Archives de catégorie : Evenements BK

Séminaire « Seedy Films »

La Bibliothèque Kandinsky du Musée national d’art moderne est heureuse de vous convier à la première séance du cycle de rencontres « Seedy Films » organisées par Sibylle de Laurens et Pascaline Morincôme.

Première séance : Manhattan Cable TV

Le jeudi, 25 juin, à partir de 19h

Bibliothèque Kandinsky

Centre Pompidou, Niveau 3

Entrée libre sur réservation à l’adresse:

reservation.bibliothequekandinsky@centrepompidou.fr

« Seedy Films » est une série d’interventions organisées au sein des collections de la Bibliothèque Kandinsky qui, suivant le protocole utilisé par Richard Prince dans l’écriture de son roman « Why I go to the movies alone », propose à chaque séance de « passer » un film – au sens de «passer un disque » – à travers les pages d’un livre ouvert, d’images ou de notes retrouvées dans un fonds d’archive.

Pensées comme des séances de consultation collective les rencontres s’intéressent à des films issus de la production vidéo alternative comme à l’industrie du cinéma, à des vidéo clips, des émissions de télévision mais aussi à ces « seedy films », films « miteux» du morceau de Soft Cell : rushs, films pornographiques, compte-rendus de manifestations, extraits de caméra de surveillance etc.

Il s’agira ainsi d’expérimenter un dispositif d’analyse spécifique à cette catégorie d’images, qui agrège et tourne autour du film plutôt qu’il ne le fragmente ou le suspende.

Lors de cette première séance, une sélection de documents et d’archives (Storyboards, flyers, guides TV, coupures de presse, récits biographiques etc.) permettra d’évoquer l’histoire de la chaîne de télévision publique Manhattan Cable TV, emblématique des décennies quatre-vingt et quatre-vingt-dix aux Etats-Unis et qui à partir de 1976 et pendant une dizaine d’années, accompagne la production et la diffusion de programmes expérimentaux.

Se réappropriant les principes de l’émission-plateau et du show télévisé, différentes générations et scènes issues de l’avant-garde new-yorkaise se rencontrent alors autour d’émissions telles que The Coca Crystal Show, TV Party de Glenn O’Brien, The Live Show de Jaime Davidovich ainsi que les projets de Collaborative Projects -The Potato Wolf et All Colors News – issus de la scène no-wave émergente. L’émission collaborative Paper Tiger TV à laquelle participent notamment les collectifs Testing the Limits et DIVA TV tous deux issus d’ACT UP/NY, contribue sur la chaîne à l’émergence d’une nouvelle forme d’activisme médiatique.

« Seedy Films » est un cycle d’interventions quadri-annuelles proposées par Sibylle de Laurens et Pascaline Morincôme dans le contexte d’une recherche dédiée aux archives des pratiques vidéo alternatives.

Sibylle de Laurens est programmeuse et chercheuse. Pascaline Morincôme participe à la programmation de l’espace d’exposition Treize (Paris, 11°) et entame un doctorat en histoire de l’art et cinéma.

Depuis 2014, elles travaillent ensemble sur un projet de recherche dédié à l’histoire des pratiques vidéos et médiatiques alternatives apparues aux États-Unis à la fin des années soixante. En janvier 2017, cette recherche a notamment donné lieu à l’organisation de l’exposition Data Report, dédiée aux archives du collectif Videofreex à Treize ainsi que plusieurs soirées de projection et de conférences en collaboration avec The Cheapest University.

 

Université d’été de la Bibliothèque Kandinsky 2018. Le programme!

« Les sources au travail. Publications d’artistes: de l’atelier à la bibliothèque (et vice-versa) »

Lundi 02/07/2018

9.00 Accueil participants, remise des badges et petit déjeuner d’ouverture (Salon du Musée national d’art moderne)

10.00 Ouverture de l’Université d’été de la Bibliothèque Kandinsky (Salle 7 du Musée)

10.30 Introduction par le comité scientifique de l’Université d’été 2018: Didier Schulmann, Mica Gherghescu, Stéphanie Rivoire, Aurélien Bernard et Benjamin Thorel

11.00-12.30 Tour de table des participants et courtes présentations des projets de recherche

18.30 Conférence Cornelia Lauf (Bibliothèque Kandinsky) en attente titre

Mardi 03/07/2018

9.30-12.30 Panel 1 « Réseaux & networks en théorie & en pratique » animé par Antony Hudek

Présentation de projets de recherche de Corinn Gerber, Maria Elena Minuto et Signe Frederiksen (Salle 7)

Mercredi 04/07/2018

9.30-12.30 Panel 2 « Carrières d’artistes et biographies d’objets » animé par Didier Schulmann

Présentation de projets de recherche de Deianira Amico, Alice Cazzola, Kristina Hinrichsen, Rachel Perry et Magda Predescu (Salle 7)

Jeudi 05/07/2018

9.30–12.30 Panel 3 « Quelles activités, quelle agentivité pour l’artiste/éditeur ? »  animé par Dora Garcia

Présentation de projets de recherche de Daisy Nam, collectif ExposerPublier et Katia Porro (Salle 7)

18.30 Conférence « Blank & Illegible books », Moritz Küng (Bibliothèque Kandinsky)

Vendredi 06/07/2018

9.30-12.30 Panel 4 « Questions d’écriture: fictions, performance et expérience » animé par Mica Gherghescu en présence de Jacques Donguy
Présentation de projets de recherche d’Alessandra Acocella, Alice Dusapin, Pauline Goutain, Luzie Meyer, Andrea di Serego Alighieri & Robert Milne (Salle 7)

Samedi 07/07/2018

Visite de la Fondation Kanal-Centre Pompidou, Bruxelles

10.00 Rencontre avec Saskia Gevaert et visite de son atelier

12.00-13.30 Arrivée Site Kanal Centre Pompidou. Déjeuner sur place et après-midi de rencontres (programme en cours)

Lundi 09/07/2018

9.30-12.30 Panel 5 « Cultures alternatives du livre et de l’imprimé » animé par Didier Mathieu et Benjamin Thorel
Présentation de projets de recherche de Chris Lee, Steven Chodoriwsky & Julie Niemi, Loraine Furter, Rachel Valinsky et Aliya Zolotova
(Salle 7)

14.30-17.00 Atelier de travail et présentation de Banu Cennetoglu animé par Yekhan Pinarligil (Salle 7)

Mardi 10/07/2018

9.30-12.30 Panel 6 « Politique de la circulation et poétique de la publication. Le livre d’artiste exposé » animé par Alice Motard
Présentation de projets de recherche de Daniela Hermosilla Zuniga, Verina Gfader, Adam Cruickshank, Leandro Depietri Martinez (Salle 7)

Mercredi 11/07/2018

9.30-12.30 Panel 7 « Historiographies. Faire collection, classification, méthodes et perspectives » animé par Aurélien Bernard en présence du collectif Hyperfiction et de Brigitte Vincens
Présentation de projets de recherche de Jean-Marie Carey, Tony White, Marsha Taichman et Antoine Lefevre (Salle 7)

Jeudi 12/07/2018 

9.30-12.30 Panel 8 « Documenter l’art au présent » en présence d’Aurélie Pétrel et Stéphanie Rivoire (sous réserve)
Présentation de projets de recherche de Sophie Dars (Accattone),
Cristina Imizcoz, Andrée Ospina et Susana Lourenço Marques        (Salle 7)

Vendredi 13/07/2018

9.30-12.00 Table ronde et activation du Journal de l’Université d’été n°5

 

