Reportages photographiques sur les expositions temporaires du Centre Pompidou

Après plusieurs années d’identification, d’indexation, de conditionnement, la Bibliothèque Kandinsky diffuse les répertoires numériques consacrés aux reportages photographiques produits à l’occasion des expositions temporaires du Musée National d’Art Moderne, du Centre National d’Art Contemporain et du Centre de ExCréation Industrielle devenu depuis 1992 MNAM-CCI.

Consulter les inventaires en ligne :

Le fonds est composé de différents reportages argentiques : reproductions d’archives et d’oeuvres sur support négatif noir et blanc, reproductions d’oeuvre in situ sur support diapositive couleur, vues des salles des expositions monographiques en noir et blanc sur tirage argentique et sur support négatif puis couleur à partir des années 1990, reproductions d’oeuvres in situ et vues des salles des expositions collectives en diapositives couleur. A partir du début des années 2000, les reportages numériques complètent les prises de vues argentiques, puis les remplacent peu à peu.

Une première partie du fonds du MNAM, de 1972 à 1981 a fait l’objet d’un traitement documentaire et d’un programme de numérisation en 2009. Puis en 2012, le projet du Centre Pompidou de réaliser un catalogue raisonné des expositions du Centre Pompidou a permis de continuer et finaliser ce projet en numérisant les vues d’exposition de 1982 à 2002 ainsi que les vues du MNAM afférentes au Palais de Tokyo et du CNAC et enfin les vues du CCI.

Le fonds des reportages des vues d’expositions temporaires du MNAM regroupe des vues issues d’environ 540 expositions réalisées au Palais de Tokyo, avenue du Président Wilson (de 1954 à 1976), au CNAC, rue Berryer (de 1972 à 1976) et à partir de 1977 au Centre Georges Pompidou. Concernant le CCI, 248 expositions sont représentées, les premières vues d’exposition en 1970 sont réalisées aux Halles de Baltard et au Musée des Arts Décoratifs puis au Centre Pompidou à partir de 1977 et jusqu’en 2001. Depuis 2005, la couverture photographique des expositions est assurée exclusivement sous forme numérique, un répertoire numérique est mis à jour annuellement pour rendre compte de cette production.

Montage-démontage, inauguration, vernissage, portrait de l’artiste au travail ou dans son environnement, muséographie avec ou sans public, les reportages des expositions temporaires sont riches d’enseignements sur l’évolution de la muséographie, des scénographies et de l’activité de la scène de la création moderne et contemporaine. Les reportages sont réalisés principalement en noir et blanc sauf pour les expositions collectives dont les vues de salles sont en couleur. A la fin des années 1990, la couleur est de plus en plus utilisées pour devenir exclusive au début des années 2000, période qui marque aussi le passage de la prise de vue argentique au numérique.  A ce jour, 203 expositions sont concernées mais certaines ne sont documentées que par des documents photographiques préparatoires au catalogue et à l’exposition ; le manque des vues des salles constitue donc un obstacle à la compréhension de l’exposition et à son inscription dans l’espace. Néanmoins le fonds reste un outil d’analyse précieux pour les chercheurs, commissaires, conservateurs pour l’élaboration d’une réflexion sur l’histoire des expositions.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *