Walker Evans. The magazine work

Au fil des ans, David Campany a rassemblé tous les numéros du magazine Fortune contenant des photographies de Walker Evans. L’ensemble vient d’être acheté par la Bibliothèque Kandinsky. Certains numéros sont visibles dans l’exposition Walker Evans présentée au Centre Pompidou jusqu’au 14 août 2017.
Pour accompagner cette prestigieuse acquisition, nous venons d’acquérir l’ouvrage publié par David Campany chez Steidl en 2014, qui documente cet aspect moins connu mais très représentatif de l’œuvre du photographe américain.

On y apprend que Walker Evans a travaillé pour le luxueux magazine économique pendant vingt ans. Après quelques travaux comme collaborateur en 1934, il rejoint l’équipe comme photographe en 1945. Dès 1948 il occupe le poste de «Special Photographic Editor», où il jouit d’une très grande autonomie pour les dix-sept années suivantes. Dans ses articles, une fois la proposition acceptée, il est libre dans le traitement des sujets : il fait ses propres photos, les met en pages, choisit la typo, écrit ses propres textes, rédige les légendes. Il a aussi une fonction de conseil aux autres photographes et en ce qui concerne la maquette.

Dans la lignée d’Atget et de Sanders, son œuvre photographique consiste en une étude la société. Il compile les images de la culture vernaculaire américaine, avec en creux le vide spirituel de la société de consommation. De Sanders il retient aussi la nécessité de faire un usage intelligent de la photographie. La photographie est une image reproductible. Le contexte, la manière dont elle est diffusée ont une importance décisive. La mise en page, l’association d’images, la succession des articles dans une revue font sens. La contextualisation de l’image participe non seulement de sa signification mais de son rôle social.

Walker Evans rejette la photographie commerciale. Il en refuse le caractère spectaculaire ou sentimental en vogue à l’époque dans les magazines destinés « aux masses intoxiquées au consumérisme et au divertissement ». Son style est sobre, il lui vient de Flaubert : c’est le réalisme, le naturalisme, l’objectivité. Sa photographie sans ornement traite le sujet avec clarté.
C’est cette exigence qui convainc la hiérarchie de Fortune de lui laisser toute latitude. Paradoxalement, travailler à plein temps pour un magazine lui aura permis de diffuser son œuvre et d’en contrôler la diffusion, d’être en somme son propre éditeur.

Dans la collection de la BK, les numéros de Fortune viennent s’ajouter à l’exemplaire d’American Photographs, catalogue de l’exposition Walker Evans au Moma en 1938, entré par donation en 2013 avec la bibliothèque d’Ettore Sottsass.