Erika Balsom, Exhibiting Cinema in Contemporary Art

* omslag Exhibiting Cinema_DEF

Dans le cadre de la programmation « Duchamp du Film » (du 24 sept. au 29 oct. 2014), la Bibliothèque Kandinsky en collaboration avec le département Film du Musée National d’Art Moderne accueille ERIKA BALSOM pour une présentation de son volume Exhibiting Cinema in Contemporary Art (Amsterdam University Press, 2013)

le jeudi, 9 octobre,  à partir de 18h30

L’ouvrage est rapidement devenu un livre de référence sur la question de l’image en mouvement dans le contexte muséal et des expositions. Exhibiting Cinema in Contemporary Art explore l’émergence du cinéma comme médium primaire de production artistique, tout en offrant une investigation détaillée de sa genèse, de ses caractéristiques principales, de ses dérives et ramifications. L’auteure interroge aussi le point nodal des études cinématographiques – la nature du cinéma, son passé, son présent et son devenir à l’ère du tournant numérique. Riche en réflexions théoriques et dans les analyses critiques, Exhibiting Cinema in Contemporary Art tourne son regard vers l’histoire du cinéma du point de vue de l’art d’aujourd’hui.

La conférence (en anglais) sera suivie par une discussion avec le public et modérée par Enrico Camporesi.

Erika Balsom enseigne la théorie et l’histoire du cinéma au King’s College à Londres. Après avoir obtenu son doctorat à Brown University, elle a été Mellon postdoctoral fellow à l’Université de Californie (Berkeley). Elle a également enseigné à Carleton University (Ottawa). Ses publications ont paru dans Artforum, Screen, Cinema  Journal, et elle travaille en ce moment sur un livre dédié aux stratégies de distribution et de diffusion du film d’artiste et expérimental.

Enrico Camporesi, chercheur au Centre Pompidou, prépare actuellement une thèse sur des problèmes de restauration et muséologie du film d’artiste et expérimental à l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3 et à l’Université de Bologne. Il écrit régulièrement sur l’image en mouvement pour plusieurs revues (Fata Morgana, Necsus – European Journal of Media Studies, La Furia Umana). Il est également commissaire de programmes de films et avec Jonathan Pouthier il présente en ce moment le cycle « Duchamp du film » au Centre Pompidou.

Entrée libre sur réservation obligatoire à reservation.bibliothequekandinsky@centrepompidou.fr

(une contremarque sera délivrée lors de la confirmation de réservation)

BIBLIOTHÈQUE KANDINSKY

Centre Pompidou, niveau 3

75004, Paris

Parcours dans les collections imprimées de la Bibliothèque Kandinsky

Valdimir Maïakowski, El Lissitzky, 1923
Valdimir Maïakowski, El Lissitzky, 1923

 

 

Avant-gardes artistiques en Europe et graphisme : 1917-1940

La Bibliothèque Kandinsky propose une version numérisée d’une sélection d’objets imprimés, livres et revues, issus de ses collections, illustrant les expérimentations visuelles auxquelles se sont adonnés quelques artistes européens au lendemain de la première Guerre mondiale jusqu’aux années 30. Il s’agit d’artistes appartenant aux courants des avant-gardes : futuristes, Dada, constructivistes principalement, qui rompent avec les anciennes règles typographiques, transgressent les conventions en matière d’édition et proposent de nouvelles lectures plus optiques que phonétiques.

Ainsi, le futuriste napolitain, Francisco Cangiullo (1888-1977) dans Caffeconcerto qui paraît en 1919, carnet imprimés sur différentes couleurs, présente des figures composées de chiffres de lettres et d’autres éléments tirés de la casse d’imprimerie, accompagnées de dessins.

La même année, dans La Fin du Monde filmée par l’Ange N. D. : roman, écrit par Blaise Cendrars et illustré par Fernand Léger, c’est la technique du pochoir qui est employée pour poser les couleurs sur le texte.

Dans l’anthologie de poèmes de Vladimir Maïakovski, Dlja golosa (Pour la voix) parue en 1923 à Berlin et qui demeure l’oeuvre graphique la plus connue d’El Lissitzky (1890-1941), ce sont les éléments typographiques qui contribuent à une perception accrue des poèmes et la présence d’un système tout à fait original d’onglets remplaçant le sommaire qui sont innovants.

Dans Die Scheuche (L’Epouvantail) écrit par Kurt Schwitters (1887-1948) en 1925, Theo Van Doesburg (1883-1931) construit les personnages à partir des lettres de l’alphabet tandis que John Heartfield (1891-1968) en 1929, en pleine République de Weimar, ajoutera dans son Deutschland Deutschland über alles est, best-seller de Kurt Tucholsky, au jeu sur les éléments typographiques, les images photographiques.

De photographie, il est essentiellement question dans la Foto-Auge de Jan Tschichold, paru en 1929 au format A4, et qui constitue un autre exemple de cette Nouvelle Typographie : mise en page asymétrique, emploi exclusif des bas de casse, une reliure à la japonaise pour donner du volume à l’ouvrage en raison d’un nombre limité de pages (94).

Enfin dans ce parcours, Piet Zwart (1895-1977), graphiste néerlandais et figure de l’avant-garde graphiste internationale des années 20-30, membre du Cercle des nouveaux graphistes publicitaires avec Kurt Schwitters et Jan Tschichold, utilise le photomontage pour la page de couverture de Het Linnen Venster, premier numéro de la série sur le cinéma édité à Rotterdam à partir de 1931.

C’est en tout plus de vingt livres et quinze revues qui ont été sélectionnés dans nos collections pour illustrer les innovations en matière de conception graphique en Europe dans la première moitié du 20e siècle, où aux artistes déjà cités, s’ajoutent bien sûr les noms de Marinetti, Karel Teige, Laszlo Moholy-Nagy, etc.

