Quelques pièces concernant Raoul Dufy

Né au Havre le 3 juin 1877, Raoul Dufy interrompt ses études à l’âge de 14 ans pour travailler, mais s’inscrit au cours du soir de l’Ecole municipale des beaux-arts où il suit les cours du peintre Charles Lhuillier. En 1899, bénéficiant d’une bourse de la ville du Havre, il suit à Paris les cours de Léon Bonnat à l’Ecole nationale des beaux-arts. Il loue un atelier à Montmartre. En 1905 au Salon des Indépendants, Dufy découvre l’œuvre de Matisse « Luxe, calme et volupté » qui l’impressionne fortement. A partir de 1906, il entame une période fauve durant laquelle il s’initie à la gravure sur bois.

Il épouse Eugénie Brisson en 1911, le couple s’installe 5 impasse de Guelma, dans un atelier que Dufy conservera jusqu’à sa mort. Avec le couturier Paul Poiret rencontré quelques années auparavant, il crée cette même année une entreprise d’impression de tissus, La Petite Usine, réalisant des imprimés qui contribueront à la renommée du couturier. L’année suivante, la firme de soieries lyonnaise Bianchini-Férier lui offre un contrat, il est engagé comme artiste-décorateur. Ce travail sur étoffe libère son dessin qui devient plus souple et ses compositions plus aérées et colorées.

Pendant la première guerre mondiale (1914-1918), Dufy se lance dans une production patriotique influencée par les images d’Epinal. En 1920, il réalise pour Jean Cocteau les décors et les costumes du « Bœuf sur le toit ». De multiples séjours à Vence seront décisifs pour le style de sa peinture. Il participe en 1921 au Salon des Artistes Décorateurs et la galerie Bernheim Jeune organise la même année la première rétrospective de son œuvre. En 1923, il reçoit une commande de mobilier pour la Manufacture nationale de tapisserie de Beauvais. En cette même année, débute sa collaboration avec le céramiste catalan Josep Liorens Artigas. En 1934, il rencontre Jacques Maroger, chimiste qui met au point un médium permettant d’imiter les effets de l’aquarelle dans la peinture à l’huile que Dufy utilise ensuite pour la plupart de ses peintures. En 1937, il est chargé par la Compagnie Parisienne de Distribution d’Électricité de réaliser une immense décoration « La Fée Electricité » pour le pavillon de l’Electricité à l’Exposition Internationale. En 1939, il peint encore un des panneaux pour le bar-fumoir du Théâtre du Palais de Chaillot (Othon Friesz réalisa le second) puis deux panneaux décoratifs pour la singerie du Jardin des Plantes à Paris. En 1941, Louis Carré devient son marchand. En 1952, Dufy s’établit définitivement à Forcalquier dont l’air sec est censé apaiser les souffrances de la polyarthrite, maladie dont il souffre depuis sa jeunesse. Il y meurt le 25 mars 1953.

Le fonds d’archives Raoul Dufy provient du legs consenti à l’Etat en 1963 par Eugénie Dufy dite « Emilienne », veuve du peintre. A sa mort en 1962, conformément à la volonté exprimée dans son testament, la quasi-totalité de l’atelier de son mari (huiles, aquarelles, dessins, tapisseries et céramiques) fut répartie entre trois institutions : le Musée municipal du Havre (aujourd’hui Musée Malraux), le Musée municipal de Nice (aujourd’hui Musée des Beaux-arts, Jules Chéret) et le Musée national d’Art moderne, à charge pour ce dernier de répartir le reste des œuvres « … [avec] le désir qu’il soit réparti dans le plus grand nombre des musées français ». Pour le Musée national d’art moderne, Bernard Dorival alors conservateur, fut chargé de faire le choix des œuvres entrant dans les collections du MNAM. Parmi elles se trouvaient quelques affiches d’exposition et documents du peintre, aujourd’hui conservés à la Bibliothèque Kandinsky, sous le n° d’inventaire 10821.

Quelques pièces seulement donc… à noter : certaines affiches de la Galerie Carré ont été imprimées par Fernand Mourlot, célèbre pour son atelier de lithographie ; est également conservé un exemplaire de l’affiche réalisée par Raoul Dufy pour le Planétarium à Paris.

Consulter l’instrument de recherche en ligne.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *