Archives de catégorie : Billets

Muralnomad, Romy Golan (Editions Macula)

La Bibliothèque Kandinsky du Musée national d’art moderne est heureuse de vous convier au lancement de l’ouvrage de Romy Golan, Muralnomad. Le paradoxe de l’image murale en Europe (1927-1957) en présence de l’auteure et de Patricia Falguières

Le lundi, 4 juin, à partir de 18h30

Bibliothèque Kandinsky

Centre Pompidou, Niveau 3

Entrée libre. RSVP obligatoire à l’adresse : reservation.bibliothequekandinsky@centrepompidou.fr

Dans Muralnomad. Le paradoxe de l’image murale en Europe (1927-1957), Romy Golan se concentre sur une série d’objets fascinants : certains aussi curieux que la grande mosaïque de Mario Sironi, Il lavoro fascista, exposée à l’origine à la Triennale de Milan de 1936, et déplacée à Paris pour l’Exposition universelle de 1937 : son mode d’exposition, que l’on doit à l’architecte Giuseppe Pagano, y est inédit : la mosaïque est suspendue au milieu de la salle, avec un accès privilégié à sa face cachée (son dos). Romy Golan recourt à l’École viennoise d’histoire de l’art et à Aloïs Riegl et montre ce que cette œuvre doit aux ruines romaines, notamment à l’arc de Constantin édifié à l’aide de spolia, et comment l’œuvre questionne le concept de romanité du régime mussolinien.

D’autres exemples étudiés sont des icônes. C’est le cas des Nymphéas de Monet que, par une lecture innovante qui fait appel à Freud et à ses concepts de sentiments océaniques et de traumatisme, Romy Golan relie aux panoramas de champs de bataille. Autre icône, Guernica de Pablo Picasso, que l’auteur replace dans le bâtiment républicain espagnol de l’Exposition universelle de 1937, parmi les photomurals vantant les bienfaits du Frente popular. En s’appuyant sur Walter Benjamin et sa théorie du montage, elle dévoile tout ce que Guernica doit au montage photographique, avec pour exemple ses tons de noir et de blanc, son style « couper-coller» et sa fonction assumée d’agit-prop.

Romy Golan se penche encore sur l’Exposition universelle de 1937 ; sur les photomontages, instruments politiques au service des régimes de droite et de gauche ; sur les tentatives françaises et italiennes de produire une synthèse des arts, avec pour résultat la décoration d’immeubles d’habitation en Italie et la tapisserie en France ; sur les tapisseries de Le Corbusier pour Chandigarh.

Une iconographie unique riche de 175 images vient illustrer les cinq chapitres du livre avec des images méconnues ou rares.

Romy Golan est professeur d’histoire de l’art du XXe siècle au Graduate Center, City University of New York. Parmi ses publications : Modernity and Nostalgia: Art and Politics in France Between the Wars (Yale University Press, 1995). Elle a récemment publié une série d’article sur les temporalités cachées de l’art Italien dans les années soixante dans les revues Grey Room, October, et Transbordeur.

Patricia Falguières est professeure agrégée à l’École des hautes études en sciences sociales à Paris. Ses travaux ont porté sur la philosophie et l’art de la Renaissance, les classifications, les encyclopédies, les index et la naissance du musée dans l’Europe moderne, et sur le Maniérisme. Parmi ses publications : Les Chambres de merveilles (2002), l’édition française de Brian O’Doherty, Inside the White Cube (2008) et de Julius von Schlosser, Les cabinets d’art et de merveilles de la renaissance tardive (2013). Ses travaux portent actuellement sur la technè à la Renaissance et l’inscription des pratiques artistiques dans l’ordonnance aristotélicienne des savoirs.

