Negro Anthology

© Negro Anthology: 1931-1933, London : Published by Nancy Cunard at Wishart & Co., 1934; Nancy Cunard, Negro Anthology, réedition, Paris, Nouvelles Editions Place, 2018, Bibliothèque Kandinsky, Musée national d’art moderne – Centre de création industrielle, Centre Pompidou, Paris

En temps d’hommage à Martin Luther King, la Bibliothèque Kandinsky du Musée national d’art moderne est heureuse de vous convier au lancement de la réédition en fac-similé de Negro Anthology (editée par Nancy Cunard) aux Nouvelles Editions Place suivi d’une discussion en présence de Sarah Frioux-Salgas, responsable des archives du Musée du quai Branly, Cyrille Zola-Place, directeur éditorial, Daniel Soutif, philosophe et critique d’art et Pascale Obolo, artiste plasticienne, productrice et réalisatrice.

Jeudi 19 avril 2018, à partir de 18h30

Bibliothèque Kandinsky, Centre Pompidou, Niveau 3

Réservation obligatoire: reservation.bibliothequekandinsky@centrepompidou.fr

Pendant de nombreuses années, la Negro Anthology, éditée en 1934 par Nancy Cunard à Londres chez Wishart & Co., est restée une rareté bibliophilique, disponible pour consultation seulement dans quelques collections publiques françaises de livres rares. En 2017, à travers une acquisition exceptionnelle, la Bibliothèque Kandinsky faisait entrer dans ses collections l’exemplaire portant un envoi autographe de Nancy Cunard au poète cubain Nicolas Guillén. Les Nouvelles Editions Place réactivent aujourd’hui l’aventure éditoriale de cette formidable encyclopédie transnationale du monde noir par une réédition en fac-similé accompagnée d’un appareil critique réalisé par Sarah Frioux-Salgas, responsable des archives du Musée du quai Branly et préfacé par Mamadou Diouf.

Objet inclassable, vaste projet documentaire relevant à la fois d’ethnographie surréaliste, d’un certain romantisme révolutionnaire de la modernité artistique des années 1930 et d’engagements anti-impérialistes, anticoloniaux et antiségrégationnistes, Negro Anthology condense plusieurs voix consacrées à l’histoire des noirs d’Amérique du Nord, du Sud, des Antilles, d’Europe et d’Afrique. Comme Cunard l’écrivait au romancier jamaïcain Claude McKay, l’anthologie se voulait un grand « symposium », un énorme rassemblement cosmopolite de témoignages alternatifs sur la question raciale. Parmi les contributeurs, figures de la résistance noire comme W.E.B. du Bois, George Padmore ou Jomo Kenyatta côtoient les représentants de la Renaissance de Haarlem (Zora Neale Hurston), des communistes engagés dans la cause africaine comme James Ford ou Raymond Michelet, des écrivains comme Langston Hugues, Michael Gold, Jacques Roumain, Mario de Andrade, Nicolas Guillén, Louis Zukofsky, Beatrice Hastings ou bien les surréalistes français (André Breton, René Crevel, Benjamin Péret, René Char, Roger Caillios, etc.). Avec 385 illustrations, l’anthologie – compilation est rythmée par des photographies documentaires, extraits de journaux à l’état brut, affiches, cartes, illustrations pour enfants et partitions musicales.

La rencontre sera l’occasion de revenir sur les engagements politiques et sociaux, les choix esthétiques, les dissonances et les résonances contemporaines  de ce projet éditorial hors pair.

Sarah Frioux-Salgas, née en 1978, a suivi des études d’Histoire Africaine à Paris 1 (recherches sur la traite négrière et l’esclavage dans les Caraïbes). Elle a été assistante d’exposition au Musée d’art et d’histoire du judaïsme (« Marc Chagall: Hadassah », 2002, « Tim: être de son temps », 2003). Depuis 2003, elle est responsable des archives et de la documentation des collections à la médiathèque du musée du quai Branly. En 2009, elle a été commissaire  de l’exposition « Présence Africaine. Une tribune, un mouvement, un réseau » (Musée du Quai Branly et en 2011, à Dakar; direction du numéro 10 de la revue Gradhiva « Présence Africaine. Les conditions noires:une généalogie des discours »). En 2014, elle a organisé l’exposition « L’Atlantique noir de Nancy Cunard» (Musée du quai Branly) et édité le numéro 19 de la revue Gradhiva. Revue d’anthropologie et histoire des arts, dédié à la Negro Anthology. En 2016, avec Dominique Malaquais et Cédric Vincent, elle a été commissaire de  « Dakar 66. Chronique d’un festival panafricain »( musée du quai Branly).

Pascale Obolo est activiste, rédactrice en chef de la revue d’art contemporain AFRIKADAA, commissaire indépendante et enseignante à l’Ecole des beaux-arts  de Quimper. Responsable de l’African Art Book Fair (espace de rencontre pour les éditeurs indépendants issue des territoires du sud) pendant la Biennale de Dakar, elle a rejoint récemment l’équipe de la programmation à la colonie.

Philosophe et critique d’art, Daniel Soutif a été rédacteur en chef des Cahiers du Musée national d’art moderne (de 1990 à 1994), directeur du développement culturel au Centre Pompidou (de 1993 à 2001), et a dirigé le Centro per l’arte contemporanea Luigi Pecci de Prato (Italie). Commissaire indépendant depuis 2006, il a notamment conçu les expositions « Le Temps, vite ! » au Centre Pompidou (2000) ou « Le siècle du Jazz » au musée du quai Branly – Jacques Chirac (2009). Il a également contribué au quotidien « Libération » et au magazine américain « Artforum ». En 2016, il a été le commissaire de l’exposition « The Color Line, Les artistes africains-américains et la ségrégation », au musée du Quai Branly – Jacques Chirac.

Cyrille Zola-Place travaille depuis 2015 aux Nouvelles éditions Place pour lesquelles il dessine un espace éditorial avec des collections transversales (douze à ce jour) qui proposent chacune une approche du monde par un angle singulier.  Si elles ne négligent pas les réimpressions de documents difficilement accessibles ou éparses, les Nouvelles éditions Place, en s’engageant pour la création contemporaine, sont avant tout au service de l’actualité. Mémoire (documents et archives), miroir (essais critiques), espoir (action et création) dessinent une constellation du sens, un sens non linéaire, incomplet et mouvant, mais constituée de corps intelligibles et organiquement liés. Économètre et sociologue, Cyrille Zola-Place a vécu 13 ans en Allemagne où il a étudié la philologie. Sous d’autres noms, il est écrivain.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.