Archives par mot-clé : Cinéplastique

Cinéplastique – L’AGE D’OR DU FILM SUR L’ART

L’œuvre d’art comme vedette de cinéma

Séance du samedi 22 Avril- 11h15- Cinéma 2- Entrée Libre

Dans les années 1940-1950, les films documentaires sur l’art matérialisent des recherches formelles fortement expérimentales, de sorte qu’« un film sur l’art n’est réussi que s’il est également, franchement, un film d’art » (Steven Jacobs). Plus qu’objets de documentaire, les œuvres d’art sont souvent mises en mouvement, sinon animées par le médium filmique : elles deviennent même des acteurs de cinéma à part entière.


Henri Alekan, L’Enfer de Rodin © Centre Pompidou, Mnam-Cci, Bibliothèque Kandindsky, Fonds Audiovisuel

Luciano Emmer, Raconto da un affresco, 1946, 35 mm, noir et blanc, sonore, 10’

Alain Resnais, Gaston Diehl et Robert Hessens, Vincent Van Gogh, 1948, 35 mm, noir et blanc, sonore, 17’53’

Henri Storck, Le monde de Paul Delvaux, 1944-1946, 16 mm, noir et blanc, sonore, 11’

Henri Alekan, L’Enfer de Rodin, 1959, 35 mm, noir et blanc, sonore, 17’

Carlos Vilardebo, Le cirque de Calder, 1961, 16 mm, couleur, sonore, 18’

« Cinéplastique »  est un cycle de séances pédagogiques portant sur un cursus d’enseignement à la croisée de l’histoire de l’art et des images animées, conçu en partenariat avec l’Université Paris-Sorbonne. Arnaud Maillet, Maître de conférences, présente et commente les films et vidéos issus des collections du Centre Pompidou. Conseillers à la programmation : Natalia Klanchar, Isabelle Daire, Etienne Sandrin, Bibliothèque Kandinsky, service des collections films et nouveaux-médias.

Cinéplastique – L’age d’or du film sur l’art

Paul Haesaerts, Visite à Picasso © Centre Pompidou, Mnam-Cci, Bibliothèque Kandinsky, Fonds Audiovisuel

Dans les années 1940–1950, le fort développement du film documentaire sur l’art permet de populariser les Beaux-Arts. Ce geste politique possède une double fonction: accomplir un projet humaniste d’éducation par la culture; prolonger la guerre entre Etats par un autre moyen, celui de la culture.

François Campaux, Matisse, 1945-1946, noir et blanc, sonore, 22’      La caméra suit le processus créateur geste par geste et l’œuvre se crée sous le regard du spectateur pendant la fameuse séquence du ralenti. On peut ainsi ressentir jusqu’aux doutes, aux hésitations et aux repentirs de l’artiste.

Paul Haesaerts, Visite à Picasso, 1950, noir et blanc, sonore, 20’18 »   Réalisé en 1949, où la vie du peintre est portée à l’écran au moyen d’un ingénieux système permettant de suivre la gestualité et les mouvements de l’artiste aux prises avec la naissance d’une œuvre. Picasso y peint derrière une vitre dont la transparence nous permet d’observer l’évolution de sa composition.

Hans Namuth, Jackson Pollock 51, 1951, couleur sonore, 09’33’’             Le film reprend le système de visionnage à travers la vitre qui cette fois est placée au sol afin de respecter la technique du dripping de l’artiste qui plaçait ses toiles au sol au moment de les peindre. Chaque hésitation devient visible pour le spectateur : après une première tentative sur verre l’artiste insatisfait efface son tableau pour en recommencer un autre.

Luciano Emmer, Picasso, 1954, couleur, sonore, 43’20’’  (extrait)
Pendant que la caméra explore l’univers figuratif de Picasso, les commentaires en voix-off (écrits partiellement par le peintre Guttuso et dits par Jean Davy) analysent dans les détails les vues sur les œuvres tout en racontant la vie, les influences et les évolutions artistiques de Picasso. Les scènes finales montrent l’artiste au travail, images authentiques pour les futures générations.

 

Séance 1 – Populariser les Beaux-Arts

Samedi 4 mars, 11h15, Cinéma 2, Entrée Libre

 

« Cinéplastique » est un cycle de séances pédagogiques portant sur un cursus d’enseignement à la croisée de l’histoire de l’art et des images animées, conçu en partenariat avec l’Université Paris-Sorbonne. Arnaud Maillet, maître de conférences, présente et commente les films et vidéos issus des collections du Centre Pompidou. Conseilleurs à la programmation: Isabelle Daire, Natalia Klanchar, Etienne Sandrin, service des Collections Films, Bibliothèque Kandinsky et Nouveaux-Médias