Archives par mot-clé : Archives

Ouverture de l’Université d’été LES SOURCES AU TRAVAIL Les spoliations d’oeuvres d’art, 1933-2015

Programme du jour 

14h00 – Éric MICHAUD, directeur d’études, CRAL-CEHTA, EHESS
« L’histoire de l’art et le sang germanique : de la Völkerwanderung au national-socialisme »

15h00 – Florent BRAYARD, directeur du CRH, responsable de l’équipe « Histoire et historiographie de la Shoah », EHESS-CNRS
« Le meurtre des Juifs d’Europe »

16h00 — 17h30 Discussion

18h30 Ouverture publique de l’Université d’été
en petite Salle, forum -1
Serge LASVIGNES, Président du Centre Pompidou
Bernard BLISTÈNE, Directeur, Musée National d’Art Moderne,

suivie à 19h00 de la conférence inaugurale, par Bénédicte SAVOY, professeure d’histoire de l’art à la Technische Universität Berlin
« La « diaspora des oeuvres ». Mémoire et historiographie des translocations patrimoniales forcées.»

TAYFUN SERTTAS

15042015

 

La Bibliothèque Kandinsky accueille Tayfun Serttas, jeune artiste stambouliote, pour une conférence où il présentera trois projets qu’il a réalisés autour des archives photographiques dans l’objectif de rétablir la mémoire des minorités non-musulmanes d’Istanbul.

 MERCREDI 15 AVRIL à 18h30

La conférence sera l’occasion de revenir sur trois chantiers archivistiques que Tayfun Serttas a mis en place autour de la mémoire de Pera, quartier greco-arménien d’Istanbul :

Les archives d’Osep Minasoglu : Photographe de studio, Osep Minasoglu documente la vie nocturne du quartier qui se transforme au fur et à mesure des départs de ses habitants.

Les archives de Maryam Sahinyan : Sans jamais abandonner une certaine distance bienveillante, travaillant pendant cinq décennies dans un petit studio de 18 m², la photographe Maryam Sahinyan dessine le portrait démographique de Pera.

Le cimetière d’architectes : Les bâtiments construits par les architectes grecs et arméniens pendant les dernières décennies de l’Empire Ottoman et les premières années de la République de Turquie sont démolis sous prétexte de nouveaux plans d’urbanisme. Tayfun Serttas essaie de trouver une solution pour en garder au moins quelques traces.

Tayfun Serttas (1982) vit et travaille à Istanbul. Il compléta ses études d’anthropologie avec un programme de master interdisciplinaire et un mémoire sur « Photographie et minorités à Istanbul dans le contexte du modernisme et de la représentation culturelle ». Sa pratique artistique en garde la trace ; son travail est imprégné des sujets comme l’anthropologie urbaine, l’égalité sociale, le patrimoine culturel et altérité, la critique de la société civile, la sociologie de la vie quotidienne, les minorités, la transformation urbaine, et les stratégies socio – politiques. Ses installations se composent souvent de divers médias comme les objets trouvés, les sculptures, les photographies, les dessins ou encore la vidéo. En variant ses points de vue, Serttas critique la mémoire normative des sociétés modernes. A mi-chemin entre sociologue et artiste, à travers expérimentations et recherches interdisciplinaires il interroge l’écriture de l’histoire officielle.

Entrée libre sur réservation obligatoire par courriel : reservation.bibliothequekandinsky@centrepompidou.fr

BIBLIOTHEQUE KANDINSKY – CENTRE POMPIDOU Niveau 3

La vidéo au Centre Pompidou : les premières années, pistes de recherche

Cette synthèse a été établie par Camille Martin, stagiaire dans le cadre du programme Cinéma/vidéo, art et politique en France depuis 1968,  en partenariat avec le Labex Arts H2H

Afin de faire un état des lieux de l’ensemble de la documentation sur la vidéo présente au Centre Pompidou, nous avons cherché tout d’abord à référencer les différentes sources d’informations disponibles, le but étant dans un premier temps de définir et cartographier notre domaine de recherche. Le premier problème repose sur la difficulté à isoler et identifier la documentation sur « la vidéo », notamment parce que les sources consultées ne font généralement pas cette distinction. Elles réfèrent leurs informations le plus souvent par titre ou nom de l’artiste et non par « médium » ou « domaine artistique ». On comprend alors qu’une recherche exhaustive demanderait donc de reprendre l’ensemble de l’histoire des manifestations de l’établissement.

