Archives par mot-clé : Archives

Un nouveau site pour l’accès aux instruments de recherche en ligne

La Bibliothèque Kandinsky est heureuse d’annoncer la mise en ligne du nouveau site archivesetdocumentation.centrepompidou.fr, pour offrir un meilleur accès à ses fonds d’archives et collections documentaires.

Page d'accueil du site "archives et documentation"
Page d’accueil du site « archives et documentation »

Vous y trouverez notamment :

  • Une présentation des fonds et collections de la Bibliothèque Kandinsky, mais aussi des archives institutionnelles de l’établissement gérées par le pôle Archives du Centre Pompidou.
  • Un cadre de classement listant l’intégralité des fonds conservés et pointant vers une centaine d’instruments de recherche publiés à ce jour.
  • Les conditions d’accès et de consultation
  • Des fonctionnalités de recherche et de partage avancées
  • Un accès simplifié aux ressources numériques

Etat des fonds et cadre de classement

L’accueil de fonds d’archives par la Bibliothèque Kandinsky depuis sa création fait d’elle l’un des principaux lieux de centralisation d’archives d’histoire de l’art du XXème siècle.

Un fonds d’archives est constitué d’un ensemble de documents de toute nature, réunis (c’est-à-dire produits, collectés ou reçus) par un producteur (personne physique ou morale) dans l’exercice de ses activités et rassemblés de façon organique. Au contraire, une collection représente une réunion artificielle de documents en fonction de critères communs, liés à leur thématique ou à leur typologie documentaire.

La liste de ces fonds et collections est accessible en parcourant le cadre de classement. La réalisation de cet état des fonds a permis d’engager un travail rétrospectif sur les collections. Fruit d’un travail systématique, il a consisté à dresser la liste complète des fonds, en mettant à jour le précédent état des fonds réalisé en 2008.

Aperçu du cadre de classement

À ce jour plus de 180 fonds ont été recensés, complétés par les collections documentaires (fonds général des manuscrits, fonds général des photographies, collections audiovisuelles, dossiers documentaires  : artistes, designers, thématiques). La liste ainsi dégagée a ensuite fait l’objet d’une réorganisation en sept grandes catégories de producteurs, qui témoignent de la diversité des acteurs impliqués dans les milieux artistiques :

  • Artistes
  • Architectes, designers et ingénieurs
  • Critiques d’art, théoriciens, collectionneurs et autres personnalités du monde de l’art
  • Galeries, librairies, maisons d’édition et revues
  • Photographes
  • Cinéastes et vidéastes
  • Institutions et manifestations culturelles

La création d’un état des fonds informatisé, structuré dans un fichier xml  a constitué une étape essentielle : il permet de présenter de manière logique et hiérarchisée, selon le cadre de classement, l’ensemble des instruments de recherche déjà accessibles ou qui seront mis en ligne progressivement et d’offrir aux chercheurs un aperçu global des fonds et collections.

Propulsé par l’application web Pleade développée par la société AJLSM, ce nouveau site permet la publication et l’interrogation d’instruments de recherche produits au format xml-EAD et conformes à la norme de description archivistique internationale ISAD(G)1

Ce nouvel outil de recherche vient compléter le catalogue  de la Bibliothèque Kandinsky. Cependant, les requêtes ne sont pas fédérées entre les deux outils, elles sont totalement indépendantes. Il vous faudra donc faire deux recherches distinctes selon que vous recherchez des sources primaires dans les archives (manuscrits, dossiers documentaires, matériaux photographiques, audiovisuels etc. ) ou secondaires, au sein des collections dites “imprimées” de la bibliothèque (documents éditées, monographies, revues, catalogues etc.)

