Archives par mot-clé : photographie

Fonds Harry Shunk et Shunk-Kender

Né en à Leipzig en Allemagne  en 1924, et décédé à 82 ans à New York le 26 Juin 2006, Harry Alexander Shunke, dit Harry Shunk a constitué par son fonds d’archives photographiques un témoignage considérable de l’avant-garde artistique française et américaine du XXe siècle.

Benjamin d’une famille allemande traditionnelle proche des idéologies nazies, il se démarque très vite de ce cadre familial de par sa personnalité atypique et ses goûts artistiques déjà très prononcés.

Enrôlé dans la Wehrmacht à 16 ans et prisonnier des anglais plusieurs années pendant la guerre, il arrive à Paris entre 1956 et 1958 aux alentours de 30 ans, chargé de ce lourd passé.1 et2

Introduit dans le monde de l’art par Dora Tuynman ou Denise Colomb, selon les sources, il rencontre alors Yves Klein suivi par d’autres artistes qui s’apprêtent à fonder le Nouveau Réalisme. C’est également aux alentours de 1960 qu’il débute sa relation professionnelle et sentimentale avec Janos Kender.  Associés pour de nombreux reportages, il est souvent difficile voire impossible de déterminer avec précision auquel des deux les photographies sont attribuées.

Le duo Harry Shunk et Janos Kender va suivre l’évolution des mouvements artistiques et de ses acteurs de la scène parisienne parmi lesquels on peut citer Pierre Restany, Jean Tinguely, Jacques Villeglé, François Dufrêne, Arman, Martial Raysse ou Niki de Saint Phalle.

Premier photographe à figer les visages de cette nouvelle génération, il se spécialise notamment dans la prise de vue des performances artistiques, mode d’expression alors en plein essor. Cette communauté l’entraîne à Montréal, puis à New York ou il s’installe vers 1967. Il devient alors proche de Robert Rauschenberg, Roy Lichtenstein ou Andy Wahrol et documente les débuts de l’art conceptuel en réalisant une série de photographies des performances réalisées en 1971 par vingt-sept artistes sur le pier 18, un embarcadère désaffecté du port de New York.

Pier 18 : John Baldessari, New York, 1971.
Andy Warhol et Gerard Malanga dans un hôtel parisien, 1965.

 

Le fonds d’archives, constitué de plus de 200.000 photographies a été acheté par la Roy Lichtenstein Foundation en 2008, et a ensuite fait l’objet d’un don partagé entre plusieurs grandes institutions : Getty Research Institute, le Museum Of Modern Art, la Tate Modern et le Centre Pompidou.

L’ensemble confié à la Bibliothèque Kandinsky du Musée national d’art moderne/Centre Pompidou consiste en un set de 10.034 tirages au gélatino bromure d’argent, et documente l’œuvre de nombreux artistes présents dans les collections du musée.
On peut notamment mentionner l’importance des reportages sur les performances des Anthropométries d’Yves Klein à la Galerie Internationale d’Art Contemporain, Paris en 1960, les premiers Tirs de Niki de Saint Phalle à la Galerie J. à Paris en 1961 ou encore les photographies d’Anatomic explosion performance activiste anti-guerre du Vietnam de Yayoi Kusama à New York en 1968.

Exposition Yves Klein Anthropométrie de l’époque bleue à la Galerie Internationale d’Art Contemporain, Paris, 1960.
Séance de tir et vernissage de l’exposition de Niki de Saint Phalle Feu à volonté à la Galerie J. Paris, 1961.
Explosion Atomique de Yayoi Kusama, Pont de Brooklyn, New York, 1968.

Si les œuvres résultants de ces performances sont aujourd’hui conservées dans les plus grandes collections muséales, les captations visuelles de l’acte de création sont tout aussi primordiales que l‘objet final, et c’est en cela que  le fonds d’archives Shunk-Kender constitue un témoignage irremplaçable sur les avant-gardes du XXe siècle.