A l’issue de ce parcours, qui n’a pas la prétention de faire le tour complet du sujet, nous ne saurions trop vous recommander de vous replonger dans l’excellente histoire du design graphique de Philip B. Meggs, de lire ou relire Jaroslav Andel, Avant-garde design : 1900-1950, de parcourir Le livre des livres : graphisme des livres au fil du temps de Mathieu Lommen (éditions Pyramid, 2012) et surtout de visiter la Bibliothèque Kandinsky dont la collection constitue une base de réflexion très pertinente pour tout chercheur, enseignant ou étudiant dans le domaine du design graphique.

Pour plus d’information sur la sélection opérée pour la numérisation des livres et revues, ainsi que pour les références bibliographiques, consulter notre portail : Parcours dans les collections imprimées : Avant-gardes et graphisme

Cinéplastique

INTRODUCTION A LA CINEPLASTIQUE
REFLETS, SCINTILLEMENTS ET CLIGNOTEMENTS
VENDREDI 3 OCTOBRE – 12H – CINEMA 2 – ENTREE LIBRE

Cinéplastique est un cycle annuel de séances pédagogiques présentées par Arnaud Maillet, Maître de conférences à l’Université Paris-Sorbonne, accompagnant la projection de films et de vidéos des trois collections du Musée National d’Art Moderne : la collection Film, la collection Nouveaux médias et la collection audiovisuelle de la Bibliothèque Kandinsky.

Nouvelle image

A l’occasion de la première séance, la Bibliothèque Kandinsky programme le film 16 mm, Martha Boto et Gregorio Vardanega de 1969.  A mi-chemin entre le film d’auteur et le film documentaire, ce document véritable témoin de l’œuvre cinétique, rejoint ce premier programme du cycle dédié aux reflets, scintillements et clignotements de l’image en mouvement.  Il fut probablement réalisé par Gregorio Vardanega à l’occasion de la grande rétrospective organisée en 1969 à la Galerie Denise René.

Les séances auront lieu dans la salle Cinéma 2 (niveau -1) du Centre Pompidou, Place Georges Pompidou, 75004 Paris, à partir de 12 h. Entrée libre (dans la limite des places disponibles).  

Programme détaillé des séances

Séance 1 : Vendredi 3 octobre 2014, de 12h à 15h 
Reflets, scintillements et clignotements

  • Joris Ivens, Regen (La pluie), 1929, film 35 mm, noir et blanc, silencieux, 14’42’’.
  • Henri Chomette, Jeux de reflets et de la vitesse, 1923-1925, film 35 m, noir et blanc, silencieux, 07’23’’.
  • Martha Boto, Gregorio Vardanega, Vues d’œuvres de Martha Boto et Gregorio Vardanega, vers 1969, 16 mm, couleur, silencieux, 10’.
  • Hi Hirsh, Automn Spectrum, 1957, 16 mm couleur, sonore, 6’04’’.
  • Gary Hill, Mirror Road, 1975-1976, video, NTSC, couleur, silencieux, 6’27’’.
  • Joan Jonas, Left Side, Right Side, video, NTSC, noir et blanc, sonore, 8’54’’.
  • Bill Viola, The Reflecting Pool, 1977-1979, video, NTSC, couleur, son, 7’.

Séance 2 : Vendredi 14 novembre 2014, de 12h à 15h
Cinéma, vidéo et peinture : citation, traduction, transposition

  • Michael Mazière, Cezanne’s Eye ii, 1982-1988, film 16 mm noir et blanc et couleur, sonore, 23’27’’.
  • Ian Ladislav Galeta, Water Pulu, 1987-1988, film 35 mm, couleur, sonore, 09’19’’.
  • Gary Hill, Bathing, 1977, vidéo, NTSC, couleur, sonore, 4’ 31’’.
  • Andrea Kirsch, Dreaming in Yellow While Searching for Carpaccio Gold, 1990, film Super 8, couleur, sonore, 8’ 23’’.
  • Malcolm LeGrice, Berlin Horse, 1970, film 16 mm, couleur, sonore, 06’52’’ (copie Béta numérique).

Séance 3 : Vendredi 5 décembre 2014, de 12h à 15h
Kenneth Anger : couleur et musique      

  • Kenneth Anger, Eaux d’artifice, 1953, film 16 mm, couleur, sonore, 13’.
  • Kenneth Anger, Inauguration of the Pleasure Dome, 1954-1978, film 16 mm, couleur, sonore, 35’.

Séance 4 : Vendredi 13 février 2015, de 12h à 15h
Le geste graphique            

  • Hans Namuth & Paul Falkenberg, Jackson Pollock, 1951, film 16 mm couleur, sonore, 10’14’’.
  • François Campaux, Henri Matisse, 1946, film 16 mm, noir et blanc, sonore, 22’.
  • Paul Haesaert, Visite à Picasso, 1949, film 16 mm, noir et blanc, sonore, 20’18’’.
  • Anonyme, [Kandinsky en train de peindre], s.d., film, noir et blanc, silencieux, 2’49’’.
  • Gary Hill, Picture Story, 1979, vidéo, NTSC, couleur, sonore, 6’27’’.

 Séance 5 : Vendredi 6 mars 2015, 12h-15h
Métamorphoses      

  • Oskar Fischinger, Seelische Konstruktionen, vers 1927, film 35 mm, noir et blanc, sonore, 9’.
  • Oskar Fischinger, Wachs Experimente, 1923, film 35 mm noir et blanc et couleur, silencieux, 10’.
  • Pol Bury, Clovis Prévost, 8500 tonnes de fer, 1972, film 16 mm noir et blanc, sonore, 13’46”.
  • Tony Hill, Expanded Movie, 1990, film 16 mm couleur, sonore, 13’04’’.
  • Gary Hill, Happenstance (Part One of Many Parts), 1983, video, NTSC, noir et blanc, sonore, 6’49’’. 

Séance 6 : Vendredi 17 avril 2015, de 12h à 15h
Animation graphique          

  • Harry Smith, Early Abstractions, 1939-1956, film 16 mm, couleur, sonore, 23’.
  • Norman McLaren, Synchromy, 1971, film 35 mm, couleur, sonore, 7’27”.
  • Thierry Vincens, Giraglia, 1968, film 35 mm, couleur, sonore, 5’37”.
  • Jordan Belson, Allures, 1961, film 16 mm couleur, sonore, 7’27”.
  • James Whitney, Lapis, 1963, film 16 mm, couleur, sonore, 9’20’’.

