Tous les articles par laurencegueye

Nouvelle acquisition – Revue Espacios

La bibliothèque Kandinsky vient d’acquérir 5 numéros de l’éclatante revue mexicaine « Espacios » parue entre 1948 et 1957. L’aventure démarre en 1948 lorsque deux jeunes architectes diplômés, Lorenzo Carrasco Ortiz et Guillermo Rossell de la Lama, décident d’éditer une revue d’architecture réunissant un bon nombre d’intellectuels et d’artistes. Dès le début ces jeunes directeurs décideront d’aborder les questions sociales économiques et culturelles. La question urbaine sera cruciale (voir les nombreux projets de planifications urbaines), les débats et les combats étant au cœur des revendications pour une reconstruction économique et sociale du pays dans la mouvance nationaliste de l’époque. On retrouvera d’ailleurs tout au long de la parution les projets urbains de Lorenzo Carrasco et Guillermo Rossell réalisés pour les villes de Cancún, Puerto Juarez, Ixtapa par exemple. La revue sera aussi l’organe de défense de l’architecture moderne au Mexique.

Destiné tout d’abord aux architectes, ce périodique semestriel au départ, affirme dès le début sa volonté de s’ouvrir aux arts plastiques et d’étendre son champ à la culture avec un sous-titre significatif : « rivista integral de arquitectura y artes plasticas ». Chaque numéro réunit plusieurs artistes de la photographie, de la littérature, du design, de la peinture qui en font une revue remarquable de par sa diversité. On remarquera par exemple des textes de Pablo Neruda dans le numéro 5/6, dans d’autres volumes des interventions de Mateo Ortiz, Luis Barragan, David Alfaro Siqueiros, Diego Riveira, Gisèle Freund, Manuel Alvarez Bravo… certains d’entre eux feront d’ailleurs partie du comité éditorial et rédactionnel de la revue.

C’est une revue qui a du relief, de la couleur, totalement nouvelle et originale dans sa conception et ses qualités esthétiques. De format oblong, reliée par une spirale, le regard est happé par ces couvertures dynamiques à la typographie élégante et par l’inventivité graphique de l’ensemble. Sans pagination précise, les sujets défilent rythmés par des inserts, des gravures dans un juste équilibre.

Baptisée « joyau éditorial »  Espacios a été numérisée dans son intégralité (soit 41 livraisons) en 2011 par la Facultad de Arquitectura/Universidad Autonoma de Mexico.

Les Bulletins de musées à la Bibliothèque Kandinsky

Les Bulletins de musées font état de l’activité d’un musée, d’une galerie, d’une académie ou d’un centre d’art. Les contenus sont de natures diverses et pour bon nombre d’entre eux, il est souvent question de beaux-arts au sens académique : architecture, peinture, sculpture, objets anciens… Ils annoncent les expositions, font part des acquisitions lesquelles sont souvent assorties d’une notice, quelquefois d’articles sur les sujets remarquables de leurs fonds. On y trouve aussi des informations autour de donations, de restaurations d’œuvres ou de bâtiments, du budget de l’institution parfois ; des informations précieuses pour qui s’intéresse à la vie des musées.

Ils prennent des formes variées : bulletins, newsletters, calendriers, et quelquefois revues. Ils sont souvent accompagnés à la fin de chaque année d’un rapport d’activités. Une de leur spécificité c’est d’être imprimé à un petit nombre d’exemplaires et distribués à titre gracieux dans un circuit fermé, spécificité qui les assimile un peu à une sorte de littérature grise. Ils sont de ce fait rarement sur le marché et par là même introuvables.

Les Bulletins de musées sont entrés au musée à partir de 1975 ; dans un premier temps au CNAC rue Berryer et ensuite au MNAM. Le fonds s’est constitué au départ avec les grandes expositions du début du Centre : Paris-Berlin, Moscou etc.. et grâce aussi à la grande proximité du CCI avec les pays de l’Est. Pour les autres, leur intégration s’est faite grâce aux échanges ou grâce aux contacts que la conservation avait noués avec les musées étrangers.

La collection comprend actuellement 750 titres, c’est un fonds international, l’Europe et l’Amérique du Nord forment le plus gros de la collection. Le Japon est bien représenté, l’Amérique du Sud, la Russie et l’Asie le sont moins.

C’est une collection dont on parle peu, qui n’a pas une grande visibilité, qui est peu sollicitée et consultée ce qui lui confère un caractère confidentiel. Un certain nombre de titres ont été publiés à une époque où les grandes capitales européennes n’avaient pas encore de musées dédiés spécifiquement à l’art moderne et contemporain ce qui explique que leur contenu traite de périodes historiques parfois fort éloignées de la nôtre. La part qui peut concerner les chercheurs de la BK y est mince et cependant unique. Ces bulletins font souvent mention d’acquisitions récentes concernant de grands artistes ou d’œuvres majeures du 20e s. accompagnés de textes et d’analyses pour certains non négligeables (MOMA, Kunsthaus Zürich dont récemment des exemplaires ont été exposés pour l’exposition Cy Twombly). Ces textes sont souvent accompagnés de tirages photographiques témoignant ainsi de l’esprit de l’époque accentuant le caractère historique notamment pour les collections 1930-1980.

