Archives par mot-clé : cinéma expérimental

UNIVERSITE D’ETE DE LA BIBLIOTHEQUE KANDINSKY – JOUR 9

LES SOURCES AU TRAVAIL
Bricolages et contre-cultures à l’ère de la reproductibilité technique, 1950-1970

Cinéma et vidéo expérimentale

Introduction et modération : Enrico Camporesi et Jonathan Pouthier (MNAM/Centre Pompidou)

10h00 – Milo Adami (Università La Sapienza, Rome): « Antonello Branca et le documentaire comme happening »

10h30 – Diane Barbe (Université Paris 3 Sorbonne Nouvelle) : « Contre-cinéma » à Berlin dans les années 1960 et 1970 Focus sur l’oeuvre militante et féministe d’Helke Sander »

11h30 – Pause- café

11h45 – Rinaldo Censi (Università di Bologna) : « “I don’t like films with fixed images, I filmed this one in protest to the genre it belongs to”. Notes on Piero Bargellini’s Questo film è dedicato a David Riesman e s’intitolerà “Capolavoro” »

―It’s a film of fixed images, it’s almost completely composed of non-original photographic material: well-known, widely-seen [Actually, I really made this film for only one reason: to try out my new H8 RX] and worn-out, because they have been published in magazines like L’Espresso and Playboy. In the same way, the soundtrack comes from radio and TV, from the song industry. The film is an attempt to restore a level of pure denotation – or to give a different connotation – to images that are strongly connoted [I don’t like films with fixed images, I filmed this one in protest to the genre it belongs to] and by now so widely seen that they have lost their meaning or have been burdened with too much meaning, which is basically the same thing. [This is almost a biographical confession: a film about my ideology.] This means: editing, the camera’s movements, the lightning, the rhythm, the lack of rhythm, interruptions in the rhythm, contrasts, discursive argumentation… [long live Jerry Lewis] The starting point is David Riesman, history [Mussolini and Mein Kampf] and mass civilization; afterwards: the beats and the Beatles, motorcycles and miniskirts, publicity, poetry, cortoons, cinema, etc. etc., all the way to the end. «And What about you? I’m in love and she doesn’t love me.‖

12h30 – Discussion

Après-midi : visite FabLab

FABRIQUES DU CINÉMA EXPÉRIMENTAL

 

La Fabrique du cinéma experimental-Couv seule-web2

Dans le cadre du cycle de rencontres mensuelles autour de livres et de recherches en théorie et critique d’art, soutenus par le CNAP,

la BIBLIOTHÈQUE KANDINSKY du Musée national d’art moderne/CCI, Centre Pompidou

et le CENTRE NATIONAL DES ARTS PLASTIQUES (CNAP) accueillent le lancement de :

FABRIQUES DU CINEMA EXPERIMENTAL

publié par PARIS EXPÉRIMENTAL

en présence de Christian Lebrat, Éric Thouvenel, Carole Contant

et des artistes Frédérique Devaux et Silvi Simon

MERCREDI 10 DECEMBRE 2014, 18h30

BIBLIOTHÈQUE KANDINSKY

Centre Pompidou, niveau 3

75004, Paris

 Entrée libre sur réservation obligatoire à reservation.bibliothequekandinsky@centrepompidou.fr

(une contremarque sera délivrée lors de la confirmation de la réservation)

 Comment vivent et travaillent, à l’ « ère du numérique », les cinéastes expérimentaux ? Qu’en est-il de leur attachement à la matérialité de l’objet-film ? Quels sont leurs outils, leurs rapports à la création, leurs manières de penser, de fabriquer et d’habiter les images et les sons ? Comment financent-ils leurs projets ? Quel regard portent-ils sur leur parcours et sur les mutations décisives que connait aujourd’hui le cinéma, y compris « expérimental », envisagé dans sa dimension esthétique, pratique, technique, économique et institutionnelle ?

Cet ouvrage s’attache à soulever ces questions à travers neuf entretiens menés avec des cinéastes de générations et d’horizons différents, mais qui ont en commun de porter un regard lucide et singulier sur leur propre travail, comme sur la façon dont le tournant numérique l’affecte – et pas nécessairement, comme le voudraient tant d’idées reçues, de manière négative – depuis près de quinze ans. De la survivance glorieuse de pratiques du film artisanales et sophistiquées, aux hybridations et métissages permis par les outils numériques comme par la délocalisation des images hors de la salle de cinéma, en passant par la nécessaire réflexion sur la maîtrise économique et politique des outils de production des films, se dessinent ainsi les formes vivantes d’un engagement qui n’a rien d’anachronique, mais demeure et insiste comme une lueur particulière, et nécessaire, dans le grand flou des images contemporaines. Pour cela, on a fait le choix de rester au plus près de la pratique de ces cinéastes pour qui faire un film est un acte du corps autant que de l’esprit, de la main autant que de l’œil, et qui considèrent que les manières de faire sont, aussi, des manières de penser.  Afin d’accompagner et de prolonger la parole des cinéastes, chaque entretien est suivi d’une filmographie complète et d’une iconographie contenant des reproductions de photogrammes, des photographies de leur matériel, des schémas préparatoires et des partitions visuelles, qui éclairent sous un autre angle la genèse de leurs travaux. L’ensemble est complété par un glossaire et une bibliographie.

 Entretiens avec Martin Arnold, Frédérique Devaux, Olivier Fouchard, Ken Jacobs, Christian Lebrat, Rose Lowder, Nicolas Rey, Silvi Simon, José Antonio Sistiaga.

Éric Thouvenel est maître de conférences en études cinématographiques à l’Université Rennes 2, où il enseigne principalement l’esthétique et les théories du cinéma. Auteur d’un essai sur Les images de l’eau dans le cinéma français des années 20 (Presses Universitaires de Rennes, 2010), il a codirigé l’ouvrage Agnès Varda : le cinéma et au-delà (PUR, 2009) et publié une trentaine de textes dans diverses revues et ouvrages collectifs. Il mène également une activité de programmateur, au sein de l’université, dans des lieux associatifs et des institutions muséales.

 Carole Contant est cinéaste. Membre du Collectif Jeune Cinéma depuis 1997, elle autoproduit de nombreux films en Super8, notamment au sein du groupe les petits films. Ses films sont fréquemment sélectionnés dans des festivals de cinéma documentaire, d’art vidéo et de cinéma expérimental. Depuis 2008, elle tourne des vidéos pour des compagnies de danse et des associations engagées dans une écologie locale et durable. Elle est également programmatrice au sein de l’association peti peti, où elle mène une activité pédagogique soutenue, en particulier autour des relations entre danse et cinéma.

 Fondées en 1983, les éditions Paris Expérimental se consacrent essentiellement au cinéma d’avant-garde et expérimental. Elles publient des livres de références ainsi que des essais sur des cinéastes, des films ou des points particuliers de l’histoire de cette forme de cinéma.

 http://www.paris-experimental.asso.fr

www.centrepompidou.fr

www.cnap.fr