Les Bulletins de musées à la Bibliothèque Kandinsky

Les Bulletins de musées font état de l’activité d’un musée, d’une galerie, d’une académie ou d’un centre d’art. Les contenus sont de natures diverses et pour bon nombre d’entre eux, il est souvent question de beaux-arts au sens académique : architecture, peinture, sculpture, objets anciens… Ils annoncent les expositions, font part des acquisitions lesquelles sont souvent assorties d’une notice, quelquefois d’articles sur les sujets remarquables de leurs fonds. On y trouve aussi des informations autour de donations, de restaurations d’œuvres ou de bâtiments, du budget de l’institution parfois ; des informations précieuses pour qui s’intéresse à la vie des musées.

Ils prennent des formes variées : bulletins, newsletters, calendriers, et quelquefois revues. Ils sont souvent accompagnés à la fin de chaque année d’un rapport d’activités. Une de leur spécificité c’est d’être imprimé à un petit nombre d’exemplaires et distribués à titre gracieux dans un circuit fermé, spécificité qui les assimile un peu à une sorte de littérature grise. Ils sont de ce fait rarement sur le marché et par là même introuvables.

Les Bulletins de musées sont entrés au musée à partir de 1975 ; dans un premier temps au CNAC rue Berryer et ensuite au MNAM. Le fonds s’est constitué au départ avec les grandes expositions du début du Centre : Paris-Berlin, Moscou etc.. et grâce aussi à la grande proximité du CCI avec les pays de l’Est. Pour les autres, leur intégration s’est faite grâce aux échanges ou grâce aux contacts que la conservation avait noués avec les musées étrangers.

La collection comprend actuellement 750 titres, c’est un fonds international, l’Europe et l’Amérique du Nord forment le plus gros de la collection. Le Japon est bien représenté, l’Amérique du Sud, la Russie et l’Asie le sont moins.

C’est une collection dont on parle peu, qui n’a pas une grande visibilité, qui est peu sollicitée et consultée ce qui lui confère un caractère confidentiel. Un certain nombre de titres ont été publiés à une époque où les grandes capitales européennes n’avaient pas encore de musées dédiés spécifiquement à l’art moderne et contemporain ce qui explique que leur contenu traite de périodes historiques parfois fort éloignées de la nôtre. La part qui peut concerner les chercheurs de la BK y est mince et cependant unique. Ces bulletins font souvent mention d’acquisitions récentes concernant de grands artistes ou d’œuvres majeures du 20e s. accompagnés de textes et d’analyses pour certains non négligeables (MOMA, Kunsthaus Zürich dont récemment des exemplaires ont été exposés pour l’exposition Cy Twombly). Ces textes sont souvent accompagnés de tirages photographiques témoignant ainsi de l’esprit de l’époque accentuant le caractère historique notamment pour les collections 1930-1980.

Il est à noter que depuis plusieurs années, la collection est très peu alimentée du fait de l’internet et des nouveaux modes de diffusion, des échanges plus sélectifs et moins nombreux. Les sites des musées se limitent essentiellement à des informations pratiques autour de leurs actualités.

Cette collection cohérente commencée à l’époque du CNAC, qui s’est enrichie jusqu’à aujourd’hui reste une source importante de la vie des institutions d’une époque dans leurs contenus et leur matérialité se déclinant du feuillet à la revue voir à un livre. Un certain nombre de bibliothèques françaises possèdent des collections de bulletins de musées plus ou moins complètes provenant pour la plupart de musées français et européens.

La bibliothèque Kandinsky est la seule à posséder une telle collection internationale conçue à partir de 1975, ce fonds est unique en France. Le bulletin de musée reste un témoignage important dans l’histoire de l’art, gageons qu’il sera étudié de près à l’avenir au vu de son caractère singulier et vernaculaire.

