David Antin parmi Freud et Diderot. Critique d’art, narration et postmodernisme. Conférence par Camille Pageard

Le Centre national des arts plastiques (Cnap) et la Bibliothèque Kandinsky du Musée national d’art moderne/CCI, Centre Pompidou sont heureux de vous inviter à la conférence de Camille Pageard intitulée « David Antin parmi Freud et Diderot. Critique d’art, narration et postmodernisme ».

Mercredi 18 octobre 2017, à partir de 18h30

Bibliothèque Kandinsky

Centre Pompidou

Niveau 3

Entrée libre sur réservation à : reservation.bibliothequekandinsky@centrepompidou.fr

Poète, performeur et linguiste américain, David Antin (1932-2016) improvisait des poèmes parlés (talk poems) à l’invitation de musées ou d’universités. À partir du milieu des années 1960, il publie parallèlement des textes critiques sur l’art et la littérature dans des catalogues ou des revues telles que Artforum, Art News, boundary 2 ou Kulchur. Dans son œuvre critique, se croisent des poèmes parlés (talk poems), des études monographiques (sur Andy Warhol, Allan Kaprow, Marcel Duchamp, George Brecht…), et des essais sur la poésie ou sur Wittgenstein.

Les publications de talking, en 1972, et de parler aux frontières, en 1976, sont pour David Antin le signe d’un tournant décisif dans son œuvre. Elles offrent aux lecteurs une réflexion poétique qui s’élabore à partir de la fin des années 1960 et qui mènera aux  talk poems : improvisations devant une assemblée de discours poétiques ensuite enregistrés puis transcrits afin d’en saisir les aspérités, la fluidité et les digressions. Il s’agit aussi de la période où l’activité de critique d’art de David Antin est la plus dense et pendant laquelle il dirige le département d’art de l’Université de Californie (San Diego). Dans ses textes critiques comme dans ses performances et ouvrages poétiques, Antin passe aisément d’un champ à l’autre, tout à la fois observant le modernisme littéraire et artistique et proposant des lectures d’œuvres qu’il définit comme postmodernes.

Camille Pageard a reçu, en 2017, un soutien à la théorie et critique d’art du Cnap pour une recherche intitulée « This is postmodern stuff. David Antin en Californie ». À partir des archives personnelles du poète et critique d’art déposées au Getty Research Institute, il rendra compte de l’articulation que David Antin opère, au cours des années 1980, entre Denis Diderot et Sigmund Freud. La convergence de ces deux auteurs permit d’abord à Antin de résoudre des questions relatives à la définition de la notion de narration, mais également de réarranger certaines propositions de ses textes critiques et plusieurs motifs de son œuvre : mémoire, photographie et perception visuelle. Lors de cette soirée, Camille Pageard présentera également l’ouvrage « David Antin. Essais choisis sur l’art et la littérature » qu’il a traduit avec Jean-François Caro et publié, avec le soutien du Cnap, chez <o> future <o>.

Camille Pageard est historien d’art. Enseignant à l’erg (Bruxelles) et à l’ensba (Lyon), son travail lie l’histoire de l’art, de l’édition et de la poésie contemporaine. Ses recherches se concentrent autour de l’œuvre du poète et critique d’art David Antin. Il a traduit avec Jean-François Caro deux de ses recueils : parler aux frontières (Vies parallèles, 2017) et Essais choisis sur l’art et la littérature – 1966-2005 (<o> future <o>, 2017). Il est co-fondateur de la maison d’édition <o> future <o>.

http://f-u-t-u-r-e.org/

http://www.cnap.fr/

https://www.centrepompidou.fr/

  

Hommage à Marie-Hélène Breuil

« il a fallu longtemps pour reconnaître la toile nonpeinte  comme une des plus belles peintures de paysage. il a fallu que la toile peinte de la même couleur que le mur lui indique le chemin, en avant-garde. Il a fallu se planter devant un des modèles les plus anciens de la peinture, l’ouverture, l’entrée de la caverne, la fenêtre, reconnaître qu’une nouvelle étape pouvait être franchie, sauter le pas » (claude rutault, dé-finitions/méthodes 1973-2016, relire [sans bégayer] – réécrire [sans recopier] – repeindre [sans imiter])

La Bibliothèque Kandinsky du Musée national d’art moderne/CCI, Centre Pompidou est heureuse de vous inviter pour rendre hommage à Marie-Hélène Breuil, à son travail sur l’œuvre de Claude Rutault et sur la restauration d’art contemporain à l’occasion de la présentation des éléments des archives de Claude Rutault et de l’ouvrage « dé-finitions/méthodes 1973 – 2016 », Genève, Mamco, 2016

Jeudi 5 octobre, à partir de 18h30

Bibliothèque Kandinsky

Centre Pompidou

Niveau 3

Entrée libre sur réservation à : reservation.bibliothequekandinsky@centrepompidou.fr

Une table ronde en présence de Claude Rutault, David Kidman, cinéaste, et époux de Marie-Hélène Breuil, Thierry Davila, responsable des éditions au Mamco, Genève, Jean-Philippe Billarant, collectionneur et mécène, Jeanne Gailhoustet, artiste et directrice de l’École nationale des beaux-arts de Limoges, Emilie Parendeau, artiste, Marc Kopylov, éditeur aux Éditions des Cendres, Paris, Cécile Dazord, conservatrice et chercheuse au Centre de recherche et de restauration des musées de France (c2rmf) Agnès Cascio, restauratrice, Adriana Blendea, restauratrice.

