Michel Claura : « Code vestimentaire : les fruits déguisés ne seront pas acceptés. De quelques insertions dans un moment de l’art peu vêtu. »

Le Centre national des arts plastiques (Cnap) et la Bibliothèque Kandinsky du Musée national d’art moderne/CCI, Centre Pompidou sont heureux de vous inviter à l’exposition éphémère et la conférence-entretien avec Michel Claura et Sara Martinetti.

Lundi 8 avril 2019, à partir 18h30
Bibliothèque Kandinsky
Centre Pompidou
Niveau 3
Entrée libre sur réservation à :
reservation.bibliothequekandinsky@centrepompidou.fr

MICHEL CLAURA : « Étonné par l’intérêt que Sara Martinetti a manifesté pour les activités para artistiques que j’ai déployées peu de temps il y a longtemps, j’en suis arrivé à penser que cela m’intéressait également, ce qui ne veut pas dire que nous partagions le même intérêt. Quelques repères, quelques tautologies, une tonalité sérieuse implacable, une indifférence aussi feinte que sincère, voilà le programme dont l’ambition est de ne pas abuser de votre patience. »

SARA MARTINETTI : « Étonnée par le peu d’information disponible à propos de Michel Claura (un alter-ego et ami de Seth Siegelaub sur qui porte ma thèse de doctorat), j’ai initié une recherche à propos de cette figure essentielle du milieu de l’art parisien des années 1960–1970, notamment impliquée dans le « réseau » international de l’art conceptuel. Le terrain anthropologique, dans les archives et par les entretiens, a amené la collaboration avec le principal intéressé. Ensemble, nous nous interrogeons sur les usages et le rôle des pratiques de l’écrit en contexte artistique – du projet littéraire non réalisé à la critique d’art et au contrat d’artiste, en incluant le protocole, l’exposition, les situations et les lieux. »

Dans le cadre du cycle Cnap/BK et en résonnance avec les ressources documentaires de la Bibliothèque Kandinsky, l’exposition éphémère d’une sélection de pièces du fonds Michel Claura et une conférence-entretien nous permettront de partager quelques histoires et quelques hypothèses formulées dans les premiers stades d’une aventure de long terme. Huit thématiques  – subjectives et partielles  – nous serviront de canevas :

  – « La Critique et la foi » : essai audiovisuel dans l’exposition Interruption
  – « Extrémisme et rupture : mouvement de l’art contemporain autour d’un concept » : du brouillon à la publication dans Les Lettres françaises
  – 18 Paris IV. 70 : la correspondance entre organisateur et concepteur
  – Deux contrats d’artiste : « Because it is you, I will tell you a nice story about the defense of an artist’s moral right »
  – Une foire internationale de l’art : le projet refusé de transformation de la Biennale de Paris 1971
  – Galerie 5–8
  – Vitrine pour l’art actuel : vitrine, librairie, café, exposition, évènements, et cætera
  – À Pierre et Marie : une exposition en travaux : rigueur et fantaisie

Michel Claura a pratiqué la critique d’art (principalement 1967–1974) et l’organisation d’exposition (principalement 1970–1984) à ses moments trouvés.

Sara Martinetti est une chercheuse en sciences sociales dont le travail croise l’histoire ainsi que la théorie des arts et l’anthropologie de l’écriture. Doctorante à l’EHESS depuis 2012 et chargée d’étude à l’INHA entre 2012 et 2016, sa thèse porte sur l’ensemble de la carrière de Seth Siegelaub en tant qu’organisateur d’exposition, éditeur et bibliographe. Au cours de cette recherche, elle a contribué et organisé différents projets d’exposition et de publication comme The Stuff That Matters: Textiles Collected by Seth Siegelaubfor the CSROT (Raven Row, 2012), Seth Siegelaub: Beyond Conceptual Art (Stedelijk Museum Amsterdam, 2015), Seth Siegelaub: “Better Read Than Dead”; Writings and Interviews, 1964–2013 (Walther König, à paraître). Elle enseigne la théorie et la méthode à École supérieure d’art et de design d’Amiens. 

Sara Martinetti a bénéficié en 2017 du soutien à la recherche en théorie et critique d’art du Centre national des arts plastiques. 

Remerciements : Bibliothèque Kandinsky, Daniel Buren, Centre national des arts plastiques, École supérieure d’art et de design d’Amiens, Herman Daled, Cengiz Hartlap, Boris Kremer, Muzeum Sztuki Nowoczesnej w Warszawie, Anka Ptaszkowska, et toutes les personnes sollicitées au cours de la recherche.


Mica Gherghescu

Docteure en histoire de l'art. Responsable de l'accueil scientifique et de la programmation, Bibliothèque Kandinsky, Mnam-Cci, Centre Pompidou

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.