Chercheurs de l’Université d’été de la Bibliothèque Kandinsky

  1. Alessandra Acocella (Fellow at the Archivio Luciano Caruso): Pages of sound poetry: from an exhibition catalogue to traces of a “small aesthetic community”.
  1. Deianira Amico (Université de Florence): Campo Grafico.
  1. Jean-Marie Carey (LACMA Research Fellow; St. Cate Fine Arts, Florida): Trigger for a Train of Thought: der Blaue Reiter Almanach.
  1. Alice Cazzola (Ecole du Louvre; Université de Heidelberg): Le Poème de l’angle droit de Le Corbusier : un livre d’artiste « archi-littéraire ».
  1. Adam Cruickshank (artiste et enseignant, MADA Monash University, Melbourne; doctorant RMIT University, Melbourne): Livre d’artiste « In One Hundred Thousand Years »// artist monograph.
  1. Sophie Dars (architecte; Bartlett UCL Londres): Accattone. Critical Editorial Devices in Little Architects’ Magazines
  1. Leandro Depietri Martinez (School of the Art Institute of Chicago): Fabio Kacero, Osvaldo Lamborghini, Literal Magazine et Grupo de Activismo Gay, Buenos Aires.
  1. Alice Dusapin (éditrice et chercheuse indépendante): Bern Porter, pionnier du développement de l’édition indépendante américaine et européenne.
  1. ExposerPublier (collectif d’artistes et de designers graphiques): Pratiques documentées, exposées et publiées : relecture et analyse collective des productions éditoriales du collectif ExposerPublier.
  1. Signe Frederiksen (ENSBA Lyon): Objects with Pages. Robert Walser / Laurence Rassel
  1. Loraine Furter (designer graphique, chercheuse, Hybrid Publishing Consortium Centre for Digital Cultures Leuphana): Speaking Volumes – art, activisme et éditions féministes.
  1. Corinn Gerber (Université de Toronto): Connecting Directions: Personhood, Citizenship and transnational Editorial practices.
  1. Verina Gfader (artist, researcher): Mis/print in geographies of drift
  1. Pauline Goutain (chargée de cours, Carleton University): L’Optique moderne (1963/1972) : une publication kaléidoscopique.
  1. Daniela Hermosilla Zuniga (doctorante à l’Université de Barcelone): OVUM 10 or the urgency of artists’ publications in Latin America, 1969-1974
  1. Kristina Hinrichsen (Ph.D histoire de l’art Giessen-ETH Zurich ; assistante éditoriale, Hauser & Wirth): Publishing as a practice between art, design and commercial success: Paul Maenz as graphic designer turned gallerist, 1965-1973.
  1. Catalina Imizcoz (editorial assistant, Phaidon): La revue radicale argentine « ramona ».
  1. Antoine Lefebvre (chercheur indépendant): Artzines 1977-2017.
  1. Chris Lee (designer graphique), Steven Chodoriwsky (architecte) & Julie Niemi (conservatrice): Syllabus as utopia xerographic excavations of Tolstoy college.
  1. Susana Lourenço Marques (designer, photography teacher I2ADS, Faculdade de Belas Artes da Universidade do Porto): Publishing/Exhibiting — fascicles of photography and a portable gallery (The editorial activity of the independent publishing house Pierrot le Fou)          
  1. Luzie Meyer, (artiste): Pure Fiction collective, DIY practices    
  1. Maria Elena Minuto (chercheure associée, KU Leuven): Material and Visual Poetics, The Neo-Vanguard Art of Publishing
  1. Daisy Nam (assistant director, Carpenter Center for the Visual Arts Harvard University): Artist-as-publishers with fellow curators, writers, and peers: Matt Keegan (North Drive Press and = =), Martine Syms (Dominca Publishing) and Paul Chan (Badlands Unlimited).
  1. Andrée Ospina (éditrice indépendante): Les publications d’artistes à l’ère du numérique. Objets et enjeux d’une nouvelle pratique artistique : mettre en livre le web
  1. Rachel Perry (enseignante à l’Université de Tel Aviv): Les livres d’artiste de Jean Dubuffet et Jean Fautrier.
  1. Katia Porro (Parsons Paris, the New School): Aging Radicalism: observing a discursive shift in the publications of Ettore Sottsass.
  1. Magda Predescu (Musée national d’Art contemporain Bucarest): Les cahiers-journal et les livres d’artiste d’Octav Grigorescu.
  1. Andrea di Serego Alighieri (écrivain, éditeur et designer) & Robert Milne (publieur, éditeur et designer): Tactics of publishing from the margin to the outskirts – Stuart Sherman
  1. Marsha Taichman (Visual Resources Librarian, Cornell University): The case of Fine Arts Library; Cornell University; Ithaca
  1. Rachel Noémie Valinsky (Ph.D City University New York; adjunct lecturer, Hunter College NY): Publishing Systems: Jorge Glusberg and the CayC Exhibition Catalog
  1. Tony White (associate chief librarian, J. Watson Library, The Metropolitan Museum of Art):  Dealer inventories and exhibition checklists (1974-1994)
  1. Aliya Zolotova (Master Recherche Paris 1 Panthéon-Sorbonne): La revue A-Ya, une institution circonstancielle

www.centrepompidou.fr

http://bibliothequekandinsky.centrepompidou.fr

https://www.facebook.com/UEBK2018/

 

Richard Martel et les 40 ans de la revue « Inter, art actuel »

La Bibliothèque Kandinsky du Musée national d’art moderne est heureuse de vous convier à la présentation et au lancement du dernier numéro de la revue Inter, art actuel en présence de Richard Martel et de ses invités:

Le jeudi, 7 juin, à partir de 18h30

Bibliothèque Kandinsky

Entrée libre sur réservation à : reservation.bibliothequekandinsky@centrepompidou.fr

Interventions: Richard Martel avec Paul Ardenne, Julien Blaine, Jacques Donguy, Mildred Duran, Esther Ferrer et Michaël La Chance.

Créée en mars 1978 par le collectif Inter Le Lieu piloté par Richard Martel, la revue Inter art actuel a été la plaque tournante des plus diverses expressions artistiques internationales: performance, happenings, installation, art social, poésie sonore et expérimentations numériques. Volontairement située sur une position critique par rapport à la production artistique, pluraliste par options esthétiques et intellectuelle, elle a publié des textes majeurs de Pierre Restany, Hervé Fischer, Bernard Heidsieck, Dick Higgins, parmi tant d’autres. A l’occasion de la parution du dernier numéro de la revue, Richard Martel reviendra sur ce « travail marginal et exploratoire » des pluralités artistiques.

Universitaire (UFR Arts, Amiens), Paul Ardenne est historien de l’art, écrivain et commissaire d’exposition. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages de référence sur la création moderne et contemporaine : Art, l’âge contemporain (1997), L’Art dans son moment politique (2000), L’Image Corps (2001), Un Art contextuel (2002), Art, le présent (2009), Cent artistes du Street art (2011). Derniers ouvrages parus : Heureux, les créateurs ? (essai, 2016) et Roger-pris-dans-la-terre (roman, 2017).

Julien Blaine est né en 1942, à Rognac, au bord de l’Étang de Berre, flaque de mer jadis bleu-azur, aujourd’hui marron glacé. Il vit à Ventabren et à Marseille et nomadise le plus possible. (Dénommé aussi Christian POiTEViN (patronyme) et d’une ribambelle d’autres noms.

