque Kandinsky, Musée National d’Art Moderne, Centre Pompidou, Paris
Stéphanie Rivoire, conservatrice des fonds et collections, Bibliothèque Kandinsky, Musée National d’Art Moderne, Centre Pompidou, Paris
Didier Schulmann, conservateur, Bibliothèque Kandinsky, Musée National d’Art Moderne, Centre Pompidou, Paris
Benjamin Thorel, historien de l’art, École supérieure des Beaux-Arts de BordeauX/fondateur de Section 7 Books / After 8 Books

For any inquiry, please write to:
bibliotheque.kandinsky@centrepompidou.fr
Tel : +33 (0)1 44 78 46 65

Université d’été, jour 8

Séance au Musée national d’art moderne/ Centre Pompidou

9.30 – 9.50 Damien Airault, « L’objet trouvé ». Contre-histoire de l’exposition qui va du cabinet de curiosité jusqu’à l’exposition Science-fiction d’Harald Szeemann » 9.50 – 10.10 Rémi de Raphélis, Rêver et réinventer la collection au tournant du XXe siècle. Les exemples d’A rebours, Monsieur de Phocas et Locus Solus. 10.10 – 10.30 Daphné Carolus

11.00 Atelier de travail avec le Felicity Bodenstein, Benoît de l’Estoile, Dominique Poulot, Laurella Rinçon 13.00 Pause déjeuner

Remise du Journal de l’Université d’été de la Bibliothèque Kandinsky, n° 4

18.30 Bénédicte Savoy, conférence de clôture, Bibliothèque Kandinsky, séance ouverte au public

Université d’été, jour 7

Séance au Musée national d’art moderne/ Centre Pompidou. Modération Scarlett Reliquet

9.30 – 9.50 Adriana De Angelis, « Ex Mira Lanza: the New Street Art museum that is revoluzionizing the very concept of Art Collection in Rome » 9.50 – 10.10 Maria Mikaelyan, “DISSONANT MEMORIES IN THE POST-SOVIET SPACE: COMPARATIVE ANALYSIS OF NEWLY ESTABLISHED MUSEUMS OF POLITICAL HISTORY IN THE POST-SOVIET COUNTRIES (1991-2016)” 10.10 – 10.30 Daphné Biiga Nwanak, « Jérôme BEL. Propositions pour une muséologie des arts performatifs et contemporains »

11.30 Atelier de travail avec Julie Verlaine, « Marché(s), collection(s), musée(s) : une approche d’histoire sociale et culturelle »

13.00 Pause déjeuner

14.00 Atelier publication avec Marietta Eugster

18.30 Clémentine Deliss, « Comment conceptualiser un musée universitaire et transformer les réserves des musées ethnologiques en sites de recherche transdisciplinaires et trans-culturels? », Bibliothèque Kandinsky, séance ouverte au public

Clémentine Deliss

La Bibliothèque Kandinsky du Musée national d’art moderne/CCI, Centre Pompidou est heureuse de vous inviter à la conférence de Clémentine Deliss « Comment conceptualiser un musée universitaire et transformer les réserves des musées ethnologiques en sites de recherche trans-disciplinaires et trans-culturels? » Cette présentation se déroule dans le cadre de l’Université d’été de la Bibliothèque Kandinsky qui, pour sa quatrième édition du 5 au 13 juillet 2017, étudiera un des lieux les plus complexes du débat muséologique actuel : l’histoire stratifiée des collections consacrées à l’art du temps présent et leurs modalités d’ancrage dans l’espace muséal.

