La correspondance russe de Jacques Lipchitz

Le fonds Jacques Lipchitz conservé à la Bibliothèque Kandinsky vient d’être récemment enrichi d’une traduction des lettres en russe effectuée par Natacha Milovzorova (chargée de recherche au Musée national d’art moderne, MNAM) et Darya Kuznetsova (étudiante en Master Communication Interculturelle et Muséologie dans l’Europe Rénovée (CIMER), Paris-Sorbonne Université, stagiaire au MNAM). Ce travail a été mené dans le cadre d’un reclassement et d’un inventaire détaillé de cette correspondance. Un recoupement des sources a été réalisé essentiellement avec la correspondance conservée au Musée d’Art et d’Histoire du Judaïsme (Paris) et à celle de la Tate Gallery (Londres).

Adressée à sa première épouse Berthe Lipchitz-Kitrosser, la correspondance de Jacques Lipchitz constitue la majeure partie du fonds Jacques Lipchitz conservé à la Bibliothèque Kandinsky. Ces lettres sont composées de deux parties : une première qui rend compte de leurs échanges de 1928 à 1937, en russe ; puis une seconde, plus volumineuse et principalement écrite en français de 1947 jusqu’en 1972, date du décès de Berthe. La période de la Seconde Guerre mondiale est absente de cette correspondance : le couple, menacé par les persécutions juives, fuit alors la France pour les Etats-Unis (New York) où Jacques s’installe définitivement après leur séparation en 1946.

Les trente-cinq lettres produites dans l’entre-deux guerres ainsi que trois lettres datant de 1947-1948, sont essentiellement écrites en russe. Cette correspondance de l’entre-deux guerres rend compte de ses déplacements professionnels, familiaux voire de séjours de loisir en France ou à l’étranger ou pour des raisons de santé (tels que ses séjours à l’Etablissement thermal de Chaudes-Aigues dans le Cantal en [1932], à Vichy en [1933] ou dans un lieu inconnu où il “inhale l’air [qui] semble faire son travail”, s.d.). En ce qui concerne ses déplacements professionnels, sept lettres relatent son séjour chez Charles de Noailles à Hyères (Var) tandis que quatre autres concernent ses séjours effectués chez Hélène de Mandrot au Pradet (Var). En 1928, Jacques Lipchitz installe sa sculpture “La Joie de vivre” à la demande de Charles de Noailles, dans le jardin de sa résidence à Hyères dans le Var. Les lettres quasi quotidiennes du 21 février au 2 mars informent Berthe des détails de son séjour et, surtout, des aléas liés à l’installation de l’oeuvre. A Hyères, le sculpteur rencontre notamment l’écrivain René Schwob et le sculpteur Constantin Brancusi. Il écrit également plusieurs lettres depuis Le Pradet [automne 1931, été 1932 ?] où il installe le “Chant des voyelles” dans la propriété d’Hélène de Mandrot, autre commanditaire important.

Deux lettres sont écrites depuis [Grodno] (Biélorussie) où il rend visite en [octobre-novembre] 1932 à sa mère, alors en mauvaise santé.

Il s’agit enfin d’une correspondance de vacances lorsque Jacques Lipchitz séjourne en 1930 sur le Bassin d’Arcachon ; quand Hélène de Mandrot l’invite en 1932 au Château de la Sarraz, dans le canton suisse de Vaux ; de cartes postales écrites lorsqu’il est de passage à Fontaines-de-Vaucluse avant de se rendre à Prades (Pyrénées-Orientales) à la mi-septembre 1933 ou quand il voyage en 1935 aux Pays-Bas avec son frère Rubin installé à Amsterdam ; d’un ensemble de lettres quand il séjourne chez [Juan et Marguerite] Larrea (ou tout près de leurs différentes résidences) à Font Romeu (Pyrénées-Orientales) [vers 1935 ?] et à Coulanges (Allier, fin août 1936) après être passé par Moulins.

