Archives de catégorie : Evenements BK

Marcel Duchamp, une paresse politique ?

© Claire Fontaine, Arbeit Macht Kapital, 2004, Néon, verre et cadre métallique courtesy of the artist

En dehors de l’usine. L’operaismo des artistes, des architectes et des designers

Un cycle de rencontres proposées par Jacopo Galimberti, directeur de Programme au Collège International de Philosophie

Séance 2

Marcel Duchamp, une paresse politique ?

avec Maurizio Lazzarato et Claire Fontaine

Jeudi, 16 février, à partir de 18h30

Bibliothèque Kandinsky

Centre Pompidou

Niveau 3

Entrée libre sur réservation à : reservation.bibliothequekandinsky@centrepompidou.fr

À partir des années 1960, l’œuvre et la figure de Marcel Duchamp ont fait l’objet d’une pluralité d’interprétations qui divergent notamment sur le plan des lectures politiques. La pose affectée de l’artiste, ainsi que sa citoyenneté américaine, ont été critiquées de façon virulente par plusieurs artistes se revendiquant de la gauche. Cependant, son « silence » et sa redéfinition du travail artistique ont nourri également une réflexion qui voit Duchamp comme un penseur innovateur du « refus du travail », un des slogans portés par l’operaismo. Lors de cette rencontre-débat, un des représentants les plus persuasifs de cette deuxième lecture, Maurizio Lazzarato, dialoguera avec Claire Fontaine, « artiste ready-made » qui a souvent problématisé la question du refus du travail et de la grève.

Maurizio Lazzarato est sociologue et philosophe. Il vit et travaille à Paris où il poursuit des recherches sur la monnaie, le refus du travail et le concept de guerre (« Guerres et Capital »,  Amsterdam, 2016,  écrit avec Eric Alliez). Il écrit également sur le cinéma, la vidéo et les nouvelles technologies de production d’images.

Claire Fontaine est une artiste collective basée à Paris et fondée en 2004. Après avoir tiré son nom d’une marque renommée de cahiers d’écoliers, Claire Fontaine s’est auto-déclarée une « artiste ready-made » et elle a commencé à élaborer une version d’art néo-conceptuel qui rappelle souvent le travail d’autres artistes. Elle travaille avec le néon, la vidéo, la sculpture, la peinture et le texte, sa pratique peut être décrite comme un questionnement continu de l’impuissance politique et de la crise de la singularité qui semblent à présent définir la société contemporaine.

www.centrepompidou.fr

https://carnetbk.hypotheses.org/

http://www.ciph.org/

 

 

Lire Debord

image002

Lire Debord

(Éditions L’ échappée, collection « Frankenstein »)

En présence des coordonnateurs de la publication, Laurence Le Bras et Emmanuel Guy

Jeudi, 26 Janvier 2017, à partir de 18h30

Bibliothèque Kandinsky

Centre Pompidou

Niveau 3

Entrée libre sur réservation à : reservation.bibliothequekandinsky@centrepompidou.fr

 

« Debord ne nous laisse, à nous lecteurs, aucun répit. On le savait déjà à travers les livres publiés de son vivant, qui montrent avec quelle ténacité il maintint jusqu’à la fin le cap qu’il avait commencé à suivre au début des années 1950. Mais les notes inédites rédigées tout au long de sa vie pour des projets restés inaboutis incitent aussi à poursuivre sa réflexion sur l’évolution des sociétés contemporaines, et sur les moyens d’enrayer son cours funeste. Ainsi faut-il décrypter ces documents rassemblés et publiés ici pour la première fois : notes préparatoires pour la poursuite de son œuvre autobiographique et critique, définition des bases politiques de l’Internationale situationniste, ou encore un dictionnaire qu’il avait en projet dans les années 1980 en vue de critiquer la corruption du langage par le spectacle. » (Présentation de l’éditeur)

Avec les mises en perspective et des textes critiques signés par François Coadou, Monica Dall’Asta, Gabriel Ferreira Zacarias, Nicolas Ferrier, Jacopo Galimberti, Anselm Jappe, Laurent Jeanpierre, Christian Le Guerroué, Tom McDonough, Patrick Marcolini, Greil Marcus, Fanny Schulmann, Vanessa Théodoropoulou et Frédéric Thomas.