Séance 7 : Vendredi 15 mai 2015, de 12h à 15h
Animation et bricolage       

  • Len Lye, Experimental Animation, 1933, film 35 mm, noir et blanc, sonore, 2’07’’.
  • Oskar Fischinger, Komposition in Blau, 1935, film 35 mm couleur, sonore, 3’30”.
  • Alexandre Alexeieff, Claire Parker, Night on Bald Mountain (Une nuit sur le mont Chauve), 1933, film 35 mm noir et blanc, sonore, 9’.
  • Jean Desvilles, Une semaine de bonté ou les sept éléments capitaux, entre 1961-1965, 16 mm, noir et blanc, sonore, 18’.
  • Robert Breer, TZ, 1979, film 16 mm, couleur, sonore, 9’
  • Robert Breer, Sparkill Ave !, 1992, film 16 mm couleur, sonore, 5’
  • Karo Goldt, Subrosa, 2004, video, PAL, couleur, sonore, 3’.
  • Michel Gondry, Human Behaviour, 1994, video, PAL, couleur, sonore, 4’12’’.
  • Michel Gondry, Jöga, 1997, video, PAL, couleur, sonore, 3’24’’.

Renseignements : valentina.valentini@centrepompidou.fr

Qu’est-ce qu’une exposition ontographique? Vincent Normand

© Is it a duck ? Is it a rabbit ? Joseph Jastrow, Popular Science Monthly, 1899

Dans le cadre du cycle de rencontres qu’ils organisent, la Bibliothèque Kandinsky et le Centre national des arts plastiques ont le plaisir de vous inviter à la présentation de

VINCENT NORMAND

mercredi 8 octobre, à partir de 18h30 à la Bibliothèque Kandinsky

Qu’est-ce qu’une exposition ontographique ?

L’histoire des expositions fait actuellement l’objet d’un regain d’intérêt, dans un mouvement d’introspection sous-tendu par la spécialisation du rôle du commissaire d’exposition et la définition de sa fonction auteur. Le médium de l’exposition est cependant problématique à différents égards, symptomatique de divers processus d’institutionnalisation et des néo-positivismes que ceux-ci produisent. La recherche dont cette présentation rendra compte propose de considérer l’exposition comme un genre en soi, et d’en retracer la constitution historique en l’inscrivant d’une part dans l’histoire plus large du modernisme et d’autre part dans la matrice anthropologique de la modernité. À partir du médium de l’exposition, et à travers une sélection d’images et de diagrammes reconstituant quelques aspects de cette recherche, il s’agira de réinscrire l’espace de l’art dans une géographie des frontières conceptuelles et des lignes de partages que la modernité a simultanément imprimé dans le monde et naturalisé comme sol ontologique. Le médium de l’exposition peut être considéré comme un genre qui, du fait de son histoire institutionnelle (le musée), est constitué par la dialectique qui articule les opérations d’objectification aux processus de subjectivation, les sujets aux objets, et le discours des uns aux modes d’existence des autres. Le médium de l’exposition peut alors être décrit comme une « pratique de la limite » située à la charnière entre les fonds et les figures, consacré à la scénographie de leur séparation conceptuelle, politique et ontologique, mais où le clivage binaire que cette séparation implique est suspendu, rendu explicite, soumis à un processus de « dé-monstration », et transformé en un regard stéréoscopique sur sa construction historique. Cette scénographie de la limite, qu’on qualifiera d’ « ontographique », est une définition de l’exposition qui implique d’abandonner les histoires de l’art formalistes et les subjectivités artistiques comme principales ressources de légitimation de l’espace de l’art. En retour, elle permet de saisir les frontières et limites qui, dans leurs formes structurales présentes comme dans leurs ombres portées historiques, constituent les bordures ontologiques de cet espace, afin de situer le rôle de l’exposition dans la transformation de ses opérations conceptuelles et politiques.

Biographie : Vincent Normand est auteur et commissaire d’expositions. Ses projets d’expositions incluent Sinking Islands (Mexico City : LABOR, 2012), Fun Palace (Paris : Centre Pompidou, 2010) ainsi que le triptyque The Sirens’ Stage / Le Stade des Sirènes / Lo Stato delle sirene (Londres : David Roberts Art Foundation ; Paris : Fondation Kadist ; Rome : Fondazione Nomas, 2010). Il est co-auteur du film Contre-Histoire de la Séparation (avec Etienne Chambaud, 2010). De 2010 à 2012 il a co-édité la revue Criticism et co-dirigé le centre d’art Forde à Genève. Il co-dirige désormais le journal et plateforme de recherche Glass Bead (glass-bead.org), et enseigne à l’Ecole Cantonnale d’Art de Lausanne (ECAL). Sa recherche a notamment fait l’objet de conférences au Centre Pompidou (Paris), au Banff Center (Banff, Canada), à Artist’s Institute (New York), ou au Witte de With (Rotterdam). Il est par ailleurs membre de Synapse – International Curators Network au Haus der Kulturen der Welt, Berlin. Ses textes récents comprennent Echiquiers et Ronciers (in Pierre Huyghe, Paris : Centre Pompidou ; Cologne : Ludwig Museum ; Los Angeles : LACMA, 2013), The Unlimited Realm of the Limit: Objectivity and Schizophrenia (wdwreview.org) et In the Planetarium (in Art in the Anthropocene: Encounters Among Aesthetics, Politics, Environments and Epistemologies, Open Humanities Press, 2014, ed. Heather Davis and Etienne Turpin).

En 2013, il a bénéficié du soutien à la théorie et critique d’art du Centre national des arts plastiques pour son projet de recherche “The mute things speak to me”: géologie de l’exposition.