  1. Harry Shunk et l’avant-garde new-yorkaise 1967-2006 : de la photographie testimoniale à la photographie d’auteur / Thibault Duval ; sous la dir. de Didier Schulmann ; [entretiens avec Gabriele Steib et Jacques Villeglé []
  2. Harry Shunk et la scène artistique parisienne 1957-1967 : témoin, acteur ou interprète? / Lisa Delmas ; sous la dir. de Didier Schulmann []

Walker Evans. The magazine work

Au fil des ans, David Campany a rassemblé tous les numéros du magazine Fortune contenant des photographies de Walker Evans. L’ensemble vient d’être acheté par la Bibliothèque Kandinsky. Certains numéros sont visibles dans l’exposition Walker Evans présentée au Centre Pompidou jusqu’au 14 août 2017.
Pour accompagner cette prestigieuse acquisition, nous venons d’acquérir l’ouvrage publié par David Campany chez Steidl en 2014, qui documente cet aspect moins connu mais très représentatif de l’œuvre du photographe américain.

On y apprend que Walker Evans a travaillé pour le luxueux magazine économique pendant vingt ans. Après quelques travaux comme collaborateur en 1934, il rejoint l’équipe comme photographe en 1945. Dès 1948 il occupe le poste de «Special Photographic Editor», où il jouit d’une très grande autonomie pour les dix-sept années suivantes. Dans ses articles, une fois la proposition acceptée, il est libre dans le traitement des sujets : il fait ses propres photos, les met en pages, choisit la typo, écrit ses propres textes, rédige les légendes. Il a aussi une fonction de conseil aux autres photographes et en ce qui concerne la maquette.

Dans la lignée d’Atget et de Sanders, son œuvre photographique consiste en une étude la société. Il compile les images de la culture vernaculaire américaine, avec en creux le vide spirituel de la société de consommation. De Sanders il retient aussi la nécessité de faire un usage intelligent de la photographie. La photographie est une image reproductible. Le contexte, la manière dont elle est diffusée ont une importance décisive. La mise en page, l’association d’images, la succession des articles dans une revue font sens. La contextualisation de l’image participe non seulement de sa signification mais de son rôle social.

Walker Evans rejette la photographie commerciale. Il en refuse le caractère spectaculaire ou sentimental en vogue à l’époque dans les magazines destinés « aux masses intoxiquées au consumérisme et au divertissement ». Son style est sobre, il lui vient de Flaubert : c’est le réalisme, le naturalisme, l’objectivité. Sa photographie sans ornement traite le sujet avec clarté.
C’est cette exigence qui convainc la hiérarchie de Fortune de lui laisser toute latitude. Paradoxalement, travailler à plein temps pour un magazine lui aura permis de diffuser son œuvre et d’en contrôler la diffusion, d’être en somme son propre éditeur.

Dans la collection de la BK, les numéros de Fortune viennent s’ajouter à l’exemplaire d’American Photographs, catalogue de l’exposition Walker Evans au Moma en 1938, entré par donation en 2013 avec la bibliothèque d’Ettore Sottsass.

Le Centre Pompidou, une architecture à découvrir

Une des particularités du Centre Pompidou réside dans son architecture. Vous voulez en savoir plus ? découvrir des vues du chantier, l’évolution du bâtiment et de ses environs depuis 40 ans ? plusieurs photographes ont oeuvré à la constitution d’une documentation visuelle sur le Centre et ce depuis 1973.

Ces reportages sont désormais numérisés et consultables en ligne sur le site de la Bibliothèque.

Consulter l’inventaire des reportages photographiques sur l’architecture du Centre conservés à la Bibliothèque Kandinsky.

