Archives de catégorie : Actualités / News

Pierre Paulin. Petit. Précis. Illustré

unnamed

Le Centre national des arts plastiques (Cnap) et la Bibliothèque Kandinsky du Musée national d’art moderne/CCI, Centre Pompidou sont heureux de vous inviter au lancement du livre

Pierre Paulin. Petit. Précis. Illustré.

Pour sa première publication, la maison d’édition T&P Publishing / T&P Work Unit réunit l’historienne et théoricienne du design, Catherine Geel, le dessinateur et typographe Karl Nawrot, et les graphistes Guillaume Grall et Benoît Santiard de Building Paris, autour du travail du designer français Pierre Paulin.

La présentation du livre, qui réunira Catherine Geel, Karl Nawrot et Building Paris, sera introduite par Marie Lejault, éditrice de l’ouvrage. Une signature du livre et de l’affiche aura lieu à l’issue de cette rencontre.

Mercredi 1er juin 2016, à partir de 18h30

Bibliothèque Kandinsky, Centre Pompidou, Niveau 3

Entrée libre sur réservation à :

reservation.bibliothequekandinsky@centrepompidou.fr

Tout – ou presque – des images et des créations iconiques de Pierre Paulin est disponible sur le net, suite au premier travail de recension réalisé du vivant du designer, sous la direction de Catherine Geel*. Depuis les premières expositions institutionnelles** consacrant son œuvre et permettant la re-découverte du travail du designer, éditions, rééditions et événements se sont multipliés, permettant une reconnaissance plurielle de son travail.

Dernier événement en date, l’exposition monographique qui se tient au Centre Pompidou Paris, jusqu’au 22 août 2016.  L’occasion pour l’historienne de réenvisager le travail de recherche et de recollement des archives mené il y a une dizaine d’années. Karl Nawrot participe à cette nouvelle approche avec un travail de digestion original qui s’empare de l’œuvre de Pierre Paulin pour en offrir une relecture à la fois fidèle et radicale. Enfin, charge à Building Paris d’articuler ces réinterprétations dans un ouvrage à la fois petit, précis et illustré.

* Catherine Geel (dir.), Pierre Paulin Designer, Paris, Archibooks, 2008

** Pierre Paulin Superdesigner, Design Parade 02, Villa Noailles, Hyères, France, 2007 

Pierre Paulin, le design au pouvoir, Mobilier national, Paris, France, 2008

Pierre Paulin Supermoderne, Grand-Hornu Images, Grand-Hornu, Belgique, 2008

Le livre, réalisé en partenariat avec France Culture, a bénéficié du soutien à l’édition du Cnap.

Catherine Geel est historienne et enseignante en histoire et théorie du design. Elle enseigne à l’École normale supérieure de Cachan, à l’École nationale supérieure des beaux-arts de Lyon et co-dirige le Dirty Art Department au Sandberg Instituut, Master de la Gerrit Rietveld Academie à Amsterdam. Elle a travaillé sur Pierre Paulin de 2006 à 2008 et a été commissaire de deux expositions le concernant à la Villa Noailles (2007), au Grand Hornu (2008). Son dernier ouvrage paru est Alessandro Mendini. Écrits 1972-2012. Architecture, design et projets aux Presses du Réel. 

Karl Nawrot (Walter Warton) est graphiste. Il a d’abord étudié le dessin à Lyon avant d’intégrer le Werkplaats Typografie à Arnhem. Il a enseigné à la Gerrit Rietveld Academie à Amsterdam (2008-2012) et à l’Université de Séoul (2012 à 2015). Il a reçu en 2015 le premier prix du concours international de l’affiche et du graphisme à Chaumont.

Building Paris est formé par Benoit Santiard et Guillaume Grall. Ils sont tous deux diplômés de l’École nationale supérieure des arts appliqués et des métiers d’art (ENSAAMA) Olivier-de-Serres et ont travaillé dans différentes agences de design graphique, en France et en Angleterre avant de fonder en 2012 leur studio. Ils enseignent depuis 2008 à l’École d’architecture de la ville & des territoires à Marne-la-Vallée.

www.buildingparis.fr

www.voidwreck.com

www.cnap.fr

www.centrepompidou.fr

 

Dakar 66, Le premier Festival mondial des arts nègres.

untitled2                    Dakar 66                          Le premier Festival mondial des arts nègres 

Rencontre avec Cédric Vincent

Mercredi 11 mai 2016, à partir de 18h30

Bibliothèque Kandinsky – Centre Pompidou

Entrée libre sur réservation à : reservation.bibliothequekandinsky@centrepompidou.fr