Une autre spécificité de cette recherche est que l’émergence de la vidéo dans cette période correspond au début du Centre Pompidou. Ainsi, on remarque que comme « nouveau médium», la vidéo et les usages qui lui étaient associés (expérimentation, performance, militantisme, éducation populaire…) trouvaient d’avantage leur place dans des événements courts et de natures assez hétérogènes (projections, colloques, publications, ateliers pour le public, productions d’artistes…) que dans les espaces d’expositions à proprement parler. Ainsi une première recherche montre qu’à ce moment-là la vidéo est plutôt présentée dans les espaces de projection du 3ème étage, dans le forum ou encore au fil de la programmation de la BPI. Par ailleurs on remarque que ces événements sont souvent organisés à l’initiative de plusieurs acteurs, entre autres : le « service audiovisuel », la « coordination des manifestations » ou encore la BPI.

Cette recherche s’étend donc sur une histoire plus large de l’institution, relevant des usages et des préoccupations que la vidéo soulevait à l’époque. Ainsi il semble indispensable au regard des multiples dimensions et domaines que la vidéo pouvait toucher de commencer tout d’abord par une recherche très large reprenant l’ensemble des événements ayant un rapport avec ce médium. Continuer la lecture de La vidéo au Centre Pompidou : les premières années, pistes de recherche

Ettore Sottsass

Grâce à la très belle donation consentie en juillet 2013 par  Madame Barbara Radice Sottsass, le Musée national d’art moderne – Centre de création industrielle conserve les archives du grand designer italien dont quelques pièces sont présentées actuellement dans les vitrines de la Bibliothèque Kandinsky. Alors que la collection du musée comportait déjà 431 pièces (dessins et objets), cette donation permet désormais de mettre à disposition des chercheurs et spécialistes du design des ensembles essentiels à la connaissance et à la compréhension du travail de l’artiste.

©Hervé Véronèse Centre Pompidou
©Hervé Véronèse Centre Pompidou
Les quelques 120 carnets de dessins et agendas contenus dans le fonds vont prochainement être numérisés, facilitant les recherches sur la gestation des projets de Sottsass en matière de design industriel, de céramiques, de mobiliers, de bijoux, d’architecture imaginaire… 10.000 photographies d’objets et de présentations pour des expositions des années 1950 à la fin de sa vie montrent également la diversité de sa production qui donna lieu à de multiples catalogues et articles de revues, déjà présents dans les collections de la Bibliothèque Kandinsky.  Par ailleurs, des années 1930 aux années 1950, alors qu’il était difficile de se procurer des livres illustrés, rares et chers, Ettore Sottsass a rassemblé et classé dans des boites diverses collections : cartes postales, illustrations découpées dans des magazines, ou prélevées sur des emballages d’objets, affiches politiques, touristiques, publicitaires… constituant un répertoire iconographique et typographique auquel il s’est référé tout au long de sa vie.   
©Hervé Véronèse Centre Pompidou
©Hervé Véronèse Centre Pompidou

Sa pratique systématique de la photographie se rapproche de cette même logique : 100.000 vues sous forme de négatifs et planches-contact ont ainsi été réalisées entre 1950 et 2007, classées et organisées par ses soins et ceux de ses assistants. Utilisée ainsi de manière systématique pendant un demi-siècle, la photographie constitue une sorte de carnet de notes, témoignage de ses voyages, de ses rencontres, des vernissages et autres évènements auxquels il participe. On accompagne ainsi ce voyageur infatigable dans tous les pays d’Europe, aux Etats-Unis, en Inde, au Yémen, au Japon, en Chine, au Vénézuela… on découvre un œil attentif aux paysages, aux détails architecturaux, aux enseignes, aux matériaux mais aussi aux hommes et femmes dont il réalise les portraits ou qu’il photographie au cours de performances, de manifestations etc… dans la revue Terrazzo qu’il contribue à fonder, Ettore Sottsass disposera d’une rubrique intitulée Travel notes dans laquelle il associe texte et photographies, montrant que le geste photographique est aussi pensé comme partie intégrante de son œuvre.

©Hervé Véronèse Centre Pompidou
©Hervé Véronèse Centre Pompidou

 

Ettore Sottsass fut aussi un collectionneur de livres, sa bibliothèque personnelle, riche de près de 6.000 ouvrages, comme ses textes manuscrits et certains dossiers de projets, font également partie de la donation consentie par Mme Barbara Radice Sottsass au profit du Centre Pompidou. Ces parties du fonds rejoindront la Bibliothèque Kandinsky dans les années à venir.     