Il est à noter que depuis plusieurs années, la collection est très peu alimentée du fait de l’internet et des nouveaux modes de diffusion, des échanges plus sélectifs et moins nombreux. Les sites des musées se limitent essentiellement à des informations pratiques autour de leurs actualités.

Cette collection cohérente commencée à l’époque du CNAC, qui s’est enrichie jusqu’à aujourd’hui reste une source importante de la vie des institutions d’une époque dans leurs contenus et leur matérialité se déclinant du feuillet à la revue voir à un livre. Un certain nombre de bibliothèques françaises possèdent des collections de bulletins de musées plus ou moins complètes provenant pour la plupart de musées français et européens.

La bibliothèque Kandinsky est la seule à posséder une telle collection internationale conçue à partir de 1975, ce fonds est unique en France. Le bulletin de musée reste un témoignage important dans l’histoire de l’art, gageons qu’il sera étudié de près à l’avenir au vu de son caractère singulier et vernaculaire.

 

Black Mountain Review

 

full0001

La Bibliothèque Kandinsky vient d’acquérir en décembre 2015 grâce à une belle opportunité, la collection complète, soit 7 numéros de Black Mountain Review parue entre 1954 et 1957, dans un parfait état de conservation.

Black Mountain Review était la revue du Black Mountain College, Institut universitaire expérimental fondé en 1933 par John Rice et Theodore Drier au bord d’un lac à 50 km d’Ashville en Caroline du Nord. Lieu d’expériences uniques, les deux fondateurs avaient fait des arts le centre du cursus, centre d’une nouvelle pédagogie. de nombreux artistes tels que Josef Albers (quittant le Bauhaus fermé par les nazis), Willem de Kooning, Buckminster Fuller, John Cage, Merce Cunningham y enseignèrent notamment durant les sessions d’étés.

En 1951 Charles Olson prend la direction du Black Mountain College (à un moment où sa survie était clairement menacée) insufflant un nouveau tournant marqué par la poésie et la littérature. Olson lui-même fera paraître dans la 1ère livraison ses Maximus Poems. Les années Olson s’ouvrent sur un champ nouveau d’expériences artistiques audacieuses dont témoignera la Beat Generation. Charles Olson est l’instigateur de la revue, Robert Creeley en sera le rédacteur en chef, comme mentionné dès le premier numéro. La revue sera publiée 4 fois par an par le Black Mountain College à Black Mountain, North Carolina. A l’époque, Creeley qui vivait aux Baléares, où la revue fut mise en page et imprimée à faible coûts, n’a jamais rencontré Olson. Bien que ne se connaissant pas, les deux hommes entretiennent une correspondance depuis plusieurs années, leurs intérêts communs et leurs convergences amèneront  Olson à confier à Creeley la direction de la revue tout au long des sept livraisons. Olson fera bien sûr partie du comité de rédaction ainsi que de manière régulière Paul Blackburn, Irving Layton, Kenneth Rexroth, Robert Duncan et Denise Levertov, deux poètes très actifs au sein de la revue tout comme Ginsberg, Kerouac, Whalen, Burroughs, Selby qui composeront le dernier numéro, le n.7 appelé aussi le numéro « Beat ».

full0001

Lorsqu’il prend en charge la revue, Creeley a déjà une expérience pratique de l’édition, il a lui-même réalisé plusieurs ouvrages de littérature et de poésie. Il  y voit : « Un lieu que notre activité définissait et que nous construisions ensemble… Nous nous sentions tous très loin des revues conventionnelles de l’époque. Soit qu’elles étaient dominées par le new criticism avec lequel nous n’avions aucun rapport, soit qu’elles étaient si généralistes qu’on ne pouvait en tirer aucune cohérence. » Malgré des conditions matérielles et financières difficiles, le premier numéro paraît en 1954 et le dernier en 1957, quelques mois après l’abandon du campus et la fermeture du College.

La participation d’artistes expressionnistes abstraits à travers des encarts sur papier glacé apporte un souffle, une fraicheur dans chaque numéro. Parmi eux : Franz Kline, Philip Guston, Aaron Siskind, Harry Callahan, tous ont enseigné au College.

Par souci d’économie, la revue changera de format à partir du n.5, passant d’un format in-quarto à un format in-12, la pagination de départ de 64 p. passera à 224 p. environ. Les 3 derniers numéros seront de petits formats, plus condensés, à parution annuelle. Kitasono Katue, artiste de la poésie concrète et éditeur de la revue d’avant-garde Vou, dessine les couvertures des 4 premiers numéros affirmant ainsi le caractère visuel de BMR par un même motif géométrique décliné selon des teintes différentes.

A partir du n.5, les couvertures seront confiées à 3 peintres. La couverture du n.5 reproduit une oeuvre de John Altoon, celle du n.6 une oeuvre de Dan Rice (assistant de Mark Rothko), celle du n.7 une oeuvre de Edward Corbett.

Le titre disparait de la couverture des 3 derniers numéros, il ne sera visible que sur la tranche accompagné de la tomaison. Sur la 4e de couverture ne figure que le prix : 1 dollar.

Selon R. Creeley, à l’exception du 1er numéro tiré à 700 exemplaires, les autres numéros ont été imprimés à 500 exemplaires, dont à peine 200 distribués pour chaque livraison.