Marie-Hélène Breuil est disparue le 1 avril 2016.

Son intérêt pour le travail de Claude Rutault date de plus de vingt ans, mais la collaboration s’est intensifiée avec le travail sur la publication de Claude Rutault, définitions/méthodes le livre, Paris, Productions Flammarion 4, 2000, livre entièrement réalisé par les Éditions des Cendres. Elle a publié de nombreux articles par la suite, organisé des expositions et également écrit quatre livres sur l’ensemble et sur les aspects spécifiques du travail de Claude Rutault ; claude rutault, le jeu de la peinture sur une grille de marelle, 2009-1971, Paris, Bernard Chauveau  Editeur, 2009. « Entretien écrit avec Claude Rutault », dans Michel Gauthier, Marie-Hélène Breuil, Claude Rutault, Paris, Flammarion, 2011, Claude Rutault, peinture, écriture, sociabilité́, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2014 (le sujet de sa thèse de doctorat, soutenu en 2009), Claude Rutault, L’Inventaire, Genève, Mamco, 2015.

Sa contribution à la compréhension et interprétation du travail de Claude Rutault est largement reconnue et saluée. En 2015, elle a travaillé sur les archives de Claude Rutault en vue de leur donation à la Bibliothèque Kandinsky. Une sélection à partir du fonds d’archives conservé à la Bibliothèque sera présenté lors de la soirée.

En parallèle du travail sur Claude Rutault, Marie-Hélène Breuil a enseigné l’histoire de l’art au département de la restauration des œuvres sculptées à l’École supérieure des beaux-arts de Tours, en tant que co-coordinatrice du cycle ces dernières années, où elle a proposé, puis mené des études sur la restauration des œuvres contemporaines. Elle a mené des programmes de recherche sur des questions sur les possibilités de restauration des œuvres, compliquées par la conception, les matériaux, les technologies et leur obsolescence de ces travaux. Un croisement inévitable avec le travail de Claude Rutault s’est opéré. Un nouveau film en hommage à Marie-Hélène sera projeté lors de la soirée ainsi que son film portrait, réalisés par David Kidman.

Né en 1941 à Trois Moutiers (Vienne), Claude Rutault vit et travaille à Vaucresson (Hauts-de-Seine). En 1973, il énonce sa première « définition/méthode » (d/m) : « une toile tendue sur châssis peinte de la même couleur que le mur sur lequel elle est accrochée. sont utilisables tous les formats standard disponibles dans le commerce qu’ils soient rectangulaires, carrés, ronds ou ovales. l’accrochage est traditionnel. » Depuis, il en a proposé plusieurs centaines d’autres, qui ont toutes pour ambition de viser à une déconstruction générale des modes d’existence du tableau.

www.centrepompidou.fr

 

Cycle CNAP-BK. The Middle of the World, Yonatan Vinitsky et les éditions Empire

Samedi 30 septembre 2017, de 14h à 17h

Bibliothèque Kandinsky

Centre Pompidou

Niveau 3

Entrée libre sur réservation à : reservation.bibliothequekandinsky@centrepompidou.fr

Inspiré par les célèbres albums de collection d’images à coller, cet ouvrage oscille entre un livre d’artiste et un livre documentaire sur l’art. Il peut recevoir une collection de près de 300 images autocollantes.

Au cours de cet après-midi, le public est appelé à contribuer à une session de finalisation des ouvrages en y collant les images qui les constituent. La séance sera rythmée par des interventions de l’artiste et des graphistes du collectif Syndicat qui reviendront sur l’historique du projet.

À travers son livre « The Middle of the World », Yonatan Vinitsky s’est intéressé aux ateliers de 14 artistes internationaux qui ont marqué son apprentissage et sa pratique artistique. Ce sont les ateliers d’Absalon, Yaacov Agam, Alexander Calder, Marc Chagall, Lygia Clark, Naum Gabo, Rupprecht Geiger, Matt Montini, Bruno Munari & Leo Lionni, Ezra Orion, Chana Orloff, David Perlov, Dorothea Rockburne qui ont été examinés et revisités. L’ouvrage est composé des contributions inédites de plus de 40 artistes, écrivains, designers, architectes, photographes et autres praticiens, mêlant performance, illustration, peinture, sculpture, numérisation et autres expériences qui examinent et activent le sujet et la place de l’atelier d’artiste aujourd’hui.