 

Repères biographiques

14 sept. 1917   Naissance à Innsbrück

1939                     Diplôme d’architecture au Politecnico de Turin

 1946-1947     Démarre sa carrière d’architecte, participe au plan Marshall pour la reconstruction des villes de Savona et Novara

1956                     Voyage aux Etats-Unis où il travaille avec George Nelson, découvre le travail de Charles Eames et la peinture informelle de Pollock, De Kooning, Gorky. Voyage à San Juan, Porto Rico ; à Haiti ; à Cuba ; à Saint-Domingue et en Dominique.

1958                     Début de la collaboration avec Olivetti. Conçoit des machines à écrire, et calculatrices (« Elea 9003 » 1958, « Tekne 3 » 1958-1960, « Praxis 48 » 1962-1963, « Valentine » 1969). Il reçoit le Compasso d’oro en 1959 pour Elea 9003.

1961                     Voyage en Inde où les couleurs, les modes de vie et le rapport à la mort bouleversent sa vision du monde. (Inde à New Delhi, Khajurâho, Agra, Fatehpur Sikri, Amber, Jaipur, Gwalior, Mahabalipuram, Madras, Konarak, Bhubaneswar, Benares, Bhopal, Sanci, Bombay ; en Thailande à Bangkok ; sur l’Ile de Ceylan ; au Népal à Katmandou, Patan ; en Birmanie ; au Pakistan à Karachi).

 1962                     Se rend à Palo Alto en Californie aux États-Unis pour se faire soigner d’une grave maladie. Il y découvre les mouvements underground américains : la contestation étudiante, le Pop Art, la Beat Generation. De ses voyages, naissent les séries Céramiques des ténèbres (1963) et Céramiques des lumières (1964).

1976                     Exposition Ettore Sottsas Jr : de l’objet fini à la fin de l’objet, Centre Georges Pompidou – Centre de création industrielle, commissaire : François Burkhardt.

1981                     Fonde le groupe Memphis. Il obtient l’appui financier d’Ernesto Gismondi, patron d’Artémide, société italienne d’art de la table et de luminaires, l’assistance commerciale du magasin Godani et l’aide technique de l’ébéniste Renzo Brugola et s’entoure également de jeunes designers comme Matteo Thun, Aldo Cibic ou Michele De Lucchi et de Barbara Radice, journaliste et critique d’art qui prend la direction artistique du groupe. Il quittera Memphis en 1985. Fonde la société Sottsass Associati avec Marco Zanini et Aldo Cibic et se consacre à des travaux de design industriel et d’architecture pour des clients tels Apple, Phillips…

1987-1989             Réalise la maison Wolf, au Colorado, Etats-Unis.

1992                      Expose une collection de mobilier Memphis lors de l’exposition « Rovine » à la Design Gallery Milano, à Milan. Réalise la maison Yuko, à Tokyo, Japon.

1994                      Ettore Sottsass, rétrospective, Centre Georges Pompidou – MNAM-CCI, commissaire Marie-Laure Jousset.

[…] Imprégné des éléments de la vie quotidienne, issu de toute une série de fragments d’images, de souvenirs de voyages, de cultures exotiques, tout le travail de Sottsass donne l’idée d’un grand collage spatial. Sa démarche ne suit pas, en effet, des lois strictes de composition, et ses projets procèdent souvent de l’assemblage de formes archétypes et de figures simples, cylindres, sphères, carrés…, s’opposant dans l’esprit à tout processus rationnel. in Brigitte Fitoussi, Le Magazine, n°80, 15 mars-15 mai 1994.

2005                      Rétrospective au Musée d’Art moderne et contemporain de Trento et Rovereto, Italie. 

 31 déc. 2007  Décès à Milan.

Magiciens de la terre, retour sur une exposition légendaire : quelques réflexions sur le titre d’une exposition commémorative.

