“Au service des artistes. La collection d‘André Lefèvre (1883–1963) et les reproductions de Marc Vaux” par Tabea Panizzi

Fig.1 : Guitare et verre – Socrate, Georges Braque, 1921, Centre Pompidou/MNAM-CCI/Bibliothèque Kandinsky, Fonds Marc Vaux, MV_0878_005.

Le conséquent fonds photographique Marc Vaux livre de nombreuses révélations palpitantes. Si la majorité des 11 000 boîtes sont étiquetées avec des noms d’artistes, certaines portent également le nom de collections privées. Mais dans quel but les collectionneurs privés ont-ils passé commande à Marc Vaux ? Les boîtes qui contiennent des reproductions de la Collection Lefèvre et le fonds André Lefèvre, qui se trouve également dans les archives de la Bibliothèque Kandinsky, fournissent quelques indications.

Interrogé au sujet des plus grandes collections de l’époque, daniel-Henry Kahnweiler, marchand reconnu des cubistes, cita immédiatement celle d’André Lefèvre.[1] Aujourd’hui cependant, le nom d’André Lefèvre n’est plus connu que des experts. Grand collectionneur et généreux donateur d’œuvres d’art à l’Etat, il est avant tout considéré comme amateur de cubisme. Mais, l’étendue exacte de sa collection et surtout les détails de sa biographie sont encore largement inconnus. Né en 1883 à Granville, André Lefèvre abandonna sa carrière d’agent de change à 44 ans, pour se consacrer à l’art jusqu’à sa mort. Vingt-cinq œuvres de Beaudin, Braque (dont Guitare et verre – Socrate, 1921, Fig.1), Gris, Klee, La Fresnaye, Laurens, Masson, Miró, Modigliani et Picasso (dont Les trois femmes, 1908, Fig.2) sont passées directement de sa collection à la collection du Musée national d’Art moderne (MNAM) par des dons ou des achats, ce qui donne une idée de l’ampleur de ses possessions.

Fig.2 : Les trois femmes, Pablo Picasso, 1908, Centre Pompidou/MNAM-CCI/Bibliothèque Kandinsky, Fonds Marc Vaux, MV_0880_022.

Toutefois peu de personnes se doutaient probablement qu’à sa mort en 1963, la collection était constituée de plus de 700 œuvres: des toiles, mais aussi des aquarelles, des gouaches, des dessins, des lithographies ou des eaux fortes. En rassemblant quelques noms parmi les plus importants de l’Ecole française, de l’Ecole de Paris, du cubisme et de leurs successeurs, Lefèvre a assuré la survie des mouvements artistiques des années 1910 à 1960 : aujourd’hui considérés comme essentiels pour le développement de l’histoire de l’art.

Même s’il cultivait des relations amicales avec plusieurs de ces artistes, son soutien n’était pas uniquement basé sur des activités privées. Avec ses amis André Level et Alfred Richet, Lefèvre se professionnalisa et fonda la Galerie Percier en 1922. Répondant à l’intérêt personnel des fondateurs, ils organisaient des expositions d’objets africains ou d’artistes de l’Ecole française ou encore de l’Ecole de Paris. On comptait parmi eux des artistes déjà plus connus comme Modigliani, Picasso ou Utrillo[2], mais aussi de jeunes artistes dont les œuvres n’avaient jamais été exposées auparavant. L’un d’eux était Alexander Calder[3], dont l’exposition en 1931 a été photographiée par Marc Vaux (Fig.3).[4]

Fig.3 : Vue de salle pendant l’exposition « Alexander Calder : Volumes-Vecteurs-Densités / Dessins-Portraits » à la Galerie Percier, Paris, 1931, Centre Pompidou/MNAM-CCI/Bibliothèque Kandinsky, Fonds Marc Vaux, MV_0336_038.