ÉDITEUR de Doc(k)s et d’une ribambelle d’autres périodiques. AUTEUR de 13427 poëmes métaphysiques et d’une ribambelle d’autres livres et catalogues. EXPOSANT de du sorcier de V. au magicien de M. et d’une ribambelle d’autres expositions, a présenté en 2009 une importante exposition au [mac] Musée d’Art Contemporain de Marseille : un Tri. ORGANISATEUR des Rencontres Internationales de Poésie de Tarascon et d’une ribambelle d’autres manifestations. FONDATEUR du Centre International de Poésie de Marseille (C.I.P.M.) et d’une ribambelle d’autres espaces culturels. CHANTIERS EN COURS : la poésie n’intéresse personne, la cinquième feuille ou l’écriture originelle, le Verssicône, Chom’art, Confidences d’Églantin, Text’art, Ihali, DERNIERS LIVRES PARUS : 5 faits d’actualités par un septuagénaire bien sonné (Ed. Al Dante), Partitions (Ed. Manuel), Dé buts de Roman (Ed. des Vanneaux), 2017 (Aux Presses du réel), 1968/2018 (Ed. Galerie J.-F. Meyer)

Jacques Donguy est poète, et a, comme tel, publié une anthologie manifeste en 1975 sur le Nouveau réalisme en référence à Pierre Restany. Il a également publié à l’époque dans de nombreuses revues comme Chorus ou Exit. Il deviendra par la suite un spécialiste des poésies expérimentales, poésies concrètes, poésie sonores, poésies visuelles, et  réalisera à ce titre une étude – anthologie internationale de parue aux presses du réel. Il enseignera d’ailleurs la poésie expérimentale à Paris I – Panthéon Sorbonne. Il est aussi le traducteur d’Augusto de Campos, grand poète concrétiste brésilien. Pionnier de l’utilisation de l’ordinateur portable en France pour la poésie dès 1983, ce dont témoigne un article dans la revue Inter du printemps 1984 au Québec, Jacques Donguy théorise la « poésie numérique », dont le manifeste a été publié par Art Press en 2002, et développe actuellement son travail à travers des performances sur Pure Data et des publications théoriques. Il anime aussi la revue Celebrity Cafe, qui en est à son numéro 2, et vient de sortir un livre sur le musicien minimaliste américain La Monte Young.

Chercheure en histoire de l’art et commissaire d’exposition indépendante, Mildred Durán Gamba obtient le titre de docteure en histoire de l’art à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne pour son travail de recherche sur Les expressions de violence dans l’art contemporain en Amérique latine. Auteure d’articles parus entre autres dans Les cahiers du CNAM, Inter art actuel, Les publications de la Sorbonne, Critique d’art ou Nos contemporains, en 2013, son projet de recherche sur les Pratiques et théories performatives des artistes extra-occidentaux a été sélectionné par le Centre national des arts plastiques (CNAP) dans le cadre du soutien aux auteurs, aux théoriciens et aux critiques d’art.

Esther Ferrer, San Sebastián, 1937 (Espagne) est connue pour son travail comme plasticienne et par ses performances, à partir de 1967, au sein du groupe espagnol ZAJ (formé en 1964 et dissous en 1996). Son travail s’est toujours orienté vers l’art/action comme pratique éphémère. Dans l’Espagne du début des années 60 elle fonde avec le peintre José Antonio Sistiaga, le premier Atelier de Libre Expression (germe de beaucoup d’autres activités parallèles). À partir des années 70, elle consacre une partie de son activité aux arts plastiques : photographies retravaillées, installations, tableaux basés sur la série des nombres premiers, objets, etc.  Elle a exposée dans de musées et galeries espagnoles et étrangères et aux Foires d’Art comme la FIAC à Paris, ARCO à Madrid, Frize à Londres, Bologne en Italie ou Miami (USA). Son exposition « Todas las variaciones son válidas, incluida ésta » fut inaugurée  en octobre 2017 au Musée Reina Sofía de Madrid et son dernière exposition, « Espacios entrelazados », a commencé le 15 Mars 2018 au Musée Guggenheim de Bilbao.

Michaël La Chance est philosophe et écrivain. Professeur en Théorie et histoire de l’art à l’UQAC dans le cheminement en art numérique, directeur de la galerie d’art de l’université – l’Œuvre de l’autre, il a enseigné au Doctorat en études et pratiques des arts et en Philosophie à l’UQAM. Membre du bureau de direction du CELAT, Centre Interuniversitaire d’Étude sur les Lettres, les Arts et les Traditions, chercheur dans l’équipe FCAR « La mémoire brisée. Migrations et métamorphoses », responsable du groupe CAMERAS, Création artistique multimédia et recherche au Saguenay, il a signé de nombreux articles de critique d’art, de catalogues d’artistes et aussi de contributions savantes en esthétique littéraire et visuelle. Il est membre du comité de rédaction de la revue Inter Art Actuel. Il a assumé la codirection de Spirale. Magazine Multidisciplinaire, ex-président de la Société d’Esthétique du Québec, ex-président de la Société de Philosophie de Montréal. Associé très tôt aux recherches sur la représentation sémantique en intelligence artificielle (Groupe de recherche sur la formalisation de la sémantique, UQAM, 1983 sv..), il a développé des robots conversationnels en LISP, – son intérêt pour les aspects culturels et philosophiques de la cyberculture l’a conduit à coorganiser le colloque international de 1997,  « Penser le virtuel » où il a présenté l’ «hyperphilosophie », dont il est reconnu comme un des fondateurs.

RICHARD MARTEL est un artiste multidisciplinaire québécois installé à Québec depuis trente ans et qui présente régulièrement ses activités tant ici qu’à l’étranger. Actif dans plusieurs domaines, il investigue les arts visuels, principalement l’installation et la performance, la vidéo et l’installation vidéo, la radio, l’écriture, l’édition, l’organisation d’événements et l’enseignement. Membre fondateur des éditions Intervention, dont il est le coordonnateur, Richard Martel est à l’origine de la revue Inter, art actuel dont il est toujours le rédacteur, et du Lieu, Centre en art actuel (1982) avec lequel il organise la rencontre internationale d’art performance (RIAP) à Québec. Engagé dans la pratique et la théorie, il s’intéresse à l’art comme système d’expérimentation et de transgression, l’art comme activité comportementale poétique.

www.centrepompidou.fr

www.inter-lelieu.org

http://bibliothequekandinsky.centrepompidou.fr

Negro Anthology

© Negro Anthology: 1931-1933, London : Published by Nancy Cunard at Wishart & Co., 1934; Nancy Cunard, Negro Anthology, réedition, Paris, Nouvelles Editions Place, 2018, Bibliothèque Kandinsky, Musée national d’art moderne – Centre de création industrielle, Centre Pompidou, Paris

En temps d’hommage à Martin Luther King, la Bibliothèque Kandinsky du Musée national d’art moderne est heureuse de vous convier au lancement de la réédition en fac-similé de Negro Anthology (editée par Nancy Cunard) aux Nouvelles Editions Place suivi d’une discussion en présence de Sarah Frioux-Salgas, responsable des archives du Musée du quai Branly, Cyrille Zola-Place, directeur éditorial, Daniel Soutif, philosophe et critique d’art et Pascale Obolo, artiste plasticienne, productrice et réalisatrice.

Jeudi 19 avril 2018, à partir de 18h30

Bibliothèque Kandinsky, Centre Pompidou, Niveau 3

Réservation obligatoire: reservation.bibliothequekandinsky@centrepompidou.fr

Pendant de nombreuses années, la Negro Anthology, éditée en 1934 par Nancy Cunard à Londres chez Wishart & Co., est restée une rareté bibliophilique, disponible pour consultation seulement dans quelques collections publiques françaises de livres rares. En 2017, à travers une acquisition exceptionnelle, la Bibliothèque Kandinsky faisait entrer dans ses collections l’exemplaire portant un envoi autographe de Nancy Cunard au poète cubain Nicolas Guillén. Les Nouvelles Editions Place réactivent aujourd’hui l’aventure éditoriale de cette formidable encyclopédie transnationale du monde noir par une réédition en fac-similé accompagnée d’un appareil critique réalisé par Sarah Frioux-Salgas, responsable des archives du Musée du quai Branly et préfacé par Mamadou Diouf.

Objet inclassable, vaste projet documentaire relevant à la fois d’ethnographie surréaliste, d’un certain romantisme révolutionnaire de la modernité artistique des années 1930 et d’engagements anti-impérialistes, anticoloniaux et antiségrégationnistes, Negro Anthology condense plusieurs voix consacrées à l’histoire des noirs d’Amérique du Nord, du Sud, des Antilles, d’Europe et d’Afrique. Comme Cunard l’écrivait au romancier jamaïcain Claude McKay, l’anthologie se voulait un grand « symposium », un énorme rassemblement cosmopolite de témoignages alternatifs sur la question raciale. Parmi les contributeurs, figures de la résistance noire comme W.E.B. du Bois, George Padmore ou Jomo Kenyatta côtoient les représentants de la Renaissance de Haarlem (Zora Neale Hurston), des communistes engagés dans la cause africaine comme James Ford ou Raymond Michelet, des écrivains comme Langston Hugues, Michael Gold, Jacques Roumain, Mario de Andrade, Nicolas Guillén, Louis Zukofsky, Beatrice Hastings ou bien les surréalistes français (André Breton, René Crevel, Benjamin Péret, René Char, Roger Caillios, etc.). Avec 385 illustrations, l’anthologie – compilation est rythmée par des photographies documentaires, extraits de journaux à l’état brut, affiches, cartes, illustrations pour enfants et partitions musicales.