Du 1er au 24 avril 1966, Dakar fut le théâtre d’un événement qui attira des milliers de spectateurs venus du monde entier : le Festival mondial des arts nègres. Cette vaste manifestation était organisée par l’État sénégalais et la Société africaine de culture, réseau international structuré autour de l’influente revue Présence africaine. Inauguré par André Malraux, le Festival proposa plusieurs centaines de pièces de théâtre, de spectacles de danse et de projections de films, ainsi que deux vastes expositions, l’une de sculpture « traditionnelle », l’autre d’art moderne. Répercutée par de nombreux médias, la manifestation eut un puissant impact sur l’articulation d’imaginaires culturels et politiques au Nord comme au Sud du Sahara et bien au-delà, en Amérique du Nord, au Brésil et dans les Caraïbes. En pleine Guerre froide, le Festival fut aussi le théâtre d’affrontements à visée géopolitique qui débordèrent le projet initial.

untitled

La conférence de Cédric Vincent se tiendra au carrefour de la thématique des « global sixties » et de l’histoire des expositions et du panafricanisme. En prolongement de l’exposition Dakar 66 : Chroniques d’un festival panafricain (Musée du Quai Branly, du 16 février au 15 mai 2016), le chercheur reviendra sur ce Festival, encore peu exploré, pour en discuter la complexité, les contradictions et les enjeux. Présenté comme la mise en scène de la Négritude, le Festival se voulait tout à la fois un inventaire des expressions culturelles africaines et le vecteur d’une société nouvelle aux prises avec les promesses des Indépendances. Cédric Vincent s’arrêtera également sur le Musée dynamique et son exposition d’art « traditionnelle », présentée lors de son inauguration par le Président sénégalais Léopold Sédar Senghor comme le « vrai centre du Festival » et s’intéressera enfin à comprendre le Festival de Dakar dans une perspective relationnelle avec le Premier festival culturel panafricain d’Alger (1969), et le Festac – le Second festival mondial des arts nègres de Lagos (1977).

untitled3

Cédric Vincent est docteur en anthropologie, chercheur associé au centre d’Anthropologie de l’écriture (EHESS) où il codirige le programme « PANAFEST archive » avec le soutien de la Fondation de France. Il a bénéficié en 2015 d’un soutien à la théorie et critique d’art du Cnap pour une recherche intitulée Le Premier festival mondial des arts nègres : enquêtes et archives.

Avec la participation de

Sarah Frioux-Salgas – Responsable des archives au Musée du Quai Branly

Dominique Malaquais – Chargée de recherches (CNRS-IMAf), codirige le programme PANAFEST archive (sous réserve)

 

Lien vers le document de l’exposition :

http://www.quaibranly.fr/fileadmin/user_upload/2-Evenements/expositions-et-installations/2015-16-expositions-et-installations/2016-dakar-66/2016-04-31-v2Dakar_66.pdf

 

Cette recherche a bénéficié du soutien du Cnap.

www.centrepompidou.fr

www.cnap.fr

 

anarchive 6 avec Masaki Fujihata

dfkkh

Le Centre national des arts plastiques (Cnap) et la Bibliothèque Kandinsky du Musée national d’art moderne/CCI, Centre Pompidou sont heureux de vous convier au lancement d’anarchive 6 avec Masaki Fujihata – en présence de l’artiste avec la participation d’Anne-Marie Duguet, directrice de la collection anarchive et professeur émérite à l’Université Paris 1, de Jean-Louis Boissier, professeur émérite à l’Université Paris 8, et de Virginie Pringuet, conceptrice du projet AtlasMuseum.

Mercredi 13 avril 2016, à partir de 19h00

Bibliothèque Kandinsky, Centre Pompidou Niveau 3

Entrée libre sur réservation à : reservation.bibliothequekandinsky@centrepompidou.fr

Ce titre d’anarchive est la première monographie consacrée à Masaki FUJIHATA. Des premiers films d’animation et images de synthèse des années 1980 aux installations interactives et expérimentations actuelles avec le laser, le GPS ou Internet, il est possible de consulter, grâce à une application de Réalité Augmentée, 54 vidéos (films et documentations sur ses installations) et cinq modèles 3D qui sont autant d’interprétations de ses travaux. Des textes de l’artiste et des essais originaux d’auteurs japonais et français, éclairent les enjeux majeurs de ses recherches.

Masaki Fujihata est né à Tokyo en 1956. Après des études à l’Université des arts de Tokyo, il enseigne dans le département d’ « Environnement et Information » à l’Université Keio. Il développe ensuite un programme Intermedia et un département d’arts plastiques, et crée un cursus de master en cinéma et nouveaux médias à l’Université des arts de Tokyo. Artiste internationalement reconnu pour ses installations et ses recherches dans le domaine des médias, il obtient le Grand Prix Ars Electronica avec Global Interior Project #2 en 1996, et à nouveau en 2013 avec « Voices of Aliveness ». Son installation interactive « Beyond Pages » est conservé dans la collection du Musée des médias du Z.K.M. à Karlsruhe.

 Fondée à l’initiative d’Anne-Marie Duguet, anarchive est « une collection de projets multi-médias interactifs invitant à explorer l’ensemble de l’œuvre d’un artiste à partir d’archives multiples. »

La Bibliothèque Kandinsky conserve dans ses collections l’ensemble des éditions anarchive, monographies de Thierry Kuntzel, Jean Otth, Fujiko Nakaya, Michael Snow et Antonio Muntadas.

