Appels à candidature du LABEX CAP

Le Laboratoire d’excellence « Création Art Patrimoine » lance deux appels à candidature pour les chercheurs post-doc et pour les bourses « Immersion » 2016.

Pour plus d’information:

l’appel à candidatures post-doc : http://labexcap.fr/appel_a_projet/appel-a-candidatures-post-doc-2016-2017/
l’appel à candidatures Immersion : http://labexcap.fr/appel_a_projet/appel-a-canidatures-bourses-immersion-2016/

UNIVERSITE D’ETE DE LA BIBLIOTHEQUE KANDINSKY : C’EST FINI !

La journée de finissage de l’Université d’été 2016 de la Bibliothèque Kandinsky, « Bricolages et contre-cultures à l’ère de la reproductibilité technique, 1950-1970 » s’est déroulée samedi 2 juillet. L’équipe Bibliomatrix de l’Ecole européenne supérieure de l’image d’Angoulême & Poitiers, partenaire de cette session de l’Université d’été, en a réalisé le making-off filmique, accessible depuis

https://www.facebook.com/profile.php?id=100011450801771&fref=ts

Il est diffusé jusqu’à fin septembre dans la salle 34 du parcours des collections modernes, au 5ème étage du Centre Pompidou, où l’Université d’été s’est tenue du 23 juin au 2 juillet. C’est là que les visiteurs du Mnam/CCI pourront y prélever le n° 3 du « Journal de l’Université d’été de la Bibliothèque Kandinsky » conçu et réalisé par Bibliomatrix et les trente participants, y étudier le diagramme conversationnel réalisé par Franck Leibovici pour l’exposition “Beat Generation“ mais abondamment complété et illustré dans sa version du 5ème étage, et y contempler les publications et éditions déployées dans la table-vitrine de l’Université d’été.

 

UNIVERSITE D’ETE DE LA BIBLIOTHEQUE KANDINSKY – JOUR 10

Rendez-vous à 10h00 au Musée national d’art moderne 5e niveau

salle Jouffroy

 Table ronde de clôture de l’Université d’été

suivie de la présentation du Journal de l’Université dédié à cette troisième session : une réalisation de l’atelier Bibliomatrix avec Yves Chaudouët et Jacques Lafon

UNIVERSITE D’ETE DE LA BIBLIOTHEQUE KANDINSKY – JOUR 9

LES SOURCES AU TRAVAIL
Bricolages et contre-cultures à l’ère de la reproductibilité technique, 1950-1970

Cinéma et vidéo expérimentale

Introduction et modération : Enrico Camporesi et Jonathan Pouthier (MNAM/Centre Pompidou)

10h00 – Milo Adami (Università La Sapienza, Rome): « Antonello Branca et le documentaire comme happening »

10h30 – Diane Barbe (Université Paris 3 Sorbonne Nouvelle) : « Contre-cinéma » à Berlin dans les années 1960 et 1970 Focus sur l’oeuvre militante et féministe d’Helke Sander »

11h30 – Pause- café

11h45 – Rinaldo Censi (Università di Bologna) : « “I don’t like films with fixed images, I filmed this one in protest to the genre it belongs to”. Notes on Piero Bargellini’s Questo film è dedicato a David Riesman e s’intitolerà “Capolavoro” »

―It’s a film of fixed images, it’s almost completely composed of non-original photographic material: well-known, widely-seen [Actually, I really made this film for only one reason: to try out my new H8 RX] and worn-out, because they have been published in magazines like L’Espresso and Playboy. In the same way, the soundtrack comes from radio and TV, from the song industry. The film is an attempt to restore a level of pure denotation – or to give a different connotation – to images that are strongly connoted [I don’t like films with fixed images, I filmed this one in protest to the genre it belongs to] and by now so widely seen that they have lost their meaning or have been burdened with too much meaning, which is basically the same thing. [This is almost a biographical confession: a film about my ideology.] This means: editing, the camera’s movements, the lightning, the rhythm, the lack of rhythm, interruptions in the rhythm, contrasts, discursive argumentation… [long live Jerry Lewis] The starting point is David Riesman, history [Mussolini and Mein Kampf] and mass civilization; afterwards: the beats and the Beatles, motorcycles and miniskirts, publicity, poetry, cortoons, cinema, etc. etc., all the way to the end. «And What about you? I’m in love and she doesn’t love me.‖