Informations techniques

Romy Golan, Muralnomad. Le paradoxe de l’image murale en Europe (1927-1957)

Traduction par Sophie Yersin Legrand

396 pages | 88 ill. couleur et 87 ill. n/b

Format 28 x 19 cm

ISBN 978-2-86589-103-0

www.centrepompidou.fr

www.editionsmacula.com

http://bibliothequekandinsky.centrepompidou.fr

https://carnetbk.hypotheses.org/

 

 

 

 

Sun Gardens

Parmi les livres de la bibliothèque de Michel Frizot entrée il y a peu dans les collections se trouve une édition par Aperture en 1985 des Sun Gardens. Victorians Photograms d’Anna Atkins.
Les photogrammes originaux existent sous forme de liasse et sont conservés dans des bibliothèques anglaises. Ce sont des cyanotypes où se découpent sur un fond bleu cyan des silhouettes de feuilles, fougères, algues, graminées, coraux et autres plumes, choisis par la botaniste pour leur beauté.
Publié en 1843 le livre d’Anna Atkins fait d’elle une pionnière du livre de photographie, car il est à peine postérieur aux daguerréoptypes, aux calotypes de Talbot et à l’invention du cyanotype par Herschel.
Le procédé offre une photosensibilité fine au point de saisir les nervures des feuilles ou la transparence des pétales du pavot. Ces images de lumière flottant dans une immensité bleue sont un véritable hommage à la beauté des formes de la nature, et que le livre de 1985 reproduit.
Cote Fonds Frizot L Q77

Piet Mondrian. The Complete Writings, compilés et édités par Louis Veen

Très belle édition des écrits de Mondrian dans leur langue originale, compilés et édités par Louis Veen, dont cette publication est le fruit de la thèse soutenue à Utrecht en 2011.
Soulignons le magnifique travail d’éditeur accompli par Primavera Pers, de Leyde aux Pays-Bas, d’une clarté et d’un soin qui méritent d’être salués.
Le choix de l’illustration de couverture, la reproduction d’un manuscrit sur le sens de l’expression plastique, placée dans un carré sur la pointe annonce toute la finesse des choix qui rendront la lecture si agréable : format, papier, maquette, Garamond.
Outre les textes, l’ouvrage contient des tableaux d’équivalence du vocabulaire utilisé par Mondrian dans les trois langues anglais, néerlandais et français.
Cote in-8 31455

Acquisitions 2016

La liste des achats de la bibliothèque ne rend pas compte de tout ce qui entre dans la collection. L’accroissement de la collection dépend en grande partie des dons que nous recevons, et nous sommes infiniment reconnaissants à nos donateurs pour cette source d’enrichissement. Mais la liste des achats donne une idée de nos orientations. Nous privilégions les choses rares, absentes des autres bibliothèques françaises, les publications universitaires, le lien avec la collection de la BK et du Mnam.

Par ordre alphabétique de la première lettre du titre :

Adrian Henri. Total Artist – Londres : Occasional Papers, 2014

Art and artifact. The Museum as Medium / James Putnam – Londres : Thames and Hudson, 2009

Art ’65. Lesser Known and Unknown Painters. Young American Sculpture. East to West [cat. expo.] / Brian O’Doherty (éd.) – New York : American Express Company ; World’s Fair 1964-1965 Corporation, 1965

Between the Black Box and the White Cube. Expanded Cinema and Postwar Art / Andrew V. Urosckie – University of Chicago Press, 2014

Bohemians. A Graphic History / Paul Buhle et David Berger (éd.) – Londres : Verso, 2014

Born in Flames – Londres : Occasional Papers, 2011

Brakhage’s Childhood / Jane (Brakhage) Wodening – New York : Granary Books, 2015

Burning Down the House. Gwangju Biennale 2014 exhibition catalogue / Jessica Morgan (éd.) – Bologne : Damiani, 2014

Critical Laboratory. The Writings of Thomas Hirschhorn / Lisa Lee et Hal foster (éd.) – Cambridge (Mass.) : The MIT Press, 2013

Cy Twombly. Drawings, cat. rais. vol. 4, 1964-1969 / Nicola del Roscio (éd.) – Munich : Schirmer-Mosel ; New York : Gagosian Gallery, 2014

Cy Twombly. Drawings, cat. rais. vol. 5, 1970-1971 / Nicola Del Roscio (éd.) – Munich : Schirmer-Mosel, 2015