A cette occasion, la Bibliothèque Kandinsky prolongera la rencontre avec une sélection à travers ses collections documentaires autour de l’Internationale Situationniste.

Laurence Le Bras et Emmanuel Guy travaillent depuis 2010 sur le fonds Guy Debord de la Bibliothèque nationale de France. Pour promouvoir l’accès au fonds d’archive et la réflexion sur l’histoire qu’il peut susciter, ils ont cherché à rassembler une communauté de lecteurs de Guy Debord à travers divers projets: présentations, visites, séminaires, colloques et conférences. Ils ont également assuré le commissariat de l’exposition « Guy Debord. Un Art de la Guerre » du printemps 2013. Depuis, ils poursuivent leur travail de mise à disposition du public des ressources du fonds Guy Debord; Laurence Le Bras en tant que conservatrice au département des manuscrits de la BnF, et Emmanuel Guy en tant qu’historien de l’art et de la littérature à Parsons Paris, The New School, où il dirige le département d’histoire et théorie de l’art et du design. 

www.centrepompidou.fr

https://carnetbk.hypotheses.org/

https://www.lechappee.org/

Philippe Artières et le « Bureau des Archives Populaires du Centre Pompidou »

mag_p-49_parole

Jeudi, 12 janvier 2017 à partir de 18h30

Bibliothèque Kandinsky

Centre Pompidou

Niveau 3

Entrée libre sur réservation à : reservation.bibliothequekandinsky@centrepompidou.fr

Durant toute l’année 2017, Philippe Artières installera son Bureau dans le Forum 0 afin de recueillir et collecter auprès du public large les Archives Populaires du Centre Pompidou. Pour cette permanence inédite, il invitera les visiteurs, les chercheurs et les fidèles du Centre à lui confier souvenirs et documents en lien direct et privilégié avec ce lieu.

En présence de l’équipe de la Bibliothèque Kandinsky et des chercheurs qui activent tous les jours les différentes ressources conservées dans ses collections, cette première rencontre sera l’occasion d’une réflexion ouverte et d’un échange avec Philippe Artières sur les manières de faire et de raconter la fabrique de la recherche.

« Aujourd’hui pour moi être un chercheur c’est aussi continuer à chercher. Cela paraît une évidence mais là encore, il s’agit de réaffirmer le tremblement, le tâtonnement comme pratiques de connaissance » (P.A.) Comment formuler donc ce tâtonnement de la recherche à travers le filtre des sources documentaires dans leurs diversité ? Comment naviguer dans des lieux et à travers des traces qui relèvent, à dimensions élargies, de registres aussi variables et sensibles que le travail d’écriture, le cadre institutionnel, l’expérience personnelle ? Quelles archives du subjectif, donc, pour raconter des « histoires sensibles » de la recherche ?

Spécialiste de l’histoire sociale de l’écriture et des archives autobiographiques, Philippe Artières s’intéresse aux nouvelles formes d’écriture historiographique. Docteur en histoire, directeur de recherche au CNRS, membre du Conseil national du sida et des hépatites virales, ancien pensionnaire de l’Académie de France à Rome – Villa Médicis (2011-2012), co-fondateur de l’Association pour l’Autobiographie (APA) et de l’Association Sida-mémoires, directeur des collections « Audiographie » (éditions de l’EHESS) et  «  Tirés-à-part » (Publications de la Sorbonne). Il est l’ancien président du Centre Michel Foucault (1999-2013) et membre fondateur du Centre d’Histoire Expérimentale (CHE). Il est actuellement membre de lInstitut interdisciplinaire d’anthropologie du contemporain (IIAC) de l’EHESS.