Mercredi 12 juillet 2017, à partir de 18h30

Bibliothèque Kandinsky

Centre Pompidou

Niveau 3

Entrée libre sur réservation à : reservation.bibliothequekandinsky@centrepompidou.fr

Clémentine Deliss est curatrice et historienne culturelle. Elle a étudié l’art contemporain et l’anthropologie à Vienne, Paris et Londres, et a soutenu un doctorat à SOAS, School of Oriental and African Studies, Université de Londres. En 2015-2016, elle a été Senior Curator de la Fondation IDeA en Arménie, où elle est à l’origine du « Dilijan Arts Observatory » dans l’ancienne usine électrique “Impuls”. De 2010 à 2015, elle a dirigé le Weltkulturen Museum à Frankfort, développant un nouveau laboratoire de recherche avec lequel réactiver les collections ethnographiques. Elle travaille actuellement à une réflexion autour du futur du musée global en Asie du Sud-Est et elle est co-commissaire d’une exposition pour la Galerie nationale, Hamburger Bahnhof à Berlin.

 

Université d’été, jour 6

Séance au Musée national d’art moderne/ Centre Pompidou

9.30 – 10.10 Lydie Delahaye, « Le film sur l’art. Exposer et cataloguer les oeuvres d’art » – répondante Natalia Klanchar sur la collection de films sur l’art de la Bibliothèque Kandinsky 10.10 – 10.30 Artur Matuck, « A Proposal for Collecting, Theorizing and Exhibiting Pioneering Telewriting Events » 10.30 – 10.50 Maud Maffei, « QU’EST-CE Q’UN MUSÉE? DE L’ÂGE ÉLECTRONIQUE À L’ÂGE NUMÉRIQUE: UNE APPROCHE DE ROBERT SMITHSON, CINQUANTE ANS APRÈS »

11.30 Atelier de travail avec Christine van Assche, Marcella Lista et Yekhan Pinarligil sur les collections nouveaux médias du Mnam

13.00 Pause déjeuner

14.00 Atelier publication avec Marietta Eugster, Bibliothèque Kandinsky

Université d’été, jour 5

Séance au Département de la Photographie, Médiathèque de l’architecture et du patrimoine, Fort de St.Cyr avec Anne Cock et Bruno Martin

10.00 Café au Fort 10.30-12.45, présentation des collections de la Médiathèque du Patrimoine par Anne Cock et Bruno Martin

13.00 Déjeuner sur place

14.15-15.15 Valérie Juilliard et Chloé Goualc’h, présentation des collections photographiques de la Bibliothèque Kandinsky 15.50 – 16.10 Rafał Lewandowski, « Jerzy Lewczyński Archive as a heterotopic Museum of Private Imagination » 16.10 – 16.30 Julie Dudragne, « Cartes postales et reproductions d’oeuvres d’art : d’un butin modeste aux échanges épisto-graphiques, l’art comme acte de piraterie économique ? »

Université d’été, jour 4

Séance au Musée national d’art moderne/ Centre Pompidou, modération Sara Martinetti et Mica Gherghescu

9.30 – 9.50 Christina Rudoski, « the significance, relevance and theoretical implications of exhibiting these micro-collections as physical objects and as digital representations in relation to each artist’s larger life-work. » 9.50 – 10.10 Caterina Caputo, Surrealist art collections, « Surrealists’ collections: Roland Penrose et ELT Mesens collection, a historical comparison » 10.10 – 10.30 Natasa Ivanovic, « Music’s collection of primary sources – beginning of a great story? » 10.30 – 10.50 Francesco Guzzetti, « Musealizing the anti-Museum Art. Cases in Arte Povera and Conceptual Art »

11.00 -12.00 Sara Martinetti – retour sur Seth Siegelaub

13.00 Pause déjeuner

14. 00 Atelier publication avec Marietta Eugster

Université d’été, jour 3

Séance aux Archives Nationales – Pierrefitte-sur-Seine: Archives des Musées nationaux avec Clothilde Roullier et Pascal Riviale

10.00 – 12.00 Clothilde Roullier et Pascal Riviale – Archives des Musée nationaux – présentation des collections

13.00 Pause déjeuner

14.00 – 14.20 Victor Vanoosten, « Aux origines de la collection du Musée d’Art Contemporain de Dunkerque, un nouveau mode de fondation des institutions culturelles » 14.20- 14.40 Marianna Charitonidou, « Artefactual Value and Virtual Archives: the Digital Curator vis-à-vis the Plurality of Entry Points” 14.40 – 15.00 Adiva Lawrence, « The Living Archives of the 3rd Bahia Biennial as Ephemeral Collecting with Decolonial Potential »