Soulignons enfin la présence de deux lettres adressées à Jacques Lipchitz : celle d’une femme [Rachel ou Rahil Lapina] écrite à Grodno le 6 février 1934, suite au décès de sa mère dont elle était très proche ; celle de Sanya [?] (s.d.) qui demande où en est l’évolution d’une sculpture de l’artiste.

En 1947-1948, Jacques Lipchitz continue sa correspondance en russe à travers trois lettres, mais après juillet 1948, il passe au français, même s’il emploie encore des termes affectueux et des expressions russes voire yiddish. Malgré leur séparation en 1946, on se rend compte à travers ces écrits que Berthe le seconde depuis la France dans ses nombreux projets (publications, expositions, vente de sculptures etc.).

La traduction de ces lettres soulève plusieurs difficultés, relevant de la :

  • paléographie : lettres manuscrites parfois difficilement déchiffrables ;
  • contextualisation : Seules les lettres de Jacques à Berthe Lipchitz ont été conservées car sur la demande de son épouse, l’artiste a détruit toutes ses lettres. Enfin, nous conservons peu de repères quant à certaines dates et lieux d’écriture ;
  • construction des phrases assez particulière en russe. La traduction en français se veut, dans la mesure du possible, le reflet des tournures russes ;
  • « Russification » des mots français, avec modification selon les règles russes :

Ex : «А то был бы кафар невыносимый» ([mon] cafard serait insupportable)

  • mélange de langues (russe/français, russe/yiddish) :

Ex : « [рама выглядит] Приблизительно так: […] un oiseau de chaque côté» (« [Le cadre] ressemble [plus ou moins] à ceci : […] un oiseau de chaque côté)

  • Invention d’un vocabulaire, ainsi qu’un langage familier entre les époux (jeux de mots intimes etc.) :

Ex. : «Целуехвощу» (approximativement « je t’embrasse/engueule »), «Кошковал» (très approximativement « ma féline » : J.L. s’adressant à son épouse)

  • Même prénoms en différentes langues :

Probablement : translitération des prénoms. Ex. : Рува (Ruwa ? Rouva ? Rouwa ?)

Sources complémentaires :

Musée d’Art et d’Histoire du Judaïsme :

– Fonds d’archives photographiques Jacques Lipchitz [cote : PH/Fds Lipchitz PA 1 – 101]

– Fonds Lipchitz : constitué d’autographes, de photographies et documents, essentiellement sur la période parisienne du sculpteur Jacques Lipchitz. Don de Rubin Lipchitz [Inv.MS/Fonds Lipchitz]

Ces documents sont consultables en ligne : MAHJ_Fonds-Lipchitz

Tate Archive (London), TGA 897 Lipchitz, Jacques : papers of Jacques Lipchitz, 1910s-1970s (23 boxes). Presented to Tate Archive by Rubin Lipchitz, March 1989.

Bibliographie :

– La correspondance de Jacques Lipchitz a fait l’objet d’une publication dans le catalogue de l’exposition hors-les-murs “Jacques Lipchitz : collections du Centre Pompidou” qui s’est tenue au Musée des Beaux-Arts de Nancy, du 16 décembre 2004 au 14 mars 2005 et au Musée des Beaux-arts et de la dentelle de Calais du 7 avril au 29 août 2005. Textes de Brigitte Léal, Blandine Chavanne, Jacques Beauffet, Anabela de Araujo, Christian Derouet, Anne-Marie Zucchelli et Doïna Lemny. Paris : Centre Pompidou, 2004. Bibliogr. p. 192-195 [cote BK : LIPCHITZ 2004 NANC]

– J.F. Yvars y Lucía Ybarra, Cartas a Lipchitz : y algunos inéditos del artista. [Madrid] : Museo nacional Centro de arte Reina Sofía, 1997. Ouvrage édité en parallèle à l’exposition : “Lipchitz. Un mundo sorprendido en el espacio” qui s’est tenue du 20 mai au 2 septembre 1997 au Museo Nacional Centro de Arte Reina Sofia, Madrid. [cote BK : IN-12 10953]. Lettres provenant de Jacques Lipchitz papers, Tate Archive (London)

