Max Neuhaus

par Daniele Balit

Max Neuhaus testing for his Siren Project, 1978–1989 © Estate of Max Neuhaus/Courtesy Butler Library, Columbia University

À l’occasion de deux parutions récentes consacrées à l’œuvre de Max Neuhaus, figure cruciale de l’expérimentation en musique électronique aux États-Unis et pionnier des arts sonores, le Cnap et la Bibliothèque Kandinsky du Musée national d’art moderne/CCI, Centre Pompidou sont heureux de vous inviter à la présentation de la recherche que lui a consacré Daniele Balit, commissaire d’expositions et historien de l’art.

Il présentera les deux publications parues sous sa direction, Max Feed, hors-série de la revue de l’Institut supérieur des beaux-arts de Besançon et Les Pianos ne poussent pas sur les arbres, première anthologie en français des écrits et entretiens de Max Neuhaus, publiée par Les presses du réel. Il échangera lors de la soirée avec Mathieu Saladin, codirecteur de l’anthologie.

Mercredi 27 février, à partir 18h30
Bibliothèque Kandinsky
Centre Pompidou
Niveau 3
Entrée libre sur réservation à : reservation.bibliothequekandinsky@centrepompidou.fr

À l’origine du tournant spatial de la musique vers les formats de la promenade et de l’installation sonore, l’œuvre de Max Neuhaus mobilise une expérience transformée de l’environnement quotidien et des espaces urbains. La plus connue de ses installations, Times Square (1977), antimonument dissimulé en plein cœur d’un espace de sollicitations globales, fait appel à des perceptions impalpables et produit une expérience de seuil, pour tracer la topographie sonore de ce carrefour du monde.

Apparue avec l’œuvre-manifeste LISTEN (1966), l’écoute contextuelle de Neuhaus s’inscrit au cœur de mutations de l’espace social, entre ruines de la modernité, appropriation néolibérale et régulation progressive des flux et mouvements de l’économie de l’attention.
Ce travail émancipatoire, structuré autour des fonctions relationnelles de l’écoute, fut au départ d’une multiplicité d’initiatives conciliant dimension infraperceptive et ambition transdisciplinaire, s’éloignant souvent du strict champ de l’art pour se tourner vers l’urbanisme – voire le paysagisme – et le design sonore, ou encore prenant la forme d’opérations de presse ou d’affichage public.
Cette rencontre, survenant à l’occasion des dix ans de la disparition de Max Neuhaus, sera l’occasion d’aborder la richesse de cette œuvre encore trop méconnue. 

Daniele Balit a reçu, en 2014, un soutien à la recherche en théorie et critique d’art du Cnap pour la recherche consacrée à Max Neuhaus qui s’est prolongée depuis en articles, expositions et direction d’ouvrages.

Daniele Balit est commissaire d’expositions et historien de l’art. Il enseigne l’histoire de l’art à l’Institut supérieur des beaux-arts de Besançon et est chargé de cours à l’université Paris 8, où il est chercheur associé du laboratoire TEAMeD – Théorie, Expérimentation, Arts, Médias et Design. Il est membre fondateur de la plateforme curatoriale 1:1projects à Rome et initiateur de Birdcage, galerie temporaire et itinérante exposant des pratiques sonores. Il est docteur en histoire de l’art (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne). Ses recherches portent sur les convergences audiovisuelles des arts dans la période « post-Cage », sur les pratiques contextuelles, et sur le champ transdisciplinaire des sound studies. 

Matthieu Saladin est artiste et maître de conférences en arts plastiques à l’université Paris 8 (TEAMeD/AI-AC). Il est responsable du projet Labex Arts H2H La Fabrique des arts sonores. Il codirige la collection « Ohcetecho » aux Presses du réel, participe aux comités de rédaction des revues Volume ! et Revue et corrigée, et est directeur de rédaction de la revue de recherche TACET, Sound in the Arts. Sa pratique artistique s’inscrit dans une approche conceptuelle de l’art, réfléchissant, à travers un usage récurrent du son, sur la production des espaces, l’histoire des formes et des processus de création, ainsi que sur les rapports entre art et société du point de vue économique et politique. Son travail est représenté par la galerie Salle Principale.

Max Feed. Ce volume, dirigé par Daniele Balit, prolonge l’exposition collective consacrée à l’œuvre de Max Neuhaus fin 2016, et présentée en deux volets, au Frac Franche-Comté et à l’Institut supérieur des beaux-arts de Besançon. Un hors-série de la revue de recherche de l’Institut supérieur des beaux-arts de Besançon, D’Ailleurs, réunit des traductions de textes majeurs de sound studies, rééditions et contributions inédites d’artistes et auteurs.

Les pianos ne poussent pas sur les arbres. Cette anthologie, dirigée par Daniele Balit et Matthieu Saladin, présente, pour la première fois en langue française, une sélection traduite des écrits et entretiens de Neuhaus, parmi lesquels plusieurs inédits. Traductions de l’anglais (US) par Marie Verry ; Les presses du réel, coll. « Ohcetecho ».


Mica Gherghescu

Docteure en histoire de l'art. Responsable de l'accueil scientifique et de la programmation, Bibliothèque Kandinsky, Mnam-Cci, Centre Pompidou

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.