Coursives en chantier . Photographe : G. Meguerditchian (1972-1977)
Coursives en chantier . Photographe : G. Meguerditchian (1972-1977)

 

J7 Université d’été LES SOURCES AU TRAVAIL Les spoliations d’oeuvres d’art, 1933-2015

Programme du jour, jeudi 9 juillet

9h30 — Nathalie NEUMANN
« La photographe Gisèle Freund et la collection d’art romantique de son père, Julius Freund (1869-1941) »

9h45 — Aurélie COUSIN
« La mise en exposition des oeuvres d’art spoliées par les nazis. Étude de cas de la collection de Jacques Goudstikker »

10h00 — Thierry BAJOU, conservateur, Service des Musées de France et Alain PRÉVET, chargé d’études documentaires principal, chargé des dossiers des biens spoliés et de recherches de
provenance, Service des Musées de France
« Les photographies prises au Jeu de Paume sous l’Occupation »

10h15 — Discussion

11h00 – Sarah GENSBURGER
« Ecrire l’histoire en images ?
L’album de la spoliation des Juifs à Paris»

11h45 — Catherine TIRABY, documentaliste des collections photographiques, Bibliothèque Kandinsky, MNAM/CCI
« Le Fonds Marc Vaux. Une source photographique sur les ateliers d’artistes »

12h15 Discussion

14h00 – Visite et séance de travail au Fort de Saint-Cyr (Médiathèque de l’architecture et du patrimoine) avec Jean-Daniel PARISET, conservateur

Vers une géographie des reproductions photographiques : le cas d’une image-fétiche des publications d’avant-garde.

« La Tour Eiffel, ou l’histoire d’un cliché » est le titre d’une brève que le théoricien d’avant-garde tchèque Karel Teige consacre en 1929 à une vue photographique à vol d’oiseau de la Tour Eiffel, dans la revue ReD (Revue Devětsil)[1]. Il y recense les apparitions successives de la même image dans différentes publications françaises et tchèques, sur un laps de temps d’une vingtaine d’années. À l’époque déjà, le théoricien et chef de file du mouvement d’avant-garde Devětsil[2] pressentait que l’anecdote était symptomatique de la circulation des reproductions photographiques au sein des publications illustrés ; il ne se doutait pas à quel point elle nous apparaitrait aujourd’hui révélatrice de la densité des échanges internationaux entre les avant-gardes artistiques. Au gré des prélèvements successifs de Karel Teige et du Corbusier, en quête d’illustrations pour leurs ouvrages et revues, et même par le peintre Robert Delaunay cherchant l’inspiration, l’image change de contexte, subit des ajustements formels, retouches et recadrages, et voit sa signification infléchie par le discours qui l’accompagne. L’histoire des techniques de reproduction photomécanique constitue la toile de fond sur laquelle se déroulent ces transferts et nous permet de mieux appréhender les motivations d’ordre pratique des acteurs qui y prennent part.

 

Aux origines de la prise de vue

À l’origine, la vue de la Tour Eiffel avait été publiée dans un ouvrage de 1909 intitulé Paris vu en ballon et ses environs, avec une trentaine d’autres photographies aériennes prises par les photographes André Schelcher et Albert Omer-Décugis [ill.1][3]. Prise à cinquante mètres du sommet, à l’aide d’un appareil orienté presque perpendiculairement à la Tour, la photographie place sur un même plan la silhouette incurvée du monument et les arabesques que dessinent les allées sablonneuses des jardins du Champ de Mars. Comme le souligne l’historien de la photographie Thierry Gervais, l’attrait formel de la prise de vue, celui-là même qui éveillera l’intérêt des avant-gardes, répondait avant tout à des intérêts commerciaux[4]. Grâce à la prouesse technique et au caractère novateur de la vue aérienne ainsi qu’à un traitement formel pittoresque, l’image promettait en effet de faire sensation auprès du public. Elle connaîtra de fait une large diffusion.

[1] Anonyme [Karel Teige], « Eiffelka, čili historie jednoho klišé » [La Tour Eiffel, ou l’histoire d’un cliché], ReD, II, n°7, mars 1929, p.222.