 Masaki Fujihata signera son ouvrage, à partir de 17h à la Librairie Flammarion du Centre Pompidou.

Anarchive, 2016

ISBN : 978-2-9518132-3-6

Trilingue: Français/Japonais, Anglais

Distribution : les presses du réel

Cet ouvrage a bénéficié du soutien à l’édition du Cnap.

Avec la participation du DICRéAM Centre national du cinéma et de l’image animée, de la Japan Foundation et la coopération du ZKM | Karlsruhe et de Ars Electronica

Coproduction : École supérieure des Beaux-Arts de Nantes

www.centrepompidou.fr

www.cnap.fr

http://www.anarchive.net/

http://carnetbk.hypotheses.org/333

« Ulises Carrión. Modèle pour les artistes contemporains? » avec Maike Aden

ulises carrion

La Bibliothèque Kandinsky du Musée national d’art moderne/CCI, Centre Pompidou est heureuse de vous convier à la conférence

« Ulises Carrión. Modèle pour les artistes contemporains? »

avec Maike Aden

Mercredi 06 avril 2016, à partir de 18h30

Bibliothèque Kandinsky, Centre Pompidou, Niveau 3

Entrée libre sur réservation à : reservation.bibliothequekandinsky@centrepompidou.fr

« Era un anarquista del arte que generaba sus propias prácticas, cuestiona las disciplinas tradicionales y el arte conceptual”

(Manuel Borja–Villel)

Ulises Carrión (1941, San Andrés Tuxla, MX – 1989, Amsterdam, NL) est l’un des acteurs majeurs des avant-gardes des années 1960-1970. Depuis l’intérêt renouvelé accordé aux livres d’artiste, il est redécouvert par une jeune génération d’artistes et théoriciens qui prennent comme références sa librairie-galerie Other Books and So et son manifeste « The New Art of Making Books ». Avec une  curiosité sans bornes, il explore et expérimente avec plusieurs médiums et technologies innovantes de son temps: livres d’artiste, vidéos, films, œuvres sonores, performances, art postal, projets publics. Avec un sens critique aigu, il développe très tôt un programme esthétique à la fois ancré dans le réel et d’une grande inventivité prospective, basé sur des stratégies culturelles conceptuelles, collaboratives et surtout indépendantes. Au sujet de toutes ses activités d’artiste, essayiste, libraire, éditeur, commissaire, et archiviste il a élaboré des théories qui semblent être- de manière presque visionnaire – des modèles théoriques en résonance avec les théories de l’art à l’âge du tournant numérique.

L’intervention de Maike Aden introduira l’ensemble des aspects de l’œuvre et de la carrière d’Ulises Carrión, en commençant par sa carrière en tant que jeune écrivain prometteur au Mexique jusqu’à ses nombreuses activités artistiques à Amsterdam, où il a vécu et travaillé jusqu’à sa mort prématurée en 1989. Enfin, l’accent sera également mis sur les possibles parallèles et différences entre le programme esthétique d’Ulises Carrión et des pratiques artistiques contemporaines qui se réclament de son travail.

Dr. Maike Aden est historienne de l’art et musicologue et mène des travaux de recherche et d’enseignement aux universités de Dortmund et Cologne. Actuellement, elle est chargée de mission sur plusieurs collections de publications d’artistes (réorganisation et représentation du fonds de l’ancienne maison d’édition Guy Schraenen éditeur, mise en place d’un système d’inventaire à la bibliothèque du Musée Reina Sofia à Madrid). Elle est également chargée de recherche pour plusieurs expositions sur les livres d’artistes dans les musées européens, dont la première rétrospective exhaustive consacrée à Ulises Carrión qui vient d’ouvrir au Musée Reina Sofia à Madrid (du 15 mars au 10 octobre 2016) sera prévue au Mexique en 2017.

www.centrepompidou.fr

www.maikeaden.com

 

APPEL A CANDIDATURE. Université d’été de la Bibliothèque Kandinsky, 23 juin – 2 juillet 2016

UNIVERSITÉ D’ÉTÉ DE LA BIBLIOTHÈQUE KANDINSKY

23 juin – 2 juillet 2016.

LES SOURCES AU TRAVAIL. Bricolages et contre-cultures à l’ère de la reproductibilité technique, 1950-1970

 

UEBK2016

Brion Gysin,  William S. Burroughs, Untitled (p. 180) (circa 1965), tirage argentique, tapuscrit, lithographie et collage typographique sur papier, 22.23 x 17.15 cm. Acquis avec le soutien de Hiro Yamagata Foundation. Brion Gysin © Avec l’aimable autorisation de la Galerie de France ; William Burroughs © Droits réservé ;  Image ©Los Angeles County Museum LACMA

 

 

 

