Archives par mot-clé : Franck Leibovici

Bogoro

À l’occasion de la parution du livre « bogoro » (aux éditions Questions théoriques) conçu par Franck Leibovici et Julien Seroussi, la Bibliothèque Kandinsky du Musée national d’art moderne/CCI est heureuse de vous convier à une demi-journée de travail et d’étude exceptionnelle en présence des auteurs et de leurs invités : Marc Dubuisson (directeur des services d’appui judiciaires de la Cour Pénale Internationale à La Haye) et Elisabeth Claverie (sociologue, Directrice de Recherche, CNRS)

Samedi, 25 mars 2017, à partir de 14h30

Bibliothèque Kandinsky

Niveau 3

Centre Pompidou

Réservation obligatoire à l’adresse : reservation.bibliothequekandinsky@centrepompidou.fr

Ce livre retrace un épisode des guerres qui se sont déroulées dans l’est de la République Démocratique du Congo (RDC). À partir de transcrits d’audience de le Cour Pénale Internationle (CPI), il revient sur les crimes commis en Ituri lors du conflit armé entre la milice du groupe ethnique héma (Union des patriotes congolais) et les deux milices lendu (la Force de résistance patriotique de l’ituri et le Front des nationalistes intégrationnistes). Entre 2007 et 2014, la CPI a poursuivi les chefs de ces différentes factions armées pour crimes de guerre et crime contre l’humanité.

bogoro  retrace et retranscrit le dispositif procédural, linguistique et technique mis en place dans le cadre du procès. Il revient sur l’agentivité de l’objet juridique, pris dans l’épaisseur des transcriptions, traductions et règles normatives.

« deux fils s’entrecroisent ainsi dans bogoro : la trame narrative liée à l’attaque d’un village ; le déroulé procédural interrompu regulièrement par des péripeties liées au fonctionnement même de la cour, juridique ou technologique. Deux fils qui n’en sont, en réalité, qu’un seul, car la première narration est en partie produite par les règles mêmes de fonctionnement de la cour, et par la façon dont ont été menées, en amont, les enquêtes du procureur. » (Postface de l’édition)

À cette occasion, le laboratoire de conception de l’ouvrage sera présenté dans son format élargi dans le cadre de la Bibliothèque Kandinsky ; il incitera à la participation et aux échanges avec le public, pour aborder les questions de « transfert de pratiques » entre art, droit et sciences sociales mis en œuvre dans ce projet. Les transcrits d’audience sélectionnés dans bogoro seront mis à disposition avec les preuves documentaires déposées au cours du procès; une occasion de découvrir des éléments de muzungu, la version “installée” de bogoro.

Franck Leibovici

principales publications : quelques storyboards (ubuweb, 2003), 9+11 (ubuweb, 2005), des documents poétiques (al dante, 2007), portraits chinois (al dante, 2007), (des formes de vie) – une écologie des pratiques artistiques (les laboratoires d’aubervilliers/questions théoriques, 2012) ; des récits ordinaires (avec grégory castéra et yaël kreplak, les presses du réel, 2014) ; bogoro (avec julien seroussi, questions théoriques, 2016)

dernières expositions (groupe) : beat generation (mnam, 2016) ; polyphonies (mnam, 2016) ; dreams and dramas (ngbk, berlin, 2017)

Julien Seroussi

Chercheur en sciences sociales, analyste à la Cour pénale internationale de 2009 à 2012, puis assistant spécialisé au pôle «Crimes contre l’humanité, crimes et délits de guerre» du tribunal de grande instance de Paris. Il a notamment publié «S’emparer des faits, un sociologue à la Cour pénale internationale » (Griefs, n° 3, juin 2016) et « Les diables des mille collines, fictions raciales et religieuses dans le génocide des Tutsi » (site de La Vie des idées, octobre 2015).

 

www.centrepompidou.fr

UNIVERSITE D’ETE DE LA BIBLIOTHEQUE KANDINSKY – JOUR 8

LES SOURCES AU TRAVAIL
Bricolages et contre-cultures à l’ère de la reproductibilité technique, 1950-1970

Dispositifs psycho-technologiques

Modération Maxime Guitton

9h30 – Cristina De Simone (Université Paris-Ouest Nanterre la Défense, Paris) : « Le magnétophone, outil de guerilla »

10h00 – Nicolas Brulhart (Swiss National Science Foundation Geneva University of Art and Design): « MIND CONTROL. Mental conditioning and experimental art in the Cold War Period (1960-1980) »

10h30 – Jelena Martinovic (University of Art and Design, Geneva): « T. R. Uthco et Marco Vassi : une étude comparative »

11h00 – Pause-café

11h15 – Jean-Baptiste Véry (Université Paris-Ouest Nanterre la Défense, Paris) : « Le Crium Délirium Circus. Théâtro & Music Zizanie Association : un exemple de collectif français aux prémisses des affinités et attitudes contre-culturelles »

11h45 – Nicolas Ballet (Université Paris 1 Panthéon- Sorbonne /Institut national d’histoire de l’art (INHA)) : « Electronic Revolution. Dystopie des musiques industrielles sous influence burroughsienne »

12h15 – Discussion

14h00 – Installation collective – diagrammes conversationnelles avec Franck Leibovici – Musée Niveau 5 et remise du pdf final à l‘imprimeur pour le Journal de l‘Université d‘été de la Bibliothèque Kandinsky

18h30 – Soirée publique : George Herms, The Bricoleur of Broken Dreams

UNIVERSITÉ D’ÉTÉ DE LA BIBLIOTHÈQUE KANDINSKY : C’EST PARTI !

