Archives par mot-clé : Traité de bave et d’éternité

Isidore Goldstein, dit Isou (1925-2007)

IMG_20150930_115357

Peintre, poète, cinéaste, dramaturge, romancier… Isou se passionne précocement pour la littérature et la philosophie, lisant adolescent, selon son propre témoignage, Dostoïevski, Marx ou Proust. Il a dès 1942 l’intuition d’un nouveau système poétique et musical exposé dans le Manifeste de la poésie lettriste. Il engage également la rédaction de La Créatique ou la Novatique (1942-1976), dans lequel il énonce les lois d’une méthode de création à partir de laquelle il redéfinira et transformera à peu près tous les domaines de la culture, des sciences aux arts en passant par les techniques, la philosophie, la théologie et la vie.

S’établissant clandestinement à Paris en août 1945, il y rencontre rapidement des personnalités du monde intellectuel comme Pierre-Albert Biro, André Gide, Tristan Tzara ou André Breton. Le 8 janvier 1946, il organise avec Gabriel Pomerand la première manifestation lettriste  ; mais c’est après un coup d’éclat au Théâtre du Vieux Colombier où, contre Tristan Tzara, il annonce la naissance d’une révolution poétique qu’il obtient le soutien de Raymond Queneau ou Jean Paulhan pour la publication de son Introduction à une nouvelle poésie et à une nouvelle musique à La Nouvelle Revue Française (NRF) en avril 1947.  Gaston Gallimard accepte ensuite de publier en octobre un ouvrage défini comme un roman, mais prenant la forme de « mémoires », L’Agrégation d’un Nom et d’un Messie. Suivront de nombreuses publications : Le surréalisme et André Breton (1948), L’économie politique et l’érotologie (1949), Les arts plastiques (1950), Le roman et la prose (1950), Le cinéma (1951), Le Théâtre (1952), qui constitueront les premiers fondements d’un désir plus global de transformer radicalement la société, en s’appuyant sur les concepts d’« externé » (la jeunesse) et de créativité généralisée. 

Continuer la lecture de Isidore Goldstein, dit Isou (1925-2007)