Entrée libre sur réservation obligatoire à reservation.bibliothequekandinsky@centrepompidou.fr

(une contremarque sera délivrée lors de la confirmation de réservation)

BIBLIOTHÈQUE KANDINSKY                                                            Centre Pompidou, niveau 3, 75004, Paris

 

Conférence Vidéo et après : la Vidéo à Vincennes, centre universitaire expérimental, 1969/1980

La Bibliothèque Kandinsky est associée au programme de recherche « Cinéma/vidéo, art et politique en France depuis 1968 : dispositifs, archives, numérique » dans le cadre du Labex Arts H2H.  Le Centre Pompidou propose ainsi plusieurs fois par an des séances dédiées aux vidéos conservées dans la collection du Musée national d’art moderne ou à des problématiques touchant à l’émergence de l’art vidéo. 


Videovincennes

 

 

 

Revues en ligne

 

Depuis Septembre 2014,  plusieurs revues en abonnement à la Bibliothèque Kandinsky sont désormais disponibles en version électronique en accès libre depuis un poste de travail du Centre Pompidou.

La version électronique de ces revues permet une recherche par mot dans l’ensemble du texte des articles parus ces dernières années.  Les articles sont disponibles au format PDF et sont également téléchargeables.

revues en ligne

Anabases d’Eric Baudelaire

Dans le cadre du cycle de rencontres mensuelles autour de livres et de recherches en théorie et critique d’art, soutenus par le CNAP, la BIBLIOTHEQUE KANDINSKY  du Musée national d’art moderne/CCI au Centre Pompidou  et le CENTRE NATIONAL DES ARTS PLASTIQUES (CNAP) accueillent le mercredi 24 septembre, à partir de 18h30 le lancement de :

ANABASES

Publié par Archive Books

L’occasion d’une discussion rythmée par l’idée de l’Anabase, où l’ouvrage prend sa source, qui permettra d’évoquer tour à tour les enjeux graphiques posés par cette monographie d’artiste, mais également les liens entre cinéma et littérature, ou plus spécifiquement la place de « l’espace littéraire » au cinéma.

En présence de :

Eric Baudelaire, artiste

Jean-Pierre Rehm, critique d’art et directeur du FIDMarseille

Jean-Marie Courant (Regular), designer graphique

Entrée libre sur réservation obligatoire à reservation.bibliothequekandinsky@centrepompidou.fr

(une contremarque sera délivrée lors de la confirmation de la réservation)

 BIBLIOTHEQUE KANDINSKY

Centre Pompidou, niveau 3,

75004 Paris

Ettore Sottsass

Grâce à la très belle donation consentie en juillet 2013 par  Madame Barbara Radice Sottsass, le Musée national d’art moderne – Centre de création industrielle conserve les archives du grand designer italien dont quelques pièces sont présentées actuellement dans les vitrines de la Bibliothèque Kandinsky. Alors que la collection du musée comportait déjà 431 pièces (dessins et objets), cette donation permet désormais de mettre à disposition des chercheurs et spécialistes du design des ensembles essentiels à la connaissance et à la compréhension du travail de l’artiste.

©Hervé Véronèse Centre Pompidou
©Hervé Véronèse Centre Pompidou
Les quelques 120 carnets de dessins et agendas contenus dans le fonds vont prochainement être numérisés, facilitant les recherches sur la gestation des projets de Sottsass en matière de design industriel, de céramiques, de mobiliers, de bijoux, d’architecture imaginaire… 10.000 photographies d’objets et de présentations pour des expositions des années 1950 à la fin de sa vie montrent également la diversité de sa production qui donna lieu à de multiples catalogues et articles de revues, déjà présents dans les collections de la Bibliothèque Kandinsky.  Par ailleurs, des années 1930 aux années 1950, alors qu’il était difficile de se procurer des livres illustrés, rares et chers, Ettore Sottsass a rassemblé et classé dans des boites diverses collections : cartes postales, illustrations découpées dans des magazines, ou prélevées sur des emballages d’objets, affiches politiques, touristiques, publicitaires… constituant un répertoire iconographique et typographique auquel il s’est référé tout au long de sa vie.   
©Hervé Véronèse Centre Pompidou
©Hervé Véronèse Centre Pompidou

Sa pratique systématique de la photographie se rapproche de cette même logique : 100.000 vues sous forme de négatifs et planches-contact ont ainsi été réalisées entre 1950 et 2007, classées et organisées par ses soins et ceux de ses assistants. Utilisée ainsi de manière systématique pendant un demi-siècle, la photographie constitue une sorte de carnet de notes, témoignage de ses voyages, de ses rencontres, des vernissages et autres évènements auxquels il participe. On accompagne ainsi ce voyageur infatigable dans tous les pays d’Europe, aux Etats-Unis, en Inde, au Yémen, au Japon, en Chine, au Vénézuela… on découvre un œil attentif aux paysages, aux détails architecturaux, aux enseignes, aux matériaux mais aussi aux hommes et femmes dont il réalise les portraits ou qu’il photographie au cours de performances, de manifestations etc… dans la revue Terrazzo qu’il contribue à fonder, Ettore Sottsass disposera d’une rubrique intitulée Travel notes dans laquelle il associe texte et photographies, montrant que le geste photographique est aussi pensé comme partie intégrante de son œuvre.

©Hervé Véronèse Centre Pompidou
©Hervé Véronèse Centre Pompidou

 

Ettore Sottsass fut aussi un collectionneur de livres, sa bibliothèque personnelle, riche de près de 6.000 ouvrages, comme ses textes manuscrits et certains dossiers de projets, font également partie de la donation consentie par Mme Barbara Radice Sottsass au profit du Centre Pompidou. Ces parties du fonds rejoindront la Bibliothèque Kandinsky dans les années à venir.     

 

Repères biographiques

14 sept. 1917   Naissance à Innsbrück

1939                     Diplôme d’architecture au Politecnico de Turin

 1946-1947     Démarre sa carrière d’architecte, participe au plan Marshall pour la reconstruction des villes de Savona et Novara

1956                     Voyage aux Etats-Unis où il travaille avec George Nelson, découvre le travail de Charles Eames et la peinture informelle de Pollock, De Kooning, Gorky. Voyage à San Juan, Porto Rico ; à Haiti ; à Cuba ; à Saint-Domingue et en Dominique.

