Donation Ida Gianelli

C’est dans les années 1960 qu’Ida Gianelli s’intéresse à l’art contemporain, engagent des recherches pour la réalisation du catalogue Piero Manzoni à l’occasion de l’exposition à la Tate Gallery (Londres). Elle poursuit ses recherches et collabore à l’exposition Art Pauvre Land Art Art conceptuel pour la Galerie Municipale d’Art Moderne de Turin.

A partir de 1972, elle programme de nombreuses expositions à la Samangallery à Gênes, alternant artistes américains et européens. Elle accueille ainsi Sol LeWitt, Louise Nevelson, Joseph Kosuth, Lawrence Weiner, Dan Graham, Brenda Miller (premier spectacle solo en Italie), Charles Simonds (premier spectacle solo en Italie), Jennifer Bartlett (premier spectacle solo en Europe), Matt Mullican (première en Europe), Maria Nordman (premier solo en Italie), Cindy Sherman (première en Europe), ou encore Joseph Beuys, Tony Cragg, Michele Zaza, Niele Toroni, Daniel Buren, Giulio Paolini, Giuseppe Penone, Michelangelo Pistoletto, Rebecca Horn (premier spectacle solo en Italie), Reiner Ruthenbeck, Hans Haacke, Marco Bagnoli, Giovanni Anselmo, Laura Grisi, Alighiero Boetti, Giorgio Pinces, Frederike Pezold (premier spectacle solo en Italie), Hanna Frenzl (premier spectacle solo en Italie), Luciano Fabro…

Castello di Rivoli, dont Ida Giannelli fut directrice de 1990 à 2008.
Castello di Rivoli, dont Ida Giannelli fut directrice de 1990 à 2008.

Parallèlement elle publie une série de livres d’artistes conçus par Daniel Buren, Rebecca Horn, Laura Grisi, Giorgio Pinces, Charles Simonds, Michele Zaza, ainsi qu’un bulletin d’information bimensuel Saman imprimé en 1000 exemplaires ; elle organise des projections dédiées à l’art, multiplie les évènements et rencontres entre artistes.

Elle assure ensuite les commissariats d’expositions et la réalisation de nombreux ouvrages : en 1983, Yannis Kounellis au Musée municipal de Rimini, Mario Merz au Palais des congrès et expositions de San Marino, Meret Oppenheim au White Palace à Gênes, au Pavillon d’Art Contemporain de Milan… en 1984, Michelangelo Pistoletto au Forte Belvedere, Florence ; Arte povera en 1984 à Turin puis Del Arte Povera en 1985… Assistante de Pontus Hulten de 1985 à 1990 au Palazzo Grassi à Venise, elle coordonne l’exposition Futurisme et Futurismi et son catalogue, puis Jean Tinguely, une magie plus fort que la mort, présenté à Turin puis à Paris. Suivront de nombreuses expositions telles : Andy Warhol. Une rétrospective en 1990, ou Memoria del Futuro. L’art italien de la première avant-garde à l’après-guerre au Musée Reina Sofia à Madrid.

En novembre 1990 Ida Gianelli est nommée directrice du Musée Castello di Rivoli, où elle conduira pendant 18 ans plus de 150 expositions, participant à plusieurs conseils scientifiques et artistiques, oeuvrant aussi à la Biennale de Venise.

La richesse de son parcours explique tout l’intérêt que le MNAM-CCI a accordé à la donation qu’elle a consenti au profit des collections de la Bibliothèque Kandinsky : plus de 600 ouvrages, accompagnés de plusieurs dossiers documentaires dédiés aux artistes qu’elle a soutenus, tels Laurie Andersen, Giovanni Anselmo, Joseph Beuys, Pol Burri, Pier Paolo Calzolari, Luciano Fabro, Maurizio Cattelan, Inviti Cucchi, Rebecca Horn, Yannis Kounellis, Guiseppe Penone, Sol Lewitt, Claes Oldenburg, Giulio Paolini, Michelangelo Pistolleto, Niele Toroni, Lawrence Weiner, Gilberto Zorio… des albums photographiques sont également conservés. Un rapide repérage a pu être effectué par l’équipe de la Bibliothèque ces jours-ci, dans l’attente d’un inventaire plus détaillé.

Consulter l’instrument de recherche en ligne.

A lire aussi :

Emanuela Genesio, « Panorama des institutions d’art contemporain à Turin », Marges [En ligne], 05 | 2007, mis en ligne le 15 juin 2008, consulté le 17 novembre 2015. URL : http://marges.revues.org/707 ; DOI : 10.4000/marges.707


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *