Teo Hernandez. Cartes blanches à Sébastien Ronceray, Luciano Piazza et Federico Windhausen

« D’ailleurs, Teo ». Carte blanche à Sébastien Ronceray (Association Braquage).

Jeudi 2 mai 2019, à 19h. Petite salle (niveau -1), entrée libre

A l’occasion de l’exposition « Teo Hernandez, Fragments dispersés de mémoire et de rêve » à l’institut culturel du Mexique (jusqu’au 31 mai 2019) et de la salle consacrée aux films « graphiques » de Teo Hernandez dans le parcours des collections permanentes du Musée national d’art moderne, une carte blanche est proposée à Sébastien Ronceray (Association Braquage).

Composée d’œuvres piochées dans l’importante collection de films du Centre Pompidou, cette programmation gyroscopique rapproche des films de Teo Hernandez, de ses proches et d’autres films qui sembleraient plus lointains. Les rapprocher, les confronter revient à questionner la mise à distance entre eux. Ce geste de placement se rapproche des attitudes de filmeur de Hernandez qui cherchait qui a toujours cherché à abolir les distances entre les êtres et les choses par le biais de sa caméra. Sans doute poursuivait-il aussi le désir de les faire briller par l’intermédiaire des images saisies et montées. Cette quête, à la fois onirique et matérielle, visait à transformer le monde pour le représenter en reflet, en ondulation, comme le font les artistes baroques. Ce rapport à l’autre et aux territoires explorés (présents autant dans ses voyages que dans ses zooms) donne la sensation que Teo Hernandez vient d’ailleurs, sous la lumière.

Projection des films de l’« Atelier de prises de vue Super 8 », réalisés pendant le week-end du 13/14 avril 2019 au Centre Pompidou. Films projetés en S8 et en double-écran, n&b, muet, env 10’

Michel Nedjar, Teo, 1978, film 16mm numérisé, couleur, silencieux, 6’ 25’’

Isabelle Cornaro, Premier rêve d’Oskar Fischinger, 2008, 16 mm numérisé́, couleur, silencieux, 3’24’’

Man Ray, Essai cinématographique : Rue Campagne- Première, vers 1923-1929, 35 mm numérisé, n&b, muet, 1’

Teo Hernandez / Gaël Badaud,  Chutes de Souvenirs/Paris, 1980-1984, Super 8 transféré sur bande vidéo numérisée, couleur, sonore, 2’35’’

Audoin Dollfus, Vol 30 mars 1960, caméra verticale, 1960, 16 mm transféré sur bande vidéo numérisée, n&b, sil, 4’58

Teo Hernandez / Gaël Badaud, Chutes de Souvenirs/Barcelone, 1981-1984, Super 8 transféré sur bande vidéo numérisée, couleur, sonore, 1’40”

Teo Hernandez, Effeuiller l’acanthe, 1987, Super 8 transféré́ sur bande vidéo numérisée, couleur, sonore, 9’12’’

Teo Hernandez, Michel là-bas, 1970, 8 mm numérisé, couleur, sonore, 15’09

« L’éclipse en ellipse » . Carte blanche à Luciano Piazza (curateur et cinéaste) et Federico Windhausen (curateur et théoricien du cinéma)

Vendredi 3 mai 2019, à 19h – Petite salle (niveau -1), entrée libre

Ce programme  de films met l’accent sur le rythme du cinéma de Teo Hernandez qui se trouve en constante transformation, transitant organiquement entre l’image et la voix, le silence et la musique.

Tandis qu’il négocie une place entre les cultures du Mexique et d’Europe et plus largement entre l’occident et l’orient, son cinéma crée une tension productive entre ce qu’Hernandez associait au cinéma de la fenêtre et à celui du cadre, c’est-à-dire entre une documentation du monde phénoménal et des créations audiovisuelles que seul un cinéma plus auto-conscient peut produire. Si cette division conceptuelle a guidé le cinéaste dans toutes ses réalisations, elle a aussi été pour lui un schéma théorique qui s’est complexifié, comme le montre ce programme de films, par  l’intensification des perceptions et la complexité des propositions audio-linguistiques qu’il a produit dans ses films.

Films de Teo Hernandez :

Trois gouttes de mezcal dans une coupe de champagne, 1983 (Série Autobiographie / Autour d’un rêve)

Film 16mm numérisé, n/b, sonore, 16’25’’avec Jakobois et Teo Hernandez. Texte écrit et dit par Teo Hernandez

L’eau de la Seine, 1982-83 (Série Paris saga), 16mm numérisé, couleur, silencieux, 11’10’’

Souvenirs/Cannes, Citron pressé au Blue Bar, 1984 (Série : Souvenirs)

Film Super-8 transféré sur bande vidéo numérisé, couleur, sonore, 12’05’’. Texte écrit et dit par Teo Hernandez

Estrellas de Ayer, 1969, 8mm numérisé, couleur, sonore, 7’54’’,  musique : Marlène Dieitrich.

Tournage : été 1969, à Tanger chez Emilio Sanz De Soto.

Vitriol, 1985 (Série Autobiographie), Super-8 transféré sur bande vidéo numérisée, n/b et couleur, sonore, 19’05’’.

Texte écrit et dit par Teo Hernandez.

Vloof l’aigrette ! Pain de singe, 1987, 16mm numérisée, n/b et couleur, sonore, 4’21’’Avec Bernardo Montet

Film projeté durant la pièce chorégraphique de Bernardo Montet intitulé « Pain de singe », créée à Orléans en mai 1987.

Prochain événement : Discussion le Mardi 7 mai, 18h30, Institut Culturel de Mexique,  avec la participation de Luciano Piazza (commissaire d’exposition et cinéaste), Mauricio Hernandez (cinéaste, chercheur Institut Marcel Mauss, EHESS), Laurence Rebouillon (cinéaste, présidente du CJC), Sébastien Ronceray (cinéaste) et Frédérique Devaux (cinéaste, enseignante)

« Teo Hernandez, Fragments dispersés de mémoire et de rêve »

5 avril – 31 mai 2019

Commissaires : Natalia Klanchar et Alexis Constantin (MNAM/CCI. Centre Pompidou)

Instituto Cultural de México

119, rue Vieille-du-Temple, Paris 3e | 01 44 61 84 44 | idemexfra@sre.gob.mx

Entrée libre, lundi au vendredi de 10 h à 13 h et de 14 h à 18 h, le samedi de 15 h à 19 h

Fermé le dimanche et les jours fériés


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.