Cy Twombly. Drawings, cat. rais. vol. 6, 1972-1979 / Nicola del Roscio (éd.) – Munich : Schirmer-Mosel, 2016

Cy Twombly. Drawings, cat. rais. vol. 7, 1980-1989 / Nicola del Roscio (éd. ) – Munich : Schirmer-Mosel, 2016

Cy Twombly, cat. expo. Tate Modern, Londres, 2008 ; Museo Guggenheim Bilbao, 28 de octubre, 2008 – 15 de febrero, 2009 ; Galleria nazionale d’arte moderna, Roma, 4 de marzo – 24 de mayo, 2009] / editado por Carmen Giménez ; [texto de Francisco Calvo Serraller ; Cy Twombly en conversación con David Sylvester y Nicholas Serota] – Bilbao, Museo Guggenheim Bilbao, 2008

De ou par Marcel Duchamp ou Rrose Selavy (boîte-en-valise) / Mathieu Mercier (éd.) – Cologne : Walther König, 2015

Doswiadczenie Auschwitz dzisiaj. Poland, Israel, Germany / Delfina Jalowik (éd.) – Cracovie : MOCAK, 2015

Editer l’art. Le livre d’artiste et l’histoire du livre / Leszek Brogowski – Nouvelle édition revue et augmentée – Rennes : Incertain Sens, 2016

Continuer la lecture de Acquisitions 2016

Université d’été, jour 8

Séance au Musée national d’art moderne/ Centre Pompidou

9.30 – 9.50 Damien Airault, « L’objet trouvé ». Contre-histoire de l’exposition qui va du cabinet de curiosité jusqu’à l’exposition Science-fiction d’Harald Szeemann » 9.50 – 10.10 Rémi de Raphélis, Rêver et réinventer la collection au tournant du XXe siècle. Les exemples d’A rebours, Monsieur de Phocas et Locus Solus. 10.10 – 10.30 Daphné Carolus

11.00 Atelier de travail avec le Felicity Bodenstein, Benoît de l’Estoile, Dominique Poulot, Laurella Rinçon 13.00 Pause déjeuner

Remise du Journal de l’Université d’été de la Bibliothèque Kandinsky, n° 4

18.30 Bénédicte Savoy, conférence de clôture, Bibliothèque Kandinsky, séance ouverte au public

Université d’été, jour 7

Séance au Musée national d’art moderne/ Centre Pompidou. Modération Scarlett Reliquet

9.30 – 9.50 Adriana De Angelis, « Ex Mira Lanza: the New Street Art museum that is revoluzionizing the very concept of Art Collection in Rome » 9.50 – 10.10 Maria Mikaelyan, “DISSONANT MEMORIES IN THE POST-SOVIET SPACE: COMPARATIVE ANALYSIS OF NEWLY ESTABLISHED MUSEUMS OF POLITICAL HISTORY IN THE POST-SOVIET COUNTRIES (1991-2016)” 10.10 – 10.30 Daphné Biiga Nwanak, « Jérôme BEL. Propositions pour une muséologie des arts performatifs et contemporains »

11.30 Atelier de travail avec Julie Verlaine, « Marché(s), collection(s), musée(s) : une approche d’histoire sociale et culturelle »

13.00 Pause déjeuner

14.00 Atelier publication avec Marietta Eugster

18.30 Clémentine Deliss, « Comment conceptualiser un musée universitaire et transformer les réserves des musées ethnologiques en sites de recherche transdisciplinaires et trans-culturels? », Bibliothèque Kandinsky, séance ouverte au public

Université d’été, jour 6

Séance au Musée national d’art moderne/ Centre Pompidou

9.30 – 10.10 Lydie Delahaye, « Le film sur l’art. Exposer et cataloguer les oeuvres d’art » – répondante Natalia Klanchar sur la collection de films sur l’art de la Bibliothèque Kandinsky 10.10 – 10.30 Artur Matuck, « A Proposal for Collecting, Theorizing and Exhibiting Pioneering Telewriting Events » 10.30 – 10.50 Maud Maffei, « QU’EST-CE Q’UN MUSÉE? DE L’ÂGE ÉLECTRONIQUE À L’ÂGE NUMÉRIQUE: UNE APPROCHE DE ROBERT SMITHSON, CINQUANTE ANS APRÈS »