Contributeurs du livre : David Adika, François Aubart, Ellie Armon Azoulay, Ariella Azoulay, Ewa Bickels, Alice Channer, Helena de Laurens, Sophie Delpeux, Vanessa Desclaux, Oliver Evans, Jacob Farrell, Ryan Gander, Marie-Ange Guilleminot, Mark Higden, Sam Hryckow, Benjamin Lafore  & Sébastien Martinez-Barat, Myriam Lefkowitz, Achim Lengerer, Cédric Libert, Mathieu Loctin, Rebecca May Marston & Barnie Askew Page, Susan Meiselas, Aurélien Mole, Hans Ulrich Obrist, Ourie Ophir Azoulay, Émile M. Ouroumov, Janina Pedan, Florent Pierre, Pierre-Alain Poirier, Élodie Royer & Yoann Gourmel, Karin Ruggaber, Tom Shay, Moran Shoub, Sam Thorne, Ben Toms, Emilia Vinitsky Armon, Jonathan P. Watts, Hugo Wheeler, Jennifer Winkworth, Raphaël Zarka.

Ouvrage publié avec le soutien à l’édition du Cnap.

Anglais/français
304 pages
235 × 305 mm
Couverture rigide
CMJN + 1Pantone©
290 autocollants

Conception graphique : Syndicat

ISBN: 979-10-95991-038
www.e-m-p-i-r-e.eu/

www.cnap.fr

www.centrepompidou.fr

Pierre Leguillon et Oracles. Cartes de visites d’artistes

Vendredi 29 septembre, à partir de 18h30

Bibliothèque Kandinsky

Centre Pompidou

Niveau 3

Entrée libre sur réservation à : reservation.bibliothequekandinsky@centrepompidou.fr

Activée par Didier Schulmann et Mica Gherghescu, la table-ronde permettra une discussion ouverte entre plusieurs des Oracles, qui souvent, ne se sont pas encore rencontrés…

En présence de : Damarice Amao, Philippe Aronson, Véronique Borgeaud, Claude Closky, Jean-Baptiste Delorme, Clovis Duran, Patricia Falguières, Barbara Fédier, Nicolas Giraud, Victor Guégan, Dean Inkster, Aurélie Jacquet, Angela Lampe, Quentin Lannes, Nicole Marchand-Zañartu, Adrien Mouginot, Carrie Pilto, Jeanne Quéheillard, Charlotte Schaer, Eric Rosencrantz, Christophe Watelet et David Zerbib.

« Oracles. Cartes de visites d’artistes »

Ce livre réunit plus d’une centaine de cartes de visite d’artistes (peintres, sculpteurs, photographes, architectes, graphistes, illustrateurs…), du XVIIIe siècle à aujourd’hui, reproduites sous forme de fac-similé. Les cartes sont glissées comme autant de marque-pages dans un livre dont le texte, écrit à plusieurs voix, retrace l’usage de ces cartes, le contexte social de leur production, et les récits ou les fictions qui les entourent. Les qualités graphiques, souvent inattendues, de ces minuscules objets où chacun-e décline son identité, dressent en creux une histoire du goût et des codes typographiques en Occident. Mais la réunion de ces cartes pose aussi les bases d’une microhistoire de l’art, inspirée par la microstoria italienne, et parfois d’un récit plus libre, affranchi des contextes géographiques et des époques. On peut alors imaginer la constitution de réseaux avant l’avènement de Facebook et voir comment l’artiste se définit dans la sphère sociale, qu’il-elle soit étudiant-e, professeur-e, directeur-trice d’académie, directeur-trice de musée, fondateur-trice d’une revue, d’une entreprise, d’un restaurant, d’un parti politique, etc.

A ce réseau imaginaire ou idéalisé, constitué au hasard des trouvailles, vient se superposer un réseau bien vivant, celui d’étudiants en art ou en histoire de l’art, d’historiens, de bibliothécaires, d’archivistes de fonds privés ou publics, de galeristes, de conservateurs de musées, et d’artistes eux-mêmes, qui a rendu possible l’édification de ce musée de poche. Par la variété des points de vue et des histoires convoqués, le livre constitue en soi un véritable forum de discussion animé par plus de soixante-dix auteur-e-s.

Parmi les artistes : Max Bill, Rosa Bonheur, Irma Boom, Constantin Brancusi, Antonio Canova, Le Corbusier, Sonia Delaunay, Edward Fella, Sylvie Fleury, Guerilla Girls, Walter Gropius, Keith Haring, John Heartfield, Ana Jotta, Paul Klee, Yves Klein, Július Koller, Yayoi Kusama, Christian Marclay, Robert Mallet-Stevens, Piero Manzoni, Filippo Tommaso Marinetti, Karel Martens, Henri Matisse, Annette Messager, Lucia Moholy, Félix Nadar, Francis Picabia, Adrian Piper, Man Ray, Edward Ruscha, Gotffried Shadow, Willem Sandberg, Erik Satie, Sophie Tauber-Arp, Karel Teige, Jack Smith, Andy Warhol, Neill Whistler, Heimo Zobernig, Piet Zwart, etc.

