Lire Debord

image002

Lire Debord

(Éditions L’ échappée, collection « Frankenstein »)

En présence des coordonnateurs de la publication, Laurence Le Bras et Emmanuel Guy

Jeudi, 26 Janvier 2017, à partir de 18h30

Bibliothèque Kandinsky

Centre Pompidou

Niveau 3

Entrée libre sur réservation à : reservation.bibliothequekandinsky@centrepompidou.fr

 

« Debord ne nous laisse, à nous lecteurs, aucun répit. On le savait déjà à travers les livres publiés de son vivant, qui montrent avec quelle ténacité il maintint jusqu’à la fin le cap qu’il avait commencé à suivre au début des années 1950. Mais les notes inédites rédigées tout au long de sa vie pour des projets restés inaboutis incitent aussi à poursuivre sa réflexion sur l’évolution des sociétés contemporaines, et sur les moyens d’enrayer son cours funeste. Ainsi faut-il décrypter ces documents rassemblés et publiés ici pour la première fois : notes préparatoires pour la poursuite de son œuvre autobiographique et critique, définition des bases politiques de l’Internationale situationniste, ou encore un dictionnaire qu’il avait en projet dans les années 1980 en vue de critiquer la corruption du langage par le spectacle. » (Présentation de l’éditeur)

Avec les mises en perspective et des textes critiques signés par François Coadou, Monica Dall’Asta, Gabriel Ferreira Zacarias, Nicolas Ferrier, Jacopo Galimberti, Anselm Jappe, Laurent Jeanpierre, Christian Le Guerroué, Tom McDonough, Patrick Marcolini, Greil Marcus, Fanny Schulmann, Vanessa Théodoropoulou et Frédéric Thomas.

A cette occasion, la Bibliothèque Kandinsky prolongera la rencontre avec une sélection à travers ses collections documentaires autour de l’Internationale Situationniste.

Laurence Le Bras et Emmanuel Guy travaillent depuis 2010 sur le fonds Guy Debord de la Bibliothèque nationale de France. Pour promouvoir l’accès au fonds d’archive et la réflexion sur l’histoire qu’il peut susciter, ils ont cherché à rassembler une communauté de lecteurs de Guy Debord à travers divers projets: présentations, visites, séminaires, colloques et conférences. Ils ont également assuré le commissariat de l’exposition « Guy Debord. Un Art de la Guerre » du printemps 2013. Depuis, ils poursuivent leur travail de mise à disposition du public des ressources du fonds Guy Debord; Laurence Le Bras en tant que conservatrice au département des manuscrits de la BnF, et Emmanuel Guy en tant qu’historien de l’art et de la littérature à Parsons Paris, The New School, où il dirige le département d’histoire et théorie de l’art et du design. 

www.centrepompidou.fr

https://carnetbk.hypotheses.org/

https://www.lechappee.org/

Philippe Artières et le « Bureau des Archives Populaires du Centre Pompidou »

mag_p-49_parole

Jeudi, 12 janvier 2017 à partir de 18h30

Bibliothèque Kandinsky

Centre Pompidou

Niveau 3

Entrée libre sur réservation à : reservation.bibliothequekandinsky@centrepompidou.fr

Durant toute l’année 2017, Philippe Artières installera son Bureau dans le Forum 0 afin de recueillir et collecter auprès du public large les Archives Populaires du Centre Pompidou. Pour cette permanence inédite, il invitera les visiteurs, les chercheurs et les fidèles du Centre à lui confier souvenirs et documents en lien direct et privilégié avec ce lieu.

En présence de l’équipe de la Bibliothèque Kandinsky et des chercheurs qui activent tous les jours les différentes ressources conservées dans ses collections, cette première rencontre sera l’occasion d’une réflexion ouverte et d’un échange avec Philippe Artières sur les manières de faire et de raconter la fabrique de la recherche.

« Aujourd’hui pour moi être un chercheur c’est aussi continuer à chercher. Cela paraît une évidence mais là encore, il s’agit de réaffirmer le tremblement, le tâtonnement comme pratiques de connaissance » (P.A.) Comment formuler donc ce tâtonnement de la recherche à travers le filtre des sources documentaires dans leurs diversité ? Comment naviguer dans des lieux et à travers des traces qui relèvent, à dimensions élargies, de registres aussi variables et sensibles que le travail d’écriture, le cadre institutionnel, l’expérience personnelle ? Quelles archives du subjectif, donc, pour raconter des « histoires sensibles » de la recherche ?

Spécialiste de l’histoire sociale de l’écriture et des archives autobiographiques, Philippe Artières s’intéresse aux nouvelles formes d’écriture historiographique. Docteur en histoire, directeur de recherche au CNRS, membre du Conseil national du sida et des hépatites virales, ancien pensionnaire de l’Académie de France à Rome – Villa Médicis (2011-2012), co-fondateur de l’Association pour l’Autobiographie (APA) et de l’Association Sida-mémoires, directeur des collections « Audiographie » (éditions de l’EHESS) et  «  Tirés-à-part » (Publications de la Sorbonne). Il est l’ancien président du Centre Michel Foucault (1999-2013) et membre fondateur du Centre d’Histoire Expérimentale (CHE). Il est actuellement membre de lInstitut interdisciplinaire d’anthropologie du contemporain (IIAC) de l’EHESS.

