« Les années parisiennes d’Arno Breker (1900-1991) » par Elena Treiber

Lorsque l’on pense au sculpteur allemand Arno Breker, ses sculptures surdimensionnées glorifiant des corps athlétiques nous viennent immédiatement à l’esprit. Elles illustrent une conception de l’Homme ne laissant de place qu’à l’athlète où à la force du vainqueur en adéquation étroite avec celle promue par l’idéologie nationale-socialiste. Arno Breker compte de fait avec Albert Speer, Leni Riefenstahl ou Josef Thorak parmi les artistes les plus sollicités sous le IIIe Reich.

Pourtant, c’est essentiellement à Paris que l’œuvre de jeunesse de Breker s’élabore et s’affirme, là où il a passé, selon ses propres dires, la période la plus heureuse de sa vie. Après avoir acquis une formation de sculpteur et architecte à l’École des beaux-arts de Düsseldorf et deux séjours parisiens de quelques mois, Breker s’installe durablement à Paris en 1927 et y restera jusqu’en 1934. Il loue son premier atelier au 11 rue Dedouvre à Gentilly-sur-Seine et fait connaissance avec le sculpteur Isamu Noguchi qui occupe l’atelier voisin. Breker est à cette époque représenté par le marchand d’art Alfred Flechtheim, lequel représentait également certains artistes français en Allemagne. Flechtheim le présente à de nombreux artistes et intellectuels parisiens. Jean Cocteau, Daniel-Henry Kahnweiler, Jean Renoir, Maurice de Vlaminck, Charles Despiau, Constantin Brancusi, Charles Malfray, Nico Mazaraki et Aristide Maillol font dès lors partie du cercle parisien du jeune Arno Breker. C’est également à Paris qu’il rencontre sa future épouse, la Grecque Demetra Messala, figure éminente de la scène artistique avant-gardiste parisienne, ayant posé pour des artistes tels Maillol, Picasso, Derain, Pascin ou Foujita. Le réseau social cosmopolite et libertaire de Breker à Paris, auquel appartiennent de nombreuses futures victimes du nazisme, ne laisse en rien indiquer que Breker ait déjà à cette époque fait allégeance à l’idéologie nationale-socialiste.

Fig. 1 Portrait de Nico Mazaraki, Arno Breker, 1931, Centre Pompidou/MNAM-CCI/Bibliothèque Kandinsky, Fonds Marc Vaux, MV_6437_007

Parmi les nouvelles connaissances d’Arno Breker à Paris compte le photographe Marc Vaux, qui immortalisa ses œuvres créées durant son séjour parisien et dont les clichés font désormais partie intégrante du Fonds Marc Vaux conservé au sein de la Bibliothèque Kandinsky à Paris. Dans ses mémoires, Breker dresse du photographe le portrait suivant :

« Le chapitre inépuisable, infiniment chatoyant, de Montparnasse, ne serait pas complet si l’on oubliait d’y mentionner le chroniqueur d’art Marc Vaux. Vétéran charmant qui, lorsqu’il nous parlait de la Première Guerre mondiale, durant laquelle il perdit sa main droite, semblait poursuivre le combat contre les Allemands. Ce qui ne nous empêchait d’ailleurs nullement d’éprouver l’un pour l’autre de la sympathie. Armé d’une lourde caméra, il allait chaque jour allègrement d’atelier en atelier, constituant au fil des années une inestimable documentation sur l’activité́ artistique de Montparnasse. » (Arno Breker, Paris, Hitler et moi, 1970, p. 216)

Fig. 2 Saint Mathieu, Arno Breker, 1927-1930, Centre Pompidou/MNAM-CCI/Bibliothèque Kandinsky, Fonds Marc Vaux, MV_6439_004

Le corpus de Breker au sein du Fonds Marc Vaux correspond à huit boîtes contenant 107 plaques de verre, illustrant des portraits (fig. 1), des sculptures du corps humain (fig. 2), des dessins (fig. 3) ainsi que deux portraits de l’artiste (fig. 4) et de sa femme. La plupart des photographies se concentre uniquement sur l’œuvre abstraite de tout environnement (fig. 2), toutefois quelques-unes laissent apparaître le cadre de l’atelier en arrière-plan (fig. 5).

Fig. 3 Dessin, Arno Breker, sans date, Centre Pompidou/MNAM-CCI/Bibliothèque Kandinsky, Fonds Marc Vaux, MV_6442_003

Fig. 4 Portrait d’Arno Breker, sans date, Centre Pompidou/MNAM-CCI/Bibliothèque Kandinsky, Fonds Marc Vaux, MV_6439_001

Parmi ces deux catégories, alors que les reproductions des premiers apparaissent fréquemment dans les revues allemandes contemporaines par exemple dans Die Kunst für alle, Der Cicerone ou dans le catalogue d’exposition de Breker tenue sous l’Occupation en 1942 à l’Orangerie à Paris, les secondes semblent davantage destinées à être conservées dans les archives privées de l’artiste et comme instantanés de l’atelier. Par ailleurs, les prises de vue des œuvres de jeunesse de Breker sont d’autant plus précieuses qu’elles témoignent avec détail du processus créatif du sculpteur. Elles rendent compte pour l’essentiel de maquettes d’argile et du plâtre moulé ou poli, mais d’aucune fonte en bronze.

Fig. 5 Homme aux avant-bras fléchis, Arno Breker, 1927, Centre Pompidou/MNAM-CCI/Bibliothèque Kandinsky, Fonds Marc Vaux, MV_6443_010

L’étude de l’œuvre parisienne du jeune Breker à travers les photographies de Marc Vaux permet de distinguer des développements et expérimentations des différents styles, techniques et expressions plastiques appris d’après l’observation tant des grands maîtres que de la sculpture du début du XXe siècle. On peut penser que ces dernières auraient pu évoluer jusqu’à l’affirmation d’un style propre, loin des sculptures chargées idéologiquement et antimodernes de la période du national-socialisme, si Breker n’avait pas fait le choix de retourner en Allemagne. Les clichés du Fonds Marc Vaux offrent ainsi une perspective  nouvelle et permettent une compréhension élargie de l’œuvre de jeunesse d’Arno Breker. Il est d’ailleurs probable que Marc Vaux ait été le premier photographe à le documenter à cette échelle. En effet, les rares photographies antérieures que nous connaissons des œuvres de Breker demeurent anonymes.

Elena Treiber est l’auteure du mémoire « Une passion parisienne : L’œuvre de jeunesse d’Arno Breker à travers le Fonds Marc Vaux », École du Louvre, 2018. Elle est actuellement « Volontärin » (assistante scientifique et de conservation) au Saarlandmuseum à Sarrebruck, Allemagne.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search