L’Université d’été de la Bibliothèque Kandinsky est un programme du Musée national d’art moderne – Centre Pompidou qui se déroule dans l’espace public de présentation des collections permanentes. Elle a pour objet les sources de l’art moderne et contemporain : archives, documentation écrite, photographique ou filmique, témoignages, mais aussi d’autres formes d’appropriation artistique et de production documentaire. Format interdisciplinaire, l’Université d’été de la Bibliothèque Kandinsky réunit des jeunes chercheurs : historiens et historiens de l’art, anthropologues et sociologues, artistes, critiques, commissaires d’expositions, qui s’engagent pendant dix jours dans un travail collectif sur les sources avec des professionnels de l’art et des universitaires. Implantée dans l’espace du musée, la table-vitrine autour de laquelle s’assemble l’Université d’été est l’instrument de ses débats et l’outil du déploiement de la documentation qui les inspire. Elle recueille des sources archivistiques et des documents (manuscrits, imprimés, photographiques, cinématographiques) proposés ou évoqués au cours des séances, des fac-similés, ou des reproductions. Plusieurs ateliers d’écriture, de traduction et des séances de lecture rythmeront cet été le parcours de l’Université d’été. Pour son troisième numéro, la production éditoriale de ces échanges, le « Journal de l’Université d’été de la Bibliothèque Kandinsky », sera tout à la fois un recueil de sources et une création graphique expérimentale qui reflétera les débats dont auront résonnés les séances de travail.

Dans toute leur pluralité et malgré leur hétérogénéité, les choix politiques, théoriques et artistiques des contre-cultures se manifestent dans l’urgence à produire des modes de création, de vie et des comportements nouveaux.

En écho immédiat avec l’exposition du Centre Pompidou sur la Beat Generation, l’Université d’été de la Bibliothèque Kandinsky prolongera la proposition expographique par un débat critique, tout en élargissant le propos aux paysages des contre-cultures et aux laboratoires intellectuels et artistiques qui les ont suscitées. Beats, Angry Young Men, Situs ou Provos, pratiques alternatives et scènes underground, nous reviendrons donc sur une génération contestataire, tenace à la fois dans la poétique et la politique de la provocation.

Pour les lectures critiques récentes Continuer la lecture de APPEL A CANDIDATURE. Université d’été de la Bibliothèque Kandinsky, 23 juin – 2 juillet 2016

Dector & Dupuy aux éditions Captures

144975_dd-couverture

Le Centre national des arts plastiques (Cnap) et la Bibliothèque Kandinsky du Musée national d’art moderne/CCI, Centre Pompidou, vous invitent au lancement du livre Dector & Dupuy publié par Captures éditions et suivi d’une visite-performance jusqu’à Contexts/ Belleville.

Mercredi 13 janvier 2016, à partir de 18h30

Bibliothèque Kandinsky/ Centre Pompidou

Niveau 3

Entrée libre sur réservation à : reservation.bibliothequekandinsky@centrepompidou.fr

Programme de la soirée

18h30 : présentation du travail des artistes Dector & Dupuy par les auteurs Keren Detton, Jean-Marc Huitorel et Christophe Domino.

19h45 : visite-performance Ghosts, départ du Centre Pompidou

20 heures : Métro Rambuteau

20h15 : Métro Belleville

20h30 : Contexts, vernissage de l’exposition PaCo2016 en résonance avec la monographie

Exposition du 14 janvier au 6 février.  CONTEXTS • 49 rue Ramponeau • 75020 Paris • www.contexts.fr du mercredi au samedi de 14h à 19h ou sur rendez-vous • contact@contexts.fr

Dector & Dupuy, Captures éditions, 2015

Textes : Dector & Dupuy, Keren Detton, Jean_Marc Huitorel

Entretien : Christophe Domino

Conception graphique : Jocelyne Fracheboud, Fanette Mellier (tiré à part SONG)

16,5 x 24 cm (dos carré cousu collé)

248 pages, illustration couleur, noir & blanc
ISBN : 978-2-9533912-7-5

 

La publication monographique consacrée au travail de Dector & Dupuy entend révéler la densité d’une recherche artistique qui a pris pour sujet la ville, les espaces qu’elle réserve à l’improvisation et aux lignes de fuite.

Au moment de la conception de l’ouvrage les artistes ont imaginé une classification de leur travail qui s’affranchit de la présentation chronologique en usage par l’utilisation d’une liste de titres des œuvres accompagnés d’un code indiquant la date et leur origine. Ladite liste constitue la colonne vertébrale du livre. Elle indique l’état intermédiaire d’une production qui ne cesse d’être revisitée et réinterprétée, structure l’entrée dans les clusters et les textes critiques indexés à partir de leur titre.  Elle impulse un rythme continu, se déploie dès la première de couverture et s’interrompt – plus qu’elle ne s’achève… – en quatrième de couverture. Les clusters – au nombre de quinze, seules entrées dépourvues d’un code – rassemblent sous leur vocable un ensemble d’œuvres reproduites en couleur qui sont ensuite documentées par de courtes notices et des photographies en noir et blanc. Ils facilitent à la fois la lecture transversale de la production et son archivage.