Un projet conçu par le Service de la Parole du Centre Pompidou, avec le concours du CNRS et en partenariat avec l’Ecole Nationale des Chartes.

www.centrepompidou.fr

www.cnrs.fr

 

Un nouveau site pour l’accès aux instruments de recherche en ligne

La Bibliothèque Kandinsky est heureuse d’annoncer la mise en ligne du nouveau site archivesetdocumentation.centrepompidou.fr, pour offrir un meilleur accès à ses fonds d’archives et collections documentaires.

Page d'accueil du site "archives et documentation"
Page d’accueil du site « archives et documentation »

Vous y trouverez notamment :

  • Une présentation des fonds et collections de la Bibliothèque Kandinsky, mais aussi des archives institutionnelles de l’établissement gérées par le pôle Archives du Centre Pompidou.
  • Un cadre de classement listant l’intégralité des fonds conservés et pointant vers une centaine d’instruments de recherche publiés à ce jour.
  • Les conditions d’accès et de consultation
  • Des fonctionnalités de recherche et de partage avancées
  • Un accès simplifié aux ressources numériques

Etat des fonds et cadre de classement

L’accueil de fonds d’archives par la Bibliothèque Kandinsky depuis sa création fait d’elle l’un des principaux lieux de centralisation d’archives d’histoire de l’art du XXème siècle.

Un fonds d’archives est constitué d’un ensemble de documents de toute nature, réunis (c’est-à-dire produits, collectés ou reçus) par un producteur (personne physique ou morale) dans l’exercice de ses activités et rassemblés de façon organique. Au contraire, une collection représente une réunion artificielle de documents en fonction de critères communs, liés à leur thématique ou à leur typologie documentaire.

La liste de ces fonds et collections est accessible en parcourant le cadre de classement. La réalisation de cet état des fonds a permis d’engager un travail rétrospectif sur les collections. Fruit d’un travail systématique, il a consisté à dresser la liste complète des fonds, en mettant à jour le précédent état des fonds réalisé en 2008.

Aperçu du cadre de classement

À ce jour plus de 180 fonds ont été recensés, complétés par les collections documentaires (fonds général des manuscrits, fonds général des photographies, collections audiovisuelles, dossiers documentaires  : artistes, designers, thématiques). La liste ainsi dégagée a ensuite fait l’objet d’une réorganisation en sept grandes catégories de producteurs, qui témoignent de la diversité des acteurs impliqués dans les milieux artistiques :

  • Artistes
  • Architectes, designers et ingénieurs
  • Critiques d’art, théoriciens, collectionneurs et autres personnalités du monde de l’art
  • Galeries, librairies, maisons d’édition et revues
  • Photographes
  • Cinéastes et vidéastes
  • Institutions et manifestations culturelles

La création d’un état des fonds informatisé, structuré dans un fichier xml  a constitué une étape essentielle : il permet de présenter de manière logique et hiérarchisée, selon le cadre de classement, l’ensemble des instruments de recherche déjà accessibles ou qui seront mis en ligne progressivement et d’offrir aux chercheurs un aperçu global des fonds et collections.

Propulsé par l’application web Pleade développée par la société AJLSM, ce nouveau site permet la publication et l’interrogation d’instruments de recherche produits au format xml-EAD et conformes à la norme de description archivistique internationale ISAD(G)1

Ce nouvel outil de recherche vient compléter le catalogue  de la Bibliothèque Kandinsky. Cependant, les requêtes ne sont pas fédérées entre les deux outils, elles sont totalement indépendantes. Il vous faudra donc faire deux recherches distinctes selon que vous recherchez des sources primaires dans les archives (manuscrits, dossiers documentaires, matériaux photographiques, audiovisuels etc. ) ou secondaires, au sein des collections dites “imprimées” de la bibliothèque (documents éditées, monographies, revues, catalogues etc.)

Continuer la lecture de Un nouveau site pour l’accès aux instruments de recherche en ligne

  1. La norme générale et internationale de descriptions archivistique ISAD(G) repose sur le principe de respect des fonds, le principe de provenance et les règles  de la description à niveaux (ou « description hiérarchisée). Elle comporte 26 éléments, répartis en 7 zones. La première zone « identification » est la plus importante : elle comprend la cote de l’unité décrite, l’intitulé/analyse qui en résume le contenu, les dates extrêmes, le niveau de description choisi et l’importance matérielle (volumétrie, métrage linéaire, nombre de pièces, etc.). []