Travailler sur l’histoire des expositions dans une institution dont le cœur d’activité consiste à en produire sans cesse de nouvelles est sans aucun doute une démarche intrigante. Travail sans fin qui suppose de se retourner sur les expositions passées, questionnant ainsi les pratiques curatoriales à l’œuvre, il est aussi pour l’archiviste une bonne occasion de revenir aux bases de sa pratique professionnelle. Ainsi se pencher sur une exposition passée en la qualifiant de « légendaire » a suscité quelques interrogations. En effet, alors que la légende constitue un « récit à caractère merveilleux où les faits historiques sont transformés par l’imagination populaire ou l’invention poétique »[i], l’impact mémoriel comme la matérialité des archives de l’exposition s’imposent à nous comme des faits réels, contribuant à construire autour de Magiciens de la terre (1989) un discours historique, contrepoint de la légende créée autour de cet évènement.

Magiciens de la terre, retour sur une exposition légendaire : séance de l'Université d'été organisée par la Bibliothèque Kandinsky, en présence d'Elio Montanari ©Hervé Véronèse Centre Pompidou
Magiciens de la terre, retour sur une exposition légendaire : séance de l’Université d’été organisée par la Bibliothèque Kandinsky, en présence d’Elio Montanari ©Hervé Véronèse Centre Pompidou

Sans doute l’invention poétique s’incarne-t-elle aux yeux du public d’aujourd’hui par l’œuvre imaginée par Sarkis à partir des photographies prises pendant l’exposition de 1989. Continuer la lecture de Magiciens de la terre, retour sur une exposition légendaire : quelques réflexions sur le titre d’une exposition commémorative.

Archives de galeries d’art : état des lieux

La mise à jour de l’état des fonds de la Bibliothèque Kandinsky a  été engagé et  a permis à Emeline Jarret, boursière du Centre Pompidou pour l’année 2013, d’établir un bilan des archives de galeries déjà conservées.  Elle a ainsi pu dresser une liste et une cartographie de ces fonds soit dix-neuf ensembles :

  • Fonds Galerie Colette Allendy, 1946-1960
  • Fonds Galerie Arnaud, depuis 1951
  • Fonds Galerie Jeanne Bucher, depuis 1925
  • Fonds Galerie Charpentier, 1921-1968
  • Fonds Galerie Iris Clert, 1956-1971
  • Fonds Galerie Daniel Cordier, 1956-1964
  • Fonds Galerie Henriette Gomès, 1938-[1985]
  • Fonds Félix Marcilhac, depuis 1969
  • Fonds Galerie Arnaud Lefèbvre, depuis 1986
  • Fonds Galerie Percier, 1923- ?
  • Fonds Galerie Rive Gauche, 1945- ?
  • Fonds Léonce Rosenberg (L’Effort Moderne), 1910-1941
  • Fonds Paul Rosenberg, 1908-1940
  • Fonds Galerie Darthea Speyer, 1968-2010
  • Fonds Tarica, depuis 1951
  • Fonds Galerie Lara Vincy, depuis 1972
  • Fonds Librairie-Galerie Jean Fournier, depuis 1952
  • Fonds Librairie-Galerie La Hune, depuis 1944
  • Fonds Librairie-Galerie des Quatre Chemins, 1925- ?

On trouvera ci-dessous une première analyse de ces ensembles, rédigée par Emeline Jaret en janvier 2014.

« L’objectif principal de cette mission était de produire une fiche qui centralise toutes les informations relatives à chaque fonds d’archives et son producteur, divisant ce travail en deux étapes. Dans un premier temps, j’ai réalisé des recherches sur le producteur, les dates d’activités de la galerie avec, éventuellement, les différentes époques dues à plusieurs directeurs, dresser une liste des activités de la galerie, des artistes présentés sur ces cimaises, une chronologie des expositions organisées, etc. Ce travail de recherche s’est révélé être très inégal, en fonction des galeries concernées. Certaines sont très documentées, comme la galerie Daniel Cordier, la galerie L’Effort Moderne ou la librairie-galerie La Hune, et ont demandé des recherches relativement simples, n’obligeant qu’à un effort de synthèse. Mais le manque de documentation pour d’autres, a rendu l’écriture de leur histoire difficile et surtout lacunaire, laissant certaines périodes dans l’obscurité. Ainsi, comme en témoignent les points d’interrogation de notre liste, les dates d’activités, les successions de directeurs, une chronologie d’expositions, n’ont pas toujours pu être renseignés. C’est le cas pour les galeries Percier, Rive Gauche ou encore la librairie-galerie des Quatre-Chemins.