Continuer la lecture de Un nouveau site pour l’accès aux instruments de recherche en ligne

  1. La norme générale et internationale de descriptions archivistique ISAD(G) repose sur le principe de respect des fonds, le principe de provenance et les règles  de la description à niveaux (ou « description hiérarchisée). Elle comporte 26 éléments, répartis en 7 zones. La première zone « identification » est la plus importante : elle comprend la cote de l’unité décrite, l’intitulé/analyse qui en résume le contenu, les dates extrêmes, le niveau de description choisi et l’importance matérielle (volumétrie, métrage linéaire, nombre de pièces, etc.). []

Archives Guy de Cointet : inventaire en ligne

Guy de Cointet naît en 1934 à Paris. Après une enfance à Oran (Algérie), il entame des études d’arts à Nancy. A partir de 1956, il travaille comme graphiste en agence de publicité, notamment avec son ami d’enfance le photographe Jérôme Ducrot. En 1965, à l’invitation de celui-ci, il part s’installer aux Etats-Unis, à New-York d’abord, où il est l’assistant du sculpteur Larry Bell, puis à Los Angeles, fin 1966. Il sera pendant trois ans (de 1975 à 1977) professeur à l’Otis Art Institute. En 1980, il est lauréat d une bourse du National Endownment for the Arts. Il meurt en 1983 à Los Angeles.

Portrait de Guy de Cointet par Bernard Plossu à Santa Fé (1979)

Portrait de Guy de Cointet par Bernard Plossu à Santa Fé (1979)

L’oeuvre de Guy de Cointet ne cesse d explorer les problématiques du processus de signification. Il s’agit d abord d un travail sur les messages codés et chiffrés, qui prend la forme de dessins et de livres d artistes. Ces éléments visuels inintelligibles (tableaux ou textes) viennent rapidement s’intégrer à des performances où un acteur (plus souvent une actrice) en explicite les messages indéchiffrables (Espahor Ledet Ku Uluner, Cizegoh Tur Ndjmb, The Paintings of Sophie Rummel, At Sunrise A Cry was Heard, Two Drawings, Going to the Market, Lost at Sea, My Father s Diary). Rapidement ce dispositif évolue vers une forme à plusieurs personnages, où le dialogue ne porte plus seulement sur des tableaux-textes, mais aussi sur des objets aux formes énigmatiques auxquels les acteurs prêtent toutes sortes de noms et de fonctions. (Ethiopia, Iglu, Oh a Bear, Tell Me, A New Life, De toutes les couleurs). Les pièces de Guy de Cointet se ressentent du bilinguisme de leur auteur, elles jouent avec plusieurs langues, avec le langage poétique et avec le chant ; certaines ont fait l’objet de traduction ou de projets de traduction, vers l’anglais (Une Soirée avec Raymond Roussel, Huzo Lumst) ou vers le français (Tell Me, A New Life)

Les performances de Guy de Cointet ont été représentées au sein d’institutions majeures du vivant de l’artiste, aux Etats-Unis et en France. Depuis sa mort en 1983, elles ont été rejouées lors de plusieurs manifestations, notamment en 1985 au MoCA de Los Angeles, au CRAC de Sète en 2006, à la Tate Modern de Londres en 2007 et plus récemment au STUK de Louvain et à l Auditorium du Louvre.

Le fonds Guy de Cointet est composé d’archives produites par l’artiste, recueillies aux Etats-Unis et complétées d’archives de jeunesse restées dans sa famille en France. Elles comprennent des documents de nature diverse.

Tout d’abord pour la partie française : cahiers d’écoliers, dessins et réalisations plastiques de jeunesse, imprimés, photographies, traces de son activité de graphiste et de ses collaborations publicitaires avec son ami photographe Jérôme Ducrot qui le fit venir aux Etats-Unis.

Puis, pour la partie américaine dont la majorité de ces archives portent sur l’oeuvre à proprement parler de Guy de Cointet, les performances aux Etats-Unis et en France, l’oeuvre graphique et les livres d’artiste ou publications : carnets de recherches, notes, tapuscrits, brouillons de textes, dessins, blocs à dessin (mise en scène pour les performances, décors, costumes, dialogues, travail sur les codes et alphabets…), reportages photographiques (actrices et acteurs jouant lors de représentations dans des galeries, théâtres, répétitions), vidéos de performances, cartons d’invitation, programmes, dépliants pour des expositions ou performances, publications dans des revues et magazines, correspondances, maquettes de livres. L’ensemble de ces archives a été numérisé et est disponible en ligne.

