Archives par mot-clé : archives photographiques

Reportages dans les ateliers d’artistes : inventaire et ressources numériques en ligne

Atelier Claude Rutault, 2012. Photographe Jean-Christophe Mazur.
Atelier Claude Rutault, 2012. Photographe Jean-Christophe Mazur.

De 2005 à 2015 la Bibliothèque Kandinsky a mené plusieurs campagnes photographiques dans des ateliers d’artistes, campagnes réalisés par Jean-Christophe Mazur.

A découvrir dans leurs ateliers : Dove Allouche, Kader Attia, Matali Crasset, Esther Ferrer, Dominique Gonzalez-Foerster, Shirley Jaffe, Jean-Jacques Lebel, Jean-Luc Moulène, Jean6Michel Othoniel, Claude Rutault, Judith Reigl, Sarkis, Barthélémy Toguo, Nil Yalter…

 

Le Centre Pompidou, une architecture à découvrir

Une des particularités du Centre Pompidou réside dans son architecture. Vous voulez en savoir plus ? découvrir des vues du chantier, l’évolution du bâtiment et de ses environs depuis 40 ans ? plusieurs photographes ont oeuvré à la constitution d’une documentation visuelle sur le Centre et ce depuis 1973.

Ces reportages sont désormais numérisés et consultables en ligne sur le site de la Bibliothèque.

Consulter l’inventaire des reportages photographiques sur l’architecture du Centre conservés à la Bibliothèque Kandinsky.

Coursives en chantier . Photographe : G. Meguerditchian (1972-1977)
Coursives en chantier . Photographe : G. Meguerditchian (1972-1977)

 

Galerie Darthea Speyer, Paris

Américaine, née à Pittsburgh (Pennsylvanie), Darthea Speyer arrive à Paris en 1950 comme attachée culturelle à l’ambassade des Etats-Unis, après des études en histoire de l’art à l’Institute of Fine Arts de l’Université de New York. Chargée de promouvoir les collections américaines en France et responsable d’un programme d’expositions consacrées à l’art américain contemporain, sa vocation naît de ce premier emploi.

Elle ouvre une galerie au 6, rue Jacques-Callot dans le 6ème arrondissement de Paris, en 1968. La programmation a pour ambition de faire découvrir des artistes américains au public français, avant de s’attacher à présenter également des artistes français découverts à Paris. C’est son frère, James, qui a conçu l’architecture de la galerie. La galerie Darthea Speyer est surtout proche de l’ « école de Chicago », exposant des artistes tels que Leon Golub,  Ed Paschke et Peter Saul, mais aussi Beaufort Delaney, Zuka, ou encore la sculpture de George Segal, Roseline Granet et Irmgard Sigg.

En un peu plus de quarante ans de carrière, la galerie Darthea Speyer organise plus de 150 expositions monographiques d’artistes américains ou français, presque toujours accompagnées d’un catalogue bilingue. Elle ferme définitivement ses portes en 2012, après avoir publié pour son quarantième anniversaire un catalogue de tous les cartons d’invitation édités depuis son ouverture. Darthea Speyer est décédée le 20 mai 2014 à Washington.

Le fonds d’archives est constitué d’une importante documentation photographique sur trois artistes représentés par la galerie : Brancusi (reproductions d’œuvre et documentation), Etienne-Martin (reproductions d’œuvre, portraits, vues d’atelier, vues de l’artiste au travail) et François Stahly (reproductions d’œuvres, documentation).

A ces archives photographiques s’ajoutent quinze ouvrages dont un catalogue rétrospectif sur les cartons d’invitation édités par la galerie Darthea Speyer, entre 1968 et 2008. Les autres documents sont des catalogues d’exposition d’autres galeries ou institutions, dont une majorité documente le travail d’Etienne-Martin.

Consulter l’instrument de recherche.

TAYFUN SERTTAS

15042015

 

La Bibliothèque Kandinsky accueille Tayfun Serttas, jeune artiste stambouliote, pour une conférence où il présentera trois projets qu’il a réalisés autour des archives photographiques dans l’objectif de rétablir la mémoire des minorités non-musulmanes d’Istanbul.

 MERCREDI 15 AVRIL à 18h30

La conférence sera l’occasion de revenir sur trois chantiers archivistiques que Tayfun Serttas a mis en place autour de la mémoire de Pera, quartier greco-arménien d’Istanbul :

Les archives d’Osep Minasoglu : Photographe de studio, Osep Minasoglu documente la vie nocturne du quartier qui se transforme au fur et à mesure des départs de ses habitants.

Les archives de Maryam Sahinyan : Sans jamais abandonner une certaine distance bienveillante, travaillant pendant cinq décennies dans un petit studio de 18 m², la photographe Maryam Sahinyan dessine le portrait démographique de Pera.

Le cimetière d’architectes : Les bâtiments construits par les architectes grecs et arméniens pendant les dernières décennies de l’Empire Ottoman et les premières années de la République de Turquie sont démolis sous prétexte de nouveaux plans d’urbanisme. Tayfun Serttas essaie de trouver une solution pour en garder au moins quelques traces.

Tayfun Serttas (1982) vit et travaille à Istanbul. Il compléta ses études d’anthropologie avec un programme de master interdisciplinaire et un mémoire sur « Photographie et minorités à Istanbul dans le contexte du modernisme et de la représentation culturelle ». Sa pratique artistique en garde la trace ; son travail est imprégné des sujets comme l’anthropologie urbaine, l’égalité sociale, le patrimoine culturel et altérité, la critique de la société civile, la sociologie de la vie quotidienne, les minorités, la transformation urbaine, et les stratégies socio – politiques. Ses installations se composent souvent de divers médias comme les objets trouvés, les sculptures, les photographies, les dessins ou encore la vidéo. En variant ses points de vue, Serttas critique la mémoire normative des sociétés modernes. A mi-chemin entre sociologue et artiste, à travers expérimentations et recherches interdisciplinaires il interroge l’écriture de l’histoire officielle.

Entrée libre sur réservation obligatoire par courriel : reservation.bibliothequekandinsky@centrepompidou.fr

BIBLIOTHEQUE KANDINSKY – CENTRE POMPIDOU Niveau 3