Dans un deuxième temps, les fonds d’archives ont fait l’objet d’une description, la fiche de fonds ayant pour mission de décrire son contenu et le traitement dont il a fait l’objet (catalogage, conditionnement, classement), de clarifier sa provenance, son mode d’acquisition, et définir son statut, son état et les instruments de recherche mis à disposition (inventaire, sources complémentaires, bibliographie) afin de déterminer ses conditions d’accès pour les chercheurs. A nouveau, les fonds sont très inégaux sur plusieurs points. L’habitude, jusqu’à une certaine époque, de diviser les documents par supports – les cartons étaient distribués aux dossiers d’artiste, les photographies et manuscrits reversés aux archives concernées, les imprimés intégrés aux collections de la bibliothèque sans précision systématique de leur provenance – à leur arrivée, m’a parfois obligée à reconstituer l’état originel du fonds. Chaque entrée de fonds donne lieu à un dossier administratif qui est plus ou moins fourni selon l’époque et le contexte de son arrivé à la Bibliothèque Kandinsky.  Celui-ci contient normalement une liste détaillée des documents compris dans le fonds, sinon il a été nécessaire de faire des recherches dans les réserves ou avec les outils documentaires, en collaboration avec les responsables de chaque support. Dans la majorité des cas, la provenance de tous les documents a pu être identifiée, plus ou moins difficilement. La clarification de la provenance et (du ou) des modes d’acquisitions n’a pas toujours été aisée non plus, la plupart des fonds étant issus de plusieurs phases d’arrivées (dons, donations, achats) et certains possèdent une histoire complexe – l’exemple le plus probant reste le Fonds Léonce Rosenberg, dont l’acquisition passent par de nombreux événements entre 1991 et 2008.

Issus d’histoires diverses, ces fonds présentent un contenu évidemment varié. Pour nous renseigner sur celui-ci, le dossier administratif est complété par le traitement réalisé à leur arrivée à la Bibliothèque Kandinsky. A nouveau, l’époque et le contexte d’arrivée des fonds à la bibliothèque a obligé à des différences de traitement : certains, traités dans leur intégralité ou partiellement, ont fait l’objet d’un inventaire détaillé, d’autres n’ont pas encore été traités (c’est-à-dire qu’ils ont été inventoriés sommairement et re-conditionnés dans des boîtes d’archives neutres, mais n’ont pas encore été catalogués). Pour tous les fonds, même ceux traités, je suis allée voir dans les boîtes afin de vérifier les contenus et d’en acquérir une vision d’ensemble. Cela de manière plus ou moins assidue selon l’importance des fonds, puisque si ce travail est rapide pour le Fonds Tarica, par exemple, qui est constitué de deux boîtes, il est moins évident pour le fonds de la galerie Charpentier qui renferme quelques 1075 boîtes de photographies, ou bien celui de la librairie-galerie Jean Fournier qui possède 76 boîtes d’archives, 64 périodiques et 417 imprimés. Ces différences quantitatives ne doivent pas être assimilées à des différences qualitatives. En effet, les « petits fonds » conservés à la Bibliothèque Kandinsky sont parfois la seule source d’information disponible dans une institution publique et documentant l’activité de certaines galeries : Colette Allendy, Henriette Gomès, Percier, Rive Gauche, Darthea Speyer, Tarica, Quatre Chemins.

La spécificité d’un fonds d’archives de galerie tient avant tout à son activité principale, le commerce de l’art. L’aspect financier, représentant la vie pratique de la galerie, est souvent le moins représenté dans les fonds d’archives de galerie, au détriment de son activité artistique (les expositions). Les galeries ont tendance à garder pour elles les documents renseignant sur son activité marchande ou sa vie pratique (factures, listes de prix, documents de vente, reçus, répertoire de clients), observant une pudeur compréhensible par rapport à l’argent. En faisant don de leurs archives, la majorité se limite à y intégrer des ensembles documentaires sur les artistes représentés et les expositions organisées. Il est évident que les pratiques artistiques des galeries ont une importance fondamentale pour l’histoire de l’art, mais certains documents relatifs à la vie pratique peuvent également fournir de précieux renseignements : factures, listes d’œuvres avec prix, bons de transport, demandes de prêts, reçus, permettent d’apprécier l’évolution de la cote d’un artiste et sa renommée, de reconstituer l’histoire et la provenance d’une œuvre, les expositions auxquelles elle a participées en dehors de la galerie. De même, les répertoires d’adresse restent souvent confidentiels alors qu’un sondage de ceux-ci permet de définir le réseau relationnel d’une galerie. Les fonds conservés à la Bibliothèque Kandinsky n’échappent pas à la règle car ils sont majoritairement partiels, à l’exception des galeries Iris Clert et La Hune, très complets, qui renferment des documents renseignant sur ces deux aspects de leur activité.

