Université d’été, jour 8

Séance au Musée national d’art moderne/ Centre Pompidou

9.30 – 9.50 Damien Airault, « L’objet trouvé ». Contre-histoire de l’exposition qui va du cabinet de curiosité jusqu’à l’exposition Science-fiction d’Harald Szeemann » 9.50 – 10.10 Rémi de Raphélis, Rêver et réinventer la collection au tournant du XXe siècle. Les exemples d’A rebours, Monsieur de Phocas et Locus Solus. 10.10 – 10.30 Daphné Carolus

11.00 Atelier de travail avec le Felicity Bodenstein, Benoît de l’Estoile, Dominique Poulot, Laurella Rinçon 13.00 Pause déjeuner

Remise du Journal de l’Université d’été de la Bibliothèque Kandinsky, n° 4

18.30 Bénédicte Savoy, conférence de clôture, Bibliothèque Kandinsky, séance ouverte au public

Université d’été, jour 7

Séance au Musée national d’art moderne/ Centre Pompidou. Modération Scarlett Reliquet

9.30 – 9.50 Adriana De Angelis, « Ex Mira Lanza: the New Street Art museum that is revoluzionizing the very concept of Art Collection in Rome » 9.50 – 10.10 Maria Mikaelyan, “DISSONANT MEMORIES IN THE POST-SOVIET SPACE: COMPARATIVE ANALYSIS OF NEWLY ESTABLISHED MUSEUMS OF POLITICAL HISTORY IN THE POST-SOVIET COUNTRIES (1991-2016)” 10.10 – 10.30 Daphné Biiga Nwanak, « Jérôme BEL. Propositions pour une muséologie des arts performatifs et contemporains »

11.30 Atelier de travail avec Julie Verlaine, « Marché(s), collection(s), musée(s) : une approche d’histoire sociale et culturelle »

13.00 Pause déjeuner

14.00 Atelier publication avec Marietta Eugster

18.30 Clémentine Deliss, « Comment conceptualiser un musée universitaire et transformer les réserves des musées ethnologiques en sites de recherche transdisciplinaires et trans-culturels? », Bibliothèque Kandinsky, séance ouverte au public

Clémentine Deliss

La Bibliothèque Kandinsky du Musée national d’art moderne/CCI, Centre Pompidou est heureuse de vous inviter à la conférence de Clémentine Deliss « Comment conceptualiser un musée universitaire et transformer les réserves des musées ethnologiques en sites de recherche trans-disciplinaires et trans-culturels? » Cette présentation se déroule dans le cadre de l’Université d’été de la Bibliothèque Kandinsky qui, pour sa quatrième édition du 5 au 13 juillet 2017, étudiera un des lieux les plus complexes du débat muséologique actuel : l’histoire stratifiée des collections consacrées à l’art du temps présent et leurs modalités d’ancrage dans l’espace muséal.

Mercredi 12 juillet 2017, à partir de 18h30

Bibliothèque Kandinsky

Centre Pompidou

Niveau 3

Entrée libre sur réservation à : reservation.bibliothequekandinsky@centrepompidou.fr

Clémentine Deliss est curatrice et historienne culturelle. Elle a étudié l’art contemporain et l’anthropologie à Vienne, Paris et Londres, et a soutenu un doctorat à SOAS, School of Oriental and African Studies, Université de Londres. En 2015-2016, elle a été Senior Curator de la Fondation IDeA en Arménie, où elle est à l’origine du « Dilijan Arts Observatory » dans l’ancienne usine électrique “Impuls”. De 2010 à 2015, elle a dirigé le Weltkulturen Museum à Frankfort, développant un nouveau laboratoire de recherche avec lequel réactiver les collections ethnographiques. Elle travaille actuellement à une réflexion autour du futur du musée global en Asie du Sud-Est et elle est co-commissaire d’une exposition pour la Galerie nationale, Hamburger Bahnhof à Berlin.