Enfin, le fonds contient des archives plus personnelles : documents administratifs, financiers, correspondance amicale, collection d’imprimés et de cartes postales, photographies de jeunesse…

Consulter l’inventaire en ligne

Archives Ramsès Younan : inventaire en ligne

Né à Miniah, Haute-Egypte, le 10 août 1913, dans une famille copte de la classe moyenne, Ramsès Younan fait ses études l’Ecole des Beaux-Arts du Caire et commence à  enseigner le dessin dans plusieurs écoles secondaires tout en débutant sa carrière de peintre et de critique.

En 1939, avec le poète Georges Henein (1914-1973) et Ikbal El Alaily, il fonde le groupe surréaliste égyptien réuni autour de la revue La Part du sable. À partir de 1942, il assume la rédaction en chef d’une revue trotskiste d’avant-garde en langue arabe La Nouvelle Revue (al-Megalla al-guédida). Il y publie des traductions en arabe d’Albert Camus, Franz Kafka et Arthur Rimbaud.

Installé à Paris entre 1946 et 1956, il y expose puis devient journaliste. En 1948, la galerie du Dragon présente sa première exposition personnelle. À cette occasion, un dialogue avec Henein sur l’automatisme est publié sous le titre Notes sur une ascèse hystérique. De retour en Egypte en 1957, il se consacre à la peinture abstraite à partir de 1960, organisant une exposition au Caire en 1962. Il conçoit le pavillon égyptien pour la Biennale de Sao Paulo en 1961, puis celui de la Biennale de Venise en 1964.

Le fonds remis par ses filles documente l’oeuvre de Ramsès Younan, peintre, intellectuel et traducteur égyptien. La partie la plus importante du fonds correspond à ses travaux de critique d’art, en langue arabe, ainsi qu’à une revue de presse couvrant ses activités artistiques et journalistiques. De plus, le fonds est riche d’un ensemble de correspondances et d’une bibliothèque à caractère professionnel. Ces archives rassemblent principalement des manuscrits, des tapuscrits, des imprimés ainsi que des coupures de presse. Il a fait l’objet d’un inventaire détaillé réalisé conjointement par ses filles et Jean Colombain.

Consulter l’inventaire en ligne

Reportages dans les ateliers d’artistes : inventaire et ressources numériques en ligne

Atelier Claude Rutault, 2012. Photographe Jean-Christophe Mazur.
Atelier Claude Rutault, 2012. Photographe Jean-Christophe Mazur.

De 2005 à 2015 la Bibliothèque Kandinsky a mené plusieurs campagnes photographiques dans des ateliers d’artistes, campagnes réalisés par Jean-Christophe Mazur.

A découvrir dans leurs ateliers : Dove Allouche, Kader Attia, Matali Crasset, Esther Ferrer, Dominique Gonzalez-Foerster, Shirley Jaffe, Jean-Jacques Lebel, Jean-Luc Moulène, Jean6Michel Othoniel, Claude Rutault, Judith Reigl, Sarkis, Barthélémy Toguo, Nil Yalter…

 

Archives de la Biennale de Paris : inventaire en ligne

Remises à la Bibliothèque Kandinsky entre 1988 et 1990, les archives de la Biennale de Paris conservées à la Bibliothèque Kandinsky couvrent les années 1971 à 1985. Une autre partie du fonds est conservée sous la cote FR ACA BIENN aux Archives de la critique d’art à Rennes.

Les archives conservées à la Bibliothèque Kandinsky et décrites dans le présent inventaire sont principalement constituées de dossiers de participation de 1973 à 1985 contenant de la correspondance, de la documentation photographique nécessaire à l’élaboration du catalogue, de la documentation relative au projet proposé à la biennale (plans, croquis, esquisses, textes, photographies, diapositives, bandes sonores, partitions, etc.), de la documentation administrative attestant de la participation d’un artiste (formulaire de participation, invitation, laissez-passer, devis de transport, frais de douanes, etc.) et de la documentation générale sur l’artiste (biobibliographie, cv, cartons, revue de presse, revues, catalogues et journaux d’exposition).

On y trouve également de la documentation artistique générale envoyée par des correspondants nationaux (avec l’exemple des cahiers sur les artistes sud-coréens envoyés par Seo-Bo Park en 1980) ou encore  de la documentation administrative sur l’organisation de la Biennale. Une documentation curatoriale avec des plans d’aménagement et d’accrochage (la Grande Halle de la Villette) et des vues d’expositions souvent réalisées par André Morain complètent cet ensemble.