320 pages + 123 cartes de visites

Coédité par la HEAD-Genève et Edition Patrick Frey, Zurich, sous le haut patronage du Musée des Erreurs, Bruxelles.

Directeurs de publication : Pierre Leguillon avec Barbara Fedier, professeurs, et Kyrill Charbonnel, Aurélie Jacquet, Aline Melaet, Anaïs Perez et Charlotte Schaer, étudiant-e-s du WorkMaster, département des Arts Visuels, HEAD-Genève.

Conception graphique : Clovis Duran

www.centrepompidou.fr

https://www.editionpatrickfrey.com/en/books/oracles-artists-calling-cards-pierre-leguillon-barbara-fedier

 

Acquisitions 2016

La liste des achats de la bibliothèque ne rend pas compte de tout ce qui entre dans la collection. L’accroissement de la collection dépend en grande partie des dons que nous recevons, et nous sommes infiniment reconnaissants à nos donateurs pour cette source d’enrichissement. Mais la liste des achats donne une idée de nos orientations. Nous privilégions les choses rares, absentes des autres bibliothèques françaises, les publications universitaires, le lien avec la collection de la BK et du Mnam.

Par ordre alphabétique de la première lettre du titre :

Adrian Henri. Total Artist – Londres : Occasional Papers, 2014

Art and artifact. The Museum as Medium / James Putnam – Londres : Thames and Hudson, 2009

Art ’65. Lesser Known and Unknown Painters. Young American Sculpture. East to West [cat. expo.] / Brian O’Doherty (éd.) – New York : American Express Company ; World’s Fair 1964-1965 Corporation, 1965

Between the Black Box and the White Cube. Expanded Cinema and Postwar Art / Andrew V. Urosckie – University of Chicago Press, 2014

Bohemians. A Graphic History / Paul Buhle et David Berger (éd.) – Londres : Verso, 2014

Born in Flames – Londres : Occasional Papers, 2011

Brakhage’s Childhood / Jane (Brakhage) Wodening – New York : Granary Books, 2015

Burning Down the House. Gwangju Biennale 2014 exhibition catalogue / Jessica Morgan (éd.) – Bologne : Damiani, 2014

Critical Laboratory. The Writings of Thomas Hirschhorn / Lisa Lee et Hal foster (éd.) – Cambridge (Mass.) : The MIT Press, 2013

Cy Twombly. Drawings, cat. rais. vol. 4, 1964-1969 / Nicola del Roscio (éd.) – Munich : Schirmer-Mosel ; New York : Gagosian Gallery, 2014

Cy Twombly. Drawings, cat. rais. vol. 5, 1970-1971 / Nicola Del Roscio (éd.) – Munich : Schirmer-Mosel, 2015

Cy Twombly. Drawings, cat. rais. vol. 6, 1972-1979 / Nicola del Roscio (éd.) – Munich : Schirmer-Mosel, 2016

Cy Twombly. Drawings, cat. rais. vol. 7, 1980-1989 / Nicola del Roscio (éd. ) – Munich : Schirmer-Mosel, 2016

Cy Twombly, cat. expo. Tate Modern, Londres, 2008 ; Museo Guggenheim Bilbao, 28 de octubre, 2008 – 15 de febrero, 2009 ; Galleria nazionale d’arte moderna, Roma, 4 de marzo – 24 de mayo, 2009] / editado por Carmen Giménez ; [texto de Francisco Calvo Serraller ; Cy Twombly en conversación con David Sylvester y Nicholas Serota] – Bilbao, Museo Guggenheim Bilbao, 2008

De ou par Marcel Duchamp ou Rrose Selavy (boîte-en-valise) / Mathieu Mercier (éd.) – Cologne : Walther König, 2015

Doswiadczenie Auschwitz dzisiaj. Poland, Israel, Germany / Delfina Jalowik (éd.) – Cracovie : MOCAK, 2015

Editer l’art. Le livre d’artiste et l’histoire du livre / Leszek Brogowski – Nouvelle édition revue et augmentée – Rennes : Incertain Sens, 2016

