Cinéplastique – L’age d’or du film sur l’art

Paul Haesaerts, Visite à Picasso © Centre Pompidou, Mnam-Cci, Bibliothèque Kandinsky, Fonds Audiovisuel

Dans les années 1940–1950, le fort développement du film documentaire sur l’art permet de populariser les Beaux-Arts. Ce geste politique possède une double fonction: accomplir un projet humaniste d’éducation par la culture; prolonger la guerre entre Etats par un autre moyen, celui de la culture.

François Campaux, Matisse, 1945-1946, noir et blanc, sonore, 22’      La caméra suit le processus créateur geste par geste et l’œuvre se crée sous le regard du spectateur pendant la fameuse séquence du ralenti. On peut ainsi ressentir jusqu’aux doutes, aux hésitations et aux repentirs de l’artiste.

Paul Haesaerts, Visite à Picasso, 1950, noir et blanc, sonore, 20’18 »   Réalisé en 1949, où la vie du peintre est portée à l’écran au moyen d’un ingénieux système permettant de suivre la gestualité et les mouvements de l’artiste aux prises avec la naissance d’une œuvre. Picasso y peint derrière une vitre dont la transparence nous permet d’observer l’évolution de sa composition.

Hans Namuth, Jackson Pollock 51, 1951, couleur sonore, 09’33’’             Le film reprend le système de visionnage à travers la vitre qui cette fois est placée au sol afin de respecter la technique du dripping de l’artiste qui plaçait ses toiles au sol au moment de les peindre. Chaque hésitation devient visible pour le spectateur : après une première tentative sur verre l’artiste insatisfait efface son tableau pour en recommencer un autre.

Luciano Emmer, Picasso, 1954, couleur, sonore, 43’20’’  (extrait)
Pendant que la caméra explore l’univers figuratif de Picasso, les commentaires en voix-off (écrits partiellement par le peintre Guttuso et dits par Jean Davy) analysent dans les détails les vues sur les œuvres tout en racontant la vie, les influences et les évolutions artistiques de Picasso. Les scènes finales montrent l’artiste au travail, images authentiques pour les futures générations.

 

Séance 1 – Populariser les Beaux-Arts

Samedi 4 mars, 11h15, Cinéma 2, Entrée Libre

 

« Cinéplastique » est un cycle de séances pédagogiques portant sur un cursus d’enseignement à la croisée de l’histoire de l’art et des images animées, conçu en partenariat avec l’Université Paris-Sorbonne. Arnaud Maillet, maître de conférences, présente et commente les films et vidéos issus des collections du Centre Pompidou. Conseilleurs à la programmation: Isabelle Daire, Natalia Klanchar, Etienne Sandrin, service des Collections Films, Bibliothèque Kandinsky et Nouveaux-Médias

Marcel Duchamp, une paresse politique ?

© Claire Fontaine, Arbeit Macht Kapital, 2004, Néon, verre et cadre métallique courtesy of the artist

En dehors de l’usine. L’operaismo des artistes, des architectes et des designers

Un cycle de rencontres proposées par Jacopo Galimberti, directeur de Programme au Collège International de Philosophie

Séance 2

Marcel Duchamp, une paresse politique ?

avec Maurizio Lazzarato et Claire Fontaine

Jeudi, 16 février, à partir de 18h30

Bibliothèque Kandinsky

Centre Pompidou

Niveau 3

Entrée libre sur réservation à : reservation.bibliothequekandinsky@centrepompidou.fr

À partir des années 1960, l’œuvre et la figure de Marcel Duchamp ont fait l’objet d’une pluralité d’interprétations qui divergent notamment sur le plan des lectures politiques. La pose affectée de l’artiste, ainsi que sa citoyenneté américaine, ont été critiquées de façon virulente par plusieurs artistes se revendiquant de la gauche. Cependant, son « silence » et sa redéfinition du travail artistique ont nourri également une réflexion qui voit Duchamp comme un penseur innovateur du « refus du travail », un des slogans portés par l’operaismo. Lors de cette rencontre-débat, un des représentants les plus persuasifs de cette deuxième lecture, Maurizio Lazzarato, dialoguera avec Claire Fontaine, « artiste ready-made » qui a souvent problématisé la question du refus du travail et de la grève.