15.30 – 16.30 visite avec Clothilde Roullier de l’exposition « Un art d’état »

18.30 Présentation recherche Yaël Kreplak dans le cadre du Cycle Cnap-BK, « En finir avec la boîte noire. Une ethnographie de la conservation de l’art contemporain au MNAM », Bibliothèque Kandinsky, séance ouverte au public

Université d’été, jour 3, séance spéciale avec Yaël KREPLAK

« En finir avec la boîte noire. Une ethnographie de la conservation de l’art contemporain au MNAM ».

Le Centre national des arts plastiques (Cnap) et la Bibliothèque Kandinsky du Musée national d’art moderne/CCI, Centre Pompidou sont heureux de vous inviter à la conférence de Yaël Kreplak « En finir avec la boîte noire. Une ethnographie de la conservation de l’art contemporain au MNAM ». Cette présentation se déroule dans le cadre de l’Université d’été de la Bibliothèque Kandinsky qui, pour sa quatrième édition du 5 au 13 juillet 2017, étudiera un des lieux les plus complexes du débat muséologique actuel : l’histoire stratifiée des collections consacrées à l’art du temps présent et leurs modalités d’ancrage dans l’espace muséal.

Vendredi 7 juillet 2017, à partir de 18h30

Bibliothèque Kandinsky, Centre Pompidou, Niveau 3

Entrée libre sur réservation à : reservation.bibliothequekandinsky@centrepompidou.fr

« En somme, votre travail, c’est de faire fonctionner les œuvres dans les pires conditions imaginables, c’est-à-dire dans un musée » : ce constat, énoncé par Nelson Goodman au colloque annuel de l’Association des musées américains (1991, p. 76), n’invite pas (nécessairement) à une critique de l’institution muséale, telle qu’elle a pu être prise en charge par les Museum Studies ou la critique institutionnelle. Il offre (aussi) une incitation positive à étudier ces « conditions de fonctionnement », démarche qui semble d’autant plus nécessaire pour l’art contemporain, dont les œuvres s’emploient à « dé-définir » un ensemble de propriétés institutionnalisées (l’unicité, la permanence, l’artefactualité…). Mais si l’idée d’une dé-définition de l’art s’est avérée productive pour rendre compte de la diversification des pratiques des artistes, elle ne s’est pas encore suffisamment accompagnée de ce qui semble être son corollaire, à savoir une redéfinition des pratiques des autres acteurs de l’art contemporain – et notamment de ceux qui agissent, au quotidien, avec et sur les œuvres. Sous cet angle, l’institution muséale devient ainsi un terrain d’enquête où observer comment se négocient et se déterminent, continûment et collectivement, dans le cours du travail ordinaire, les propriétés des œuvres.

C’est au développement de cette perspective que s’emploie, depuis 2014, Yaël Kreplak, en travaillant sur un cas particulier : la gestion des collections contemporaines au Musée national d’art moderne (MNAM). Dans cette conférence, elle présentera quelques-uns des matériaux recueillis à l’occasion de cette ethnographie des activités liées à la conservation, la mise en exposition, la restauration, la documentation, le stockage et la régie de quelques œuvres des collections. En prenant appui sur ces données et matériaux empiriques, il s’agira de creuser la perspective d’une écologie de l’art, qui cherche à ouvrir la réflexion sur l’art et les œuvres à l’analyse des pratiques, des milieux et des collectifs dont ils sont solidaires, dans une démarche proprement interdisciplinaire.

