Les territoires de l’industrie : un séminaire en travail

Une proposition du LéAv – Laboratoire de l’Ecole nationale supérieure d’architecture de Versailles. 

A la manière d’un processus en travail, ce séminaire s’organise avec et autour du paysagiste et plasticien Bernard Lassus. Il s’agirait ainsi d’interroger les processus qui traversent sa pratique et son enseignement pour envisager avec lui ce que recouvrent les territoires de l’industrie lorsqu’ils façonnent la notion même d’environnement. Dans la dynamique d’une interprétation active, il invite à la lecture d’un travail et tout autant à celle d’une situation. Le programme que l’on voudrait dérouler ce semestre porterait sur la question pour ainsi dire infrastructurelle de l’archive : celle de « l’en-dessous » de l’œuvre, d’un « en-dessous » à l’œuvre… Amorcée en cela par la visite des archives Lassus, quand de la cave au grenier en passant par le garage, tout un itinéraire organise les traces plurielles – les « routes plastiques » dirait Fernand Léger – d’une interrogation sur le paysage qui irrigue et que déploie dans ses cheminements tout le travail de Bernard Lassus.

Les archives de Bernard Lassus sont le fruit d’un arpentage. Elles forment un trajet, un itinéraire intrigant au sein d’un territoire que modèle constamment notre société industrielle. Elles contribuent à en produire une représentation, une cartographie active que l’on voudrait, en somme, interroger et éprouver pour en restituer les ressors dans une salle du musée. La perspective d’une salle consacrée au travail de Bernard Lassus – programmée par Bernard Blistène en janvier 2017 – rythmerait ainsi cette exploration à la fois théorique et pratique des traces où s’énonce une œuvre comme la sienne. Elle engage une réflexion très concrète sur la constitution d’un fonds irriguant depuis la bibliothèque Kandinsky la machine muséale pour faire à sa manière paysage. Comment cette exploration ferait-elle trace en retour ? Et comment rendre lisible, partageable les cartes de cette géographie en quelque sorte expérimentale ? Le jeu auquel nous convie Bernard Lassus mobilise ainsi tout l’appareil muséal de quadrillage et de mise à plat de l’œuvre – de ce qu’elle met en jeu – lorsque l’institution pense la faire sienne.

Et Bernard Lassus ouvre d’emblée quelques pistes. Car le paysage, en tant que discipline – instaurant une mise à distance complexe avec l’art des jardins où l’on voudrait bien la cantonner – est une question politique. Dans quelle mesure, par exemple, le paysage, art de la transformation – de la mésologie dirait Augustin Berque –, déplace-il le débat sur l’écologie ? Ne serait-il pas d’ailleurs une politique de l’écologie, quand Bernard Lassus entend saisir cette dernière comme une technique du paysage ? Comment à notre tour se saisir d’une telle « Mouvance » au sein du musée ?

Dates :
| Séance 1, 15 février 2016
Gwenaël Delhumeau – Aurélien Lemonier, Stratégies de latéralisation
| Séance 2, 14 mars 2016
Bernard Lassus, un «paysage intellectuel»
| Séance 3, 11 avril 2016
Karine Bomel et Stéphanie Rivoire, Paysage d’archives
| Séance 4, 2 mai 2016
Bernard Lassus, 13 000 couleurs
| Séance 5, 13 juin 2016
Frédéric Keck, Anthropologie du paysage
| Séance 6, 11 juillet 2016
Augustin Berque, Mouvance,
le paysage au musée (sous réserve)

Lieu du séminaire
Bibliothèque Kandinsky, Centre de documentation et de recherche du Musée national d’Art Moderne,
Centre Pompidou, Paris

Renseignements et inscriptions
communication@versailles.archi.fr

 


Stéphanie Rivoire

Cheffe du pôle Fonds et collections - Bibliothèque Kandinsky - MNAM/CCI

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.