 

Université d’été, jour 6

Séance au Musée national d’art moderne/ Centre Pompidou

9.30 – 10.10 Lydie Delahaye, « Le film sur l’art. Exposer et cataloguer les oeuvres d’art » – répondante Natalia Klanchar sur la collection de films sur l’art de la Bibliothèque Kandinsky 10.10 – 10.30 Artur Matuck, « A Proposal for Collecting, Theorizing and Exhibiting Pioneering Telewriting Events » 10.30 – 10.50 Maud Maffei, « QU’EST-CE Q’UN MUSÉE? DE L’ÂGE ÉLECTRONIQUE À L’ÂGE NUMÉRIQUE: UNE APPROCHE DE ROBERT SMITHSON, CINQUANTE ANS APRÈS »

11.30 Atelier de travail avec Christine van Assche, Marcella Lista et Yekhan Pinarligil sur les collections nouveaux médias du Mnam

13.00 Pause déjeuner

14.00 Atelier publication avec Marietta Eugster, Bibliothèque Kandinsky

Université d’été, jour 5

Séance au Département de la Photographie, Médiathèque de l’architecture et du patrimoine, Fort de St.Cyr avec Anne Cock et Bruno Martin

10.00 Café au Fort 10.30-12.45, présentation des collections de la Médiathèque du Patrimoine par Anne Cock et Bruno Martin

13.00 Déjeuner sur place

14.15-15.15 Valérie Juilliard et Chloé Goualc’h, présentation des collections photographiques de la Bibliothèque Kandinsky 15.50 – 16.10 Rafał Lewandowski, « Jerzy Lewczyński Archive as a heterotopic Museum of Private Imagination » 16.10 – 16.30 Julie Dudragne, « Cartes postales et reproductions d’oeuvres d’art : d’un butin modeste aux échanges épisto-graphiques, l’art comme acte de piraterie économique ? »

Université d’été, jour 4

Séance au Musée national d’art moderne/ Centre Pompidou, modération Sara Martinetti et Mica Gherghescu

9.30 – 9.50 Christina Rudoski, « the significance, relevance and theoretical implications of exhibiting these micro-collections as physical objects and as digital representations in relation to each artist’s larger life-work. » 9.50 – 10.10 Caterina Caputo, Surrealist art collections, « Surrealists’ collections: Roland Penrose et ELT Mesens collection, a historical comparison » 10.10 – 10.30 Natasa Ivanovic, « Music’s collection of primary sources – beginning of a great story? » 10.30 – 10.50 Francesco Guzzetti, « Musealizing the anti-Museum Art. Cases in Arte Povera and Conceptual Art »

11.00 -12.00 Sara Martinetti – retour sur Seth Siegelaub

13.00 Pause déjeuner

14. 00 Atelier publication avec Marietta Eugster

Université d’été, jour 3

Séance aux Archives Nationales – Pierrefitte-sur-Seine: Archives des Musées nationaux avec Clothilde Roullier et Pascal Riviale

10.00 – 12.00 Clothilde Roullier et Pascal Riviale – Archives des Musée nationaux – présentation des collections

13.00 Pause déjeuner

14.00 – 14.20 Victor Vanoosten, « Aux origines de la collection du Musée d’Art Contemporain de Dunkerque, un nouveau mode de fondation des institutions culturelles » 14.20- 14.40 Marianna Charitonidou, « Artefactual Value and Virtual Archives: the Digital Curator vis-à-vis the Plurality of Entry Points” 14.40 – 15.00 Adiva Lawrence, « The Living Archives of the 3rd Bahia Biennial as Ephemeral Collecting with Decolonial Potential »

15.30 – 16.30 visite avec Clothilde Roullier de l’exposition « Un art d’état »

18.30 Présentation recherche Yaël Kreplak dans le cadre du Cycle Cnap-BK, « En finir avec la boîte noire. Une ethnographie de la conservation de l’art contemporain au MNAM », Bibliothèque Kandinsky, séance ouverte au public

Université d’été, jour 3, séance spéciale avec Yaël KREPLAK

« En finir avec la boîte noire. Une ethnographie de la conservation de l’art contemporain au MNAM ».