Yaël Kreplak est chercheuse associée au CEMS-IMM (EHESS, Paris) et actuellement post-doctorante à la Fondation des sciences du patrimoine (Labex Patrima). Fondés sur des enquêtes ethnographiques réalisées dans des institutions artistiques, muséales et patrimoniales (Villa Arson, Musée national d’art moderne, Archives nationales), ses travaux visent à élaborer une approche praxéologique de l’art, ancrée dans la description des pratiques ordinaires de mise en exposition, de conservation, de restauration et de documentation. En mobilisant les apports de l’ethnométhodologie, de l’analyse de l’action située et de l’esthétique pragmatiste, ses recherches défendent une approche descriptive des pratiques sociales situées qui font les œuvres.

Depuis 2015, elle développe le projet de recherche interdisciplinaire Écologie des collections. Nouvelles perspectives sur les pratiques muséales, en collaboration avec Tiziana Beltrame et Frédéric Keck, avec le soutien du Labex CAP. Elle a récemment rejoint le groupe de recherche « Art et artefactualité » développé à l’École supérieure d’art d’Avignon.

Yaël Kreplak a reçu, en 2016, un soutien à la théorie et critique d’art du Cnap pour une recherche intitulée « Vers une écologie de l’art. Une ethnographie du MNAM ».

 

www.centrepompidou.fr/

www.cnap.fr/

Université d’été, jour 2

Séance au Ministère de l’Europe et des Affaires étrangères – Direction des Archives: Archives de la Récupération artistique avec Sébastien Chauffour

10.00 Sébastien Chauffour: Descriptions de collections privées 19e-20e; réclamation de spolié à la CRA, d’une description par l’ERR (listing Coblence), par la CRA (fiches), par le BCR (RBS), et maintenant par Rose Valland avec les fiches originelles du Jeu de Paume

13.00 Pause déjeuner

14.00 Rencontre et échanges autour des archives de la récupération artistique: Centre des archives diplomatiques – programme ici

Université d’été, jour 1

Ouverture de l’Université d’été de la Bibliothèque Kandinsky

9.00 Petit déjeuner d’accueil

0.00 Ouverture en présence de Bernard Blistène, directeur du Musée national d’art moderne, Centre Pompidou et Introduction par l’équipe scientifique du projet

10.30 Présentation des participants et de leurs projets de recherche

11.30 Présentation du projet « Exposer l’histoire d’une collection »: Nicolas LiucciGoutnikov, Christian Briend, Alice Thomine, Scarlett Reliquet, Camille Morando, Laurent Cazes et Diane Toubert

13.00 Pause déjeuner

14.30 – 16.30 Visite de la documentation du Musée d’Orsay – avec Lionel Britten

17.30 Atelier d’écriture et publication, Bibliothèque Kandinsky. Avec Marietta Eugster Présentation du projet pour le n° 4 du Journal de l’Université d’été

Université d’été de la Bibliothèque Kandinsky, 4e édition

« Les sources au travail.
Collections d’art et musées à l’épreuve du temps présent » 
5 au 13 juillet 2017

L’Université d’été de la Bibliothèque Kandinsky est un programme du Centre Pompidou qui se déroule dans l’espace public du musée. Elle a pour objet les sources de l’art moderne et contemporain : archives, documentation écrite, photographique ou filmique, témoignages, mais aussi d’autres formes d’appropriation artistique de la production documentaire.

Initiative interdisciplinaire, l’Université d’été de la Bibliothèque Kandinsky réunit de jeunes chercheur.e.s : historiens et historiens de l’art, anthropologues et sociologues, artistes, critiques, commissaires d’expositions, qui partagent un travail collectif sur les sources. Implantée dans l’espace du musée, la table-vitrine de l’Université d’été sert à la fois comme table de montage et d’exposition des éléments documentaires. Elle recueille fac-similés, reproductions, sources archivistiques et documentaires proposées ou évoquées au cours des séances. Plusieurs ateliers d’écriture rythment le parcours de l’Université d’été. Des visites dans des lieux dépositaires de sources primaires émailleront les journées de travail. Le numéro quatre du « Journal de l’Université d’été de la Bibliothèque Kandinsky » sera tout à la fois un recueil de sources et une création graphique collective qui reflètera les débats poursuivis pendant les séances de travail.