Continuer la lecture de Acquisitions 2016

Fonds Youki Foujita – Desnos, inventaire en ligne

D’origine belge, Lucie Badoud, née en 1903, s’installe à Paris à l’âge de 18 ans. Suite à sa rencontre avec le poète Robert Salmon, elle fréquente très vite le milieu journalistique et théâtral de l’époque. A Montparnasse, elle rencontre en 1922 le peintre japonais Tsugouharu Foujita arrivé en France en 1913 et s’installe avec ce dernier qui la rebaptise « Youki » (« neige rose » en japonais). Le couple fréquente le milieu littéraire, artistique et politique des années 1920. En 1925, la Légion d’honneur signe la réussite de Foujita. En 1928, elle rencontre les surréalistes et Robert Desnos ; le poète devient alors intime du couple Foujita. En 1929, un redressement fiscal oblige Foujita à retourner avec Youki au Japon pour une grande exposition où elle rencontre notamment sa famille. En 1931, le couple se sépare et Youki s’installe définitivement avec Robert Desnos avec lequel elle vit quatorze ans jusqu’à son arrestation le 22 février 1944 pour faits de résistance. En dépit des multiples démarches effectuées par Youki pour lui éviter la déportation, Robert Desnos meurt du typhus au camp de concentration de Theresienstadt le 8 mai 1945. Après guerre, elle vit avec le peintre Henri Espinouze et revoit parfois Foujita à Paris. Raymond Cardonne, directeur de la Galerie Clauden, lui propose la place de directrice artistique à la galerie Fontan (137 bd St Germain, 6e arrondissement de Paris) où elle inaugure le 21 juin 1946 une exposition d’art moderne à succès. En 1957, elle écrit ses mémoires « Les confidences de Youki » et décède en 1966.

Les pièces acquises par la Bibliothèque Kandinsky représentent une petite partie du fonds vendu, soit 20 lots sur 257. D’autres institutions se sont portées acquéreuses telles la Bibliothèque littéraire Jacques-Doucet (Paris), les Archives municipales de Nantes, la Bibliothèque municipale de Nantes, le Musée d’arts de Nantes…

Trois ensembles de documents sont ainsi entrés en collection au Centre Pompidou, correspondants aux périodes significatives de la vie de Youki et de ses relations sentimentales et culturelles.

– Youki avec Tsugouharu Foujita (1922-1931) : à  travers les clichés photographiques représentant Foujita et ses proches est évoquée la vie culturelle et artistique des années 1920-30, notamment à Montparnasse et à Deauville, ainsi que leur voyage au Japon à l’occasion d’une exposition monographique de Foujita. Les albums photographiques et la correspondance retracent également des aspects plus personnels de leur vie. Certaines lettres illustrées témoignent de la vie quotidienne de Foujita lors de son séjour américain à l’occasion de son exposition à la Galerie Reinhardt (New-York).

– Youki avec Robert Desnos (1930-1945) : la correspondance de Robert Lebel est relative aux démarches logistiques du retour des oeuvres de Foujita de New York puis à leur vente par le couple Youki et Robert Desnos. Cette partie évoque également les relations de Robert Desnos avec certaines personnalités artistiques de l’entre-deux guerres comme Claude Cahun. Un album photographique illustre ses liens personnels avec Youki et leurs proches.

– Youki avec Henri Espinouze (1945?-1964?) : la correspondance de cette dernière période se rapporte essentiellement aux contacts établis avec les galeries d’art parisiennes, notamment avec la Galerie Iris Clert.

Le fonds se compose également de publications telles « Et avec ça », SIA, Front commun [RP 1240; RP 1241; RP 1242], d’un ouvrage « Tihanyi, peintures 1908-1922 / présentées par Robert Desnos, Paris : Ars, 1936 [Fonds Foujita L 2], d’une partition pour chant et piano de Francis Poulenc [Fonds Foujita L 1].

Une large sélection des pièces acquises en mail dernier est actuellement présentée dans les vitrines de la salle de lecture de la Bibliothèque Kandinsky.

Consulter l’instrument de recherche en ligne

Fonds Harry Shunk et Shunk-Kender

Né en à Leipzig en Allemagne  en 1924, et décédé à 82 ans à New York le 26 Juin 2006, Harry Alexander Shunke, dit Harry Shunk a constitué par son fonds d’archives photographiques un témoignage considérable de l’avant-garde artistique française et américaine du XXe siècle.

Benjamin d’une famille allemande traditionnelle proche des idéologies nazies, il se démarque très vite de ce cadre familial de par sa personnalité atypique et ses goûts artistiques déjà très prononcés.

Enrôlé dans la Wehrmacht à 16 ans et prisonnier des anglais plusieurs années pendant la guerre, il arrive à Paris entre 1956 et 1958 aux alentours de 30 ans, chargé de ce lourd passé.1 et2

Introduit dans le monde de l’art par Dora Tuynman ou Denise Colomb, selon les sources, il rencontre alors Yves Klein suivi par d’autres artistes qui s’apprêtent à fonder le Nouveau Réalisme. C’est également aux alentours de 1960 qu’il débute sa relation professionnelle et sentimentale avec Janos Kender.  Associés pour de nombreux reportages, il est souvent difficile voire impossible de déterminer avec précision auquel des deux les photographies sont attribuées.