La rencontre sera l’occasion de revenir sur les engagements politiques et sociaux, les choix esthétiques, les dissonances et les résonances contemporaines  de ce projet éditorial hors pair.

Sarah Frioux-Salgas, née en 1978, a suivi des études d’Histoire Africaine à Paris 1 (recherches sur la traite négrière et l’esclavage dans les Caraïbes). Elle a été assistante d’exposition au Musée d’art et d’histoire du judaïsme (« Marc Chagall: Hadassah », 2002, « Tim: être de son temps », 2003). Depuis 2003, elle est responsable des archives et de la documentation des collections à la médiathèque du musée du quai Branly. En 2009, elle a été commissaire  de l’exposition « Présence Africaine. Une tribune, un mouvement, un réseau » (Musée du Quai Branly et en 2011, à Dakar; direction du numéro 10 de la revue Gradhiva « Présence Africaine. Les conditions noires:une généalogie des discours »). En 2014, elle a organisé l’exposition « L’Atlantique noir de Nancy Cunard» (Musée du quai Branly) et édité le numéro 19 de la revue Gradhiva. Revue d’anthropologie et histoire des arts, dédié à la Negro Anthology. En 2016, avec Dominique Malaquais et Cédric Vincent, elle a été commissaire de  « Dakar 66. Chronique d’un festival panafricain »( musée du quai Branly).

Pascale Obolo est activiste, rédactrice en chef de la revue d’art contemporain AFRIKADAA, commissaire indépendante et enseignante à l’Ecole des beaux-arts  de Quimper. Responsable de l’African Art Book Fair (espace de rencontre pour les éditeurs indépendants issue des territoires du sud) pendant la Biennale de Dakar, elle a rejoint récemment l’équipe de la programmation à la colonie.

Philosophe et critique d’art, Daniel Soutif a été rédacteur en chef des Cahiers du Musée national d’art moderne (de 1990 à 1994), directeur du développement culturel au Centre Pompidou (de 1993 à 2001), et a dirigé le Centro per l’arte contemporanea Luigi Pecci de Prato (Italie). Commissaire indépendant depuis 2006, il a notamment conçu les expositions « Le Temps, vite ! » au Centre Pompidou (2000) ou « Le siècle du Jazz » au musée du quai Branly – Jacques Chirac (2009). Il a également contribué au quotidien « Libération » et au magazine américain « Artforum ». En 2016, il a été le commissaire de l’exposition « The Color Line, Les artistes africains-américains et la ségrégation », au musée du Quai Branly – Jacques Chirac.

Cyrille Zola-Place travaille depuis 2015 aux Nouvelles éditions Place pour lesquelles il dessine un espace éditorial avec des collections transversales (douze à ce jour) qui proposent chacune une approche du monde par un angle singulier.  Si elles ne négligent pas les réimpressions de documents difficilement accessibles ou éparses, les Nouvelles éditions Place, en s’engageant pour la création contemporaine, sont avant tout au service de l’actualité. Mémoire (documents et archives), miroir (essais critiques), espoir (action et création) dessinent une constellation du sens, un sens non linéaire, incomplet et mouvant, mais constituée de corps intelligibles et organiquement liés. Économètre et sociologue, Cyrille Zola-Place a vécu 13 ans en Allemagne où il a étudié la philologie. Sous d’autres noms, il est écrivain.

Journée d’études « Design, Archives, Display. Parcours, détours. Des modernités questionnées » 30 janvier 2018

Le département Design de l’ENS Paris-Saclay avec le parcours histoire du M2R et le module « Design, display, archives ENS-BK » et le CDRED, centre de recherche en design dans le cadre de ses axes de recherches historiques, proposent une journée d’étude dédiée aux expositions à travers deux filtres principaux : importance des modes d’exposer et des réflexions sur le display dont les disciplines du design (objets, espace, graphisme etc.) sont porteuses, importance de l’archive dans ce nouveau champs des études en histoire du design.
Cette journée propose, à travers les communications d’étudiants chercheurs et de chercheurs d’explorer différents pans de la modernité : modernité industrielle, exemples d’expositions temporaires et de modalités d’exposition dans la seconde moitié du XXème siècle et de nos jours, consultation des fonds d’archives et réflexions contemporaines sur la question des documents graphiques exposés.

Programme

Matinée – Cas d’études
9:30 Introduction de la journée : Didier Schulmann,
conservateur et chef de service de la bibliothèque Kandinsky
9:45 Direction de séance : Catherine Geel
Reprise, puis discussion modérée par Anne
Lefebvre, maître de conférences, ENS Paris-Saclay.

  • Estelle Chaillat Le mystère du Kiosque de l’exposition Paris-Moscou (1979)
  • Laure Garreau Jean Prouvé, 1964 : La rétrospective oubliée.

10:45 Pause

  • 11:00 Clémentine Léon-Bonnet La Collection Ico : typologie subjective d’exposition éditoriale.
    Lise Brosseau Pratiques curatoriales contemporaines de designers graphiques : Radim Peško à Brno (2016)

12:00 Discussion

Après-midi Théorisation
14:00 Introduction : Claire Brunet, directrice du département design, ENS-Paris-Saclay

14:15 Direction de séance : Catherine Geel Reprise, puis discussion modérée par Éléonore Challine, maître de conférence, Paris 1.

14:20 Jerôme Glicenstein Remarques
sur les enjeux théoriques de l’exposition

15:15 Mica Gherghescu, Stéphanie Rivoire

16:00 Pause

16:15 L’Agence du doute Like Agnes
or Ulysses… a conversation piece.

17:00 Discussion

Centre Pompidou, Salle Triangle
Une collaboration ENS-Cachan – Bibliothèque Kandinsky, Mnam/Cci – Centre Pompidou
Merci de vous inscrire à l’adresse
suivante: contact.cdred@ens-paris-saclay.fr

« 1959-1985, au prisme de la Biennale de Paris »

La Bibliothèque Kandinsky du Musée national d’art moderne/ Centre Pompidou est heureuse de vous accueillir pour la troisième séance du séminaire « 1959-1985, au prisme de la Biennale de Paris » organisé par l’Institut national d’histoire de l’art dans le cadre du programme de recherche éponyme, en partenariat avec les Archives de la critique d’art, la Bibliothèque Kandinsky et l’Institut national de l’audiovisuel,

Vendredi 15 décembre 2017, Bibliothèque Kandinsky, de 17h30 à 20h30
Entrée libre sur réservation à l’adresse : reservation.bibliothequekandinsky@centrepompidou.fr
Centre Pompidou, Niveau 3

Sous l’intitulé « Biennale de Paris : scènes nationales, scènes internationales », le séminaire réunira Hélène Meisel (Centre Pompidou-Metz) et Annabela Tournon (EHESS/Ensa Bourges).
En présence de documents choisis, il s’agira d’évoquer la matérialité des archives de la Biennale de Paris dans leur diversité et d’interroger ce qu’elles dévoilent des réseaux artistiques d’alors. A titre d’étude de cas, il sera question de la Section de l’Amérique latine à la Biennale de 1977, de ses paradoxes et ambiguïtés. Si elle répondait au souhait des organisateurs que la participation internationale soit confiée à des spécialistes d’une région ou d’une scène artistique, certains des artistes exposés critiqueront ce fonctionnement, soulignant les enjeux politiques de ces ambitions internationales. Ces épisodes signalent aussi la place de la Biennale de Paris dans l’histoire de l’art de pays tels que le Mexique, le Brésil ou l’Argentine.
Pour en savoir plus sur le projet de recherche : https://www.inha.fr/fr/agenda/parcourir-par-annee/en-2017/decembre-2017/biennale-de-paris-scenes-nationales-scenes-internationales.html