Avec le soutien du Laboratoire d’Excellence Création, Arts, Patrimoines.
Avec le concours du Centre national des arts plastiques, des Archives diplomatiques , des Archives Nationales et de la Médiathèque du Patrimoine

Appel à candidature: Université d’été de la Bibliothèque Kandinsky, 5-13 juillet 2017. Les sources au travail. Collections d’art et musées à l’épreuve du temps présent

DATE LIMITE POUR CANDIDATURES/ DEADLINE FOR APPLICATION

9 MAI 2017

For the English version, please scroll down!

L’Université d’été de la Bibliothèque Kandinsky est un programme du Centre Pompidou qui se déroule dans l’espace public du musée. Elle a pour objet les sources de l’art moderne et contemporain : archives, documentation écrite, photographique ou filmique, témoignages, mais aussi d’autres formes d’appropriation artistique de la production documentaire. Initiative interdisciplinaire, l’Université d’été de la Bibliothèque Kandinsky réunit de jeunes chercheur.e.s : historiens et historiens de l’art, anthropologues et sociologues, artistes, critiques, commissaires d’expositions, qui partagent un travail collectif sur les sources. Implantée dans l’espace du musée, la table-vitrine de l’Université d’été sert à la fois comme table de montage et d’exposition des éléments documentaires. Elle recueille fac-similés, reproductions, sources archivistiques et documentaires proposées ou évoquées au cours des séances. Plusieurs ateliers d’écriture rythment le parcours de l’Université d’été. Des visites dans des lieux dépositaires de sources primaires émailleront les journées de travail. Le numéro quatre du « Journal de l’Université d’été de la Bibliothèque Kandinsky » sera tout à la fois un recueil de sources et une création graphique collective qui reflètera les débats poursuivis pendant les séances de travail.

Pour sa quatrième édition, l’Université d’été de la Bibliothèque Kandinsky étudiera un des lieux les plus complexes du débat muséologique actuel : l’histoire stratifiée des collections consacrées à l’art du temps présent et leurs modalités d’ancrage dans l’espace muséal. En résonance avec le projet de recherche « Exposer l’histoire d’une collection : le Musée des Artistes Vivants » conduit dans le cadre du Laboratoire d’Excellence « Créations, Arts, Patrimoine » et focalisé sur la constitution au long cours des collections nationales françaises en matière d’art « contemporain », cette nouvelle édition retravaillera à la lumière des sources documentaires les manières de « faire collection » à partir du présent. Prenant comme point d’appui les lectures récentes opérées par les études en histoire du collectionnisme et les Museum studies, cette nouvelle édition s’attachera à interroger les pratiques et procédures mises en jeu dans l’élaboration d’une collection d’art contemporain et les nombreuses formes de négociation à l’œuvre dans le passage vers l’espace public de son exposition.

Les mécanismes du « faire collection » seront pensés à l’aune de différents récits historiographiques et modèles muséographiques dans une perspective comparatiste et résolument internationale, capable de saisir tous les registres de ces enjeux. Une attention particulière sera accordée aux projets novateurs du « faire collection » aussi bien dans l’extension de leurs contenus et de leurs contextes culturels, que dans leurs montages politiques, économiques et institutionnels. Quelles sont les dynamiques contemporaines du collectionnisme et leur rapport avec l’espace public du musée ? Quel est leur impact sur les institutions publiques ou privées censées accueillir et exposer le patrimoine artistique du temps présent ? Les réflexions récentes sur les enjeux de responsabilisation des politiques muséales en matière patrimoniale rendent ce débat d’autant plus indispensable. Cette nouvelle édition de l’Université d’été de la Bibliothèque Kandinsky offrira l’occasion d’interroger les mécanismes régissant la constitution des collections : politiques d’acquisition, pratiques parallèles de constitution de collections, politiques d’accrochage et multitude des récits contextuels, collections alternatives et le rapport à l’action collective des acteurs « collecteurs » (community collecting et collectionnisme participatif), débats sur l’aliénation (deaccessioning) et la restitution, formes itinérantes ou éphémères de collection.