Le Centre national des arts plastiques (Cnap) et la Bibliothèque Kandinsky du Musée national d’art moderne/CCI, Centre Pompidou sont heureux de vous inviter à la conférence de Yaël Kreplak « En finir avec la boîte noire. Une ethnographie de la conservation de l’art contemporain au MNAM ». Cette présentation se déroule dans le cadre de l’Université d’été de la Bibliothèque Kandinsky qui, pour sa quatrième édition du 5 au 13 juillet 2017, étudiera un des lieux les plus complexes du débat muséologique actuel : l’histoire stratifiée des collections consacrées à l’art du temps présent et leurs modalités d’ancrage dans l’espace muséal.

Vendredi 7 juillet 2017, à partir de 18h30

Bibliothèque Kandinsky, Centre Pompidou, Niveau 3

Entrée libre sur réservation à : reservation.bibliothequekandinsky@centrepompidou.fr

« En somme, votre travail, c’est de faire fonctionner les œuvres dans les pires conditions imaginables, c’est-à-dire dans un musée » : ce constat, énoncé par Nelson Goodman au colloque annuel de l’Association des musées américains (1991, p. 76), n’invite pas (nécessairement) à une critique de l’institution muséale, telle qu’elle a pu être prise en charge par les Museum Studies ou la critique institutionnelle. Il offre (aussi) une incitation positive à étudier ces « conditions de fonctionnement », démarche qui semble d’autant plus nécessaire pour l’art contemporain, dont les œuvres s’emploient à « dé-définir » un ensemble de propriétés institutionnalisées (l’unicité, la permanence, l’artefactualité…). Mais si l’idée d’une dé-définition de l’art s’est avérée productive pour rendre compte de la diversification des pratiques des artistes, elle ne s’est pas encore suffisamment accompagnée de ce qui semble être son corollaire, à savoir une redéfinition des pratiques des autres acteurs de l’art contemporain – et notamment de ceux qui agissent, au quotidien, avec et sur les œuvres. Sous cet angle, l’institution muséale devient ainsi un terrain d’enquête où observer comment se négocient et se déterminent, continûment et collectivement, dans le cours du travail ordinaire, les propriétés des œuvres.

C’est au développement de cette perspective que s’emploie, depuis 2014, Yaël Kreplak, en travaillant sur un cas particulier : la gestion des collections contemporaines au Musée national d’art moderne (MNAM). Dans cette conférence, elle présentera quelques-uns des matériaux recueillis à l’occasion de cette ethnographie des activités liées à la conservation, la mise en exposition, la restauration, la documentation, le stockage et la régie de quelques œuvres des collections. En prenant appui sur ces données et matériaux empiriques, il s’agira de creuser la perspective d’une écologie de l’art, qui cherche à ouvrir la réflexion sur l’art et les œuvres à l’analyse des pratiques, des milieux et des collectifs dont ils sont solidaires, dans une démarche proprement interdisciplinaire.

Yaël Kreplak est chercheuse associée au CEMS-IMM (EHESS, Paris) et actuellement post-doctorante à la Fondation des sciences du patrimoine (Labex Patrima). Fondés sur des enquêtes ethnographiques réalisées dans des institutions artistiques, muséales et patrimoniales (Villa Arson, Musée national d’art moderne, Archives nationales), ses travaux visent à élaborer une approche praxéologique de l’art, ancrée dans la description des pratiques ordinaires de mise en exposition, de conservation, de restauration et de documentation. En mobilisant les apports de l’ethnométhodologie, de l’analyse de l’action située et de l’esthétique pragmatiste, ses recherches défendent une approche descriptive des pratiques sociales situées qui font les œuvres.

Depuis 2015, elle développe le projet de recherche interdisciplinaire Écologie des collections. Nouvelles perspectives sur les pratiques muséales, en collaboration avec Tiziana Beltrame et Frédéric Keck, avec le soutien du Labex CAP. Elle a récemment rejoint le groupe de recherche « Art et artefactualité » développé à l’École supérieure d’art d’Avignon.