11.30 Atelier de travail avec Christine van Assche, Marcella Lista et Yekhan Pinarligil sur les collections nouveaux médias du Mnam

13.00 Pause déjeuner

14.00 Atelier publication avec Marietta Eugster, Bibliothèque Kandinsky

Université d’été, jour 5

Séance au Département de la Photographie, Médiathèque de l’architecture et du patrimoine, Fort de St.Cyr avec Anne Cock et Bruno Martin

10.00 Café au Fort 10.30-12.45, présentation des collections de la Médiathèque du Patrimoine par Anne Cock et Bruno Martin

13.00 Déjeuner sur place

14.15-15.15 Valérie Juilliard et Chloé Goualc’h, présentation des collections photographiques de la Bibliothèque Kandinsky 15.50 – 16.10 Rafał Lewandowski, « Jerzy Lewczyński Archive as a heterotopic Museum of Private Imagination » 16.10 – 16.30 Julie Dudragne, « Cartes postales et reproductions d’oeuvres d’art : d’un butin modeste aux échanges épisto-graphiques, l’art comme acte de piraterie économique ? »

Université d’été, jour 4

Séance au Musée national d’art moderne/ Centre Pompidou, modération Sara Martinetti et Mica Gherghescu

9.30 – 9.50 Christina Rudoski, « the significance, relevance and theoretical implications of exhibiting these micro-collections as physical objects and as digital representations in relation to each artist’s larger life-work. » 9.50 – 10.10 Caterina Caputo, Surrealist art collections, « Surrealists’ collections: Roland Penrose et ELT Mesens collection, a historical comparison » 10.10 – 10.30 Natasa Ivanovic, « Music’s collection of primary sources – beginning of a great story? » 10.30 – 10.50 Francesco Guzzetti, « Musealizing the anti-Museum Art. Cases in Arte Povera and Conceptual Art »

11.00 -12.00 Sara Martinetti – retour sur Seth Siegelaub

13.00 Pause déjeuner

14. 00 Atelier publication avec Marietta Eugster

Université d’été, jour 3

Séance aux Archives Nationales – Pierrefitte-sur-Seine: Archives des Musées nationaux avec Clothilde Roullier et Pascal Riviale

10.00 – 12.00 Clothilde Roullier et Pascal Riviale – Archives des Musée nationaux – présentation des collections

13.00 Pause déjeuner

14.00 – 14.20 Victor Vanoosten, « Aux origines de la collection du Musée d’Art Contemporain de Dunkerque, un nouveau mode de fondation des institutions culturelles » 14.20- 14.40 Marianna Charitonidou, « Artefactual Value and Virtual Archives: the Digital Curator vis-à-vis the Plurality of Entry Points” 14.40 – 15.00 Adiva Lawrence, « The Living Archives of the 3rd Bahia Biennial as Ephemeral Collecting with Decolonial Potential »

15.30 – 16.30 visite avec Clothilde Roullier de l’exposition « Un art d’état »

18.30 Présentation recherche Yaël Kreplak dans le cadre du Cycle Cnap-BK, « En finir avec la boîte noire. Une ethnographie de la conservation de l’art contemporain au MNAM », Bibliothèque Kandinsky, séance ouverte au public

Université d’été, jour 3, séance spéciale avec Yaël KREPLAK

« En finir avec la boîte noire. Une ethnographie de la conservation de l’art contemporain au MNAM ».

Le Centre national des arts plastiques (Cnap) et la Bibliothèque Kandinsky du Musée national d’art moderne/CCI, Centre Pompidou sont heureux de vous inviter à la conférence de Yaël Kreplak « En finir avec la boîte noire. Une ethnographie de la conservation de l’art contemporain au MNAM ». Cette présentation se déroule dans le cadre de l’Université d’été de la Bibliothèque Kandinsky qui, pour sa quatrième édition du 5 au 13 juillet 2017, étudiera un des lieux les plus complexes du débat muséologique actuel : l’histoire stratifiée des collections consacrées à l’art du temps présent et leurs modalités d’ancrage dans l’espace muséal.