12h30 – Discussion

Après-midi : visite FabLab

UNIVERSITE D’ETE DE LA BIBLIOTHEQUE KANDINSKY – JOUR 8

LES SOURCES AU TRAVAIL
Bricolages et contre-cultures à l’ère de la reproductibilité technique, 1950-1970

Dispositifs psycho-technologiques

Modération Maxime Guitton

9h30 – Cristina De Simone (Université Paris-Ouest Nanterre la Défense, Paris) : « Le magnétophone, outil de guerilla »

10h00 – Nicolas Brulhart (Swiss National Science Foundation Geneva University of Art and Design): « MIND CONTROL. Mental conditioning and experimental art in the Cold War Period (1960-1980) »

10h30 – Jelena Martinovic (University of Art and Design, Geneva): « T. R. Uthco et Marco Vassi : une étude comparative »

11h00 – Pause-café

11h15 – Jean-Baptiste Véry (Université Paris-Ouest Nanterre la Défense, Paris) : « Le Crium Délirium Circus. Théâtro & Music Zizanie Association : un exemple de collectif français aux prémisses des affinités et attitudes contre-culturelles »

11h45 – Nicolas Ballet (Université Paris 1 Panthéon- Sorbonne /Institut national d’histoire de l’art (INHA)) : « Electronic Revolution. Dystopie des musiques industrielles sous influence burroughsienne »

12h15 – Discussion

14h00 – Installation collective – diagrammes conversationnelles avec Franck Leibovici – Musée Niveau 5 et remise du pdf final à l‘imprimeur pour le Journal de l‘Université d‘été de la Bibliothèque Kandinsky

18h30 – Soirée publique : George Herms, The Bricoleur of Broken Dreams

UNIVERSITE D’ETE DE LA BIBLIOTHEQUE KANDINSKY – JOUR 7

LES SOURCES AU TRAVAIL
Bricolages et contre-cultures à l’ère de la reproductibilité technique, 1950-1970

Expérimentations  » verbo-voco-visuelles « 

Introduction et modération : Maxime Guitton (CNAP)

10h00 – Alice Marquaille (Commissaire d’exposition indépendante, France) : « Brion Gysin “Rien n’est vrai, tout est permis“ »

10h30 – Ruben Coll Hernandez (Museo Nacional Centro de Arte Reina Sofia, Madrid) : « From the magnetic fields to electromagnetic poetry: The role of audio technology in Henri Chopin’s poésie 29sonore »

11h00 – Pause-café

11h15 – Céline Prunneaux (EHESS, Paris) : « Esthétique psychédélique et pratiques de l’installation sonore à la fin des années soixante »

11h45 – Pierre-Jacques Pernuit (Paris 1 Panthéon-Sorbonne) : « Thomas Wilfred et la Lumia Suite du MoMA (1964-1981) : intermédia et light-show »

12h15 – Discussion

14h30 – Après-midi de travail accueilli par la Bibliothèque de Documentation Internationale Contemporaine, Nanterre

George Herms, The Bricoleur of Broken Dreams

herms

Dans le cadre de la troisième édition de l’Université d’été « LES SOURCES AU TRAVAIL. Bricolage et contre-cultures à l’ère de la reproductibilité technique, 1950-1970 », la Bibliothèque Kandinsky du Musée national d’art moderne/CCI est heureuse de vous convier à la rencontre publique avec l’artiste

GEORGE HERMS

« The Bricoleur of Broken Dreams »

JEUDI, 30 Juin 2016, à partir de 18h30

Bibliothèque Kandinsky, Centre Pompidou, Niveau 3

Entrée libre dans la limite des places disponibles.