Au total le fonds documente près d’un millier d’artistes et de groupes d’artistes. En effet de 1959 à 1985, 13 éditions de la Biennale de Paris se sont tenues dans différents lieux parisiens (Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris, Parc Floral de Vincennes, Musée National d’Art Moderne, Centre Georges Pompidou et Grande Halle de la Villette), avec quelques cas d’itinérances en banlieue et en province (Nice, Strasbourg).

La manifestation était organisée par une association loi 1901, qui possédait des bureaux au 31 de la rue Berryer, 75008 Paris. Elle a été dirigée au fil de ses 13 éditions par trois délégués généraux successifs : Raymond Cogniat (1959-1965), Jacques Lassaigne (1967-1969) et Georges Boudaille (1971-1985). En 1985, la dernière édition rebaptisée « Nouvelle Biennale de Paris » a lieu à la Grande Halle de la Villette. L’association se dissout ensuite à cause de problèmes financiers.

La « Biennale de Paris, Manifestation Internationale des Jeunes Artistes » valorisait trois critères de sélection :

– la jeunesse : les participants, et à un moment donné, les critiques et artistes du comité de sélection, devaient avoir entre 20 et 35 ans.

– l’ouverture internationale : environ 45 pays participants par édition, avec pour certaines années des invités d’honneur (la Chine, l’Allemagne de l’Est, l’Amérique Latine, la Corée du Sud, l’Afrique du Sud, l’URSS, etc.)

– l’interdisciplinarité, avec des focus pour certaines éditions sur la vidéo, le slowscan, la performance, la musique, la bande-dessinée, etc.

Consulter les fonds d’archives à la Bibliothèque Kandinsky

Comme son nom ne l’indique pas, la Bibliothèque Kandinsky conserve au delà de ses riches collections imprimées, d’importants fonds d’archives : artistes, galeries, revues, critiques, collectionneurs, plus de 180 fonds ont été confiés à la bibliothèque.

A la différence de collections de pièces éparses, rassemblées en fonction de critères thématiques, les fonds procèdent de l’activité intrinsèque de chacun de leur producteur, rassemblant des documents de toute nature, produits, collectés ou reçus par une personne physique ou morale dans l’exercice de ses activités et rassemblés de façon organique. La méthodologie de classement et de description diffèrent donc sensiblement d’un catalogage bibliographique adapté aux livres et revues.

C’est pourquoi les équipes de la Bibliothèque Kandinsky ont conçu un nouvel outil de recherche disponible ici 

Y sont déjà proposés 52 inventaires de fonds d’archives parmi lesquels : Claude Parent, Harry Shunk, Guy de Cointet, la libraire-galerie Jean Fournier, Archizoom associati, Ramsès Younan, Edouard Albert ou encore les reportages réalisés dans les ateliers d’artistes par jean-Christophe Mazur. Les rejoindront très prochainement Vassili Kandinsky, Ettore Sottsass, Man Ray ou encore Brancusi.

Deux modalités de recherche vous sont proposées :

Bonne navigation à tous !

 

UNIVERSITÉ D’ÉTÉ DE LA BIBLIOTHÈQUE KANDINSKY : C’EST PARTI !

Jour 1 – jeudi 23 juin – programme

9h00 – Accueil des participants (entrée Rambuteau) et petit déjeuner de bienvenue (Salon du Musée)
10h00 – 11h30 – Présentation de l‘Université d‘été par les organisateurs suivie par un tour de table (Musée, Niveau 5)

11h30 – 12h15 – Franck Leibovici (artiste), « Diagrammes conversationnels »

12h15 – 13h00 – Présentation de l‘atelier Bibliomatrix avec Yves Chaudouët et Jacques Lafon

14h30 – Beat Tour dans Saint-Germain-des-Près avec Rani Singh (Getty Research Institute)

Dans la deuxième moitié du 20e siècle, Paris a constitué un centre d‘attraction pour les écrivains Beat. Attirés par le spectre de la Lost Generation, son sillage artistique et littéraire, par l‘attitude libérée et une atmosphère générale détendue, ils y ont créé quelques-unes de leurs créations les plus célèbres. Dans les pas des beatniks, le tour visitera quelques endroits iconiques où ils ont vécu, aimé et écrit. A partir de sources primaires, poèmes, correspondance, fragments de journaux et récits qui explorent des aspects cruciaux comme le bouleversement des modes de vie sociaux, la place du politique et les complexités du processus de publication, il s‘agira d‘explorer l‘héritage que les écrivains beat nous ont transmis à l‘aune des mutations numériques du 21e siècle.