Yaël Kreplak a reçu, en 2016, un soutien à la théorie et critique d’art du Cnap pour une recherche intitulée « Vers une écologie de l’art. Une ethnographie du MNAM ».

 

www.centrepompidou.fr/

www.cnap.fr/

Université d’été, jour 2

Séance au Ministère de l’Europe et des Affaires étrangères – Direction des Archives: Archives de la Récupération artistique avec Sébastien Chauffour

10.00 Sébastien Chauffour: Descriptions de collections privées 19e-20e; réclamation de spolié à la CRA, d’une description par l’ERR (listing Coblence), par la CRA (fiches), par le BCR (RBS), et maintenant par Rose Valland avec les fiches originelles du Jeu de Paume

13.00 Pause déjeuner

14.00 Rencontre et échanges autour des archives de la récupération artistique: Centre des archives diplomatiques – programme ici

Université d’été, jour 1

Ouverture de l’Université d’été de la Bibliothèque Kandinsky

9.00 Petit déjeuner d’accueil

0.00 Ouverture en présence de Bernard Blistène, directeur du Musée national d’art moderne, Centre Pompidou et Introduction par l’équipe scientifique du projet

10.30 Présentation des participants et de leurs projets de recherche

11.30 Présentation du projet « Exposer l’histoire d’une collection »: Nicolas LiucciGoutnikov, Christian Briend, Alice Thomine, Scarlett Reliquet, Camille Morando, Laurent Cazes et Diane Toubert

13.00 Pause déjeuner

14.30 – 16.30 Visite de la documentation du Musée d’Orsay – avec Lionel Britten

17.30 Atelier d’écriture et publication, Bibliothèque Kandinsky. Avec Marietta Eugster Présentation du projet pour le n° 4 du Journal de l’Université d’été

Université d’été de la Bibliothèque Kandinsky, 4e édition

« Les sources au travail.
Collections d’art et musées à l’épreuve du temps présent » 
5 au 13 juillet 2017

L’Université d’été de la Bibliothèque Kandinsky est un programme du Centre Pompidou qui se déroule dans l’espace public du musée. Elle a pour objet les sources de l’art moderne et contemporain : archives, documentation écrite, photographique ou filmique, témoignages, mais aussi d’autres formes d’appropriation artistique de la production documentaire.

Initiative interdisciplinaire, l’Université d’été de la Bibliothèque Kandinsky réunit de jeunes chercheur.e.s : historiens et historiens de l’art, anthropologues et sociologues, artistes, critiques, commissaires d’expositions, qui partagent un travail collectif sur les sources. Implantée dans l’espace du musée, la table-vitrine de l’Université d’été sert à la fois comme table de montage et d’exposition des éléments documentaires. Elle recueille fac-similés, reproductions, sources archivistiques et documentaires proposées ou évoquées au cours des séances. Plusieurs ateliers d’écriture rythment le parcours de l’Université d’été. Des visites dans des lieux dépositaires de sources primaires émailleront les journées de travail. Le numéro quatre du « Journal de l’Université d’été de la Bibliothèque Kandinsky » sera tout à la fois un recueil de sources et une création graphique collective qui reflètera les débats poursuivis pendant les séances de travail.

Avec le soutien du Laboratoire d’Excellence Création, Arts, Patrimoines.
Avec le concours du Centre national des arts plastiques, des Archives diplomatiques , des Archives Nationales et de la Médiathèque du Patrimoine

Walker Evans. The magazine work

Au fil des ans, David Campany a rassemblé tous les numéros du magazine Fortune contenant des photographies de Walker Evans. L’ensemble vient d’être acheté par la Bibliothèque Kandinsky. Certains numéros sont visibles dans l’exposition Walker Evans présentée au Centre Pompidou jusqu’au 14 août 2017.
Pour accompagner cette prestigieuse acquisition, nous venons d’acquérir l’ouvrage publié par David Campany chez Steidl en 2014, qui documente cet aspect moins connu mais très représentatif de l’œuvre du photographe américain.