Maurizio Lazzarato est sociologue et philosophe. Il vit et travaille à Paris où il poursuit des recherches sur la monnaie, le refus du travail et le concept de guerre (« Guerres et Capital »,  Amsterdam, 2016,  écrit avec Eric Alliez). Il écrit également sur le cinéma, la vidéo et les nouvelles technologies de production d’images.

Claire Fontaine est une artiste collective basée à Paris et fondée en 2004. Après avoir tiré son nom d’une marque renommée de cahiers d’écoliers, Claire Fontaine s’est auto-déclarée une « artiste ready-made » et elle a commencé à élaborer une version d’art néo-conceptuel qui rappelle souvent le travail d’autres artistes. Elle travaille avec le néon, la vidéo, la sculpture, la peinture et le texte, sa pratique peut être décrite comme un questionnement continu de l’impuissance politique et de la crise de la singularité qui semblent à présent définir la société contemporaine.

www.centrepompidou.fr

https://carnetbk.hypotheses.org/

http://www.ciph.org/

 

 

Michel Parmentier, décembre 1965-20 novembre 1999 une rétrospective aux Editions Loevenbruck

parmentier

© Paris, Editions Loevenbruck. Photo Fabrice Gousset

Le Centre national des arts plastiques (Cnap) et la Bibliothèque Kandinsky du Musée national d’art moderne/CCI, Centre Pompidou sont heureux de vous inviter au lancement du livre Michel Parmentier, décembre 1965-20 novembre 1999 une rétrospective publié par les Éditions Loevenbruck.

Une table ronde organisée à cette occasion réunira Guy Massaux, directeur scientifique de l’ouvrage et Ludovic Balland qui en a réalisé la conception graphique. La discussion sera modérée par Jean-Marc Poinsot, président des Archives de la critique d’art.

Mercredi 8 févier 2017, à partir de 18h30

Bibliothèque Kandinsky

Centre Pompidou

Niveau 3

Entrée libre sur réservation à : reservation.bibliothequekandinsky@centrepompidou.fr

Cette monographie vient compléter, à travers l’œuvre singulièrement radicale de Michel Par­mentier, l’histoire de la peinture de la seconde moitié du XXe siècle. Le titre mentionne deux œuvres de Michel Parmentier, celle que l’artiste situait à l’origine de son œuvre (Décembre 1965), et sa dernière, réalisée le 20 novembre 1999. Les contenus de cet ouvrage ont été constitués et rassemblés par Guy Massaux, co-fon­dateur, avec Bénédicte Victor-Pujebet, de l’association Michel Parmentier (AMP – Fonds Michel Parmentier, Bruxelles), un premier état ayant fait l’objet de l’exposition « Michel Par­mentier. Déc. 1965 – 20 nov. 1999, une rétrospective. », qui s’est tenue à la Villa Tamaris Centre d’Art, à l’été de 2014.

L’ensemble édité ici réunit un choix de 31 œuvres majeures de l’artiste, contextualisé par 278 documents (pour la plupart inédits) provenant du fonds d’archives Michel Parmentier, de différentes bibliothèques, collections publiques et privées. D’autre part, cinq textes inédits sont publiés : une introduction à l’œuvre de l’artiste par Robert Bonaccorsi, deux textes critiques signés respectivement Philip Armstrong et Jean- Marc Poinsot, et un récit de création d’Agnès Foiret. Enfin, une analyse rigoureuse accom­pagne l’œuvre de Michel Parmentier et les documents reproduits, à travers des textes et commentaires de Guy Massaux.

Avec le soutien à l’édition du Cnap et de la Villa Tamaris Centre d’art.

Éditeur scientifique : Guy Massaux (association Michel Parmentier, AMP – Fonds Michel Parmentier, Bruxelles)

Auteurs : Philip Armstrong, Robert Bonaccorsi, Agnès Foiret, Guy Massaux et Jean-Marc Poinsot

Conception graphique : Ludovic Balland, Typography Cabinet, Bâle  avec Emmanuel Crivelli

Typographie originale : NEXT ©Ludovic Balland

www.centrepompidou.fr

www.cnap.fr

www.loevenbruck.com