 

Université d’été, jour 8

Séance au Musée national d’art moderne/ Centre Pompidou

9.30 – 9.50 Damien Airault, « L’objet trouvé ». Contre-histoire de l’exposition qui va du cabinet de curiosité jusqu’à l’exposition Science-fiction d’Harald Szeemann » 9.50 – 10.10 Rémi de Raphélis, Rêver et réinventer la collection au tournant du XXe siècle. Les exemples d’A rebours, Monsieur de Phocas et Locus Solus. 10.10 – 10.30 Daphné Carolus

11.00 Atelier de travail avec le Felicity Bodenstein, Benoît de l’Estoile, Dominique Poulot, Laurella Rinçon 13.00 Pause déjeuner

Remise du Journal de l’Université d’été de la Bibliothèque Kandinsky, n° 4

18.30 Bénédicte Savoy, conférence de clôture, Bibliothèque Kandinsky, séance ouverte au public

Université d’été, jour 7

Séance au Musée national d’art moderne/ Centre Pompidou. Modération Scarlett Reliquet

9.30 – 9.50 Adriana De Angelis, « Ex Mira Lanza: the New Street Art museum that is revoluzionizing the very concept of Art Collection in Rome » 9.50 – 10.10 Maria Mikaelyan, “DISSONANT MEMORIES IN THE POST-SOVIET SPACE: COMPARATIVE ANALYSIS OF NEWLY ESTABLISHED MUSEUMS OF POLITICAL HISTORY IN THE POST-SOVIET COUNTRIES (1991-2016)” 10.10 – 10.30 Daphné Biiga Nwanak, « Jérôme BEL. Propositions pour une muséologie des arts performatifs et contemporains »

11.30 Atelier de travail avec Julie Verlaine, « Marché(s), collection(s), musée(s) : une approche d’histoire sociale et culturelle »

13.00 Pause déjeuner

14.00 Atelier publication avec Marietta Eugster

18.30 Clémentine Deliss, « Comment conceptualiser un musée universitaire et transformer les réserves des musées ethnologiques en sites de recherche transdisciplinaires et trans-culturels? », Bibliothèque Kandinsky, séance ouverte au public

Clémentine Deliss

La Bibliothèque Kandinsky du Musée national d’art moderne/CCI, Centre Pompidou est heureuse de vous inviter à la conférence de Clémentine Deliss « Comment conceptualiser un musée universitaire et transformer les réserves des musées ethnologiques en sites de recherche trans-disciplinaires et trans-culturels? » Cette présentation se déroule dans le cadre de l’Université d’été de la Bibliothèque Kandinsky qui, pour sa quatrième édition du 5 au 13 juillet 2017, étudiera un des lieux les plus complexes du débat muséologique actuel : l’histoire stratifiée des collections consacrées à l’art du temps présent et leurs modalités d’ancrage dans l’espace muséal.

Mercredi 12 juillet 2017, à partir de 18h30

Bibliothèque Kandinsky

Centre Pompidou

Niveau 3

Entrée libre sur réservation à : reservation.bibliothequekandinsky@centrepompidou.fr

Clémentine Deliss est curatrice et historienne culturelle. Elle a étudié l’art contemporain et l’anthropologie à Vienne, Paris et Londres, et a soutenu un doctorat à SOAS, School of Oriental and African Studies, Université de Londres. En 2015-2016, elle a été Senior Curator de la Fondation IDeA en Arménie, où elle est à l’origine du « Dilijan Arts Observatory » dans l’ancienne usine électrique “Impuls”. De 2010 à 2015, elle a dirigé le Weltkulturen Museum à Frankfort, développant un nouveau laboratoire de recherche avec lequel réactiver les collections ethnographiques. Elle travaille actuellement à une réflexion autour du futur du musée global en Asie du Sud-Est et elle est co-commissaire d’une exposition pour la Galerie nationale, Hamburger Bahnhof à Berlin.

 

Université d’été, jour 6

Séance au Musée national d’art moderne/ Centre Pompidou

9.30 – 10.10 Lydie Delahaye, « Le film sur l’art. Exposer et cataloguer les oeuvres d’art » – répondante Natalia Klanchar sur la collection de films sur l’art de la Bibliothèque Kandinsky 10.10 – 10.30 Artur Matuck, « A Proposal for Collecting, Theorizing and Exhibiting Pioneering Telewriting Events » 10.30 – 10.50 Maud Maffei, « QU’EST-CE Q’UN MUSÉE? DE L’ÂGE ÉLECTRONIQUE À L’ÂGE NUMÉRIQUE: UNE APPROCHE DE ROBERT SMITHSON, CINQUANTE ANS APRÈS »

11.30 Atelier de travail avec Christine van Assche, Marcella Lista et Yekhan Pinarligil sur les collections nouveaux médias du Mnam

13.00 Pause déjeuner

14.00 Atelier publication avec Marietta Eugster, Bibliothèque Kandinsky

Université d’été, jour 5

Séance au Département de la Photographie, Médiathèque de l’architecture et du patrimoine, Fort de St.Cyr avec Anne Cock et Bruno Martin