The city of Paris beckoned many of the Beat writers in the mid-20th century. Lured by the mystique of the Lost Generation, and its artistic and literary heritage, coupled with its liberal attitude and relaxed environment the Beat writers created some of their most iconic works in the City of Lights. Following in the footsteps of the Beats, the walking tour will visit iconic locations where the Beats lived, loved and created. Using original source material such as poems, letters, journal entries, and first-hand accounts to explore issues that were of concern at the time including shifting social mores, the increasing grip of politics, (both at home and abroad) and the ongoing challenges of publishing their works, we will examine these ideas, consider the legacy the Beats have left and discuss how things have changed (or not) in the digital era of the 21st century.

18h30 – Ouverture publique de l’Université d’été
Centre Pompidou, Bibliothèque Kandinsky, Niveau 3. Entrée libre
Serge Lasvignes, Président du Centre Pompidou
Bernard Blistène, Directeur, Musée National d‘Art Moderne, Centre Pompidou

19h00 – Conférence inaugurale
Fred Turner, Harry and Norman Chandler Professor in Communication, Stanford University
Before and After 1968: The American Counterculture and the Problem of Historical Continuity

Depuis les années 1960, on a habituellement décrit le phénomène de la contre-culture comme une forme de rébellion contre la société américaine, industrielle et militarisée. Plus récemment, certaines lectures ont laissé croire que l‘ascension du régime Reagan a réussi à enterrer la contre-culture, tout en remplaçant sa quête pour une communauté authentique par les marchés solitaires du néolibéralisme. Dans les deux cas, la contre-culture semble être en dehors du mode de vie américain. Cette intervention va à l‘encontre de ces lectures. Dans un premier temps nous allons retrouver les traces profondes de la contre-culture dans la politique personnaliste de la culture américaine dans la deuxième moitié du siècle. Ensuite, elle va analyser le déplacement de cette politique dans le cadre néolibéral contemporain. A partir de ces continuités, nous devrions penser la contre-culture comme une séquence parmi d‘autres dans une longue histoire de soulèvements Romantiques et de s‘interroger comment et pourquoi ces bouleversements persistent à réapparaître.

Since the late 1960s, many have described the counterculture as a generational rebellion against an industrialized, militarized, mid-century America. In more recent years, many have also imagined that the rise of Ronald Reagan somehow buried the counterculture, and replaced its search for authentic community with the lonely markets of neoliberalism. In both cases, the counterculture seems to stand outside the main stream of American life. This lecture will argue that such a view is mistaken. First, it will trace the deep roots of the counterculture‘s person-centered politics in mid-century American thought. Second, it will track the migration of that mode of politics into the neoliberal workplace of today. Taken together, the lecture concludes, these continuities suggest that we should think of the counterculture as one in a long sequence of Romantic uprisings and begin to ask how and why such tumults so persistently recur.

Isidore Goldstein, dit Isou (1925-2007)

IMG_20150930_115357

Peintre, poète, cinéaste, dramaturge, romancier… Isou se passionne précocement pour la littérature et la philosophie, lisant adolescent, selon son propre témoignage, Dostoïevski, Marx ou Proust. Il a dès 1942 l’intuition d’un nouveau système poétique et musical exposé dans le Manifeste de la poésie lettriste. Il engage également la rédaction de La Créatique ou la Novatique (1942-1976), dans lequel il énonce les lois d’une méthode de création à partir de laquelle il redéfinira et transformera à peu près tous les domaines de la culture, des sciences aux arts en passant par les techniques, la philosophie, la théologie et la vie.