« Jean Prouvé, bâtisseur » par Olivier Cinqualbre, aux Éditions du patrimoine

prouve

Mercredi 4 janvier 2017 à partir de 18h30 – en présence de l’auteur

Bibliothèque Kandinsky

Centre Pompidou

Niveau 3

Entrée libre sur réservation à : reservation.bibliothequekandinsky@centrepompidou.fr

« L’œuvre de Jean Prouvé est d’une telle richesse que l’on est généralement obligé de l’aborder en privilégiant tel ou tel aspect, qu’il s’agisse d’une période, d’un domaine de création ou d’une nature d’intervention. Elle est de plus d’une rare originalité, notamment parce que le professionnel est multiple et s’est joué des étiquettes tout au long de sa carrière. » (Olivier Cinqualbre)

Figure cruciale de la modernité architecturale, Jean Prouvé (1901-1984) connecte cette exceptionnelle capacité d’invention aux évolutions techniques et de production de son temps. La rencontre sera l’occasion de revenir sur la qualité protéiforme de sa créativité, à travers la diversité des bâtiments conçus et de quelques moments d’invention constructive déclinés en prototypes et grandes familles structurelles : portiques centraux, noyaux porteurs, éléments-coque, béquilles; plus tard, les stations-service. En appoint révélateur, les importantes archives de Jean Prouvé conservées dans les collections de la Bibliothèque Kandinsky seront convoquées pour l’occasion. Les vitrines de la salle de lecture accueilleront un focus documentaire à partir d’une sélection de tirages photographiques, tapuscrits, calques, plans, cartes postales et éléments de correspondance qui dressent un ample paysage de la production de ce bâtisseur hors pair.

Olivier Cinqualbre, architecte et historien de l’architecture, est conservateur et chef du service architecture du Musée national d’art moderne – Centre de création industrielle au Centre Pompidou. Il a été commissaire – et directeur de catalogue – de nombre d’expositions parmi lesquelles Pierre Chareau (1993), Renzo Piano (2000), Mallet–Stevens (2005), Richard Rogers (2007) et, associé à Frédéric Migayrou, Le Corbusier, Mesures de l’homme (2015). Il a assuré la direction d’ouvrage de Jean Prouvé, la Maison tropicale (2009) et du catalogue de la Collection d’architecture du Centre Pompidou (mai 2016), tous deux aux Éditions du Centre Pompidou.

La collection « Carnets d’architectes » est publiée en partenariat avec la direction générale des Patrimoines du ministère de la Culture et de la Communication.

www.centrepompidou.fr

www.editions-du-patrimoine.fr

 

 

 

 

Archives Vassily Kandinsky : inventaire en ligne

Portrait de Vassily Kandinsky, ca 1925. Photographe : Ralf Elamin. Cote : VK BIO 1006
Portrait de Vassily Kandinsky, ca 1925. Photographe : Ralf Elamin. Cote : VK BIO 1006

 

Après une longue période dédiée à son classement, à son inventaire normalisé et à sa numérisation, le fonds Vassili Kandinsky est enfin disponible en ligne. 

Papiers personnels, correspondance avec plus de 300 interlocuteurs dont Josef Albers, Hans Arp, André Breton, Marcel Breuer, René Char, Marcel Duchamp, Will Grohmann, Paul Klee, Alberto Magnelli, Joan Miro etc…, notes et photographies de voyage côtoient l’oeuvre théorique de l’artiste. L’élaboration de ses textes majeurs comme Über das Geistige in der Kunst, insbesondere in der Malerei ou Der Blaue Reiter est ainsi documentée, de même que sa production littéraire et critique. Reproductions d’oeuvres et argus de presse complètent cet ensemble.

NEGOPIF

Avec aalliicceelleessccaannnnee&ssoonniiaaddeerrzzyyppoollsskkii

Conférence – performance pour la clôture des négociations et l’entrée dans les collections de la Bibliothèque Kandinsky de l’édition du PIF, « La critique d’art ».

negopif

Vendredi, 16 décembre 2016, à partir de 19h

Bibliothèque Kandinsky, Centre Pompidou, Niveau 3

Entrée libre sur réservation à : reservation.bibliothequekandinsky@centrepompidou.fr

En 2014, la Bibliothèque Kandinsky a choisi d’acquérir l’un des exemplaires de l’édition d’artiste du PIF, conçu par le duo d’artistes aalliicceelleessccaannnnee&ssoonniiaaddeerrzzyyppoollsskkii.

L’exemplaire proposé à l’acquisition comprend le « Que sais-je » consacré à « La critique d’art ».  Le tarif de cet exemplaire a fait l’objet d’une longue négociation, publiée au fur et à mesure des échanges sur la plateforme en ligne www.negopif.com et qui a rendu publique la négociation entre les artistes et l’acquéreur, relative à la fixation du prix de cette œuvre.

Au rythme des lettres adressées par les artistes et des réponses rédigées par l’équipe de la Bibliothèque Kandinsky, la négociation a fait l’objet d’une réflexion sur l’élaboration des valeurs esthétiques, sur les critères de jugement qui sont convoqués dans le jeu de l’échange et sur les modalités critiques de construction d’une collection documentaire.

