Jean Aubert (1935 – 2015)

Etudiant à l’Ecole des Beaux-Arts, Jean Aubert forme avec Jean-Paul Jungmann, Antoine Stinco le groupe AJS Aérolande au milieu des années 1960. Ils explorent ensemble la possibilité d’utiliser, dans l’architecture et le design, les matériaux de synthèse. Pour élaborer leurs premières structures gonflables, ils appliquent les théories de David Georges Emmerich sur les auto-tendants. Comme sujet de diplôme le groupe propose des architectures pneumatiques : Jungmann présente le « Dyodon » , une habitation expérimentale dont l’enveloppe est constituée de matelas gonflable ; Stinco  un hall d’exposition constitué de deux coupoles en surpression intérieure soutenant une toile tendue ; Aubert dessine un hall itinérant pour 5000 spectateurs, constitué de tubes gonflables suivant la répartition géodésique d’un icosaèdre.

Dans le sillage du philosophe marxiste de la ville et du quotidien Henri Lefebvre et s’inscrivant dans la mouvance de mai 1968, Aubert, toujours avec Stinco et Jungmann, forme le Groupe Utopie auquel participe des intellectuels dont Jean Baudrillard, Hubert Tonka, Isabelle Auricoste et Catherine Cot. Dans ce cadre est publiée la revue Utopie dont un numéro hors-série constitue le catalogue de l’exposition Structures Gonflables, qu’ils organisent en 1968 au Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris. Par la suite, le groupe étudie et réalise du mobilier gonflable et des éléments modulaires.

A partir de l’expérience des gonflables, Aubert, au sein du groupe AJS Aérolande, réalise des abris légers et démontables, « Squales », « Aquamobiles », « Iguanes » et « Scrables » pouvant accueillir des fonctions temporaires et de diverses natures, et des constructions modulaires, telles que les « Maisons Modulaires Mobiles ». Il s’agit de couvertures textiles tendues sur structures métalliques, parfois mobiles comme Aquamobile, un bassin d’apprentissage mobile, inauguré en 1970 à l’Isle sur Sorgue. Ici, à la structure sont adjoints un bassin et une semi-remorque pour le transport abritant vestiaires et technique autonome de chauffage/filtration/éclairage. Le groupe se sépare en 1971 et Aérolande, transformé en société, tente de commercialiser ses projets.

Dès 1968, Jean Aubert commence à enseigner la géométrie descriptive, d’abord à l’école d’architecture de Strasbourg et à partir de 1971 à l’école d’architecture de Paris-La Villette. Cette activité prendra de plus en plus de place dans son travail,   s’étendra à la stéréotomie et donnera lieu à plusieurs publications.

Avec le L’ivre de pierre en 1977, Jean Aubert présente une série de projets utopiques qui, dessinant une architecture expressive, tentent de restituer la magie du lieu, organisant et orientant  en pôles mythiques la ville. Tout en citant lui-même l’architecture parlante de Boullée, Aubert souhaite ne pas la confiner dans la citation. L’apologie de l’eau qu’il fait dans le projet Les jardins de l’Ourcq et le palais des thermes de la Villette (1977) ou Le square des Égoutiers (1977) s’exprime dans l’objet d’agrément qui en est fait, de plaisir et de spectacle réservé au grandiose ou dans la célébration décorative de l’utilitaire. Une série de projets liés aux concours plus importants des années 1980 illustrent ce courant historiciste. Le projet pour la consultation internationale pour l’aménagement du quartier des Halles (1979-1980) en est l’exemple : le pavillon Baltard devient la porte du monde souterrain, enfoui au centre d’un cercle de mégalithes. Au même cycle appartient le projet pour le parc de la Villette (1982) où la relecture et reprise de thèmes et typologies antiques sont omniprésentes entre thermes, aqueducs, norias et monuments qui peuplent les divers jardins.

Le projet pour le concours international de l’Opéra Bastille de 1983 est pour Aubert l’occasion d’une expérimentation. Lui, l’homme qui met le dessin et la géométrie descriptive à la base de sa démarche et de sa pédagogie, travaille avec l’ingénieur Louis-Paul Untersteller qui est un parmi les premiers en France, à explorer les possibilités que l’informatique offre au monde de la représentation en l’architecture. Pour sa part, le projet pour le « Manège inertiel », s’inscrit dans l’étude du thème Astronomie engagé par le Musée des Sciences et des Techniques de la Villette en 1983. Il s’agit d’une construction métaphorique. Le manège espace-temps-mouvement est le point de mise en évidence de la gravitation et apparait à l’époque comme le symbole de la moderne astrophysique.

Le fonds conservé à la bibliothèque Kandinsky constitue une partie des archives personnelles de Jean Aubert en relation avec les oeuvres conservées au service des collections archives du Centre Pompidou. Une autre partie du fonds concernant surtout des documents graphiques des projets d’architecture et d’Aérolande est conservée au centre d’archives de l’Institut Français de l’Architecture (IFA). La bibliothèque de l’école d’architecture de Normandie à Rouen conserve la bibliothèque personnelle de Jean Aubert.

A découvrir à la Bibliothèque Kandinsky du 3 sept. au 15 oct. 2018

En savoir plus en consultant l’inventaire en ligne  


Stéphanie Rivoire

Conservatrice des Archives - Bibliothèque Kandinsky - MNAM/CCI Chargée de projet Catalogue raisonné des expositions au Centre Pompidou

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.