1958                     Début de la collaboration avec Olivetti. Conçoit des machines à écrire, et calculatrices (« Elea 9003 » 1958, « Tekne 3 » 1958-1960, « Praxis 48 » 1962-1963, « Valentine » 1969). Il reçoit le Compasso d’oro en 1959 pour Elea 9003.

1961                     Voyage en Inde où les couleurs, les modes de vie et le rapport à la mort bouleversent sa vision du monde. (Inde à New Delhi, Khajurâho, Agra, Fatehpur Sikri, Amber, Jaipur, Gwalior, Mahabalipuram, Madras, Konarak, Bhubaneswar, Benares, Bhopal, Sanci, Bombay ; en Thailande à Bangkok ; sur l’Ile de Ceylan ; au Népal à Katmandou, Patan ; en Birmanie ; au Pakistan à Karachi).

 1962                     Se rend à Palo Alto en Californie aux États-Unis pour se faire soigner d’une grave maladie. Il y découvre les mouvements underground américains : la contestation étudiante, le Pop Art, la Beat Generation. De ses voyages, naissent les séries Céramiques des ténèbres (1963) et Céramiques des lumières (1964).

1976                     Exposition Ettore Sottsas Jr : de l’objet fini à la fin de l’objet, Centre Georges Pompidou – Centre de création industrielle, commissaire : François Burkhardt.

1981                     Fonde le groupe Memphis. Il obtient l’appui financier d’Ernesto Gismondi, patron d’Artémide, société italienne d’art de la table et de luminaires, l’assistance commerciale du magasin Godani et l’aide technique de l’ébéniste Renzo Brugola et s’entoure également de jeunes designers comme Matteo Thun, Aldo Cibic ou Michele De Lucchi et de Barbara Radice, journaliste et critique d’art qui prend la direction artistique du groupe. Il quittera Memphis en 1985. Fonde la société Sottsass Associati avec Marco Zanini et Aldo Cibic et se consacre à des travaux de design industriel et d’architecture pour des clients tels Apple, Phillips…

1987-1989             Réalise la maison Wolf, au Colorado, Etats-Unis.

1992                      Expose une collection de mobilier Memphis lors de l’exposition « Rovine » à la Design Gallery Milano, à Milan. Réalise la maison Yuko, à Tokyo, Japon.

1994                      Ettore Sottsass, rétrospective, Centre Georges Pompidou – MNAM-CCI, commissaire Marie-Laure Jousset.

[…] Imprégné des éléments de la vie quotidienne, issu de toute une série de fragments d’images, de souvenirs de voyages, de cultures exotiques, tout le travail de Sottsass donne l’idée d’un grand collage spatial. Sa démarche ne suit pas, en effet, des lois strictes de composition, et ses projets procèdent souvent de l’assemblage de formes archétypes et de figures simples, cylindres, sphères, carrés…, s’opposant dans l’esprit à tout processus rationnel. in Brigitte Fitoussi, Le Magazine, n°80, 15 mars-15 mai 1994.

2005                      Rétrospective au Musée d’Art moderne et contemporain de Trento et Rovereto, Italie. 

 31 déc. 2007  Décès à Milan.

L’Université d’été de la Bibliothèque Kandinsky

Située dans l’espace même du musée, l’Université d’été de la Bibliothèque Kandinsky prend la forme d’une succession d’ateliers de travail exclusivement arrimés aux sources primaires de la construction du savoir artistique : photographies, manuscrits (notes, rapports, questionnaires) et aux “sources des sources“ (périodiques, catalogues et dossiers documentaires, dossiers de presse).

L’Université d’été de la Bibliothèque Kandinsky s’adresse à un public transversal de jeunes historiens, historiens d’art, anthropologues, sociologues, étudiants conservateurs et artistes.

Leur participation les conduit à exposer l’état de leurs travaux, à les confronter aux différentes formes de documentation et à contribuer au débat critique autour de modes de production et de réception de l’histoire de l’art. Les séances de présentation de travaux alternent avec des ateliers d’écriture et avec les visites des réserves de musées, de dépôts d’archives ou d’ateliers d’artistes. L’Université d’été inclut la production d’une publication, reflet des débats et espace de consignation des contributions des chercheurs.

Le carnet de la BK

Le carnet de la Bibliothèque Kandinsky se veut un carnet de bibliothèque fédérateur des recherches transversales et du partage des savoirs spécialisés des documentalistes, conservateurs et boursiers du Musée National d’Art Moderne/Centre Pompidou, mais aussi des chercheurs extérieurs et artistes-chercheurs qui puisent dans les ressources documentaires de la Bibliothèque et qui contribuent à la mise en valeur de ses collections, dans des projets d’exposition et de recherche innovants. Il participe à l’enrichissment de la réflexion sur le statut des objets documentaires, les méthodes historiographiques et d’analyse et sur la mobilisation de l’outillage documentaire dans l’écriture de l’histoire de l’art moderne et contemporain. Il accompagne en même temps les différents projets scientifiques de partenariat avec le monde universitaire et leur donne une plateforme visible de valorisation et d’échange.

Magiciens de la terre, retour sur une exposition légendaire : quelques réflexions sur le titre d’une exposition commémorative.

Travailler sur l’histoire des expositions dans une institution dont le cœur d’activité consiste à en produire sans cesse de nouvelles est sans aucun doute une démarche intrigante. Travail sans fin qui suppose de se retourner sur les expositions passées, questionnant ainsi les pratiques curatoriales à l’œuvre, il est aussi pour l’archiviste une bonne occasion de revenir aux bases de sa pratique professionnelle. Ainsi se pencher sur une exposition passée en la qualifiant de « légendaire » a suscité quelques interrogations. En effet, alors que la légende constitue un « récit à caractère merveilleux où les faits historiques sont transformés par l’imagination populaire ou l’invention poétique »[i], l’impact mémoriel comme la matérialité des archives de l’exposition s’imposent à nous comme des faits réels, contribuant à construire autour de Magiciens de la terre (1989) un discours historique, contrepoint de la légende créée autour de cet évènement.