Réservation obligatoire à l’adresse : reservation.bibliothequekandinsky@centrepompidou.fr

“Mind of an engineer, soul of a poet ”, George Herms se trouve dans l’épicentre de la scène artistique et littéraire californienne de l’après-guerre. Avec Wallace Berman, Edward Kienholz et Robert Alexander, il est au cœur du groupe fondateur de « West Coast Assemblage » avec ses objets composites, d’accumulations hétérogènes et poétiques de matériaux trouvés. William Seitz intégrera d’ailleurs son œuvre tôt, dans l’exposition – phare « The Art of Assemblage » au Museum of Modern Art à New York, en 1961. Membre de la Rat Bastard Protective Association fondée en 1959 par Bruce Connner, il côtoie Jay DeFeo, Joan Brown, Wally Hedrick, ou  Jess. A travers sa maison d’édition « Love Press »  il publie des livres d’artiste pour Diane DiPrima, Michael McClure, de même que le fac-similé intégral de la revue Semina de Wallace Berman.

Pour cette rencontre, George Herms évoquera quelques histoires de bricolage, de « Love Press » et d’« Asphalt Fountain Pen ».

 

UNIVERSITE D’ETE DE LA BIBLIOTHEQUE KANDINSKY – JOUR 6

LES SOURCES AU TRAVAIL
Bricolages et contre-cultures à l’ère de la reproductibilité technique, 1950-1970

Au sujet de la presse alternative.

Introduction et modération Benjamin Thorel

10h00 – Thomas Bertail (La Sorbonne – Paris IV) : « Le SNCC Communication Department, un outil de lutte et d’émancipation de la jeunesse au coeur de l’Amérique ségrégationniste »

10h30 – Carlos Machado o Moura (Faculté d‘Architecture de l‘Université de Porto (FAUP)) : « Comix et bande dessinée dans la presse architecturale des années 60 et 70 »

11h00 – Pause – café

11h15 – Deborah Birch (La Sorbonne – Paris IV) : « GOD IS AN ANTI-ENTROPIC VERB »

11h45 – Sara Martinetti (EHESS/INHA, Paris) : « L’International Mass Media Research Center, Bagnolet, 1973-1986 : collections documentaires et pratiques bibliographiques de Seth Siegelaub »

12h15 – Sacha Pevak (Université Paris VIII – Vincennes Saint-Denis) : « Le samizdat soviétique dans les années 1960-1980 : Du média d’artistes au médium artistique »

12h45 – Discussion

14h30 – Judith Delfiner – sur la revue Semina

15h30 – 18h30 – Atelier d‘écriture 3 – Bibliothèque Kandinsky

UNIVERSITE D’ETE DE LA BIBLIOTHEQUE KANDINSKY – JOUR 5

LES SOURCES AU TRAVAIL
Bricolages et contre-cultures à l’ère de la reproductibilité technique, 1950-1970

Soulèvements de la jeunesse et pratiques de publication alternatives.

Modération: Benjamin Thorel (Section 7 Books/ EBABX, Bordeaux)
Journée de travail accueillie par la Bibliothèque Nationale de France avec la participation de Laurence Le Bras, conservatrice – Département des Manuscrits, Marie Minssieux, conservatrice – Département des Livres Rares et Emmanuel Guy (Parsons Paris)

9h30 – Sylvain Monsegu (Université Paris Diderot – Paris 7) : « Le désordre a vingt ans : parcours politiques des lettristes (1946-1968) »

10h00 – Frédéric Alix (Université Paris-Ouest Nanterre la Défense, Paris) : « Isidore Isou et « le soulèvement de la jeunesse » : contre-culture de l’externité »

10h30 – Monica Amieva (Universidad Iberoamericana, Mexico City): « “Si la jeunesse ne se sauve pas, elle perdra le monde”. Lettrist Kladology as Despecialisation Pedagogy »

11h00 – Pause-café

11h15 – Laurence Le Bras (BnF) – Sur le Fonds Guy Debord

11h45 – Emmanuel Guy (Parsons Paris)

12h15 – James Horton (Ecole Normale Supérieure/ Université Paris Diderot – Paris 7) : « Bulletins from nothing: Claude Pélieu and the cut-up international, 1963-1970 »

12h45 – Discussion

14h30 – Marie Minssieux – Publications contre-culturelles dans les collections de la Bnf

