Archives par mot-clé : revues

Vers une géographie des reproductions photographiques : le cas d’une image-fétiche des publications d’avant-garde.

« La Tour Eiffel, ou l’histoire d’un cliché » est le titre d’une brève que le théoricien d’avant-garde tchèque Karel Teige consacre en 1929 à une vue photographique à vol d’oiseau de la Tour Eiffel, dans la revue ReD (Revue Devětsil)[1]. Il y recense les apparitions successives de la même image dans différentes publications françaises et tchèques, sur un laps de temps d’une vingtaine d’années. À l’époque déjà, le théoricien et chef de file du mouvement d’avant-garde Devětsil[2] pressentait que l’anecdote était symptomatique de la circulation des reproductions photographiques au sein des publications illustrés ; il ne se doutait pas à quel point elle nous apparaitrait aujourd’hui révélatrice de la densité des échanges internationaux entre les avant-gardes artistiques. Au gré des prélèvements successifs de Karel Teige et du Corbusier, en quête d’illustrations pour leurs ouvrages et revues, et même par le peintre Robert Delaunay cherchant l’inspiration, l’image change de contexte, subit des ajustements formels, retouches et recadrages, et voit sa signification infléchie par le discours qui l’accompagne. L’histoire des techniques de reproduction photomécanique constitue la toile de fond sur laquelle se déroulent ces transferts et nous permet de mieux appréhender les motivations d’ordre pratique des acteurs qui y prennent part.

 

Aux origines de la prise de vue

À l’origine, la vue de la Tour Eiffel avait été publiée dans un ouvrage de 1909 intitulé Paris vu en ballon et ses environs, avec une trentaine d’autres photographies aériennes prises par les photographes André Schelcher et Albert Omer-Décugis [ill.1][3]. Prise à cinquante mètres du sommet, à l’aide d’un appareil orienté presque perpendiculairement à la Tour, la photographie place sur un même plan la silhouette incurvée du monument et les arabesques que dessinent les allées sablonneuses des jardins du Champ de Mars. Comme le souligne l’historien de la photographie Thierry Gervais, l’attrait formel de la prise de vue, celui-là même qui éveillera l’intérêt des avant-gardes, répondait avant tout à des intérêts commerciaux[4]. Grâce à la prouesse technique et au caractère novateur de la vue aérienne ainsi qu’à un traitement formel pittoresque, l’image promettait en effet de faire sensation auprès du public. Elle connaîtra de fait une large diffusion.

[1] Anonyme [Karel Teige], « Eiffelka, čili historie jednoho klišé » [La Tour Eiffel, ou l’histoire d’un cliché], ReD, II, n°7, mars 1929, p.222.

[2] L’Union artistique « Devětsil » dont le nom veut littéralement dire « neuf forces », fut instituée le 5 octobre 1920 à Prague. Le poète Jaroslav Seifert, membre fondateur du groupe, explique, dans son autobiographie romancée (Toutes les beautés du monde: Souvenirs et histoires vécues, trad. Milena Braud, Paris, Belfond, 1991, p.258), que ce nom faisait référence à une plante médicinale, la pétasite en français, à laquelle la croyance populaire attribuait neuf vertus curatives. Devětsil était le groupe le plus radicalement avant-gardiste du nouvel état tchèque durant les années vingt, avant d’être dissous en 1930. Mais il fut frappé d’omerta durant la période communiste qui suivit le coup d’état de 1948 et possède de ce fait une historiographie récente: František Šmejkal (éd.), Devětsil: Czech avant-garde art, architecture and design of the 1920s and 30s, cat.exp., Oxford, Museum of Modern Art, 1990 ; Jaroslav Anděl (éd.), El arte de la vanguardia en Checoslovaquia 1918-1938 / The Art of the Avant-garde in Czechoslovakia 1918-1938, 10 fév.-11 avr. 1993, Valence, IVAM, Valence, IVAM, 1993 ; Jaroslav Anděl, Emmanuel Starcky (éd.), Prague 1900-1938, capitale secrète des avant-gardes, 15 juin-13 oct. 1997, Dijon, Musée des Beaux-Arts, Dijon, Musée des Beaux-Arts, 1997.