S’établissant clandestinement à Paris en août 1945, il y rencontre rapidement des personnalités du monde intellectuel comme Pierre-Albert Biro, André Gide, Tristan Tzara ou André Breton. Le 8 janvier 1946, il organise avec Gabriel Pomerand la première manifestation lettriste  ; mais c’est après un coup d’éclat au Théâtre du Vieux Colombier où, contre Tristan Tzara, il annonce la naissance d’une révolution poétique qu’il obtient le soutien de Raymond Queneau ou Jean Paulhan pour la publication de son Introduction à une nouvelle poésie et à une nouvelle musique à La Nouvelle Revue Française (NRF) en avril 1947.  Gaston Gallimard accepte ensuite de publier en octobre un ouvrage défini comme un roman, mais prenant la forme de « mémoires », L’Agrégation d’un Nom et d’un Messie. Suivront de nombreuses publications : Le surréalisme et André Breton (1948), L’économie politique et l’érotologie (1949), Les arts plastiques (1950), Le roman et la prose (1950), Le cinéma (1951), Le Théâtre (1952), qui constitueront les premiers fondements d’un désir plus global de transformer radicalement la société, en s’appuyant sur les concepts d’« externé » (la jeunesse) et de créativité généralisée. 

Continuer la lecture de Isidore Goldstein, dit Isou (1925-2007)

J9 Université d’été LES SOURCES AU TRAVAIL Les spoliations d’oeuvres d’art, 1933-2015

Programme du jour, samedi 11 juillet

9h30 – Corinne BOUCHOUX,
historienne, sénatrice de Maine-et-Loire, vice-présidente du groupe écologiste et vice-présidente de la Commission de la Culture, de l’Education et de la Communication du Sénat.
« Traitement politique de la restitution des oeuvres d’art spoliées : de la communication avant toute chose (1945-2015) »

10h15 — Markus STÖTZEL, avocat, Marburg
« Nazi looted art and restitution – history and latest developments, as seen from a law practitioner’s point of view »

11h00 — Philippe SPRANG, journaliste, Paris
« Pillage des oeuvres d’art en France par le IIIe Reich, 1990-2015: le travail d’un journaliste d’investigation en France entre course d’obstacle, colère et stupeur »

11h45 Discussions

14h00 CONCLUSIONS et FINALISATION DE L’ATLAS

J8 Université d’été LES SOURCES AU TRAVAIL Les spoliations d’oeuvres d’art, 1933-2015

Programme du jour, vendredi 10 juillet

CHAPITRE IV. LES RECITS ET LEUR CONSTRUCTION

9h30 — Marina NORONHA
« On Collecting and Curating as a System »

9h45 — Olivier CREPIN
« Tensions entre enjeux narratifs et fidélité documentaire dans la bande dessinée biographique, l’exemple de Rose Valland, capitaine beaux-arts »

10h00 — Discussion

10h45 – Johanna LINSLER, IHTP-CNRS
« Des choses racontent l’histoire. La mise en récit de la Shoah à travers les spoliations antisémites : enjeux heuristiques, patrimoniaux et déontologiques. »

11h30 – Marcel COHEN, écrivain
« Fils de déportés et écrivain: les contradictions de tout récit ». Retour sur Sur la scène intérieure. Faits.

12h15 – Discussion

14h00 – Didier SCHULMANN, Isabelle LE MASNE DE CHERMONT, conservatrice, directrice du département des Manuscrits, Bibliothèque Nationale de France
« Du discours de Jacques Chirac à l’installation de la CIVS : la fabrique du rapport Mattéoli sur les oeuvres d’art »

16h00 — Préparation de l’Atlas des sources. Avec s-y-n-d-i-c-a-t (François Havegeer et Sacha Léopold), graphistes et Anne PAOUNOV, responsable du pôle Photographie, Service
Audiovisuel, Centre Pompidou

18h00 – Visite du site Lévitan avec Sarah GENSBURGER

J7 Université d’été LES SOURCES AU TRAVAIL Les spoliations d’oeuvres d’art, 1933-2015

Programme du jour, jeudi 9 juillet

9h30 — Nathalie NEUMANN
« La photographe Gisèle Freund et la collection d’art romantique de son père, Julius Freund (1869-1941) »

9h45 — Aurélie COUSIN
« La mise en exposition des oeuvres d’art spoliées par les nazis. Étude de cas de la collection de Jacques Goudstikker »