15h00 – 17h00 – Consultation des collections

UNIVERSITÉ D’ÉTÉ DE LA BIBLIOTHÈQUE KANDINSKY – JOUR 3

LES SOURCES AU TRAVAIL
Bricolages et contre-cultures à l’ère de la reproductibilité technique, 1950-1970

Bricoler la Cité

9h30 – Grégory Marion (Université Paris 1 Panthéon- Sorbonne) : « « Le Saut du tigre » [1950-1970] : tropes, coups ; tactiques & manières de faire comme appareil critique du design à l’ère de la reproductibilité technique »

10h00 – Julie Dentzer (The Ohio State University): « Détournement / Retournement. Les décollages de Jacques Villeglé et Raymond Hains, les dessous d’affiches de Dufrêne »

10h30 – Tommaso Jacopo Gorla (EHESS, Paris): « The Reappropriation of the City. Urban bricolages in the work of Ugo La Pietra »

11h00 – Sally Cleary (Paris College of Art, Paris) – « InFLUX »

11h30 – Pause-café

11h45 – Thomas Golsenne et Patricia Ribault – «Tactiques Bricologiques »

12h30 – 13h00 – Discussion

14h30 – 18h00 – Atelier d‘écriture 2 – Bibliothèque Kandinsky

UNIVERSITÉ D’ÉTÉ DE LA BIBLIOTHÈQUE KANDINSKY – JOUR 2

LES SOURCES AU TRAVAIL
Bricolages et contre-cultures à l’ère de la reproductibilité technique, 1950-1970

Cartographies des contre-cultures

9h30 – Lauren Richman (Southern Methodist University, Dallas): « action fotografie and Its Legacy:Embodying the Subterraneanin the German Democratic Republic »

10h00 – Elise Grandgeorge (Université Paris-Ouest Nanterre la Défense, Paris) : « Réflexions sur les réseaux transnationaux de la contre-culture : évènements et stratégies développés à Paris, 1964-1973»

10h30 – Adrian Matus (La Sorbonne- Paris IV) : «The Rebels with a Cause. The reception of the American Counterculture in Romania, Hungary, Poland, and Yugoslavia (1965-1980) »

11h00 – Natasha Boas (Berkeley Art Museum Pacific, Film Archives, San Francisco Art Institute): « Mission School 1990s »

11h30 – Pause-café

11h45 – Andrés Davila (Université Paris 3 Sorbonne Nouvelle) : « De l’ethnographie expérimentale et de la cartographie extatique. William Burroughs dans le Putumavo »

12h15 – Discussion

14h – Préparation du Journal de l‘Université d‘été de la Bibliothèque Kandinsky, n°3 avec l‘Atelier Bibliomatrix: questions pratiques, modalités de travail et objectifs

17h30 – 20h00 Atelier d‘écriture 1 – Bibliothèque Kandinsky

UNIVERSITÉ D’ÉTÉ DE LA BIBLIOTHÈQUE KANDINSKY : C’EST PARTI !

Jour 1 – jeudi 23 juin – programme

9h00 – Accueil des participants (entrée Rambuteau) et petit déjeuner de bienvenue (Salon du Musée)
10h00 – 11h30 – Présentation de l‘Université d‘été par les organisateurs suivie par un tour de table (Musée, Niveau 5)

11h30 – 12h15 – Franck Leibovici (artiste), « Diagrammes conversationnels »

12h15 – 13h00 – Présentation de l‘atelier Bibliomatrix avec Yves Chaudouët et Jacques Lafon

14h30 – Beat Tour dans Saint-Germain-des-Près avec Rani Singh (Getty Research Institute)

Dans la deuxième moitié du 20e siècle, Paris a constitué un centre d‘attraction pour les écrivains Beat. Attirés par le spectre de la Lost Generation, son sillage artistique et littéraire, par l‘attitude libérée et une atmosphère générale détendue, ils y ont créé quelques-unes de leurs créations les plus célèbres. Dans les pas des beatniks, le tour visitera quelques endroits iconiques où ils ont vécu, aimé et écrit. A partir de sources primaires, poèmes, correspondance, fragments de journaux et récits qui explorent des aspects cruciaux comme le bouleversement des modes de vie sociaux, la place du politique et les complexités du processus de publication, il s‘agira d‘explorer l‘héritage que les écrivains beat nous ont transmis à l‘aune des mutations numériques du 21e siècle.