Un projet conçu par le Service de la Parole du Centre Pompidou, avec le concours du CNRS et en partenariat avec l’Ecole Nationale des Chartes.

www.centrepompidou.fr

www.cnrs.fr

 

« Jean Prouvé, bâtisseur » par Olivier Cinqualbre, aux Éditions du patrimoine

prouve

Mercredi 4 janvier 2017 à partir de 18h30 – en présence de l’auteur

Bibliothèque Kandinsky

Centre Pompidou

Niveau 3

Entrée libre sur réservation à : reservation.bibliothequekandinsky@centrepompidou.fr

« L’œuvre de Jean Prouvé est d’une telle richesse que l’on est généralement obligé de l’aborder en privilégiant tel ou tel aspect, qu’il s’agisse d’une période, d’un domaine de création ou d’une nature d’intervention. Elle est de plus d’une rare originalité, notamment parce que le professionnel est multiple et s’est joué des étiquettes tout au long de sa carrière. » (Olivier Cinqualbre)

Figure cruciale de la modernité architecturale, Jean Prouvé (1901-1984) connecte cette exceptionnelle capacité d’invention aux évolutions techniques et de production de son temps. La rencontre sera l’occasion de revenir sur la qualité protéiforme de sa créativité, à travers la diversité des bâtiments conçus et de quelques moments d’invention constructive déclinés en prototypes et grandes familles structurelles : portiques centraux, noyaux porteurs, éléments-coque, béquilles; plus tard, les stations-service. En appoint révélateur, les importantes archives de Jean Prouvé conservées dans les collections de la Bibliothèque Kandinsky seront convoquées pour l’occasion. Les vitrines de la salle de lecture accueilleront un focus documentaire à partir d’une sélection de tirages photographiques, tapuscrits, calques, plans, cartes postales et éléments de correspondance qui dressent un ample paysage de la production de ce bâtisseur hors pair.

Olivier Cinqualbre, architecte et historien de l’architecture, est conservateur et chef du service architecture du Musée national d’art moderne – Centre de création industrielle au Centre Pompidou. Il a été commissaire – et directeur de catalogue – de nombre d’expositions parmi lesquelles Pierre Chareau (1993), Renzo Piano (2000), Mallet–Stevens (2005), Richard Rogers (2007) et, associé à Frédéric Migayrou, Le Corbusier, Mesures de l’homme (2015). Il a assuré la direction d’ouvrage de Jean Prouvé, la Maison tropicale (2009) et du catalogue de la Collection d’architecture du Centre Pompidou (mai 2016), tous deux aux Éditions du Centre Pompidou.

La collection « Carnets d’architectes » est publiée en partenariat avec la direction générale des Patrimoines du ministère de la Culture et de la Communication.

www.centrepompidou.fr

www.editions-du-patrimoine.fr

 

 

 

 

NEGOPIF

Avec aalliicceelleessccaannnnee&ssoonniiaaddeerrzzyyppoollsskkii

Conférence – performance pour la clôture des négociations et l’entrée dans les collections de la Bibliothèque Kandinsky de l’édition du PIF, « La critique d’art ».

negopif

Vendredi, 16 décembre 2016, à partir de 19h

Bibliothèque Kandinsky, Centre Pompidou, Niveau 3

Entrée libre sur réservation à : reservation.bibliothequekandinsky@centrepompidou.fr

En 2014, la Bibliothèque Kandinsky a choisi d’acquérir l’un des exemplaires de l’édition d’artiste du PIF, conçu par le duo d’artistes aalliicceelleessccaannnnee&ssoonniiaaddeerrzzyyppoollsskkii.

L’exemplaire proposé à l’acquisition comprend le « Que sais-je » consacré à « La critique d’art ».  Le tarif de cet exemplaire a fait l’objet d’une longue négociation, publiée au fur et à mesure des échanges sur la plateforme en ligne www.negopif.com et qui a rendu publique la négociation entre les artistes et l’acquéreur, relative à la fixation du prix de cette œuvre.