Vendredi 7 juillet 2017, à partir de 18h30

Bibliothèque Kandinsky, Centre Pompidou, Niveau 3

Entrée libre sur réservation à : reservation.bibliothequekandinsky@centrepompidou.fr

« En somme, votre travail, c’est de faire fonctionner les œuvres dans les pires conditions imaginables, c’est-à-dire dans un musée » : ce constat, énoncé par Nelson Goodman au colloque annuel de l’Association des musées américains (1991, p. 76), n’invite pas (nécessairement) à une critique de l’institution muséale, telle qu’elle a pu être prise en charge par les Museum Studies ou la critique institutionnelle. Il offre (aussi) une incitation positive à étudier ces « conditions de fonctionnement », démarche qui semble d’autant plus nécessaire pour l’art contemporain, dont les œuvres s’emploient à « dé-définir » un ensemble de propriétés institutionnalisées (l’unicité, la permanence, l’artefactualité…). Mais si l’idée d’une dé-définition de l’art s’est avérée productive pour rendre compte de la diversification des pratiques des artistes, elle ne s’est pas encore suffisamment accompagnée de ce qui semble être son corollaire, à savoir une redéfinition des pratiques des autres acteurs de l’art contemporain – et notamment de ceux qui agissent, au quotidien, avec et sur les œuvres. Sous cet angle, l’institution muséale devient ainsi un terrain d’enquête où observer comment se négocient et se déterminent, continûment et collectivement, dans le cours du travail ordinaire, les propriétés des œuvres.

C’est au développement de cette perspective que s’emploie, depuis 2014, Yaël Kreplak, en travaillant sur un cas particulier : la gestion des collections contemporaines au Musée national d’art moderne (MNAM). Dans cette conférence, elle présentera quelques-uns des matériaux recueillis à l’occasion de cette ethnographie des activités liées à la conservation, la mise en exposition, la restauration, la documentation, le stockage et la régie de quelques œuvres des collections. En prenant appui sur ces données et matériaux empiriques, il s’agira de creuser la perspective d’une écologie de l’art, qui cherche à ouvrir la réflexion sur l’art et les œuvres à l’analyse des pratiques, des milieux et des collectifs dont ils sont solidaires, dans une démarche proprement interdisciplinaire.

Yaël Kreplak est chercheuse associée au CEMS-IMM (EHESS, Paris) et actuellement post-doctorante à la Fondation des sciences du patrimoine (Labex Patrima). Fondés sur des enquêtes ethnographiques réalisées dans des institutions artistiques, muséales et patrimoniales (Villa Arson, Musée national d’art moderne, Archives nationales), ses travaux visent à élaborer une approche praxéologique de l’art, ancrée dans la description des pratiques ordinaires de mise en exposition, de conservation, de restauration et de documentation. En mobilisant les apports de l’ethnométhodologie, de l’analyse de l’action située et de l’esthétique pragmatiste, ses recherches défendent une approche descriptive des pratiques sociales situées qui font les œuvres.

Depuis 2015, elle développe le projet de recherche interdisciplinaire Écologie des collections. Nouvelles perspectives sur les pratiques muséales, en collaboration avec Tiziana Beltrame et Frédéric Keck, avec le soutien du Labex CAP. Elle a récemment rejoint le groupe de recherche « Art et artefactualité » développé à l’École supérieure d’art d’Avignon.

Yaël Kreplak a reçu, en 2016, un soutien à la théorie et critique d’art du Cnap pour une recherche intitulée « Vers une écologie de l’art. Une ethnographie du MNAM ».