The city of Paris beckoned many of the Beat writers in the mid-20th century. Lured by the mystique of the Lost Generation, and its artistic and literary heritage, coupled with its liberal attitude and relaxed environment the Beat writers created some of their most iconic works in the City of Lights. Following in the footsteps of the Beats, the walking tour will visit iconic locations where the Beats lived, loved and created. Using original source material such as poems, letters, journal entries, and first-hand accounts to explore issues that were of concern at the time including shifting social mores, the increasing grip of politics, (both at home and abroad) and the ongoing challenges of publishing their works, we will examine these ideas, consider the legacy the Beats have left and discuss how things have changed (or not) in the digital era of the 21st century.

18h30 – Ouverture publique de l’Université d’été
Centre Pompidou, Bibliothèque Kandinsky, Niveau 3. Entrée libre
Serge Lasvignes, Président du Centre Pompidou
Bernard Blistène, Directeur, Musée National d‘Art Moderne, Centre Pompidou

19h00 – Conférence inaugurale
Fred Turner, Harry and Norman Chandler Professor in Communication, Stanford University
Before and After 1968: The American Counterculture and the Problem of Historical Continuity

Depuis les années 1960, on a habituellement décrit le phénomène de la contre-culture comme une forme de rébellion contre la société américaine, industrielle et militarisée. Plus récemment, certaines lectures ont laissé croire que l‘ascension du régime Reagan a réussi à enterrer la contre-culture, tout en remplaçant sa quête pour une communauté authentique par les marchés solitaires du néolibéralisme. Dans les deux cas, la contre-culture semble être en dehors du mode de vie américain. Cette intervention va à l‘encontre de ces lectures. Dans un premier temps nous allons retrouver les traces profondes de la contre-culture dans la politique personnaliste de la culture américaine dans la deuxième moitié du siècle. Ensuite, elle va analyser le déplacement de cette politique dans le cadre néolibéral contemporain. A partir de ces continuités, nous devrions penser la contre-culture comme une séquence parmi d‘autres dans une longue histoire de soulèvements Romantiques et de s‘interroger comment et pourquoi ces bouleversements persistent à réapparaître.

Since the late 1960s, many have described the counterculture as a generational rebellion against an industrialized, militarized, mid-century America. In more recent years, many have also imagined that the rise of Ronald Reagan somehow buried the counterculture, and replaced its search for authentic community with the lonely markets of neoliberalism. In both cases, the counterculture seems to stand outside the main stream of American life. This lecture will argue that such a view is mistaken. First, it will trace the deep roots of the counterculture‘s person-centered politics in mid-century American thought. Second, it will track the migration of that mode of politics into the neoliberal workplace of today. Taken together, the lecture concludes, these continuities suggest that we should think of the counterculture as one in a long sequence of Romantic uprisings and begin to ask how and why such tumults so persistently recur.

El Lissitzky, catalogue du pavillon soviétique à l’Internationale Presse Austellung « Pressa », Cologne, 1928

IMG_0182IMG_0190

 

A partir de 1926 l’artiste russe d’origine juive El Lissitzky se consacre à la conception d’expositions. C’est ce qu’il considère dans son autobiographie comme la partie la plus importante de son travail. Il réalise d’abord deux espaces novateurs, très aboutis, pour montrer l’art abstrait : l’Espace pour l’art constructif à l’Exposition internationale de Dresde en 1926 et le Cabinet des Abstraits au musée de Hanovre en 1927.

Les tableaux de formes géométriques y sont agencés dans une relation dynamique les uns par rapport aux autres, un jeu optique anime les cimaises, un système de panneaux mobiles offre au visiteur de découvrir lui-même certains tableaux, autant de dispositifs qui constituent une adaptation réussie des principes du suprématisme à l’espace d’exposition.