Au rythme des lettres adressées par les artistes et des réponses rédigées par l’équipe de la Bibliothèque Kandinsky, la négociation a fait l’objet d’une réflexion sur l’élaboration des valeurs esthétiques, sur les critères de jugement qui sont convoqués dans le jeu de l’échange et sur les modalités critiques de construction d’une collection documentaire.

La conférence – performance qui conclura la série des négociations et signera l’entrée dans les collections de la bibliothèque de cet exemplaire d’artiste, sera l’occasion d’un jeu de mise en abîme des discours.

Duo d’artistes formé à l’Ecole Nationale Supérieure des Beaux-arts de Paris, aalliicceelleessccaannnnee&ssoonniiaaddeerrzzyyppoollsskkii, explore les champs croisés entre les arts visuels et le spectacle vivant.  Selon leurs mots, la « préoccupation principale est de pousser le bouchon et de réussir à faire coexister des questions graves (comme l’extension maximale de la précarité, la mort des idées, la crise de la démocratie, la domination du pire ou la fin du monde) avec un imaginaire léger (meubles doués de raison, nuages coureurs, gaz hilarants, fleurs bègues, animaux sans têtes) ». La fixation du prix du Pif a fait l’objet de nombreuses interventions à la Galerie mfc-michèle didier à Paris (2013), à la FIAC, Cité de la mode et du design (2015), au 6B (Saint-Denis), au DOC (Paris) et au Festival Mon inouïe Symphonie (Dunkerque) en 2016.

Appels à candidature du LABEX CAP – micro-projet « Exposer l’histoire d’une collection : le Musée des Artistes Vivants »

APPEL A CANDIDATURE

Dans le cadre du micro-projet

Exposer l’histoire d’une collection : le Musée des Artistes Vivants du Labex CAP
A l’occasion du bicentenaire du Musée des artistes vivants, en 2018, le Musée d’Orsay et le Musée national d’art moderne – Centre Pompidou sont convenus d’organiser au sein de leurs parcours de visite des modules d’exposition consacrés à l’histoire de cette collection dont ils sont tous deux affectataires. Le projet proposé s’attachera à mettre en évidence la concordance ou les écarts entre les choix accomplis par l’institution, d’une part, et le cours de l’histoire des arts au moment où ces choix ont été accomplis, d’autre part. Une étude quantitative et qualitative, effectuée par le vacataire sur tout ou partie des collections héritées du Musée des artistes vivants (et du Musée des Ecoles Etrangères Contemporaines), permettra de faire apparaître des épisodes historiques significatifs d’engagement, de non-engagement ou de désengagement de l’institution, illustrant ainsi un moment de l’histoire du goût.

Intitulé : jeune chercheur en immersion pour une vacation recherche de 6 mois (70h par mois)

Lieu d’accueil : documentation du MNAM/ documentation du musée d’Orsay

Profil : doctorant ou post-doctorant ; français courant et aptitude à déchiffrer l’écriture manuscrite

Début de la vacation : 16 janvier 2017

Domaine de recherche : Histoire des collections, Questions patrimoniales.

Expérience de recherche souhaitée : traitement d’archives manuscrites, traitement de bases de données.

Dossier : Une lettre de candidature adressée à M. Nicolas LIUCCI-GOUTNIKOV, Musée national d’art moderne, Centre Pompidou. Un curriculum vitae incluant la liste des publications du candidat.