Magiciens de la terre, retour sur une exposition légendaire : séance de l'Université d'été organisée par la Bibliothèque Kandinsky, en présence d'Elio Montanari ©Hervé Véronèse Centre Pompidou
Magiciens de la terre, retour sur une exposition légendaire : séance de l’Université d’été organisée par la Bibliothèque Kandinsky, en présence d’Elio Montanari ©Hervé Véronèse Centre Pompidou

Sans doute l’invention poétique s’incarne-t-elle aux yeux du public d’aujourd’hui par l’œuvre imaginée par Sarkis à partir des photographies prises pendant l’exposition de 1989. Continuer la lecture de Magiciens de la terre, retour sur une exposition légendaire : quelques réflexions sur le titre d’une exposition commémorative.

Who’s that Guy?_a film by Marie de Brugerolle

À l’occasion de la sortie en DVD du film de Marie de Brugerolle, Who’s that Guy ?, aux éditions entre2prises, la Bibliothèque Kandinsky et le Centre national des arts plastiques (CNAP) vous invitent le mercredi 14 mai 2014 à partir de 18h30, à une série de discussions autour de l’œuvre de Guy de Cointet, sa contemporanéité, le rassemblement d’archives, la réalisation d’un film-portrait d’artiste.

WHO’S THAT GUY ?_a film by Marie de Brugerolle

En présence de :

Marie de Brugerolle (historienne de l’art et commissaire d’expositions)

Didier Schulmann (conservateur au Musée national d’art moderne/Bibliothèque Kandinsky)

Gérard Wajcman (écrivain, psychanalyste, directeur du Centre d’étude d’histoire et de théorie du regard)

Julien Bismuth (artiste, Brooklyn, NY)

Michael C. McMillen (artiste, Santa Monica, CA)

 

Lieu : Bibliothèque Kandinsky

mercredi 14 mai 2014
Centre Pompidou, niveau 3

75004 Paris

de 18 H 30 à 21 H

Martial Raysse. Deux ou trois pas dans les nuages

Enfant terrible de la côte niçoise, naturellement trempé en martialcolor et aux antennes de néon vibrant sur les ondes de swinging sixties, Martial Raysse sût instiller son « Hygiène de la vision » dans des assemblages hétéroclites connectés aux temps des Prisunics et à la société des loisirs, avec une pincée de mauvais goût. Il sera vite embarqué dans l’aventure des Nouveaux Réalistes à côté d’Arman et d’Yves Klein, imaginant une nouvelle géographie artistique étendue sur l’axe Los Angeles – Nice – Tokyo. Il y débarquera avec la même vivacité pour retrouver le milieu de Chelsea Hotel, pour côtoyer Virginia Dwan, Alexandre Iolas, Andy Warhol et Roy Lichtenstein. Désenchanté, il s’aventurera dans les espaces sidéraux du Grand Départ, parmi des formes en liberté, éléments nouveaux d’une exploration imaginaire syncrétique et poétique. Pour subir ensuite, en milieu du chemin, la révélation de la peinture avec la série Spelunca et pour y croire, aujourd’hui encore, dans les grandes kyrielles carnavalesques et populaires de la peinture à l’état sauvage.

En écho à la grande rétrospective qui lui est dédié par le Centre Pompidou, la Bibliothèque Kandinsky capture cette trajectoire remarquable d’un artiste qui a su expérimenter et se réinventer avec fougue et opiniâtreté. En filigrane, elle restitue ici à travers les regards de Jacqueline Hyde, Harry Shunk et János Kender, Jean-Yves Mock ou bien à travers les livres d’artiste édités par Claude Givaudan et Sergio Tosi, le parcours en couleurs fluo de Martial Raysse tout en évoquant quelques épisodes – charnière : du « Dylaby » de 1962 au Stedelijk Museum d’Amsterdam, à travers la Biennale de Venise de 1966 et jusqu’à la petite plaquette exquise quasi-anonyme de Riverside D tout seul Ankammon. Les archives personnelles, généreusement prêtées par Madame Brigitte Camelot viennent ponctuer de manière significative l’ensemble de cette présentation.

Archives de galeries d’art : état des lieux

La mise à jour de l’état des fonds de la Bibliothèque Kandinsky a  été engagé et  a permis à Emeline Jarret, boursière du Centre Pompidou pour l’année 2013, d’établir un bilan des archives de galeries déjà conservées.  Elle a ainsi pu dresser une liste et une cartographie de ces fonds soit dix-neuf ensembles :

  • Fonds Galerie Colette Allendy, 1946-1960
  • Fonds Galerie Arnaud, depuis 1951
  • Fonds Galerie Jeanne Bucher, depuis 1925
  • Fonds Galerie Charpentier, 1921-1968
  • Fonds Galerie Iris Clert, 1956-1971
  • Fonds Galerie Daniel Cordier, 1956-1964
  • Fonds Galerie Henriette Gomès, 1938-[1985]
  • Fonds Félix Marcilhac, depuis 1969
  • Fonds Galerie Arnaud Lefèbvre, depuis 1986
  • Fonds Galerie Percier, 1923- ?
  • Fonds Galerie Rive Gauche, 1945- ?
  • Fonds Léonce Rosenberg (L’Effort Moderne), 1910-1941
  • Fonds Paul Rosenberg, 1908-1940
  • Fonds Galerie Darthea Speyer, 1968-2010
  • Fonds Tarica, depuis 1951
  • Fonds Galerie Lara Vincy, depuis 1972
  • Fonds Librairie-Galerie Jean Fournier, depuis 1952
  • Fonds Librairie-Galerie La Hune, depuis 1944
  • Fonds Librairie-Galerie des Quatre Chemins, 1925- ?

On trouvera ci-dessous une première analyse de ces ensembles, rédigée par Emeline Jaret en janvier 2014.