Toujours en 1927 il reçoit commande du gouvernement soviétique pour la grande Exposition polygraphique de Moscou, puis, fort de son succès, se voit confier en 1928 la réalisation du pavillon soviétique de l’Exposition internationale de la presse à Cologne « Pressa ».

Le thème de cette exposition demande autre chose qu’un écrin raffiné. Il s’agit pour Lissitzky de promouvoir de façon explicite le projet révolutionnaire soviétique. Pour cela, il use de toutes les ressources des arts appliqués : photographies, photomontages, design, design graphique. Photographie et photomontage occupent une place privilégiée. Associés aux mots et aux slogans, aux cartes et aux graphiques, ils deviennent les éléments caractéristiques des participations soviétiques aux expositions internationales des quatre années suivantes organisées en Allemagne, orchestrées par Lissitzky. Le photomontage devient une forme de discours, appelé « factographie », conçu à partir de « faits » saisis dans la réalité, associés, montés, articulés.

IMG_0260

Au cœur du pavillon se trouve une étoile en trois dimensions, surmontée d’un grand disque portant le slogan soviétique : Prolétaires de tous les pays, unissez-vous ! en allemand : « Proletarier aller Länder Vereingt euch », auquel sont suspendues les six sphères des six républiques soviétiques. Des banderoles défilent du sol au plafond par un système de cylindres animés, inspirés des presses rotatives. Lissitzky reprend en volume les figures de Malévitch qu’il couvre de textes et de photos. Et surtout, il réalise une frise de photomontages de 24 m de long sur 3,5 m de large dans un format « plus grand que nature ».

IMG_0247

IMG_0245

Le catalogue de l’exposition comporte aussi un long dépliant de photomontages qui montre les vues de l’exposition, légendées et commentées. On y lit que : « le journal n’a pas pour seule vocation d’être un agitateur, mais qu’il organise la collectivité », que « dans la période de transition du capitalisme au communisme, la tâche principale de la presse est d’éduquer les masses », et que « la presse organise le contrôle des masses par l’intermédiaire des soviets ». Le message est clair, c’est un message de propagande, mais il est porté par la force suggestive inédite du photomontage. Quatre lignes de texte, fussent-elles en lettres capitales et rouges, sont plus efficaces une fois placées devant la figure de Lénine, hissé sur une tribune, en position de harangue.

Il existe des exemples de photomontage et d’association entre texte et photographie antérieurs à 1928. Chez Rodtchenko, Stepanova, Gan, ils remontent à 1923, 1924, 1925, mais Lissitzky donne à ces techniques une ampleur nouvelle. Par son nombre, par sa taille, la photographie occupe une grande partie de l’espace d’exposition. De même que dans le recueil de poème, Lissitzky agrandit la lettre aux dimensions de la page, il augmente la taille et la présence de la photographie dans l’espace d’exposition. Dans ce qui semble être un tournant, cet emploi accru de la photographie et du photomontage apparaît de façon concomitante dans les couvertures de Novyi Lef par Rodtchenko et via le montage d’archives dans le cinéma d’Esther Choub.

La Bibliothèque Kandinsky vient d’acquérir un exemplaire de ce catalogue, qui sera visible à partir du 28 septembre 2016 au Musée national d’art moderne dans un accrochage consacré aux relations entre art et politique (traverse 4).

Cet achat vient s’ajouter aux autres œuvres d’El Lissitzky que conserve la bibliothèque Kandinsky :

– la revue Viechtch-Gengenstand-Objet, fondée en 1921 à Berlin avec Ilya Ehrenbourg  (2 livraisons) ;

– le numéro de la revue hongroise Ma [Aujourd’hui] de 1922, qui reprend en couverture le Proun n°43 ;

– le recueil de poèmes de Maïakovski, Dlia golossa [Pour la voix], 1923, dont Lissitsky a fait la mise en page et conçu la présentation par onglets ;

– Les Ismes de l’art, réalisé avec Hans Arp, 1924 ;

Khorosho ! Oktiabrskaïa poema, de Maïakovski, 1927, dont la couverture est de Lissitzky ;

Russland. Die Rekonstruktion der Architektur in der Sowietunion, publié à Vienne en 1930 ;

– et des numéros de la revue URSS en construction, 1929-42, créée par Maxime Gorki, éditée en quatre langues, à laquelle Lissitzky participe comme collaborateur permanent à partir de 1932.

