« Romances capitonnées. Alice Halicka (1894-1975), l’étoffe d’un peintre » par Anna Millers

comme j’ai toujours eu la tête remplie de toutes sortes d’idées appelées “extra-picturales” dans l’horrible jargon de la critique, j’inventai des petits tableaux, mélange de peinture, bas-relief, chiffons, boutons, papiers collés, fils de fer, plumes, baptisés “romances capitonnées”

Alice Halicka, Hier : souvenirs, Paris, Editions du Pavois, 1946
Fig. 1 : Alice Halicka (1894-1975)
Centre Pompidou/MNAM-CCI/Bibliothèque Kandinsky, Fonds Marc Vaux, MV 3927
© Bibliothèque Kandinsky, MNAM/CCI, Centre Pompidou – Dist. RMN-Grand Palais

Alice Halicka (fig. 1) ne fait pas partie des « oublié·e·s » de l’histoire de l’art. Pourtant, on ne retient d’elle aujourd’hui que quelques toiles cubistes et une série de vues de Paris ; si peu face aux soixante années de création qui ont rythmé sa vie. Née Alicja Rosenblatt en 1894 à Cracovie, elle fut l’épouse du peintre cubiste Louis Marcoussis (1878-1941), femme, polonaise et juive au sein de l’Ecole de Paris. Ces multiples identités ont sans doute pris le pas sur l’essentiel : sa production artistique. Peinture, illustration, collage, dessin textile, conception de décors et de costumes, son œuvre fut aussi riche qu’elle est méconnue.

La redécouverte du fonds photographique Marc Vaux a permis de mettre en lumière un chapitre inédit de la carrière de l’artiste. Parmi plus de 80 œuvres d’Alice Halicka reproduites sur plaques de verre, figurent 16 collages sur papier composés de morceaux de tissus et de matériaux divers. Ces compositions furent baptisées en leur temps « Romances capitonnées ». Le fonds Marc Vaux constitue ainsi l’une des rares sources iconographiques afférent à ce corpus qui compte seulement 41 œuvres illustrées sur près de 100 titres identifiés. À ce jour, la plupart des Romances capitonnées – du moins celles qui ont survécu aux vicissitudes du temps – sont probablement détenues en main privée. La plus importante collection accessible au public est celle de la Villa la Fleur, au sud de Varsovie, qui conserve huit de ces collages.

Fig. 2 : Bougival, avant 1926
Centre Pompidou/MNAM-CCI/Bibliothèque Kandinsky, Fonds Marc Vaux, MV 3930
© Bibliothèque Kandinsky, MNAM/CCI, Centre Pompidou – Dist. RMN-Grand Palais

Peuplées de personnages habillés de fragments d’étoffes (popeline écossaise, soie, tissu matelassé, fourrure), d’éléments de passementerie (franges, dentelles, cordons, rubans, pompons, brocarts) et de papiers collés, les Romances capitonnées sont plus hautes en couleurs qu’elles ne le paraissent sur ces clichés. Soigneusement encadrés, ces « petits tableautins » présentent une iconographie variée. Les plages de Trouville, les canotiers à Bougival (fig. 2), les courses de Longchamp (fig. 3), le cirque ou encore les scènes d’inspiration orientales comptent parmi leurs sujets de prédilection. Se prêtant aussi bien au genre du portrait qu’à des compositions plus narratives, ils reflètent la variété des sources d’inspiration de l’artiste. Issue d’un milieu universitaire, Alice Halicka disposait d’une solide culture littéraire, historique et artistique, convoquant tour à tour la Chanson de Roland, l’histoire polonaise, Proust, Delacroix et le Douanier Rousseau.

Fig. 3 : Aux courses, avant 1939
Centre Pompidou/MNAM-CCI/Bibliothèque Kandinsky, Fonds Marc Vaux, MV 3928
© Bibliothèque Kandinsky, MNAM/CCI, Centre Pompidou – Dist. RMN-Grand Palais

Par leur esthétique fin-de-siècle, naïve et désuète, les Romances capitonnées détonnent dans le paysage des avant-gardes. Sans doute furent-elles davantage inspirées par les pratiques populaires du collage que par celles de Dada et des surréalistes. Leur charme suranné faisait alors écho aux aspirations de ce Tout-Paris des Années Folles qui aimait à revivre, dans les bals costumés, le Paris de Proust et des expositions universelles. Savant mélange d’humour et de fantaisie, les Romances capitonnées rencontrèrent un succès certain, séduisant des collectionneurs aussi illustres que Katherine Dreier, Paul Poiret, Helena Rubinstein (fig. 4) et Oskar Reinhart. Des premiers collages parus dans le magazine Vogue en 1923 aux compositions présentées par la galerie américaine Julien Lévy en 1938, elles figurèrent dans une douzaine d’expositions à New York, Londres et Paris. Appréciées pour leur ironie espiègle, les Romances capitonnées furent source d’inspiration pour leurs contemporains. Adaptées, copiées puis oubliées, leur esthétique singulière résonne dans un éloge du kitsch propre à la postmodernité.

Fig. 4 : Portrait d’Helena Rubinstein
Centre Pompidou/MNAM-CCI/Bibliothèque Kandinsky, Fonds Marc Vaux, MV 3931
© Bibliothèque Kandinsky, MNAM/CCI, Centre Pompidou – Dist. RMN-Grand Palais
Fig. 5 : Les Trois Grâces, avant 1926
Centre Pompidou/MNAM-CCI/Bibliothèque Kandinsky, Fonds Marc Vaux, MV 3932
© Bibliothèque Kandinsky, MNAM/CCI, Centre Pompidou – Dist. RMN-Grand Palais

Anna Millers est l’auteure du mémoire d’étude  » Romances capitonnées : Alice Halicka (1894-1975), l’étoffe d’un peintre », Ecole du Louvre, 2017 (consultable à la Bibliothèque Kandinsky sous la cote TH 539). Elle est actuellement élève conservatrice de l’Institut national du Patrimoine, promotion Brigitte Lainé.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search