Afin de révéler une composante essentielle dans la pratique de Dector & Dupuy, à savoir  l’édition de publications sous différentes formes et formats, les artistes ont été invités à penser un tiré à part inséré au sein de la monographie. « Song » est le premier numéro d’un journal dont la parution aura lieu à l’occasion d’une invitation à venir ou de la propre initiative de Dector & Dupuy ; il prend d’emblée sa place dans la liste et peut faire fonction de marque page. D’une conception graphique différente, il vient ouvrir la monographie classiquement rétrospective vers un devenir.

L’impression de la couverture reprend un détail de la photographie d’une peinture en usage dans l’espace public « pour empêcher de coller des affiches ». La pose d’un vernis gonflant en accentue les aspérités sans pour autant nuire à la lecture des premiers et derniers éléments de la liste. Imprimée en bold (police de caractère District) tout au long de l’ouvrage, celle-ci revêt au final un caractère performatif, tel un long poème appelant une lecture à voix haute, porte-voix des multiples « braconnages poétiques » que Dector & Dupuy nous invitent à observer.

 

Captures éditions

Depuis 2008, Captures éditions a régulièrement publié des livres d’artistes ou des livres conçus avec des artistes et/ou des auteurs invités. Deux orientations ont été privilégiées, la première est une association libre de toute contrainte entre l’éditeur et les artistes ; elle a pu conduire à la production de tirages de tête en relation avec la publication initiale. La deuxième s’inscrit dans une démarche collective ou émane d’une commande à plusieurs voix, le livre devient lieu d’échange et de débat ou trace d’une expérience. Mais quel que soit le parti pris, la forme doit révéler un contenu souvent discursif, une esthétique, une pratique artistique et seule une réelle collaboration à chaque étape du processus avec les graphistes, photograveurs, imprimeurs permet de respecter cette exigence.

La publication réalisée avec Dector & Dupuy est un projet inédit puisqu’il nous a conduit à concevoir une monographie. L’ambition de cet ouvrage a été de rendre lisible l’arborescence de ce travail poétique à connotation politique ainsi que le mouvement et le déplacement des limites de l’œuvre de ce duo d’artistes.

 

Le livre a bénéficié du soutien à l’édition du Cnap.

 

SPÉCIMEN aux éditions Le Feu sacré

144876_couverture-specimen

Le Centre national des arts plastiques (Cnap) et la Bibliothèque Kandinsky du Musée national d’art moderne/CCI, Centre Pompidou, vous invitent au lancement du livre Specimen, publié par les éditions Le Feu Sacré, en présence de l’artiste Ève Chabanon, des graphistes Thomas Bizzarri et Alain Rodriguez ainsi que de certains contributeurs.

Mercredi 16 décembre 2015, à partir de 18h30

Bibliothèque Kandinsky

Centre Pompidou

Niveau 3

Entrée libre sur réservation à : reservation.bibliothequekandinsky@centrepompidou.fr

Le lancement sera l’occasion d’une performance de Ève Chabanon, suivie d’une projection du film de Hedwig Houben, Personal Matters and Matters of Fact (22’). La bibliothèque mettra à la disposition du public une série de documents de référence cités dans les différentes contributions de l’ouvrage. Ces documents pourront être scannés sur place. Ramenez vos clefs USB !

Au printemps 2012, Thomas Bizzarri et Alain Rodriguez conçoivent l’identité graphique de la maison d’édition Le Feu Sacré. Pour ce faire, le duo réalise deux caractères : le Feu, un alphabet au dessin géométrique original dont l’usage se limite aux couvertures des ouvrages, et le Thermidor, employé pour les textes courants des éditions.

Suite à la parution des trois premiers ouvrages de la maison, Fabien Thévenot, directeur de publication, envisage de publier un spécimen relatif au Thermidor – c’est-à-dire une démonstration des possibilités offertes par le caractère ainsi qu’une mise en valeur des enjeux formels et techniques qui l’accompagnent. C’est alors que le studio de graphisme propose à l’artiste Ève Chabanon d’imaginer comment dépasser la vocation purement formelle d’un spécimen typographique, inversant au passage les rapports conventionnels établis entre leurs professions. Conçu à partir d’un alphabet préexistant, le Thermidor relève d’un genre de caractère habituellement désigné sous le terme de « revival ». Les enjeux de sa conception induisent des notions de temporalité, d’appropriation et d’actualisation. Devenu sujet, le Thermidor est dès lors prétexte à invitations. Différents auteurs issus des champs de l’art ou du design se prêtent ainsi à l’exercice du Spécimen, permettant au caractère de revêtir des formes diverses en fonction des domaines invoqués. Parfois, certains auteurs franchissent les frontières présupposées de leurs disciplines, permettant des détours tant théoriques, littéraires qu’artistiques.

Le Spécimen n’est donc pas à proprement parler un ouvrage spécialisé sur la typographie ou sur la question de la « reprise », mais bien plutôt un recueil de textes que le lecteur est convié à ouvrir en fonction de ses propres points de curiosité.

