Archives par mot-clé : Claude Rutault

Claude Rutault. D’où je viens, où je suis, où je vais.

En liaison avec l’exposition présentée à la galerie du Musée jusqu’au 11 janvier prochain (commissaire Michel Gauthier), la Bibliothèque Kandinsky propose de découvrir une sélection de pièces extraites du fonds d’archives de l’artiste.  Le fonds actuellement en cours de classement a fait l’objet d’un descriptif préalable par Marie-Hélène Breuil, qui a consacré sa thèse et plusieurs publications à l’artiste.

Claude Rutault : Ecriture, peinture, sociabilité, par Marie-Hélène Breuil. Presses Universitaires de Rennes, 2014.
Claude Rutault : Ecriture, peinture, sociabilité, par Marie-Hélène Breuil. Presses Universitaires de Rennes, 2014.

Comment expliciter l’œuvre d’un artiste qui lui-même alimente son travail d’une intense production écrite sans être dans la citation directe ou la paraphrase ? C’est là une difficulté pour qui s’intéresse au travail de Claude Rutault.  Le fonds d’archives remis par l’artiste à la Bibliothèque Kandinsky en 2014 montre bien le lien prégnant entre écrit et création artistique, avec des textes presque rédigés comme des « modes d’emploi » pour l’artiste, mais aussi pour les collectionneurs. Il s’agit d’un passage permanent de la théorie à la pratique, comme le montre les nombreux textes très riches qui constituent en grande partie ce fonds.

Le protocole de la « définition/méthode » est en 1973 une véritable rupture dans la conception traditionnelle de la peinture qu’il définit ainsi « une toile tendue sur châssis peinte de la même couleur que le mur sur lequel elle est accrochée. sont utilisables tous les formats standard disponibles dans le commerce qu’ils soient rectangulaires, carrés, ronds ou ovales. l’accrochage est traditionnel.

Il s’agit pour cette première définition / méthode d’accorder à l’objet pictural un statut tout à fait novateur, ou plutôt de déconstruire son statut d’origine, en harmonisant le tableau et son support d’accrochage à l’unisson dans une même couleur.

C’est cette « d/m 1 » qui ouvre les vitrines présentées aujourd’hui à la Bibliothèque Kandinsky, et la sélection de documents qui suivent vise à retracer le processus artistique de Claude Rutault à travers ses grands projets, tous régis par les d/m et la proposition d’une nouvelle politique de la peinture, une déconstruction générale des modes d’existence du tableau.

 

Galerie Arnaud Lefebvre, Paris

Situé à l’origine au 30 rue Mazarine, dans le 6ème arrondissement de Paris, la galerie Arnaud Lefebvre est désormais située au 10 rue des Beaux-Arts. Arnaud Lefebvre ouvre cette galerie en 1986, avec une activité de courtage en art et d’achat-vente.

La galerie s’oriente d’abord sur l’art concret et l’art conceptuel. Elle expose notamment le travail de Mel Bochner et Lawrence Weiner entre 1993 et 1996. Puis sa programmation se centre sur la poésie spatiale et sonore, à partir du milieu des années 1990. Deux expositions marquent cette rencontre. La première est celle d’Erik Satie, Hollis Frampton, Reno Odlin, qui s’est tenue du 3 au 30 mai 1996 et dans laquelle a lieu la première présentation de « pages au mur » à la galerie, avec les Lettres de Hollis Frampton (A Young Man’s Book). La seconde expose des poèmes de Carl Andre (Passport et Yutacan), du 21 mars au 17 mai 1997.

La rencontre d’Arnaud Lefebvre avec Carl Andre a eu une importance Continuer la lecture de Galerie Arnaud Lefebvre, Paris