Shunk – Kender, l’art devant l’objectif (1957 – 1983)

Andy Warhol et Ileana Sonnabend lors du vernissage de l’exposition Flowers paintings, Paris, 1965

De la fin des années 1950 au milieu des années 1970, à Paris puis à New York, les photographes Harry Shunk (1924-2006) et János Kender (1937-2009) travaillent sur commande pour les artistes et leurs galeristes, immortalisant les vernissages, les biennales, les performances, les artistes au travail dans l’atelier, chez eux, ou en extérieur. En phase avec l’art de leur temps, ils sont en mouvement perpétuel : parmi les premiers à se déplacer hors de la bulle du studio photographique, ils accompagnent les artistes, partout où l’œuvre naît et vit. Leurs images racontent l’esprit d’une génération préoccupée par la libération des corps, du geste artistique, à l’affût de nouveaux espaces alternatifs de création et de diffusion. Plus qu’un simple enregistrement des arts, Shunk et Kender opèrent un véritable corps à corps avec ceux-ci. La nature de leurs images est double : elles agissent autant comme documentation cruciale que comme œuvre photographique à part entière. Un renversement majeur s’opère : la photographie, définie par Charles Baudelaire dès 1859 comme « humble servante des arts », devient ici leur plus vitale compagne.

Le succès de Harry Shunk et de János Kender tient à leur habileté à travailler avec discrétion, à l’ombre de la création. Enregistrés au travail, dans l’atelier ou en extérieur, comme dans l’intimité de leur domicile, les artistes se laissent entièrement prendre au jeu de l’objectif.

Nam June Paik, 1979

Les photographies réalisées chez Robert Rauschenberg sont exemplaires : bien qu’elles rendent hommage à la photogénie de l’artiste, elles ne façonnent pas un portrait glorieux ou sacralisé de celui-ci. Photographié en action sur sa table de travail, dans sa cuisine ou sur le toit de l’atelier, ces images rappellent, avec une bienveillante malice, son humanité. Si l’ensemble de leur œuvre se caractérise par une grande spontanéité et simplicité, certaines images révèlent aussi leur espièglerie, tel ce portrait de Nam June Paik. Loin de toute prédilection pour quelque mise en scène, elles attestent de leur proximité avec leurs modèles. En témoignent un grand nombre de clichés des artistes en couple, en famille ou entre amis, dans lesquels Shunk et Kender apparaissent parfois discrètement. Mais se mettre au service de l’artiste photographié reste de mise.

François Dufrêne dans son atelier, Paris, 1963

A Paris puis à New York, l’appareil photographique de Harry Shunk et János Kender accompagne les happenings, les performances, et autres actions éphémères. Les images réalisées, souvent uniques traces de ces évènements, immortalisent les premières Anthropométries et le Saut dans le vide d’Yves Klein, la Destruction des œuvres de Marta Minujin et les tirs de Niki de Saint Phalle dans l’impasse Ronsin, les « environnements » et actions de Yayoi Kusama ou encore les expérimentations des chorégraphes et danseurs contemporains comme Trisha Brown ou Merce Cunningham. En opposition au règne de l’objet-marchandise, le corps joue un rôle crucial au sein de ces nouvelles pratiques artistiques, pour la plupart pensées en relation directe avec l’œil témoin de la photographie. L’œuvre de Shunk et Kender participe ainsi entièrement à ce tournant dans l’histoire des arts où le rôle documentaire de l’image se réinvente face à la matérialité informe ou invisible de la création.

Yayoi Kusama, performance, Pont de Brooklyn, vers 1969-1970

Shunk et Kender s’intéressent notamment à la danse, à sa confrontation avec les autres arts. La vision du mouvement développée par Merce Cunningham, libérée des traditions et des significations, comme sa redéfinition des liens entre danse et musique construite avec John Cage font exploser les frontières entre des arts jusqu’alors académiques. Robert Kushner démontre avec The Persian Line les porosités entre performance, danse et création textile. Shunk poursuivra ce travail de captation des corps en mouvement, privilégiant en arrière-fonds les vues du New York  industriel : il photographie ainsi Trisha Brown et ses danseurs dans une ancienne zone industrielle de Soho convertie par les artistes, danseurs, réalisateurs, musiciens en lieux de travail et de vie, ou encore Min Tanaka sur le toit d’un immeuble, avec la ville en toile de fond, composant des images parfois énigmatiques.

Trisha Brown, répétition pour Opal Loop : Cloud Performance No 72503
New York, 1980.

Exposition Shunk – Kender, l’art sous l’objectif (1958-1973)
Galerie de photographie, Centre Pompidou. 27 mars – 5 août 2019

Commissariat : Julie Jones, Chloé Goualc’h, Stéphanie Rivoire

Pour en savoir plus sur le fonds c’est ici


Stéphanie Rivoire

Cheffe du pôle Fonds et collections - Bibliothèque Kandinsky - MNAM/CCI

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.