 

Conception éditoriale : Ève Chabanon

Conception graphique : Thomas Bizzarri & Alain Rodriguez

Le livre a bénéficié du soutien à l’édition du Cnap.

www.lefeusacre-editions.com

www.bizzarri-rodriguez.com

www.evechabanon.com

www.cnap.fr

www.centrepompidou.fr

 

 

 

 

 

Kandinsky, secret. – l’énigme du premier tableau abstrait

Kandinsky, secret. – l’énigme du premier tableau abstrait

de Andréi Nakov, présentation par l’auteur.

Editions les presses du réel – Collection Fama, direction éditoriale : Xavier Douroux

Mercredi 2 décembre 2015, à partir de 18h30

Bibliothèque Kandinsky Centre Pompidou Niveau 3

Réservation obligatoire à reservation.bibliothequekandinsky@centrepompidou.fr

presses du réel Kandinsky, secret - l’énigme du premier tableau abstrait de Andréi Nakov

Peint à Munich en 1911 Tableau avec cercle est le premier tableau abstrait de Kandinsky et non moins dans l’histoire de l’art moderne. Pourtant cette oeuvre fut de longues décennies durant une  énigme pour l’histoire de l’art et non moins pour l’artiste à qui la réalisation de cette peinture a posé des problèmes complexes.

Laissée « en dépôt » à Moscou en décembre 1921 lors du départ de Kandinsky pour Berlin, l’oeuvre disparaît par la suite dans les oubliettes de l’histoire. Kandinsky n’arrive pas à obtenir de Russie même une photographie de cette peinture qui de cette façon est réduite au silence. En raison de la censure culturelle exercée par le régime soviétique elle disparaît de l’horizon de l’histoire. A la fin des années soixante dix bien après la mort de l’artiste elle est redécouverte en URSS et présentée en public seulement en 1989. Pourtant, à ce jour cette oeuvre capitale dans l’histoire de l’art moderne, n’a pas bénéficiée d’une étude exhaustive et de ce fait n’occupe non plus la place qui lui revient dans notre Panthéon culturel.

Au delà d’une interprétation novatrice ce livre dévoile les multiples niveaux de censure dont la première abstraction a souffert à l’époque de sa création et probablement souffre encore. Tableau avec cercle est interprété par Andréi Nakov avec un regard neuf et à l’aide de documents inédits concernant les circonstances de sa réalisation de même que ses sources culturelles. Résultat d’une recherche autant exhaustive qu’exemplaire ce texte permet d’appréhender le contexte culturel de l’époque et d’accéder à l’essence de l’esthétique kandinskienne.

 

PINO PASCALI : RETOUR À LA MÉDITERRANÉE avec Valérie da Costa

143873_couverture

Le Centre national des arts plastiques (CNAP) et la Bibliothèque Kandinsky du Musée national d’art moderne/CCI, Centre Pompidou vous invitent au lancement du livre

PINO PASCALI : RETOUR À LA MÉDITERRANÉE

de Valérie Da Costa

Lundi 2 novembre 2015, à partir de 18h30

Bibliothèque Kandinsky Centre Pompidou

Niveau 3

Réservation obligatoire à reservation.bibliothequekandinsky@centrepompidou.fr

À l’occasion de la récente parution de son livre sur Pino Pascali (Pino Pascali : retour à la Méditerranée) aux Presses du réel, Valérie Da Costa, en dialogue avec Bernard Blistène, directeur du Musée national d’art moderne-Centre Pompidou et Xavier Douroux, directeur des Presses du réel et du Consortium, Dijon, présentera le travail de Pino Pascali, figure centrale de l’art italien des années 60.

Pino Pascali (1935-1968) est une comète de l’art italien du XXe siècle. En quatre années seulement, de 1964 à 1968, il a su créer une œuvre exceptionnelle. Sa conception audacieuse de la sculpture, de par les matériaux employés, ainsi que sa réflexion sur l’exposition en font une figure centrale de l’art des années 1960. Pino Pascali : retour à la Méditerranée est le premier livre consacré en France à l’artiste italien. L’œuvre y est analysée en fonction de thèmes : la temporalité de la sculpture, la mise en scène de soi, la sculpture comme art environnemental, l’attachement à la Méditerranée, l’intérêt pour l’anthropologie. Les propos de l’artiste, ainsi que les nombreuses archives, principalement celles conservées à la Fondazione-Museo Pino Pascali, constituent le matériau inédit de l’analyse de cette œuvre bien au-delà de son rattachement à l’Arte Povera.

Continuer la lecture de PINO PASCALI : RETOUR À LA MÉDITERRANÉE avec Valérie da Costa

LA NEGOCIATION DU PIF

UN ECHANGE ENTRE LA BIBLIOTHÈQUE KANDINSKY et aalliicceelleessccaannnnee&ssoonniiaaddeerrzzyyppoollsskkii

negopif

 

En 2013, le groupuscule d’artiste

aalliicceelleessccaannnnee&ssoonniiaaddeerrzzyyppoollsskkii

a exposé l’édition Pif à la galerie mfc-michèle didier (Paris). Cette édition est une pochette constituée de choses diverses, dont un livre « Que sais-je? » (PUF). Le tarif du Pif varie en fonction du livre « Que sais-je? » qui se trouve dedans.