La conférence – performance qui conclura la série des négociations et signera l’entrée dans les collections de la bibliothèque de cet exemplaire d’artiste, sera l’occasion d’un jeu de mise en abîme des discours.

Duo d’artistes formé à l’Ecole Nationale Supérieure des Beaux-arts de Paris, aalliicceelleessccaannnnee&ssoonniiaaddeerrzzyyppoollsskkii, explore les champs croisés entre les arts visuels et le spectacle vivant.  Selon leurs mots, la « préoccupation principale est de pousser le bouchon et de réussir à faire coexister des questions graves (comme l’extension maximale de la précarité, la mort des idées, la crise de la démocratie, la domination du pire ou la fin du monde) avec un imaginaire léger (meubles doués de raison, nuages coureurs, gaz hilarants, fleurs bègues, animaux sans têtes) ». La fixation du prix du Pif a fait l’objet de nombreuses interventions à la Galerie mfc-michèle didier à Paris (2013), à la FIAC, Cité de la mode et du design (2015), au 6B (Saint-Denis), au DOC (Paris) et au Festival Mon inouïe Symphonie (Dunkerque) en 2016.

Entre Carnaby Street et Karl Marx. Le projet radical d’Archizoom avec Paolo Deganello et Marco Assennato

archizoom

En dehors de l’usine. L’ operaismo des artistes, des architectes et des designers

Un cycle de rencontres proposées par Jacopo Galimberti, directeur de Programme au Collège International de Philosophie

Jeudi, 8 décembre 2016, 18h30

Bibliothèque Kandinsky

Centre Pompidou

Niveau 3

Entrée libre sur réservation à : reservation.bibliothequekandinsky@centrepompidou.fr

L’operaismo a été un courant majeur du marxisme italien. Ses figures de proue, telles que Mario Tronti et Antonio Negri, n’ont pas seulement façonné les débats et les luttes sociales italiennes de lors des années 1960 et 1970, mais elles continuent de jouer un rôle important dans la réflexion politique contemporaine au niveau international. Toutefois, l’impact de l’operaismo sur les plasticiens d’hier et aujourd’hui demeure peu étudié. Organisé dans le cadre des séminaires du Collège International de Philosophie, le projet « En dehors de l’usine », a l’ambition de permettre des passerelles interdisciplinaires et de faciliter les échanges entre, d’une part, les plasticiens et les architectes, et, d’autre part, les penseurs qui se revendiquent de la tradition de l’operaismo. Lors de cette première année, « En dehors de l’usine » s’articule en trois volets thématiques : le design, la figure de l’artiste et la contreculture. Les rencontres mettront en place un dialogue entre les axes du projet et les ressources conservées dans les collections documentaires de la bibliothèque.

Entre Carnaby Street et Karl Marx. Le projet radical d’Archizoom

avec Paolo Deganello et Marco Assennato

Archizoom (1966-1974) a été un groupe d’architectes italiens actifs entre Florence et Milan. Ses membres ont atteint une renommé internationale dès 1972 au sein d’un mouvement désigné par Germano Celant sous le terme d’ « architecture radicale ». Certains membres d’Archizoom avaient fait partie du mouvement étudiant de Florence et ils étaient des lecteurs passionnés des textes de Mario Tronti, référence cruciale de l’opéraisme. Leur travail de designers et d’architectes, était-il politiquement radical ? Quelle est l’actualité de l’idée de projet proposée par le groupe ? La rencontre abordera ces questions avec Paolo Deganello, un ancien membre d’Archizoom qui fut également un militant de l’organisation politique d’extrême gauche Potere Operaio.

Paolo Deganello. Ancien étudiant d’Architecture à l’Université de Florence, entre 1963 et 1972 Deganello a réalisé, en collaboration avec L .G. Boccia, tous les instruments de planification de la ville de Calenzano (Florence). Diplômé en 1966, il a fondé avec Andrea Branzi, Gilberto Corretti e Massimo Morozzi, le groupe « Archizoom Associati ». Entre 2004 et 2014 il a été “docente convidado” d’Architecture à l’ESAD de Matosighos au Portugal. Deganello a travaillé dans tous les domaines du projet ; il s’est occupé notamment d’urbanisme, d’architecture, de restauration, de design industriel, d’expositions, toujours visant à remettre en question, contre toute forme de spécialisme, les différentes disciplines du projet. Il enseigne à présent « Sustainable interior design » à la FIDI de Florence. Ses œuvres se trouvent à la Triennale de Milan, ainsi que dans les collections de musées comme Victoria & Albert Museum, Denver Museum ou encore Vitra Design Museum à Weil am Rhein et Mude de Lisbone. L’histoire de son travail individuel, ainsi que de celui accompli au sein d’Archizoom, a été retracé par Maria Milano et par Deganello lui-même dans la monographie en portugais, Paolo Deganello as rasoes do meu projecto radical, parue en 2008.