Annabela Tournon est historienne de l’art. Elle finalise actuellement une thèse à l’EHESS-CEHTA (Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales – Centre d’Histoire et de Théorie des Arts) sur les Grupos, collectifs d’artistes actifs dans les années 1970 au Mexique. Elle a récemment organisé l’exposition « Grupo Mira. Una contrahistoria de los setenta en México » au musée Amparo au Mexique. Elle est membre des groupes de recherche « Global Art Prospective » du programme «Histoire de l’art mondialisée » de l’INHA (Institut National d’Histoire de l’Art, Paris) et de la Red Conceptualismos del Sur.
Sur le thème des groupes d’artistes au Mexique dans les années 1970 elle a notamment publié « L’art conceptuel sous influence : les Grupos (Mexique, 1970) », dans les Cahiers du Musée National d’Art Moderne (n°122, février 2013), « “Aunque al seco tronco lo sigan regando”. Reprises du muralisme chez les grupos (1968-1978)» dans Nuevo Mundo Mundos Nuevos, janvier 2015, « Une oasis d’horreur dans un désert d’ennui. Tlatelolco, 2 octobre 1968 » dans Le Temps suspendu. Art contemporain et temps de l’histoire, Lyon, Presses Universitaires de Lyon, novembre 2016, ainsi qu’édité le catalogue d’exposition « Grupo Mira. Una contrahistoria de los setenta en México », éditions Museo Amparo, Puebla, Mexique, 2017.

Hélène Meisel est historienne de l’art, critique et commissaire. Après des études d’histoire de l’art menées à la Sorbonne et achevées par un master professionnel consacré à « L’art contemporain et son exposition », elle entame sous la direction d’Arnauld Pierre une recherche doctorale sur la subsistance subjective dans l’art conceptuel. Elle assiste parallèlement Claire le Restif au Crédac d’Ivry-sur-Seine sur l’exposition « Le travail de rivière » (2009), puis Guillaume Désanges dans ses différents projets curatoriaux et performatifs (2010). En 2011, elle bénéficie d’une bourse d’études du Centre Pompidou-Paris et explore, dans ce cadre, les archives de la Biennale de Paris dont elle réactive certains dispositifs. En 2012, elle est résidente au sein du Pavillon, au Palais de Tokyo. Depuis 2013, elle est chargée de recherche et d’exposition au Centre Pompidou-Metz, et travaille aux côtés d’Hélène Guenin sur l’exposition «Sublime. Les tremblements du monde » (2016). En 2017, elle est commissaire avec Emma Lavigne de l’exposition « Jardin infini. De Giverny à l’Amazonie ». Pour le Frac Lorraine de Metz, elle réactive certains moments du Festival International de Science-fiction de Metz dans le cadre de l’exposition « Si ce monde vous déplaît » (2013). Ses articles sont parus dans différentes revues critiques telles que 20/27, Les Cahiers du musée national d’art moderne, Volume, Palais, 02, Semaines, etc.

https://www.centrepompidou.fr/
https://www.inha.fr/

Cycle CNAP/BK « Valentine Schlegel : méconnue, autonome & terrienne »

Dans le cadre des rencontres mensuelles du cycle réalisé en partenariat avec le Centre national des arts plastiques, l’artiste Hélène Bertin, initiatrice du projet de recherche et de publication, donnera une conférence intitulée «Valentine Schlegel : méconnue, autonome & terrienne », illustrée par une sélection de documents de la bibliothèque de Valentine Schlegel et des collections de la Bibliothèque Kandinsky

Mercredi 13 décembre 2017, à 18h30

Bibliothèque Kandinsky

Centre Pompidou

Niveau 3

Entrée libre sur réservation à : reservation.bibliothequekandinsky@centrepompidou.fr

Valentine Schlegel est une femme, végétarienne, céramiste, méditerranéenne, maçonne, fumeuse, artiste et marin. Née en 1925, elle navigue entre Sète et Paris. Elle n’a cessé de travailler tout en restant dans l’ombre de la scène artistique et dans la lumière méditerranéenne. Faisant toujours passer son mode de vie en priorité, elle a développé des sculptures à vivre, en commençant par la céramique utilitaire. Elle prolonge sa passion pour les arts du feu avec des cheminées en plâtre, aux heures solitaires ; elle sculpte des couverts en bois ou façonne des sacs en cuir, aux heures amicales. Publié en coédition par <o> future <o> et le CAC Brétigny, Valentine Schlegel: je dors, je travaille est un catalogue «bio-monographique» réunissant des documents d’archives et une nouvelle iconographie. Des notices biographiques séquencent le livre et éclairent la démarche et la vie de l’artiste. Cette monographie de référence permet de documenter l’ensemble des cheminées réalisées  chez des particuliers―une centaine de 1959 à 2002. Les autres pans de son travail sont également abordés afin de saisir l’ensemble de sa pratique, intimement liée à son mode de vie : les questions d’autonomie de production et d’amitié sont centrales. «je dors» et «je travaille» sont deux énoncés peints sur une pancarte réversible accrochée à la porte de son atelier sétois. Ils correspondent à deux temps différents de ses journées, invitant à l’isolement ou à la compagnie. Ces deux «activités» ne sont pas à prendre comme des opposés mais plutôt indissociables l’une de l’autre : elles servent de structure à l’édition en rendant perceptibles les choix de modes de vie personnels et professionnels de Valentine Schlegel.

Hélène Bertin est née en 1989 dans le Luberon. Elle développe une pratique qui entrelace le travail d’artiste, de curateur et d’historienne. Elle se cogne au travail de Valentine Schlegel en 2012. Peu à peu, elle rencontre ses amis et grâce à eux, son œuvre dans son  ensemble. En 2016, Céline Poulin l’invite à déployer une exposition sur le travail de Valentine Schlegel au sein du CAC Brétigny. L’exposition « Cette femme pourrait dormir dans l’eau », se – déplie  du 30 septembre au 9 décembre 2017, de concert, exposition et édition permettent de découvrir ses sculptures et son parcours.

Valentine Schlegel: je dors, je travaille  est  publié par <o> future <o> et le CAC Brétigny avec le soutien à l’édition du Cnap, du conseil  départemental de l’Essonne et de la Fondation de France.

Conception éditoriale: Hélène Bertin, Charles Mazé & Coline Sunier, <o> future <o>
Textes: Hélène Bertin
Design graphique: Charles Mazé & Coline Sunier
ISBN 978-2-9560078-0-7

http://f-u-t-u-r-e.org/

http://www.cnap.fr/

https://www.centrepompidou.fr/

 

Alors que j’écoutais moi aussi la Bibliothèque Kandinsky

Dans le cadre des manifestations dédiées à la célébration des 40 Ans du Centre Pompidou, la Bibliothèque Kandinsky du Musée national d’art moderne/CCI est heureuse de vous convier à la rencontre publique autour du projet « Alors que j’écoutais moi aussi la Bibliothèque Kandinsky » menée en partenariat avec La Criée centre d’art contemporain de Rennes et ses artistes invités.