La Bibliothèque Kandinsky a choisi d’acquérir l’un des exemplaires de cette édition: le Pif, comprenant le « Que sais-je » consacré à « La critique d’art ».  Le tarif de cet exemplaire fait l’objet d’une négociation, qui sera publiée, au fur et à mesure sur la plateforme d’échanges www.negopif.com et qui rendra publique la négociation entre l’artiste et l’acquéreur, relative à la fixation du prix de cette œuvre.

Au rythme de quatre lettres adressées par les artistes et quatre réponses rédigées par l’équipe de la Bibliothèque Kandinsky, la négociation fait l’objet d’une réflexion de longue durée  sur l’élaboration des valeurs, sur les critères de jugement qui sont convoqués dans le jeu de l’échange et sur les modalités critiques de construction d’une collection.

Sans qu’ils puissent émarger directement au processus de négociation, les témoins publics de l’échange et les lecteurs avisés auront la possibilité de commenter et éclairer avec leurs points de vue les différentes étapes de la démarche.

 

 

 

L’exposition d’un film

l'expo d'un film

Charles de Meaux, Lili, 2014, pour L’exposition d’un film, Courtesy Charles de Meaux

L’exposition d’un film

18-20 septembre 2015

Cinéma 2, Centre Pompidou

Le cinéma comme l’exposition est le lieu de la synthèse des arts : il partage avec elle la capacité d’agencer des ensembles hétérogènes au sein de temporalités et d’espaces discursifs. Conçu autour de rencontres et de projections « L’Exposition d’un film » propose de penser les rapports complémentaires et contradictoires qu’entretiennent le film et l’exposition à travers un panorama à la fois historique et prospectif. Traversée par l’influence grandissante des images en mouvement dans le champ de la culture visuelle et patrimoniale du XXème siècle, la pratique de l’exposition a peu à peu assimilé certaines propriétés du film – mouvement, montage, projection, défilement, etc… – dont elle aura su intégrer les potentialités pour se réfléchir et s’inventer de nouveaux modèles. Empruntant son titre au film éponyme de Mathieu Copeland, «L’Exposition d’un film» formule l’hypothèse du film exposé autant que celle de l’exposition filmée. Explorant aussi bien le registre documentaire que des formes filmiques hybrides employées par certains artistes et cinéastes comme des espaces d’expositions singuliers et autonomes, cette programmation est l’occasion d’approfondir une réflexion sur le devenir de ces deux médiums à l’ère d’une dématérialisation accélérée des supports.

Rencontres et projections en présence de Mathieu Copeland, Rosa Barba, Pierre Leguillon, Jeremy Millar, Philippe-Alain Michaud, Lydie Delahaye, Enrico Camporesi et Jonathan Pouthier ; avec les oeuvres de Jean-Pierre Bertrand, Michael Snow, Hollis Frampton, Paul Sietsema, Richard Hamilton, James Scott, Liam Gillick, Karin Schneider & Nicolas Guagnini, Marcel Broodthaers, Elizabeth Price, Storm de Hirsh, David Sylvester, Harry Holtzman, Runa Islam, Willard Maas, Warren Sonbert, Charles Henri Ford, Gerry Schum

J9 Université d’été LES SOURCES AU TRAVAIL Les spoliations d’oeuvres d’art, 1933-2015

Programme du jour, samedi 11 juillet

9h30 – Corinne BOUCHOUX,
historienne, sénatrice de Maine-et-Loire, vice-présidente du groupe écologiste et vice-présidente de la Commission de la Culture, de l’Education et de la Communication du Sénat.
« Traitement politique de la restitution des oeuvres d’art spoliées : de la communication avant toute chose (1945-2015) »

10h15 — Markus STÖTZEL, avocat, Marburg
« Nazi looted art and restitution – history and latest developments, as seen from a law practitioner’s point of view »

11h00 — Philippe SPRANG, journaliste, Paris
« Pillage des oeuvres d’art en France par le IIIe Reich, 1990-2015: le travail d’un journaliste d’investigation en France entre course d’obstacle, colère et stupeur »

11h45 Discussions

14h00 CONCLUSIONS et FINALISATION DE L’ATLAS

J7 Université d’été LES SOURCES AU TRAVAIL Les spoliations d’oeuvres d’art, 1933-2015

Programme du jour, jeudi 9 juillet

9h30 — Nathalie NEUMANN
« La photographe Gisèle Freund et la collection d’art romantique de son père, Julius Freund (1869-1941) »

9h45 — Aurélie COUSIN
« La mise en exposition des oeuvres d’art spoliées par les nazis. Étude de cas de la collection de Jacques Goudstikker »