On y apprend que Walker Evans a travaillé pour le luxueux magazine économique pendant vingt ans. Après quelques travaux comme collaborateur en 1934, il rejoint l’équipe comme photographe en 1945. Dès 1948 il occupe le poste de «Special Photographic Editor», où il jouit d’une très grande autonomie pour les dix-sept années suivantes. Dans ses articles, une fois la proposition acceptée, il est libre dans le traitement des sujets : il fait ses propres photos, les met en pages, choisit la typo, écrit ses propres textes, rédige les légendes. Il a aussi une fonction de conseil aux autres photographes et en ce qui concerne la maquette.

Dans la lignée d’Atget et de Sanders, son œuvre photographique consiste en une étude la société. Il compile les images de la culture vernaculaire américaine, avec en creux le vide spirituel de la société de consommation. De Sanders il retient aussi la nécessité de faire un usage intelligent de la photographie. La photographie est une image reproductible. Le contexte, la manière dont elle est diffusée ont une importance décisive. La mise en page, l’association d’images, la succession des articles dans une revue font sens. La contextualisation de l’image participe non seulement de sa signification mais de son rôle social.

Walker Evans rejette la photographie commerciale. Il en refuse le caractère spectaculaire ou sentimental en vogue à l’époque dans les magazines destinés « aux masses intoxiquées au consumérisme et au divertissement ». Son style est sobre, il lui vient de Flaubert : c’est le réalisme, le naturalisme, l’objectivité. Sa photographie sans ornement traite le sujet avec clarté.
C’est cette exigence qui convainc la hiérarchie de Fortune de lui laisser toute latitude. Paradoxalement, travailler à plein temps pour un magazine lui aura permis de diffuser son œuvre et d’en contrôler la diffusion, d’être en somme son propre éditeur.

Dans la collection de la BK, les numéros de Fortune viennent s’ajouter à l’exemplaire d’American Photographs, catalogue de l’exposition Walker Evans au Moma en 1938, entré par donation en 2013 avec la bibliothèque d’Ettore Sottsass.

Claude Closky : ILUO

Dans le cadre des 40 ans du Centre Pompidou, le Centre des Livres d’artistes de Saint-Yrieix-la-Perche présente :

Claude Closky, ILUO

24 juin – 16 septembre 2017

Claude Closky, né en 1963 à Paris, fait paraître ses premiers livres – qu’alors il publie lui-même – à la toute fin des années 1980. Depuis, l’imprimé peuple considérablement l’œuvre de l’artiste : brochures, livres, cartes postales, cartons d’invitations, affiches et estampes, papiers peints, contributions à diverses publications (revues, catalogues…). Ce corpus s’inscrit avec rigueur dans l’histoire de cette forme d’édition apparue au début des années 1960 et que l’on nomme désormais « livre d’artiste ».

Claude Closky est aussi l’un des rares artistes, dans les années 1990, à penser avec justesse le passage de la page an papier à la page de l’écran, ce qu’il fait sans tomber dans l’écueil du mélange et de la confusion des supports, gardant à chacun ses spécificités et ses qualités. L’exposition au Centre des livres d’artistes, pensée par l’artiste lui-même, s’appuie sur les collections de la Bibliothèque Kandinsky et du Cdla. Elle rassemble quelque cent-soixante publications et pages pour le web.

Commissariat : Christian Lebrat (Bibliothèque Kandinsky) et Didier Mathieu (Cdla). Photographies réalisées par Christian Lebrat, juin 2017.

 

Guy de Cointet, Théâtre Complet/The Complete Plays

Le Centre national des arts plastiques (Cnap) et la Bibliothèque Kandinsky du Musée national d’art moderne/CCI, Centre Pompidou sont heureux de vous inviter au lancement de l’ouvrage « Guy de Cointet, Théâtre Complet/The Complete Plays » publié par les éditions Paraguay et la Guy de Cointet Society.

