Benjamin Fellmann: « Palais de Tokyo. Kunstpolitik und Ästhetik im 20. Und 21. Jahrhundert » (De Gruyter)

Lundi 20 janvier 2020

Bibliothèque Kandinsky – Niveau 3 – Centre Pompidou  19H – 20H

Lancement « Palais de Tokyo. Kunstpolitik und Ästhetik im 20. Und 21. Jahrhundert » [Palais de Tokyo. Politique artistique et Esthétique aux 20ème et 21èmes siècles] de Benjamin Fellman, éditions De Gruyter

En présence de Benjamin Fellman, Catherine Perret, professeure des universités en théorie et histoire des arts modernes et contemporains, Paris 8 Saint-Denis, Corinne Diserens, directrice de l’École nationale supérieure de Paris-Cergy (ENSAPC) et Fabrice Hergott, directeur du Musée d’Art Moderne de la ville de Paris

Réservation : reservation.bibliothequekandinsky@centrepompidou.fr

Depuis le début du XXe siècle, le monumental Palais de Tokyo à Paris est un sismographe du rôle de l’art contemporain dans des perspectives internationales et sa place publique. Aujourd’hui, ce site d’exposition est un des plus grands au monde. Conçu dans le cadre d’échanges intellectuels dans le contexte de la Société des Nations et dessiné comme le plus moderne bâtiment à vocation muséale dans cette « capitale mondiale de l’art », le Palais de Tokyo fut construit à l’occasion de l’Exposition universelle de 1937 pour un musée de l’Etat et un de la ville.

Cet ouvrage s’appuie sur de nombreuses sources documentaires dépouillées pour la première fois et fournit la première monographie détaillée, montrant comment le premier musée national d’Art moderne en France est devenu un centre mondial de la création artistique et de la théorie de l’art contemporain. Le Musée national d’Art moderne, l’Exposition universelle de 1937, l’occupation et l’après-guerre, l’émergence du Centre Pompidou en réponse au Palais de Tokyo, l’expérimental Musée d’Art et d’Essai, l’Institut des Hautes Études en Arts Plastiques devenu modèle de formation artistique dans le monde entier, les ambitions pour un centre national de photographie et du film avec la Cinémathèque depuis les années 1980 ne sont que quelques-uns des éléments principaux de cette histoire jusqu’à la naissance de l’institution contemporaine, élargit en 2012 pour devenir le plus grand centre d’art d’Europe, et sa portée dans les théories contemporaines sur la fonction sociale de l’art, en particulier l’esthétique relationnelle et l’art participatif.

 

Benjamin Fellmann, historien de l’art et commissaire d’expositions, est coordinateur scientifique du Warburg-Haus Hamburg, où il est en charge des programmes de recherches et des programmes culturels. Il a récemment publié Palais de Tokyo. Kunstpolitik und Ästhetik im 20. und 21. Jahrhundert (De Gruyter, 2019). Il a obtenu son doctorat, soutenue par la Studienstiftung des Deutschen Volkes, en cotutelle à l’université Paris 8 et l’Universität Hamburg après des études d’histoire de l’art, des sciences des médias et communication et de droit à Hambourg et Rome. Il est auteur d’un livre sur Walter Benjamin, Durchdringung und Porosität: Walter Benjamins Neapel (Lit, 2014). Il a été rédacteur en chef et co-éditeur de la revue d’art contemporain DARE. Récemment il a été, avec Bettina Steinbrügge et Tobias Peper, commissaire de l’exposition collective Rapports de classe. Phantoms of Perception au Kunstverein in Hamburg (2019); l’ouvrage collectif accompagnant cette investigation paraîtra prochainement (Koenig Books, 2020).

 

 


Mica Gherghescu

Docteure en histoire de l'art. Responsable de l'accueil scientifique et de la programmation, Bibliothèque Kandinsky, Mnam-Cci, Centre Pompidou

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.