Teo Hernandez « Fragments dispersés de mémoire et de rêve »

Le Centre Pompidou, en partenariat avec l’Institut culturel du Mexique, présente la première exposition d’envergure consacrée en France au cinéaste mexicain Teo Hernandez (Ciudad Hidalgo, 1939 – Paris, 1992).

« Teo Hernandez, Fragments dispersés de mémoire et de rêve » propose un portrait du cinéaste en collectionneur à partir de ses films et de ses archives personnelles. L’exposition réunit un vaste ensemble de documents originaux de l’artiste (textes, photographies, documentation et artefacts divers) en lien avec plusieurs de ses films, des plus emblématiques aux plus confidentiels. Ce corpus de textes et d’images issu de diverses périodes de sa production, s’étend sur trois décennies (1960 à 1990). Il permet de découvrir une œuvre aux multiples facettes où le travail d’écriture et de documentation est indissociable du projet cinématographique. Dans un parcours à la fois chronologique et thématique, l’exposition donne à voir le processus de création du cinéaste dont les thèmes de l’écriture de soi et du métissage sont les fils conducteurs.

Cette exposition représente l’aboutissement d’un projet de recherche mené depuis plusieurs années dans les collections du Musée national d’art moderne. Elle a pu se concrétiser grâce au travail de sauvegarde numérique de la totalité des films du cinéaste entrepris par le Service cinéma depuis plusieurs années. Elle a enfin bénéficié d’un nouvel essor grâce à l’arrivée récente d’un complément du fonds d’archives Teo Hernandez venu enrichir la donation initiale faite par Michel Nedjar en 2000 à la bibliothèque Kandinsky et grâce à la mise en ligne de l’instrument de recherche accessible sur son portail internet.

Dessins, objets et masques mexicains issus de la collection de l’artiste Michel Nedjar complètent le parcours de l’exposition, tout comme les documents (textes, photographies, enregistrement sonore) gracieusement prêtés par Light Cone (distributeur de films expérimentaux) et par les proches de Teo Hernandez : Gérard Courant, Xochitl Camblor-Macherel, Marie-Noëlle Delorme, Catherine Diverrès, Mauricio Hernandez et Gabrielle Seibold.

« Teo Hernandez, Fragments dispersés de mémoire et de rêve »

Instituto Cultural de México , 5 avril – 31 mai 2019
119, rue Vieille-du-Temple, Paris 3e | 01 44 61 84 44 | idemexfra@sre.gob.mx

Entrée libre, lundi au vendredi de 10h à 13h et de 14h à 18h, le samedi de 15h à 19h
Fermé le dimanche et les jours fériés

Et actuellement à la Villa Vassilieff, jusqu’au 27 avril

Exposition « Éclater les apparences »
Commissaire : Andrea Ancira
Entrée libre, du mardi au samedi de 11 h à 19 h
Villa Vassilieff, 21 Avenue du Maine, Paris 15e


Stéphanie Rivoire

Cheffe du pôle Fonds et collections - Bibliothèque Kandinsky - MNAM/CCI

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.