10.00 Café au Fort 10.30-12.45, présentation des collections de la Médiathèque du Patrimoine par Anne Cock et Bruno Martin

13.00 Déjeuner sur place

14.15-15.15 Valérie Juilliard et Chloé Goualc’h, présentation des collections photographiques de la Bibliothèque Kandinsky 15.50 – 16.10 Rafał Lewandowski, « Jerzy Lewczyński Archive as a heterotopic Museum of Private Imagination » 16.10 – 16.30 Julie Dudragne, « Cartes postales et reproductions d’oeuvres d’art : d’un butin modeste aux échanges épisto-graphiques, l’art comme acte de piraterie économique ? »

Université d’été, jour 4

Séance au Musée national d’art moderne/ Centre Pompidou, modération Sara Martinetti et Mica Gherghescu

9.30 – 9.50 Christina Rudoski, « the significance, relevance and theoretical implications of exhibiting these micro-collections as physical objects and as digital representations in relation to each artist’s larger life-work. » 9.50 – 10.10 Caterina Caputo, Surrealist art collections, « Surrealists’ collections: Roland Penrose et ELT Mesens collection, a historical comparison » 10.10 – 10.30 Natasa Ivanovic, « Music’s collection of primary sources – beginning of a great story? » 10.30 – 10.50 Francesco Guzzetti, « Musealizing the anti-Museum Art. Cases in Arte Povera and Conceptual Art »

11.00 -12.00 Sara Martinetti – retour sur Seth Siegelaub

13.00 Pause déjeuner

14. 00 Atelier publication avec Marietta Eugster

Université d’été, jour 3

Séance aux Archives Nationales – Pierrefitte-sur-Seine: Archives des Musées nationaux avec Clothilde Roullier et Pascal Riviale

10.00 – 12.00 Clothilde Roullier et Pascal Riviale – Archives des Musée nationaux – présentation des collections

13.00 Pause déjeuner

14.00 – 14.20 Victor Vanoosten, « Aux origines de la collection du Musée d’Art Contemporain de Dunkerque, un nouveau mode de fondation des institutions culturelles » 14.20- 14.40 Marianna Charitonidou, « Artefactual Value and Virtual Archives: the Digital Curator vis-à-vis the Plurality of Entry Points” 14.40 – 15.00 Adiva Lawrence, « The Living Archives of the 3rd Bahia Biennial as Ephemeral Collecting with Decolonial Potential »

15.30 – 16.30 visite avec Clothilde Roullier de l’exposition « Un art d’état »

18.30 Présentation recherche Yaël Kreplak dans le cadre du Cycle Cnap-BK, « En finir avec la boîte noire. Une ethnographie de la conservation de l’art contemporain au MNAM », Bibliothèque Kandinsky, séance ouverte au public

Université d’été, jour 3, séance spéciale avec Yaël KREPLAK

« En finir avec la boîte noire. Une ethnographie de la conservation de l’art contemporain au MNAM ».

Le Centre national des arts plastiques (Cnap) et la Bibliothèque Kandinsky du Musée national d’art moderne/CCI, Centre Pompidou sont heureux de vous inviter à la conférence de Yaël Kreplak « En finir avec la boîte noire. Une ethnographie de la conservation de l’art contemporain au MNAM ». Cette présentation se déroule dans le cadre de l’Université d’été de la Bibliothèque Kandinsky qui, pour sa quatrième édition du 5 au 13 juillet 2017, étudiera un des lieux les plus complexes du débat muséologique actuel : l’histoire stratifiée des collections consacrées à l’art du temps présent et leurs modalités d’ancrage dans l’espace muséal.