Ce travail critique appliqué au terrain des collections d’art vivant au sein des institutions qui les conservent et les exposent doit tenir compte non seulement d’une histoire matérielle des objets mais aussi d’autres ressorts actifs dans la construction des savoirs et des valeurs. Il sera donc également question de nomenclatures et de manières de nommer l’art vivant, d’économies institutionnelles ou parallèles et de circuits de sociabilités, de critères évaluatifs et de conventions. Corpus et pratiques documentaires étayeront ces différents régimes discursifs qui constituent et consolident le statut de l’œuvre dans son environnement de collection.

Collectionner l’art vivant à l’épreuve du temps présent pose inévitablement la mise d’une anticipation problématique de la collection d’art vivant dans sa projection future. Comment intégrer dans le discours prospectif, l’ouverture pour les déploiements créatifs futurs et leurs possibilités de faire collection, restera une question qui accompagnera les débats.

Selon son principe de travail structurant, l’Université d’été mettra à disposition des participants un ensemble de ressources documentaires conservées par la Bibliothèque Kandinsky. Elle invitera les participants à enrichir le débat en partageant les sources de travail sur lesquelles ont reposé leurs recherches et à poursuivre des opérations historiographies sur un mode critique et inventif.

Les axes thématiques sur lesquelles les propositions de candidature devront porter sont:

  • Modèles muséographiques pour les collections d’art vivant et rôle de ces derniers dans les mutations des musées d’art moderne et contemporain ;
  • Modes alternatifs de constitution et de diffusion des collections institutionnelles d’art vivant ; projets artistiques de relecture de l’histoire des collections ;
  • Economies et politiques du « faire collection » ; médiations et sociabilités entre sphères publique et le privée ;
  • Opérations et techniques de construction de la valeur, environnements documentaires, situations d’assignation de valeur esthétique, terminologies, nomenclatures, documents de référence ;
  • Profils de collectionneurs novateurs, biographies des collections et dynamique des acteurs du circuit de collecte ;
  • Politiques muséales d’acquisition de l’art du temps présent et marché de l’art : concordance, écarts, ajustements ;
  • Exposer l’histoire d’une collection ; stratégies narratives d’accrochage

PROCEDURE DE CANDIDATURE

L’Université d’été de la Bibliothèque Kandinsky s’adresse à un public international de jeunes historiens, historiens d’art, anthropologues, sociologues, étudiants conservateurs et artistes.

Les étudiants de troisième cycle (doctorants et post-doctorants) ainsi que les artistes qui souhaitent participer sont priés de soumettre une proposition de communication accompagnée d’un CV et d’une liste de publications. Il est nécessaire d’avoir une bonne maîtrise de l’anglais et du français.

Les propositions ne doivent pas dépasser plus de 4 500 signes ou 700 mots et peuvent être rédigées en anglais ou en français. Elles doivent être soumises dans un document de format PDF et doivent comporter le nom du candidat, ses adresses (électronique et postale), l’établissement et le pays.

Les participants devront apporter un choix de sources qui servira de support à la présentation de leur travail.

Les propositions de communication sont à adresser avant le 9 mai 2017 à l’adresse électronique : bibliotheque.kandinsky@centrepompidou.fr

La ligne « sujet » du mail doit préciser le nom du candidat précédé de la mention Université d’été.

Les propositions seront examinées par le Comité de pilotage qui se chargera d’établir le programme définitif de l’Université d’été. Le Comité de pilotage retiendra 25 candidatures. Tous les candidats, qu’ils soient ou non retenus, seront contactés individuellement avant le 16 mai 2017.

Une contribution d’inscription de 100 € sera demandée aux participants qui bénéficieront de l’enseignement de l’Université d’été. Cette contribution couvrira un certain nombre de frais – transport vers des lieux visités, éventuels droits d’entrée dans des institutions, etc.