[3] Albert Omer-Décugis, André Schelcher, Paris vu en ballon et ses environs, Paris, Hachette et Cie, 1909.

[4] Thierry Gervais, « Un basculement du regard », Études photographiques, mai 2001 : http://etudesphotographiques.revues.org/916. Consulté le 30 septembre 2014.

Revues en ligne

 

Depuis Septembre 2014,  plusieurs revues en abonnement à la Bibliothèque Kandinsky sont désormais disponibles en version électronique en accès libre depuis un poste de travail du Centre Pompidou.

La version électronique de ces revues permet une recherche par mot dans l’ensemble du texte des articles parus ces dernières années.  Les articles sont disponibles au format PDF et sont également téléchargeables.

revues en ligne

PARCOURS DANS LES COLLECTIONS IMPRIMÉES : AVANT-GARDES ET GRAPHISME

En 2012, Paris College of Art, mécène de la Bibliothèque Kandinsky pour l’acquisition des livres d’artiste, a accepté de soutenir la numérisation d’une sélection de nos documents sur la thématique du design graphique.

Amerikaansche filmkunst Zwart Piet
Amerikaansche filmkunst, Zwart Piet

Pendant l’été, une de leur étudiante – Jessica Myers, CUPA / Paris College of Art –  a exploré les collections de la bibliothèque afin de construire un premier choix. Sa méthode de travail a consisté à dépouiller un certain nombre de catalogues généraux pour repérer des graphistes importants, analyser leur production. Puis elle a retenu la tranche chronologique 1917-1940, période durant laquelle laquelle l’expressionisme, le futurisme sont à mi-parcours, qui voit l’émergence du surréalisme et où le graphisme suisse prédomine. Elle a sélectionné quelques ouvrages permettant d’explorer non seulement les aspects techniques et le talent des graphistes mais également leur connexion aux autres tendances et mouvements de la période.

MA Kassák Lajos
MA
Kassák Lajos

Après cette étape d’analyse, une sélection dans nos collections imprimées de livres et de revues a été proposée dans laquelle nous retrouvons quelques grands noms du graphisme expressionniste et futuriste, du Bauhaus et des graphistes constructivistes influencés par les précédents. Ont été prises en compte les questions de nationalité et en particulier le passage de l’Est vers l’Ouest et inversement et la présence en Allemagne de grands graphistes venus y travailler et y enseigner.

La sélection finale de 24 livres et 17 revues n’a pas la prétention de restituer une image complète de l’activité des graphistes pendant cette période. Il s’agit d’une première étape dans la construction d’une bibliothèque idéale mais elle peut servir de support pédagogique pour les enseignants.

Dinamo futurista Depero Fortunato
Dinamo futurista
Depero Fortunato

A cette sélection viennent s’ajouter d’autres revues numérisées lors de campagnes précédentes, à savoir la totalité des pages de couverture de la collection Paul Destribats riche de 937 titres de revue représentant les avant-gardes du 20e siècle, des revues des ex Pays de l’Est largement mises en valeur dans les espaces du Musée pour le réaccrochage des collections modernes « Modernités plurielles » en 2013, des revues francophones numérisées grâce à un partenariat avec la Bibliothèque nationale de France.

Ces documents numérisés sont accessibles à partir de notre catalogue des collections imprimées.

Bibliographie préparatoire pour le projet de numérisation autour du design graphique


A History of Graphic Design : second edition / Philip B. Meggs New York : Van Nostrand Reinhold, cop. 1992 508 p. : ill. en noir et en coul. ; 29 cm 0-442-31895-2 Bibliogr. Index. Meggs, Philip B. Design graphique – Histoire Typographie Affiche Publicité et art Informatique et art GRAPHISME MEG 1 Continuer la lecture de PARCOURS DANS LES COLLECTIONS IMPRIMÉES : AVANT-GARDES ET GRAPHISME