10h00 — Thierry BAJOU, conservateur, Service des Musées de France et Alain PRÉVET, chargé d’études documentaires principal, chargé des dossiers des biens spoliés et de recherches de
provenance, Service des Musées de France
« Les photographies prises au Jeu de Paume sous l’Occupation »

10h15 — Discussion

11h00 – Sarah GENSBURGER
« Ecrire l’histoire en images ?
L’album de la spoliation des Juifs à Paris»

11h45 — Catherine TIRABY, documentaliste des collections photographiques, Bibliothèque Kandinsky, MNAM/CCI
« Le Fonds Marc Vaux. Une source photographique sur les ateliers d’artistes »

12h15 Discussion

14h00 – Visite et séance de travail au Fort de Saint-Cyr (Médiathèque de l’architecture et du patrimoine) avec Jean-Daniel PARISET, conservateur

J6 Université d’été LES SOURCES AU TRAVAIL Les spoliations d’oeuvres d’art, 1933-2015

Programme du jour, mercredi 8 juillet

CHAPITRE III. VIE DES IMAGES ET DES REPRESENTATIONS

9h30 — Leila DANZIGER
« Un atlas pour les bibliothèques spoliées »

9h45 — Benjamin FELLMANN
« Nazi-looted pianos in the Palais de Tokyo : Primary sources and artistic practice at work. Laetitia Badaut Haussmann’s installation „No One Returns“ and the storage of pianos from Jewish owners in
the basement of the Palais de Tokyo during the Occupation »

10h00 — Raphaël DENIS
« La Loi normale des erreurs » : présentation du projet.

10h15 — Discussion

11h00 – Arno GISINGER, artiste et enseignant-chercheur à l’Université Paris 8, Paris
Retour sur l’exposition « Invent arisiert », Mobiliendepot Wien, Autriche (2000)
et Anna ARTAKER, artiste et chercheuse, Akademie der Bildenden Künste Wien (Autriche)
Retour sur l’exposition « Rekonstruktion der Rothschild’schen Gemäldesammlung in Wien », Autriche,
(2013-2014)

12h00 – Laetitia BADAUT HAUSSMANN, artiste, Paris (sous réserve)
Retour sur l’exposition « No One Returns », Palais de Tokyo, Paris (2010)

12h30 – Ellie ARMON AZOULAY, artiste, Israel/ France
« Evolution of display and the role of Jeu de Paume »

15h00 – Visite du Palais de Tokyo et du site Bassano avec Sarah GENSBURGER, sociologue, chargée de recherches au CNRS, Institut des Sciences Sociales du Politique

J5 Université d’été LES SOURCES AU TRAVAIL Les spoliations d’oeuvres d’art, 1933-2015

Programme du jour, mardi 7 juillet

Journée de travail conçue et accueillie par les Archives Nationales, site de Pierrefitte avec Isabelle CHAVE, conservatrice

1. Les lieux de l’histoire : la scène parisienne
10h00 « Des lieux de production des archives en 1939-1945 aux centres de conservation en 2015 : une lecture cartographique »,
par Yann POTIN, AN, et Cyril DAYDÉ, MAE

10h30 Échanges et questions

2. Les acteurs des pillages et de la spoliation
10h45 « Hermann Bunjes et la Kunsthistorische Forschungsstätte à Paris », par Christian FUHRMEISTER, ZIKG Munich

11h00 « Commissariat général aux Questions juives : organisation, rôle et archives », par Monique LEBLOIS-PÉCHON, AN

11h20 « Administrateurs provisoires et marchands d’art : rôle et traces dans les archives judiciaires »,
par Violaine CHALLÉAT-FONCK, AN

11h40 « Commissaires priseurs : ventes, marché de l’art et traces dans les archives », par Isabelle ROUGE-DUCOS, SIAF

12h00 Échanges et questions

12h20 Sophie JULIARD-LEPRÊTRE
« Marché de l’art et spoliation d’oeuvres d’art à Lyon pendant la Seconde Guerre mondiale »

12h45 Déjeuner sur place

3. Identification et revendication des biens patrimoniaux et artistiques spoliés
13h45 « L’administration des Beaux-arts et les spoliations (le rôle de Jacques Jaujard et de Rose Valland, la mise à l’abri des collections, la récupération artistique) »,
par Clothilde ROULLIER et Marine ZELVERTE, AN