Les dossiers de candidature doivent parvenir au plus tard le 15 décembre 2016 à l’adresse suivante : recherche@centrepompidou.fr

Plus de renseignements au : 01 44 78 40 99

et sur le site du Labex CAP: http://labexcap.fr/

 

UNIVERSITE D’ETE DE LA BIBLIOTHEQUE KANDINSKY – JOUR 10

Rendez-vous à 10h00 au Musée national d’art moderne 5e niveau

salle Jouffroy

 Table ronde de clôture de l’Université d’été

suivie de la présentation du Journal de l’Université dédié à cette troisième session : une réalisation de l’atelier Bibliomatrix avec Yves Chaudouët et Jacques Lafon

UNIVERSITE D’ETE DE LA BIBLIOTHEQUE KANDINSKY – JOUR 9

LES SOURCES AU TRAVAIL
Bricolages et contre-cultures à l’ère de la reproductibilité technique, 1950-1970

Cinéma et vidéo expérimentale

Introduction et modération : Enrico Camporesi et Jonathan Pouthier (MNAM/Centre Pompidou)

10h00 – Milo Adami (Università La Sapienza, Rome): « Antonello Branca et le documentaire comme happening »

10h30 – Diane Barbe (Université Paris 3 Sorbonne Nouvelle) : « Contre-cinéma » à Berlin dans les années 1960 et 1970 Focus sur l’oeuvre militante et féministe d’Helke Sander »

11h30 – Pause- café

11h45 – Rinaldo Censi (Università di Bologna) : « “I don’t like films with fixed images, I filmed this one in protest to the genre it belongs to”. Notes on Piero Bargellini’s Questo film è dedicato a David Riesman e s’intitolerà “Capolavoro” »

―It’s a film of fixed images, it’s almost completely composed of non-original photographic material: well-known, widely-seen [Actually, I really made this film for only one reason: to try out my new H8 RX] and worn-out, because they have been published in magazines like L’Espresso and Playboy. In the same way, the soundtrack comes from radio and TV, from the song industry. The film is an attempt to restore a level of pure denotation – or to give a different connotation – to images that are strongly connoted [I don’t like films with fixed images, I filmed this one in protest to the genre it belongs to] and by now so widely seen that they have lost their meaning or have been burdened with too much meaning, which is basically the same thing. [This is almost a biographical confession: a film about my ideology.] This means: editing, the camera’s movements, the lightning, the rhythm, the lack of rhythm, interruptions in the rhythm, contrasts, discursive argumentation… [long live Jerry Lewis] The starting point is David Riesman, history [Mussolini and Mein Kampf] and mass civilization; afterwards: the beats and the Beatles, motorcycles and miniskirts, publicity, poetry, cortoons, cinema, etc. etc., all the way to the end. «And What about you? I’m in love and she doesn’t love me.‖

12h30 – Discussion

Après-midi : visite FabLab

UNIVERSITE D’ETE DE LA BIBLIOTHEQUE KANDINSKY – JOUR 8

LES SOURCES AU TRAVAIL
Bricolages et contre-cultures à l’ère de la reproductibilité technique, 1950-1970

Dispositifs psycho-technologiques

Modération Maxime Guitton

9h30 – Cristina De Simone (Université Paris-Ouest Nanterre la Défense, Paris) : « Le magnétophone, outil de guerilla »

10h00 – Nicolas Brulhart (Swiss National Science Foundation Geneva University of Art and Design): « MIND CONTROL. Mental conditioning and experimental art in the Cold War Period (1960-1980) »

10h30 – Jelena Martinovic (University of Art and Design, Geneva): « T. R. Uthco et Marco Vassi : une étude comparative »

11h00 – Pause-café

11h15 – Jean-Baptiste Véry (Université Paris-Ouest Nanterre la Défense, Paris) : « Le Crium Délirium Circus. Théâtro & Music Zizanie Association : un exemple de collectif français aux prémisses des affinités et attitudes contre-culturelles »

11h45 – Nicolas Ballet (Université Paris 1 Panthéon- Sorbonne /Institut national d’histoire de l’art (INHA)) : « Electronic Revolution. Dystopie des musiques industrielles sous influence burroughsienne »