« L’objectif principal de cette mission était de produire une fiche qui centralise toutes les informations relatives à chaque fonds d’archives et son producteur, divisant ce travail en deux étapes. Dans un premier temps, j’ai réalisé des recherches sur le producteur, les dates d’activités de la galerie avec, éventuellement, les différentes époques dues à plusieurs directeurs, dresser une liste des activités de la galerie, des artistes présentés sur ces cimaises, une chronologie des expositions organisées, etc. Ce travail de recherche s’est révélé être très inégal, en fonction des galeries concernées. Certaines sont très documentées, comme la galerie Daniel Cordier, la galerie L’Effort Moderne ou la librairie-galerie La Hune, et ont demandé des recherches relativement simples, n’obligeant qu’à un effort de synthèse. Mais le manque de documentation pour d’autres, a rendu l’écriture de leur histoire difficile et surtout lacunaire, laissant certaines périodes dans l’obscurité. Ainsi, comme en témoignent les points d’interrogation de notre liste, les dates d’activités, les successions de directeurs, une chronologie d’expositions, n’ont pas toujours pu être renseignés. C’est le cas pour les galeries Percier, Rive Gauche ou encore la librairie-galerie des Quatre-Chemins.

Dans un deuxième temps, les fonds d’archives ont fait l’objet d’une description, la fiche de fonds ayant pour mission de décrire son contenu et le traitement dont il a fait l’objet (catalogage, conditionnement, classement), de clarifier sa provenance, son mode d’acquisition, et définir son statut, son état et les instruments de recherche mis à disposition (inventaire, sources complémentaires, bibliographie) afin de déterminer ses conditions d’accès pour les chercheurs. A nouveau, les fonds sont très inégaux sur plusieurs points. L’habitude, jusqu’à une certaine époque, de diviser les documents par supports – les cartons étaient distribués aux dossiers d’artiste, les photographies et manuscrits reversés aux archives concernées, les imprimés intégrés aux collections de la bibliothèque sans précision systématique de leur provenance – à leur arrivée, m’a parfois obligée à reconstituer l’état originel du fonds. Chaque entrée de fonds donne lieu à un dossier administratif qui est plus ou moins fourni selon l’époque et le contexte de son arrivé à la Bibliothèque Kandinsky.  Celui-ci contient normalement une liste détaillée des documents compris dans le fonds, sinon il a été nécessaire de faire des recherches dans les réserves ou avec les outils documentaires, en collaboration avec les responsables de chaque support. Dans la majorité des cas, la provenance de tous les documents a pu être identifiée, plus ou moins difficilement. La clarification de la provenance et (du ou) des modes d’acquisitions n’a pas toujours été aisée non plus, la plupart des fonds étant issus de plusieurs phases d’arrivées (dons, donations, achats) et certains possèdent une histoire complexe – l’exemple le plus probant reste le Fonds Léonce Rosenberg, dont l’acquisition passent par de nombreux événements entre 1991 et 2008.

Issus d’histoires diverses, ces fonds présentent un contenu évidemment varié. Pour nous renseigner sur celui-ci, le dossier administratif est complété par le traitement réalisé à leur arrivée à la Bibliothèque Kandinsky. A nouveau, l’époque et le contexte d’arrivée des fonds à la bibliothèque a obligé à des différences de traitement : certains, traités dans leur intégralité ou partiellement, ont fait l’objet d’un inventaire détaillé, d’autres n’ont pas encore été traités (c’est-à-dire qu’ils ont été inventoriés sommairement et re-conditionnés dans des boîtes d’archives neutres, mais n’ont pas encore été catalogués). Pour tous les fonds, même ceux traités, je suis allée voir dans les boîtes afin de vérifier les contenus et d’en acquérir une vision d’ensemble. Cela de manière plus ou moins assidue selon l’importance des fonds, puisque si ce travail est rapide pour le Fonds Tarica, par exemple, qui est constitué de deux boîtes, il est moins évident pour le fonds de la galerie Charpentier qui renferme quelques 1075 boîtes de photographies, ou bien celui de la librairie-galerie Jean Fournier qui possède 76 boîtes d’archives, 64 périodiques et 417 imprimés. Ces différences quantitatives ne doivent pas être assimilées à des différences qualitatives. En effet, les « petits fonds » conservés à la Bibliothèque Kandinsky sont parfois la seule source d’information disponible dans une institution publique et documentant l’activité de certaines galeries : Colette Allendy, Henriette Gomès, Percier, Rive Gauche, Darthea Speyer, Tarica, Quatre Chemins.

La spécificité d’un fonds d’archives de galerie tient avant tout à son activité principale, le commerce de l’art. L’aspect financier, représentant la vie pratique de la galerie, est souvent le moins représenté dans les fonds d’archives de galerie, au détriment de son activité artistique (les expositions). Les galeries ont tendance à garder pour elles les documents renseignant sur son activité marchande ou sa vie pratique (factures, listes de prix, documents de vente, reçus, répertoire de clients), observant une pudeur compréhensible par rapport à l’argent. En faisant don de leurs archives, la majorité se limite à y intégrer des ensembles documentaires sur les artistes représentés et les expositions organisées. Il est évident que les pratiques artistiques des galeries ont une importance fondamentale pour l’histoire de l’art, mais certains documents relatifs à la vie pratique peuvent également fournir de précieux renseignements : factures, listes d’œuvres avec prix, bons de transport, demandes de prêts, reçus, permettent d’apprécier l’évolution de la cote d’un artiste et sa renommée, de reconstituer l’histoire et la provenance d’une œuvre, les expositions auxquelles elle a participées en dehors de la galerie. De même, les répertoires d’adresse restent souvent confidentiels alors qu’un sondage de ceux-ci permet de définir le réseau relationnel d’une galerie. Les fonds conservés à la Bibliothèque Kandinsky n’échappent pas à la règle car ils sont majoritairement partiels, à l’exception des galeries Iris Clert et La Hune, très complets, qui renferment des documents renseignant sur ces deux aspects de leur activité.

