Accueil du séminaire Mémoire et transferts culturels, Université Paris 8, 5 novembre 2015

Après une visite du nouvel accrochage des collections modernes, les participants ont tenu leur séance à la Bibliothèque Kandinsky. Deux expériences de réactivation de sources d’archives au sein du musée leur ont été présentées.

En juillet 2014 ouvrait au Centre Pompidou l’exposition Magiciens de la terre, retour sur une exposition légendaire. Issue de la volonté de marquer les 25 ans de la mythique exposition de 1989, cette exposition exclusivement documentaire visait à confronter différentes sources d’archives aux récits tenus au sujet de l’exposition depuis 25 ans.

En engageant le travail sur les archives de l’exposition (photographies, notes, correspondance, croquis), il est vite apparu que ces sources nouvelles ou redécouvertes questionnaient tant la réception critique que les travaux universitaires entrepris au sujet de l’exposition, tant les récits des acteurs que les mémoires construites après l’exposition. Restituer cette intrication n’était possible qu’en rendant accessible quelques pièces exemplaires extraites des milliers de pages d’archives produites au cours des cinq années de préparation de l’exposition. La nécessité pour un public spécialisé de recourir à des gisements plus complets a conduit à imaginer le principe d’une université d’été, au cœur même de l’exposition et en présence du public afin de consulter et confronter les sources, de générer au sein d’ateliers d’écriture une production écrite réactive vis-à-vis des archives découvertes, de produire un discours scientifique renouvelé sur cette exposition. Il s’agissait bien de proposer une relecture de l’évènement, du contexte, de l’historiographie par un retour aux sources primaires qui permettent de produire un nouveau propos historique. Une manière d’exposer la production du discours scientifique, et ce au vu et su des publics, de l’exposer au débat, voire à la controverse.

Ce procédé a été reconduit en juillet 2015 pour une deuxième université d’été consacrée aux spoliations des œuvres d’art par les nazis. Exploitation des images et des archives écrites, recoupement des sources conservées au sein des musées, des Archives nationales, des archives du ministère des Affaires étrangères etc… ont permis la production d’un Atlas des sources, directement au cœur du musée. Une publication est en cours d’élaboration.


Stéphanie Rivoire

Cheffe du pôle Fonds et collections - Bibliothèque Kandinsky - MNAM/CCI

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.