Marco Assennato est philosophe et chercheur indépendant. Ses recherches interrogent les changements de paradigme de la pensée politique et architecturale au XXe siècle. Il a publié Linee di Fuga. Architettura, teoria, politica (duepunti, 2011) et Paesaggio/Paesaggi. Vedere le cose (Libria, 2014). Actuellement ses recherches portent sur Manfredo Tafuri.

 

Archives Guy de Cointet : inventaire en ligne

Guy de Cointet naît en 1934 à Paris. Après une enfance à Oran (Algérie), il entame des études d’arts à Nancy. A partir de 1956, il travaille comme graphiste en agence de publicité, notamment avec son ami d’enfance le photographe Jérôme Ducrot. En 1965, à l’invitation de celui-ci, il part s’installer aux Etats-Unis, à New-York d’abord, où il est l’assistant du sculpteur Larry Bell, puis à Los Angeles, fin 1966. Il sera pendant trois ans (de 1975 à 1977) professeur à l’Otis Art Institute. En 1980, il est lauréat d une bourse du National Endownment for the Arts. Il meurt en 1983 à Los Angeles.

Portrait de Guy de Cointet par Bernard Plossu à Santa Fé (1979)

Portrait de Guy de Cointet par Bernard Plossu à Santa Fé (1979)

L’oeuvre de Guy de Cointet ne cesse d explorer les problématiques du processus de signification. Il s’agit d abord d un travail sur les messages codés et chiffrés, qui prend la forme de dessins et de livres d artistes. Ces éléments visuels inintelligibles (tableaux ou textes) viennent rapidement s’intégrer à des performances où un acteur (plus souvent une actrice) en explicite les messages indéchiffrables (Espahor Ledet Ku Uluner, Cizegoh Tur Ndjmb, The Paintings of Sophie Rummel, At Sunrise A Cry was Heard, Two Drawings, Going to the Market, Lost at Sea, My Father s Diary). Rapidement ce dispositif évolue vers une forme à plusieurs personnages, où le dialogue ne porte plus seulement sur des tableaux-textes, mais aussi sur des objets aux formes énigmatiques auxquels les acteurs prêtent toutes sortes de noms et de fonctions. (Ethiopia, Iglu, Oh a Bear, Tell Me, A New Life, De toutes les couleurs). Les pièces de Guy de Cointet se ressentent du bilinguisme de leur auteur, elles jouent avec plusieurs langues, avec le langage poétique et avec le chant ; certaines ont fait l’objet de traduction ou de projets de traduction, vers l’anglais (Une Soirée avec Raymond Roussel, Huzo Lumst) ou vers le français (Tell Me, A New Life)

Les performances de Guy de Cointet ont été représentées au sein d’institutions majeures du vivant de l’artiste, aux Etats-Unis et en France. Depuis sa mort en 1983, elles ont été rejouées lors de plusieurs manifestations, notamment en 1985 au MoCA de Los Angeles, au CRAC de Sète en 2006, à la Tate Modern de Londres en 2007 et plus récemment au STUK de Louvain et à l Auditorium du Louvre.

Le fonds Guy de Cointet est composé d’archives produites par l’artiste, recueillies aux Etats-Unis et complétées d’archives de jeunesse restées dans sa famille en France. Elles comprennent des documents de nature diverse.

Tout d’abord pour la partie française : cahiers d’écoliers, dessins et réalisations plastiques de jeunesse, imprimés, photographies, traces de son activité de graphiste et de ses collaborations publicitaires avec son ami photographe Jérôme Ducrot qui le fit venir aux Etats-Unis.

Puis, pour la partie américaine dont la majorité de ces archives portent sur l’oeuvre à proprement parler de Guy de Cointet, les performances aux Etats-Unis et en France, l’oeuvre graphique et les livres d’artiste ou publications : carnets de recherches, notes, tapuscrits, brouillons de textes, dessins, blocs à dessin (mise en scène pour les performances, décors, costumes, dialogues, travail sur les codes et alphabets…), reportages photographiques (actrices et acteurs jouant lors de représentations dans des galeries, théâtres, répétitions), vidéos de performances, cartons d’invitation, programmes, dépliants pour des expositions ou performances, publications dans des revues et magazines, correspondances, maquettes de livres. L’ensemble de ces archives a été numérisé et est disponible en ligne.

Enfin, le fonds contient des archives plus personnelles : documents administratifs, financiers, correspondance amicale, collection d’imprimés et de cartes postales, photographies de jeunesse…

Consulter l’inventaire en ligne

Archives Ramsès Younan : inventaire en ligne

Né à Miniah, Haute-Egypte, le 10 août 1913, dans une famille copte de la classe moyenne, Ramsès Younan fait ses études l’Ecole des Beaux-Arts du Caire et commence à  enseigner le dessin dans plusieurs écoles secondaires tout en débutant sa carrière de peintre et de critique.