[2] L’Union artistique « Devětsil » dont le nom veut littéralement dire « neuf forces », fut instituée le 5 octobre 1920 à Prague. Le poète Jaroslav Seifert, membre fondateur du groupe, explique, dans son autobiographie romancée (Toutes les beautés du monde: Souvenirs et histoires vécues, trad. Milena Braud, Paris, Belfond, 1991, p.258), que ce nom faisait référence à une plante médicinale, la pétasite en français, à laquelle la croyance populaire attribuait neuf vertus curatives. Devětsil était le groupe le plus radicalement avant-gardiste du nouvel état tchèque durant les années vingt, avant d’être dissous en 1930. Mais il fut frappé d’omerta durant la période communiste qui suivit le coup d’état de 1948 et possède de ce fait une historiographie récente: František Šmejkal (éd.), Devětsil: Czech avant-garde art, architecture and design of the 1920s and 30s, cat.exp., Oxford, Museum of Modern Art, 1990 ; Jaroslav Anděl (éd.), El arte de la vanguardia en Checoslovaquia 1918-1938 / The Art of the Avant-garde in Czechoslovakia 1918-1938, 10 fév.-11 avr. 1993, Valence, IVAM, Valence, IVAM, 1993 ; Jaroslav Anděl, Emmanuel Starcky (éd.), Prague 1900-1938, capitale secrète des avant-gardes, 15 juin-13 oct. 1997, Dijon, Musée des Beaux-Arts, Dijon, Musée des Beaux-Arts, 1997.

[3] Albert Omer-Décugis, André Schelcher, Paris vu en ballon et ses environs, Paris, Hachette et Cie, 1909.

[4] Thierry Gervais, « Un basculement du regard », Études photographiques, mai 2001 : http://etudesphotographiques.revues.org/916. Consulté le 30 septembre 2014.

Hommage à Jacqueline Hyde (1922-2013)

Photographe d’œuvres d’art, c’est d’abord à la revue Future que  Jacqueline Hyde se formera à la prise de vue et au tirage noir et blanc. Jeune femme de 25 ans, née allemande sous le nom de Hilde Heilbronner,  vétéran de  la Royal Air Force où elle servit entre 1940 et 1945 après avoir pris la nationalité britannique, Jacqueline Hyde s’oriente vers une carrière de photographe sur les conseils insistants de sa mère qui la présentera au photographe Georges de Miré puis à Paul Facchetti. Elle poursuit sa formation en photographiant de nombreuses œuvres du Louvre pour le compte de ce dernier puis pour une maison d’édition anglaise qui a le projet de faire paraître un livre de René Huyghe.

En 1949, Jacqueline Hyde devient photographe indépendante spécialisée dans la reproduction d’œuvres d’art. Elle commence alors une carrière fructueuse et collabore avec des acteurs majeurs du monde de l’art parisien notamment Jean Hugues fondateur de la Galerie Le Point Cardinal, les galeristes Alexandre Iolas, Iris Clert, Jean Fournier mais aussi l’artiste Max Ernst ou encore madame Gruner-Schlumberger créatrice de la Fondation des Treilles. Tout au long de sa carrière elle aura contribué à l’iconographie d’une cinquantaine d’ouvrages dédiés à l’art, établit l’inventaire photographique de collections privées ou participé à l’élaboration du catalogue de nombreuses galeries.

En 2012, Jacqueline Hyde a souhaité donner son fonds photographique au Centre Pompidou  où il est maintenant  conservé dans les collections de la Bibliothèque Kandinsky. Ce formidable corpus de plus de 4000 clichés constitue, pour les chercheurs, une source à part entière de l’art moderne et contemporain  qui « contribuera sans conteste, comme l’a souligné le Président Alain Seban,  à renouveler et à enrichir l’écriture de cette histoire ».