La présentation réunira les directeurs de l’ouvrage Hugues Decointet, François Piron et Marilou Thiébault ainsi que celle qui en a réalisé la conception graphique Laure Giletti.

Jeudi 29 juin 2017, à partir de 18h30

Bibliothèque Kandinsky – Centre Pompidou. Accès sur réservation

La performance bat son plein au début des années 1970 à Los Angeles – où l’art du happening s’est inscrit dès le début des années 1960 – lorsque Guy de Cointet commence à y présenter son travail. Pourtant, dès ses premières expériences scéniques, l’imaginaire de Guy de Cointet se développe dans un horizon théâtral : un texte mémorisé par des comédiens professionnels, une volonté de rejouer les œuvres à plusieurs reprises, un intérêt pour la mise en scène en termes de mouvement, de rythme, et d’intensité émotionnelle. Entre 1973 et 1983, date de sa disparition brutale, il écrira près de 25 pièces qui seront jouées, pour la plupart, à Los Angeles, New York ou Paris.

Après plusieurs ouvrages dédiés à la biographie et à l’œuvre plastique de l’artiste, restait à relever un défi, et un paradoxe : publier les textes de théâtre d’un auteur qui prévenait qu’ « il ne s’agit pas d’un théâtre de texte » et qu’il sera « impossible d’en avoir une idée par la simple lecture ».

Grâce à l’archive provenant du Fonds Guy de Cointet de la Bibliothèque Kandinsky au Centre Pompidou –manuscrits et tapuscrits, carnets, dessins, photographies, affiches et cartons d’invitation – mais aussi forte de découvertes inédites comme celle d’un manuscrit original de sa dernière pièce, The Bridegroom, cette première édition complète des textes de théâtre dans leur langue originale et traduits, permet de découvrir un véritable auteur, habile à de multiples procédés. Se mêlent, de pièce en pièce, prose dialoguée, poèmes, langues étrangères ou cryptées, phrases sonores, citations de slogans télévisuels mais surtout d’innombrables écrivains…

Complété de commentaires et entretiens qui contextualisent et analysent l’œuvre théâtrale de l’artiste, le livre a pour priorité de rendre ces pièces lisibles, grâce notamment à l’insertion de pictogrammes des objets scéniques construits par l’auteur et qui sont capitaux dans ses mises en scène. L’ouvrage tente de faire vivre ou revivre un théâtre qualifié par Guy de Cointet d’ « assemblage d’objets, de gestes et de mots dont la perpétuelle interférence crée une magie proprement théâtrale. »

Direction éditoriale : Hugues Decointet, François Piron et Marilou Thiébault

Conception graphique : Laure Giletti et Gregory Dapra

Traducteurs: Sophie Dannenmüller, Francesca Devalier, Ian Monk, Kirsten Murphy et Stephen Maas, Émilie Notéris, Sarah Vermande

Transcription des manuscrits: Ibéa Atondi

448 pages couleur

Distribution: Les Presses du réel, IDEA Books, Antenne Books, Motto Books

 

Ouvrage initié par la Guy de Cointet Society.

Avec le soutien à l’édition du Cnap, des galeries Air de Paris et Greene Naftali ainsi que de Thea Westreich

 

www.centrepompidou.fr/

www.cnap.fr/

www.guydecointet.org/

Jacques Donguy, PD-EXTENDED 1 POÉSIE NUMÉRIQUE EN PURE DATA (Éditions les presses du réel)

PD-EXTENDED 1  POÉSIE NUMÉRIQUE EN PURE DATA (Éditions les presses du réel)

Livre de Jacques Donguy, présentation par l’auteur

en présence de Gaëlle Théval, universitaire, et de Sarah Cassenti, maquettiste

Mercredi 7 juin 2017, à partir de 18h30

Bibliothèque Kandinsky

Centre Pompidou Niveau 3

Réservation obligatoire à reservation.bibliothequekandinsky@centrepompidou.fr

Monographie de référence consacrée au pionnier de la poésie numérique en France, cet ouvrage propose une documentation illustrant de nombreux projets récents, notamment pd-extended 1, ainsi qu’un corpus théorique compose de l’ensemble des textes de Donguy initialement publiés entre 1984 et 2015, et devenus pour la plupart introuvables.