Vendredi 7 juillet 2017, à partir de 18h30

Bibliothèque Kandinsky, Centre Pompidou, Niveau 3

Entrée libre sur réservation à : reservation.bibliothequekandinsky@centrepompidou.fr

« En somme, votre travail, c’est de faire fonctionner les œuvres dans les pires conditions imaginables, c’est-à-dire dans un musée » : ce constat, énoncé par Nelson Goodman au colloque annuel de l’Association des musées américains (1991, p. 76), n’invite pas (nécessairement) à une critique de l’institution muséale, telle qu’elle a pu être prise en charge par les Museum Studies ou la critique institutionnelle. Il offre (aussi) une incitation positive à étudier ces « conditions de fonctionnement », démarche qui semble d’autant plus nécessaire pour l’art contemporain, dont les œuvres s’emploient à « dé-définir » un ensemble de propriétés institutionnalisées (l’unicité, la permanence, l’artefactualité…). Mais si l’idée d’une dé-définition de l’art s’est avérée productive pour rendre compte de la diversification des pratiques des artistes, elle ne s’est pas encore suffisamment accompagnée de ce qui semble être son corollaire, à savoir une redéfinition des pratiques des autres acteurs de l’art contemporain – et notamment de ceux qui agissent, au quotidien, avec et sur les œuvres. Sous cet angle, l’institution muséale devient ainsi un terrain d’enquête où observer comment se négocient et se déterminent, continûment et collectivement, dans le cours du travail ordinaire, les propriétés des œuvres.

C’est au développement de cette perspective que s’emploie, depuis 2014, Yaël Kreplak, en travaillant sur un cas particulier : la gestion des collections contemporaines au Musée national d’art moderne (MNAM). Dans cette conférence, elle présentera quelques-uns des matériaux recueillis à l’occasion de cette ethnographie des activités liées à la conservation, la mise en exposition, la restauration, la documentation, le stockage et la régie de quelques œuvres des collections. En prenant appui sur ces données et matériaux empiriques, il s’agira de creuser la perspective d’une écologie de l’art, qui cherche à ouvrir la réflexion sur l’art et les œuvres à l’analyse des pratiques, des milieux et des collectifs dont ils sont solidaires, dans une démarche proprement interdisciplinaire.

Yaël Kreplak est chercheuse associée au CEMS-IMM (EHESS, Paris) et actuellement post-doctorante à la Fondation des sciences du patrimoine (Labex Patrima). Fondés sur des enquêtes ethnographiques réalisées dans des institutions artistiques, muséales et patrimoniales (Villa Arson, Musée national d’art moderne, Archives nationales), ses travaux visent à élaborer une approche praxéologique de l’art, ancrée dans la description des pratiques ordinaires de mise en exposition, de conservation, de restauration et de documentation. En mobilisant les apports de l’ethnométhodologie, de l’analyse de l’action située et de l’esthétique pragmatiste, ses recherches défendent une approche descriptive des pratiques sociales situées qui font les œuvres.

Depuis 2015, elle développe le projet de recherche interdisciplinaire Écologie des collections. Nouvelles perspectives sur les pratiques muséales, en collaboration avec Tiziana Beltrame et Frédéric Keck, avec le soutien du Labex CAP. Elle a récemment rejoint le groupe de recherche « Art et artefactualité » développé à l’École supérieure d’art d’Avignon.

Yaël Kreplak a reçu, en 2016, un soutien à la théorie et critique d’art du Cnap pour une recherche intitulée « Vers une écologie de l’art. Une ethnographie du MNAM ».

 

www.centrepompidou.fr/

www.cnap.fr/

Université d’été, jour 2

Séance au Ministère de l’Europe et des Affaires étrangères – Direction des Archives: Archives de la Récupération artistique avec Sébastien Chauffour

10.00 Sébastien Chauffour: Descriptions de collections privées 19e-20e; réclamation de spolié à la CRA, d’une description par l’ERR (listing Coblence), par la CRA (fiches), par le BCR (RBS), et maintenant par Rose Valland avec les fiches originelles du Jeu de Paume

13.00 Pause déjeuner

14.00 Rencontre et échanges autour des archives de la récupération artistique: Centre des archives diplomatiques – programme ici

Université d’été, jour 1

Ouverture de l’Université d’été de la Bibliothèque Kandinsky

9.00 Petit déjeuner d’accueil

0.00 Ouverture en présence de Bernard Blistène, directeur du Musée national d’art moderne, Centre Pompidou et Introduction par l’équipe scientifique du projet

10.30 Présentation des participants et de leurs projets de recherche

11.30 Présentation du projet « Exposer l’histoire d’une collection »: Nicolas LiucciGoutnikov, Christian Briend, Alice Thomine, Scarlett Reliquet, Camille Morando, Laurent Cazes et Diane Toubert

13.00 Pause déjeuner

14.30 – 16.30 Visite de la documentation du Musée d’Orsay – avec Lionel Britten

17.30 Atelier d’écriture et publication, Bibliothèque Kandinsky. Avec Marietta Eugster Présentation du projet pour le n° 4 du Journal de l’Université d’été

Université d’été de la Bibliothèque Kandinsky, 4e édition

« Les sources au travail.
Collections d’art et musées à l’épreuve du temps présent » 
5 au 13 juillet 2017

L’Université d’été de la Bibliothèque Kandinsky est un programme du Centre Pompidou qui se déroule dans l’espace public du musée. Elle a pour objet les sources de l’art moderne et contemporain : archives, documentation écrite, photographique ou filmique, témoignages, mais aussi d’autres formes d’appropriation artistique de la production documentaire.