Mercredi, 6 Décembre 2017, à partir de 18h30
Bibliothèque Kandinsky, Centre Pompidou, Niveau 3

Entrée libre dans la limite des places disponibles.
Réservation obligatoire à l’adresse : reservation.bibliothequekandinsky@centrepompidou.fr

Alors que j’écoutais moi aussi la Bibliothèque Kandinsky répond à l’invitation des 40 ans du Centre Pompidou et convie différentes personnalités – un acrobate, un musicologue, deux chercheuses d’art et cinq artistes – à prendre pour objet d’études, d’aventures et de curiosités le fonds de la bibliothèque Kandinsky, centre de documentation et de recherche du Musée national d’art moderne.
Pendant un an Félicia Atkinson, Julien Bismuth et Yann Sérandour – artistes associés au cycle que mène La Criée centre d’art contemporain autour du récit -, ainsi que Sophie Kaplan, curatrice et directrice de La Criée, et leurs invités Jean-Baptiste André, François Bonnet, Virginie Yassef, Sophie Lapalu et Nico Dockx ont arpenté les rayonnages de la Bibliothèque du Musée national d’art moderne, rencontré et échangé avec l’équipe de la Bibliothèque. Certains la connaissait depuis longtemps et y avaient déjà travaillé, d’autres la découvrait. Certains y sont venus régulièrement, d’autres plus ponctuellement. Certains y ont fait des recherches sur des fonds d’archives précis, d’autres sont partis dans des directions plus incongrues.
La restitution de leurs recherches dessinera un portrait de la Bibliothèque Kandinsky par ses marges, ses cotes, ses bruissements secrets…
Pour l’occasion les tables et vitrines de la salle de lecture de la BK formeront plusieurs îlots, où l’on découvrira les productions des artistes nées de leurs arpentages.

Le deuxième volet du projet aura lieu le mardi 6 février 2018 : événement à La Criée. Entrée libre sur réservation obligatoire à :
la-criee@ville-rennes.fr

Commissaires : Sophie Kaplan, directrice ainsi que Félicia Atkinson, Julien Bismuth et Yann Sérandour, artistes associé·e·s à la saison Alors que j’écoutais moi aussi […]
Artistes invités : Jean-Baptiste André, Félicia Atkinson, François Bonnet, Julien Bismuth et Virginie Yassef, Sophie Lapalu, Yann Sérandour et Nico Dockx.
Avec la participation de l’ensemble de l’équipe de la Bibliothèque Kandinsky.

http://www.centrepompidou40ans.fr/
http://www.criee.org/Alors-que-j-ecoutais-moi-aussi-la

Hommage à Marie-Hélène Breuil

« il a fallu longtemps pour reconnaître la toile nonpeinte  comme une des plus belles peintures de paysage. il a fallu que la toile peinte de la même couleur que le mur lui indique le chemin, en avant-garde. Il a fallu se planter devant un des modèles les plus anciens de la peinture, l’ouverture, l’entrée de la caverne, la fenêtre, reconnaître qu’une nouvelle étape pouvait être franchie, sauter le pas » (claude rutault, dé-finitions/méthodes 1973-2016, relire [sans bégayer] – réécrire [sans recopier] – repeindre [sans imiter])

La Bibliothèque Kandinsky du Musée national d’art moderne/CCI, Centre Pompidou est heureuse de vous inviter pour rendre hommage à Marie-Hélène Breuil, à son travail sur l’œuvre de Claude Rutault et sur la restauration d’art contemporain à l’occasion de la présentation des éléments des archives de Claude Rutault et de l’ouvrage « dé-finitions/méthodes 1973 – 2016 », Genève, Mamco, 2016

Jeudi 5 octobre, à partir de 18h30

Bibliothèque Kandinsky

Centre Pompidou

Niveau 3

Entrée libre sur réservation à : reservation.bibliothequekandinsky@centrepompidou.fr

Une table ronde en présence de Claude Rutault, David Kidman, cinéaste, et époux de Marie-Hélène Breuil, Thierry Davila, responsable des éditions au Mamco, Genève, Jean-Philippe Billarant, collectionneur et mécène, Jeanne Gailhoustet, artiste et directrice de l’École nationale des beaux-arts de Limoges, Emilie Parendeau, artiste, Marc Kopylov, éditeur aux Éditions des Cendres, Paris, Cécile Dazord, conservatrice et chercheuse au Centre de recherche et de restauration des musées de France (c2rmf) Agnès Cascio, restauratrice, Adriana Blendea, restauratrice.

Marie-Hélène Breuil est disparue le 1 avril 2016.

Son intérêt pour le travail de Claude Rutault date de plus de vingt ans, mais la collaboration s’est intensifiée avec le travail sur la publication de Claude Rutault, définitions/méthodes le livre, Paris, Productions Flammarion 4, 2000, livre entièrement réalisé par les Éditions des Cendres. Elle a publié de nombreux articles par la suite, organisé des expositions et également écrit quatre livres sur l’ensemble et sur les aspects spécifiques du travail de Claude Rutault ; claude rutault, le jeu de la peinture sur une grille de marelle, 2009-1971, Paris, Bernard Chauveau  Editeur, 2009. « Entretien écrit avec Claude Rutault », dans Michel Gauthier, Marie-Hélène Breuil, Claude Rutault, Paris, Flammarion, 2011, Claude Rutault, peinture, écriture, sociabilité́, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2014 (le sujet de sa thèse de doctorat, soutenu en 2009), Claude Rutault, L’Inventaire, Genève, Mamco, 2015.

Sa contribution à la compréhension et interprétation du travail de Claude Rutault est largement reconnue et saluée. En 2015, elle a travaillé sur les archives de Claude Rutault en vue de leur donation à la Bibliothèque Kandinsky. Une sélection à partir du fonds d’archives conservé à la Bibliothèque sera présenté lors de la soirée.

En parallèle du travail sur Claude Rutault, Marie-Hélène Breuil a enseigné l’histoire de l’art au département de la restauration des œuvres sculptées à l’École supérieure des beaux-arts de Tours, en tant que co-coordinatrice du cycle ces dernières années, où elle a proposé, puis mené des études sur la restauration des œuvres contemporaines. Elle a mené des programmes de recherche sur des questions sur les possibilités de restauration des œuvres, compliquées par la conception, les matériaux, les technologies et leur obsolescence de ces travaux. Un croisement inévitable avec le travail de Claude Rutault s’est opéré. Un nouveau film en hommage à Marie-Hélène sera projeté lors de la soirée ainsi que son film portrait, réalisés par David Kidman.

Né en 1941 à Trois Moutiers (Vienne), Claude Rutault vit et travaille à Vaucresson (Hauts-de-Seine). En 1973, il énonce sa première « définition/méthode » (d/m) : « une toile tendue sur châssis peinte de la même couleur que le mur sur lequel elle est accrochée. sont utilisables tous les formats standard disponibles dans le commerce qu’ils soient rectangulaires, carrés, ronds ou ovales. l’accrochage est traditionnel. » Depuis, il en a proposé plusieurs centaines d’autres, qui ont toutes pour ambition de viser à une déconstruction générale des modes d’existence du tableau.

www.centrepompidou.fr

 

Pierre Leguillon et Oracles. Cartes de visites d’artistes

Vendredi 29 septembre, à partir de 18h30

Bibliothèque Kandinsky

Centre Pompidou

Niveau 3

Entrée libre sur réservation à : reservation.bibliothequekandinsky@centrepompidou.fr

Activée par Didier Schulmann et Mica Gherghescu, la table-ronde permettra une discussion ouverte entre plusieurs des Oracles, qui souvent, ne se sont pas encore rencontrés…

En présence de : Damarice Amao, Philippe Aronson, Véronique Borgeaud, Claude Closky, Jean-Baptiste Delorme, Clovis Duran, Patricia Falguières, Barbara Fédier, Nicolas Giraud, Victor Guégan, Dean Inkster, Aurélie Jacquet, Angela Lampe, Quentin Lannes, Nicole Marchand-Zañartu, Adrien Mouginot, Carrie Pilto, Jeanne Quéheillard, Charlotte Schaer, Eric Rosencrantz, Christophe Watelet et David Zerbib.

« Oracles. Cartes de visites d’artistes »

Ce livre réunit plus d’une centaine de cartes de visite d’artistes (peintres, sculpteurs, photographes, architectes, graphistes, illustrateurs…), du XVIIIe siècle à aujourd’hui, reproduites sous forme de fac-similé. Les cartes sont glissées comme autant de marque-pages dans un livre dont le texte, écrit à plusieurs voix, retrace l’usage de ces cartes, le contexte social de leur production, et les récits ou les fictions qui les entourent. Les qualités graphiques, souvent inattendues, de ces minuscules objets où chacun-e décline son identité, dressent en creux une histoire du goût et des codes typographiques en Occident. Mais la réunion de ces cartes pose aussi les bases d’une microhistoire de l’art, inspirée par la microstoria italienne, et parfois d’un récit plus libre, affranchi des contextes géographiques et des époques. On peut alors imaginer la constitution de réseaux avant l’avènement de Facebook et voir comment l’artiste se définit dans la sphère sociale, qu’il-elle soit étudiant-e, professeur-e, directeur-trice d’académie, directeur-trice de musée, fondateur-trice d’une revue, d’une entreprise, d’un restaurant, d’un parti politique, etc.