Pd-extended 1 – Poésie numérique en Pure Data débute par une préface explicative de Jacques Donguy, sous le titre “Médias liquides en Pure Data”, introduisant une série de 80 captures d’écran du projet de 2013 pd-extended 1, texte en aléatoire composé de typographies, d’images et de sons.

L’ouvrage documente aussi d’autres projets, dont plusieurs œuvres produites sur le mythique Atari 520ST (1993), Tag-Surfusion 3D créé à São Paulo en 2009 pour l’Année de la France au Brésil et Numerica 11 (2011).

Suit l’ensemble des textes théoriques publiés sur plus de 30 ans, textes parus soit en revues (Autrement, Le Magazine Littéraire, Celebrity Cafe…), soit à l’occasion de colloques universitaires ou dans des publications devenus aujourd’hui inaccessibles, dont un texte pionnier paru en 1984 dans la revue Inter au Québec. Un corpus théorique consacré à ce qu’on a d’abord appelé la Poésie électronique, puis, suite au manifeste paru dans Art Press en 2002, la Poésie numérique. Les annexes sont composées d’une liste des performances de Poésie numérique que Jacques Donguy a réalisées, d’une liste de ses publications sur supports numériques (CD, CD-ROM, DVD, DVD-ROM), et d’une liste des expositions incluant la Poésie numérique en France et à l’étranger.

Par ce corpus de textes théoriques, il s’agit d’une traversée de l’histoire de la poésie numérique, mouvement littéraire international apparu au début des années 1980 avec les premiers ordinateurs portables grand public et les pratiques liées au minitel. On pourra également saisir les flottements sur l’appellation de ce mouvement, l’évolution rapide des capacités de la mémoire de l’ordinateur et constater l’obsolescence accélérée des logiciels et des systèmes d’exploitation. Dépendante depuis Gutenberg de la technologie de l’imprimerie, la notion de littérature, élargie ici à l’image et au son, sera confrontée à son propre avenir et aux différentes formes de pérennisation. Qu’en est-il d’une littérature qui ne dépend plus exclusivement du médium typographique?

Cet ouvrage a bénéficié de l’aide à l’édition du Centre national des arts plastiques (édition numérique).

Jacques Donguy

Critique d’art, poète, traducteur d’Augusto de Campos et théoricien (il a enseigné à Paris I), co-fondateur de la galerie d’art contemporain J&J Donguy, il pratique le premier en France, depuis 1983, la Poésie numérique (ce dont témoigne la publication d’un article dans Inter au printemps 1984), en collaboration entre autres pour les performances avec Guillaume Loizillon, Laurent Mercier ou Étienne Brunet. Il utilise depuis le début l’ordinateur en faisant appel à des procédures basées sur le hasard, en écho direct à Stéphane Mallarmé et à son Coup de Dés.

Jacques Donguy est aussi l’éditeur, avec Sarah Cassenti et Jean-François Bory, de la revue Celebrity Cafe.

Sarah Cassenti

Graphiste de l’ouvrage, Sarah Cassenti est artiste, à l’origine du groupe des Idiotes avec Hélène Defilippi. Elle a récemment participé au livre Le Générateur 10 ans d’art et de performances 2006-2016.

Gaëlle Théval

Chercheure associée au THALIM de l’Université Paris 3, spécialiste des poésies expérimentales, elle a notamment publié Poésies ready-made, XXe-XXIe siècles (L’Harmattan, 2015).

www.centrepompidou.fr

www.cnap.fr

Le carnet de recherche de la Bibliothèque Kandinsky, Musée National d'Art Moderne, Centre Pompidou, Paris