Un ensemble de documents communs peuvent être identifiés puisqu’ils sont récurrents dans les fonds de galerie : les cartons d’invitation, les catalogues d’expositions (tous deux  édités ou non par la galerie productrice du fonds), les livres d’or, la correspondance, les listes d’œuvres, le press-book constitué par la galerie et rassemblant des coupures de presse autour du carton d’invitation à l’exposition mentionnée ; du côté des photographies, les reproductions d’œuvres, les reportages photographiques de vernissages ou d’événements, les vues d’accrochages, et parfois des portraits d’artistes et de proches du galeristes. S’ajoutent à ces documents, pour les galeries se doublant d’une activité de libraires et/ou éditeurs de livres d’art ou d’une revue : des catalogues d’éditions et de livres vendus par la galerie, des exemplaires de revues et leurs maquettes, de manuscrits.

Le corpus des dix-neuf fonds de galeries de la Bibliothèque Kandinsky couvre une période de cent ans, de 1908 à 2008 – correspondant aux dates d’ouverture de la galerie de Paul Rosenberg et de la fin d’activité de la galerie Darthea Speyer. Il fournit une vision assez complète des différentes typologies de galerie, ainsi que de l’évolution de son espace comme  du métier de galeriste. Ainsi, huit fonds représentent des galeries ouvertes avant la Seconde Guerre Mondiale – dont la plupart subsistent bien après la guerre, malgré des périodes d’interruption de leur activité –, sept s’ouvrent dans l’immédiat après-guerre – pendant une époque fructueuse de renouvellement du marché de l’art – et trois sont les témoins d’un autre type de galeries, plus contemporain, qui débutent à partir du début des années 1970. Outre la nécessité de compléter les deux premières périodes historiques, en alimentant les fonds déjà existants ou bien par l’apport de nouveaux fonds de galeries qui ont marqué le siècle, il devient indispensable de développer la part des fonds de galeries actives dans le dernier tiers du XXème siècle, tel que le fonds de la galerie Arnaud Lefèbvre. L’une des pistes à explorer pour de nouvelles acquisitions serait sans doute de choisir des galeries ayant représenté des artistes présents dans les collections, afin d’offrir la possibilité de croiser les ressources documentaires. Par exemple, dans les fonds d’archives d’artistes contemporains, les dossiers concernant des expositions sont le plus souvent les moins bien fournis, la plupart des documents étant conservés dans les fonds des organisateurs de ces expositions (c’est le cas, par exemple, du Fonds Philippe Thomas).     

L’histoire des galeries d’art en France reste aujourd’hui cruellement lacunaire. Si notre époque se penche sur l’historiographie de l’histoire de l’art, ou encore l’histoire des expositions qui tend à se constituer en discipline à part entière, l’histoire du marché de l’art et des galeries restent pour l’instant oubliée. A côté des nombreuses monographies dédiées aux grandes figures de marchands des XIXème et XXème siècles et des essais sociologiques analysant les processus du marché, une histoire générale des galeries d’art manque et peu de travaux universitaires osent se pencher sur la question, à l’exception de la récente thèse de Julie Verlaine[1]. Elle constitue pourtant l’un des pans essentiels de l’histoire de l’art, en particulier jusque dans les années 1960 quand la galerie constitue un centre de diffusion de l’art, un foyer et un lieu de rencontres indispensable pour les critiques, les écrivains et les artistes qui y partagent leurs idées. Les fonds d’archives de galeries fourmillent d’informations essentielles sur la vie artistique de leur époque, s’attachant parfois plus précisément à l’œuvre de tel artiste, en devenant complémentaire des fonds d’artistes, de critiques, d’institutions, avec lesquels il est nécessaire de comparer les documents pour obtenir une vue d’ensemble de la vie d’une œuvre (sa création, ses expositions, ses commentaires, etc.). Il n’existe aujourd’hui aucun centre de documentation sur l’histoire des galeries en France, et la centralisation de ces dix-neuf fonds d’archives à la Bibliothèque Kandinsky permet de pallier partiellement à ce manque. »

 


[1] Julie Verlaine, Les Galeries d’art contemporain à Paris : une histoire culturelle du marché de l’art, 1944-1970, Paris, Publications de la Sorbonne, 2012 [cote BK : IN-8 26009].