A l’attention des candidats qui en feront la demande, le Centre Pompidou émettra toutes attestations utiles leur permettant d’obtenir toutes bourses ou aide de financement qu’ils pourraient requérir auprès de fondations, de musées ou d’institutions universitaires ou de recherche.

*

The Bibliothèque Kandinsky’s Summer University is a Musée National d’Art Moderne/Centre Pompidou research program installed on the very premises of the museum. It focuses on modern and contemporary art primary sources: archives, documentary materials (both written and visual), interviews, records as well as new forms of artistic appropriation and documentary production. Interdisciplinary in format, the Summer University brings together young researchers: historians, art historians, anthropologists, sociologists, artists, critics and curators which share a collective reflection with art professionals and various scholars around primary source materials. It will be held in the museum’s space all around a conference table acting at the same time as an exhibition device displaying documents. The space will be invested with facsimiles, reproductions and archival material presented during the working sessions. Several writing workshops will rhythm the 10-days program. The editorial production of this material will be assembled under the format of a journal – ‘Journal de l’Université d’été de la Bibliothèque Kandinsky’- both as a critical anthology registering the debates during the sessions and as a graphic experimental production. 
For its fourth edition, the Bibliotheque Kandinsky’s Summer University will address one of the most complex topics of recent museum studies: the layered history of living art collections and their integration in the museum. This edition echoes the research program « Exposer l’histoire d’une collection: le Musée des Artistes Vivants » [Exhibiting the history of a collection: le Musée des Artistes Vivants] conducted in the framework of Laboratoire d’Excellence « Créations, Arts, Patrimoine » which focuses on the long creation of French national collections of “living art”. The scope of this new edition of the Summer University will be to study, in the light of documentary resources, the ways of “collection – making”.

Built upon recent writings in the history of collections and museum studies, the Summer University will interrogate practices and procedures at stake in the laboratory of contemporary art collections and the various negotiations at work in the transition towards the public space of the exhibition.

The mechanisms of “collection-making” will be investigated under different methodological strategies and historiographical frames, through comparative readings and opening up to international contexts. A particular attention will be given to innovative projects of “collection-making”, both in content construction and in political, economic and institutional assembling. What are the contemporary dynamics of collecting and their multiple exchanges within the public space of the museum? How can we assess their impact onto the public or private institutions which capitalize them and exhibit the artistic heritage of contemporary art? Recent reflections concerning the necessary responsibilities that have to guide and motivate museum policies and heritage constructions enhance the urgency of this debate.

The Summer University will offer the platform for debate regarding the following topics: acquisition policies, parallel practices of collection-making, strategies of display and contextual narratives, alternative collections and their link to the collective action of multiple “collecting players” (for example, in the cases of community collecting and participative collection-making), debates around deaccessioning practices and restitution policies, itinerary and ephemeral ways of collecting.

This critique, applied on the very body of “living” art in the space of an institution bound to preserve and exhibit it, has to take into account not only the material history of the objects, but also other active relations in the knowledge- and value- production: terminologies, institutional economies, social circulations, evaluation criteria, conventions. Documentary resources and practices will underpin different ways of building and secure the status of the work of art in its collection environment.

Collecting living art inevitably brings up the question of a problematic anticipation of the collection in its future projection. How can we integrate the prospective discourse and the opening up to future creativities and how can we measure up their potentials in the making of a collection?

The Bibliothèque Kandinsky Summer University 2017 edition will give the opportunity to put sources ‘at work’ and to bring together young researchers, curators and artists around documentary material – for some part largely unseen. It invites researchers from all horizons to bring up their source material and to put it into debate, through historical creative and inventive writing.

The main topics application dossiers are expected to address are:

  • Models/ Case studies of museums collecting “living” art and their role in transforming modern and contemporary museums;
  • Alternative ways of institutional collection-making and diffusion of contemporary art;
  • Artist-projects and the rereading of the history of collections
  • Economies and policies of “collection-making”; mediation and sociality practices between the public and the private sphere;
  • Value construction, documentary environments, ways of assigning aesthetic value, terms and norms; referential documents
  • Innovative collectors, collection biographies and circulating dynamics in the collection – making
  • Acquisition policies and the museum, art market and living art: harmonies, gaps, adjustments;
  • Exhibiting the history of a collection; narrative strategies of display.

