« Une collection intime – André Pieyre de Mandiargues et ses objets d’art à travers l’œil de Marc Vaux » par Christine Haller

Je ne voulais rien devenir du tout et, tout au plus, j’essayais d’apprendre à voir, c’est-à-dire, d’abord, d’apprendre à regarder, pour apprendre à vivre. (André Pieyre de Mandiargues et Yvonne Caroutch, Un Saturne gai. Entretiens avec Yvonne Caroutch, Paris, 1982, p. 73)

André Pieyre de Mandiargues, écrivain et critique d’art associé au groupe surréaliste, fut également le propriétaire d’une vaste collection d’objets d’art. Passionné par la peinture métaphysique, le cubisme et le surréalisme, sa collection reflète ses goûts variés et représente une partie considérable de la création artistique de l’avant-garde parisienne du XXe siècle. Parmi des noms majeurs tels que Max Ernst, Henri Cartier-Bresson, Leonor Fini ou Man Ray se retrouvent des œuvres d’artistes plus confidentiels ou sortis aujourd’hui de la focale de l’histoire de l’art comme Enrico Baj, Ljuba ou Marc Janson, situés par la littérature critique plutôt à la marge du surréalisme de l’après-guerre.

Fig. 1
Filippo De Pisis, Natura morta sacro-profana, 1926
Centre Pompidou/MNAM-CCI/Bibliothèque Kandinsky, Fonds Marc Vaux, MV 1064

La collection Mandiargues semble s’est construite de manière relativement aléatoire. La profonde amitié liant le collectionneur à ses amis artistes constitue la base de sa collection, fondée principalement sur une économie d’échange : un écrit – préface pour un catalogue d’exposition ou article de presse – contre une œuvre. La collection figure ainsi comme une cartographie de la vie sociale de son collectionneur, alors au cœur du milieu artistique parisien de l’époque. À ce jour, une large partie de la collection est dispersée dans des collections privées suite à une grande vente aux enchères chez Christie’s en 2011.

Malgré la richesse de la collection, le fonds photographique Marc Vaux ne permet d’en aborder qu’un échantillon : le lot intitulé André Pieyre de Mandiargues ne comprend que les reproductions sur plaques de verre de deux artistes : Filippo De Pisis et Bona de Mandiargues. Oncle et nièce, ces deux artistes d’origine italienne font partie du cercle intime de l’écrivain, qui épousa Bona en 1950 et forment pour ainsi dire une triade inspiratrice, source principale de leur création artistique, fondée sur l’amour. Le lot représente donc la collection intime de l’écrivain : il comporte 68 reproductions photographiques au total dont 39 œuvres attribuées à Bona et 25 à De Pisis. Les œuvres couvrent une période de création de 1914 à 1968 de ces deux artistes.

Parmi les peintures d’une iconographie surréaliste réalisées par la main de Bona se trouvent des paysages et natures mortes de De Pisis. Ce dernier, qu’elle considérait comme son « père spirituel »[1], initia sa nièce à l’art. Ses peintures d’un trait expressif reflètent d’une part ses débuts dans la peinture métaphysique, et en même temps, elles semblent d’un style d’antan (fig. 1). Une de ses natures mortes est dédicacée « per Bona 21 anni », offerte comme cadeau d’anniversaire à la femme artiste (fig. 2).

Fig. 2
Filippo De Pisis, Natura morta con la dedica « Per Bona 21 Anni », 1947
Centre Pompidou/MNAM-CCI/Bibliothèque Kandinsky, Fonds Marc Vaux, MV 1064

L’œuvre de Bona, contrairement à celle de son oncle, est tombée dans l’oubli. Ses peintures présentent des éléments thématiques centraux du surréalisme dont celui de la métamorphose : ainsi, les deux visages de Monos et Una se discernent dans les rochers de la montagne (fig. 3) et dans Cent-onze, le corps d’une femme se transforme en escaliers (fig. 4). Les peintures racontent le passage d’un état à un autre ; leur habitants hybrides oscillent souvent entre paysage, animal et être humain (fig. 5). Le fonds Marc Vaux permet ainsi une redécouverte de cette œuvre intrigante, et la possibilité d’une réévaluation du canon surréaliste.

Fig. 3
Bona, Monos et Una, 1955
Centre Pompidou/MNAM-CCI/Bibliothèque Kandinsky, Fonds Marc Vaux, MV 1065

Fig. 4
Bona, Cent-onze, 1956
Centre Pompidou/MNAM-CCI/Bibliothèque Kandinsky, Fonds Marc Vaux, MV 1062

Finalement, c’est dans l’idée du merveilleux formulée par les surréalistes dans les années 1920 que Bona, De Pisis et Mandiargues s’inscrivent. Le fonds permet un aperçu de cette relation intime racontée par les œuvres de Bona et De Pisis, immortalisée en photographies à travers l’œil de Marc Vaux. La collection, ornant les murs de l’appartement de son collectionneur, fut la source de son inspiration littéraire et lui apprit ainsi à regarder « pour apprendre à vivre ».

Fig. 5
Bona, La sauterelle, 1956
Centre Pompidou/MNAM-CCI/Bibliothèque Kandinsky, Fonds Marc Vaux, MV 1063

 

Christine Haller est l’auteure du mémoire d’étude « Une collection intime – André Pieyre de Mandiargues et ses objets d’art à travers l’œil de Marc Vaux », École du Louvre, 2019 (consultable à la Bibliothèque Kandinsky sous la cote TH 529).

 

[1] Bona de Mandiargues et Alain Vircondelet, Bonaventure, Paris, 1977, p. 97.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search