En 1939, avec le poète Georges Henein (1914-1973) et Ikbal El Alaily, il fonde le groupe surréaliste égyptien réuni autour de la revue La Part du sable. À partir de 1942, il assume la rédaction en chef d’une revue trotskiste d’avant-garde en langue arabe La Nouvelle Revue (al-Megalla al-guédida). Il y publie des traductions en arabe d’Albert Camus, Franz Kafka et Arthur Rimbaud.

Installé à Paris entre 1946 et 1956, il y expose puis devient journaliste. En 1948, la galerie du Dragon présente sa première exposition personnelle. À cette occasion, un dialogue avec Henein sur l’automatisme est publié sous le titre Notes sur une ascèse hystérique. De retour en Egypte en 1957, il se consacre à la peinture abstraite à partir de 1960, organisant une exposition au Caire en 1962. Il conçoit le pavillon égyptien pour la Biennale de Sao Paulo en 1961, puis celui de la Biennale de Venise en 1964.

Le fonds remis par ses filles documente l’oeuvre de Ramsès Younan, peintre, intellectuel et traducteur égyptien. La partie la plus importante du fonds correspond à ses travaux de critique d’art, en langue arabe, ainsi qu’à une revue de presse couvrant ses activités artistiques et journalistiques. De plus, le fonds est riche d’un ensemble de correspondances et d’une bibliothèque à caractère professionnel. Ces archives rassemblent principalement des manuscrits, des tapuscrits, des imprimés ainsi que des coupures de presse. Il a fait l’objet d’un inventaire détaillé réalisé conjointement par ses filles et Jean Colombain.

Consulter l’inventaire en ligne

« La Nouvelle Typographie» de Jan Tschichold, Editions Entremonde

149660_j_tschichold-nouvelle_typo-couv

Une table ronde avec Robin Kinross, fondateur de la maison d’édition Hyphen Press, auteur de l’introduction de l’ouvrage, Philippe Buschinger, enseignant à l’École Estienne, traducteur du livre, et Victor Guégan, docteur en histoire de la typographie, auteur d’une thèse sur Jan Tschichold.
Mercredi 23 novembre 2016, à partir de 19h
Bibliothèque Kandinsky
Centre Pompidou
Niveau 3

Entrée libre sur réservation à : reservation.bibliothequekandinsky@centrepompidou.fr

L’ouvrage emblématique de Tschichold, La Nouvelle Typographie (1928) est un véritable mani­feste pour la modernité, analogue dans son domaine au livre du Corbusier Vers une architecture. Prenant la forme d’un manuel, l’auteur y fait table rase de la typographie ancienne qui ne trouve grâce à ses yeux que dans son contexte historique, maintenant dépassé.

Pour concevoir son histoire de la typographie, Tschichold s’est d’abord tourné vers l’art moderne. Pour lui, l’ancienne ère, centrée sur l’individu, a laissé place à une nouvelle époque, celle de la reproductibilité et de la dissolution de l’art dans l’architecture et autres formes directement publiques. La vie ainsi bouleversée, mécanisée, urbanisée, accélérée, le centre de gravité s’est déplacé vers le social et le collectif. Il s’agit d’en prendre acte.

Les idées et le langage utilisés sont caractéristiques des textes modernistes de cette époque. Cette révolution agit comme une lame de fond dans tous les domaines de la création, de la nouvelle architecture au théâtre politique de Bertolt Brecht, du mobilier tubulaire au cinéma de Dziga Vertov et jusqu’à la littérature. Les avant-gardes, les futuristes, le mouvement Dada, le mouvement De Stijl, les constructivistes russes, le Bauhaus dessinent une véritable constellation internationale dont s’abreuvent les nouveaux typographes autant qu’ils y apportent leurs contributions.

Jan Tschichold (1902-74) a travaillé comme typographe et enseignant en Allemagne, en Suisse et en Angleterre. Il fut internationalement connu en 1925 avec la publication de la Typographie élémentaire et pour le renouvellement de la ligne graphique de Penguin Books.

Traduction de l’allemand par Françoise et Philippe Buschinger
Introduction de Robin Kinross

Ce livre a bénéficié du soutien à l’édition du Cnap.

www.cnap.fr

www.centrepompidou.fr

entremonde.net

 

Appels à candidature du LABEX CAP – micro-projet « Exposer l’histoire d’une collection : le Musée des Artistes Vivants »

APPEL A CANDIDATURE

Dans le cadre du micro-projet

Exposer l’histoire d’une collection : le Musée des Artistes Vivants du Labex CAP
A l’occasion du bicentenaire du Musée des artistes vivants, en 2018, le Musée d’Orsay et le Musée national d’art moderne – Centre Pompidou sont convenus d’organiser au sein de leurs parcours de visite des modules d’exposition consacrés à l’histoire de cette collection dont ils sont tous deux affectataires. Le projet proposé s’attachera à mettre en évidence la concordance ou les écarts entre les choix accomplis par l’institution, d’une part, et le cours de l’histoire des arts au moment où ces choix ont été accomplis, d’autre part. Une étude quantitative et qualitative, effectuée par le vacataire sur tout ou partie des collections héritées du Musée des artistes vivants (et du Musée des Ecoles Etrangères Contemporaines), permettra de faire apparaître des épisodes historiques significatifs d’engagement, de non-engagement ou de désengagement de l’institution, illustrant ainsi un moment de l’histoire du goût.