Il est bien possible que Marc Vaux et Lefèvre se soient rencontrés à cette occasion qui a peut-être été l’élément déclencheur de leur relation d’affaires. L’ensemble des reproductions de Marc Vaux a permis de mettre en lumière non seulement cette vaste collection, mais aussi les principes d’un collectionneur dans son travail d’organisation et de documentation de la collection ainsi que de promotion des artistes. En outre, les plaques sont une source importante pour reconstituer la collection d’André Lefèvre. Les quatre lots Lefèvre comportent 92 plaques représentant 108 œuvres de quelques-uns des plus grands artistes de l’époque. Il est toutefois intéressant de noter que les œuvres ne deviennent en aucun cas le sujet d’interprétation photo-artistique. Il ne s’agit pas de représenter les œuvres dans un environnement spécifique, au contraire – quelques œuvres ont même été photographiées à l’envers (Fig.4). Le seul but est de reproduire les œuvres en tant que telles, ainsi le cadre et le fond sont souvent couverts d’un ruban adhésif. On peut également constater que divers objets inhabituels comme une pince à linge ont été utilisés, uniquement pour redresser les œuvres. (Fig.5)

Fig.4 : Nature morte, Pablo Picasso, 1916, (photographié à l’envers), Centre Pompidou/MNAM-CCI/Bibliothèque Kandinsky, Fonds Marc Vaux, MV_0880_024.

Un coup d’œil dans le fonds Lefèvre fournit des informations sur l’utilisation des photographies et montre qu’elles ont joué un rôle important pour le collectionneur. On y trouve au total 603 tirages argentiques, représentant 403 œuvres différentes. Les tirages de 144 œuvres portent le cachet des galeries du marchand Kahnweiler, dont Lefèvre était un client fidèle.[5] 206 œuvres sont représentées sur les tirages tamponnés « Marc Vaux ». Au verso, nous trouvons six cachets différents, ce qui indique que Lefèvre a passé commande à Marc Vaux à plusieurs reprises. On y trouve aussi le nom de l’artiste, le titre, la date et un numéro de cliché, qui est également visible sur les plaques de verre. Ces numéros sont également inclus dans les inventaires de la collection, effectués par Lefèvre sous forme de carnets ou de petites fiches. Le classement par numéro permet non seulement de reconstituer l’ordre dans lequel Vaux a photographié les œuvres, mais il indique aussi que les plaques de verre des œuvres qui ne se trouvent pas dans le fonds Marc Vaux ont sans doute été perdues alors qu’elles ont été photographiées aux mêmes dates que celles qui ont été conservées.

Fig.5 : La victoire S.F.A. et S.F.A., Juan Gris, 1918, Centre Pompidou/MNAM-CCI/Bibliothèque Kandinsky, Fonds Marc Vaux, MV_0877_005.

Les tirages sont rassemblés en cinq albums, chacun consacré à deux ou trois artistes et retenus avec des coins-photo adhésifs qui permettent de les retirer facilement. Etant donné que les œuvres composant sa collection (plus de 700 œuvres) étaient rangées sommairement à des endroits différents et pour la plupart pas accrochées au mur, ces albums permettaient à Lefèvre d’avoir sous ses yeux et sous une forme compacte les œuvres les plus importantes. Ces albums correspondaient dès lors à une sorte de galerie sur papier qui documentait l’état de sa collection d’art.

En outre, l’indication « Please take great care of this photo which has to be returned as soon as possible » sur l’arrière d’un tirage, renseigne à la fois sur leur importance pour Lefèvre, et sur le fait que le collectionneur les prêtait régulièrement pour différentes occasions. En effet, Lefèvre prit un grand plaisir à faire connaître les œuvres de sa collection aux autres, la liste des prêts à 89 expositions dans le monde entier entre 1937 et 1963 l’atteste. À ces occasions, Lefèvre fut sollicité à plusieurs reprises pour des tirages d’œuvres qui devaient être exposées. Ceux-ci pouvaient être utilisés pour la reproduction dans le catalogue de l’exposition, ou encore pour que les commissaires d’exposition aient une idée plus précise des tableaux.[6] Pourtant, les photographies ne se trouvent pas seulement dans des catalogues d’exposition, mais aussi dans des magazines, des monographies ou des journaux spécialisés.[7] Il semble donc probable que Lefèvre ait commandé les photographies réalisées par Marc Vaux non seulement pour l’organisation de sa collection, mais aussi et principalement pour encourager les processus de prêts et de reproductions – ce qui nous ramène à son leitmotiv : faire connaître et défendre les œuvres des artistes qui lui tiennent à cœur pour favoriser leur reconnaissance à leur juste valeur.

Mais son sens de responsabilité est allé encore plus loin. Ainsi, il a veillé à ce que les artistes soient reconnus à leur juste valeur même après sa mort. Par des nombreux dons[8], il a rendu service non seulement aux bénéficiaires, mais aussi aux artistes ainsi introduits dans les collections d’importants musées. Grâce à une exposition post-mortem de sa collection au MNAM[9] et aux retentissements des ventes aux enchères qui atteignirent des records[10], les artistes ont été une fois de plus au centre de l’attention du public. Deux qualités résument donc parfaitement l’engagement d’André Lefèvre : il était un « collectionneur dans l’âme »[11] et un véritable défenseur des artistes. Il est tombé dans l’oubli parce qu’il ne s’est jamais considéré plus important que l’art, les artistes et les possibilités de les promouvoir.