Un ensemble de documents communs peuvent être identifiés puisqu’ils sont récurrents dans les fonds de galerie : les cartons d’invitation, les catalogues d’expositions (tous deux  édités ou non par la galerie productrice du fonds), les livres d’or, la correspondance, les listes d’œuvres, le press-book constitué par la galerie et rassemblant des coupures de presse autour du carton d’invitation à l’exposition mentionnée ; du côté des photographies, les reproductions d’œuvres, les reportages photographiques de vernissages ou d’événements, les vues d’accrochages, et parfois des portraits d’artistes et de proches du galeristes. S’ajoutent à ces documents, pour les galeries se doublant d’une activité de libraires et/ou éditeurs de livres d’art ou d’une revue : des catalogues d’éditions et de livres vendus par la galerie, des exemplaires de revues et leurs maquettes, de manuscrits.

Le corpus des dix-neuf fonds de galeries de la Bibliothèque Kandinsky couvre une période de cent ans, de 1908 à 2008 – correspondant aux dates d’ouverture de la galerie de Paul Rosenberg et de la fin d’activité de la galerie Darthea Speyer. Il fournit une vision assez complète des différentes typologies de galerie, ainsi que de l’évolution de son espace comme  du métier de galeriste. Ainsi, huit fonds représentent des galeries ouvertes avant la Seconde Guerre Mondiale – dont la plupart subsistent bien après la guerre, malgré des périodes d’interruption de leur activité –, sept s’ouvrent dans l’immédiat après-guerre – pendant une époque fructueuse de renouvellement du marché de l’art – et trois sont les témoins d’un autre type de galeries, plus contemporain, qui débutent à partir du début des années 1970. Outre la nécessité de compléter les deux premières périodes historiques, en alimentant les fonds déjà existants ou bien par l’apport de nouveaux fonds de galeries qui ont marqué le siècle, il devient indispensable de développer la part des fonds de galeries actives dans le dernier tiers du XXème siècle, tel que le fonds de la galerie Arnaud Lefèbvre. L’une des pistes à explorer pour de nouvelles acquisitions serait sans doute de choisir des galeries ayant représenté des artistes présents dans les collections, afin d’offrir la possibilité de croiser les ressources documentaires. Par exemple, dans les fonds d’archives d’artistes contemporains, les dossiers concernant des expositions sont le plus souvent les moins bien fournis, la plupart des documents étant conservés dans les fonds des organisateurs de ces expositions (c’est le cas, par exemple, du Fonds Philippe Thomas).     

L’histoire des galeries d’art en France reste aujourd’hui cruellement lacunaire. Si notre époque se penche sur l’historiographie de l’histoire de l’art, ou encore l’histoire des expositions qui tend à se constituer en discipline à part entière, l’histoire du marché de l’art et des galeries restent pour l’instant oubliée. A côté des nombreuses monographies dédiées aux grandes figures de marchands des XIXème et XXème siècles et des essais sociologiques analysant les processus du marché, une histoire générale des galeries d’art manque et peu de travaux universitaires osent se pencher sur la question, à l’exception de la récente thèse de Julie Verlaine[1]. Elle constitue pourtant l’un des pans essentiels de l’histoire de l’art, en particulier jusque dans les années 1960 quand la galerie constitue un centre de diffusion de l’art, un foyer et un lieu de rencontres indispensable pour les critiques, les écrivains et les artistes qui y partagent leurs idées. Les fonds d’archives de galeries fourmillent d’informations essentielles sur la vie artistique de leur époque, s’attachant parfois plus précisément à l’œuvre de tel artiste, en devenant complémentaire des fonds d’artistes, de critiques, d’institutions, avec lesquels il est nécessaire de comparer les documents pour obtenir une vue d’ensemble de la vie d’une œuvre (sa création, ses expositions, ses commentaires, etc.). Il n’existe aujourd’hui aucun centre de documentation sur l’histoire des galeries en France, et la centralisation de ces dix-neuf fonds d’archives à la Bibliothèque Kandinsky permet de pallier partiellement à ce manque. »

 


[1] Julie Verlaine, Les Galeries d’art contemporain à Paris : une histoire culturelle du marché de l’art, 1944-1970, Paris, Publications de la Sorbonne, 2012 [cote BK : IN-8 26009].

Hommage à Jacqueline Hyde (1922-2013)

Photographe d’œuvres d’art, c’est d’abord à la revue Future que  Jacqueline Hyde se formera à la prise de vue et au tirage noir et blanc. Jeune femme de 25 ans, née allemande sous le nom de Hilde Heilbronner,  vétéran de  la Royal Air Force où elle servit entre 1940 et 1945 après avoir pris la nationalité britannique, Jacqueline Hyde s’oriente vers une carrière de photographe sur les conseils insistants de sa mère qui la présentera au photographe Georges de Miré puis à Paul Facchetti. Elle poursuit sa formation en photographiant de nombreuses œuvres du Louvre pour le compte de ce dernier puis pour une maison d’édition anglaise qui a le projet de faire paraître un livre de René Huyghe.

En 1949, Jacqueline Hyde devient photographe indépendante spécialisée dans la reproduction d’œuvres d’art. Elle commence alors une carrière fructueuse et collabore avec des acteurs majeurs du monde de l’art parisien notamment Jean Hugues fondateur de la Galerie Le Point Cardinal, les galeristes Alexandre Iolas, Iris Clert, Jean Fournier mais aussi l’artiste Max Ernst ou encore madame Gruner-Schlumberger créatrice de la Fondation des Treilles. Tout au long de sa carrière elle aura contribué à l’iconographie d’une cinquantaine d’ouvrages dédiés à l’art, établit l’inventaire photographique de collections privées ou participé à l’élaboration du catalogue de nombreuses galeries.

En 2012, Jacqueline Hyde a souhaité donner son fonds photographique au Centre Pompidou  où il est maintenant  conservé dans les collections de la Bibliothèque Kandinsky. Ce formidable corpus de plus de 4000 clichés constitue, pour les chercheurs, une source à part entière de l’art moderne et contemporain  qui « contribuera sans conteste, comme l’a souligné le Président Alain Seban,  à renouveler et à enrichir l’écriture de cette histoire ».

Le carnet de recherche de la Bibliothèque Kandinsky, Musée National d'Art Moderne, Centre Pompidou, Paris