Ce catalogue témoigne d’un moment particulier dans l’œuvre d’El Lissitzky, un moment de conjonction. En 1928 Lissitzky a abandonné les Prouns et la peinture de tableaux. La conception du pavillon soviétique pour l’Exposition internationale de la presse à Cologne est pour lui l’occasion de renouer avec des formes artistiques qui correspondent davantage au désir de réalisations concrètes qui l’anime depuis ses débuts. Tout son art a en effet, depuis ses études d’architecture et sa collaboration avec Malévitch à Vitebsk, pour vocation de transformer la société, tout du moins d’être intimement lié à cette transformation, art et société participant d’une même transformation. L’intérêt de Lissitzky pour la photographie, qui s’est développé tout au long des années 1920, trouve dans ce pavillon une expression nouvelle ; il y associe photographie et architecture, il adapte la photographie aux dimensions de l’architecture, il donne à la photographie un rôle accru dans l’espace public, et par un travail de photomontage, de juxtaposition, de superposition et de découpe, il accentue encore la puissance expressive de la photographie. Dans l’histoire de l’art, c’est un moment où un gouvernement fait appel à un artiste d’avant-garde pour assurer son rayonnement à l’étranger. Le pavillon soviétique de « Pressa » introduit les quelques années où la propagation de l’idéologie soviétique dans un contexte international s’appuie sur les recherches artistiques novatrices du suprématisme et du constructivisme.

IMG_0252 IMG_0253 IMG_0254 IMG_0255

OUVERTURE DE L’UNIVERSITÉ D’ÉTÉ de la BIBLIOTHÈQUE KANDINSKY

UEBK2016

Brion Gysin,  William S. Burroughs, Untitled (p. 180) (circa 1965), tirage argentique, tapuscrit, lithographie et collage typographique sur papier, 22.23 x 17.15 cm. Acquis avec le soutien de Hiro Yamagata Foundation. Brion Gysin © Avec l’aimable autorisation de la Galerie de France ; William Burroughs © Droits réservé ;  Image ©Los Angeles County Museum LACMA

La Bibliothèque Kandinsky du Musée national d’art moderne/CCI vous invite à l’ouverture publique de la troisième édition de l’Université d’été :

Serge LASVIGNES, Président du Centre Pompidou et

Bernard BLISTÈNE, Directeur du Musée national d’art moderne/CCI

Conférence inaugurale :

“Before and After 1968: The American Counterculture and the Problem of Historical Continuity”, donnée par Fred TURNER, Harry and Norman Chandler Professor in Communication, Stanford University

JEUDI, 23 Juin 2016, à partir de 18h30

Bibliothèque Kandinsky, Centre Pompidou, Niveau 3

Entrée libre dans la limite des places disponibles.

Réservation obligatoire à l’adresse : reservation.bibliothequekandinsky@centrepompidou.fr

Depuis les années 1960, on a habituellement décrit le phénomène de la contre-culture comme une forme de rébellion contre la société américaine, industrielle et militarisée. Plus récemment, certaines lectures ont laissé croire que l’ascension du régime Reagan a réussi à enterrer la contre-culture, tout en remplaçant sa quête pour une communauté authentique par les marchés solitaires du néolibéralisme. Dans les deux cas, la contre-culture semble être en dehors du mode de vie américain. Cette intervention va à l’encontre de ces lectures. Dans un premier temps nous allons retrouver les traces profondes de la contre-culture dans la politique personnaliste de la culture américaine dans la deuxième moitié du siècle. Ensuite, elle va analyser le déplacement de cette politique dans le cadre néolibéral contemporain. A partir de ces continuités, nous devrions penser la contre-culture comme une séquence parmi d’autres dans une longue histoire des soulèvements romantiques et de s’interroger comment et pourquoi ces bouleversements persistent à réapparaître.