– Jacques Liptchitz ; with H.H. Arnason, My Life in sculpture. London : Thames and Hudson, 1972. (The documents of 20th century art). [cote BK : RLPF 235]

Lettre de Jacques Lipchitz adressée à Berthe Lipchitz, Hyères (Var), samedi  25 février 1928

Jeudi

Hier j’ai bien reçu ta lettre merci

Chère chatte, écris aux bons etc. de Monsieur le…. Je suis content que tout aille bien pour toi. De mon côté, je n’ai toujours pas de statue. Hier j’ai câblé à l’expéditeur, reçu une réponse et maintenant suis dans l’attente de [sa] réception d’un instant à l’autre.

Ma journée s’est passée ainsi : j’étais occupé avant le petit-déjeuner. Après le petit-déjeuner le Prince Murat et son épouse partaient à Toulon et m’ont invité à venir avec eux. Ils se sont occupés de moi en me montrant le Toulon des antiquaires. J’ai acheté une belle petite statuette [NM : incompréhensible] du Pérou, très rare. J’ai dû l’offrir à la Comtesse, elle était très contente. Ensuite on s’est baladé dans les rues, (…)



(…) Figure-toi, j’ai rencontré Renée [NM : mot indéchiffrable], sa sœur et sa mère. Elles [nous ont] invité chez elles, à Sanary[1] je m’étais mis en retrait et, quand on se saluait, je faisais passer mes accompagnants avant moi.

J’ai également rencontré René Schob[2] et ensuite nous sommes partis. Je pars maintenant à Aix – la patrie de Cézanne. Imagine mon cœur battre. C’est à deux heures et demie de voyage en voiture. J’y passerai toute la journée. Qu’est-ce que tu as toi de nouveau ? Tu dois probablement profiter de la vie[3]. Tout ce chaos me fait plonger dans le cafard, mais j’espère que tout s’arrangera.

Je t’embrasse fort,

Ton « unetelle »[4]

[1] NM : probablement Sanary-sur-Mer (Var).

[2] NM : il s’agit probablement de l’éditeur René Schwob.

[3] DK : mot « vkusnokhvotchit » n’existe pas tel quel en russe, mais signifie « vivre avec le goût ».

[4] NM : « Odna takaia », littéralement en russe « unetelle » : Jacques Lipchitz signe avec cette formule au féminin.

Lettre de Jacques Lipchitz adressée à Berthe Lipchitz, New York, 20 juillet 1948

En écrivant que le cadre m’appartient.

Ce cadre par ses dimensions n’est pas plus grand que l’autre avec des fleurs, mais il est plus plat. Sur le cadre il y a du relief, il semble que ce soit en quelque sorte des feuilles et des deux côtés deux oiseaux. Tout cela en relief léger. Le cadre de l’époque de la Renaissance est en bois avec des restants de dorure et il ressemble à ceci :

Renaissance plus carré- restants de dorure un oiseau de chaque coté[1]

Non, pas exactement, le cadre à mon avis est plus carré que rectangulaire, tu vois, où les oiseaux de chaque côté sur (…)

[1] DK : notes à droite du dessin.

 

(…) Et eux, ils doivent se calmer, cela ne peut pas continuer ainsi.

En ce qui concerne les prix, il faut imaginer plusieurs options[1]. Cinq fois au moins ce que coûte le moulage Bien sûr.

Pour être plus flexible et en général cela dépend de l’acheteur et des circonstances.

Un peu plus un peu moins, c’est que pour les anciennes choses et que pour le bronze. C’est ce dont tu dois te souvenir et ainsi tu ne pourras plus t’amuser autant.

« Kotach »[2] on fait rien de plus pour nous[3]

[1] DK : littéralement en russe [noujno sebe sdelat’ dilemmu] : « faut se faire un dilemme ».

[2] DK : le chat.

[3] DK : phrase écrite à la verticale.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.