Initiative interdisciplinaire, l’Université d’été de la Bibliothèque Kandinsky réunit de jeunes chercheur.e.s : historiens et historiens de l’art, anthropologues et sociologues, artistes, critiques, commissaires d’expositions, qui partagent un travail collectif sur les sources. Implantée dans l’espace du musée, la table-vitrine de l’Université d’été sert à la fois comme table de montage et d’exposition des éléments documentaires. Elle recueille fac-similés, reproductions, sources archivistiques et documentaires proposées ou évoquées au cours des séances. Plusieurs ateliers d’écriture rythment le parcours de l’Université d’été. Des visites dans des lieux dépositaires de sources primaires émailleront les journées de travail. Le numéro quatre du « Journal de l’Université d’été de la Bibliothèque Kandinsky » sera tout à la fois un recueil de sources et une création graphique collective qui reflètera les débats poursuivis pendant les séances de travail.

Avec le soutien du Laboratoire d’Excellence Création, Arts, Patrimoines.
Avec le concours du Centre national des arts plastiques, des Archives diplomatiques , des Archives Nationales et de la Médiathèque du Patrimoine

Walker Evans. The magazine work

Au fil des ans, David Campany a rassemblé tous les numéros du magazine Fortune contenant des photographies de Walker Evans. L’ensemble vient d’être acheté par la Bibliothèque Kandinsky. Certains numéros sont visibles dans l’exposition Walker Evans présentée au Centre Pompidou jusqu’au 14 août 2017.
Pour accompagner cette prestigieuse acquisition, nous venons d’acquérir l’ouvrage publié par David Campany chez Steidl en 2014, qui documente cet aspect moins connu mais très représentatif de l’œuvre du photographe américain.

On y apprend que Walker Evans a travaillé pour le luxueux magazine économique pendant vingt ans. Après quelques travaux comme collaborateur en 1934, il rejoint l’équipe comme photographe en 1945. Dès 1948 il occupe le poste de «Special Photographic Editor», où il jouit d’une très grande autonomie pour les dix-sept années suivantes. Dans ses articles, une fois la proposition acceptée, il est libre dans le traitement des sujets : il fait ses propres photos, les met en pages, choisit la typo, écrit ses propres textes, rédige les légendes. Il a aussi une fonction de conseil aux autres photographes et en ce qui concerne la maquette.

Dans la lignée d’Atget et de Sanders, son œuvre photographique consiste en une étude la société. Il compile les images de la culture vernaculaire américaine, avec en creux le vide spirituel de la société de consommation. De Sanders il retient aussi la nécessité de faire un usage intelligent de la photographie. La photographie est une image reproductible. Le contexte, la manière dont elle est diffusée ont une importance décisive. La mise en page, l’association d’images, la succession des articles dans une revue font sens. La contextualisation de l’image participe non seulement de sa signification mais de son rôle social.

Walker Evans rejette la photographie commerciale. Il en refuse le caractère spectaculaire ou sentimental en vogue à l’époque dans les magazines destinés « aux masses intoxiquées au consumérisme et au divertissement ». Son style est sobre, il lui vient de Flaubert : c’est le réalisme, le naturalisme, l’objectivité. Sa photographie sans ornement traite le sujet avec clarté.
C’est cette exigence qui convainc la hiérarchie de Fortune de lui laisser toute latitude. Paradoxalement, travailler à plein temps pour un magazine lui aura permis de diffuser son œuvre et d’en contrôler la diffusion, d’être en somme son propre éditeur.

Dans la collection de la BK, les numéros de Fortune viennent s’ajouter à l’exemplaire d’American Photographs, catalogue de l’exposition Walker Evans au Moma en 1938, entré par donation en 2013 avec la bibliothèque d’Ettore Sottsass.