Le duo Harry Shunk et Janos Kender va suivre l’évolution des mouvements artistiques et de ses acteurs de la scène parisienne parmi lesquels on peut citer Pierre Restany, Jean Tinguely, Jacques Villeglé, François Dufrêne, Arman, Martial Raysse ou Niki de Saint Phalle.

Premier photographe à figer les visages de cette nouvelle génération, il se spécialise notamment dans la prise de vue des performances artistiques, mode d’expression alors en plein essor. Cette communauté l’entraîne à Montréal, puis à New York ou il s’installe vers 1967. Il devient alors proche de Robert Rauschenberg, Roy Lichtenstein ou Andy Wahrol et documente les débuts de l’art conceptuel en réalisant une série de photographies des performances réalisées en 1971 par vingt-sept artistes sur le pier 18, un embarcadère désaffecté du port de New York.

Pier 18 : John Baldessari, New York, 1971.
Andy Warhol et Gerard Malanga dans un hôtel parisien, 1965.

 

Le fonds d’archives, constitué de plus de 200.000 photographies a été acheté par la Roy Lichtenstein Foundation en 2008, et a ensuite fait l’objet d’un don partagé entre plusieurs grandes institutions : Getty Research Institute, le Museum Of Modern Art, la Tate Modern et le Centre Pompidou.

L’ensemble confié à la Bibliothèque Kandinsky du Musée national d’art moderne/Centre Pompidou consiste en un set de 10.034 tirages au gélatino bromure d’argent, et documente l’œuvre de nombreux artistes présents dans les collections du musée.
On peut notamment mentionner l’importance des reportages sur les performances des Anthropométries d’Yves Klein à la Galerie Internationale d’Art Contemporain, Paris en 1960, les premiers Tirs de Niki de Saint Phalle à la Galerie J. à Paris en 1961 ou encore les photographies d’Anatomic explosion performance activiste anti-guerre du Vietnam de Yayoi Kusama à New York en 1968.

Exposition Yves Klein Anthropométrie de l’époque bleue à la Galerie Internationale d’Art Contemporain, Paris, 1960.
Séance de tir et vernissage de l’exposition de Niki de Saint Phalle Feu à volonté à la Galerie J. Paris, 1961.
Explosion Atomique de Yayoi Kusama, Pont de Brooklyn, New York, 1968.

Si les œuvres résultants de ces performances sont aujourd’hui conservées dans les plus grandes collections muséales, les captations visuelles de l’acte de création sont tout aussi primordiales que l‘objet final, et c’est en cela que  le fonds d’archives Shunk-Kender constitue un témoignage irremplaçable sur les avant-gardes du XXe siècle.

  1. Harry Shunk et l’avant-garde new-yorkaise 1967-2006 : de la photographie testimoniale à la photographie d’auteur / Thibault Duval ; sous la dir. de Didier Schulmann ; [entretiens avec Gabriele Steib et Jacques Villeglé []
  2. Harry Shunk et la scène artistique parisienne 1957-1967 : témoin, acteur ou interprète? / Lisa Delmas ; sous la dir. de Didier Schulmann []

Les Bulletins de musées à la Bibliothèque Kandinsky

Les Bulletins de musées font état de l’activité d’un musée, d’une galerie, d’une académie ou d’un centre d’art. Les contenus sont de natures diverses et pour bon nombre d’entre eux, il est souvent question de beaux-arts au sens académique : architecture, peinture, sculpture, objets anciens… Ils annoncent les expositions, font part des acquisitions lesquelles sont souvent assorties d’une notice, quelquefois d’articles sur les sujets remarquables de leurs fonds. On y trouve aussi des informations autour de donations, de restaurations d’œuvres ou de bâtiments, du budget de l’institution parfois ; des informations précieuses pour qui s’intéresse à la vie des musées.

Ils prennent des formes variées : bulletins, newsletters, calendriers, et quelquefois revues. Ils sont souvent accompagnés à la fin de chaque année d’un rapport d’activités. Une de leur spécificité c’est d’être imprimé à un petit nombre d’exemplaires et distribués à titre gracieux dans un circuit fermé, spécificité qui les assimile un peu à une sorte de littérature grise. Ils sont de ce fait rarement sur le marché et par là même introuvables.

Les Bulletins de musées sont entrés au musée à partir de 1975 ; dans un premier temps au CNAC rue Berryer et ensuite au MNAM. Le fonds s’est constitué au départ avec les grandes expositions du début du Centre : Paris-Berlin, Moscou etc.. et grâce aussi à la grande proximité du CCI avec les pays de l’Est. Pour les autres, leur intégration s’est faite grâce aux échanges ou grâce aux contacts que la conservation avait noués avec les musées étrangers.

La collection comprend actuellement 750 titres, c’est un fonds international, l’Europe et l’Amérique du Nord forment le plus gros de la collection. Le Japon est bien représenté, l’Amérique du Sud, la Russie et l’Asie le sont moins.