14h30 Échanges et questions

14h45 Małgorzata A. QUINKENSTEIN
« Arthur Bryks and Foundation La Porza. The search for personal stories in the context of European history of looted art »

4. Indemnisations et restitutions
15h30 « Service de restitution des biens des victimes des lois et mesures de spoliations : organisation, rôle et archives »,
par Monique LEBLOIS-PÉCHON, AN

15h50 « L’indemnisation des biens spoliés dans le cadre des dommages de guerre », par Sylvie ZAÏDMAN, AN

16h15 Échanges et questions

5. Clôture de la journée.
16h30 « L’actualisation du Guide des recherches dans les archives des spoliations et des restitutions (Paris, La Documentation française, 2000) », par Emmanuel PÉNICAUT, SIAF

Ouverture de l’Université d’été LES SOURCES AU TRAVAIL Les spoliations d’oeuvres d’art, 1933-2015

Programme du jour 

14h00 – Éric MICHAUD, directeur d’études, CRAL-CEHTA, EHESS
« L’histoire de l’art et le sang germanique : de la Völkerwanderung au national-socialisme »

15h00 – Florent BRAYARD, directeur du CRH, responsable de l’équipe « Histoire et historiographie de la Shoah », EHESS-CNRS
« Le meurtre des Juifs d’Europe »

16h00 — 17h30 Discussion

18h30 Ouverture publique de l’Université d’été
en petite Salle, forum -1
Serge LASVIGNES, Président du Centre Pompidou
Bernard BLISTÈNE, Directeur, Musée National d’Art Moderne,

suivie à 19h00 de la conférence inaugurale, par Bénédicte SAVOY, professeure d’histoire de l’art à la Technische Universität Berlin
« La « diaspora des oeuvres ». Mémoire et historiographie des translocations patrimoniales forcées.»

TAYFUN SERTTAS

15042015

 

La Bibliothèque Kandinsky accueille Tayfun Serttas, jeune artiste stambouliote, pour une conférence où il présentera trois projets qu’il a réalisés autour des archives photographiques dans l’objectif de rétablir la mémoire des minorités non-musulmanes d’Istanbul.

 MERCREDI 15 AVRIL à 18h30

La conférence sera l’occasion de revenir sur trois chantiers archivistiques que Tayfun Serttas a mis en place autour de la mémoire de Pera, quartier greco-arménien d’Istanbul :

Les archives d’Osep Minasoglu : Photographe de studio, Osep Minasoglu documente la vie nocturne du quartier qui se transforme au fur et à mesure des départs de ses habitants.

Les archives de Maryam Sahinyan : Sans jamais abandonner une certaine distance bienveillante, travaillant pendant cinq décennies dans un petit studio de 18 m², la photographe Maryam Sahinyan dessine le portrait démographique de Pera.

Le cimetière d’architectes : Les bâtiments construits par les architectes grecs et arméniens pendant les dernières décennies de l’Empire Ottoman et les premières années de la République de Turquie sont démolis sous prétexte de nouveaux plans d’urbanisme. Tayfun Serttas essaie de trouver une solution pour en garder au moins quelques traces.

Tayfun Serttas (1982) vit et travaille à Istanbul. Il compléta ses études d’anthropologie avec un programme de master interdisciplinaire et un mémoire sur « Photographie et minorités à Istanbul dans le contexte du modernisme et de la représentation culturelle ». Sa pratique artistique en garde la trace ; son travail est imprégné des sujets comme l’anthropologie urbaine, l’égalité sociale, le patrimoine culturel et altérité, la critique de la société civile, la sociologie de la vie quotidienne, les minorités, la transformation urbaine, et les stratégies socio – politiques. Ses installations se composent souvent de divers médias comme les objets trouvés, les sculptures, les photographies, les dessins ou encore la vidéo. En variant ses points de vue, Serttas critique la mémoire normative des sociétés modernes. A mi-chemin entre sociologue et artiste, à travers expérimentations et recherches interdisciplinaires il interroge l’écriture de l’histoire officielle.

Entrée libre sur réservation obligatoire par courriel : reservation.bibliothequekandinsky@centrepompidou.fr

BIBLIOTHEQUE KANDINSKY – CENTRE POMPIDOU Niveau 3