 

www.centrepompidou.fr/

www.cnap.fr/

Université d’été, jour 2

Séance au Ministère de l’Europe et des Affaires étrangères – Direction des Archives: Archives de la Récupération artistique avec Sébastien Chauffour

10.00 Sébastien Chauffour: Descriptions de collections privées 19e-20e; réclamation de spolié à la CRA, d’une description par l’ERR (listing Coblence), par la CRA (fiches), par le BCR (RBS), et maintenant par Rose Valland avec les fiches originelles du Jeu de Paume

13.00 Pause déjeuner

14.00 Rencontre et échanges autour des archives de la récupération artistique: Centre des archives diplomatiques – programme ici

Université d’été, jour 1

Ouverture de l’Université d’été de la Bibliothèque Kandinsky

9.00 Petit déjeuner d’accueil

0.00 Ouverture en présence de Bernard Blistène, directeur du Musée national d’art moderne, Centre Pompidou et Introduction par l’équipe scientifique du projet

10.30 Présentation des participants et de leurs projets de recherche

11.30 Présentation du projet « Exposer l’histoire d’une collection »: Nicolas LiucciGoutnikov, Christian Briend, Alice Thomine, Scarlett Reliquet, Camille Morando, Laurent Cazes et Diane Toubert

13.00 Pause déjeuner

14.30 – 16.30 Visite de la documentation du Musée d’Orsay – avec Lionel Britten

17.30 Atelier d’écriture et publication, Bibliothèque Kandinsky. Avec Marietta Eugster Présentation du projet pour le n° 4 du Journal de l’Université d’été

Walker Evans. The magazine work

Au fil des ans, David Campany a rassemblé tous les numéros du magazine Fortune contenant des photographies de Walker Evans. L’ensemble vient d’être acheté par la Bibliothèque Kandinsky. Certains numéros sont visibles dans l’exposition Walker Evans présentée au Centre Pompidou jusqu’au 14 août 2017.
Pour accompagner cette prestigieuse acquisition, nous venons d’acquérir l’ouvrage publié par David Campany chez Steidl en 2014, qui documente cet aspect moins connu mais très représentatif de l’œuvre du photographe américain.

On y apprend que Walker Evans a travaillé pour le luxueux magazine économique pendant vingt ans. Après quelques travaux comme collaborateur en 1934, il rejoint l’équipe comme photographe en 1945. Dès 1948 il occupe le poste de «Special Photographic Editor», où il jouit d’une très grande autonomie pour les dix-sept années suivantes. Dans ses articles, une fois la proposition acceptée, il est libre dans le traitement des sujets : il fait ses propres photos, les met en pages, choisit la typo, écrit ses propres textes, rédige les légendes. Il a aussi une fonction de conseil aux autres photographes et en ce qui concerne la maquette.

Dans la lignée d’Atget et de Sanders, son œuvre photographique consiste en une étude la société. Il compile les images de la culture vernaculaire américaine, avec en creux le vide spirituel de la société de consommation. De Sanders il retient aussi la nécessité de faire un usage intelligent de la photographie. La photographie est une image reproductible. Le contexte, la manière dont elle est diffusée ont une importance décisive. La mise en page, l’association d’images, la succession des articles dans une revue font sens. La contextualisation de l’image participe non seulement de sa signification mais de son rôle social.

Walker Evans rejette la photographie commerciale. Il en refuse le caractère spectaculaire ou sentimental en vogue à l’époque dans les magazines destinés « aux masses intoxiquées au consumérisme et au divertissement ». Son style est sobre, il lui vient de Flaubert : c’est le réalisme, le naturalisme, l’objectivité. Sa photographie sans ornement traite le sujet avec clarté.
C’est cette exigence qui convainc la hiérarchie de Fortune de lui laisser toute latitude. Paradoxalement, travailler à plein temps pour un magazine lui aura permis de diffuser son œuvre et d’en contrôler la diffusion, d’être en somme son propre éditeur.

Dans la collection de la BK, les numéros de Fortune viennent s’ajouter à l’exemplaire d’American Photographs, catalogue de l’exposition Walker Evans au Moma en 1938, entré par donation en 2013 avec la bibliothèque d’Ettore Sottsass.