Pour aller plus loin : André Lefèvre (1883-1963) : un collectionneur passionné au service des artistes : la collection Lefèvre à partir de ses reproductions dans le fonds Marc Vaux : mémoire d’étude / Tabea Panizzi

 

[1] Cf. Crémieux, Francis/Kahnweiler, Daniel-Henry : Mes galeries et mes peintres : entretiens avec Francis Crémieux, Paris, Gallimard, 1961, p.188.

[2] Cf. Coupure de presse, Paris-Midi, 19 décembre 1925 ou Paris-Midi, 21 juillet 1926, Centre Pompidou/MNAM-CCI/Bibliothèque Kandinsky, Fonds Galerie Percier, GALPER 1.

[3] Cf. Catalogues d’exposition, conservés dans le fonds de la galerie, Centre Pompidou/MNAM-CCI/Bibliothèque Kandinsky, Fonds Galerie Percier, GALPER 2.

[4] Cf. Li, Charmaine : Art in motion. Alexander Calder, URL : https://stage.kinfolk.com/art-in-motion-alexander-calder/ (consulté le 7 avril 2019).

[5] Ces œuvres ont été photographiées par les soins de la Galerie Kahnweiler, la Galerie Simon ou la Galerie Louise Leiris. Lors d’un entretien le 2 avril 2019, Quentin Laurens a expliqué que Daniel-Henry Kahnweiler photographia toutes les œuvres qui se sont retrouvées dans la galerie en suivant ses principes stricts de documentation. Il n’est pas clair si Lefèvre a acheté les tirages ou s’il les a reçus gratuitement. En tout cas, tout indique que Marc Vaux est très probablement le seul photographe indépendant avec lequel Lefèvre a été en contact direct et à qui il a passé commande.

[6] Ainsi écrit par exemple Umbro Apollonio, organisateur de la Biennale de Venise en 1950 : « Dans le but de faciliter l’étude de cette section au moyen d’une documentation aussi complète que possible, nous vous serions infiniment obligés si vous vouliez bien nous envoyer, à nos frais, les photos des œuvres cubistes […] », Lettre de Umbro Apollonio à André Lefèvre, 6 décembre 1949, Centre Pompidou/MNAM-CCI/Bibliothèque Kandinsky, Fonds André Lefèvre, LEF 10.

[7] Des œuvres issues de la collection Lefèvre se trouvent donc entre autres dans des publications de Desnos, Limbour, Salmon, Tzara ou Maurice Raynal, qui contribua beaucoup à la diffusion et à la théorisation du cubisme et des mouvements suivants.

[8] Entre 1952 et 1961, Lefèvre et son épouse déterminèrent le don de 28 œuvres au MNAM et au Musée de Grenoble, en partie sous réserve de l’usufruit. Cf. Acte de donation de Monsieur et Madame Lefèvre à l’État français, 12 mars 1952 et Copie de l’acte de donation de Monsieur Lefèvre à la ville de Grenoble, 8 août 1961, Centre Pompidou/MNAM-CCI/Bibliothèque Kandinsky, Fonds André Lefèvre, LEF 18.

[9] André Lefèvre avait souhaité que sa collection soit exposée au MNAM après sa mort. L’exposition ouvrit ses portes le 4 mars 1964 et présentait 278 œuvres en total. Cf. Lettre de Bernard Dorival à Jean Chatelain, 27 janvier 1964, Pierrefitte-sur-Seine, Archives Nationales, 20144707/218.

[10] La collection a été entièrement distribuée dans le monde après quatre ventes aux enchères remarquables entre 1964 et 1967. Cf. Collection André Lefèvre. Tableaux Modernes, Paris, Palais Galliera, 1er Décembre 1964, 25 novembre 1965, 29 novembre 1966 et Collection André Lefèvre. Tableaux Modernes. Dessins – Aquarelles – Sculptures, Paris, Hôtel Drouot, 24 novembre 1967.

[11] Assouline, Pierre : L’homme de l’art. D.H. Kahnweiler 1884-1979, Paris, Balland, 1988, p.330.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search