Intitulé : jeune chercheur en immersion pour une vacation recherche de 6 mois (70h par mois)

Lieu d’accueil : documentation du MNAM/ documentation du musée d’Orsay

Profil : doctorant ou post-doctorant ; français courant et aptitude à déchiffrer l’écriture manuscrite

Début de la vacation : 16 janvier 2017

Domaine de recherche : Histoire des collections, Questions patrimoniales.

Expérience de recherche souhaitée : traitement d’archives manuscrites, traitement de bases de données.

Dossier : Une lettre de candidature adressée à M. Nicolas LIUCCI-GOUTNIKOV, Musée national d’art moderne, Centre Pompidou. Un curriculum vitae incluant la liste des publications du candidat.

Les dossiers de candidature doivent parvenir au plus tard le 15 décembre 2016 à l’adresse suivante : recherche@centrepompidou.fr

Plus de renseignements au : 01 44 78 40 99

et sur le site du Labex CAP: http://labexcap.fr/

 

Galerie Jean Fournier : inventaire en ligne

C’est en 1998, lors du déménagement de la galerie de la rue Quincampoix, que Jean Fournier décide de céder une partie des archives de la galerie à la Bibliothèque Kandinsky. Archives manuscrites, photographies et imprimés, le don compte 40 boites de catalogues d’expositions et de monographies, 64 titres de revues, 30 boites de photographies, 27 boites de dossiers d’artistes… bien que partiel, le fonds documente le travail de Jean Fournier en liaison avec une vingtaine d’artistes entre 1952 et 2006 : Pierre Bruglio, Alain Buyse, Alain Clément, Jean Degottex, Daniel Dezeuze, Serge Fauchier, Dominique Gauthier, Shirley Jaffe, Jacqueline Monnier, Paul Pack, Claire Pichaud,  Bernard Piffaretti, Jean-Pierre Raynaud, Philippe Richard, Douglas Koss, Kimber Smith, Antoni Tapies, Niele Toroni, David Tremlett, Claude Viallat.

Consulter l’inventaire en ligne

Méthodes de recherche et enjeux curatoriaux pour une exposition rétrospective

Seth Siegelaub : « You don’t need a gallery to show ideas »

Méthodes de recherche et enjeux curatoriaux pour une exposition rétrospective, avec Sara Martinetti

Jeudi 27 octobre 2016, à partir de 18h30

Bibliothèque Kandinsky, Centre Pompidou Niveau 3

Vue de l’accrochage de l’exposition « Seth Siegelaub: Beyond Conceptual Art », Stedelijk Museum, Amsterdam,  12 décembre 2015 - 17 avril 2016. Avec l’aimable autorisation de Marion Benoît
Vue de l’accrochage de l’exposition « Seth Siegelaub: Beyond Conceptual Art », Stedelijk Museum, Amsterdam, 12 décembre 2015 – 17 avril 2016. Avec l’aimable autorisation de Marion Benoît

Entrée libre sur réservation à : reservation.bibliothequekandinsky@centrepompidou.fr

Seth Siegelaub (New York, 1941 – Bâle, 2013) est connu des historiens de l’art pour son rôle décisif dans l’émergence de l’art conceptuel en synchronie avec des artistes comme Robert Barry, Douglas Huebler, Joseph Kosuth et Lawrence Weiner à New York dans la seconde moitié des années 1960. Les  projets de celui qui déclarait en 1969 que « you don’t need a gallery to show ideas » ont durablement redéfini les modes de présentation et de distribution de l’art en conférant au catalogue une valeur propre d’exposition.

Seth Siegelaub: Beyond Conceptual Art, une exposition rétrospective conçue par Leontine Coelewij et Sara Martinetti et présentée en 2015 au Stedelijk Museum Amsterdam, donnait à voir les développements quelque peu inattendus de son travail après 1972 (année où il quitte le monde de l’art) dans les domaines des médias de masse et des textiles. La présentation de ses projets et de ses collections à travers une sélection de 1500 livres, documents et textiles faisait apparaître la continuité des méthodes de compilation et des médiations imprimées opérées par cet organisateur d’exposition, éditeur, bibliographe et collectionneur pour disséminer des idées sur l’art et la culture.

La mise en abîme de l’histoire des expositions, la matérialité des concepts, la présentation d’un corpus de documents et des technologies intellectuelles, la liste, l’index et la carte comme dispositifs de mise en espace sont quelques-uns des enjeux de recherche de l’exposition Seth Siegelaub: Beyond Conceptual Art qui seront développés au cours de cette soirée.