C’est une collection dont on parle peu, qui n’a pas une grande visibilité, qui est peu sollicitée et consultée ce qui lui confère un caractère confidentiel. Un certain nombre de titres ont été publiés à une époque où les grandes capitales européennes n’avaient pas encore de musées dédiés spécifiquement à l’art moderne et contemporain ce qui explique que leur contenu traite de périodes historiques parfois fort éloignées de la nôtre. La part qui peut concerner les chercheurs de la BK y est mince et cependant unique. Ces bulletins font souvent mention d’acquisitions récentes concernant de grands artistes ou d’œuvres majeures du 20e s. accompagnés de textes et d’analyses pour certains non négligeables (MOMA, Kunsthaus Zürich dont récemment des exemplaires ont été exposés pour l’exposition Cy Twombly). Ces textes sont souvent accompagnés de tirages photographiques témoignant ainsi de l’esprit de l’époque accentuant le caractère historique notamment pour les collections 1930-1980.

Il est à noter que depuis plusieurs années, la collection est très peu alimentée du fait de l’internet et des nouveaux modes de diffusion, des échanges plus sélectifs et moins nombreux. Les sites des musées se limitent essentiellement à des informations pratiques autour de leurs actualités.

Cette collection cohérente commencée à l’époque du CNAC, qui s’est enrichie jusqu’à aujourd’hui reste une source importante de la vie des institutions d’une époque dans leurs contenus et leur matérialité se déclinant du feuillet à la revue voir à un livre. Un certain nombre de bibliothèques françaises possèdent des collections de bulletins de musées plus ou moins complètes provenant pour la plupart de musées français et européens.

La bibliothèque Kandinsky est la seule à posséder une telle collection internationale conçue à partir de 1975, ce fonds est unique en France. Le bulletin de musée reste un témoignage important dans l’histoire de l’art, gageons qu’il sera étudié de près à l’avenir au vu de son caractère singulier et vernaculaire.

 

Université d’été, jour 8

Séance au Musée national d’art moderne/ Centre Pompidou

9.30 – 9.50 Damien Airault, « L’objet trouvé ». Contre-histoire de l’exposition qui va du cabinet de curiosité jusqu’à l’exposition Science-fiction d’Harald Szeemann » 9.50 – 10.10 Rémi de Raphélis, Rêver et réinventer la collection au tournant du XXe siècle. Les exemples d’A rebours, Monsieur de Phocas et Locus Solus. 10.10 – 10.30 Daphné Carolus

11.00 Atelier de travail avec le Felicity Bodenstein, Benoît de l’Estoile, Dominique Poulot, Laurella Rinçon 13.00 Pause déjeuner

Remise du Journal de l’Université d’été de la Bibliothèque Kandinsky, n° 4

18.30 Bénédicte Savoy, conférence de clôture, Bibliothèque Kandinsky, séance ouverte au public

Université d’été, jour 7

Séance au Musée national d’art moderne/ Centre Pompidou. Modération Scarlett Reliquet

9.30 – 9.50 Adriana De Angelis, « Ex Mira Lanza: the New Street Art museum that is revoluzionizing the very concept of Art Collection in Rome » 9.50 – 10.10 Maria Mikaelyan, “DISSONANT MEMORIES IN THE POST-SOVIET SPACE: COMPARATIVE ANALYSIS OF NEWLY ESTABLISHED MUSEUMS OF POLITICAL HISTORY IN THE POST-SOVIET COUNTRIES (1991-2016)” 10.10 – 10.30 Daphné Biiga Nwanak, « Jérôme BEL. Propositions pour une muséologie des arts performatifs et contemporains »

11.30 Atelier de travail avec Julie Verlaine, « Marché(s), collection(s), musée(s) : une approche d’histoire sociale et culturelle »

13.00 Pause déjeuner

14.00 Atelier publication avec Marietta Eugster

18.30 Clémentine Deliss, « Comment conceptualiser un musée universitaire et transformer les réserves des musées ethnologiques en sites de recherche transdisciplinaires et trans-culturels? », Bibliothèque Kandinsky, séance ouverte au public

Clémentine Deliss

La Bibliothèque Kandinsky du Musée national d’art moderne/CCI, Centre Pompidou est heureuse de vous inviter à la conférence de Clémentine Deliss « Comment conceptualiser un musée universitaire et transformer les réserves des musées ethnologiques en sites de recherche trans-disciplinaires et trans-culturels? » Cette présentation se déroule dans le cadre de l’Université d’été de la Bibliothèque Kandinsky qui, pour sa quatrième édition du 5 au 13 juillet 2017, étudiera un des lieux les plus complexes du débat muséologique actuel : l’histoire stratifiée des collections consacrées à l’art du temps présent et leurs modalités d’ancrage dans l’espace muséal.