APPLICATION PROCEDURE

The Bibliothèque Kandinsky’s Summer University is aimed at young historians, art historians, anthropologists, sociologists, curators, graphic designers and artists at large.

Post-graduate students (PhD candidates, PhDs, post-doctoral researchers), artists and curators who wish to take part in the Summer University are invited to submit a proposal and CV which should clearly assess the candidate’s language proficiency. In order to apply is important to have a good command in both English and French.
The proposal (4,500 characters/700 words) may be written either in English or in French. It should be submitted in the form of a PDF document and should include the applicant’s name, postal and electronic addresses, the country the candidate belongs to, and the institution the candidate is affiliated with.

Candidates are expected to bring along a selection of sources used in their research.

The proposal dossier will be sent to: bibliotheque.kandinsky@centrepompidou.fr by May the 9th.

The proposals will be evaluated by a scientific committee, in charge of drawing up the final Summer University program. The Committee will retain 25 projects.
All applicants, whether selected or not, will be personally contacted before May, 16th 2017.

A participation of € 100 will be required from each participant, who will be provided with tuition. The participation will cover transportation on site and eventual institutional entries.
If requested, the Centre Pompidou will be able to issue any required certificate in order to apply for scholarship or funding from foundations, museums, universities or research institutes.
COMITE DE PILOTAGE/ SCIENTIFIC COMMITEE:

Didier Schulmann, conservateur, Bibliothèque Kandinsky, Musée National d’Art Moderne, Centre Pompidou, Paris

Nicolas Liucci-Goutnikov, conservateur en charge de la coordination scientifique, Musée National d’Art Moderne, Centre Pompidou, Paris

Mica Gherghescu, historienne de l’art, Bibliothèque Kandinsky, Musée National d’Art Moderne, Centre Pompidou, Paris

Johanne Lamoureux, directrice du département des études et de la recherche, INHA, professeure titulaire d’art contemporain et de méthodologie à l’université de Montréal

Sara Martinetti, historienne de l’art, Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, Paris

Scarlett Reliquet, historienne de l’art et responsable de programmation culturelle, Musée d’Orsay

Alice Thomine, conservatrice en chef, Musée d’Orsay

Vous pouvez adresser vos demandes de renseignements à l’adresse:/ For any inquiriy, please write us at:

bibliotheque.kandinsky@centrepompidou.fr

Tel : +33 (0)1 44 78 46 65

UNIVERSITE D’ETE DE LA BIBLIOTHEQUE KANDINSKY : C’EST FINI !

La journée de finissage de l’Université d’été 2016 de la Bibliothèque Kandinsky, « Bricolages et contre-cultures à l’ère de la reproductibilité technique, 1950-1970 » s’est déroulée samedi 2 juillet. L’équipe Bibliomatrix de l’Ecole européenne supérieure de l’image d’Angoulême & Poitiers, partenaire de cette session de l’Université d’été, en a réalisé le making-off filmique, accessible depuis

https://www.facebook.com/profile.php?id=100011450801771&fref=ts

Il est diffusé jusqu’à fin septembre dans la salle 34 du parcours des collections modernes, au 5ème étage du Centre Pompidou, où l’Université d’été s’est tenue du 23 juin au 2 juillet. C’est là que les visiteurs du Mnam/CCI pourront y prélever le n° 3 du « Journal de l’Université d’été de la Bibliothèque Kandinsky » conçu et réalisé par Bibliomatrix et les trente participants, y étudier le diagramme conversationnel réalisé par Franck Leibovici pour l’exposition “Beat Generation“ mais abondamment complété et illustré dans sa version du 5ème étage, et y contempler les publications et éditions déployées dans la table-vitrine de l’Université d’été.