Sara Martinetti est une chercheuse et commissaire d’exposition dont le travail croise l’histoire des arts, l’anthropologie de l’écriture et les pratiques textiles. Doctorante à l’EHESS depuis 2012 et chargée d’étude à l’INHA entre 2012 et 2016, sa thèse porte sur l’ensemble de la carrière de Seth Siegelaub en tant qu’organisateur d’exposition, éditeur et bibliographe. Ses recherches ont nourri la conception de différents projets d’exposition et de livre comme “The Stuff That Matters : Textiles Collected by Seth Siegelaub for the CSROT” (Raven Row, 2012), “Seth Siegelaub: Beyond Conceptual Art” (Stedelijk Museum Amsterdam, 2015), “Seth Siegelaub : “Better Read Than Dead”; Writings and Interviews, 1964–2013” (Walther König, 2016). Elle contribue régulièrement à des revues sur la question des textiles.

Reportages dans les ateliers d’artistes : inventaire et ressources numériques en ligne

Atelier Claude Rutault, 2012. Photographe Jean-Christophe Mazur.
Atelier Claude Rutault, 2012. Photographe Jean-Christophe Mazur.

De 2005 à 2015 la Bibliothèque Kandinsky a mené plusieurs campagnes photographiques dans des ateliers d’artistes, campagnes réalisés par Jean-Christophe Mazur.

A découvrir dans leurs ateliers : Dove Allouche, Kader Attia, Matali Crasset, Esther Ferrer, Dominique Gonzalez-Foerster, Shirley Jaffe, Jean-Jacques Lebel, Jean-Luc Moulène, Jean6Michel Othoniel, Claude Rutault, Judith Reigl, Sarkis, Barthélémy Toguo, Nil Yalter…

 

Archives de la Biennale de Paris : inventaire en ligne

Remises à la Bibliothèque Kandinsky entre 1988 et 1990, les archives de la Biennale de Paris conservées à la Bibliothèque Kandinsky couvrent les années 1971 à 1985. Une autre partie du fonds est conservée sous la cote FR ACA BIENN aux Archives de la critique d’art à Rennes.

Les archives conservées à la Bibliothèque Kandinsky et décrites dans le présent inventaire sont principalement constituées de dossiers de participation de 1973 à 1985 contenant de la correspondance, de la documentation photographique nécessaire à l’élaboration du catalogue, de la documentation relative au projet proposé à la biennale (plans, croquis, esquisses, textes, photographies, diapositives, bandes sonores, partitions, etc.), de la documentation administrative attestant de la participation d’un artiste (formulaire de participation, invitation, laissez-passer, devis de transport, frais de douanes, etc.) et de la documentation générale sur l’artiste (biobibliographie, cv, cartons, revue de presse, revues, catalogues et journaux d’exposition).

On y trouve également de la documentation artistique générale envoyée par des correspondants nationaux (avec l’exemple des cahiers sur les artistes sud-coréens envoyés par Seo-Bo Park en 1980) ou encore  de la documentation administrative sur l’organisation de la Biennale. Une documentation curatoriale avec des plans d’aménagement et d’accrochage (la Grande Halle de la Villette) et des vues d’expositions souvent réalisées par André Morain complètent cet ensemble.

Au total le fonds documente près d’un millier d’artistes et de groupes d’artistes. En effet de 1959 à 1985, 13 éditions de la Biennale de Paris se sont tenues dans différents lieux parisiens (Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris, Parc Floral de Vincennes, Musée National d’Art Moderne, Centre Georges Pompidou et Grande Halle de la Villette), avec quelques cas d’itinérances en banlieue et en province (Nice, Strasbourg).

La manifestation était organisée par une association loi 1901, qui possédait des bureaux au 31 de la rue Berryer, 75008 Paris. Elle a été dirigée au fil de ses 13 éditions par trois délégués généraux successifs : Raymond Cogniat (1959-1965), Jacques Lassaigne (1967-1969) et Georges Boudaille (1971-1985). En 1985, la dernière édition rebaptisée « Nouvelle Biennale de Paris » a lieu à la Grande Halle de la Villette. L’association se dissout ensuite à cause de problèmes financiers.

La « Biennale de Paris, Manifestation Internationale des Jeunes Artistes » valorisait trois critères de sélection :

– la jeunesse : les participants, et à un moment donné, les critiques et artistes du comité de sélection, devaient avoir entre 20 et 35 ans.

– l’ouverture internationale : environ 45 pays participants par édition, avec pour certaines années des invités d’honneur (la Chine, l’Allemagne de l’Est, l’Amérique Latine, la Corée du Sud, l’Afrique du Sud, l’URSS, etc.)

– l’interdisciplinarité, avec des focus pour certaines éditions sur la vidéo, le slowscan, la performance, la musique, la bande-dessinée, etc.

Le carnet de recherche de la Bibliothèque Kandinsky, Musée National d'Art Moderne, Centre Pompidou, Paris