La vidéo au Centre Pompidou : les premières années, pistes de recherche

Cette synthèse a été établie par Camille Martin, stagiaire dans le cadre du programme Cinéma/vidéo, art et politique en France depuis 1968,  en partenariat avec le Labex Arts H2H

Afin de faire un état des lieux de l’ensemble de la documentation sur la vidéo présente au Centre Pompidou, nous avons cherché tout d’abord à référencer les différentes sources d’informations disponibles, le but étant dans un premier temps de définir et cartographier notre domaine de recherche. Le premier problème repose sur la difficulté à isoler et identifier la documentation sur « la vidéo », notamment parce que les sources consultées ne font généralement pas cette distinction. Elles réfèrent leurs informations le plus souvent par titre ou nom de l’artiste et non par « médium » ou « domaine artistique ». On comprend alors qu’une recherche exhaustive demanderait donc de reprendre l’ensemble de l’histoire des manifestations de l’établissement.

Une autre spécificité de cette recherche est que l’émergence de la vidéo dans cette période correspond au début du Centre Pompidou. Ainsi, on remarque que comme « nouveau médium», la vidéo et les usages qui lui étaient associés (expérimentation, performance, militantisme, éducation populaire…) trouvaient d’avantage leur place dans des événements courts et de natures assez hétérogènes (projections, colloques, publications, ateliers pour le public, productions d’artistes…) que dans les espaces d’expositions à proprement parler. Ainsi une première recherche montre qu’à ce moment-là la vidéo est plutôt présentée dans les espaces de projection du 3ème étage, dans le forum ou encore au fil de la programmation de la BPI. Par ailleurs on remarque que ces événements sont souvent organisés à l’initiative de plusieurs acteurs, entre autres : le « service audiovisuel », la « coordination des manifestations » ou encore la BPI.

Cette recherche s’étend donc sur une histoire plus large de l’institution, relevant des usages et des préoccupations que la vidéo soulevait à l’époque. Ainsi il semble indispensable au regard des multiples dimensions et domaines que la vidéo pouvait toucher de commencer tout d’abord par une recherche très large reprenant l’ensemble des événements ayant un rapport avec ce médium.

1) Les potentiels lieux d’investigations et leurs ressources

De manière générale, on a cherché les différentes sources et les bases de données disponibles. Nous sommes donc amenés à utiliser plusieurs bases de données et des natures de documents différents selon les départements qui les accueillent. Ainsi, nous retrouvons les sources potentielles de documentation suivante :

– la Bibliothèque Kandinsky accessible depuis le portail internet et qui comporte deux types de documents : les imprimés et les archives (les archives comprenant différentes natures de documents)

–          le Pôle archives du Centre qui conserve les documents produits par le Centre dans le cadre de son activité, archives internes, accessible depuis l’interface « CinDoc »

–          le service Audiovisuel, avec pour la période qui nous intéresse son catalogue 1976-1992 et la base générale disponible chez le documentaliste du service

–          le service des Nouveaux Médias, possède de la documentation sur les œuvres présentes dans la collection mais aussi sur certains artistes (ceux de la collection ou certains pour des prospections d’acquisition). Référence les œuvres du musée, accessible par « Navigart » depuis l’intranet

– la BPI dont les archives sont principalement aux Archives nationales.

Ces bases de données sont peu ou pas référencées/indexées au terme « vidéo » ce qui complique une recherche immédiate de l’ensemble des sources disponibles. En effet, les données sont référencées le plus souvent à partir de leurs titres uniquement. On comprend ainsi qu’un travail de recherche générale de l’ensemble des données disponibles au Centre sur « l’art vidéo » (au sens large) comporte une certaine difficulté.

Nous avons déjà eu à faire à ce même problème à propos des dossiers d’artistes de la Bibliothèque Kandinsky. Il était en effet impossible de trier/isoler l’ensemble des dossiers qui nous concernaient, car ceux-ci n’étaient pas indexés particulièrement à « Art vidéo ». Il avait donc été envisagé de revoir à travers un regard collégial l’ensemble de la liste des dossiers d’artistes et de les sélectionner par ce biais.

Aussi pour faire une recherche concise sur les événements et activités qui ont eu lieu au Centre, il nous faut revoir l’ensemble de la programmation  dans cette période.

2) Les archives du Centre Pompidou

Comme nous l’avons déjà précisé, appréhender l’histoire de l’art vidéo au Centre Pompidou nécessite de se tourner vers des documentations qui se réfèrent à l’ensemble des manifestations de l’établissement et non uniquement à une liste des expositions pendant cette période.

Plusieurs typologies documentaires sont disponibles pour référencer l’ensemble des manifestations ayant eu lieu pendant cette période.  Ces différentes sources ont été recensées grâce à l’aide du service des Archives. Les références/cotes sont à consulter dans leurs services.

Nous avons pu en situer quelques-uns :

– les « saumons » décrivant l’ensemble des manifestations (tous types confondus) jour par jour. Ces documents ont l’avantage d’être exhaustifs, mais offrent une moins grande visibilité des événements audiovisuels.

– le « programme audiovisuel » se présentant sous le même format que les « saumons », décrit tous les événements audiovisuels du Centre. Problème : nous n’avons retrouvé que 2 exemplaires de ces derniers avec les saumons, les autres manquent à l’appel.

– les « transparents » présentés sous forme de tableau général sur une année entière. Ils présentent l’ensemble des manifestations importantes du Centre. Ces derniers offrent une lecture rapide mais par contre référencent peu les « petites manifestations ».

– les magazines/programmations recensent l’ensemble des événements du Centre (généralement publication par semaine).

  • Le Bulletin jusqu’à 1981
  • Le CNAC de 1981-1997

– la liste générale des expositions du Centre de 1978-1983. Elle recense l’ensemble des expositions sur le lieu du Centre (BPI, IRCAM… compris)

– le « Programme hebdomadaire » avec une colonne dédiée à vidéo/cinéma, publiés de 1982 à 1994.

Par ailleurs en ce qui concerne les productions ou coproductions audiovisuelles qui peuvent aussi bien porter sur de la documentation que des créations d’artistes, nous avons pu consulter pour faire nos recherches :

– les « rapports d’activités de l’audiovisuel » (1974-1979) présentent l’ensemble des activités du service audiovisuels, dont les productions.

– l’inventaire des coproductions du Centre Pompidou

– le documentaliste du service Audiovisuel

Cette recherche sur les inventaires de productions du Centre peut nous permettre de référencer l’ensemble des films et vidéos (documentaires et œuvres) croisant notre problématique. On insistera éventuellement sur les captations de conférences, performances, ateliers, etc.

Pouvoir posséder un détail précis des différents événements qui ont eu lieu au Centre Pompidou nous aidera alors à recenser plus précisément l’ensemble de la documentation présente dans les différents services et archives du Centre. On pourra à partir de cette entrée avoir une vision d’ensemble des activités en art vidéo, mieux en phase avec notre problématique axée sur l’art vidéo des premiers temps et sa dimension politique. 

 

 


Stéphanie Rivoire

Cheffe du pôle Fonds et collections - Bibliothèque Kandinsky - MNAM/CCI

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.