Le fonds photographique Marc Vaux

Marc Vaux v.1925

Marc Vaux naît le 19 février 1895 à Crusai dans l’Orne et meurt à Paris le 25 février 1971. Mobilisé lors de la première guerre mondiale, il a 22 ans lorsqu’il est évacué des champs de bataille de Champagne avec une grave blessure au bras droit. Réformé, il recevra une pension de mutilés de guerre à vie. Ce menuisier ébéniste doit cependant trouver une nouvelle vocation : il entre en 1915 à l’Ecole de rééducation professionnelle des mutilés de guerre et y perfectionne sa passion d’avant-guerre : la photographie. De retour à la vie civile, il arrive à Paris et gagne modestement sa vie en faisant le portrait des commerçants de son quartier, d’artisans posant dans leur atelier et exécute des agrandissements de parents morts au front. Après l’Armistice, il s’installe place de la Concorde, photographie les passants et fait le commerce de ces portraits. A cette époque, Marc Vaux habite dans le quartier de Montparnasse avec sa femme au 23 avenue du Maine, non loin de l’impasse du 21 où logent les artistes Marie Vassilieff et Maria Blanchard.

Portrait de groupe à l’occasion du Bal des Quat’z’Arts, Paris [1920-1935]. (Fonds Marc Vaux, Bibliothèque Kandinsky)

Il fait la connaissance du sculpteur Charles Desvergnes (1860-1929) par l’intermédiaire de son marchand de couleurs chez lequel il achète ses plaques et ses produits photographiques. Celui-ci lui demande de photographier ses sculptures et ses dessins ; satisfait de son travail, Charles Desvergnes le recommande à d’autres acteurs de la vie artistique de Montparnasse, dont Maria Blanchard et Marie Vassilieff, qui elles-mêmes le présentent à leurs cercles d’amis artistes. Dès 1920, le milieu multiculturel artistique de Montparnasse apparaît alors dans son œuvre : fort de ces premières expériences, il commence à proposer ses services aux artistes, développe ses compétences en reproductions d’œuvres d’art et illustre également la vie intellectuelle et festive du quartier de Montparnasse des années 20-30 : portraits d’artistes, académies, bal costumés, cafés…etc.

Exposition collective « Réalités nouvelles », Galerie Charpentier, 1939. (Fonds Marc Vaux, Bibliothèque Kandinsky)

Marc Vaux devient rapidement le « photographe des peintres », spécialiste des photographies de sculptures, peintures et artistes dans leur atelier. Il a pour clients des personnalités peu connues ou des maîtres illustres, travaille aussi pour des galeries parisiennes ou des collectionneurs privés et photographie le salon des Indépendants, les salons d’automne et de mai.

Marc Vaux déménage en 1927 au 114 bis rue de Vaugirard. Ce nouveau lieu plus spacieux lui laissera assez de place pour travailler, organiser quelques expositions et même louer des dépendances à plusieurs artistes, dont Henri Matisse.

Juana Muller (1911-1952) dans son atelier [1935-1945]. (Fonds Marc Vaux, Bibliothèque Kandinsky)

Les chroniqueurs contemporains de Marc Vaux le décrivent comme une personnalité de Montparnasse généreuse et militante. En 1943, Il loue à son nom une chambre pour permettre au peintre Rabinowitcz dit Benn de se cacher jusqu’à la fin de la guerre, puis participe à la Libération de Paris en tant que résistant (FFI Paris sud C.D.L.R.). Sensible à la situation très précaire des artistes après-guerre, il fonde en 1946 le Foyer d’entraide aux artistes et aux intellectuels au 89 bld du Montparnasse dont la cantine propose tous les jours jusqu’à 500 repas à prix modique. En qualité de secrétaire général du Comité « Montparnasse », Marc Vaux devient une figure centrale de Montparnasse et s’investit pour faire revivre ce quartier comme foyer d’art. Il organise des expositions dans la Galerie du Foyer, anime l’élection annuelle du plus beau modèle et crée en 1948 la revue « Montparnasse-Carrefour des Arts » qui ne connaîtra cependant que dix numéros. Il ouvre en 1951 un petit musée, le Musée du Montparnasse, au 10 rue de l’arrivée dans lequel il expose ses propres peintures, ses reproductions photographiques et des souvenirs collectés au fil des ans. Dans les années 60, Marc Vaux a le projet de créer un Centre culturel de Montparnasse et un foyer international des arts en place de l’ancien Hôtel Rigaud mais n’aura malheureusement pas le temps de concrétiser cet engagement avant sa mort en 1971.

Lois Mailou Jones (1905-1998) dans son atelier [1930-1940] (Fonds Marc Vaux, Bibliothèque Kandinsky)

Le fonds Marc Vaux constitue un témoignage exceptionnel sur la création artistique entre 1920 et 1970. Artisan fidèle à la chambre photographique et aux négatifs sur verre qu’il n’a jamais délaissés pour un appareil et des supports plus légers, Marc Vaux a réalisé, au terme de sa carrière, quelques 130 000 clichés rangés dans des boîtes superposées sur lesquelles sont inscrits en grosses lettres de gouache jaune ou blanche les noms de près de 6000 artistes et autres commanditaires. Les négatifs réalisés par Marc Vaux montrent des œuvres, dans leur état originel, souvent photographiées dans le contexte de l’atelier où elles ont vu le jour ou dans un contexte d’expositions. On doit également au photographe de nombreux portraits d’artistes, des vues d’expositions et une série de photographies réalisées lors du déménagement des œuvres du Louvre en 1939.

Marc Vaux [196.].

Sa pratique photographique et la diffusion de ces images (revues, cartes postales, catalogues…), encore peu connues, sont des champs passionnants à explorer : contextes de prise de vue, objectifs des commandes et intentions des commanditaires, cadre des devis, cession de droits…etc. Le fonds Marc Vaux a été acquis par le Centre Pompidou en 1980, et est à ce jour entièrement numérisé et accessible en ligne, il compte parmi les plus belles ressources des collections photographiques documentaires de la Bibliothèque Kandinsky et est voué à s’enrichir au gré de contributions scientifiques.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search