Jour 1 – jeudi 23 juin – programme

9h00 – Accueil des participants (entrée Rambuteau) et petit déjeuner de bienvenue (Salon du Musée)
10h00 – 11h30 – Présentation de l‘Université d‘été par les organisateurs suivie par un tour de table (Musée, Niveau 5)

11h30 – 12h15 – Franck Leibovici (artiste), « Diagrammes conversationnels »

12h15 – 13h00 – Présentation de l‘atelier Bibliomatrix avec Yves Chaudouët et Jacques Lafon

14h30 – Beat Tour dans Saint-Germain-des-Près avec Rani Singh (Getty Research Institute)

Dans la deuxième moitié du 20e siècle, Paris a constitué un centre d‘attraction pour les écrivains Beat. Attirés par le spectre de la Lost Generation, son sillage artistique et littéraire, par l‘attitude libérée et une atmosphère générale détendue, ils y ont créé quelques-unes de leurs créations les plus célèbres. Dans les pas des beatniks, le tour visitera quelques endroits iconiques où ils ont vécu, aimé et écrit. A partir de sources primaires, poèmes, correspondance, fragments de journaux et récits qui explorent des aspects cruciaux comme le bouleversement des modes de vie sociaux, la place du politique et les complexités du processus de publication, il s‘agira d‘explorer l‘héritage que les écrivains beat nous ont transmis à l‘aune des mutations numériques du 21e siècle.

The city of Paris beckoned many of the Beat writers in the mid-20th century. Lured by the mystique of the Lost Generation, and its artistic and literary heritage, coupled with its liberal attitude and relaxed environment the Beat writers created some of their most iconic works in the City of Lights. Following in the footsteps of the Beats, the walking tour will visit iconic locations where the Beats lived, loved and created. Using original source material such as poems, letters, journal entries, and first-hand accounts to explore issues that were of concern at the time including shifting social mores, the increasing grip of politics, (both at home and abroad) and the ongoing challenges of publishing their works, we will examine these ideas, consider the legacy the Beats have left and discuss how things have changed (or not) in the digital era of the 21st century.

18h30 – Ouverture publique de l’Université d’été
Centre Pompidou, Bibliothèque Kandinsky, Niveau 3. Entrée libre
Serge Lasvignes, Président du Centre Pompidou
Bernard Blistène, Directeur, Musée National d‘Art Moderne, Centre Pompidou

19h00 – Conférence inaugurale
Fred Turner, Harry and Norman Chandler Professor in Communication, Stanford University
Before and After 1968: The American Counterculture and the Problem of Historical Continuity

Depuis les années 1960, on a habituellement décrit le phénomène de la contre-culture comme une forme de rébellion contre la société américaine, industrielle et militarisée. Plus récemment, certaines lectures ont laissé croire que l‘ascension du régime Reagan a réussi à enterrer la contre-culture, tout en remplaçant sa quête pour une communauté authentique par les marchés solitaires du néolibéralisme. Dans les deux cas, la contre-culture semble être en dehors du mode de vie américain. Cette intervention va à l‘encontre de ces lectures. Dans un premier temps nous allons retrouver les traces profondes de la contre-culture dans la politique personnaliste de la culture américaine dans la deuxième moitié du siècle. Ensuite, elle va analyser le déplacement de cette politique dans le cadre néolibéral contemporain. A partir de ces continuités, nous devrions penser la contre-culture comme une séquence parmi d‘autres dans une longue histoire de soulèvements Romantiques et de s‘interroger comment et pourquoi ces bouleversements persistent à réapparaître.

Since the late 1960s, many have described the counterculture as a generational rebellion against an industrialized, militarized, mid-century America. In more recent years, many have also imagined that the rise of Ronald Reagan somehow buried the counterculture, and replaced its search for authentic community with the lonely markets of neoliberalism. In both cases, the counterculture seems to stand outside the main stream of American life. This lecture will argue that such a view is mistaken. First, it will trace the deep roots of the counterculture‘s person-centered politics in mid-century American thought. Second, it will track the migration of that mode of politics into the neoliberal workplace of today. Taken together, the lecture concludes, these continuities suggest that we should think of the counterculture as one in a long sequence of Romantic uprisings and begin to ask how and why such tumults so persistently recur.