Mercredi 12 juillet 2017, à partir de 18h30

Bibliothèque Kandinsky

Centre Pompidou

Niveau 3

Entrée libre sur réservation à : reservation.bibliothequekandinsky@centrepompidou.fr

Clémentine Deliss est curatrice et historienne culturelle. Elle a étudié l’art contemporain et l’anthropologie à Vienne, Paris et Londres, et a soutenu un doctorat à SOAS, School of Oriental and African Studies, Université de Londres. En 2015-2016, elle a été Senior Curator de la Fondation IDeA en Arménie, où elle est à l’origine du « Dilijan Arts Observatory » dans l’ancienne usine électrique “Impuls”. De 2010 à 2015, elle a dirigé le Weltkulturen Museum à Frankfort, développant un nouveau laboratoire de recherche avec lequel réactiver les collections ethnographiques. Elle travaille actuellement à une réflexion autour du futur du musée global en Asie du Sud-Est et elle est co-commissaire d’une exposition pour la Galerie nationale, Hamburger Bahnhof à Berlin.

 

Université d’été, jour 6

Séance au Musée national d’art moderne/ Centre Pompidou

9.30 – 10.10 Lydie Delahaye, « Le film sur l’art. Exposer et cataloguer les oeuvres d’art » – répondante Natalia Klanchar sur la collection de films sur l’art de la Bibliothèque Kandinsky 10.10 – 10.30 Artur Matuck, « A Proposal for Collecting, Theorizing and Exhibiting Pioneering Telewriting Events » 10.30 – 10.50 Maud Maffei, « QU’EST-CE Q’UN MUSÉE? DE L’ÂGE ÉLECTRONIQUE À L’ÂGE NUMÉRIQUE: UNE APPROCHE DE ROBERT SMITHSON, CINQUANTE ANS APRÈS »

11.30 Atelier de travail avec Christine van Assche, Marcella Lista et Yekhan Pinarligil sur les collections nouveaux médias du Mnam

13.00 Pause déjeuner

14.00 Atelier publication avec Marietta Eugster, Bibliothèque Kandinsky

Université d’été, jour 5

Séance au Département de la Photographie, Médiathèque de l’architecture et du patrimoine, Fort de St.Cyr avec Anne Cock et Bruno Martin

10.00 Café au Fort 10.30-12.45, présentation des collections de la Médiathèque du Patrimoine par Anne Cock et Bruno Martin

13.00 Déjeuner sur place

14.15-15.15 Valérie Juilliard et Chloé Goualc’h, présentation des collections photographiques de la Bibliothèque Kandinsky 15.50 – 16.10 Rafał Lewandowski, « Jerzy Lewczyński Archive as a heterotopic Museum of Private Imagination » 16.10 – 16.30 Julie Dudragne, « Cartes postales et reproductions d’oeuvres d’art : d’un butin modeste aux échanges épisto-graphiques, l’art comme acte de piraterie économique ? »

Université d’été, jour 4

Séance au Musée national d’art moderne/ Centre Pompidou, modération Sara Martinetti et Mica Gherghescu

9.30 – 9.50 Christina Rudoski, « the significance, relevance and theoretical implications of exhibiting these micro-collections as physical objects and as digital representations in relation to each artist’s larger life-work. » 9.50 – 10.10 Caterina Caputo, Surrealist art collections, « Surrealists’ collections: Roland Penrose et ELT Mesens collection, a historical comparison » 10.10 – 10.30 Natasa Ivanovic, « Music’s collection of primary sources – beginning of a great story? » 10.30 – 10.50 Francesco Guzzetti, « Musealizing the anti-Museum Art. Cases in Arte Povera and Conceptual Art »

11.00 -12.00 Sara Martinetti – retour sur Seth Siegelaub

13.00 Pause déjeuner

14. 00 Atelier publication avec Marietta Eugster

Université d’été, jour 3

Séance aux Archives Nationales – Pierrefitte-sur-Seine: Archives des Musées nationaux avec Clothilde Roullier et Pascal Riviale

10.00 – 12.00 Clothilde Roullier et Pascal Riviale – Archives des Musée nationaux – présentation des collections

13.00 Pause déjeuner

14.00 – 14.20 Victor Vanoosten, « Aux origines de la collection du Musée d’Art Contemporain de Dunkerque, un nouveau mode de fondation des institutions culturelles » 14.20- 14.40 Marianna Charitonidou, « Artefactual Value and Virtual Archives: the Digital Curator vis-à-vis the Plurality of Entry Points” 14.40 – 15.00 Adiva Lawrence, « The Living Archives of the 3rd Bahia Biennial as Ephemeral Collecting with Decolonial Potential »

15.30 – 16.30 visite avec Clothilde Roullier de l’exposition « Un art d’état »

18.30 Présentation recherche Yaël Kreplak dans le cadre du Cycle Cnap-BK, « En finir avec la boîte noire. Une ethnographie de la conservation de l’art contemporain au MNAM », Bibliothèque Kandinsky, séance ouverte au public

Le carnet de recherche de la Bibliothèque Kandinsky, Musée National d'Art Moderne, Centre Pompidou, Paris