12h15 – Discussion

14h00 – Installation collective – diagrammes conversationnelles avec Franck Leibovici – Musée Niveau 5 et remise du pdf final à l‘imprimeur pour le Journal de l‘Université d‘été de la Bibliothèque Kandinsky

18h30 – Soirée publique : George Herms, The Bricoleur of Broken Dreams

UNIVERSITE D’ETE DE LA BIBLIOTHEQUE KANDINSKY – JOUR 7

LES SOURCES AU TRAVAIL
Bricolages et contre-cultures à l’ère de la reproductibilité technique, 1950-1970

Expérimentations  » verbo-voco-visuelles « 

Introduction et modération : Maxime Guitton (CNAP)

10h00 – Alice Marquaille (Commissaire d’exposition indépendante, France) : « Brion Gysin “Rien n’est vrai, tout est permis“ »

10h30 – Ruben Coll Hernandez (Museo Nacional Centro de Arte Reina Sofia, Madrid) : « From the magnetic fields to electromagnetic poetry: The role of audio technology in Henri Chopin’s poésie 29sonore »

11h00 – Pause-café

11h15 – Céline Prunneaux (EHESS, Paris) : « Esthétique psychédélique et pratiques de l’installation sonore à la fin des années soixante »

11h45 – Pierre-Jacques Pernuit (Paris 1 Panthéon-Sorbonne) : « Thomas Wilfred et la Lumia Suite du MoMA (1964-1981) : intermédia et light-show »

12h15 – Discussion

14h30 – Après-midi de travail accueilli par la Bibliothèque de Documentation Internationale Contemporaine, Nanterre

George Herms, The Bricoleur of Broken Dreams

herms

Dans le cadre de la troisième édition de l’Université d’été « LES SOURCES AU TRAVAIL. Bricolage et contre-cultures à l’ère de la reproductibilité technique, 1950-1970 », la Bibliothèque Kandinsky du Musée national d’art moderne/CCI est heureuse de vous convier à la rencontre publique avec l’artiste

GEORGE HERMS

« The Bricoleur of Broken Dreams »

JEUDI, 30 Juin 2016, à partir de 18h30

Bibliothèque Kandinsky, Centre Pompidou, Niveau 3

Entrée libre dans la limite des places disponibles.

Réservation obligatoire à l’adresse : reservation.bibliothequekandinsky@centrepompidou.fr

“Mind of an engineer, soul of a poet ”, George Herms se trouve dans l’épicentre de la scène artistique et littéraire californienne de l’après-guerre. Avec Wallace Berman, Edward Kienholz et Robert Alexander, il est au cœur du groupe fondateur de « West Coast Assemblage » avec ses objets composites, d’accumulations hétérogènes et poétiques de matériaux trouvés. William Seitz intégrera d’ailleurs son œuvre tôt, dans l’exposition – phare « The Art of Assemblage » au Museum of Modern Art à New York, en 1961. Membre de la Rat Bastard Protective Association fondée en 1959 par Bruce Connner, il côtoie Jay DeFeo, Joan Brown, Wally Hedrick, ou  Jess. A travers sa maison d’édition « Love Press »  il publie des livres d’artiste pour Diane DiPrima, Michael McClure, de même que le fac-similé intégral de la revue Semina de Wallace Berman.

Pour cette rencontre, George Herms évoquera quelques histoires de bricolage, de « Love Press » et d’« Asphalt Fountain Pen ».

 

UNIVERSITE D’ETE DE LA BIBLIOTHEQUE KANDINSKY – JOUR 6

LES SOURCES AU TRAVAIL
Bricolages et contre-cultures à l’ère de la reproductibilité technique, 1950-1970

Au sujet de la presse alternative.

