La Galerie Charles-Auguste Girard, par Anna Nouet

 Galeriste, collectionneur, amateur et fervent défenseur de la peinture moderne, Charles-Auguste Girard (fig.1) compte indéniablement parmi les acteurs de la vie artistique parisienne du XXème siècle. Pendant plus de trente ans, de 1926 à 1960, il dirige à Paris plusieurs galeries et œuvre à la promotion de peintres éminents tels que Moïse Kisling, André Derain ou Albert Marquet. Pourtant, malgré une activité soutenue et une notoriété établie en son temps, la galerie Charles-Auguste Girard est demeurée absente de l’Histoire de l’art et oubliée des spécialistes jusqu’à une période très récente. Ce n’est qu’en 2017, lorsque la Bibliothèque Kandinsky du Centre Pompidou inaugure un programme de recherche autour du fonds iconographique du photographe Marc Vaux, qu’elle est mise en lumière. En effet, dans cet ensemble de 127 000 photographies documentant la création plastique du XXème siècle, près de 400 images se réfèrent à la galerie Charles-Auguste Girard et, par leur nombre et leur qualité documentaire, invitent à sa redécouverte.

Né à Paris en 1884, Charles-Auguste Girard débute sa carrière de galeriste au tournant des années 1920. Issu d’un milieu modeste, dépourvu de formation académique et blessé de la Grande Guerre, il vient au commerce de l’art par l’intermédiaire de son épouse dont un parent, Georges Weil, a repris la prestigieuse imprimerie et galerie d’art d’Edouard Devambez. Après quelques années formatrices auprès de la Maison Devambez, Charles-Auguste Girard ouvre en 1921 la Galerie de l’Estampe, rue Édouard VII, dans le 9ème arrondissement parisien. D’abord spécialisé dans la vente d’estampes, dessins et livres d’art, il se tourne rapidement vers le marché de la peinture.

Fig. 2 : Reproduction du tableau Jeune fille (1932) par Moïse Kisling, collection personnelle de Charles-Auguste Girard © Centre Pompidou/MNAM-CCI/Bibliothèque Kandinsky, Fonds Marc Vaux, M5050_X0031_MV_2335

Ainsi, dès 1926, dans une seconde galerie inaugurée à proximité de la première, il accueille les peintres de l’Ecole de Paris. Du nom de son fondateur, la nouvelle galerie Charles-Auguste Girard expose, entre autres, les toiles d’André Derain, Marie Laurencin, Mariette Lydis, Amedeo Modigliani ou encore Maurice de Vlaminck. Parallèlement, elle représente sous contrat d’exclusivité certains artistes favoris comme Moïse Kisling, qu’elle porte très vite sur le marché de l’art international et avec lequel Charles-Auguste Girard se lie d’amitié (fig.2). Les peintres de la « Réalité poétique » occupent aussi une place de choix aux cimaises de la galerie, en particulier Maurice Brianchon, Raymond Legueult, Roland Oudot et surtout Kostia Terechkovitch. Avec la complicité du critique d’art Florent Fels, Charles-Auguste Girard organise en 1927 la première exposition personnelle de l’artiste russe et travaille à « lancer » sa carrière (fig.3). Peu à peu, à travers le succès grandissant de Kisling et l’organisation de quelques événements marquants – comme la brillante exposition dédiée à Martiros Sarian en 1928 ou à celle, plus controversée, d’Albert Lukabi en 1929 –, la galerie Charles-Auguste Girard se distingue dans le paysage du marché de l’art parisien.

 

 

Fig.3 : Reproduction du tableau Le facteur d’Avallon par Kostia Terechkovitch © Centre Pompidou/MNAM-CCI/Bibliothèque Kandinsky, Fonds Marc Vaux, M5050_X0031_MV_2325

Hélas, la crise économique des années 1930 vient bientôt compromettre sa belle prospérité. D’abord contrainte de déménager en 1931 pour des locaux plus modestes, au 99 boulevard Raspail, dans le quartier de Montparnasse, elle ferme définitivement ses portes en 1935 pour cause de faillite. Dès lors, c’est par l’intermédiaire de relations et associés que Charles-Auguste Girard poursuit ses activités de marchand d’art. Entre 1937 et 1938 en effet, il organise à la galerie de l’Elysée – dirigée par Jean Metthey et située au 69 rue du Faubourg-Saint-Honoré – plusieurs expositions en faveur d’Albert Marquet, Marcel Vertès, Kostia Terechkovitch ou encore James Ensor. Réfugié dans le sud de la France puis en Algérie chez ses amis Albert et Marcelle Marquet durant la Seconde Guerre mondiale, ce n’est qu’en 1946 qu’il ouvre à nouveau boutique à Paris, installant cette fois sa galerie près des Champs-Elysées, au 9 rue Quentin-Bauchart. Jusqu’alors vitrine d’une peinture colorée et figurative, moderne mais souvent sage et conventionnelle, la galerie Charles-Auguste Girard s’enhardit désormais et présente des tendances picturales inattendues, comme le surréalisme de Pierre Roy ou l’abstraction de Paul-Emile Borduas. Efforts d’un marchand pour s’adapter aux évolutions du marché ou véritable expression de sa subjectivité, cette mutation est celle d’un galeriste déterminé qui, sa vie durant, s’est consacré à l’art et aux artistes. En 1960, Charles-Auguste Girard signe à la galerie Berri-Lardy une ultime exposition dédiée au peintre Roland Dorcély, avant de se retirer définitivement. A son décès en février 1968, il laisse une prestigieuse collection de tableaux construite au fil des années, où Auguste Renoir (fig.4), Camille Pissarro et Edouard Vuillard côtoient Pablo Picasso et Georges Braque, André Derain (fig.5) et Raoul Dufy.

Fig.4 : Reproduction d’une peinture par Auguste Renoir © Centre Pompidou/MNAM-CCI/Bibliothèque Kandinsky, Fonds Marc Vaux, M5050_X0031_MV_2326

Ainsi, grâce à l’objectif de Marc Vaux, « photographe des peintres », témoin de l’effervescence artistique de son temps, la galerie Charles-Auguste Girard et son marchand éponyme reprennent place dans l’Histoire de l’art ; une place bien légitime pour cette galerie portée par un collectionneur passionné et qui, bien que discret, s’est avéré très actif sur le marché de l’art parisien du XXème siècle.

Fig. 5 : Reproduction d’une esquisse par André Derain © Centre Pompidou/MNAM-CCI/Bibliothèque Kandinsky, Fonds Marc Vaux, M5050_X0031_MV_2338

Anna Nouet est l’auteure du mémoire, « La galerie Charles-Auguste Girard : quand le photographe Marc Vaux initie la découverte d’une galerie parisienne« , Ecole du Louvre, 2018. Elle est actuellement chargée d’inventaire des collections au Musée du Service de Santé des Armées.

 

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search