A ce réseau imaginaire ou idéalisé, constitué au hasard des trouvailles, vient se superposer un réseau bien vivant, celui d’étudiants en art ou en histoire de l’art, d’historiens, de bibliothécaires, d’archivistes de fonds privés ou publics, de galeristes, de conservateurs de musées, et d’artistes eux-mêmes, qui a rendu possible l’édification de ce musée de poche. Par la variété des points de vue et des histoires convoqués, le livre constitue en soi un véritable forum de discussion animé par plus de soixante-dix auteur-e-s.

Parmi les artistes : Max Bill, Rosa Bonheur, Irma Boom, Constantin Brancusi, Antonio Canova, Le Corbusier, Sonia Delaunay, Edward Fella, Sylvie Fleury, Guerilla Girls, Walter Gropius, Keith Haring, John Heartfield, Ana Jotta, Paul Klee, Yves Klein, Július Koller, Yayoi Kusama, Christian Marclay, Robert Mallet-Stevens, Piero Manzoni, Filippo Tommaso Marinetti, Karel Martens, Henri Matisse, Annette Messager, Lucia Moholy, Félix Nadar, Francis Picabia, Adrian Piper, Man Ray, Edward Ruscha, Gotffried Shadow, Willem Sandberg, Erik Satie, Sophie Tauber-Arp, Karel Teige, Jack Smith, Andy Warhol, Neill Whistler, Heimo Zobernig, Piet Zwart, etc.

320 pages + 123 cartes de visites

Coédité par la HEAD-Genève et Edition Patrick Frey, Zurich, sous le haut patronage du Musée des Erreurs, Bruxelles.

Directeurs de publication : Pierre Leguillon avec Barbara Fedier, professeurs, et Kyrill Charbonnel, Aurélie Jacquet, Aline Melaet, Anaïs Perez et Charlotte Schaer, étudiant-e-s du WorkMaster, département des Arts Visuels, HEAD-Genève.

Conception graphique : Clovis Duran

www.centrepompidou.fr

https://www.editionpatrickfrey.com/en/books/oracles-artists-calling-cards-pierre-leguillon-barbara-fedier

 

Clémentine Deliss

La Bibliothèque Kandinsky du Musée national d’art moderne/CCI, Centre Pompidou est heureuse de vous inviter à la conférence de Clémentine Deliss « Comment conceptualiser un musée universitaire et transformer les réserves des musées ethnologiques en sites de recherche trans-disciplinaires et trans-culturels? » Cette présentation se déroule dans le cadre de l’Université d’été de la Bibliothèque Kandinsky qui, pour sa quatrième édition du 5 au 13 juillet 2017, étudiera un des lieux les plus complexes du débat muséologique actuel : l’histoire stratifiée des collections consacrées à l’art du temps présent et leurs modalités d’ancrage dans l’espace muséal.

Mercredi 12 juillet 2017, à partir de 18h30

Bibliothèque Kandinsky

Centre Pompidou

Niveau 3

Entrée libre sur réservation à : reservation.bibliothequekandinsky@centrepompidou.fr

Clémentine Deliss est curatrice et historienne culturelle. Elle a étudié l’art contemporain et l’anthropologie à Vienne, Paris et Londres, et a soutenu un doctorat à SOAS, School of Oriental and African Studies, Université de Londres. En 2015-2016, elle a été Senior Curator de la Fondation IDeA en Arménie, où elle est à l’origine du « Dilijan Arts Observatory » dans l’ancienne usine électrique “Impuls”. De 2010 à 2015, elle a dirigé le Weltkulturen Museum à Frankfort, développant un nouveau laboratoire de recherche avec lequel réactiver les collections ethnographiques. Elle travaille actuellement à une réflexion autour du futur du musée global en Asie du Sud-Est et elle est co-commissaire d’une exposition pour la Galerie nationale, Hamburger Bahnhof à Berlin.

 

Université d’été de la Bibliothèque Kandinsky, 4e édition

« Les sources au travail.
Collections d’art et musées à l’épreuve du temps présent » 
5 au 13 juillet 2017

L’Université d’été de la Bibliothèque Kandinsky est un programme du Centre Pompidou qui se déroule dans l’espace public du musée. Elle a pour objet les sources de l’art moderne et contemporain : archives, documentation écrite, photographique ou filmique, témoignages, mais aussi d’autres formes d’appropriation artistique de la production documentaire.

Initiative interdisciplinaire, l’Université d’été de la Bibliothèque Kandinsky réunit de jeunes chercheur.e.s : historiens et historiens de l’art, anthropologues et sociologues, artistes, critiques, commissaires d’expositions, qui partagent un travail collectif sur les sources. Implantée dans l’espace du musée, la table-vitrine de l’Université d’été sert à la fois comme table de montage et d’exposition des éléments documentaires. Elle recueille fac-similés, reproductions, sources archivistiques et documentaires proposées ou évoquées au cours des séances. Plusieurs ateliers d’écriture rythment le parcours de l’Université d’été. Des visites dans des lieux dépositaires de sources primaires émailleront les journées de travail. Le numéro quatre du « Journal de l’Université d’été de la Bibliothèque Kandinsky » sera tout à la fois un recueil de sources et une création graphique collective qui reflètera les débats poursuivis pendant les séances de travail.

Avec le soutien du Laboratoire d’Excellence Création, Arts, Patrimoines.
Avec le concours du Centre national des arts plastiques, des Archives diplomatiques , des Archives Nationales et de la Médiathèque du Patrimoine

Jacques Donguy, PD-EXTENDED 1 POÉSIE NUMÉRIQUE EN PURE DATA (Éditions les presses du réel)

PD-EXTENDED 1  POÉSIE NUMÉRIQUE EN PURE DATA (Éditions les presses du réel)

Livre de Jacques Donguy, présentation par l’auteur

en présence de Gaëlle Théval, universitaire, et de Sarah Cassenti, maquettiste

Mercredi 7 juin 2017, à partir de 18h30

Bibliothèque Kandinsky

Centre Pompidou Niveau 3

Réservation obligatoire à reservation.bibliothequekandinsky@centrepompidou.fr

Monographie de référence consacrée au pionnier de la poésie numérique en France, cet ouvrage propose une documentation illustrant de nombreux projets récents, notamment pd-extended 1, ainsi qu’un corpus théorique compose de l’ensemble des textes de Donguy initialement publiés entre 1984 et 2015, et devenus pour la plupart introuvables.

Pd-extended 1 – Poésie numérique en Pure Data débute par une préface explicative de Jacques Donguy, sous le titre “Médias liquides en Pure Data”, introduisant une série de 80 captures d’écran du projet de 2013 pd-extended 1, texte en aléatoire composé de typographies, d’images et de sons.

L’ouvrage documente aussi d’autres projets, dont plusieurs œuvres produites sur le mythique Atari 520ST (1993), Tag-Surfusion 3D créé à São Paulo en 2009 pour l’Année de la France au Brésil et Numerica 11 (2011).

Suit l’ensemble des textes théoriques publiés sur plus de 30 ans, textes parus soit en revues (Autrement, Le Magazine Littéraire, Celebrity Cafe…), soit à l’occasion de colloques universitaires ou dans des publications devenus aujourd’hui inaccessibles, dont un texte pionnier paru en 1984 dans la revue Inter au Québec. Un corpus théorique consacré à ce qu’on a d’abord appelé la Poésie électronique, puis, suite au manifeste paru dans Art Press en 2002, la Poésie numérique. Les annexes sont composées d’une liste des performances de Poésie numérique que Jacques Donguy a réalisées, d’une liste de ses publications sur supports numériques (CD, CD-ROM, DVD, DVD-ROM), et d’une liste des expositions incluant la Poésie numérique en France et à l’étranger.

