« Ad Reinhardt et Iris Clert: l’Ad-venture (1960-1966) », par Margot Sanitas

Iris Clert et Ad Reinhardt, vernissage de l’exposition Mysticisme athée, juin 1960, 3, rue des Beaux-Arts, Paris, Bibliothèque Kandinsky, Mnam-Centre Pompidou

« Barnett Newman shut the door, Mark Rothko draw the shade, and Ad Reinhardt turned out the light. »[1]

L’aventure d’Ad Reinhardt, peintre et théoricien new-yorkais, et Iris Clert, galeriste parisienne, débute par une rencontre. Entre janvier et mai 1960, de passage au MoMA, une toile retient l’attention de cette dernière. Dans son autobiographie, elle partage son sentiment face à l’objet de sa fascination :  : « Au premier abord ce tableau me paraît tout noir, monochrome, mais au bout de quelques minutes de concentration, je vois émerger une croix d’un noir plus intense. […] Les autres tableaux autour de lui ont disparu à mes yeux, il n’y a plus que ce tableau noir d’une beauté sobre et puissante.»[2] Par l’intermédiaire de Betty Parsons, qui représente également Mark Rothko, Barnett Newman et Jackson Pollock, rendez-vous est pris directement au studio d’Ad Reinhardt. Il n’a pas encore vendu la moindre toile. Pourtant, à l’issue de leur entrevue, Iris Clert, qui assure déjà la promotion des Nouveaux Réalistes avec Pierre Restany, s’engage à en présenter une sélection dans sa galerie de la rue des Beaux-arts, au mois de juin suivant. De cette rencontre va naître une correspondance passionnante, interrompue par la mort prématurée de l’artiste en 1967.

Les 53 aérogrammes d’Ad Reinhardt, conservés dans le fonds de la galerie Iris Clert, résultent de la donation de son fils à la Bibliothèque Kandinsky, en 1991. Ils sont complétés par 36 lettres d’Iris Clert, numérisées par les Archives of American Art de la Smithsonian Institution de Washington D.C. Étonnamment, le corpus a peu été exploité par les chercheurs. Pourtant, ces échanges de papier suivent une temporalité parallèle à la période de production des monochromes noirs, qualifiés d’«Ultimate Paintings ». Ils constituent à ce titre le prolongement des œuvres peintes. Leur support standardisé correspond à la personnalité obsessionnelle de l’artiste. Il écrit toujours à l’encre, sur le même feuillet de papier bleu, qu’il expédie par avion.


Lettre N. 16, 16 novembre 1960, GALCLER11, Bibliothèque Kandinsky, Mnam-Centre Pompidou

La galeriste y apparaît tour à tour instigatrice de périples professionnels et muse de ses mots plus personnels. L’écriture constitue le socle de leur relation. Iris Clert admire son talent : « Ad Reinhardt a un graphisme unique, il écrit tout en majuscule, et ses lettres sont autant d’œuvres d’art tant sur le contenu que sur la forme. »[3] De la graphie, inspirée de ses voyages en Asie, à la composition, en passant par le choix des mots, rien n’est laissé au hasard. Sur le papier, il délaisse son costume de peintre et endosse celui d’écrivain. Difficile de distinguer ce qui relève de la correspondance informative, du roman voire de la poésie. Il mêle habilement les genres littéraires et sature l’espace de textes, de cartes de voyages et de petits dessins.

Lettre N. 4, 1 août 1961, GALCLER11, Bibliothèque Kandinsky – Mnam, Centre Pompidou

Le doute est permis quant à la nature exacte de sa relation avec Iris Clert. Si rien n’étaye l’hypothèse d’un lien amoureux entre eux, l’artiste se livre à des déclarations enflammées, sans qu’il ne soit possible au lecteur de trancher en faveur d’une histoire sérieuse ou fantasmée. Ad Reinhardt construit soigneusement sa mythologie. La modestie feinte de sa déclaration du 10 mai 1966 : « I would not make too much of the fact that I was born on Christmas eve (that’s going too far), 1913, year of the climaxes of all the isms of modern art, eve of the great world war I, year of the Armory show in New York, first large modern art show in America »[4] témoigne de sa personnalité complexe. Tout au long de sa carrière, il poursuit sa quête de reconnaissance, en s’accrochant à son statut d’«avant-garde rebel »[5]. Il se satisfait d’apparaître comme « the only controversial artist in America»[6] et qualifie ses contemporains de businessmen, corrompus par l’argent et soumis aux dictas du marché. Sa marginalité revendiquée lui vaut l’indifférence relative des institutions officielles. Elle lui permet surtout de mettre ses prédispositions littéraires au service de sa pratique artistique. Ses lettres-enveloppes sont autant de tribunes qu’il s’octroie. Sous leurs airs de petits manifestes, elles donnent de précieuses informations sur son parcours parisien. On découvre ainsi qu’au moment de l’exposition Mysticisme athée en juin 1960, il n’a pas encore cédé à la radicalité des « Black Paintings ». Ses écrits accompagnent le déménagement de la galerie rue du Faubourg Saint-Honoré en mai 1961, l’ouverture de la Piccola Biennale à Venise au printemps suivant, et surtout, la préparation de l’exposition Les forces immobiles en juin 1963. La manière dont il documente ces événements laisse penser qu’il écrit avant tout pour sa propre postérité.

Exposition Ad Reinhardt, Galerie Iris Clert, Paris, 1963, SHU 15156, Fonds Shunk – Kender, Bibliothèque Kandinsky, Mnam – Centre Pompidou

Malgré l’échec commercial de sa seconde exposition parisienne et le désintérêt d’Iris Clert, Ad Reinhardt cherchera jusqu’au bout à attirer son attention. La suite de leur aventure restera malheureusement suspendue à ces derniers mots, le 7 août 1966 : « I still love you, all is forgiven, come back. »[7]

Lettre N. 41, 7 août 1966, GALCLER11, Bibliothèque Kandinsky, Mnam – Centre Pompidou

[1] « Reinhardt and Artist writers », Greg Linquist, The Brooklyn Rail, 16 janvier 2014 : « Barnett Newman ferma la porte, Mark Rothko dessina l’ombre et Ad Reinhardt éteignit la lumière. »

[2] Iris.Time, L’artventure, Iris Clert, Éditions Denoël X-trême, Paris, 1ère édition 1978, réédition 2003, p. 218.

[3] Ibid., p. 297

[4] Lettre No. 44, tampon 10 mai 1966, GALCLER11 : «  Je n’en ferais pas trop du fait que je sois né la veille de Noël (c’est aller trop loin), 1913, année de l’apogée de tous les -isms de l’art moderne, veille de la première guerre mondiale, année de l’Armory Show à New York, première grande exposition d’art moderne en Amérique».

[5] Lettre No. 12, tampon 9 mai 1960, GALCLER11 : « avant-garde rebelle ».

[6] Lettre No. 30, tampon 9 août 1963, GALCLER11 : « le seul artiste controversé en Amérique ».

[7] Lettre No. 41, 7 août 1966, GALCLER11 : « Je t’aime toujours, tout est pardonné, reviens. »

Margot Sanitas est l’auteure du mémoire d’étude « Ad Reinhardt et Iris Clert. L’Ad-venture (1960-1966) », Ecole du Louvre, 2016 (consultable à la Bibliothèque Kandinsky sous la cote TH 480). Elle est également la lauréate du Prix de l’Association de l’Ecole du Louvre pour son mémoire de fin d’étude « La Galerie Colette Allendy. Des Réalités Nouvelles au Nouveau Réalisme (1946-1960) », Ecole du Louvre, 2017.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.