Archives par mot-clé : séminaire

Accueil du séminaire de Master 2 Recherche en design, ENS Cachan, 10 novembre 2015

Une vingtaine d’étudiants accompagnés de C. Geel, C. Brunet et E. Challine ont assisté à une présentation des outils et ressources disponibles en matière de design et d’expositions de design à la Bibliothèque :

  • Le catalogue raisonné des expositions qui permet de repérer les expositions de design tenues au Centre Pompidou ; les fiches déjà renseignées permettent le repérage rapide des sources disponibles au sein de la BK et des Archives du Centre Pompidou.
  • Les reportages muséographiques dédiés aux expositions, récemment indexés et numérisés, dont l’accès en ligne se fait progressivement. Ces reportages couvrent les montages, vernissages et vues de salles, ils sont complétés par une riche documentation préparatoire consultable sur place.
  • 440 titres de revues touchant au design ou à l’architecture comprenant une rubrique design. Les revues courent une période chronologique et un périmètre géographique large, la dimension technique est très présente. A noter les revues produites par le Centre de création industrielle (CCI) avant la fusion avec le MNAM, comme Traverses par exemple. Ces revues permettent de retrouver des articles théoriques, des présentations de recherche et d’expérimentation sur les formes, les matières, les lieux de monstration de design.
  • Le fonds d’archives d’Ettore Sottsass dont la richesse montre tous les intérêts du designer en matière d’architecture, d’habitat, de paysage, de design industriel, d’objets courants, de mobiliers… riches de nombreux agenda et carnets de croquis, d’environ 10.000 photographies d’objets, d’environ 100.000 photographies de voyages, de rencontres, de performances, de détails d’architecture, de paysages ; ou encore les collections d’estampes, cartes postales, emballages, revues etc… de multiples points d’accès pour un fonds qui couvre toute la seconde moitié du XXe siècle.

Accueil du séminaire Mémoire et transferts culturels, Université Paris 8, 5 novembre 2015

Après une visite du nouvel accrochage des collections modernes, les participants ont tenu leur séance à la Bibliothèque Kandinsky. Deux expériences de réactivation de sources d’archives au sein du musée leur ont été présentées.

En juillet 2014 ouvrait au Centre Pompidou l’exposition Magiciens de la terre, retour sur une exposition légendaire. Issue de la volonté de marquer les 25 ans de la mythique exposition de 1989, cette exposition exclusivement documentaire visait à confronter différentes sources d’archives aux récits tenus au sujet de l’exposition depuis 25 ans.

En engageant le travail sur les archives de l’exposition (photographies, notes, correspondance, croquis), il est vite apparu que ces sources nouvelles ou redécouvertes questionnaient tant la réception critique que les travaux universitaires entrepris au sujet de l’exposition, tant les récits des acteurs que les mémoires construites après l’exposition. Restituer cette intrication n’était possible qu’en rendant accessible quelques pièces exemplaires extraites des milliers de pages d’archives produites au cours des cinq années de préparation de l’exposition. La nécessité pour un public spécialisé de recourir à des gisements plus complets a conduit à imaginer le principe d’une université d’été, au cœur même de l’exposition et en présence du public afin de consulter et confronter les sources, de générer au sein d’ateliers d’écriture une production écrite réactive vis-à-vis des archives découvertes, de produire un discours scientifique renouvelé sur cette exposition. Il s’agissait bien de proposer une relecture de l’évènement, du contexte, de l’historiographie par un retour aux sources primaires qui permettent de produire un nouveau propos historique. Une manière d’exposer la production du discours scientifique, et ce au vu et su des publics, de l’exposer au débat, voire à la controverse.

Ce procédé a été reconduit en juillet 2015 pour une deuxième université d’été consacrée aux spoliations des œuvres d’art par les nazis. Exploitation des images et des archives écrites, recoupement des sources conservées au sein des musées, des Archives nationales, des archives du ministère des Affaires étrangères etc… ont permis la production d’un Atlas des sources, directement au cœur du musée. Une publication est en cours d’élaboration.