Hervé Fischer. Les Couleurs de l’Occident (Gallimard)

25 novembre 2019

En présence de l’auteur et de Pierre Nora

 

La Bibliothèque Kandinsky du Musée national d’art moderne est heureuse de vous convier au lancement de l’ouvrage d’Hervé Fischer, Les couleurs de l’Occident. De la Préhistoire au XXIe siècle (collection Bibliothèque illustrée des histoires), paru aux éditions Gallimard, en présence de l’auteur et de Pierre Nora, historien.


Le lundi, 25 novembre, à partir de 18h30
Bibliothèque Kandinsky
Centre Pompidou, Niveau 3


Entrée libre sur réservation à : 

reservation.bibliothequekandinsky@centrepompidou.fr

 

Hervé Fischer a consacré ses recherches à la sociologie de l’art et à la mythanalyse des imaginaires sociaux. Fondateur de l’art sociologique, il est revenu depuis plusieurs années à la peinture pour explorer le monde numérique, ses structures, ses icones et ses mythes. Il recourt aussi depuis 2011, sur twitter, au tweet art et à la tweet philosophie. En 2017, le Centre Pompidou organise la grande rétrospective de son travail « Hervé Fischer et l’art sociologique ».

Avec « Les couleurs de l’Occident » Hervé Fischer propose une nouvelle réflexion théorique sur le système des couleurs saisi dans son rapport avec les évolutions sociétales. Les couleurs possèdent une expressivité qui va bien au-delà de la simple sensation, qui relève du mythe et qui cependant s’encadre dans l’institution sociale. Les couleurs possèdent un pouvoir auquel l’institution sociale ne peut que s’intéresser. Elle en édicte les codes et les usages, elle en sanctionne même les transgressions. Ce livre vise à en apporter la démonstration historique. Ce n’est pas une histoire des couleurs qui est écrite ici (territoire déjà bien exploré par l’histoire culturelle de Michel Pastoureau, John Gage, Faber Birren ou Manlio Brusantin). C’est une réflexion sur le système des couleurs selon les types de société et leur évolution. Deux dates, deux faits pourraient la circonscrire : la Bible qui ne mentionne jamais les couleurs mais seulement les ténèbres ou la lumière. Gagarine, en 1961, qui déclara à son retour: « j’ai vu le ciel sombre et la terre bleue ». Un bleu ultramarine qui, au même moment, fascinait Yves Klein. Hervé Fischer mène une analyse rigoureuse depuis les pigments colorés des peintures préhistoriques jusqu’au fauvisme digital du XXe siècle et au consumérisme contemporain.

Artiste et philosophe, Hervé Fischer, est né à Paris en 1941 et vit à Montréal. Il a étudié à l’École normale supérieure et à l’Université du Québec à Montréal. Il a consacré sa maîtrise sous la direction de Raymond Aron à la pensée politique de Spinoza et sa thèse à la sociologie des couleurs. Il a enseigné à la Sorbonne-Paris V et à l’École nationale supérieure des arts décoratifs. Il est actuellement professeur associé à l’Université du Québec à Montréal et fondateur et directeur de l’Observatoire international du numérique, ainsi que de la société internationale de mythanalyse.

En résonance avec la parution de l’ouvrage et la thématique des discussions, la Bibliothèque Kandinsky présentera une sélection d’ouvrages et documents d’archives conservés dans ses collections.
Le Fonds d’archives Hervé Fischer est conservé à la Bibliothèque Kandinsk


Mica Gherghescu

Docteure en histoire de l'art. Responsable de l'accueil scientifique et de la programmation, Bibliothèque Kandinsky, Mnam-Cci, Centre Pompidou

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.