Introduction et modération Benjamin Thorel

10h00 – Thomas Bertail (La Sorbonne – Paris IV) : « Le SNCC Communication Department, un outil de lutte et d’émancipation de la jeunesse au coeur de l’Amérique ségrégationniste »

10h30 – Carlos Machado o Moura (Faculté d‘Architecture de l‘Université de Porto (FAUP)) : « Comix et bande dessinée dans la presse architecturale des années 60 et 70 »

11h00 – Pause – café

11h15 – Deborah Birch (La Sorbonne – Paris IV) : « GOD IS AN ANTI-ENTROPIC VERB »

11h45 – Sara Martinetti (EHESS/INHA, Paris) : « L’International Mass Media Research Center, Bagnolet, 1973-1986 : collections documentaires et pratiques bibliographiques de Seth Siegelaub »

12h15 – Sacha Pevak (Université Paris VIII – Vincennes Saint-Denis) : « Le samizdat soviétique dans les années 1960-1980 : Du média d’artistes au médium artistique »

12h45 – Discussion

14h30 – Judith Delfiner – sur la revue Semina

15h30 – 18h30 – Atelier d‘écriture 3 – Bibliothèque Kandinsky

UNIVERSITE D’ETE DE LA BIBLIOTHEQUE KANDINSKY – JOUR 5

LES SOURCES AU TRAVAIL
Bricolages et contre-cultures à l’ère de la reproductibilité technique, 1950-1970

Soulèvements de la jeunesse et pratiques de publication alternatives.

Modération: Benjamin Thorel (Section 7 Books/ EBABX, Bordeaux)
Journée de travail accueillie par la Bibliothèque Nationale de France avec la participation de Laurence Le Bras, conservatrice – Département des Manuscrits, Marie Minssieux, conservatrice – Département des Livres Rares et Emmanuel Guy (Parsons Paris)

9h30 – Sylvain Monsegu (Université Paris Diderot – Paris 7) : « Le désordre a vingt ans : parcours politiques des lettristes (1946-1968) »

10h00 – Frédéric Alix (Université Paris-Ouest Nanterre la Défense, Paris) : « Isidore Isou et « le soulèvement de la jeunesse » : contre-culture de l’externité »

10h30 – Monica Amieva (Universidad Iberoamericana, Mexico City): « “Si la jeunesse ne se sauve pas, elle perdra le monde”. Lettrist Kladology as Despecialisation Pedagogy »

11h00 – Pause-café

11h15 – Laurence Le Bras (BnF) – Sur le Fonds Guy Debord

11h45 – Emmanuel Guy (Parsons Paris)

12h15 – James Horton (Ecole Normale Supérieure/ Université Paris Diderot – Paris 7) : « Bulletins from nothing: Claude Pélieu and the cut-up international, 1963-1970 »

12h45 – Discussion

14h30 – Marie Minssieux – Publications contre-culturelles dans les collections de la Bnf

15h00 – 17h00 – Consultation des collections

UNIVERSITÉ D’ÉTÉ DE LA BIBLIOTHÈQUE KANDINSKY – JOUR 3

LES SOURCES AU TRAVAIL
Bricolages et contre-cultures à l’ère de la reproductibilité technique, 1950-1970

Bricoler la Cité

9h30 – Grégory Marion (Université Paris 1 Panthéon- Sorbonne) : « « Le Saut du tigre » [1950-1970] : tropes, coups ; tactiques & manières de faire comme appareil critique du design à l’ère de la reproductibilité technique »

10h00 – Julie Dentzer (The Ohio State University): « Détournement / Retournement. Les décollages de Jacques Villeglé et Raymond Hains, les dessous d’affiches de Dufrêne »

10h30 – Tommaso Jacopo Gorla (EHESS, Paris): « The Reappropriation of the City. Urban bricolages in the work of Ugo La Pietra »

11h00 – Sally Cleary (Paris College of Art, Paris) – « InFLUX »

11h30 – Pause-café

11h45 – Thomas Golsenne et Patricia Ribault – «Tactiques Bricologiques »

12h30 – 13h00 – Discussion

14h30 – 18h00 – Atelier d‘écriture 2 – Bibliothèque Kandinsky