Par ce corpus de textes théoriques, il s’agit d’une traversée de l’histoire de la poésie numérique, mouvement littéraire international apparu au début des années 1980 avec les premiers ordinateurs portables grand public et les pratiques liées au minitel. On pourra également saisir les flottements sur l’appellation de ce mouvement, l’évolution rapide des capacités de la mémoire de l’ordinateur et constater l’obsolescence accélérée des logiciels et des systèmes d’exploitation. Dépendante depuis Gutenberg de la technologie de l’imprimerie, la notion de littérature, élargie ici à l’image et au son, sera confrontée à son propre avenir et aux différentes formes de pérennisation. Qu’en est-il d’une littérature qui ne dépend plus exclusivement du médium typographique?

Cet ouvrage a bénéficié de l’aide à l’édition du Centre national des arts plastiques (édition numérique).

Jacques Donguy

Critique d’art, poète, traducteur d’Augusto de Campos et théoricien (il a enseigné à Paris I), co-fondateur de la galerie d’art contemporain J&J Donguy, il pratique le premier en France, depuis 1983, la Poésie numérique (ce dont témoigne la publication d’un article dans Inter au printemps 1984), en collaboration entre autres pour les performances avec Guillaume Loizillon, Laurent Mercier ou Étienne Brunet. Il utilise depuis le début l’ordinateur en faisant appel à des procédures basées sur le hasard, en écho direct à Stéphane Mallarmé et à son Coup de Dés.

Jacques Donguy est aussi l’éditeur, avec Sarah Cassenti et Jean-François Bory, de la revue Celebrity Cafe.

Sarah Cassenti

Graphiste de l’ouvrage, Sarah Cassenti est artiste, à l’origine du groupe des Idiotes avec Hélène Defilippi. Elle a récemment participé au livre Le Générateur 10 ans d’art et de performances 2006-2016.

Gaëlle Théval

Chercheure associée au THALIM de l’Université Paris 3, spécialiste des poésies expérimentales, elle a notamment publié Poésies ready-made, XXe-XXIe siècles (L’Harmattan, 2015).

www.centrepompidou.fr

www.cnap.fr

Cinéplastique – L’AGE D’OR DU FILM SUR L’ART

L’œuvre d’art comme vedette de cinéma

Séance du samedi 22 Avril- 11h15- Cinéma 2- Entrée Libre

Dans les années 1940-1950, les films documentaires sur l’art matérialisent des recherches formelles fortement expérimentales, de sorte qu’« un film sur l’art n’est réussi que s’il est également, franchement, un film d’art » (Steven Jacobs). Plus qu’objets de documentaire, les œuvres d’art sont souvent mises en mouvement, sinon animées par le médium filmique : elles deviennent même des acteurs de cinéma à part entière.


Henri Alekan, L’Enfer de Rodin © Centre Pompidou, Mnam-Cci, Bibliothèque Kandindsky, Fonds Audiovisuel

Luciano Emmer, Raconto da un affresco, 1946, 35 mm, noir et blanc, sonore, 10’

Alain Resnais, Gaston Diehl et Robert Hessens, Vincent Van Gogh, 1948, 35 mm, noir et blanc, sonore, 17’53’

Henri Storck, Le monde de Paul Delvaux, 1944-1946, 16 mm, noir et blanc, sonore, 11’

Henri Alekan, L’Enfer de Rodin, 1959, 35 mm, noir et blanc, sonore, 17’

Carlos Vilardebo, Le cirque de Calder, 1961, 16 mm, couleur, sonore, 18’

« Cinéplastique »  est un cycle de séances pédagogiques portant sur un cursus d’enseignement à la croisée de l’histoire de l’art et des images animées, conçu en partenariat avec l’Université Paris-Sorbonne. Arnaud Maillet, Maître de conférences, présente et commente les films et vidéos issus des collections du Centre Pompidou. Conseillers à la programmation : Natalia Klanchar, Isabelle Daire, Etienne Sandrin, Bibliothèque Kandinsky, service des collections films et nouveaux-médias.

Bogoro

À l’occasion de la parution du livre « bogoro » (aux éditions Questions théoriques) conçu par Franck Leibovici et Julien Seroussi, la Bibliothèque Kandinsky du Musée national d’art moderne/CCI est heureuse de vous convier à une demi-journée de travail et d’étude exceptionnelle en présence des auteurs et de leurs invités : Marc Dubuisson (directeur des services d’appui judiciaires de la Cour Pénale Internationale à La Haye) et Elisabeth Claverie (sociologue, Directrice de Recherche, CNRS)

Samedi, 25 mars 2017, à partir de 14h30

Bibliothèque Kandinsky

Niveau 3

Centre Pompidou

Réservation obligatoire à l’adresse : reservation.bibliothequekandinsky@centrepompidou.fr

Ce livre retrace un épisode des guerres qui se sont déroulées dans l’est de la République Démocratique du Congo (RDC). À partir de transcrits d’audience de le Cour Pénale Internationle (CPI), il revient sur les crimes commis en Ituri lors du conflit armé entre la milice du groupe ethnique héma (Union des patriotes congolais) et les deux milices lendu (la Force de résistance patriotique de l’ituri et le Front des nationalistes intégrationnistes). Entre 2007 et 2014, la CPI a poursuivi les chefs de ces différentes factions armées pour crimes de guerre et crime contre l’humanité.

bogoro  retrace et retranscrit le dispositif procédural, linguistique et technique mis en place dans le cadre du procès. Il revient sur l’agentivité de l’objet juridique, pris dans l’épaisseur des transcriptions, traductions et règles normatives.

« deux fils s’entrecroisent ainsi dans bogoro : la trame narrative liée à l’attaque d’un village ; le déroulé procédural interrompu regulièrement par des péripeties liées au fonctionnement même de la cour, juridique ou technologique. Deux fils qui n’en sont, en réalité, qu’un seul, car la première narration est en partie produite par les règles mêmes de fonctionnement de la cour, et par la façon dont ont été menées, en amont, les enquêtes du procureur. » (Postface de l’édition)

À cette occasion, le laboratoire de conception de l’ouvrage sera présenté dans son format élargi dans le cadre de la Bibliothèque Kandinsky ; il incitera à la participation et aux échanges avec le public, pour aborder les questions de « transfert de pratiques » entre art, droit et sciences sociales mis en œuvre dans ce projet. Les transcrits d’audience sélectionnés dans bogoro seront mis à disposition avec les preuves documentaires déposées au cours du procès; une occasion de découvrir des éléments de muzungu, la version “installée” de bogoro.

Franck Leibovici

principales publications : quelques storyboards (ubuweb, 2003), 9+11 (ubuweb, 2005), des documents poétiques (al dante, 2007), portraits chinois (al dante, 2007), (des formes de vie) – une écologie des pratiques artistiques (les laboratoires d’aubervilliers/questions théoriques, 2012) ; des récits ordinaires (avec grégory castéra et yaël kreplak, les presses du réel, 2014) ; bogoro (avec julien seroussi, questions théoriques, 2016)

dernières expositions (groupe) : beat generation (mnam, 2016) ; polyphonies (mnam, 2016) ; dreams and dramas (ngbk, berlin, 2017)

Julien Seroussi

Chercheur en sciences sociales, analyste à la Cour pénale internationale de 2009 à 2012, puis assistant spécialisé au pôle «Crimes contre l’humanité, crimes et délits de guerre» du tribunal de grande instance de Paris. Il a notamment publié «S’emparer des faits, un sociologue à la Cour pénale internationale » (Griefs, n° 3, juin 2016) et « Les diables des mille collines, fictions raciales et religieuses dans le génocide des Tutsi » (site de La Vie des idées, octobre 2015).

 

www.centrepompidou.fr