Since the late 1960s, many have described the counterculture as a generational rebellion against an industrialized, militarized, mid-century America. In more recent years, many have also imagined that the rise of Ronald Reagan somehow buried the counterculture, and replaced its search for authentic community with the lonely markets of neoliberalism. In both cases, the counterculture seems to stand outside the main stream of American life. This lecture will argue that such a view is mistaken. First, it will trace the deep roots of the counterculture’s person-centered politics in mid-century American thought. Second, it will track the migration of that mode of politics into the neoliberal workplace of today. Taken together, the lecture concludes, these continuities suggest that we should think of the counterculture as one in a long sequence of Romantic uprisings and begin to ask how and why such tumults so persistently recur.

Professeur renommé en histoire des medias, Fred Turner est l’auteur de plusieurs travaux sur le rapport entre les medias et la culture américaine après la Seconde Guerre mondiale et notamment du « From Counterculture to Cyberculture: Stewart Brand, the Whole Earth Network, and the Rise of Digital Utopianism » (trad. fr.  « Aux sources de l’utopie numérique : de la contre-culture à la cyberculture : Stewart Brand, un homme d’influence », Caen, 2012). Il a enseigné à l’Université de Harvard et au MIT et occupe actuellement la chaire Harry and Norman Chandler Professor in Communication à  Stanford University.

Fred Turner is one of America’s leading media historians. He is the author of several books about media and American culture since World War II, including the award-winning From Counterculture to Cyberculture: Stewart Brand, the Whole Earth Network, and the Rise of Digital Utopianism. He has taught at Harvard University and MIT, and is currently Harry and Norman Chandler Professor in Communication at Stanford University.

L’Université d’été de la Bibliothèque Kandinsky est un programme du Musée national d’art moderne – Centre Pompidou qui se déroule dans l’espace public de présentation des collections permanentes. Elle a pour objet les sources de l’art moderne et contemporain : archives, documentation écrite, photographique ou filmique, témoignages, mais aussi d’autres formes d’appropriation artistique et de production documentaire. Format interdisciplinaire, l’Université d’été de la Bibliothèque Kandinsky réunit des jeunes chercheurs : historiens et historiens de l’art, anthropologues et sociologues, artistes, critiques, commissaires d’expositions, qui s’engagent pendant dix jours dans un travail collectif sur les sources avec des professionnels de l’art et des universitaires. En écho immédiat avec l’exposition du Centre Pompidou sur la Beat Generation, l’Université d’été de la Bibliothèque Kandinsky prolongera la proposition expographique par un débat critique, tout en élargissant le propos aux paysages des contre-cultures et aux laboratoires intellectuels et artistiques qui les ont suscitées.

The Bibliothèque Kandinsky’s Summer University is a Centre Pompidou research program installed on the very premises of the museum. It focuses on modern and contemporary art primary sources: archives, documentary materials (both written and visual), interviews, records as well as new forms of artistic appropriation and documentary production. Interdisciplinary in format(per ur hyperconnecté, the Summer University brings together young researchers: historians, art historians, anthropologists, sociologists, artists, critics and curators which share a collective reflection with art professionals and various scholars around source materials. It will be held in the museum’s space all around a conference table acting at the same time as an exhibition device displaying documents. In extension to the Beat Generation exhibition hosted by the Centre Pompidou starting with June 2016, the Bibliothèque Kandinsky Summer University reactivates the discussion around the multiplicity of countercultural expressions and around the intellectual hubs that have generated them.

Pour le comité de pilotage:

Didier Schulmann, conservateur, Bibliothèque Kandinsky, MNAM/Centre Pompidou

Philippe-Alain Michaud, conservateur, MNAM/Centre Pompidou

Mica Gherghescu, chargée du développement des services à la recherche, Bibliothèque Kandinsky, MNAM/Centre Pompidou ; assistée par Anahelena Arevalo et Caroline Ziani

Enrico Camporesi, attaché de conservation, MNAM/Centre Pompidou

www.centrepompidou.fr

http://carnetbk.hypotheses.org/category/universite-dete

http://fredturner.stanford.edu/

 

Le carnet de recherche de la Bibliothèque Kandinsky, Musée National d'Art Moderne, Centre Pompidou, Paris