10h00 — Thierry BAJOU, conservateur, Service des Musées de France et Alain PRÉVET, chargé d’études documentaires principal, chargé des dossiers des biens spoliés et de recherches de
provenance, Service des Musées de France
« Les photographies prises au Jeu de Paume sous l’Occupation »

10h15 — Discussion

11h00 – Sarah GENSBURGER
« Ecrire l’histoire en images ?
L’album de la spoliation des Juifs à Paris»

11h45 — Catherine TIRABY, documentaliste des collections photographiques, Bibliothèque Kandinsky, MNAM/CCI
« Le Fonds Marc Vaux. Une source photographique sur les ateliers d’artistes »

12h15 Discussion

14h00 – Visite et séance de travail au Fort de Saint-Cyr (Médiathèque de l’architecture et du patrimoine) avec Jean-Daniel PARISET, conservateur

J6 Université d’été LES SOURCES AU TRAVAIL Les spoliations d’oeuvres d’art, 1933-2015

Programme du jour, mercredi 8 juillet

CHAPITRE III. VIE DES IMAGES ET DES REPRESENTATIONS

9h30 — Leila DANZIGER
« Un atlas pour les bibliothèques spoliées »

9h45 — Benjamin FELLMANN
« Nazi-looted pianos in the Palais de Tokyo : Primary sources and artistic practice at work. Laetitia Badaut Haussmann’s installation „No One Returns“ and the storage of pianos from Jewish owners in
the basement of the Palais de Tokyo during the Occupation »

10h00 — Raphaël DENIS
« La Loi normale des erreurs » : présentation du projet.

10h15 — Discussion

11h00 – Arno GISINGER, artiste et enseignant-chercheur à l’Université Paris 8, Paris
Retour sur l’exposition « Invent arisiert », Mobiliendepot Wien, Autriche (2000)
et Anna ARTAKER, artiste et chercheuse, Akademie der Bildenden Künste Wien (Autriche)
Retour sur l’exposition « Rekonstruktion der Rothschild’schen Gemäldesammlung in Wien », Autriche,
(2013-2014)

12h00 – Laetitia BADAUT HAUSSMANN, artiste, Paris (sous réserve)
Retour sur l’exposition « No One Returns », Palais de Tokyo, Paris (2010)

12h30 – Ellie ARMON AZOULAY, artiste, Israel/ France
« Evolution of display and the role of Jeu de Paume »

15h00 – Visite du Palais de Tokyo et du site Bassano avec Sarah GENSBURGER, sociologue, chargée de recherches au CNRS, Institut des Sciences Sociales du Politique

J5 Université d’été LES SOURCES AU TRAVAIL Les spoliations d’oeuvres d’art, 1933-2015

Programme du jour, mardi 7 juillet

Journée de travail conçue et accueillie par les Archives Nationales, site de Pierrefitte avec Isabelle CHAVE, conservatrice

1. Les lieux de l’histoire : la scène parisienne
10h00 « Des lieux de production des archives en 1939-1945 aux centres de conservation en 2015 : une lecture cartographique »,
par Yann POTIN, AN, et Cyril DAYDÉ, MAE

10h30 Échanges et questions

2. Les acteurs des pillages et de la spoliation
10h45 « Hermann Bunjes et la Kunsthistorische Forschungsstätte à Paris », par Christian FUHRMEISTER, ZIKG Munich

11h00 « Commissariat général aux Questions juives : organisation, rôle et archives », par Monique LEBLOIS-PÉCHON, AN

11h20 « Administrateurs provisoires et marchands d’art : rôle et traces dans les archives judiciaires »,
par Violaine CHALLÉAT-FONCK, AN

11h40 « Commissaires priseurs : ventes, marché de l’art et traces dans les archives », par Isabelle ROUGE-DUCOS, SIAF

12h00 Échanges et questions

12h20 Sophie JULIARD-LEPRÊTRE
« Marché de l’art et spoliation d’oeuvres d’art à Lyon pendant la Seconde Guerre mondiale »

12h45 Déjeuner sur place

3. Identification et revendication des biens patrimoniaux et artistiques spoliés
13h45 « L’administration des Beaux-arts et les spoliations (le rôle de Jacques Jaujard et de Rose Valland, la mise à l’abri des collections, la récupération artistique) »,
par Clothilde ROULLIER et Marine ZELVERTE, AN

14h30 Échanges et questions

14h45 Małgorzata A. QUINKENSTEIN
« Arthur Bryks and Foundation La Porza. The search for personal stories in the context of European history of looted art »

4. Indemnisations et restitutions
15h30 « Service de restitution des biens des victimes des lois et mesures de spoliations : organisation, rôle et archives »,
par Monique LEBLOIS-PÉCHON, AN

15h50 « L’indemnisation des biens spoliés dans le cadre des dommages de guerre », par Sylvie ZAÏDMAN, AN

16h15 Échanges et questions

5. Clôture de la journée.
16h30 « L’actualisation du Guide des recherches dans les archives des spoliations et des restitutions (Paris, La Documentation française, 2000) », par Emmanuel PÉNICAUT, SIAF